Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43-2Palais du Meshouar (Tlemcen, Algé...

Palais du Meshouar (Tlemcen, Algérie) : couleurs des zellijs et tracés de décors du xive siècle

Meshouar palace (Tlemcen, Algeria): zellijs colors and structures of decorations from the fourteenth century
Agnès Charpentier, Michel Terrasse, Redouane Bachir et Ayed Ben Amara
p. 265-274

Résumés

La demeure des xive-xve siècles mise au jour à Tlemcen a servi de support à une étude pluridisciplinaire des décors de zellij. L’objectif était de caractériser, pour ce moment du Moyen Âge maghrébin islamique, un savoir-faire technique, de mettre en lumière des échanges commerciaux relatifs à l’approvisionnement des pigments, et aussi d’analyser les compositions géométriques de ces décors. L’étude des tracés a mis en lumière l’existence de modules qui structurent tous les motifs décoratifs. Ceux-ci s’inscrivent dans l’art développé, à la même époque, dans le monde islamique occidental mais présentent toutefois des particularités : changements d’échelles, disposition de la polychromie. Les analyses chimiques sur les cinq types définis ont mis en lumière une grande permanence dans la composition du support céramique ainsi que dans la nature des chromogènes et ce quels que soient les motifs et leur datation. Seule la couleur noire présente une variabilité dans l’emploi du fer et du manganèse. L’ensemble des glaçures est plombifère, tandis que l’oxyde d’étain, employé dans un pourcentage assez important, caractérise peut-être les ateliers tlemcéniens. Cette recherche constitue une première étude sur un nombre relativement important d’échantillons et pourra servir de comparaisons pour des futurs travaux.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

  • 1 Le zellij est un décor de mosaïque de terre émaillée qui était disposé au sol mais aussi en lambris (...)

1Le musée archéologique de Tlemcen renferme dans ses collections de nombreux vestiges de panneaux et des fragments de zellijs1 provenant de différents monuments médiévaux. La variété des compositions géométriques comme les nuances de couleur employées laissent penser que des ateliers maîtrisant parfaitement des notions de géométrie pour concevoir les panneaux, comme l’art de réaliser et de tailler les pièces de terre émaillée, étaient à l’œuvre dans la capitale de l’émirat ʿabd al-wādide.

  • 2 PHC 15MDU946, « HistarchéoTlemcen », [MAEDI, MENESR (France), MESRS (Algérie)]

2Les fouilles réalisées en 2008-2009 dans l’enceinte palatine du Meshouar ont mis au jour un ensemble résidentiel, daté du xive siècle, orné de compositions de zellijs en pavement et en lambris (Terrasse, Charpentier, 2008a). Des adjonctions plus tardives, attribuées à la période ottomane, comportaient, elles aussi, des pavements de zellijs. De nombreux fragments provenant de ces divers décors ont été mis au jour, constituant ainsi un corpus assez complet d’échantillons attestant d’une grande variété de compositions géométriques. L’abondance et la qualité de ces décors suscitent plusieurs questions quant à leur fabrication elle-même – origine et nature des pigments, matière première, mode de fabrication – sur la technique de composition des décors, leurs tracés et les liens éventuels que pouvaient entretenir les maîtres d’œuvre avec les sciences de la géométrie. Il nous a également semblé que l’on pouvait s’interroger sur les relations entre motifs et techniques. Toutes ces questions ont conduit à la réunion d’une équipe pluridisciplinaire regroupant à la fois des archéologues, des historiens d’art, des chimistes et des archéomètres pour mener à bien un projet d’archéologie de la couleur approuvé au sein d’un programme Hubert Curien Tassili2. Cette recherche comprend donc deux volets principaux. Le premier consiste en l’analyse géométrique des motifs décoratifs, considérés comme des témoignages historiques de l’avancée de la science de leur temps, et de leur diffusion au sein de l’Islam d’Occident. Des comparaisons avec d’autres décors issus de monuments contemporains du Maroc ou d’Andalousie sont donc menées. Cette partie de l’étude conduit ainsi à une caractérisation de la géométrie employée dans les décors ʿabd al-wādides. Le second volet de l’étude porte davantage sur les techniques de fabrication des zellijs et s’intéresse aussi bien aux supports de céramique qu’aux colorants mis en œuvre. Peut-on caractériser un savoir-faire et les ateliers qui les mettent en œuvre ; peut-on discerner une évolution des techniques au fil du temps ? Quels sont les lieux de provenance de l’argile et comment sont réalisés les carreaux, quels pigments sont utilisés et comment sont-ils mis en œuvre ? Telles sont les questions qui se sont posées à nous. Quelques études ont à ce jour été consacrées à des zellijs maghrébins du xive siècle, elles servent de comparaison (Ben Amara et al., 2003 et Ben Amara et al., 2005). C’est ainsi une recherche neuve pour le décor de l’Islam d’Occident que nous menons.

2. Présentation du site et du matériel

  • 3 Les sols scellés consistaient en une dalle de ciment d’environ 0,10 m d’épaisseur qui recouvrait pa (...)

3Le Meshouar, ou citadelle palatine, développé par le premier émir ʿabd al-wādide Yaghmurasān au milieu du xiiie siècle, abrite la demeure du souverain et les différents organes du pouvoir. Il s’élève à l’endroit le plus élevé, en limite méridionale, du replat sur lequel s’est développée la ville de Tlemcen – Tagrart depuis les Almoravides. Le site restera siège du pouvoir durant toute la dynastie ʿabd al-wādide, soit du milieu du xiiie au début du xvie siècle, où la ville intégra les terres de l’Empire ottoman. Le Meshouar servira alors de caserne pour la garnison ottomane. Il conservera ce rôle après l’indépendance en 1962. Ce n’est qu’à partir de 1986, que le Mechouar redevient « civil ». À partir de 1990 une campagne de dégagement est engagée qui conduit à la démolition d’un certain nombre de bâtiments élevés durant la colonisation comme l’hôpital, par exemple. C’est lors de ces travaux, que l’intérêt des vestiges situés dans la zone nord du Mechouar apparut avec la mise au jour de murs comportant des bâtisses anciennes, des vestiges de stucs et de peintures ou bien encore des zellijs. Les fouilles entreprises en 2008-2009 ont mis au jour une demeure médiévale modifiée aux époques moderne et contemporaine. Les plans conservés aux Archives historiques de la Défense à Vincennes, ont aisément permis de retrouver les aménagements intervenus à partir de 1842, date de la conquête française. Le dépouillement des sources médiévales nous a aidés à mieux préciser l’histoire du site notamment à partir du souverain Abū Hammū Mūsā Ier qui régna de 1308 à 1318. La chronique de Yahya ibn Khaldūn offre quelques indications sur l’aménagement intérieur de la citadelle : l’auteur mentionne des pavillons, des jardins, des fontaines (Ibn Khaldun, Y., 1903, p. 12) Cette organisation de l’espace correspond à ce que l’on connait des espaces palatins islamiques médiévaux depuis Madinat al-Zahrā’ pour les Omeyyades de Cordoue jusqu’à l’Alhambra nasride de Grenade ou encore les alcázaba-s de Malaga ou d’Almeria pour le xie siècle andalou. Le plan de 1843 dressé par les officiers français du Génie porte encore témoignage de cet aménagement palatin. Toutefois, la demeure mise au jour ne présentait, sur ce plan, qu’une vaste salle rectangulaire au nord d’un espace vide qui pouvait s’apparenter à une cour. Les fouilles ont révélé un ensemble organisé autour d’une cour centrale d’environ 22 m de long et de 9 m de large et flanqué d’espaces annexes comme une cour à l’est du patio principal (Terrasse, Charpentier, 2008b). Une vaste salle à alcôve centrale et alcôves latérales (fig. 1) a été mise au jour sous des remblais et des niveaux scellés des xixe et xxe siècles par une dalle de ciment et un pavement de pierres de taille3. Les murs hauts d’environ 4 m conservaient encore les structures de leur décoration médiévale en stuc et confirmaient ainsi, encore un peu plus, la réutilisation de bâtiments anciens par l’armée française. Les stucs, de compositions et de traitement semblables à ceux que l’on connaît pour les architectures mérinides ou pour les décors nasrides de l’Alhambra, renforcent la datation de la première moitié du xive siècle. La fouille des remblais a fourni nombre de fragments de zellijs dont nous avons pu déterminer la provenance grâce aux décors encore en place. Tous présentaient une coupe franche et une absence de coulure de la glaçure indiquant que les carreaux ont été taillés après cuisson. Plusieurs compositions décoratives recouvraient les sols et la base des murs.

Figure 1 : Plan des vestiges mis au jour et localisation des différents types de zellijs (Institut méditerranéen, 2008). / Figure 1: Plan of the survey and localization of the various types of zellijs

Figure 1 : Plan des vestiges mis au jour et localisation des différents types de zellijs (Institut méditerranéen, 2008). / Figure 1: Plan of the survey and localization of the various types of zellijs

4Cinq compositions géométriques, plus ou moins complexes, représentant l’ensemble des décors ont été identifiées. Elles sont situées dans la grande salle, bien sûr, sur la façade nord du mur de la salle pour orner le portique et dans l’ensemble mis au jour à l’est de la salle (fig. 1). Si trois types peuvent être datés du xive siècle, deux semblent, au vu de la stratigraphie, de leur dimension ou de leur mise en œuvre, dater d’un réaménagement du palais vers la fin du xve siècle, voire de l’époque moderne. Les analyses effectuées avaient pour objectif, outre de préciser les natures de la pâte et des pigments et leur application, de mettre en évidence une possible évolution des « recettes » selon les types, laissant supposer une modification des techniques dans le temps ou alors de distinguer différents ateliers.

5Le type 1 recouvre l’ensemble du sol et la base des murs de la grande salle, jusqu’à 0,85 m de haut. Les polygones étoilés et les carrés ornés, qui le composent, sont formés à l’aide de baguettes blanches d’1 cm de large comme d’épaisseur, taillées en biseau qui permet une meilleure stabilité dans le mortier (fig. 2a). Les motifs des polygones engendrés par l’intersection de ces baguettes sont de couleur noire, bleue, verte et jaune. Ce type de composition géométrique s’inscrit sans conteste dans l’art du xive siècle ibéro-maghrébin ; des compositions semblables sont attestées dans les madrasa-s mérinides de Fès.

6Le type 2 est situé dans une salle, dont seule une partie a été mise au jour, au nord de la grande salle (fig. 2b). Là encore, le motif ornait le sol et la base des murs. Les éléments juxtaposés se composent de demi-hexagones blancs flanquant un losange noir. L’ensemble ainsi formé se combine avec des carrés bleus, verts et jaunes de 3 cm de côté. Les demi-hexagones mesurent 6 cm de long, 2 cm dans leur plus grande largeur et 1,5 cm d’épaisseur, tandis que les losanges noirs mesurent 6 cm de long, 2 cm de large et 1,5 cm d’épaisseur. Toutes les pièces sont taillées en biseau. Un pavement identique a été mis au jour dans un autre ensemble au nord-ouest de cette pièce. Ce motif couvrant est assez fréquent dans les architectures du xive siècle, qu’elles soient islamiques comme la madrasa Bū ʿInāniyā de Fès ou la madrasa-zāwiya de Chella où l’on retrouve une riche polychromie ou encore chrétienne comme à l’alcázar de Pierre Ier à Séville. Il est également attesté sur des bordures de vasque comme le montrent les vestiges retrouvés par A. Bel dans une muniya proche de Tlemcen ou encore des ensembles conservés au musée de Tlemcen (Bel, 1930, Charpentier et al., 2012, no 04-024, 04-052 et 04-056).

7Le type 3 se compose d’un treillis losangé d’étoiles octogonales polychromes reliées entre elles par des baguettes blanches (fig. 2c). Là encore, les pièces présentent un profil biseauté. Les étoiles jaunes, noires ou vertes sont de 4 cm de large et de 2 cm d’épaisseur et les baguettes blanches mesurent 6 cm de long, 4 cm de large et 2 cm d’épaisseur. Les carrés qui ornent l’intérieur de ce treillis sont eux aussi polychromes, des fragments bleus et noirs étaient encore in-situ tandis que d’autres, de couleur verte ou jaune, ont été mis au jour. Ce décor typique des compositions que l’on trouve souvent en lambris sous les portiques, est présent, par exemple, à la Cour des Myrtes de l’Alhambra de Grenade qui date du début du xive siècle.

8Le type 4 est constitué de carrés noirs et blanc de taille droite et de dimensions beaucoup plus importantes que ceux des motifs précédents (entre 7 et 9 cm de côté pour une épaisseur identique de 2 cm) (fig. 2d). Les pièces ont été retrouvées dans un ensemble, situé au nord-ouest de la pièce principale qui semble avoir été profondément modifié. Les zellijs, à -0,90 m, recouvraient à la fois le sol et les faces de deux murs orientés est-ouest dont la fonction n’a pu être établie. Un niveau de dallage en pierre, datant sans doute de la réoccupation française du bâtiment, scellaient les niveaux anciens. Leur dimension, leur profil comme la simplicité de la composition tendent à dater ces carreaux du début de l’époque moderne.

Figure 2 a : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 1 / Figure 2 a: The various types of zellij, type 1

Figure 2 a : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 1 / Figure 2 a: The various types of zellij, type 1

Figure 2 b : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 2 / Figure 2 b: The various types of zellij, type 2

Figure 2 b : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 2 / Figure 2 b: The various types of zellij, type 2

Figure 2 c: Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 3 / Figure 2 c: The various types of zellij, type 3

Figure 2 c: Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 3 / Figure 2 c: The various types of zellij, type 3

Figure 2 d : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 4 / Figure 2 d : The various types of zellij, type 4

Figure 2 d : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 4 / Figure 2 d : The various types of zellij, type 4

Figure 2 e : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 5 / Figure 2 e: The various types of zellij, type 5

Figure 2 e : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 5 / Figure 2 e: The various types of zellij, type 5

9Le type 5 est attesté en deux endroits de la grande salle mise au jour. Il apparaît comme un élément de reprise dans le motif de type 1, et aussi, à +0,55 m du sol, en pavement de sol (fig. 2e). Il se compose de petits carrés noirs, verts, jaunes et blancs de 3,5 et 4,5 cm de côté et de 2 cm d’épaisseur ; leur profil est droit. Leur insertion dans le motif 1 prouve une réutilisation postérieure de la pièce qui avait, d’ailleurs, dû être modifiée pour que le même motif apparaisse à un niveau plus élevé à l’intérieur du même espace.

10L’analyse des types recensés permet de distinguer au moins trois périodes pour la fabrication et la mise en œuvre des zellijs. Les types 1, 2 et 3 appartiennent sans contestation possible à une grande demeure élevée vers le milieu du xive siècle, le type 5 lui est légèrement postérieur, peut-être du début du xve siècle lors du réaménagement de l’ensemble avec une possible création du bassin cruciforme et des ensembles latéraux flanquant la cour à l’est et à l’ouest. Le type 4, plus tardif, s’apparente à des carreaux d’époque moderne.

11L’étude des pièces a montré une cassure nette et franche qui indique que les carreaux ont été taillés à la demande après cuisson, ce qui est usuel pour les zellijs des xiii-xive siècles (Mouliérac, 1999). À partir de la fin du xve siècle, les motifs seront peints sur les carreaux puis assemblées.

3. Analyse des motifs au regard des connaissances en géométrie

12L’ensemble des décors, à l’exception des motifs 4 et 5, est constitué de pièces issues de carreaux de céramique émaillés découpés selon les besoins de la composition. Les différentes pièces sont ensuite assemblées dans un mortier de chaux. Leur taille en biseau permet un bon positionnement dans le mortier et un meilleur assemblage des pièces entre elles. Les ensembles décoratifs, sont structurés par une géométrie stricte appuyée sur des compositions modulaires. Les grandes lignes de la composition étaient tracées à la pointe dans le mortier avant que l’artisan ne dispose les pièces une par une. Le maître d’œuvre devait donc avoir une idée de l’ensemble du décor avant de le mettre en œuvre.

13L’ensemble du motif 1 s’organise sur une grille formée d’un jeu de carrés dans lesquels s’inscrivent 3 cercles de 15 et 18 et 21 modules (fig. 3a). La largeur des baguettes constitue le module de base qui sert à composer l’ensemble du décor. Le motif central, constitué d’une étoile polygonale noire équivalente à 3 modules, est inscrit dans un carré posé sur la pointe circonscrit par le premier cercle. Le second carré sur pointe, traité en couleur, s’inscrit dans le second cercle tandis que le troisième définit l’ensemble du carré de base. Cette composition s’enchaîne latéralement tandis que les motifs de polygones étoilés sont eux disposés en quinconce. Les intersections des diagonales, espacées de 3 modules, et des carrés permettent de placer les points remarquables du décor comme les retournements des baguettes ou les étoiles polygonales formant les centres des polygones étoilés. Des motifs octogonaux assurent la liaison entre deux carrés. La même composition recouvrait l’ensemble de la pièce avec des échelles différentes donnant, par illusion d’optique, une impression d’unité pour l’ensemble du décor (Charpentier, 2018, p. 189-190). Cette association de plusieurs échelles dans un même panneau décoratif est attestée dans d’autres décors, conservés au musée, attribués au Meshouar ou à la madrasa Tashfīniya (Charpentier et al., 2012, no 04-006 et 04-055). Cette structure correspond parfaitement à la géométrie maîtrisée au xive siècle comme il en va de la disposition en quinconce de la polychromie. Elle semble également caractéristique de l’émirat ʿabd al-wādide.

14Le motif de type 2 est une composition modulaire à éléments juxtaposés qui s’organise autour de rectangles noirs d’un module de large et de 3 modules de longueur (fig. 3b). Ils sont alternativement disposés horizontalement et verticalement en étant séparé d’un module. Les petits carrés polychromes disposés en losange relient les baguettes noires et déterminent ainsi les demi-hexagones blancs qui flanquent les baguettes noires. L’ensemble donne l’impression d’un tapis chatoyant où des hexagones blancs et noirs sont liés par des tesselles de couleur. La polychromie semble toutefois n’être attestée que dans le domaine ʿabd al-wādide, les décors présents à Séville ou à Chella (Rabat-Maroc) n’offrent, le plus souvent, que des carrés d’une seule couleur.

Figure 3 a : Analyses géométriques des décors de types 1 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 a: Geometrical analysis of types 1

Figure 3 a : Analyses géométriques des décors de types 1 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 a: Geometrical analysis of types 1

Figure 3 b: Analyses géométriques des décors de types 2 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 b: Geometrical analysis of types 2

Figure 3 b: Analyses géométriques des décors de types 2 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 b: Geometrical analysis of types 2

15Le motif 3 est, lui aussi, un décor à éléments juxtaposés. Il s’agit d’un réseau de baguettes blanches formant un quadrillage orienté de 45°. Les vides sont ornés de carrés posés sur la pointe de couleur noire, bleue, jaune et verte. Les intersections des baguettes sont marquées par une petite étoile polygonale de couleur elle aussi. La géométrie de ce type de motif est assez simple, puisqu’elle repose sur un module qui correspond à la largeur des baguettes. La taille du carré correspond à 3 modules et la largeur des étoiles à un. Ce type de motif est assez courant en décoration de galeries ou dans les salles de ḥammām-s. Il est le plus souvent monochrome comme on peut le voir à la madrasa-zāwiya de Chella. L’insertion de la polychromie à Tlemcen rapproche ces décors des compositions nasrides de la fin du xiiie ou du début du xive siècle, disposées en lambris aux portiques de la cour des Myrthes ou sur les jambages de l’arc d’entrée de la salle des Deux Sœurs (Martínez Vela, 2017, p. 73-76).

16Malheureusement, la disposition de la polychromie ne peut être étudiée à Tlemcen, les vestiges en place ne permettant pas d’analyser le rythme des couleurs. Tout au plus peut-on affirmer qu’après un soubassement composé de deux niveaux de carrés noirs, des carreaux colorés étaient ensuite disposés.

17Cette rapide analyse des schémas directeurs structurant les décors retrouvés au Meshouar de Tlemcen met en lumière deux éléments clés : les compositions modulaires témoignent de la géométrie du xive siècle et la polychromie occupe une place majeure dans la conception des panneaux décoratifs. Les schémas observés à Tlemcen s’inscrivent dans la ligne de ceux que l’on peut analyser dans des édifices contemporains comme la madrasa-zāwiya de Chella ou le palais de l’Alhambra. En revanche, les changements d’échelles présents dans les compositions ʿabd al-wādides ne se retrouvent pas dans les décors des autres émirats.

4. Apports de l’approche archéométrique

  • 4 Le terme « glaçure » est employé ici comme terme générique pour désigner de manière globale les gla (...)

18Au total, un ensemble de 66 zellijs représentatifs à la fois des différentes couleurs des glaçures4 (20 zellijs blancs, 7 jaunes, 11 verts, 8 bleus et 20 noirs) mais également des types identifiés (17 zellijs du type 1, 20 de type 2, 12 de type 3, 15 de type 4 et 2 du type 5) constitue notre corpus analytique. L’étude a nécessité la préparation de lames épaisses polies (3 mm environ), prélevées perpendiculairement à la surface des zellijs. Ces sections ont fait l’objet d’observations en lumière blanche à la loupe binoculaire pour l’examen de la texture de l’ensemble glaçure – terre cuite. Elles ont, ensuite, été étudiées par microscopie électronique à balayage couplée à un spectromètre de rayons X en dispersion d’énergie (MEB-EDS), en mode Low vacuum (20 Pa), pour examiner la micro-texture et déterminer la composition chimique des glaçures et des pâtes. L’équipement utilisé est un microscope électronique à balayage (MEB) à pression variable (JEOL, 6460 LV), couplé à un spectromètre de rayons X (OXFORD Instruments, X-Max). Les analyses quantitatives ont été réalisées, à partir des standards de la société Oxford Instruments, et des standards de verres (Na : Corning B ; Si, K, Pb : BCR-126A ; Ca : Corning D) en complément pour l’analyse des glaçures. Conformément à l’usage, les teneurs sont exprimées en pourcentages pondéraux d’oxydes. Elles représentent la moyenne de six à dix mesures. Les résultats sont normalisés à 100 %.

19Sur les sections polies, des observations en lumière blanche montrent que les pâtes présentent des textures relativement proches. Elles renferment des inclusions minérales de faible granulométrie (inférieure à 0,2 mm) dont la variabilité laisse penser qu’il s’agit de dégraissant naturel, présent initialement dans la ou les terre(s) argileuse(s) employée(s). La couleur des pâtes céramiques est variable (beige clair, ocre rouge), liée aux changements de l’atmosphère de cuisson à l’intérieur du four (plus au moins oxydante) et à la température. Pour l’ensemble des échantillons, les glaçures ont été appliquées directement sur la pâte, sans couche intermédiaire (par exemple, engobe). En section, les glaçures bleues et vertes semblent hétérogènes, avec des zones plus foncées à l’interface glaçure – support céramique.

20Les observations au MEB révèlent que l’épaisseur des glaçures est variable, globalement entre 100 et 450 µm. Il n’existe pas de corrélation entre l’épaisseur et la couleur, voir le type de zellij. La variabilité des épaisseurs reflète plutôt l’aspect artisanal de cette production. Pour l’ensemble des échantillons, nous distinguons, dans les glaçures, quelques cristaux non fondus (probablement des quartz) et des bulles de dégazage. Des micro-cristaux, de contraste chimique clair, liée à la présence de l’oxyde d’étain (cassitérite, SnO2), sont visibles dans les glaçures opaques (blanche, verte et bleue ; fig. 4). On note par ailleurs, qu’indépendamment de la couleur de la glaçure et du type de motif, l’épaisseur de la zone d’interaction glaçure – terre cuite est majoritairement (44 sur 66 zellijs) supérieure à 100 µm (fig. 5). Cette interaction importante suggère une mono-cuisson pour les carreaux glaçurés, donnant lieu après découpage à nos zellijs (Molerac et al., 2001 ; Ben Amara, 2002, Ben Amara et Schvoerer, 2006). Les glaçures, plus ou moins altérées, montrent une texture en feuillets caractéristique au MEB (fig. 5) et génèrent partiellement des changements de couleur. Ainsi, remarque-t-on, à titre d’exemple, un blanchissement par endroit de certaines glaçures vertes.

Figure 4 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure blanche opacifiée à l’oxyde d’étain / Figure 4: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij covered with a white glaze opacifed with tin oxide

Figure 4 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure blanche opacifiée à l’oxyde d’étain / Figure 4: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij covered with a white glaze opacifed with tin oxide

Figure 5 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure transparente noire / Figure 5: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij with a black transparent glaze

Figure 5 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure transparente noire / Figure 5: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij with a black transparent glaze

21Pour l’ensemble des zellijs, deux types de glaçures sont attestés. Des glaçures plombifères (34 à 50 % en PbO ; 0,2 à 3,1 % en Na2O et entre 1,3 et 3,5 % en K2O) transparentes pour les couleurs noires et jaunes ; la couleur du support céramique contribuera, ainsi, par transparence, à la couleur perçue. Des glaçures stannifères pour les couleurs blanches, bleues et vertes, avec des teneurs moyennes allant de 6,3 à 10,7 % en SnO2 (tableau 1). On peut donc, pour ces trois couleurs parler de carreaux émaillés.

Tableau 1 : Composition chimique de la glaçure de l’ensemble des zellijs étudiés / Chemical composition of the glaze of zellijs samples

Type

Couleur de la glaçure (nombre des zellijs)

Na2O

MgO

Al2O3

SiO2

K2O

CaO

MnO

Fe2O3

CoO

CuO

SnO2

PbO

Type 1

Blanche

3,0

0,7

1,8

36,4

1,8

2,2

nd

0,5

nd

nd

9,8

43,2

(5)

0,3

0,2

0,3

2,4

0,9

0,7

0,1

0,6

3,6

Jaune

0,4

1,4

3,4

40,6

1,8

4,7

nd

3,1

nd

nd

nd

44,5

(2)

0,1

0,5

1,3

2,1

0,3

1,9

0,5

5,6

Bleue

2,8

0,9

2,1

37,9

2,2

3,0

nd

1,5

0,4

nd

9,7

38,9

(3)

0,4

0,1

0,1

0,8

0,5

0,2

0,1

0,1

0,9

1,8

Verte

2,2

1,4

2,7

41,6

2,7

4,3

nd

0,9

nd

1,6

7,3

35,2

(5)

0,2

0,3

0,1

3,7

1,3

0,6

0,1

0,3

1,3

7,0

Noire

0,5

1,1

3,0

37,9

1,8

3,3

4,6

1,4

nd

nd

nd

46,0

(4)

0,3

0,4

1,2

3,3

0,7

1,1

1,1

1,0

 

 

 

5,7

Type 2

Blanche

2,6

1,1

2,3

39,7

2,6

3,3

nd

0,7

nd

nd

9,5

37,8

(5)

0,4

0,3

0,5

2,7

1,0

1,1

0,2

1,1

6,0

Jaune

0,7

1,1

2,9

39,8

1,7

4,0

nd

2,8

nd

nd

nd

46,3

(3)

0,1

0,2

0,5

1,5

0,2

0,9

0,2

2,6

Bleue

2,8

1,0

2,2

40,1

2,5

3,8

nd

1,9

0,3

nd

9,4

35,0

(4)

0,1

0,5

0,6

2,9

0,3

1,3

0,9

0,1

1,2

6,8

Verte

1,5

0,8

2,5

39,6

1,5

3,1

nd

0,8

nd

1,8

8,1

39,9

(3)

0,9

0,4

0,2

8,2

0,8

1,0

0,1

1,0

1,7

10,6

Noire

0,4

1,0

2,3

36,4

1,3

3,0

4,4

1,1

nd

nd

nd

49,7

(5)

0,3

0,4

0,9

2,2

0,8

1,3

1,5

0,8

7,0

Type 3

Blanche

2,6

1,2

2,5

41,8

2,9

3,7

nd

0,7

nd

nd

9,8

34,9

(3)

0,3

0,8

1,1

7,3

1,5

2,2

0,3

0,4

12,9

Jaune

0,8

0,9

2,7

41,2

2,4

2,7

nd

2,2

nd

nd

nd

47,1

(2)

0,3

0,1

0,1

3,4

0,2

0,5

0,6

1,5

Bleue

3,1

0,7

2,6

43,5

2,3

3,4

nd

1,2

0,2

nd

9,0

34,0

(1)

0,1

0,1

0,2

0,9

0,1

0,1

0,1

0,1

0,6

0,7

Verte

2,2

1,1

3,2

38,8

3,3

3,3

nd

0,8

nd

1,3

6,5

39,5

(2)

0,2

0,1

0,4

1,8

0,3

0,1

0,2

0,0

0,2

0,7

Noire

0,3

0,9

3,8

38,4

1,4

4,0

1,2

5,2

nd

nd

nd

44,5

(4)

0,2

0,2

0,8

1,9

0,4

1,4

1,2

1,2

 

 

 

5,5

Type 4

Blanche

2,6

0,8

2,1

39,4

1,9

2,7

nd

0,8

nd

nd

10,7

39,0

(7)

0,2

0,2

0,4

1,4

0,7

0,5

0,3

1,6

2,9

Verte

3,1

0,4

1,3

38,2

1,9

1,5

nd

0,5

nd

1,9

9,6

41,5

(2)

0,1

0,3

0,1

2,6

1,7

0,9

0,1

0,1

1,4

4,4

Noire

1,0

1,0

3,1

39,5

1,8

3,6

2,7

3,9

nd

nd

nd

43,1

(6)

1,6

0,4

1,1

4,8

0,9

1,5

1,5

3,0

9,9

Type 5

Jaune

1,8

1,8

3,7

39,6

3,5

5,4

nd

1,1

nd

1,3

6,3

35,3

(1)

0,1

0,1

0,2

0,5

0,1

0,2

0,1

0,1

0,6

0,5

Noire

0,2

0,9

2,8

38,5

1,5

3,2

2,8

4,8

nd

nd

nd

45,3

(1)

0,1

0,1

0,2

0,4

0,1

0,2

0,4

0,4

 

 

 

0,3

nd : non détecté. / nd: not detected.

22Les glaçures transparentes se distinguent également des émaux (fig. 6) par des teneurs relativement plus élevées en plomb (respectivement 46,6 ± 4,6 et 37,9 ± 6,4 % en PbO) et plus faibles en alcalins (respectivement 2,1 ± 0,7 et 4,8 ± 1,2 % en Na2O et K2O). Cette compensation au niveau de ces éléments fondants permet d’obtenir la fusion des mélanges glaçurants à des températures équivalentes dans la même cuisson.

Figure 6 : Les glaçures transparentes, jaune et noire, se distinguent des autres par des teneurs moins élevées en alcalins / Figure 6: Transparent, yellow and black glazes distinguish themselves from others by lower content in alkaline

Figure 6 : Les glaçures transparentes, jaune et noire, se distinguent des autres par des teneurs moins élevées en alcalins / Figure 6: Transparent, yellow and black glazes distinguish themselves from others by lower content in alkaline

23D’après le tableau 1, la couleur des glaçures cuites en atmosphère oxydante est indépendante des types. Elle serait liée à l’oxyde d’étain (opacifiant blanc) et à la faible teneur en fer (inf. à 0,8 % en Fe2O3) pour les émaux blancs. L’ion cuivre (Cu2+), avec des teneurs moyennes allant de 0,9 à 2,9 % en CuO, et l’oxyde d’étain (6,3 à 9,9 % en SnO2, effet blanchissant) dans une matrice plombifère sont à l’origine de la couleur verte. La couleur bleue est liée à l’ion cobalt (Co2+) avec des teneurs de 0,2 à 0,4 % en CoO et l’oxyde d’étain (8.4 à 10.9 % en SnO2, à effet blanchissant). Rappelons que le cobalt présente un pouvoir colorant important et les quantités détectées sont largement suffisantes pour obtenir une teinte bleue. L’élément zinc qui a également été détecté (0,4 à 0,5 % en ZnO) serait associé à la source du cobalt. Ce résultat sera à mettre en parallèle avec les travaux de Bernard Gratuze sur les verres bleus d’Europe et du Bassin méditerranéen, fabriqués entre le début du xiiie et la fin xve siècle (Gratuze et al., 1996). Ainsi, le cobalt pourrait provenir des mines de la région de Freiberg (Erzgebirge, Allemagne). En ce qui concerne les glaçures transparentes, l’ion fer (Fe3+) est responsable de la coloration des glaçures jaunes (1,1 à 3,4 % en Fe2O3). En revanche, pour les glaçures noires, on retrouve des teneurs variables à la fois de l’ion fer Fe3+ (0,4 à 6,7 % en Fe2O3) mais également de l’ion manganèse Mn3+ (0,6 à 6,1 % en MnO).

24Pour l’ensemble des zellijs, indépendamment de la couleur et du motif, le support céramique présente une composition chimique homogène. L’analyse en composante principale n’a pas permis de visualiser de groupes distincts. Ainsi, tous les zellijs ont été fabriqués, a priori, à partir de la même terre argileuse. Les terres cuites sont riches en calcium (en moyenne 19,1 ± 4,4 % en CaO), ce qui implique l’utilisation de terres argileuses marneuses. Un tel support limite les défauts de fabrication de la glaçure ; en effet, le coefficient de dilation d’une glaçure plombifère est proche de celui d’une pâte calcaire, ce qui limite le développement de réseau de tressaillures à la surface de la glaçure, diminuant ainsi les déchets au moment de la taille des zellijs. On notera également des teneurs relativement élevées en magnésium autour de 5,6 % en MgO (argiles magnésiennes et/ou dolomite). Le fer présent à une teneur moyenne de 4,2 % en Fe2O3 est responsable de la coloration ocre-rouge de certains supports céramiques, attestant d’une cuisson en atmosphère oxydante (malgré le caractère calcique du support). Pour les échantillons présentant une pâte beige clair, le fer serait piégé pendant la cuisson par les phases dites de « haute température » (Peters et Iberg, 1978 ; Maniatis et al., 1983) ; en effet, à la suite de la décomposition de la calcite (à partir de 700 °C), des nouvelles phases se forment à des températures variables, à partir de 800 °C environ (exemples : wollastonite, diopside…). Ainsi, une variabilité dans le protocole de cuisson, voire dans la position des carreaux dans le four, serait à l’origine de la diversité de la couleur des supports céramiques.

5. Discussion

25La place accordée à la polychromie est tout à fait caractéristique du xive siècle maghrébin dont le monde ʿabd al-wādide et nous avons vu qu’elle trouve un écho dans au moins deux réalisations mérinides majeures : la madrasa-zāwiya de Chella et la madrasa Bū ʿInāniya. La présence d’étain en pourcentage assez élevé dans les émaux verts (entre 6,3 et 9,9 % en SnO2) et bleus (8,4 à 10,9 % en SnO2) pour diminuer l’intensité de la couleur, peut être une des caractéristiques d’un savoir-faire propre à Tlemcen, même si, à Chella, les zellijs de couleur verte montrent un pourcentage d’étain équivalent. En revanche, ceux analysés à la madrasa mérinide de Meknès ne présentent pas de pourcentage aussi élevé (inf. à 2,5 % en SnO2) (Ben Amara, 2002). Les études réalisées sur des céramiques ou des zellijs andalous ne précisent malheureusement pas le taux d’étain présent dans les glaçures vertes et bleues. En revanche, le pourcentage d’oxyde de plomb semble ici moins élevé que dans les céramiques nasrides où il avoisine parfois les 73 % (Fernández Navarro, 2000, 62-63).

26Les analyses chimiques ont montré une grande stabilité dans la nature de la terre argileuse employée. Celle-ci se caractérise par des teneurs élevées en magnésium et en fer. Cette caractéristique se retrouve dans les argiles situées autour de Tlemcen et dans le bassin de l’oued Tafna, ce qui permet de supposer un approvisionnement local. En effet, la comparaison de nos analyses de pâtes avec des données obtenues sur des argiles locales, présentées oralement dans le cadre de la table-ronde « Villes et campagnes dans l’émirat de Tlemcen au Moyen Âge » en novembre 2017 montrent des ressemblances avec la composition chimique de nos zellijs et tend à confirmer notre hypothèse (Marok et Hadji, 2017). Il ne nous a, toutefois, pas été permis de localiser plus précisément une possible zone d’extraction non plus que les lieux de façonnage des carreaux. Deux zones hypothétiques d’ateliers de potiers et de tuileries sont attestées aux abords de Tlemcen et les vestiges d’un four à céramique ont été mis au jour au début du xxe siècle (Bel, 1914) mais les recherches n’ont pas, depuis, été poursuivies. Il n’est pas impossible, toutefois, de supposer une fabrication un peu plus lointaine des carreaux, plus à proximité du lieu d’extraction. Cette hypothèse reste cependant à vérifier.

27La composition des glaçures montre également une grande permanence tout au long de la période visée. Les chromogènes employés sont de même nature dans le temps. Néanmoins, Les teneurs en fer et en manganèse sont variables et ne sont pas corrélées en fonction des types (fig. 7). Cette variabilité pourrait être le résultat d’une hétérogénéité naturelle dans la matière colorante employée, voir un approvisionnement différent.

Figure 7 : Variation de la teneur du fer en fonction du manganèse dans les glaçures noires pour les différents types des zellijs/ Figure 7: Variation of the content of the iron according to the manganese in black glazes for the various types of zellijs

Figure 7 : Variation de la teneur du fer en fonction du manganèse dans les glaçures noires pour les différents types des zellijs/ Figure 7: Variation of the content of the iron according to the manganese in black glazes for the various types of zellijs

28La présence d’étain en forte proportion et du cobalt atteste que l’émirat de Tlemcen s’intégrait dans les réseaux du grand commerce. En effet, si nous n’avons pu établir avec précision la provenance de ces deux minerais absents d’Algérie, les analyses du cobalt montrent une similitude avec celui provenant des mines de Freiberg (Erzgebirge, Allemagne) tandis que des gisements d’étain et leur exploitation à l’époque visée sont documentés, pour le royaume du Borno, sur le plateau du Niger au côté des approvisionnements « plus classiques » en provenance d’Europe (Niane, 2000, p. 278). Les archives de Marseille gardent aussi traces de mention d’étain dans les archives de la famille Manduel (Picon et al., 1995, p. 135). Il apparaît que 39 des 66 échantillons analysés sont émaillés. Cette proportion s’explique, en partie, par le nombre élevé d’échantillons de couleur blanche retenus pour l’analyse. Elle n’en reflète pas moins des rapports similaires observés dans d’autres compositions où les pièces émaillées dominent. Si l’emploi des couleurs blanches, bleues et vertes n’est pas l’apanage des ʿAbd al-Wādides, la présence d’étain, en pourcentage élevé, témoigne, avec le cobalt, de la richesse des émirs de Tlemcen au xive siècle qui purent importer, en assez grande quantité, ces matières premières indispensables à la fabrication des zellijs.

6. Conclusion

29L’étude et l’analyse des zellijs du Meshouar de Tlemcen apportent ainsi quelques précisions sur la mise en œuvre de ces décors architecturaux. Leur réalisation dépend d’une géométrie fondée sur des schémas modulaires. Les décors tlemcéniens témoignent ainsi du niveau de la science mise en œuvre dans ces motifs : les changements d’échelle comme la multiplication des côtés des polygones, le nombre élevé des retours d’entrelacs ou encore la présence d’angles très fermés dans les décors en sont autant de témoins. Cette géométrie est partagée par l’ensemble du monde musulman occidental mais, si la complexité des motifs varie selon les émirats, les découvertes du Meshouar tlemcénien permettent de dégager les caractéristiques des œuvres des ateliers ʿabd al-wādides du xive siècle.

30Cette étude très neuve pour ce qui est de l’étude de décors du Maghreb central a permis d’acquérir des données archéométriques importantes qui viennent s’ajouter aux données déjà recueillies, pour la même période, sur des édifices mérinides (Maroc) et sur quelques édifices nasrides (Espagne). Même si cette recherche constitue un jalon important par le nombre d’échantillons analysés, elle devra néanmoins se poursuivre pour affiner les résultats. La provenance des chromogènes reste, si faire se peut, à préciser de même que les modes de préparation et d’utilisation des oxydes ; des comparaisons avec les savoir-faire céramiques en Occident seront sans aucun doute nécessaires.

Haut de page

Bibliographie

Bel, A., 1914. Un atelier de poteries et faïences au xe siècle découvert à Tlemcen. Constantine.

Bel, A., 1930, Vestiges d’une villa royale musulmane du début du xive siècle de J.C. dans la banlieue de Tlemcen, Ve Congrès national d’archéologie. Alger : 1-38.

Ben Amara, A., 2002. Céramiques glaçurées de l’espace méditerranéen (ixe-xviie siècles) : matériaux, techniques et altération. Thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3, France.

Ben Amara, A., Azzou, A., Schvoerer, M., Ney, C., Ait Lyazidi, S., Molinié, P., 2005. Archaelogical Zelliges of Meknes (14th century): Physical measurements of the colour and identification of colouring agents. Journal de physique, IV, 123 : 207-211.

Ben Amara, A., Schvoerer, M., Haddad, M., Akerraz, A., 2003. Recherches d’indices sur les techniques de fabrication de zelliges du XIVe siècle (Chellah, Maroc). Revue d’archéométrie, 27 : 103-113.

Ben Amara, A., Schvoerer, M., 2006. Interactions between lead glazes and bodies: research on the mode of application of the glazing mixture, Proceedings of 34th International Symposium on Archaeometry, 3-7 may 2004, Zaragoza, Spain, Ed. Institució Fernando el Católico: 399-404.

Capelli, C., Garcia Porras, A., Ramagli, P., 2005. Análisis arqueométrico y arqueólogico integrado sobre azulejos vidriados hallados en contextos de los siglos xiv al xvi en ligura (Italia) : las produciones de Málaga y Savona, Arqueometria y arqueologia medieval : 117-169.

Charpentier, A., 2018. Tlemcen médiévale (urbanisme architecture et arts). Paris.

Charpentier, A., Chenoufi, B., Terrasse, M., 2012. Catalogue du musée de Tlemcen. Paris.

Fernández Navarro, E., 2000, Estudio tecnológico de la cerámica nazarí de Granada. Transfetana, Revista del Instituto de Estudios Ceuties, 4: 41-70.

Gratuze, B., Soullier, I., Blet, M., Vallauri, L., 1996. De l’origine du cobalt : du verre à la céramique, Revue de l’archéométrie, 20 : 77-94.

Hedgecoe, J., Samar Damluji, S. (éds.), 1993. Zillīǧ : l'art de la céramique marocaine. Paris : Garnet Edition française pour le monde arabe.

Ibn Khaldun, Abu Zakariya Yahya, 1903. Histoire des Beni Abd el-Wad rois de Tlemcen jusqu’au règne d’Abou Hammou Mousa II, éd. trad, A. Bel. Alger.

Maniatis, Y., Simopoulos, A., Kostikas, A., Perdikatsis, V., 1983. Effect of reducing atmosphere on minerals and iron oxides developed in fired clays: the role of Ca. Journal of the American Ceramic Society, 66, 11, 773-781.

Martínez Vela, M., 2017. La Alhambra con regla y compás. El trazado paso a paso de alicatados y yeserías. Grenade.

Marok, A., Hadji, F., 2017, Les argiles du bassin de la Tafna (Algérie nord occidentale) : caractérisation et valorisation, communication orale, table-ronde « Villes et campagnes dans l’émirat de Tlemcen au Moyen Âge », organisée par l’Université Abu Bakr Belkaid de Tlemcen, l’UMR 8165 – Orient et Méditerranée – Islam médiéval et l’Institut méditerranéen. 6 – 8 novembre 2017, Tlemcen, Algérie.

Molera, J., Pradell, T., Salvadó, N., Vendrell-Saz, M., 2001. Interactions between clay bodies and lead glazes, Journal of American Ceramic Society, 84, 5 : 1120-28.

Mouliérac, J. 1999. Céramiques du monde musulman. Collections de l'Institut du monde arabe.

Niane, D. T. (dir.), 2000. Histoire générale de l’Afrique, IV. L’Afrique du xii au xvie siècle. Paris : Unesco, 2nd éd.

Peters, T., Iberg, R., 1978. Mineralogical changes during firing of calcium-rich brick clays, American Ceramic Society Bulletin, 57, 5: 503-509.

Picon, Thiriot, J., Vallaury, 1995, Techniques évolution et mutations. In Le vert et le brun de Kaiouran à Avignon, céramiques du xe au xve siècle, Paris : 41-135.

Terrasse, M, Charpentier, A., 2008a, Rapport préliminaire de stage archéologique, Tlemcen.

Terrasse, M, Charpentier, A., 2008b, Recherches d’archéologie tlemcénienne, le Meshouar. État de la question, Tlemcen.

Haut de page

Notes

1 Le zellij est un décor de mosaïque de terre émaillée qui était disposé au sol mais aussi en lambris sur les murs jusqu’à une hauteur d’1,20 m environ.

2 PHC 15MDU946, « HistarchéoTlemcen », [MAEDI, MENESR (France), MESRS (Algérie)]

3 Les sols scellés consistaient en une dalle de ciment d’environ 0,10 m d’épaisseur qui recouvrait parfois un dallage de pierre d’environ 0,13 m d’épaisseur et de 0,70 m de long et de 0,40 m de large

4 Le terme « glaçure » est employé ici comme terme générique pour désigner de manière globale les glaçures plombifères et stannifères analysées sur les zellijs. Il nous ainsi permet de parler de l’ensemble des pièces sans avoir à nommer les différentes glaçures ce qui alourdirait le texte.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Plan des vestiges mis au jour et localisation des différents types de zellijs (Institut méditerranéen, 2008). / Figure 1: Plan of the survey and localization of the various types of zellijs
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Figure 2 a : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 1 / Figure 2 a: The various types of zellij, type 1
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 2 b : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 2 / Figure 2 b: The various types of zellij, type 2
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Figure 2 c: Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 3 / Figure 2 c: The various types of zellij, type 3
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 2 d : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 4 / Figure 2 d : The various types of zellij, type 4
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Figure 2 e : Présentation des compositions identifiées (Institut méditerranéen 2008), type 5 / Figure 2 e: The various types of zellij, type 5
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Figure 3 a : Analyses géométriques des décors de types 1 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 a: Geometrical analysis of types 1
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Figure 3 b: Analyses géométriques des décors de types 2 (Charpentier 2017, Terrasse 2008) / Figure 3 b: Geometrical analysis of types 2
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Figure 4 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure blanche opacifiée à l’oxyde d’étain / Figure 4: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij covered with a white glaze opacifed with tin oxide
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 677k
Titre Figure 5 : Image MEB, en mode électrons rétrodiffusés, de l’ensemble glaçure-terre cuite d’un zellij recouvert d’une glaçure transparente noire / Figure 5: BSE image by SEM of the group glaze-ceramic of a zellij with a black transparent glaze
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 538k
Titre Figure 6 : Les glaçures transparentes, jaune et noire, se distinguent des autres par des teneurs moins élevées en alcalins / Figure 6: Transparent, yellow and black glazes distinguish themselves from others by lower content in alkaline
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 7 : Variation de la teneur du fer en fonction du manganèse dans les glaçures noires pour les différents types des zellijs/ Figure 7: Variation of the content of the iron according to the manganese in black glazes for the various types of zellijs
URL http://journals.openedition.org/archeosciences/docannexe/image/6947/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Charpentier, Michel Terrasse, Redouane Bachir et Ayed Ben Amara, « Palais du Meshouar (Tlemcen, Algérie) : couleurs des zellijs et tracés de décors du xive siècle »ArcheoSciences, 43-2 | 2019, 265-274.

Référence électronique

Agnès Charpentier, Michel Terrasse, Redouane Bachir et Ayed Ben Amara, « Palais du Meshouar (Tlemcen, Algérie) : couleurs des zellijs et tracés de décors du xive siècle »ArcheoSciences [En ligne], 43-2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/6947 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.6947

Haut de page

Auteurs

Agnès Charpentier

Orient et Méditerranée (UMR 8167), CNRS, Ivry-sur-Seine, France. agnes.charpentier@cnrs.fr

Michel Terrasse

Institut méditerranéen (Inmedi), Paris, France. imedi@sfr.fr

Redouane Bachir

Laboratoire de Catalyse et Synthèse en Chimie Organique, université Aboubekr Belkaid, Tlemcen, Algérie. redouane.bachir@mail.univ-tlemcen.dz

Ayed Ben Amara

Institut de Recherche sur les ArchéoMATériaux – Centre de Recherche en Physique Appliquée à l’Archéologie (IRAMAT – CRP2A, UMR 5060), université Bordeaux Montaigne, Pessac. ayed.ben-amara@u-bordeaux-montaigne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search