Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44-1Le marbre de Carrare dans les œuv...

Le marbre de Carrare dans les œuvres romanes du Roussillon pendant le xie siècle (linteau de Saint-Genis-des-Fontaines, linteau et table d’autel de Saint-André-de-Sorède). Analyses texturales et isotopiques

Carrara marble in the 11th century Romanesque works of Roussillion (lintel of Saint-Genis-des-Fontaines, lintel and altar table of Saint-André-de-Sorède, Eastern Pyrénées). Textural and isotopic analysis
Pierre Giresse, Philippe Bromblet et Caroline de Barrau
p. 71-79

Résumés

Le linteau en marbre blanc de l’église abbatiale de Saint-Genis-des-Fontaines, dans le sud du Roussillon, est reconnu comme la plus ancienne sculpture romane datée de l’Occident (1020-1021). Il présente de fortes analogies stylistiques avec le linteau et la table d’autel de l’église voisine de Saint-André-de-Soréde. Ce sont ces trois pièces sculptées qui ont ici fait l’objet d’études pétrographiques et isotopiques afin d’identifier la provenance des marbres dont elles sont composés. Contrairement aux premières idées, il ne s’agit pas de marbres pyrénéens, Saint-Béat ou plus localement Céret, mais de marbres de Carrare. Cette conclusion s’appuie à la fois sur les caractères texturaux des cristaux calcitiques et sur les rapports isotopiques δ18O et δ13C. Ces derniers coïncident avec le champ pourtant assez restreint des marbres de Carrare tel qu’il a été défini dans les graphiques de caractérisation des marbres antiques. De plus, le caractère très groupé des points obtenus laisse présumer d’une même origine pour tous ces marbres roussillonnais. Ces résultats s’insèrent dans un schéma d’ateliers narbonnais qui œuvraient sur des matériaux importés de Rome ou encore sur des réemplois de monuments antiques de la cité.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. oct. 2019 ; acc. june 2020

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Contexte historique
3. Observations et analyses
Méthodes analytiques
Analyse texturale et minéralogique
Analyses isotopiques
4. Discussion et conclusions

Aperçu du texte

1. Introduction

Le linteau en marbre de l’église abbatiale de Saint-Genis-des-Fontaines est reconnu comme la plus ancienne sculpture romane datée de l’Occident (1020-1021). Sa datation est liée à une inscription en latin précisant sa réalisation pendant la 24e année du règne du roi Robert. Le témoignage de ce linteau a une haute valeur symbolique dans l’histoire régionale de l’art roman. Ainsi, il existe une assez importante documentation qui lui est principalement dédiée.

Par analogies stylistique et chronologique, le linteau de l’église abbatiale voisine de Saint-André-de-Sorède, à 5 km, est considéré comme contemporain du linteau de Saint-Genis. Les linteaux des deux églises constituent, au vu de cette étude, un ensemble monumental cohérent qu’il n’y a pas lieu de séparer. Cet ensemble est complété par la table d’autel de l’église de Saint-André à laquelle on pourrait ajouter encore les appuis de la fenêtre de la façade qui n’ont pas été étudiés ici. Il convenait donc pour des rai...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Giresse, Philippe Bromblet et Caroline de Barrau, « Le marbre de Carrare dans les œuvres romanes du Roussillon pendant le xie siècle (linteau de Saint-Genis-des-Fontaines, linteau et table d’autel de Saint-André-de-Sorède). Analyses texturales et isotopiques »ArcheoSciences, 44-1 | 2020, 71-79.

Référence électronique

Pierre Giresse, Philippe Bromblet et Caroline de Barrau, « Le marbre de Carrare dans les œuvres romanes du Roussillon pendant le xie siècle (linteau de Saint-Genis-des-Fontaines, linteau et table d’autel de Saint-André-de-Sorède). Analyses texturales et isotopiques »ArcheoSciences [En ligne], 44-1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2023, consulté le 08 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/7332 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.7332

Haut de page

Auteurs

Pierre Giresse

UMR CNRS 5110 – Centre de Formation et de Recherches sur les Environnements Méditerranéens (CEFREM), UPVD, Avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan (giresse@univ-perp.fr)

Philippe Bromblet

Centre Interdisciplinaire de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CICRP), 21 rue Guibal, 13003 Marseille (philippe.bromblet@cicrp.fr)

Articles du même auteur

Caroline de Barrau

CRESEM-Territoires, UPVD, Avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan (carolinedebarrau@gmail.com)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search