Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44-2Estimer le diamètre des bois carb...

Estimer le diamètre des bois carbonisés à partir de l’observation de la courbure des cernes de croissance des charbons de bois archéologiques : nouvelle contribution méthodologique

Estimating the diameter of charred wood from the observation of the curvature of the tree rings of archaeological charcoal: a new methodological contribution
Sandrine Paradis-Grenouillet et Christelle Belingard
p. 205-217

Résumés

Les récents développements de l’anthracologie visent à renseigner les modes de collecte du bois, les pratiques sylvicoles et la physionomie évolutive des peuplements forestiers. Parmi ces développements, l’estimation du diamètre initial des bois carbonisés à partir de l’étude des charbons résiduels occupe une place centrale. Cette approche, initialement fondée sur l’observation de la courbure des cernes, s’appuie aujourd’hui sur la mesure précise du rayon de courbure (aussi appelé distance à la moelle) à l’aide de logiciels d’analyse d’images. Pourtant, force est de constater qu’encore trop peu d’études anthracologiques mobilisent cette approche, en particulier dans le milieu de l’archéologie préventive. Les raisons invoquées sont doubles : les équipements nécessaires (caméra et logiciels d’analyse d’images) ne sont pas encore assez démocratisés et la réalisation des mesures décuple le temps analytique. Cette approche devient donc incompatible avec les contraintes économiques de l’archéologie préventive. Pour dépasser cette limite, cet article propose une adaptation de la méthode qualitative basée sur l’observation de trois classes de courbures des cernes – courbe, intermédiaire, rectiligne – en définissant les valeurs limites des bornes de chacune de ces classes. Cette adaptation repose d’abord sur l’étude systématique des courbures de cernes dans des fenêtres d’observation posées sur une cible parfaite et six sections transversales de brins de taillis vieillis de chêne (Quercus robur L.) et de châtaignier (Castanea sativa Mill.). Cette première étape conduit à l’estimation des rayons de courbure maxima de chaque classe en millimètres. Dans un second temps, les valeurs limites obtenues sont testées sur un corpus anthracologique issu de trois charbonnières expérimentales pour lesquelles le diamètre initial des bois a été mesuré avant la carbonisation. In fine, les valeurs limites des trois classes de courbures sont validées et pourront être mobilisées dans les études anthracologiques ultérieures.

Haut de page

Notes de la rédaction

rec. dec. 2019; acc. fev. 2021

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Matériels et méthodes
Définir des valeurs limites aux classes de courbure de cernes
Valider les limites de classes
3. Résultats et discussions
Définition des valeurs limites des classes de courbure de cernes
Validation, par l’archéologie expérimentale, des valeurs limites des classes de courbure de cernes
(i) La fiabilité de l’estimation de la courbure des cernes
(ii) L’influence de l’anatomie des tissus ligneux des taxons étudiés
(iii) Le rôle joué par les conditions de croissance des arbres
(iv) L’impact des traitements du bois après l’abattage
4. Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Jusqu’à la révolution industrielle, le bois était l’une des principales ressources énergétiques des sociétés de l’Europe tempérée. Il était indispensable pour une large palette d’activités domestiques, artisanales et industrielles où il était utilisé sous différentes formes (e.g. brindilles, fagots, bûches) ou états (e.g. charbon de bois, bois mort, bois dégradé) en fonction des contraintes environnementales et techniques, des pratiques et des usages. Pour répondre à leurs besoins énergétiques, les sociétés ont mis en place des stratégies d’approvisionnement, allant de la simple collecte opportuniste, basée par exemple sur le ramassage local du bois mort, à la mise en place de véritables réseaux commerciaux terrestres ou fluviaux (Bernard, 2003 ; Blondel, 2018 ; Bourquin, 2006 ; Rackham, 1976).

L’évolution des sociétés humaines et de leurs besoins énergétiques a progressivement conduit à la transformation des espaces forestiers et des paysages, ainsi qu’à la modificati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Paradis-Grenouillet et Christelle Belingard, « Estimer le diamètre des bois carbonisés à partir de l’observation de la courbure des cernes de croissance des charbons de bois archéologiques : nouvelle contribution méthodologique »ArcheoSciences, 44-2 | 2020, 205-217.

Référence électronique

Sandrine Paradis-Grenouillet et Christelle Belingard, « Estimer le diamètre des bois carbonisés à partir de l’observation de la courbure des cernes de croissance des charbons de bois archéologiques : nouvelle contribution méthodologique »ArcheoSciences [En ligne], 44-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/7863 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.7863

Haut de page

Auteurs

Sandrine Paradis-Grenouillet

Éveha, 31 rue Soyouz, 87000 Limoges ; GEOLAB/UL UMR CNRS 6042, 39E rue Camille Guérin, 87000 Limoges (sandrine.paradis@eveha.fr)

Christelle Belingard

Dendrochronologue indépendante, GEOLAB/UL UMR CNRS 6042, 39E rue Camille Guérin, 87000 Limoges (christelle.belingard@orange.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Article L.111-1 du Code de la propriété intellectuelle.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search