Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44-2Première identification archéolog...

Première identification archéologique d’un écobuage médiéval : le site de Vaudes « Les Trappes » (Aube)

First archaeological identification of medieval paring and burning: the Vaudes “Les Trappes” site (Aube)
Arthur Guiblais-Starck, Clément Menbrivès, Sylvie Coubray, Grégory Dandurand, Alain Giosa, Sophie Martin et Christophe Petit
p. 219-235

Résumés

La mise au jour en 2014 de structures rubéfiées et noircies à Vaudes « Les Trappes » (Aube) a conduit à la réalisation de fouilles préventives par l’Inrap sur une surface d’environ 8 000 m² afin d’identifier leur origine, anthropique ou naturelle. La morphologie de ces vestiges, dépourvus d’indices de contexte domestique ou artisanal, rappelle celle de faits fréquemment découverts lors de diagnostics archéologiques, enregistrés a priori comme le résultat de feux liés à des chablis ou des souches d’arbres. L’importante densité des structures, formant un niveau stratigraphique discontinu sur près de 350 mètres apparaissait ici particulièrement pertinente pour caractériser plus précisément les modalités de leur formation. La fouille archéologique, couplée à des caractérisations géoarchéologiques (étude stratigraphique, granulométrie, analyse élémentaire, susceptibilité magnétique, colorimétrie, micromorphologie) et paléoenvironnementales (malacologie, anthracologie, carpologie) confirme que ces structures résultent d’un phénomène de combustion in situ complexe, et cela dans un milieu relativement ouvert et humide. La confrontation de ces résultats à la documentation technique et ethnographique des feux naturels et agro-sylvo-pastoraux nous permet d’interpréter ces structures comme les résidus de fourneaux de combustion tels qu’employés dans un écobuage au sens classique. Leur datation autour des xie-xiie siècles atteste ainsi cette pratique agricole méconnue plusieurs siècles avant sa première mention historique et démontre la nécessité d’une plus grande considération de ce type de découverte, en dépit des difficultés pouvant apparaitre pour enregistrer et caractériser des vestiges parfois énigmatiques.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Introduction
2. Le site : localisation, contexte archéologique et géologique
3. Les structures rubéfiées
Les structures rubéfiées sur le terrain
Contexte stratigraphique
Description morphologique
Caractérisations physico-chimiques
Analyses granulométrique et géochimique du sédiment
Analyse micromorphologique
Susceptibilité magnétique et indices de chauffe
Estimation des températures de chauffe
Matériel et protocole expérimental
Résultats
Caractérisations paléoenvironnementales
Étude malacologique
Études archéobotaniques des résidus de combustion
Périodicité et datation du phénomène
4. Interprétations : les pratiques du feu et leurs traces archéologiques
Les produits potentiels des feux naturels et agro-sylvo-pastoraux
Interprétation des structures rubéfiées
Fonctions de l’écobuage
Conclusion

Aperçu du texte

1. Introduction

Parmi les pratiques agricoles, celles liées au feu sont généralement reconnues pour être de tradition ancienne (Mazoyer et Roudart, 1997). Malgré leur grande fréquence dans les textes historiques récents (Sigaut, 1975), la question de leur identification en contexte archéologique n’a que rarement été discutée (Marmet et al., 2002 ; Deák et al., 2017 ; Ponomarenko et al., 2019). L’étude interdisciplinaire engagée sur le site de Vaudes permet l’analyse et l’interprétation de vestiges singuliers en termes de techniques agricoles et offre la possibilité de dater une pratique encore peu documentée.

En avril-mai 2014, un diagnostic a été réalisé dans le cadre de la construction d’une canalisation de transport de gaz reliant la Méditerranée à la mer du Nord, et traversant la Champagne. Sur le territoire de la commune de Vaudes (Aube) aux lieux-dits « Les Trappes », « Les Clos » et « Les Lames », l’opération a permis la découverte d’un niveau de 0,05 m à 0,15 m d’épaisseur, d’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arthur Guiblais-Starck, Clément Menbrivès, Sylvie Coubray, Grégory Dandurand, Alain Giosa, Sophie Martin et Christophe Petit, « Première identification archéologique d’un écobuage médiéval : le site de Vaudes « Les Trappes » (Aube) »ArcheoSciences, 44-2 | 2020, 219-235.

Référence électronique

Arthur Guiblais-Starck, Clément Menbrivès, Sylvie Coubray, Grégory Dandurand, Alain Giosa, Sophie Martin et Christophe Petit, « Première identification archéologique d’un écobuage médiéval : le site de Vaudes « Les Trappes » (Aube) »ArcheoSciences [En ligne], 44-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2023, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeosciences/7900 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeosciences.7900

Haut de page

Auteurs

Arthur Guiblais-Starck

Responsable d’opération, Inrap GE, 38 rue des Dats, 51520 Saint-Matin-sur-le-Pré (arthur.guiblais-starck@inrap.fr)

Clément Menbrivès

Doctorant, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnementales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex (clement.menbrives@outlook.fr)

Sylvie Coubray

Anthracologue, Inrap CIF, UMR 7209 AASPE Archéozoologie, Archéobotanique : Sociétés, Pratiques et Environnement, MNHN, 55 rue Buffon, 75005 Paris (sylvie.coubray@inrap.fr)

Grégory Dandurand

Géomorphologue, Inrap NAOM, Centre de recherches archéologiques de Poitiers, 122 rue de la Bugellerie, Zone République 3, 86000 Poitiers, UMR 5608 TRACES, Toulouse (gregory.dandurand@inrap.fr)

Alain Giosa

Doctorant, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnementales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex (alaingiosa@gmail.com)

Articles du même auteur

Sophie Martin

Malacologue, Inrap MM, rue de l’Acropole, Lotissement Actipolis, 34420 Villeneuve-lès-Béziers, UMR 5140 Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, Montpellier (sophie.martin@inrap.fr)

Christophe Petit

Professeur des universités, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies Environnementales, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès, 21, allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex (christophe.petit@univ-paris1.fr)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search