Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire

The Chinese Annals of Batavia, the Kai Ba Lidai shiji and other Stories (1610-1795)

Claudine Salmon
p. 308-310
Référence(s) :

The Chinese Annals of Batavia, the Kai Ba Lidai shiji and other Stories (1610-1795), Translated, edited and annotated by Leonard Blussé & Nie Dening, Leiden – Boston : Brill, European Expansion and Indigenous Response, Volume 28, 2018, bibliography, 19 illustrations, 2 index, 322 p. ISBN 1873-8974 ; ISBN 978-90-04-355339-2 (hardback) ; ISBN 978-90-04-35670-2 (e-book)

Texte intégral

1La partie principale de ce volume (pp. 51-201) consiste en la traduction annotée du Kai Ba lidai shiji 开吧历代史记, chronique de la communauté chinoise de Batavia, rédigée vers 1794 par un auteur qui ne révèle pas son nom.

2Elle est précédée d’une partie introductive en six chapitres. Le premier donne un aperçu de la situation à Batavia aux XVIIe et XVIIIe siècles et insiste sur l’idée qu’il y aurait eu une sorte de convivencia, ou coexistence culturelle entre Hollandais et Chinois, laquelle aurait été mise à mal avec le massacre des Chinois en 1740. Le deuxième traite plus particulièrement de la communauté chinoise, de son administration directe par un capitaine ou jia-bi-dan 甲必丹 et ses adjoints sous le patronage de la VOC dès 1619, et de la fondation ultérieure d’un concile, institution semi-officielle (connue en chinois sous de Gongguan 公馆 ou encore Gongtang 公堂et, en néerlandais, sous celui de Chineese Raad) se réunissant deux fois par semaine, sous la direction du capitaine, pour gérer diverses questions touchant la communauté (à l’exception des affaires graves qui relevaient de la justice de la VOC).

  • 1 Voir Chen Jiarong, « À la recherche du “Récit sommaire sur Batavia” Bayou jilüe de Chen Hongzhao (c (...)
  • 2 Ce panneau ainsi que les quatre suivants, datant de 1861, 1893, et 1918, ornent à présent les murs (...)

3Le troisième chapitre envisage la place de cette chronique, par rapport aux autres sources en chinois émanant de la Gongguan, mais aussi de contemporains qui, après avoir visité, voire séjourné à Batavia, tels Cheng Xunwo 程逊我 et Wang Dahai 王大海, ont composé chacun un travelogue dans le but d’informer leurs compatriotes. À ces derniers, il conviendrait d’ajouter un autre voyageur, Chen Hongzhao 陈洪照, également originaire du Fujian, qui se rendit à Java en 1749, mais dont le « Récit sommaire sur Batavia » n’a encore été retracé que par des citations dans le Xiao Liuqiu manzhi 小琉球漫志 « Récit de loin sur la Petite Ryu Kyu »1. L’auteur de la chronique n’expose nulle part les raisons qui l’ont poussé à écrire. Vu que ses objectifs étaient manifestement de reconstruire à grands traits la chronologie des différents personnages impliqués dans la gestion des affaires de la communauté durant la période de la VOC et de relater en détail les événements de 1740, (brièvement évoqués de façon allégorique dans le texte du premier panneau de la Gongguan de 1781 relatant les débuts de l’histoire de la gestion de la communauté)2, les éditeurs ont été amenés à avancer l’idée qu’il était très probablement le secrétaire de la Gongguan.

  • 3 Cf. Liem Thian Joe, Riwajat Bangsa Tionghoa di Indonesia, bagian Riwajat Semarang, Semarang, Boekha (...)

4Les trois derniers chapitres traitent du texte proprement dit, de son contenu qui est essentiellement une reconstruction relatant des anecdotes dans un double cadre politique hollandais et chinois (avec les dates données selon le calendrier chrétien et chinois), dans le but de moraliser sur le passé à l’usage du présent. Et pour ce faire, l’auteur n’hésite pas à intervenir pour exprimer ses sympathies et antipathies. La question de la genèse du récit reste très problématique vu qu’on ignore tout des sources (probablement conservées au sein de la Gongguan) sur lesquelles il s’est appuyé pour établir son récit. Peut-être aurait-on pu faire ici un rapprochement avec la Gongguan de Semarang, où au moment de sa suppression en 1931, l’historien local Liem Thian Joe 林天佑 découvrit « par hasard » dans les bureaux de ladite institution « diverses notes anciennes », grâce auxquelles il put rédiger son histoire de la communauté chinoise de cette ville3.

  • 4 Cette traduction n’a sauf erreur pas été conservée, mais elle a donné lieu à une adaptation en néer (...)

5Cinq versions manuscrites de la chronique ont été retracées : la première, utilisée par Révérend Walter Henry Medhurst pour effectuer sa traduction en anglais4, laquelle n’a pas été retrouvée ; les deux suivantes qui ont été éditées en chinois avec un apparat critique, plus particulièrement celle de Hsü Yün-Ts’iao 许云樵 (combinant la copie d’une version conservée à la Gongguan faite en 1940 et une autre datant de 1896 retrouvée à Sukabumi en 1921 et précédemment publiée) parue à Singapour en 1953 dans la revue Nanyang xuebao 南洋学报 ; enfin, les deux dernières censées être conservées à la Bibliothèque de l’université de Leyde. La première des deux (à présent égarée) fut donnée en 1909 par le fonctionnaire chargé des affaires chinoises B. Hoetink ; la deuxième le fut en 2005, par l’ingénieur Liem Ho Soei qui la tenait de Oei Giok Po, premier bibliothécaire en charge de la collection Echols sur l’Asie du Sud-Est de l’université de Cornell. C’est ce dernier manuscrit (qui se termine sur l’année 1793, alors que les autres vont jusqu’en 1795, et ne comporte pas d’appendices, à la différence de ceux utilisés par Hsü Yün-Ts’iao), considéré comme étant le plus ancien, qui fait l’objet de la traduction dont il est question ici. On aurait peut-être souhaité que cette interprétation soit davantage étayée. Les éditeurs expliquent enfin comment ils ont procédé pour établir leur traduction en tenant compte des diverses versions à leur disposition.

6La troisième et dernière partie est constituée par les traductions de quatre textes plus ou moins contemporains de la chronique, dont certains déjà traduits antérieurement (pp. 205-240) : le bref récit de Cheng Xunwo sur Batavia (sans annotations), un choix de textes se rapportant à Cai Xin 蔡新, un fonctionnaire originaire du Fujian, ayant encouragé Cheng Xunwo à rédiger sa relation de voyage, des extraits du travelogue de Wang Dahai, et une brève note sur Batavia (reproduite dans l’édition de la chronique par Hsü Yün-Ts’iao). Cette partie se termine sur huit appendices (pp. 243-293) donnant la traduction de la nomination du capitaine Tsoa Wanjok en 1678, diverses listes, dont celles des gouverneurs généraux, des chefs de la communauté chinoise et des secrétaires de l’office des Chinois (figurant dans les versions utilisées par Hsü Yün-Ts’iao), ainsi qu’un glossaire des termes malais et néerlandais utilisés dans la chronique.

7Les éditeurs ont accompli un travail fort louable. On appréciera tout particulièrement les efforts faits pour éclairer, voire corriger, le texte de la chronique en s’appuyant sur diverses sources hollandaises contemporaines. Les sinologues regretteront toutefois que le manuscrit, qui est à la base de cette traduction, n’ait pas été reproduit. Ils regretteront également que les nombreuses transcriptions de toponymes n’aient pas été données selon la prononciation hokkien, laquelle aurait permis de mieux comprendre les identifications faites par les traducteurs.

Haut de page

Notes

1 Voir Chen Jiarong, « À la recherche du “Récit sommaire sur Batavia” Bayou jilüe de Chen Hongzhao (ca. 1749) », traduit par C. Salmon, in Archipel 52 (1996), p. 19-30.

2 Ce panneau ainsi que les quatre suivants, datant de 1861, 1893, et 1918, ornent à présent les murs de la bibliothèque asiatique de l’université de Leyde. À noter qu’ils ont fait l’objet de publication au moins à quatre reprises, en 1939 (deux fois), en 1955, et en 1997.

3 Cf. Liem Thian Joe, Riwajat Bangsa Tionghoa di Indonesia, bagian Riwajat Semarang, Semarang, Boekhandel “Kamadjoean”, [1933], Permula’an Kata. Traduction chinoise : Li Xuemin 李学民 & Chen Xunhua 陈华, San-bao-long lishi, zi Sanbao shidai zhi huaren gonguan de chexiao (1416-1931) 三宝垄历史,自三保时代至华人公馆的撤销, Guangzhou : Jinnan daxue huaqiao yanjiusuo, 1984.

4 Cette traduction n’a sauf erreur pas été conservée, mais elle a donné lieu à une adaptation en néerlandais qui a été publiée en 1840.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Salmon, « The Chinese Annals of Batavia, the Kai Ba Lidai shiji and other Stories (1610-1795) », Archipel, 97 | 2019, 308-310.

Référence électronique

Claudine Salmon, « The Chinese Annals of Batavia, the Kai Ba Lidai shiji and other Stories (1610-1795) », Archipel [En ligne], 97 | 2019, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archipel/1140

Haut de page

Auteur

Claudine Salmon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals