Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Histoire

Urip Iku Urub : Untaian Persembahan 70 Tahun Profesor Peter Carey

Henri Chambert-Loir
p. 312-314
Référence(s) :

Urip Iku Urub : Untaian Persembahan 70 Tahun Profesor Peter Carey (« La Vie comme un flambeau : Un collier d’offrandes pour les 70 ans du Professeur Peter Carey »), Jakarta : Kompas, 2019, xc-568 p., 120 illustrations, index. ISBN : 978-602-412-534-9.

Texte intégral

1Comme souvent dans les hommages offerts à des professeurs d’université, un corps d’articles, dans ce volume, est constitué de souvenirs et de documents personnels, et un autre d’essais en rapport avec la discipline du professeur en question.

2La première partie (c.130 p.) est consacrée à Peter Carey, à commencer par un texte autobiographique de celui-ci (illustré par 55 photographies éparses dans la première partie de l’ouvrage), qui fait une large place à ses origines et à son enfance.

3Né en 1948 à Rangoon, où il passe son enfance, Peter Carey fait ses études en Angleterre, puis des études supérieures à Cornell et à Leyde ; il fait durant deux ans des recherches à Java et devient professeur d’histoire de l’Europe moderne à Oxford, où il enseignera pendant 30 ans. Il passe sa thèse sur Diponegoro en 1977, mais elle ne sera publiée que trente ans plus tard parce que son parcours suit des détours imprévus. Il consacre, en effet, une grande partie de son temps, dans les années 1980-1990, à une campagne de soutien au Timor oriental, lors de la difficile transition qui conduit à l’indépendance et qui a provoqué chez lui une « crise morale » (p. 44). Il participe aussi à la fondation du Cambodia Trust en 1989 (qui fournit des prothèses aux victimes de mines personnelles), à celle d’une école bouddhiste en Angleterre en 1993, à celle d’un centre de méditation bouddhiste en Irlande en 2000, et à celle d’une École supérieure de santé à Jakarta vers 2009.

4Enfin, il prend sa retraite d’Oxford en 2008 et s’installe à Jakarta. Il fait d’abord, durant quatre ans, l’expérience décevante d’un emploi bénévole au ministère (« kafkaien », p. 46) de la Santé pour développer en Indonésie la compétence qu’il a acquise dans le domaine des prothèses de bras et jambes, mais, pour finir, il jouit d’une période de récolte de tous ses investissements de chercheur grâce au patronage ‒ pour le moins inattendu ‒ de la fondation de Hashim Djojohadikusumo (le frère et financier de Prabowo Subianto), qui lui permet de publier la traduction de sa thèse et de devenir professeur à l’Université Indonesia. La décision de vivre à Jakarta est beaucoup plus qu’un séjour supplémentaire à l’étranger. Peter Carey ambitionne de devenir citoyen indonésien et divers indices laissent penser qu’il s’idendifie comme javanais (ex. p. xxxiv, 110).

5En marge de cette carrière professionnelle, quelques éléments de la vie privée font surface, dont une expérience de sortie du corps à l’âge de six ans, une autre de mort imminente à 22 ans, une rencontre quasiment mystique avec Diponegoro et plusieurs épisodes tragiques. De cette vie très remplie et faite de chapitres apparemment dissemblables, le texte autobiographique de Peter Carey explique la logique intellectuelle et spirituelle, avec la ferme conviction qu’« il n’y a pas de hasard dans l’existence » (p. 31).

6Peter Carey est l’un des historiens de l’Indonésie les plus réputés et les plus brillants. Son travail sur Diponegoro, d’une exhaustivité exceptionnelle, est le résultat d’une recherche académique mais aussi mystique, les longues veilles dans les archives trouvant leur parallèle dans les pèlerinages et les méditations sur les sites où s’est accomplie la geste de Diponegoro. Peter Carey a acquis une aura particulière en Indonésie aujourd’hui, où il semble, pour certains, avoir avec le héros javanais un lien beaucoup plus fort que le seul rapport académique.

7Cette partie contient le texte de la leçon inaugurale prononcée par Peter Carey à l’Université Indonesia, en décembre 2014, « en l’honneur de la Fondation Arsari Djojohadikusumo », sur le rôle de l’histoire dans la construction de l’avenir de l’Indonésie. Une bibliographie des travaux de Peter Carey, en fin de volume, complète cette section personnelle. Outre les travaux bien connus sur l’histoire de Java, se trouvent d’autres livres et articles, dont deux livres sur Timor et un sur la Birmanie.

8Le travail de Peter Carey sur la Guerre de Java montre la dimension sociale et religieuse de la révolte de Diponegoro : la Guerre n’a pas été provoquée par la déception d’un prince dans ses ambitions personnelles ; elle a résulté des dysfonctionnements de la société coloniale et elle visait à chasser l’envahisseur au nom du pouvoir de l’islam javanais. Son ouvrage majeur sur Diponegoro et la Guerre (The Power of Prophecy : Prince Dipanagara and the end of an old order in Java, 1785‒1855) est paru à Leyde en 2007, puis en traduction indonésienne (Kuasa Ramalan : Pangeran Diponegoro dan Akhir Tatanan Lama di Jawa, 1785‒1855) à Jakarta en 2012. Une version abrégée est parue en anglais (Destiny : The life of Prince Diponegoro, 1785‒1855) et en indonésien (Takdir : Riwayat Pangeran Diponegoro, 1785‒1855) en 2014.

9La parution de Kuasa Ramalan a donné lieu à de multiples célébrations : lancement de l’ouvrage, conférences, créations artistiques (un monologue théâtral, un jeu de figurines d’un wayang kulit Diponegaran, un roman, une bande dessinée, un tableau, un drame musical...), célébrations de divers anniversaires, une exposition, restauration du fameux tableau de Raden Saleh, rencontres des descendants de Diponegoro, élection du manuscrit de la Babad Diponegoro à l’inventaire de la Mémoire du monde, pèlerinages sur les sites de la geste de Diponegoro (à Java, Madura et Makassar), remise du bâton de pèlerinage de Diponegoro au ministère indonésien de la Culture (voir l’article de Pauline Lunsingh Scheurleer dans le présent volume), réalisation d’un documentaire sur Peter Carey. Tout ceci ressemble à un culte de Diponegoro, dont Peter Carey est le grand prêtre.

10Dans la deuxième partie, d’une cinquantaine de pages, qui traite de la Guerre dans les arts, Werner Kraus, l’un des trois étrangers parmi les 24 auteurs qui ont participé à ce volume, montre d’ailleurs, avec force exemples, que Diponegoro fut célébré dès 1913, à Java, comme le héros de la lutte anti-coloniale, et donc de la liberté, ainsi que le champion de la cause du peuple, aussi bien par les nationalistes (Insulinde, Taman Siswa, PNI) que les communistes (ISDV, PKI) et les musulmans (Muhammadiyah, Permi). La quatrième section également traite de la Guerre.

11Ces trois parties consacrées à Peter Carey, Diponegoro et la Guerre (13 essais) s’accompagnent de deux autres contenant 11 essais sur l’histoire de Java : l’ordre ancien (17e‒19e s.) et le nouveau (19e‒20e s.), soit avant et après la Guerre. La première de ces deux parties (Bagian III, « L’Ordre javanais ancien », 50 p.) est essentiellement consacrée à la confrontation entre Javanais et Européens : spéculations sur l’identité du personnage légendaire Juru Taman, alias Baron Sakeber ou Sakender dans les chroniques javanaises (Sri Margana), stratégie politique de Mataram face au pouvoir du clan Kajoran-Tempayat (Kuncoro Hadi), rencontre entre le Gouverneur-général néerlandais et le Sultan de Banten, en 1708, d’après un rapport néerlandais contemporain officiel (Hendrik E. Niemeijer), massacre des Chinois de Batavia de 1740 (Lilie Suratminto), et enfin domination de Raffles sur Yogyakarta grâce à une coopération avec les élites locales et le réseau chinois (Daya Negri Wijaya).

12Quant à la deuxième de ces deux parties (Bagian V, « Après la chute de l’ordre javanais ancien », 110 p.), elle traite de la perception javanaise de la femme chinoise aux 19e et 20e s. (Didi Kwartanada), du destin, très romanesque, d’une princesse du Pakualaman dans la deuxième moitié du 19e s. (Sri Ratna Saktimulya), du règne de Mangkunegoro IV (Daradjadi), de la représentation de Surapati dans le roman de 1887 de Melati van Java (Sudibyo), de la dégradation du statut de dukun avec la diffusion de la médecine européenne (Martina Safitry) et de l’action éducative des sœurs franciscaines, à Mendut, au début du 20e s. (Eka Ningtyas).

13Comme c’est souvent le cas dans ce genre de volume, les contributions sont de nature et de qualité diverses. Elles font preuve, cependant, d’une grande cohérence thématique. Les auteurs donnent la primauté aux sources locales, essentiellement javanaises, tout en manifestant la volonté d’intégrer les travaux et les avancées théoriques accomplis à l’étranger.

14Peu de professeurs étrangers ont eu l’honneur d’un « festschrift » indonésien (Bernet Kempers, Zoetmulder, Lombard). Ce volume offre un portrait multiforme et haut en couleurs d’un professeur anglais, en même temps qu’un panorama des études indonésiennes sur l’histoire de Java du 17e au 20e siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Chambert-Loir, « Urip Iku Urub : Untaian Persembahan 70 Tahun Profesor Peter Carey », Archipel, 97 | 2019, 312-314.

Référence électronique

Henri Chambert-Loir, « Urip Iku Urub : Untaian Persembahan 70 Tahun Profesor Peter Carey », Archipel [En ligne], 97 | 2019, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archipel/1156

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals