Navigation – Plan du site
Comptes rendus
Écrits intimes

Home is Not Here, Singapore

Claudine Salmon
p. 323-325
Référence(s) :

WANG Gungwu, Home is Not Here, Singapore, Published under the Ridge Books imprint by NUS Press, National University of Singapore, 2018, 219 p., index, illustrations. ISBN 978-981-472-92-6 (casebound).

Texte intégral

1Le titre de cette autobiographie, « Notre domicile n’est pas ici », couvrant l’enfance et la scolarité d’un historien d’Asie bien connu, jusqu’à son entrée à l’Université de Malaisie en 1949, pourrait surprendre. En fait, ce titre résume les hésitations et les prises de conscience successives de l’auteur quant à son vrai domicile en rapport avec l’évolution de la conjoncture politique tant en Malaisie qu’en Chine. Dans la première partie, Wang Gungwu, répétant ce que sa mère lui avait appris, écrit (p. 22) : I knew that China was our home ou « Je savais que notre domicile était en Chine ». Un peu plus loin (p. 49), il précise : Thus I grew up thinking that we were not normal in Ipoh, and that Ipoh was definitely not our home, « J’ai donc grandi en pensant que nous n’étions pas normaux à Ipoh [Perak] et qu’Ipoh n’était définitivement pas notre chez nous. » Revenu à Ipoh en 1948, après un court séjour universitaire à Nankin en 1947 dans une Chine en proie à la guerre civile, il note alors dans la quatrième partie, Ipoh, Re-orient, (p. 197) : In a strange way, I soon felt at home, returning to a life that I had grown with, « D’une manière étrange, je me suis vite senti chez moi, retrouvant une vie avec laquelle j’avais grandi. » Ce séjour en Chine avait été le catalyseur qui avait permis à l’auteur de percevoir la Chine et la Malaisie sous un jour nouveau. Un peu plus loin (p. 207), ajoutant une impression qui lui vint en revisitant furtivement Ipoh, en 1960, où il ne retrouve plus ses anciens camarades, il écrit (p. 207) : Ipoh had taught me that nothing was permanent, that change was already around the corner and that people could easily cut off of their roots « Ipoh m’avait appris que rien n’était permanent, que le changement était toujours au coin de la rue et que les gens pouvaient facilement se couper de leurs racines. »

  • 1 On ne peut néanmoins s’empêcher de regretter que ce manuscrit de Ding Yan, qui constitue un documen (...)

2Wang Gungwu commence par expliquer qu’après avoir écrit un premier texte à l’usage de ses enfants et peut-être aussi de lui-même, il se convainquit que son récit pourrait également intéresser d’autres lecteurs. Il entreprit alors de le remanier et d’introduire, dans les trois premières parties (My Small World, Leaning to Roam, To Nanjing), des extraits des mémoires intitulés Lüeshu wo wushinian zhi huiyi 略述我五十年之回忆 « Memories of Fifty Years » que sa mère, Ding Yan 丁俨 (1905-1993), rédigea alors qu’elle était âgée de plus de 70 ans et qu’elle donna à son fils peu avant de mourir1. C’était là une idée très astucieuse. En effet, ces extraits complètent le récit de l’auteur en introduisant un regard adulte sur la vie quotidienne d’alors, les difficultés matérielles, la guerre, ainsi qu’une certaine profondeur historique. Ding Yan prend soin de retracer l’histoire de sa propre famille et celle de son mari Wang Fuwen 王宓文 (1903-1972), toutes deux appartenant à la bourgeoisie fort conservatrice et pétrie de culture confucéenne de la province du Jiangsu.

3Wang Fuwen, comme bien d’autres lettrés du Jiangsu et du Zhejiang, vu les difficultés économiques d’alors, s’était résolu à aller mettre ses services d’enseignant au profit des communautés chinoises d’Insulinde. Il partit en 1927 et, après avoir obtenu quelques postes d’enseignant tant en Malaisie qu’à Surabaya, où naquit son fils Gungwu en 1930, il accepte, l’année suivante, celui d’inspecteur des écoles chinoises de l’État de Perak, dont le siège était à Ipoh, dans un milieu essentiellement hakka qui lui était totalement étranger. Les obstacles linguistiques et les différences culturelles entre les enseignants issus de la Chine centrale et les émigrés des provinces septentrionales du Guangdong et du Fujian faisaient que les premiers n’avaient pas le sentiment d’appartenir au monde de ces derniers. Ding Yan, qui ne connaissait aucune langue étrangère, bien qu’ayant souhaité maîtriser l’anglais, dut se résoudre à apprendre quelques rudiments de cantonais pour pouvoir communiquer avec sa domestique. Quant à Wang Fuwen, il avait fait des études de littérature anglaise dans son pays, et avait une meilleure perception du monde extérieur, aussi voulut-il que son fils fasse sa scolarité en anglais, tout en lui prodiguant une éducation chinoise à la maison. Cette décision devait déterminer l’avenir et les choix culturels de Wang Gungwu.

4La narration suit les principales étapes de l’éducation de l’auteur. Après l’invasion japonaise, les écoles anglaises furent fermées. En 1942, Wang Fuwen décida d’inscrire son fils dans une institution chinoise et ensuite de créer une école pour son fils et les enfants de ses amis, mais pour finir, la famille quitta Ipoh pour fuir les violences de la guerre et alla se réfugier à la campagne. C’est pendant toute cette période que Wang Gungwu prit connaissance des enfants chinois et autres, avec lesquels il apprit un peu de dialectes hakka, cantonais, hokkien et aussi de « bazaar Malay ». C’est aussi pendant cette période qu’il se familiarisa avec les romans anglais. En 1945, les Britanniques revinrent et les écoles anglaises rouvrirent. En 1947, les parents de Wang Gungwu, qui rêvaient toujours de retrouver leur terre natale, décidèrent de partir pour Nankin avec l’intention d’inscrire leur fils à la National Central University. Mais la dureté de la vie quotidienne dans la Chine d’alors fit que les rêves de Wang Furen s’écroulèrent et qu’il décida de retourner en Malaisie avec sa famille, de reprendre son travail d’inspecteur à Ipoh, et de repenser l’avenir de son fils dans la nouvelle Malaisie. C’est alors que Wang Gungwu prit conscience du fait que son « bazaar Malay » ne suffisait plus, et qu’il lui fallait se concentrer sur la langue nationale.

5Bien que cette autobiographie se déroule selon un plan chronologique, Wang Gungwu ne cesse de la truffer de réflexions et de souvenirs ultérieurs, de sorte que le lecteur est amené à naviguer sans cesse entre le passé et le présent. On sent aussi le souci de l’auteur de faire un portrait de son père bien que ce dernier, à bien des égards, ait échappé à l’enfant qu’il était alors. De même, il réinsère un certain cadre politique dont il ne prit, semble-t-il, conscience que beaucoup plus tard.

6C’est un ouvrage attachant qui permet au lecteur d’aujourd’hui de mieux comprendre les drames intérieurs de ces intellectuels chinois en exil, ainsi que la complexité de la société plurale dans laquelle ils furent amenés à évoluer. La question de savoir s’il y aura une suite ou pas reste ouverte.

Haut de page

Notes

1 On ne peut néanmoins s’empêcher de regretter que ce manuscrit de Ding Yan, qui constitue un document très précieux pour comprendre la vie quotidienne des Chinoises d’Insulinde d’alors, ainsi que l’occupation japonaise, n’ait pas fait l’objet de publication dans l’original, d’autant plus que Wang Gungwu a par ailleurs veillé à éditer un volume commémoratif en l’honneur de son père, lequel contient une collection de poèmes, d’essais, et de calligraphies : Wang Fuwen jinianji 王宓文纪念集 , NJ 07661, USA, Bafang wenhua qiyegongsi 八方文化企业公司Global Publishing Co. Inc., 2002. L’ouvrage est partiellement consultable en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudine Salmon, « Home is Not Here, Singapore », Archipel, 97 | 2019, 323-325.

Référence électronique

Claudine Salmon, « Home is Not Here, Singapore », Archipel [En ligne], 97 | 2019, mis en ligne le 16 juin 2019, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archipel/1190

Haut de page

Auteur

Claudine Salmon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals