Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Comptes rendusFarish A. Noor and Peter Carey (e...

Comptes rendus

Farish A. Noor and Peter Carey (ed.), Racial Difference and the Colonial Wars of 19th Century Southeast Asia, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021. ISBN: 978 94 6372 372 5 ; ISBN Version pdf: 978 90 4855 037 1

Elsa Clavé
p. 252-255
Référence(s) :

Farish A. Noor and Peter Carey (ed.), Racial Difference and the Colonial Wars of 19th Century Southeast Asia, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021. ISBN: 978 94 6372 372 5 ; ISBN Version pdf: 978 90 4855 037 1

Texte intégral

  • 11 “A book about books”.

1La violence de la colonisation, notamment les guerres qu’elle a engendrées, est au centre de l’ouvrage collectif dirigé par Farish Noor et Peter Carey. Le thème y est cependant revisité – et les guerres relues – au travers du prisme des discours raciaux produits, au 19e siècle, sur les populations de l’Asie du Sud-est. Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée de trois autres monographies publiées par Farish Noor, à titre d’auteur, chez le même éditeur : The Discursive Construction of Southeast Asia in the 19th Century Colonial-Capitalist Discourse (2016), America’s Encounters with Southeast Asia, 1800-1900 : Before the Pivot (2018) et Data-Gathering in Colonial Southeast Asia 1800-1900 : Framing the Others (2019). Chacune de ces études aborde, à sa manière, la construction discursive de la région à partir de textes de la littérature coloniale considérés comme classiques. Tous trois sont à cet égard, selon les mots de l’auteur, « un livre sur des livres »11. L’œuvre présentée ici analyse le rôle joué par ces livres, et d’autres écrits, lors des guerres et conflits coloniaux ayant agité Java, le Siam, Pahang, le nord de
Bornéo ou encore les Philippines au cours du 19e siècle. Fruit du travail de sept auteurs, l’ouvrage traite donc moins des affrontements coloniaux, qu’il n’en explique les ressorts discursifs, articulés en termes de différence raciale.

2L’introduction expose les modalités de la conquête européenne à cette époque. Fulgurante, elle a été réalisée au moyen d’une supériorité technologique (armes) et légitimée par la production d’un discours pseudo-scientifique (différentiation raciale). Cette période a profondément modifié les structures politiques et territoriales, les rapports entre population locales et Européens, et également la perception que les sud-est asiatiques ont d’eux-mêmes. L’influence durable des discours raciaux dans la région est un des arguments mis en avant par les éditeurs.

3Le premier chapitre (p. 31-71) revient sur une période courte mais fort importante de l’histoire javanaise, les dix-sept années qui allèrent de l’arrivée du premier gouverneur général des Indes néerlandaises, Herman Willem Daendels (1808-1811), au début de la guerre de Java (1825-1830). Peter Carey détaille les profonds bouleversements engendrés par Daendels, notamment dans les rapports entre aristocratie javanaise et pouvoir colonial, avant de décrire le retour des Néerlandais, après l’interrègne britannique (1811-1816), et les débuts de la guerre de Java. L’arrivée des nouveaux bureaucrates européens, qui n’ont guère de goût pour le pays et ses cultures, marque une rupture avec la période précédente, généralement plus respectueuse. Le nouveau résident de Yogyakarta, le major Nahuys van Burgst, fait partie de ces hommes au dédain apparent. Il s’illustre par son islamophobie et des mœurs légères, plus ou moins affichées, qui offensent l’aristocratie javanaise et contribuent aux frictions grandissantes qui débouchent sur la guerre de Java.

4Les chapitres deux (p. 73-106) et trois (p. 107-149) amènent le lecteur à Bornéo. Le premier décrit la genèse de l’image du guerrier Dayak sous la plume d’Henry Keppel, Rodney Mundy et Frank Marryat. Ces trois auteurs, également officiers, ont participé à la lutte contre la piraterie aux côtés de James Brooke (1803-1868) dans le nord de l’île, au Sarawak actuel, et Farish Noor démontre à quel point cette expérience a nourri l’idée d’une population qui serait plus sauvage et plus belliqueuse que d’autres. Il n’en fallait pas plus pour personnifier la violence, lui donner un visage et des attributs. Mais si le Dayak est devenu le « signifiant » (p. 95) de cette violence il est également, à d’autres occasions, celui du sauvage à civiliser.

5Les images du pirate et du chasseur de tête se retrouvent dans le chapitre suivant qui prend pour cadre la rébellion de Mat Salleh (1894-1905) dans ce qui est aujourd’hui l’Etat du Sabah. Yvonne Tan y explique que les auteurs coloniaux s’efforcent de lire la diversité ethnique du nord de Bornéo en termes binaires : les populations des côtes – les Badjao et les Suluk – étant composées de sauvages en partie civilisés, alors que celles des terres, notamment les Dusun, descendraient d’ancêtres chinois. Les rapports coloniaux font ainsi sens de la révolte de Mat Salleh en termes de différence raciale, les mauvais autochtones se rebellant alors que les bons acceptent le nouvel ordre politico-économique de la British North Borneo Company. Cette vision qui regroupe les populations sous des traits stéréotypés, au moyen de catégories raciales, devient la norme et se retrouve dans la rhétorique et la politique nationale postindépendance du Sabah.

6Les relations franco-siamoises, et leur rivalité à l’est du Mekong, sont le sujet du quatrième chapitre (p. 151-178) qui démontre comment l’idée de race puis de nation thaï est appliquée à un territoire et à ses habitants afin de contrer les velléités françaises dans la région. À la suite de l’incident de Paknam (1893), également nommé conflit franco-thaï, les populations de l’est du Mekong, ainsi que leurs descendants vivant hors du territoire, se voient octroyer la protection consulaire des Français. Menacés par une ingérence européenne sur leur propre territoire où vivent des Lao, les Thai se décident à user des mêmes armes que les Européens et introduisent la notion d’identité et de race thaï sur leur territoire. Cet engagement intellectuel avec l’idée de race – cette fois définie comme asiatique – se prolonge ensuite dans la société thaï où le pouvoir politique et une classe moyenne émergente usent différemment de la notion à des fins de légitimation ou de contestation du système politique.

7Le chapitre cinq (p. 179-209), de Netusha Naidu, traite de la guerre civile qui éclate à Pahang (1891-1895) et de la manière dont le conflit est représenté, notamment dans les médias britanniques de l’époque, afin de légitimer l’intervention de l’État colonial. Derrières les efforts des Britanniques pour dépeindre les Malais comme peu fiables et naturellement peu enclins à la tâche, se trouvent ce que l’auteur nomme des « glissements » de langage où les protagonistes, le Sultan Ahmad et Dato’ Bahaman, apparaissent sous des traits favorables, lesquels révélent les contradictions des stéréotypes appliqués.

8Enfin, les deux derniers chapitres concernent les Philippines. Brian Shott (p. 211-241) offre une étude fascinante sur la perception des Philippins, par les soldats américains, lors de la guerre américano-philippine (1898-1902). Au regard curieux des premiers temps, se substituent rapidement des jugements racistes, voire un discours sur la suprématie de la race blanche. À cet égard, le déploiement de quelque 6.000 soldats afro-américains et les débats que cela suscita dans la presse afro-américaine de l’époque est particulièrement intéressant. Si nombre reproduisent le discours civilisationnel, d’autres sont plus réservés et il apparaît que le racisme aux États-Unis a été suffisamment connu aux Philippines pour que les insurgés rappellent aux soldats de couleurs les cas de lynchage ainsi que leur histoire (p.  227).

9L’ouvrage se clôt sur un chapitre de Mesrob Vartavarian examinant les relations entre les musulmans des Philippines et les pouvoirs coloniaux qui se sont succédé depuis 1800 dans l’archipel (p. 242-271). Les Espagnols, les Américains, puis les Philippins ont défini les populations musulmanes en des termes raciaux qui correspondaient à leur imaginaire colonial. S’il s’agit du chapitre qui fait le moins appel au discours scientifique ou racialisé produit sur les populations dont il est question, il s’agit aussi de celui qui couvre la plus grande période – presque deux siècles – et permet de repérer la mise en place de structures de contrôle politique.

10L’ouvrage présente une diversité qui ne peut être que saluée. Il couvre une large partie de l’Asie du Sud-est et mobilisent des sources de nature variée – rapports coloniaux, lettres, journaux intimes, carnets de notes, ouvrages scientifiques, gravures et presse locale – lesquelles permettent d’accéder à la vision d’administrateurs mais également à celle de soldats aux trajectoires et aux statuts fort divers. À cet égard, il ouvre une fenêtre sur différents mondes sociaux et confirme, pour qui en doutait, que la question raciale est présente à l’esprit de tous les acteurs de la domination coloniale.

11La richesse des matériaux a cependant rendu difficile l’exercice d’équilibriste qui consistait à traiter des conflits à la lumière des discours raciaux sans trop en dire, ni sur les uns ni sur les autres. Force est de constater que certaines contributions ont mieux réussi l’exercice que d’autres dont l’argumentation plus diluée rend la lecture parfois moins agréable. L’ouvrage reste cependant une réussite, il offre une mine d’informations et permet d’aborder les guerres et conflits coloniaux sous un angle renouvelé. Il convainc en cela le lecteur qu’il y a encore des choses à dire, et beaucoup à écrire, sur deux sujets que l’on croyait pourtant connus.

Haut de page

Notes

11 “A book about books”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elsa Clavé, « Farish A. Noor and Peter Carey (ed.), Racial Difference and the Colonial Wars of 19th Century Southeast Asia, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021. ISBN: 978 94 6372 372 5 ; ISBN Version pdf: 978 90 4855 037 1 »Archipel, 101 | 2021, 252-255.

Référence électronique

Elsa Clavé, « Farish A. Noor and Peter Carey (ed.), Racial Difference and the Colonial Wars of 19th Century Southeast Asia, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2021. ISBN: 978 94 6372 372 5 ; ISBN Version pdf: 978 90 4855 037 1 »Archipel [En ligne], 101 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 09 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archipel/2443 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archipel.2443

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search