Navigation – Plan du site

AccueilNuméros101Comptes rendusJudith E. Bosnak and Frans X. Koo...

Comptes rendus

Judith E. Bosnak and Frans X. Koot, The Javanese Travels of Purwalelana. A Nobleman’s Account of his Journeys across the Island of Java 1860-1875. Abingdon & New York: Routledge, 2020 [Hakluyt Society, Series III, 36] xxii+272 pp. ISBN 9780367530051. Hardback.

Edwin P. Wieringa
p. 271-273
Référence(s) :

Judith E. Bosnak and Frans X. Koot, The Javanese Travels of Purwalelana. A Nobleman’s Account of his Journeys across the Island of Java 1860-1875. Abingdon & New York: Routledge, 2020 [Hakluyt Society, Series III, 36] xxii+272 pp. ISBN 9780367530051. Hardback.

Texte intégral

1Fondée en 1846, la Société Hakluyt, basée à Londres, a publié en plus de 150 ans une liste impressionnante d’éditions savantes de sources primaires concernant la littérature de voyage de différentes époques et régions, écrites à l’origine dans différentes langues du monde. Trente-sixième volume de la troisième série, ce présent ouvrage est une traduction, accompagnée de notes, de commentaires, de cartes, d’images et de planches, du premier récit de voyage en langue javanaise et sur l’île de Java paru dans la série majestueuse des livres Hakluyt à reliure bleue. Ce récit exhaustif a été écrit par un jeune fonctionnaire aristocratique au service du gouvernement des Indes Néerlandaises, à savoir le régent (bupati) de Kudus (1858-1885), Raden Mas Arya Candranĕgara (c. 1836-1885), sous le pseudonyme de Raden Mas Arya Purwalĕlana. Après une première publication d’ouvrage en deux volumes en 1865-1866 par Landsdrukkerij (Imprimerie Nationale), maison d’édition officielle du gouvernement colonial, une seconde édition, revue et augmentée par l’auteur lui-même, a été publiée par des éditeurs privés en 1877 (à Semarang, chez G.C.T. van Dorp & Co) et 1880 (à Batavia, chez Ogilvie & Co); les deux éditions sont en écriture javanaise. Comme il a été dûment noté par les deux traducteurs (p. xvi, n°. 2), une romanisation complète de la deuxième édition a été mise à disposition tout récemment sur le site web de sastra.org.33

  • 34 Marcel Bonneff, Pérégrinations javanaises. Les voyages de R.M.A. Purwa Lelana : une vision de Java (...)
  • 35 Judith E. Bosnak & Frans X. Koot, Op reis met een Javaanse edelman. Een levendig portret van koloni (...)

2Ce n’est qu’en 1986 que le javanologue français Marcel Bonneff a impressionné le monde académique avec son excellente traduction française de la deuxième édition du texte (ou, autrement dit, l’édition de dernière main), accompagnée par des commentaires fort documentés et érudits, une introduction détaillée et d’utiles cartes34. Ce magnifique travail de pionnier a été suivi en 2013 par une traduction néerlandaise de Judith E. Bosnak et Frans X. Koot35, également basée sur la deuxième édition, dont Revo A. G. Soekatno avait fait une translittération (cette dernière est restée non publiée). En raison de la domination mondiale de la langue anglaise aujourd’hui, même parmi les universitaires non anglophones spécialisés dans les études indonésiennes, c’est une bonne chose que Bosnak et Koot aient maintenant rendu le récit de Purwalĕlana accessible à un public potentiellement beaucoup plus large. Bosnak et Koot ont fait tout leur possible pour aider le grand public à mieux comprendre un monde bien différent du nôtre au début du XXIe siècle. La traduction intégrale comporte de nombreuses notes de bas de page, ce qui est un bon service pour tous les non-initiés aux affaires javanaises. Pas moins de neuf annexes, sur des sujets aussi fondamentaux que la langue javanaise, les poids et mesures, noms botaniques, l’administration coloniale, l’architecture des palais en Java, les conventions poétiques, les titres, fonctions et honorifiques javanais, le calendrier javanais et un résumé de l’histoire javanaise avant le XIXe siècle, sont incluses. En plus de cela, afin de visualiser le texte, les traducteurs ont ajouté à ce récit pas moins de 73 images en noir et blanc, 24 planches en couleur, 5 diagrammes et 4 cartes.

3Le noble voyageur avait entrepris les quatre voyages décrits à travers le centre et l’est de Java et à Batavia peu avant sa nomination comme régent de Kudus en 1858, alors qu’il n’avait que 22 ans environ. Ainsi, le nom intrigant de Purwalĕlana, composé des éléments plutôt littéraires et livresques purwa (début; ancien ; premier) et lĕlana (voyager, vagabonder, aller à l’aventure ; errer), pourrait-il peut-être simplement faire référence aux « anciennes aventures » de l’auteur. Une autre hypothèse, avancée par Bonneff, serait que le jeune auteur a utilisé ce nom de plume pour évoquer des liens archétypaux avec la tradition littéraire javanaise très ancienne des pérégrinations. Cependant, plusieurs interprétations sont possibles et les traducteurs laissent sagement les options ouvertes (p. 22).

4Vivant à une époque coloniale marquée par de grandes transformations, Purwalĕlana a toutefois adopté une approche résolument non traditionnelle, en écrivant en prose un récit réaliste à la première personne. Il me semble que le noble « vagabond » a beaucoup en commun avec la figure du flâneur décrite par Walter Benjamin, c’est-à-dire le promeneur individualisé et observateur pointu des effets de la modernisation. Pour ne donner qu’un exemple des observations de Purwalĕlana parmi tant d’autres des bouleversements dans toutes les sphères de la société javanaise apparus dans la seconde moitié du XIXe siècle, je mentionnerai seulement que Purwalĕlana, entre autres, attire l’attention sur le nouvel usage occidental d’une carte de menu lors des dîners entres nobles à Surakarta (p. 169). Comme il le dit lui-même, les Néerlandais appellent cela un « mĕnu », ce dont il doit donner une description car il n’en existe pas d’équivalent dans son propre vocabulaire javanais.

5La seule critique possible de ce livre de sources très utile serait de pinailler en énumérant les fautes de frappe, mais on aurait du mal à trouver de nombreux exemples. J’ai noté « panditha » (p. 143 n. 3) pour « pandhita » ; « kinanti » (p. 200 n. 1; p. 254) pour « kinanthi » ; « Hiatory » (229 note 2) pour « History ». Concernant un petit détail à propos d’une race de cheval appelé « Sidney [sic] horse » (p. 58, n. 1), les traducteurs n’ont pas pu identifier de quel type de cheval il s’agit. Le texte javanais (p. 47 du premier volume) parle de kapal teji Sidni. En fait, aux Indes néerlandaises ce cheval était connu sous le nom de « Sydney paard » (cheval de Sydney). Cet animal était assez populaire à Java, comme en témoignent de nombreuses annonces « cheval de Sydney à vendre » dans les quotidiens coloniaux en néerlandais de l’époque36. Il s’agit probablement du « Stock Horse » australien, envoyé à l’origine de Sydney à Java.

6En bref, cette traduction minutieuse abondamment annotée et illustrée mérite d’être saluée, offrant au lectorat général et à toutes sortes de chercheurs mais aussi et surtout aux spécialistes sur l’Archipel insulindien, la possibilité de prendre connaissance d’un guide privilégié de Java au XIXe siècle vu à travers le prisme d’un témoin oculaire javanais privilégié.

Haut de page

Notes

33 Le volume 1 est accessible dans le site web https://www.sastra.org/kisah-cerita-dan-kronikal/riwayat-dan-perjalanan/238-cariyos-purwalelana-candranagara-1877-790-hlm-001-139 et dans https://www.sastra.org/kisah-cerita-dan-kronikal/riwayat-dan-perjalanan/812-cariyos-purwalelana-candranagara-1877-790-hlm-140-259. Le volume 2 est disponible sur https://www.sastra.org/kisah-cerita-dan-kronikal/riwayat-dan-perjalanan/1717-lampah-lampahipun-raden-mas-arya-purwalelana-candranagara-1880-1873.

34 Marcel Bonneff, Pérégrinations javanaises. Les voyages de R.M.A. Purwa Lelana : une vision de Java au XIXe siècle (c. 1860-1875). Paris : Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1986.

35 Judith E. Bosnak & Frans X. Koot, Op reis met een Javaanse edelman. Een levendig portret van koloniaal Java in de negentiende eeuw (1860-1875). Zutphen: Walburg Pers, 2013.

36 Par exemple Java-Bode, le 16 septembre 1868, p. 1, disponible sur le lien http://resolver.kb.nl/resolve?urn=ddd:010487245:mpeg21:pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Edwin P. Wieringa, « Judith E. Bosnak and Frans X. Koot, The Javanese Travels of Purwalelana. A Nobleman’s Account of his Journeys across the Island of Java 1860-1875. Abingdon & New York: Routledge, 2020 [Hakluyt Society, Series III, 36] xxii+272 pp. ISBN 9780367530051. Hardback. »Archipel, 101 | 2021, 271-273.

Référence électronique

Edwin P. Wieringa, « Judith E. Bosnak and Frans X. Koot, The Javanese Travels of Purwalelana. A Nobleman’s Account of his Journeys across the Island of Java 1860-1875. Abingdon & New York: Routledge, 2020 [Hakluyt Society, Series III, 36] xxii+272 pp. ISBN 9780367530051. Hardback. »Archipel [En ligne], 101 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 13 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/archipel/2498 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archipel.2498

Haut de page

Auteur

Edwin P. Wieringa

Université de Cologne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search