Navigation – Plan du site

AccueilNuméros104VariaDe Moulins à Sindanglaya (Java). ...

Varia

De Moulins à Sindanglaya (Java). Itinéraire d’un peintre orientaliste : Marius Perret (1851-1900)

From Moulins to Sindanglaya (Java). Itinerary of an orientalist painter: Marius Perret (1851 - 1900)
Daniel Perret
p. 75-158

Résumés

Un corpus varié comprenant notamment des sources épistolaires, des sources officielles et des articles de presse contemporains, permet non seulement de retracer lʼitinéraire individuel de Marius Perret, mais aussi de mettre en lumière comment à travers son activité artistique et son appartenance à divers réseaux de sociabilité, il est un acteur de la grande histoire avant de sʼéteindre à Java en 1900.

Né à Moulins en 1851, il suit les cours de lʼÉcole des Beaux-Arts de Paris au début des années 1880. Après avoir abandonné des études de médecine, Perret débute sa carrière de peintre orientaliste par un séjour en Algérie, en particulier dans le sud, de 1884 à 1887. Cʼest ensuite le Sénégal (1890-1891) où il se joint à une expédition militaire, puis la Tunisie (milieu de 1896). Lʼannée 1889 ouvre une décennie de participation à des expositions en France et à lʼétranger, événements qui lui valent une certaine notoriété. Par ailleurs, dès le milieu des années 1870, il contribue activement à lʼillustration de revues et œuvres littéraires. Perret fréquente ainsi des milieux parisiens variés (Faculté de Médecine, École des Beaux-Arts, éditeurs, élite moulinoise de Paris comprenant en particulier son mentor Aimé Laussedat, la Société des Peintres Orientalistes et les peintres de son voisinage). En participant aux grands Salons annuels, ainsi quʼà des expositions internationales, Perret sʼaffirme comme serviteur du redressement de la nation après la défaite de 1870, tout en revendiquant une place dans la lignée des peintres orientalistes.

Avide de vulgariser la geste coloniale, cʼest en Asie du Sud-Est quʼil effectue son dernier séjour à partir du début de 1899 (Vietnam, Cambodge) avant de décéder, très probablement de maladie, en septembre 1900 à Java, où sa tombe était encore visible 90 ans plus tard.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Raden Saleh, un artiste-prince à Paris », p. 123-152.
  • 2 Nous remercions Pierre Labrousse et Claudine Salmon qui, dès 1990, nous ont incité à nous lancer su (...)
  • 3 La tombe de Raden Saleh se trouve Jalan Raden Saleh, Keluharan Empang, Bogor Selatan, Kota Bogor, p (...)

1Dans le numéro spécial dʼArchipel, « Destins croisés entre lʼInsulinde et la France » (54, 1997), Claude Guillot et Pierre Labrousse retracent le séjour du peintre javanais Raden Saleh à Paris entre 1845 et 18481. Cʼest le destin croisé sʼachevant un demi-siècle plus tard en sens inverse dʼun peintre français beaucoup moins connu, que la présente contribution tente dʼéclairer. En effet, né au milieu du XIXe siècle à Moulins dans lʼAllier, Marius Perret (ill. n° 1) décède à Java au tournant du siècle suivant2. Les hasards du destin font quʼà quelques décennies de distance, ils ont peint le même volcan de Java-Ouest (Gunung Gede), et que seuls quelques dizaines de kilomètres séparent les tombes de ces deux artistes à la carrière originale3.

1 – Marius Perret (Figures contemporaines, vol. 5, 1900)

1 – Marius Perret (Figures contemporaines, vol. 5, 1900)
  • 4 Nous remercions M. Jérôme Jaillet, régisseur des œuvres des musées et sites départementaux - Respon (...)
  • 5 Nous remercions Mme Virginie Wirth, responsable des archives municipales de Moulins, et lʼensemble (...)
  • 6 Nous remercions les personnels de ces quatre services dʼarchives de nous avoir guidé dans les arcan (...)
  • 7 À ce sujet, il convient de souligner la richesse de la bibliothèque numérique Gallica de la Bibliot (...)
  • 8 À notre connaissance, six textes consacrés à la vie et lʼœuvre de Marius Perret ont été publiés dur (...)

2En dehors des œuvres qui jalonnent le parcours de Marius Perret4, à propos desquelles il nʼexiste à ce jour aucun catalogue exhaustif, la documentation est diverse, mais fragmentaire. Les sources primaires comprennent des lettres de lʼartiste, dont les pièces les plus nombreuses sont conservées au Service des Archives municipales de Moulins (AMM)5, ainsi que des archives administratives enrichies de correspondances individuelles diverses. Archives, qui par la seule variété des lieux de dépôt témoignent dʼune vie à plusieurs facettes : Archives Nationales à Pierrefitte-sur-Seine (ANP), Archives Nationales dʼOutremer à Aix-en-Provence (ANOM), Service historique de la Défense (SHD) à Vincennes, Archives diplomatiques à La Courneuve (ADIP)6. Les sources secondaires se répartissent en trois catégories principales : la presse parisienne et provinciale contemporaine7, les livrets dʼexpositions, les articles nécrologiques et des réflexions sur lʼartiste8.

3Cette étude vise non seulement à retracer lʼitinéraire individuel de Marius Perret, mais aussi à mettre en lumière comment à travers son activité artistique et son appartenance à divers réseaux de sociabilité, il est un acteur de la grande histoire.

De Moulins à Paris

  • 9 Dans ce contexte, le terme doit sʼinterpréter comme « fabriquant dʼarmes à feu portatives » (Dictio (...)
  • 10 Causerie faite en mai 1990 à la Société dʼémulation du Bourbonnais, Moulins. Jacques Lougnon était (...)
  • 11 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 44 (15 janvier 1902), p. 109.

4Jean Baptiste Marius Perret naît rue dʼAllier à Moulins le 28 décembre 1851. Jean Jules Perret, son père, est arquebusier9. Dʼaprès Jacques Lougnon, petit-fils dʼun médecin de Moulins ami de Marius Perret, ce dernier effectue sa scolarité primaire et secondaire à Moulins10. Il aurait commencé à dessiner en autodidacte dès son enfance11.

  • 12 Ibid., p. 108.
  • 13 Une feuille dʼinscriptions à la Faculté de médecine de Paris, qui circule sur Internet et semble bi (...)
  • 14 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 44 (15 janvier 1902), p. 108-109.
  • 15 Tout en étudiant, il suit des cours du soir dans une école de dessin située rue de lʼÉcole-de-Médec (...)
  • 16 Né en Dordogne, Jules Parrot est reçu docteur en 1857 avant de devenir médecin des hôpitaux cinq an (...)
  • 17 Spengler 1900, p. 557 ; Mantin 1901, p. 71 ; Radiot, janvier 1902, p. 109. Nos recherches dans un c (...)

5Répondant au souhait de son père de le voir un jour médecin à Moulins12, il sʼinscrit à la Faculté de médecine de Paris, au début des années 187013. Il passe avec succès tous ses examens, recevant même une médaille de bronze de lʼAssistance Publique comme externe des hôpitaux14. Mais cʼest au moment de rédiger sa thèse quʼil est pris de doutes et fait face à des difficultés financières. Sa passion du dessin reprend le dessus15, dʼautant que Jules Parrot (1829-1883)16, qui compte parmi ses professeurs à la Faculté, lui a demandé dʼillustrer des figures anatomiques pour lʼun de ses ouvrages17.

  • 18  Radiot, janvier 1902, p. 110.
  • 19 Dʼaprès lʼadresse qui figure dans le catalogue du Salon de 1882 (Sanchez, Les catalogues des salons (...)

6En renonçant à la médecine, Perret se prive du même coup du soutien financier familial. Contraint de subvenir à ses besoins, il sʼinstalle dans un minuscule logis sur le Boulevard Saint Germain et commence à vivre du produit de la vente de ses illustrations18. Nous y reviendrons dans la suite. Au moins dès lʼannée 1882, il est installé au 22 rue Monsieur-le-Prince, dans le sixième arrondissement19.

LʼÉcole des Beaux-Arts

  • 20 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, section de Peinture et Sculpture (no 359). Ces résultats ac (...)
  • 21 E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ (...)
  • 22 Perret nʼa pas été lauréat, mais médaillé au concours. Pierre-Charles Huguier (1806-1873) était pro (...)

7On retrouve le nom de Perret associé à celui de Parrot à lʼÉcole nationale et spéciale des Beaux-Arts, rue Bonaparte, dans le tableau récapitulatif des récompenses obtenues par le premier en 1881 et 188220. Mentionné dʼabord comme élève de Parrot et Didier, il obtient une médaille en anatomie en 1881. Les archives de lʼÉcole des Beaux-Arts nʼayant apparemment conservé aucun dossier administratif relatif à ces deux personnes, il sʼagissait peut-être dʼintervenants extérieurs. Jules Parrot était-il chargé de cours de dessin anatomique aux Beaux-Arts ou son cours à la Faculté de médecine procurait-il une équivalence aux Beaux-Arts ? Ou bien ce Parrot était-il son frère Philippe (1831-1894), peintre de genre, de portraits et dessinateur, dont la carrière débute au Salon de 186121. Sʼil sʼagit bien de Jules Parrot, Marius Perret aurait donc côtoyé ce professeur de la Faculté de médecine pendant au moins une décennie. LʼÉcole des Beaux-Arts conserve quatre dessins dʼanatomie exécutés par Marius Perret à lʼoccasion de la préparation et des épreuves du concours pour le Prix Hughier en 188122.

  • 23 E. Bénézit, Dictionnaire…, vol. 2, 1939, p. 106.
  • 24 Ibid., p. 105.

8Quant à Didier, nous avons là aussi une incertitude. Ce pourrait être Jules Didier (1831-1892), peintre de paysages, dʼanimaux et lithographe. Ancien élève des Beaux-Arts, prix de Rome en 1857, il est surtout connu pour ses paysages historiques23. Mais lʼactivité artistique de Perret nous incite à penser quʼil sʼagirait plutôt du graveur au burin Adrien Didier (1838-1924). Également ancien élève des Beaux-Arts, après avoir débuté sa carrière au Salon de Paris de 1865, il est lʼauteur dʼune abondante œuvre gravée, collaborant notamment à diverses revues (LʼArtiste, la Gazette des Beaux-Arts, le Musée Universel)24.

  • 25 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, feuille de renseignements (n° 363).
  • 26 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, section de Peinture et Sculpture, no 359.
  • 27 Radiot 1902, p. 110.

9Deux autres personnages interviennent dans la formation artistique de Perret aux Beaux-Arts. Le premier est le peintre Alexandre Cabanel, qui lʼadmet dans son atelier en juillet 188125, et avec qui il obtient une mention en archéologie (archéologie grecque) un an plus tard26. Cabanel et Parrot se fréquentaient, et cʼest à lʼoccasion de lʼune de ces rencontres que Cabanel aurait remarqué les croquis de Perret, un jugement qui aurait définitivement orienté ce dernier vers une carrière artistique27.

  • 28 ANP : AJ/52/460, dossier A. Cabanel (no 98).
  • 29 Pour une synthèse récente sur cet artiste, cf. M. Hilaire & S. Hamic (éd.), Alexandre Cabanel (1823 (...)
  • 30 AMM : Laussedat E V 40-41 (Lettre de M.P. à Laussedat, Moulins 13 mars 1888).

10Professeur de peinture aux Beaux-Arts depuis 186428, au moment de sa mort Alexandre Cabanel (1823-1889) est considéré comme lʼun des plus grands maîtres académiques du XIXe siècle. Prix de Rome en 1845, il sʼinstalle sur la scène parisienne sept années plus tard et les récompenses sʼaccumulent rapidement (médaille de première classe à lʼExposition universelle de 1855, Légion dʼhonneur, commandes de tableaux par lʼÉtat, nommé membre de lʼInstitut en 1863). En faveur auprès de Napoléon III, qui lui achète des tableaux, il en peint un portrait et réalise également une œuvre pour lʼimpératrice Eugénie. Durant les décennies 1850 et 1860, il exécute la décoration du Salon des Cariatides de lʼHôtel de Ville de Paris, intervient au Palais du Sénat, à lʼhôtel Pereire, ainsi quʼà lʼhôtel Say29. Si Marius Perret se présente officiellement, et est systématiquement identifié, comme élève de Cabanel, on peut sʼinterroger sur ce quʼil a tiré effectivement de cet enseignement. Une réflexion de Perret dans une lettre de 1888 est révélatrice à cet égard30 :

  • 31 Jean-Paul Laurens (1838-1921) est considéré comme lʼun des derniers représentants de la peinture dʼ (...)

[…] Mon intention est toujours dʼentrer immédiatement chez M. Jean-Paul Laurens31, car je sais que présenté par vous il voudra bien sʼoccuper de moi, plus, certainement, que ne lʼa fait M. Cabanel. Quand jʼai voulu entrer chez ce dernier il mʼa fallu un mois pour être admis à lui mettre mon carton de dessins sous les yeux (et encore nʼy suis-je arrivé que grâce à lʼobligeance de M. Paul Dubois, directeur de lʼÉcole des Beaux-Arts, qui mʼa fait venir chez lui pendant que Cabanel posait pour son buste) […].

  • 32 Perret y expose une nature morte. Pierre Sanchez, Les catalogues des salons – XIII – (1880-1883), D (...)

11Lʼapport de Cabanel a été probablement plus décisif sur le plan institutionnel. En effet, le premier envoi accepté de Marius Perret remonte au Salon de 1882, lʼannée-même de son passage dans lʼatelier de Cabanel. Or ce dernier est à la fois membre du Conseil dʼadministration de la société chargée de lʼorganisation de cette exposition et membre du comité de sélection pour la section peinture32.

  • 33 ANP : AJ/52/879, dossier A. Yvon (décision ministérielle).
  • 34 E. Bénézit, Dictionnaire…, vol. 3, 1939, p. 1092.
  • 35 Mantin 1901, p. 71.

12Le second personnage est Adolphe Yvon (1817-1893), peintre dʼhistoire, professeur de dessin, entré comme enseignant aux Beaux-Arts en 1864, tout comme Cabanel33. Également très apprécié de Napoléon III, dont il peint un portrait, il exécute surtout des œuvres à thèmes militaires illustrant un impérialisme triomphant (victoires des campagnes de Crimée et dʼItalie). Il est aussi connu pour avoir formé un grand nombre dʼélèves aux Beaux-Arts34. Cʼest dʼailleurs Yvon qui aurait été le formateur le plus proche de Perret, lui permettant de maîtriser rapidement les techniques du dessin et de la peinture, alors quʼil a déjà plus de trente ans35.

  • 36 Ibid.

13Si Marius Perret a bien passé deux ans aux Beaux-Arts, comme lʼaffirme Mantin36, alors il faut situer cette période entre 1880 et 1882.

Pérégrinations africaines

  • 37 Une correspondance datée de fin avril 1884 donne à penser quʼil sʼest embarqué dans le courant du m (...)
  • 38 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 43, 15 décembre 1901, p. 11.
  • 39 Troisier (éloge), p. 1.

14Cʼest probablement en avril 1884 que Perret sʼembarque à Toulon pour lʼAlgérie37, un séjour prévu initialement pour une durée de trois mois38. À notre connaissance, aucune source nʼexplique les raisons de ce départ et le choix de lʼAlgérie. Ce qui est clair, cʼest que Marius Perret ne part ni dans le cadre dʼune mission officielle, ni ne bénéficie du moindre financement institutionnel. Il a peut-être été encouragé par Jules Parrot, qui a passé deux ans en Algérie au milieu des années 186039, mais lʼimpulsion a pu venir également dʼAimé Laussedat, son mentor et indéfectible soutien moulinois sur lequel nous reviendrons. Plusieurs lettres adressées à celui-ci, le témoignage de Paul Radiot, qui lʼa côtoyé en Algérie, ainsi que ses œuvres, permettent de retracer assez précisément son itinéraire.

  • 40 AMM : Laussedat E V 74-77, lettre de M.P. à Laussedat (Beauséjour par Castiglione- prov. dʼAlger, 2 (...)
  • 41 Installé dans une petite chambre en haute terrasse de la rue de la Marine (Radiot 1901, p. 11).
  • 42 Dirigés par de jeunes officiers très bons connaisseurs des sociétés locales, ces « bureaux arabes » (...)
  • 43 Sur René Reibell et Chellala, cf. https://jeanyvesthorrignac.fr/wa_files/INFO_20659_20REIBELL.pdf ( (...)

15Il circule dans la province dʼAlger jusquʼà la fin de 188440 : à Alger même41 et dans ses environs ; sur la côte de lʼactuelle wilaya de Tipaza, à quelques dizaines de kilomètres à lʼouest dʼAlger (Bérard, aujourdʼhui Aïn Tagourait ; Beauséjour près de Castiglione, aujourdʼhui Bou Ismaïl) ; à Oran, à environ 400 kilomètres à lʼouest dʼAlger ; en Kabylie qui débute à quelque 50 kilomètres à lʼest dʼAlger. Il séjourne chez des amis personnels à Bérard et sur la recommandation de Laussedat, rend visite au général Davoust, à qui il propose ses services de dessinateur. Mi-septembre, il part dans lʼintérieur, en direction de Chellala, dans la région des Hauts-Plateaux algérois, à quelque 230 kilomètres au sud dʼAlger. Hébergé sous la tente, dʼun caïd chez lʼautre, il séjourne au bordj de Beni Indel, une garnison de cavaliers indigènes, traverse le plateau du Sersou et confie que cʼest là lʼAlgérie quʼil a voulu voir, dont il fait connaissance des us et coutumes. Arrivé à Chellala, qui dépend alors du Cercle militaire de Boghar, il découvre une oasis de figuiers, dʼabricotiers et de grenadiers, entièrement peuplée par des Arabes, à lʼexception de cinq Européens, dont deux Français. Là, il est logé au bureau arabe42 par le lieutenant René Reibell, lʼun des nombreux Alsaciens partis servir en Algérie après lʼannexion de lʼAlsace par la Prusse43.

  • 44 AMM : Laussedat E V 60, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 14 mars 1885.

16En mars 1885, Marius Perret est à Laghouat, dans le Sahara algérien44, oasis quʼil a probablement rejoint via Djelfa, puisquʼil a laissé un dessin du marché de cette localité. Cʼest de lʼoasis de Laghouat quʼil va rayonner dans la région jusquʼen 1887. Il va probablement passer plus de deux années à Laghouat même.

  • 45 Marc Côte, « La conquête du Sahara algérien », in A. Bouchène, J.-P. Peyroulou, O. Siari Tengour, S (...)
  • 46 Sylvie Thénault, « 1881-1918 : lʼ« apogée » de lʼAlgérie française et les débuts de lʼAlgérie algér (...)
  • 47 Vincent Joly, « Les résistances à la conquête, 1830-1880 », in A. Bouchène, J.‑P. Peyroulou, O. Sia (...)

17Arrivé au milieu des années 1880, Perret est témoin dʼune phase de repli défensif à lʼabri de plusieurs forts dans le Sahara, bien que Laghouat soit occupé dès 185245. Lʼexpansion française a en effet été freinée début 1881, à la suite du massacre par des Touaregs de la mission Flatters envoyée pour reconnaître le tracé dʼun chemin de fer transsaharien reliant lʼAlgérie à lʼAfrique de lʼOuest46. Par ailleurs, la révolte des Ouled Sidi Cheikh, qui touche notamment la région de Laghouat depuis le milieu des années 1860, ne prend fin quʼavec une paix transactionnelle conclue en mai 188347, donc moins de deux années avant lʼarrivée de Perret.

  • 48 Gustave-Achille Guillaumet (1840-1887), Laghouat, Sahara algérien, acquis par lʼÉtat en 1879, actue (...)
  • 49 AMM : Laussedat E V 60, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 14 mars 1885 ; Laussedat E V 62-65, le (...)

18À Laghouat, Perret occupe une chambre au sol de terre battue dans une maison arabe située à lʼun des coins de la rue peinte par Guillaumet et exposée à lʼépoque au Musée du Luxembourg48. Son poste dʼobservation est situé à mi-chemin dʼun monticule qui sépare la ville francisée de la ville arabe (le Chtett). Il mène à Laghouat une existence relativement solitaire, à lʼécart des officiers du bureau arabe, qui ne sʼintéressent pas à son travail et pensent quʼil a été envoyé en Algérie à défaut de pouvoir en tirer quelque chose en métropole. Il en arrive à croire quʼà lʼépoque où Horace Vernet (1789-1863), Fromentin (1820-1876) et leurs contemporains inconnus sont venus en Algérie, des facilités plus larges étaient accordées aux artistes. Cette distance à lʼégard des militaires de Laghouat ne lʼa pas empêché dʼenvisager de sʼenrôler pour une année comme sujet algérien dans un bataillon de tirailleurs à Blida, non seulement par sentiment patriotique, mais aussi pour consacrer une partie de ses productions artistiques à lʼarmée dʼAfrique. Perret se sent également incompris par les autochtones. Sʼil parvient à vivre sous la tente des caïds, à pénétrer dans un intérieur indigène pour y peindre, sʼil a le sentiment de commencer à les comprendre, une connaissance approfondie des Arabes relève selon lui de lʼutopie absolue pour les Français49.

  • 50 Marc Côte 2014 (1ère éd. 2012), p. 268.
  • 51 AMM : Laussedat E V 44-49, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 17 mars 1887.
  • 52 Marc Côte 2014 (1ère éd. 2012), p. 268.
  • 53 AMM : Laussedat E V 70-73, lettre de M.P. à Laussedat, Ghardaïa 14 juin 1885.

19De Laghouat, Perret se rend à Ghardaïa, dans le Mzab, entre mars et juin 1885. Il passe par le village de Berrian dans la Sebkha (lʼactuel Berriane, à environ 50 kilomètres au nord de Ghardaïa), dont il exécute une vue. Bénéficiant dʼune convention dʼautonomie depuis 1853, le territoire du Mzab est annexé en 188250. Distant de 26 jours dʼAlger pour la troupe, en comptant des étapes quotidiennes jusquʼà 40 kilomètres, Ghardaïa est alors occupé par une centaine dʼhommes51. Le Mzab, et Ghardaïa en particulier, à quelque 200 kilomètres au sud-est de Laghouat (sept jours en dromadaire), sera une importante source dʼinspiration pour Marius Perret. De Ghardaïa, il se rend à Ouargla, distant dʼenviron 200 kilomètres à lʼest. Occupé dès 185452, trente ans plus tard Ouargla, à 34 jours dʼAlger, comprend un petit poste avancé dirigé par un lieutenant avec une soixantaine dʼhommes. De là, Perret sʼaventure plus au sud chez les nomades Chaambas avec trois indigènes armés et deux chameliers. Puis, cʼest le retour à Ghardaïa via Metlili, à quelque 30 kilomètres au sud. Fier de cette expédition, Perret note53 :

  • 54 Maupassant se rend au Maghreb à quatre reprises entre 1881 et 1887. Il témoigne de ces voyages dans (...)

Bref, je pourrais parler du Sahara à bien des malins qui lʼont vu avec de puissantes jumelles, celles de lʼimagination, y compris M. Guy de Maupassant54. Maintenant, je ne vois plus grand-chose à apprendre de la vie arabe.

  • 55 AMM : Laussedat E V 84-85, lettre de M.P. à Laussedat, Tadmït près Sidi Maklouf, par Laghouat, 10 o (...)
  • 56 « Ma lettre va être portée à Laghouat par ben Aïich bel Kassem, spahi indigène : 24 ans de service, (...)

20Parti de Laghouat, Perret se trouve au nord cette fois, en octobre 1885, précisément à Tadmït près de Sidi Maklouf, distant dʼenviron 40 kilomètres55. Là, il séjourne dans une smala, groupement de tentes abritant généralement la famille et les équipages dʼun chef arabe. Dans ce cas précis, cette smala ayant dʼune part la garde de dromadaires appartenant à la Commune indigène de Laghouat et dʼautre part assurant les transports du bureau arabe, la direction en a été confiée à un militaire qui, depuis neuf ans, vit sous la tente au milieu des Arabes, porte le costume indigène et a épousé une femme de la tribu des Ouled Naïl. Perret se réjouit dʼy vivre à peu de frais, de pouvoir observer de près la vie des Arabes nomades et entrevoir leurs femmes, également des conditions idéales pour étudier les dromadaires. Dans un post-scriptum au même courrier, il ne manque pas de vanter un exemple de patriotisme indigène56.

  • 57 Il est en effet à Moulins en mars 1888 (AMM : Laussedat E V 40-41, lettre de M.P. à Laussedat, Moul (...)

21Marius Perret rentre en France probablement au cours du second semestre 1887, en tout cas avant mars 188857, après un séjour algérien qui aura donc dépassé trois années.

22Perret débute une autre pérégrination africaine à la fin de 1890 dans un contexte différent pour une destination également différente, le Sénégal. Tout dʼabord, Perret a exposé successivement en 1889 et en 1890. Deux toiles sur le Sahara algérien ont été remarquées à lʼoccasion du Salon des Champs-Elysées et dans le cadre de lʼExposition universelle de 1889, alors que plusieurs dessins du Sahara algérien sont exposés lors du Salon des Champs-Elysées et de lʼExposition Internationale de Blanc et Noir à Paris en 1890. Il est récompensé dʼune mention à lʼExposition Universelle de 1889, mention également lors du Salon de 1890 et obtient la Bourse de voyage à lʼExposition Blanc et Noir.

  • 58 ANOM : MIS 76BIS, annexe à la lettre de M.P. au Ministre des Colonies, 6 mars 1898.
  • 59 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial? Paris, Presses Universitaires de France, (...)
  • 60 Charles-Robert Ageron 1978, p. 134-135.

23Dans un état de services aux Colonies rédigé en 1898, Perret livre une précision intéressante sur ce voyage au Sénégal. Il en attribue lʼinitiative au sous-secrétaire dʼÉtat aux Colonies, qui lui a également accordé un passage à destination de Dakar58. Or, à lʼépoque, cʼest Eugène Etienne qui occupe ce poste depuis février 1889 et Etienne, cʼest lʼanimateur du parti colonial59. Ce parti colonial prend forme peu après la tenue dʼun congrès colonial international à lʼoccasion de lʼExposition universelle de 1889 à Paris, suivi dʼun congrès national. Il se développe tout dʼabord sur le mythe dʼune Afrique occidentale française, unissant lʼAlgérie-Tunisie au Sénégal et au Congo, en incluant le Soudan central. La formule est reprise à la Chambre par Eugène Etienne en mai 189060. On comprend quʼenvoyer au Sénégal un artiste disposant déjà dʼune longue expérience en Algérie, pouvait servir les desseins du lobby colonial.

  • 61 AMM : Laussedat E V 94-95, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d.
  • 62 ANOM : SOUDx3, Dépêche télégraphique du ministère du commerce, de lʼindustrie et des colonies à che (...)

24Avant le départ, Perret bénéficie également des conseils dʼun certain Capitaine Le Châtelier, officier dʼordonnance au Ministère des Colonies, un ancien du Sénégal et son hôte à Ouargla en 1885. Il précise au peintre quʼil sera « reçu par le gouverneur en ami et comme envoyé pour les colonies », ajoutant quʼil a préparé des recommandations « tout amicales » à différents officiers, dont le médecin en chef de la Marine. Perret avoue que les économies ont été bien dures à réaliser pour effectuer ce séjour, un budget quʼil a pu néanmoins boucler grâce à la bourse de voyage mentionnée plus haut et à la vente dʼun tableau61. Il embarque finalement le 20 décembre 1890 à Bordeaux pour Dakar62.

  • 63 Auparavant publiciste et correspondant à Alger du journal parisien Le Temps, fondateur de la Sociét (...)
  • 64 Né au Sénégal en 1842, Alfred Dodds sʼengage dans lʼarmée et fait lʼessentiel de sa carrière au Sén (...)
  • 65 AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, j (...)
  • 66 Anna Pondopoulo-Sanchez, « Une histoire aux multiples visages. La reconstruction coloniale de lʼhis (...)
  • 67 A. Sabatié, Le Sénégal : sa conquête & son organisation (1364-1925), Saint-Louis (Sénégal), imprime (...)
  • 68 Sabatier 1925, p. 127-130.

25Arrivé au Sénégal, Perret accepte lʼoffre du gouverneur Lamothe63 de se joindre à une expédition commandée par le Colonel Dodds64 partant de Saint-Louis du Sénégal afin de combattre un certain « Abdoul-Boubakhar »65. Abdul Bookar Kane venait de faire assassiner Cheik Mamadu Maamudu, opposant et rival pour le commandement des régions du Fuuta oriental, au sud du fleuve Sénégal. Or ce dernier était soutenu par les Français et avait établit des liens privilégiés avec des notables de Saint-Louis impliqués dans la politique française66. Quant à Abdul Bookar Kane, il était en conflit avec les forces coloniales depuis le début de années 186067. En 1890, lʼautorité coloniale lʼaccusait également dʼavoir fait assassiner un administrateur français et dʼentraver le commerce sur le fleuve. Le corps expéditionnaire, auquel se joint Perret, comprend deux pelotons dʼinfanterie de marine, trois compagnies de tirailleurs, un escadron de spahis, soit 700 hommes de troupes régulières, plus de 1,200 cavaliers et 1,200 fantassins auxiliaires. Il se met en marche le 13 janvier 1891 et les opérations militaires sʼachèvent fin mars, tandis que Abdul Bookar Kane se réfugie en Mauritanie avant dʼêtre assassiné par des Maures en août de la même année68.

26Marius Perret a livré un bref témoignage sur cette expédition dans une lettre à A. Laussedat (cf. annexe). Dans la même lettre, il explique avoir projeté de lui livrer un journal détaillé de son séjour sous forme de lettres successives, mais y a finalement renoncé. Or il a bien tenu un journal resté inédit à ce jour69. Lʼexistence dʼun tel manuscrit est confirmée par le témoignage de Paul Radiot, qui rapporte la proposition faite par Le Figaro de publier son Voyage au Sénégal dans un supplément illustré. Cependant, les négociations menées pendant plusieurs soirées jusque tard dans la nuit, par lʼintermédiaire de Martin-Flammarion, achoppèrent sur des questions financières et de mise en page70. Si cette expérience sénégalaise lui a donné le goût de lʼécriture, elle lui a peut-être avant tout permis de satisfaire une aspiration livrée dans lʼun de ses courriers algériens, à savoir participer à des opérations militaires au milieu de tirailleurs et consacrer ses productions picturales à lʼarmée dʼAfrique. Nous y reviendrons plus loin. Perret rentre en métropole entre septembre et décembre 189171.

  • 72 AMM : Laussedat E V 8-9, lettre de M.P. à A. Laussedat, Moulins, 29 juillet 1896.

27On sait très peu de choses sur le séjour de Marius Perret en Tunisie, si ce nʼest quʼil sʼest déroulé dans le milieu de lʼannée 1896, quʼil nʼen a pas été satisfait sur le plan de la peinture72, mais quʼil en a tiré au moins deux toiles.

Lʼactivité artistique73

  • 73 Une liste provisoire des œuvres de Marius Perret figure en annexe à cet article. Les envois aux exp (...)
  • 74 Dessinateur, graveur sur bois et lithographe. Auteur prolifique (cf. E. Bénézit, Dictionnaire criti (...)
  • 75 Artiste aux compétences multiples, auteur prolifique, qui collabore notamment à de nombreuses revue (...)
  • 76 Gilbert Stenger, « Marius Perret », La Quinzaine Bourbonnaise, 9, 1900, p. 557 (553-558).

28Dans lʼétat actuel des connaissances, les productions artistiques les plus anciennes de Marius Perret pourraient être les figures anatomiques illustrant une ou plusieurs publications de Jules Parrot et peut-être de Bailloud. Ces figures, qui restent à identifier, pourraient remonter au milieu des années 1870. Il composa, peut-être dès cette époque, avec Bertall (1820-1882)74 et Forain (1852-1931)75, des croquis pour la salle des dépêches du Figaro76.

  • 77 Éditeur, écrivain dʼart et collectionneur. Il fonde sa maison dʼédition rue des Saints-Pères, à Par (...)
  • 78 À ce propos, il faut signaler que des gravures de Marius Perret sont négociées sur le marché de lʼa (...)

29On est en terrain plus sûr en ce qui concerne ses contributions à des revues et œuvres littéraires, sous forme de couvertures, frontispices, têtes de pages, fleurons, vignettes, culs-de-lampe, titre composé. Selon nous, il livre tout dʼabord quelques illustrations dans deux articles dʼune nouvelle revue dirigée par C. Grellet, Le Conseiller du Bibliophile, en 1876 et 1877. Lʼannée suivante, il entame une collaboration avec lʼéditeur Édouard Rouveyre (1849-1930)77 (avec G. Blond à partir de 1881), dont il illustrera plusieurs titres jusquʼen 188878. Les autres collaborations de ce type incluent les éditeurs parisiens Arnaud-Labat, ainsi que Firmin-Didot, respectivement en 1879 et 1891. Marius Perret collabore également à la revue lʼArtiste – Revue de Paris (1890), aux volumes 2 et 5 de lʼalbum trimestriel de lithographies originales et inédites intitulé Les peintres-lithographes (1892 et 1895), dirigés par L. Bénédite, H.-P. Dillon et J. Alboize, ainsi quʼau volume 5 des Figures Contemporaines tirées de lʼalbum Mariani, qui sort lʼannée de son décès. Sa collaboration à la revue LʼEstampe moderne, ainsi quʼau Figaro lithographe, imprimé à lʼoccasion du Centenaire de la Lithographie (1795-1895), reste à confirmer.

30Toujours au volet des collaborations à des revues ou à des ouvrages, il faut bien sûr mentionner lʼéditeur Hachette, qui publie notamment dans la revue Le Tour du Monde, des gravures tirées de dessins dʼaprès nature de Marius Perret (Algérie), mais aussi des gravures tirés de dessins quʼil a réalisé à partir de documents photographiques, par exemple dans des pays où il nʼest jamais allé. Cette collaboration avec Hachette couvre la période 1889-1895.

31La plupart des peintures et dessins ayant pour thème la métropole ne sont pas datés avec précision. Nous avons mentionné plus haut une nature morte exposée au Salon de 1882, probablement exécutée la même année dans lʼatelier de Cabanel. À lʼexception dʼun paysage de La Bourboule exposé en 1896, les autres ont été exposés après son décès, voire jamais présentés.

32En ce qui concerne lʼAlgérie, il est possible de situer plus ou moins précisément les travaux sur le motif, mais la finalisation de la plupart des œuvres sʼest très probablement déroulée à Paris  : Alger et ses environs, ainsi que la Kabylie entre avril et septembre 1884, la région des Hauts Plateaux algérois et le Sersou jusquʼà fin 1884, Djelfa au début de 1885, les vues de Laghouat entre début 1885 et le second semestre 1887, la Sebkha et le Mzab (y compris Ghardaïa) entre mars et le troisième trimestre 1885, Ouargla au milieu de 1885, Tadmït en octobre 1885.

  • 79 AMM : Laussedat E V 74-77, lettre de M.P. à Laussedat (Beauséjour par Castiglione – prov. dʼAlger, (...)
  • 80 Sorte de palanquin fait de tiges de palmiers entrelacées surmonté de tentures, porté par un dromada (...)
  • 81 Laussedat E V 78-82, lettre de M.P. à Laussedat (Bureau arabe de Chellala, cercle de Boghar – prov. (...)
  • 82 AMM : Laussedat E V 84-85, lettre de M.P. à Laussedat, Tadmït près Sidi Maklouf, par Laghouat, 10 o (...)

33Perret livre quelques réflexions sur son activité artistique sur le terrain algérien. Le premier mois de son séjour est marqué par une accumulation de déceptions en matière de couleur à cause de lʼétat du ciel79. À la toute fin de 1884, il admet avoir mené jusque là plutôt une vie de touriste que dʼartiste, tout en ayant fait beaucoup de petits croquis sur un calepin. Il regrette de ne pas disposer dʼun appareil photographique instantané, les indigènes se refusant à poser, dʼaprès lui à cause dʼun interdit religieux. Il déplore également que les autochtones ne « comprennent rien à ma peinture intentionniste ». Cʼest dans le sud quʼil semble avoir trouvé lʼAlgérie dont il avait rêvé  : « Naturellement ayant vu des bassours80, je nʼai pu me passer dʼen faire une petite étude, et le lieutenant [Reibell] en a réquisitionné un. […] Je ne peux rentrer en France sans mon bassour, il faut absolument que je termine cette étude. […]81 ». Cʼest à Tadmït quʼil semble avoir porté tout particulièrement son attention sur les dromadaires  : « Quant aux chameaux, il nʼy a vraiment que là pour les étudier. Mais, mon dieu que cʼest long à connaître un animal, lorsquʼon sort dʼune école où personne ne vous en parle et quʼon a affaire à un sujet si différent de nos quadrupèdes82 ».

  • 83 Né en 1861, élève de lʼÉcole des Beaux-Arts (1879-80) puis de lʼacadémie Julian (1881-1885), Dinet (...)
  • 84 AMM : Laussedat E V 62-65, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat, 28 décembre 1885 ; Laussedat E V 5 (...)

34Cʼest à Laghouat que Perret fait la connaissance du peintre Etienne Dinet83, une première fois durant quatre mois en 1885, une seconde fois au second trimestre 1887 avant de rentrer en métropole avec lui. Perret le qualifie de « jeune homme plein de talent et qui possède dans lʼexécution une rapidité étonnante (chose précieuse dans le pays arabe et qui me manque absolument) ». Il sʼagit de son second voyage en Algérie et cette année 1885, il y passera six mois après avoir obtenu la bourse de voyage du Salon. De retour en métropole, Dinet lui signale que ce quʼil a fait sur place ne sera pas suffisant pour composer les tableaux projetés et quʼil lui faudra donc revenir84 :

« […] il vient de mʼécrire quʼil nʼa pas pu mener à bonne fin, sous le ciel de Paris, les tableaux projetés, et quʼil fallait tout faire sur place, absolument tout, sous peine de faillir à la lumière et à la vérité. » […] « Et cependant Dieu sait quelle provision dʼétudes variées il possède. Il lui faudra revenir encore une troisième fois. Alors moi, je me demande ce que je vais produire en rentrant. Je peins peut-être un peu moins mal quʼen arrivant, mais plus je vais et plus le travail me devient pénible. Ah ! si je pouvais rattraper tout le temps consacré naguère aux aquarelles dʼanatomie et aux dessins dʼillustrations, temps dépensé pour la seule lutte de lʼexistence à Paris, et à peu près perdu pour lʼArt. »

  • 85 Radiot 1901, p. 6-7, 16-17.
  • 86 Laussedat E V 62-65, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 28 décembre 1885 ; Laussedat E V 52-55, l (...)

35Paul Radiot, ami de Dinet, témoigne de la « communion de sensibilités » entre les deux hommes lors de son séjour à Laghouat, à partir de juin 1887 : déambulations diurnes et nocturnes dans la ville, mues par une passion pour les variations de lumière, les changements de tons, les ombres, les perspectives et les gens85. À propos de Marius Perret lui-même, « [...] il observait une véritable dissection des hommes, dont il peignait délicatement les vêtements pli à pli. […] Il se contentait de les peindre vus du dehors, mais avec un soin, une rigueur, une conscience des plus louables ». Malgré la chaleur accablante sur son monticule dominant la palmeraie, « affreux roc dʼenfer en plein midi dʼété », « Marius Perret demeurait à son poste, seulement attentif aux plus menus détails de la ligne dʼhorizon, à ses ressauts microscopiques de monts bleu foncé sur bleu pâle. […] vision durable et lʼadmiration sincère des tout petits palmiers et des chameaux tout petits ciselés au pinceau sur la nappe immense du sable ». En prévision de son retour à Alger, Perret prévoit de sʼarrêter à Chellala, où il espère que lʼofficier chef du bureau arabe « me prêtera je pense, comme il lʼa déjà fait, quelques Arabes punis qui, au lieu de casser des cailloux sur la route, poseront pour mes fragments de compositions ».86

36Radiot relate son attitude de minutie obsessionnelle qui, sur le terrain, se manifeste notamment par des visées de contrôle sans cesse répétées. Dans son modeste atelier parisien,

  • 87 Cette observation est corroborée dans une lettre de Perret à Laussedat (AMM : Laussedat E V 28-29, (...)
  • 88 Radiot 1901, p. 12-15, 19 ; Radiot, janvier 1902, p. 103.

« le souci de lʼachèvement absolu, définitif de ses moindres tableaux le persécutait87. Il avait coutume de contempler ses toiles sous tous les jours, tous les angles, de plusieurs distances calculées, avant de les envoyer à une exposition […] Les cadres, leur essence de bois, leurs natures, dimensions, miroitements et couleurs par rapport à la tonalité dʼensemble du tableau, lʼabsorbaient des journées entières, en des combinaisons infinies. »88

37Ses œuvres du Sénégal se partagent en deux grands thèmes  : pirogues et piroguiers de Saint-Louis, tirailleurs sénégalais de la Colonne Dodds.

  • 89 Roger Pasquier, « Villes du Sénégal au XIXe siècle », Revue française dʼhistoire dʼoutre-mer 47(168 (...)

38La fondation de Saint-Louis, sur lʼîle de NʼDar (2x0,3 km), dans lʼembouchure du fleuve Sénégal, remonte au milieu du XVIIe siècle. La petite cité sert de base à lʼexploration du fleuve et dʼentrepôt commercial, mais lʼaccès difficile en raison de la barre amène la fondation de Dakar en 1857, une décision de lʼautorité coloniale de disposer dʼune position stratégique. Avec lʼachèvement du port, la compagnie des Messageries inaugure son premier service direct vers Dakar en 1866, et en 1885, une ligne de chemin de fer est ouverte entre Dakar et Saint-Louis, par conséquent seulement cinq ans avant lʼarrivée de Perret. Saint-Louis reste le siège du Gouverneur du Sénégal et compte alors quelque 20 000 habitants. Le cordon sableux (Langue de Barbarie), qui sépare lʼAtlantique de lʼîle Saint-Louis, abrite le vieux village de pêcheurs de Guet NʼDar89, qui va attirer lʼattention du peintre. Celui-ci sʼest certainement documenté avant de partir pour Dakar et nous pensons quʼil a été inspiré par au moins deux textes, qui non seulement héroïsent ces hommes, mais les dépeignent comme des fidèles serviteurs de la colonisation : Le roman dʼun spahi de Pierre Loti (1881), dont lʼintrigue se déroule en grande partie à Saint-Louis, et la Nouvelle géographie universelleÉlisée Reclus (1887) :

« On aperçoit aussi ce que lʼon nʼavait pas vu du large  : dʼimmenses fourmilières humaines sur le rivage, des milliers et des milliers de cases de chaume, de huttes lilliputiennes aux toits pointus, où grouille une bizarre population nègre. Ce sont deux grandes villes yolofes, Guet-nʼdar et Nʼdar-toute, qui séparent Saint-Louis de la mer.

Si on sʼarrête devant ce pays, on voit bientôt arriver de longues pirogues à éperon, à museau de poisson, à tournure de requin, montées par des hommes noirs qui rament debout. Ces piroguiers sont de grands hercules maigres, admirables de formes et de muscles, avec des faces de gorilles. En passant les brisants, ils ont chaviré dix fois pour le moins. Avec une persévérance nègre, une agilité et une force de clowns, dix fois de suite ils ont relevé leur pirogue et recommencé le passage ; la sueur et lʼeau de mer ruissellent sur leur peau nue, pareille à de lʼébène verni.

Ils sont arrivés, cependant, et sourient dʼun air de triomphe, en montrant de magnifiques râteliers blancs. Leur costume se compose dʼune amulette et dʼun collier de verre ; leur chargement, dʼune boîte de plomb soigneusement fermée  : la boîte aux lettres.

Cʼest là que se trouvent les ordres du gouverneur pour le navire qui arrive ; cʼest là que se mettent les papiers à lʼadresse des gens de la colonie.

  • 90 Pierre Loti, Le roman dʼun spahi, Paris, Calmann Lévy, 1881, p. 4-5. Guet-nʼdar est également décri (...)

Lorsquʼon est pressé, on peut sans crainte se confier aux mains de ces hommes, certain dʼêtre repêché toujours avec le plus grand soin, et finalement déposé sur la grève. »90

  • 91 Élisée Reclus, 1887, p. 211-212.

« Aux changements politiques et sociaux introduits dans le monde ouolof par lʼinfluence des Européens correspondent des transformations profondes. […] Les Ouolof de Saint-Louis ne se sont pas bornés à remplacer leur large blouse, le boubou, par la culotte et la veste, il nʼest pas de travail quʼils nʼaccomplissent avec joie quand on fait appel à leur sentiment de lʼhonneur, pas dʼœuvre de dévouement à laquelle ils ne se sacrifient quand on leur en fait un devoir. Pour franchir la barre et se hasarder au milieu des brisants, tous les piroguiers ouolof sont des héros, et lʼon ne cite point dʼexemple dʼun blanc qui ait été abandonné par les noirs dans un naufrage. Tandis que les autres nègres du Sénégal ne sont que les sujets ou les douteux alliés de lʼétranger dʼEurope, les Ouolof de Saint-Louis sont associés aux Français et se disent les « enfants » de la ville  : ce sont eux qui constituent la nation franco-sénégalaise, et cʼest par milliers que lʼon a trouvé les volontaires parmi eux, toutes les fois quʼil sʼest agi de défendre un point menacé du fleuve […]. »91

  • 92 AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, j (...)

39Quant aux tirailleurs sénégalais de la Colonne Dodds, ils représentent encore plus clairement les modèles dʼindigènes au service des Européens. Perret relate brièvement son activité artistique au Sénégal dans une lettre à Aimé Laussedat92 :

« Jʼai voulu peindre la lumière tombante, la lumière de midi, la vraie lumière tropicale, prenant comme prétexte des tirailleurs sénégalais en colonne. Je fais des séances pénibles dans les sables et ne rentre quʼà une heure à Saint-Louis […]. Je serai certainement le premier et aussi peut-être le dernier qui me serai attaqué à pareille besogne. En tout cas, je ne recommencerai plus ce que je fais actuellement. Aveuglé dans cette lumière intense du sable je suis obligé de préparer des tons dʼavance pour savoir ce que je ramasse sur ma palette. Quant à mes tirailleurs noirs, jʼai grand peur quʼils lâchent prise avant moi. »

  • 93 LʼUnivers illustré, 6 janvier 1883.
  • 94 Journal des Artistes, 29 août 1885.

40Si Marius Perret envoie une nature morte au Salon des Artistes français de 1882, cʼest son envoi à lʼexposition des artistes peintres naturalistes de 1883, en lʼoccurrence une eau-forte intitulée Un Souper sous la Régence, qui, en dehors des illustrations dʼouvrages, déclenche lʼintérêt initial pour sa production artistique93. Deux ans plus tard, dans sa ville natale, il expose une œuvre dont on sait seulement quʼelle figure un concierge94.

  • 95 P. Sanchez, Les catalogues des Salons –XVI- (1890-1892), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 200 (...)
  • 96 Le Gaulois, 25 mars 1889 ; The New York Herald - Paris, 10 avril 1889 ; Le Monde illustré, 30 avril (...)
  • 97 Son nom est associé au Musée du Luxembourg. Il débute sa carrière en 1880 comme rédacteur du catalo (...)

41Cʼest au Salon des Champs-Elysées de 1889 (Société des Artistes Français, près de 6 000 œuvres exposées95) quʼil expose pour la première fois des œuvres orientalistes, immédiatement remarquées, précisément deux toiles inspirées de lʼAlgérie : La Smala de Tâadmit (Sud algérien) et El Aghouat, lʼoasis et le Sahara96. Il faut rappeler que ces grandes expositions artistiques parisiennes et les récompenses attribuées sont largement diffusées et commentées dans la presse de la capitale, ainsi que dans la presse provinciale. À cette occasion, Léonce Bénédite (1859-1925)97 présente Perret comme un artiste « enthousiaste de lumière, assoiffé dʼinconnu […] un véritable explorateur » et qualifie les deux œuvres de :

  • 98 « Le Salon de 1889. La peinture orientaliste », LʼArtiste - Revue de Paris, 59e année, tome 2, 1889 (...)

« notes si scrupuleuses et si exactes sur un pays qui se recommande, artistiquement, au moins par ce titre quʼil permet, dʼune manière toute spéciale, lʼélucidation dʼune question pittoresque au plus haut degré, la résolution des grands problèmes lumineux. [les deux toiles] ne suffisent-elles pas à faire valoir tout ce quʼil y a de finesse, de précision et de sûreté dans le talent de leur auteur ? »98

  • 99 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », LʼArtiste: revue de lʼart contemporain X, (...)
  • 100 P. Sanchez, Les catalogues des Salons – XVI- (1890-1892), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 20 (...)

42En marge du Salon, Bénédite regroupe quelques artistes afin de décorer des salles du pavillon algérien de lʼExposition Universelle, qui se tient en même temps à Paris (mai à octobre)99. Perret y présente certainement les deux mêmes tableaux et obtient une mention honorable à cette occasion100.

  • 101 ANP : F/21/4332, lettre de M.P. au ministre, 15 mai 1889.
  • 102 ANP : F/21/4332, note de la Direction des Beaux-Arts, 17 mai 1889.
  • 103 Reçu premier au concours de lʼAgrégation dʼhistoire et de géographie en 1875, Dunan refuse une nomi (...)
  • 104 ANP : F/21/4332, lettre de C. Marpon & E. Flammarion, imprimeurs-éditeurs, à la Direction des Beaux (...)
  • 105 En effet, Berthe, la sœur aînée dʼErnest Flammarion, vivait à Moulins (Parinet 1992, p. 172).
  • 106 ANP : F/21/4332, note de la Direction des B.A., 29 juin 1889.

43Suite au Salon, Perret sʼadresse au ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts pour que lʼÉtat achète la toile La smala de Tâadmit101. Cette sollicitation est appuyée par deux recommandations écrites. Lʼune émane dʼun autre Moulinois, Maurice Dunan (1850-1919)102, à lʼépoque professeur au lycée Louis-le-Grand103. Lʼautre provient de la maison dʼédition C. Marpon & E. Flammarion104. La relation avec Marius Perret est ici plus difficile à percevoir, mais elle repose peut-être aussi sur une connexion moulinoise105. Lʼachat est finalement refusé par la Direction des Beaux-Arts106.

  • 107 Envois détaillés notamment dans la presse de lʼAllier (LʼAvenir de Vichy – Le Bourbonnais au Salon, (...)
  • 108 Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris, E. Bernard & Ci (...)
  • 109 Récompense signalée par Le Figaro, 30 novembre 1890.
  • 110 Ernest Hoschede, Brelan de salons, Paris, Bernard Tignol, 1890, p. 157.

44Marius Perret envoie des œuvres dans deux expositions parisiennes lʼannée suivante  : quatre œuvres (dont trois dessins) algériennes au Salon des Champs-Elysées (mention honorable)107 ; six œuvres à lʼexposition internationale de Blanc et Noir, qui se tient en octobre-novembre au Pavillon de la ville de Paris (cinq dessins et une gravure), dont trois sont relatives à lʼAlgérie108. Cʼest à lʼoccasion de cette dernière exposition quʼil reçoit une bourse de voyage109. Perret est mentionné par Ernest Hoschede, qui relève ses croquis rapportés dʼAlgérie « exécutés avec une grande finesse et un grand aspect de vérité locale »110. Mais cʼest à nouveau Léonce Bénédite qui se manifeste comme lʼobservateur le plus prolixe des œuvres exposées de Perret :

  • 111 Léonce Bénédite, « La peinture orientaliste aux salons de 1890 », Lʼartiste - Revue de Paris, 60e a (...)

« Son exposition, qui se borne aux dessins […] nous donne, avec des qualités rares, et lʼon peut dire, sans exagérer, que lʼon nʼavait point encore atteintes, lʼexpression de la lumière dans tous ses états les plus excessifs, comme dans son action la plus délicate de réflexion indirecte, par la simple association du blanc et du noir. Traduire les spectacles incomparables de lʼOrient […], la magie de la lumière et de la couleur, en sacrifiant volontairement la ressource à peu près unique du ton, est un problème passablement ardu. M. Marius Perret paraît sʼen tirer sans difficulté. […] qualités personnelles dʼobservation patiente et sincère, dʼacuité extrême du sens optique […] »111.

  • 112 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à la lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898. (...)

45Perret expose également à Londres en 1890, à lʼoccasion de lʼexposition française qui se tient à Earlʼs Court de mai à octobre. Lʼenvoi est une œuvre dʼAlgérie (La smala de Tâadmit – sud algérien)112.

  • 113 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à la lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898.
  • 114 Cf. La Nouvelle Revue 69, mars-avril 1891, p. 449-460 ; juillet-août 1891, p. 604‑618.

46Dans lʼun des ses états de services, Perret indique une participation à lʼexposition internationale de Moscou, sans plus de précisions113. Il pourrait sʼagir de lʼexposition française qui ouvre ses portes le 1er mai 1891 et inaugure le rapprochement franco-russe. Nous y reviendrons dans la suite. On y apprend notamment quʼil y a une section « œuvres dʼart » occupant seize salles, présentant nombre de toiles ayant figuré aux précédentes expositions des Champs-Elysées et que lʼAlgérie est brillamment représentée sous les murs du Kremlin114. Au stade actuel de cette recherche, nous pensons que Perret a probablement envoyé les deux toiles exposées en 1889.

  • 115 La nouvelle de lʼadmission du tableau au Salon est relayée dans la presse de lʼAllier (Le Petit Mon (...)
  • 116 Le Petit Parisien, 31 mai 1892 ; La Presse, 31 mai 1892 ; Le XIXe siècle, 1 juin 1892 ; Gil Blas, 1 (...)
  • 117 Le Temps, 6 juillet 1892 ; Lʼintransigeant, 7 juillet 1892 ; Le Rappel, 7 juillet 1892 ; Le Matin, (...)
  • 118 Figaro-Salon, Paris, Goupil & Cie, 1892, p. 59.
  • 119 Salon Illustré, cinquième année, Paris, Ludovic Baschet, 1892, p. 7.
  • 120 Le Progrès Artistique & Littéraire, 7 mai 1892, p. 212.

47Lʼannée 1892 est importante dans la carrière de Marius Perret. Il expose une première toile sénégalaise, Départ des pirogues pour la pêche – Guet-NʼDar (Sénégal), au Salon des Champs-Elysées qui se déroule en avril-mai115. Elle fait impression, puisquʼil est récompensé dʼune médaille de 3e classe116 et du Prix de Raigecourt-Goyon117, un résultat commenté dans les revues et journaux spécialisés, notamment par Charles Yriarte118, « M. Marius Perret est absolument dans le mouvement et lʼactualité, il peint le continent noir […]. Le Jury qui veut du bien à lʼexpansion coloniale, lʼa récompensé. », ainsi que par Armand Dayot119, « […] la belle marine exotique si lumineuse et dʼune couleur si distinguée de M. Marius Perret. », ou encore Roger Marx120 : « […] voyez encore la véridique peinture quʼun artiste courageux et sincère, M. Marius Perret, nous a donné du Départ des pirogues pour la pêche, au Sénégal ».

  • 121 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. reçue par le Ministre le 14 mai.

48Le Salon bat son plein lorsque sʼenclenchent les tractations destinées à faire acquérir le tableau par lʼÉtat. Celles-ci débutent probablement par un courrier de Perret lui-même sollicitant lʼacquisition de son tableau par le Ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts121. Sa lettre est accompagnée de multiples recommandations : Colonel Laussedat, directeur du Conservatoire National des Arts et Métiers ; plusieurs députés et sénateurs de lʼAllier, dont le maire de Moulins ; lʼAmiral Vallon, député dʼAlger ; Xavier Charmes, Chef de Bureau au Ministère de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts.

  • 122 Ibid.
  • 123 Ibid.
  • 124 ANP : AJ/52/268, no 361 (minute).
  • 125 ANP : AJ/52/268, no 362 (lettre datée du 11 mai).
  • 126 ANP : F/21/2144.

49Elles se poursuivent par lʼenvoi simultané à la Direction des Beaux-Arts, le 28 avril, de recommandations dʼachat122 émanant dʼune part de Marcel Trelat, Ministre des finances, et dʼautre part dʼÉmile Jamais, Sous-Secrétaire dʼÉtat aux Colonies. Le premier décrit une œuvre méritante dont lʼauteur est dans la gêne, alors que le second joint une note biographique sur Marius Perret, rappelant que lʼartiste nʼavait aucune mission officielle au Sénégal, mais avait été encouragé à entreprendre ce voyage par lʼadministration des Colonies. Le lendemain, cʼest cette fois Adolphe Yvon, lʼancien professeur de Perret aux Beaux-Arts qui, dans un courrier à cette même Direction des Beaux-Arts123, souligne lʼintérêt à la fois artistique et documentaire du tableau qui conviendrait au Ministère de la Marine. Yvon demande au directeur de présenter lʼaffaire au Ministère de la Marine, qui pourrait demander au Ministère des Beaux-Arts de lʼacquérir. Une quatrième recommandation dʼachat parvient à la Direction des Beaux-Arts le 4 mai, émanant cette fois de P. Dubois, directeur de lʼÉcole Nationale des Beaux-Arts124. La réponse dʼHenry Roujon lui parvient une semaine plus tard, précisant que le tableau sera examiné par la Commission des travaux dʼArt125. Le lendemain, le Ministre de la Marine et des Colonies adresse une note au Ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts, dans laquelle il soutient la proposition de vente de Perret dont le tableau pourrait aller dans son ministère126.

2 – Départ des pirogues pour la pêche à Guetʼn Dar - Perret Marius - © Musée national de la Marine/P. Dantec - Inv. : 9 OA 173

2 – Départ des pirogues pour la pêche à Guetʼn Dar - Perret Marius - © Musée national de la Marine/P. Dantec - Inv. : 9 OA 173
  • 127 Ibid.
  • 128 Ibid.
  • 129 Ibid.
  • 130 Ibid.

50Le 2 juin, juste après lʼannonce des récompenses attribuées lors du Salon, le Directeur des Beaux-Arts envoie à Marius Perret une proposition dʼachat de son tableau dʼun montant de 1 500 francs127. Deux jours plus tard, cʼest un autre ministre qui intervient. Il sʼagit de Jules Roche, Ministre du Commerce et de lʼIndustrie, qui, dans une note de la Présidence de la République adressée à la Direction des Beaux-Arts128, demande à ce que lʼoffre dʼachat soit augmentée dʼau moins 500 francs, « Marius Perret est des plus dignes dʼintérêt et a besoin ». Une requête identique est envoyée le même jour par le Chef de Cabinet du Ministère de lʼAgriculture129, « Vous proposez de lʼacheter 1 500 francs. Cela laisserait Marius Perret en déficit dʼune somme assez considérable ». La Direction des Beaux-Arts nʼen a pas fini avec les réclamations. Le 8 juin, lʼastronome Camille Flammarion, qui jouit dʼune grande popularité à lʼépoque, fait part de la joie de Marius Perret suite à la proposition dʼachat. Néanmoins, le peintre y perdant 700 francs sur ses débours, Flammarion demande à lʼÉtat dʼêtre plus généreux et termine ainsi sa requête : « Quant à moi, je suis actuellement dans Mars et étudie ses neiges polaires. »130

  • 131 Ibid.
  • 132 ANP : AJ/52/268 ; ANP : F/21/2144.
  • 133 ANP : F/21/2144.
  • 134 Journal officiel du 18 février 1893, p. 876. Cf. également Le Journal, 5 février 1893 ; Bulletin de (...)

51Cʼest le 22 juin que le Ministère de lʼInstruction Publique, des Beaux-Arts et des Cultes décide finalement de lʼacquisition du tableau pour 2 000 francs. Marius Perret en est informé le même jour par courrier du ministre. Lʼautorisation dʼacquisition pour le compte de lʼEtat est datée du 2 juillet131. Trois jours plus tard, Henry Roujon, le directeur des Beaux-Arts informe P. Dubois, directeur de lʼÉcole Nationale des Beaux-Arts, que sur sa proposition le ministre vient dʼautoriser lʼacquisition du tableau et le paiement intégral est effectué le même jour132. Par arrêté ministériel du 22 juillet, le tableau est attribué à titre de dépôt au Musée de Marine du Louvre133 et cʼest au début de lʼannée suivante que la Direction des Beaux-Arts fait placer Départ des pirogues pour la pêche – Guet-NʼDar (Sénégal) (ill. n° 2), dans les nouvelles salles de ce musée134.

  • 135 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 123).
  • 136 Le gouvernement Émile Loubet a succédé au quatrième gouvernement Freycinet le 27 février 1892. Cʼes (...)
  • 137 ANP : F/21/4332.
  • 138 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 173).
  • 139 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 131) (minute).

52Marius Perret ne se contente pas de cette vente. Dans une lettre au Ministre de la Marine et des Colonies datée du 1er septembre de la même année135, il sollicite le titre de Peintre de la Marine, en rappelant quʼil avait déjà effectué une telle demande auprès de son prédécesseur136. Perret explique que « cette nomination me flatterait beaucoup comme couronnement de mes efforts pendant ces sept dernières années », période durant laquelle il affirme avoir produit constamment des travaux intéressant les colonies, dont quatre années hors de France. Il fait également valoir quʼil est le premier peintre à avoir séjourné au Sénégal. Perret nʼa décidemment pas de chance avec les ministres de la Marine cette année 1892, puisque Burdeau succède à Cavaignac onze jours après sa seconde requête. Néanmoins, dès le 19 septembre, Burdeau sollicite lʼavis du Ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts sur la valeur artistique du « pétitionnaire » avant de statuer137. Lʼavis lui est rendu le 27 septembre138, rappelant les récompenses obtenues par Perret depuis 1889, ainsi que lʼacquisition de lʼun de ses tableaux attribué au ministère de la Marine et des Colonies. Lʼarrêté de nomination comme Peintre du Département de la Marine est daté du 1er octobre 1892139.

  • 140 AMM : Laussedat E V 14-15, lettre de M.P. à Laussedat, 23 septembre 1893. Trois ans plus tôt, à lʼo (...)

53En 1893, Perret participe à lʼExposition Universelle de Chicago (mai à octobre) avec une œuvre algérienne. Il expose également au Havre (une œuvre algérienne), à Rouen (deux œuvres sénégalaises), ainsi quʼà Roubaix-Tourcoing (deux œuvres sénégalaises). Lʼexposition du Havre révèle une autre difficulté à laquelle est confronté lʼartiste exposant, celle de lʼaccrochage opportun de ses envois. Une lettre à Laussedat à propos de lʼexposition du Havre donne toute la mesure de son dépit140 :

« Aujourdʼhui, je reçois dʼun ami […] une lettre dans laquelle il déclare que ni lui, ni sa femme nʼont pu découvrir la petite toile que jʼy ai envoyée. […] probable quʼon lui a donné un plan désastreux. Toujours et partout la même chose  : il faut du piston pour être bien placé dʼabord ; du piston pour être acheté ensuite. […] Dʼaprès ce qui mʼest dit de différents côtés, dʼaprès ce que je vois maintenant, hélas, tout peintre qui désire vendre ses produits doit être doublé dʼun commis-voyageur. »

54Comme presque systématiquement dans ce genre de situation, Perret demande à Laussedat dʼintervenir.

3 - Marius Perret - Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, campagne du Fouta, colonne Dodds, (RF 897), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.

3 - Marius Perret - Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, campagne du Fouta, colonne Dodds, (RF 897), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.
  • 141 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », LʼArtiste: revue de lʼart contemporain X, (...)

55La première véritable exposition de peinture (et dessins) orientaliste se tient dʼoctobre à décembre 1893 au palais des Champs-Élysées, avec pour objectif principal de résumer la filiation continue des peintres orientalistes depuis le début du XVIIe siècle141. Perret y présente treize œuvres, dont douze tirées de son séjour en Algérie et une de son séjour au Sénégal. Ses envois sont remarqués notamment par des journalistes de la presse populaire  :

  • 142 Le Petit Colon algérien, 5 décembre 1893.
  • 143 Le Courrier du soir, 19 octobre 1893.

« Marius Perret, dessinateur exquis, tout à fait pénétrant et attentif à rendre lʼimpression des heures dans le Mzab, se révèle comme un illustrateur de race. »142 ; « Marius Perret sʼest débarrassé des conventions et pour arriver à la vérité. Il a tout simplement fait colonne avec le colonel Dodds, aujourdʼhui général […] ses études de dromadaires sont très curieuses […] les tableaux ont été exposés à lʼexposition des Beaux-Arts de Rouen, où ils ont eu un grand succès, […] une science anatomique très avancée en même temps quʼune exécution brillante. […] Mais où il nous donne la mesure de son grand talent, cʼest dans cette scène algérienne prise sur le vif - Le marché de Djelfa - la facture est dʼun jeune maître »143..

56Perret expose deux œuvres au Salon des Champs-Elysées de 1894  : des tirailleurs sénégalais et un paysage du Sahara. Là encore, la presse populaire ne tarit pas dʼéloges, en particulier à propos de Tirailleurs sénégalais en arrière-garde  :

  • 144 La Lanterne, 1 mai 1894.
  • 145 Le Gaulois, 1 mai 1894.
  • 146 Le Petit Parisien, 30 avril 1894.
  • 147 Le Gaulois, 1 mai 1894.
  • 148 Le Matin, 1 mai 1894.
  • 149 Le Monde illustré, 5 mai 1894.

« Marius Perret est à coup sûr un des jeunes artistes les plus intéressants de notre époque. Voyageur infatigable et intrépide, il sʼen va chercher ses sensations et ses impressions dans les pays dʼAfrique les plus brûlants. […] merveilleusement servi par une vision très nette et par une grande habileté dʼexécution et, dès aujourdʼhui, il occupe une des premières places sinon la première parmi nos peintres dʼAfrique »144 ; « deux belles toiles africaines baignées de soleil »145 ; « évoque le Sénégal, lʼaridité de ses sables, où sʼengage une colonne de tirailleurs, et rend bien lʼimpression dʼun ciel écrasant. »146 ; « deux belles toiles africaines baignées de soleil »147 ; « tableau dʼune coloration solide et franche et tout empli de soleil. »148 ; « Un excellent tableau, dont le succès sʼest décidé le premier jour et a grandi les suivants […] peinture remarquable […] jamais rendu avec plus de force lʼatmosphère et la lumière des régions surchauffées […] »149.

4 – Marius Perret – [identification par le musée dʼOrsay, erronée selon nous :] Le Départ des pirogues pour la pêche à Guet nʼdar au Sénégal, (RF 732), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.

4 – Marius Perret – [identification par le musée dʼOrsay, erronée selon nous :] Le Départ des pirogues pour la pêche à Guet nʼdar au Sénégal, (RF 732), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.
  • 150 Là encore, mécontent de lʼaccrochage, Perret demande à Laussedat dʼintervenir auprès dʼAymard (dépu (...)
  • 151 Le Figaro, 26 mai 1894 ; Le Temps, 26 mai 1894.

57Perret participe à trois autres expositions au cours de cette année 1894. Il envoie deux vues de Laghouat à lʼExposition Universelle de Lyon150 et une autre œuvre algérienne à la cinquième exposition des Amis des Arts de Nantes (février-mars). Par ailleurs, il prend part au « Salon des originaux » dans le cadre de lʼExposition du Livre de Paris, sans que nous ayons pu, à ce stade, identifier le nombre dʼœuvres envoyées. Cʼest la première fois que les originaux des illustrations les plus populaires sont réunis dans une exposition publique151.

  • 152 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. au ministre, 28 avril 1894.
  • 153 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. au Directeur des Beaux-Arts, 10 mai 1894.
  • 154 ANP : F/21/2144. La nouvelle de lʼachat du tableau de Perret est relayée par plusieurs journaux par (...)

58Lʼannée 1894 est marquée par la seconde vente dʼun tableau à lʼÉtat. Il sʼagit cette fois de Tirailleurs sénégalais en arrière-garde ; campagne du Fouta (colonne Dodds) (ill. n° 3). Là encore tout commence par un courrier de Perret au Ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts sollicitant lʼacquisition par lʼÉtat du tableau exposé au Salon des Champs-Elysées et dont les éléments ont été pris au cours de la campagne suivie au Sénégal152. Deux semaines plus tard, dans une missive au Directeur des Beaux-Arts, le peintre explique quʼil a accepté lʼoffre de 1 800 francs, mais quʼelle ne récompense pas tout à fait la somme dʼefforts fournis et quʼil serait fort heureux dʼen obtenir 2 000 francs, qui correspondent dʼailleurs au prix payé pour le premier tableau vendu à lʼ État, « […] une toile qui mʼavait coûté infiniment moins de fatigue, et aussi de temps pour son exécution, que le tableau de cette année. Jʼoserai donc vous demander de vouloir bien me combler, quand vous aurez lʼoccasion de voir le Ministre »153. Le ministre Georges Leygues signe lʼarrêté dʼacquisition pour 2 000 francs le 15 juin 1894 et le 31 décembre, le tableau est attribué au Musée National du Luxembourg154.

  • 155 Léonce Bénédite, « Lʼœuvre dʼÉtienne Dinet », Art et Décoration XIV (2e semestre), 1903, p. 310 (30 (...)
  • 156 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898.
  • 157 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », Lʼartiste: revue de lʼart contemporain X, (...)

59Cʼest entre 1893 et 1895 que se situe la fondation de la Société des Peintres Orientalistes Français sous la présidence de Léonce Bénédite, qui explique son origine par les longues discussions quʼil a eu avec Paul Leroy, Étienne Dinet et Marius Perret155. Ce dernier se présente dʼailleurs comme membre fondateur de cette société156. Dans un court article de 1895, Bénédite rappelle à la fois la contribution de ce mouvement au renouvellement des esthétiques et son rôle de médiateur entre les cultures et les populations orientales dʼune part, la métropole dʼautre part157.

  • 158 Le Journal 10 mars 1895. Sur les œuvres exposées par Perret, cf. en particulier La Lanterne, 2 mars (...)
  • 159 Sur lʼappréciation de ces deux œuvres dans la presse parisienne, cf. La Petite Presse, 5 mai 1895 ; (...)
  • 160 Le Mémorial des Pyrénées, 23 février 1895.

60Lʼannée 1895 est aussi relativement faste en expositions pour Perret. Le 26 février sʼouvre la seconde Exposition des Peintres Orientalistes Français, aux Galeries Durand-Ruel, rue Laffitte et rue Le Peletier. Elle est visitée par Félix Faure, le président de la République, dont la presse rapporte quʼil sʼest notamment arrêté devant les productions de Perret, qui y présente cinq œuvres (trois algériennes et deux sénégalaises)158. Il a deux envois au Salon des Champs-Elysées (une œuvre algérienne et une sénégalaise)159. À Nantes, Perret expose deux œuvres sénégalaises, tandis quʼà Pau, il présente au moins une œuvre ayant pour thème les tirailleurs sénégalais160.

  • 161 La contribution de Perret est mentionnée notamment dans Le Journal, 4 décembre 1895 ; Le XIXe siècl (...)

61À lʼinternational, Marius Perret contribue à son niveau au rapprochement diplomatique franco-russe amorcé dès le début de la décennie afin de briser lʼisolement de la France en Europe. Un grand bazar international est organisé à Saint-Pétersbourg au tournant de lʼannée 1896, au profit de lʼassociation caritative sous les auspices de lʼimpératrice Alexandra Feodorovna. Côté français, la cheville ouvrière en est Juliette Adam, directrice de la Nouvelle Revue. Perret y donne plusieurs œuvres relatives à lʼAfrique161.

  • 162 Sur les commentaires des journalistes à propos de ces œuvres, cf. Le Petit Parisien, 22 janvier 189 (...)
  • 163 Sur la réception de lʼœuvre algérienne, cf. La Petite Presse, 1 mai 1896 ; La Lanterne, 4 mai 1896. (...)

62En 1896, la troisième Exposition annuelle des Peintres Orientalistes Français se tient à nouveau aux Galeries Durand-Ruel. Perret y présente six œuvres (trois sénégalaises et trois algériennes)162. Il expose deux œuvres au Salon des Champs-Elysées (une algérienne et une sur sa région natale)163.

  • 164 ANOM : GGI 6648, lettre de M.P. au Résident Supérieur au Cambodge, 31 mai 1900.

63Dans un état de services rédigé de sa main, Perret nous apprend quʼil a été nommé Peintre du Ministère des Colonies cette même année 1896, un titre quʼil différencie bien de celui du Peintre du Ministère de la Marine décerné en 1892164. À ce stade, nous nʼavons pas trouvé dʼarchives administratives relatives à cette décision ministérielle, mais le titre figure dans son épitaphe. Nous y reviendrons plus loin.

64En 1897, Perret fait quatre envois à la quatrième « Exposition annuelle des Peintres Orientalistes Français ». Ses deux toiles ayant pour thème le Bardo à Tunis sont exposées pour la première fois. Nous avons signalé plus haut quʼil sʼest rendu en Tunisie lʼannée précédente. Les deux autres œuvres sont sénégalaises. Lʼexposition reçoit à nouveau la visite de Félix Faure. Le tableau Les Piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal) soulève nombre de commentaires élogieux :

  • 165 Le Petit Parisien, 16 février 1897.
  • 166 La Presse, 20 février 1897.
  • 167 La Petite Presse, 21 février 1897.
  • 168 La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-Arts, 27 février 1897.

« Cʼest lʼune des meilleures œuvres de lʼexposition »165 ; « Marius Perret, dans une attendrissante gamme de couleurs vives, nous initie à de jolies visions sénégalaises dans son tableau Les Piroguiers de Guetʼ-NʼDar. Il y a dans cette toile de curieuses notations de mouvement et des qualités de coloris bien particulières au peintre dont le talent sʼaffirme par des tonalités éclatantes. […] La peinture de Marius Perret me paraît être de celles quʼil faut suivre avec attention. »166 ; « Marius Perret, qui mʼarrête longuement avec ses Piroguiers du Guet-NʼDar si beaux dans leur rude labeur pour mettre une barque à flot, dans cette lutte contre la barre, voilà certes une des bonnes toiles de cette exposition, toile pleine de vie et de mouvement. »167 ; « Marius Perret observe toujours, dʼun œil particulièrement sagace, lʼactivité des êtres humains dans la chaleur torride et la clarté diffuse du ciel sénégalais ; ses Piroguiers du Guet NʼDar (Sénégal), comptent parmi ses meilleurs tableaux. »168

65Il expose une nouvelle fois le tableau Les Piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal) au Salon des Champs-Elysées, son unique envoi pour cette année, récompensé par une médaille de deuxième classe. Dans Le Monde illustré du 1er mai 1897, Olivier Merson commente ainsi la toile :

« Jʼai noté aussi les Piroguiers sénégalais sans dire seulement quʼils sont dʼune réussite particulière, à plus forte raison sans publier que les personnages, les barques, les costumes, le sol, la mer et le soleil qui les éclaire et les chauffe composent un ensemble très intelligemment distribué, un tout solide, saisi sur place, car Marius Perret a pris la peine dʼaller chercher lui-même ce coin de lʼAfrique occidentale pour vous lʼapporter tel quʼil est […] sont dʼun observateur curieux et appliqué, qui voit juste et clair, dʼun pinceau adroit, très artiste, dont on sent la sincérité, et capable de signer sans crainte de démenti  : pour copie conforme. »

  • 169 Il sʼagirait par conséquent dʼun paysage métropolitain.
  • 170 Le Patriote des Pyrénées, 10 janvier 1897 ; Le Mémorial des Pyrénées, 10 janvier 1897 ; LʼIndépenda (...)
  • 171 Salon Tunisien – 1897 – Livret des exposants, Tunis, Picard et Cie, 1897, p. 14-15 ; La Dépêche Tun (...)

66Perret participe à trois autres expositions cette même année 1897 : la huitième exposition de la Société des Amis des Arts de Nantes (janvier-mars) où il présente une œuvre algérienne et une œuvre sénégalaise ; le Salon de Pau, organisé par la Société des Amis des Arts de Pau, où il envoie un paysage daté de 1892169, qui remporte le premier prix de paysage170 ; le Salon tunisien, organisé par lʼInstitut de Carthage, à lʼoccasion duquel il expose six œuvres (les deux peintures du Bardo, deux œuvres algériennes et deux œuvres sénégalaises). Perret y est récompensé par une décoration (officier dans lʼordre du Nicham-Iftikhar)171.

  • 172 ANP : F/21/2144.

67Lʼannée 1897 voit par ailleurs la vente dʼune troisième toile à lʼÉtat, Les piroguiers de Guet NʼDar (Sénégal) (ill. n° 4), tableau remarqué à la quatrième Exposition annuelle des Peintres Orientalistes Français, ainsi quʼau Salon des Champs-Elysées. Début mars, la Direction des Beaux-Arts fait une offre à 2 000 francs et le tableau sera finalement acquis pour 2 500 francs à la fin du mois, attribué au Musée du Luxembourg et affecté à titre de dépôt au Ministère des Colonies en mars 1898172.

  • 173 Sur les commentaires des journalistes à propos de ces œuvres, cf. Musée des familles, 65e année, 1e (...)

68Les deux envois de Perret au Salon des Champs-Elysées de 1898 sont les deux vues du Bardo de Tunis, déjà exposées deux fois lʼannée précédente173.

69Perret présente cinq œuvres à la sixième Exposition annuelle des Peintres Orientalistes Français qui se tient en février-mars 1899, toujours dans les Galeries Durand-Ruel, inaugurée cette fois par Georges Leygues, Ministre de lʼInstruction Publique et des Beaux-Arts accompagné du chef du Cabinet du Ministre des Colonies. Il sʼagit de deux œuvres sénégalaises, deux œuvres algériennes et de la maquette dʼun diorama destiné à lʼExposition Universelle de 1900. Là encore, les commentaires journalistiques sont nombreux :

  • 174 Le XIXsiècle, 24 février 1899 ; Le Rappel, 24 février 1899.
  • 175 La Presse, 17 février 1899.
  • 176 La Lanterne, 3 mars 1899.
  • 177 La Chronique des arts et de la curiosité: supplément à la Gazette des beaux-Arts, 4 mars 1899.
  • 178 Le Temps, 17 février 1899.

« Dromadaire dévoré par des chacals, morceau très serré de dessin »174 ; « ses études de dromadaires sont à la hauteur de son talent incontestablement reconnu de tous »175 ; « Marius Perret arrive à la même éloquence que Binet et Girardet, par des moyens différents. Il ne sʼinquiète pas dʼêtre fort ou gracieux, mais seulement dʼêtre exact […] On peut passer devant ses tableaux sans les remarquer. Quand on les a remarqués, on ne se lasse pas de les regarder et on leur trouve mille séductions. Sous une apparence de froideur, Perret est doué dʼune grande sensibilité. Il nous montre, dans une série de petites toiles, le chameau sous tous les aspects de sa vie nomade »176 ; « Marius Perret avec ses études si savantes de chameaux, ses Tirailleurs sénégalais, qui nous donnent lʼanalyse la plus sûre et la plus subtile des décompositions de la lumière, au milieu de ces pays de lumière excessive »177 ; « Marius Perret […] est un des plus merveilleusement doués de ce groupe [des peintres orientalistes] pour lʼanalyse exacte des valeurs et des jeux de lumière. “Ses Tirailleurs sénégalais, disait avec chaleur Benjamin Constant, cʼest un vrai chef-dʼœuvre !” La maquette de son diorama de Djibouti, commandé par le ministère des colonies pour 1900, a eu un réel succès. »178

  • 179 Sur ces contributions de Perret à lʼExposition Universelle, cf. Le Temps, 1 mai et 9 juin 1900 ; La (...)

70Les œuvres de Marius Perret sont présentées dans deux, voire trois, pavillons de lʼExposition Universelle de Paris, dʼavril à novembre 1900 : un numéro dʼétudes dʼAlgérie (Laghouat) dans le Pavillon du Gouvernement Général dʼAlgérie ; la maquette (grande toile panoramique) des environs de Djibouti dans le Pavillon de la Côte des Somalis. Sa contribution au Pavillon de lʼIndochine est incertaine. Nous y reviendrons dans la suite. Il est récompensé dʼune médaille dʼargent pour sa vue de Laghouat. Dans le même temps, trois expositions sont organisées au Grand Palais, où lʼon peut voir Les piroguiers de Guet NʼDar (Sénégal)179.

Réseaux de sociabilité

  • 180 Sur la carrière administrative et lʼœuvre scientifique dʼAimé Laussedat, voir notamment M. Carbonne (...)
  • 181 Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris, E. Bernard & Ci (...)

71Nous avons évoqué plus haut un certain nombre de cercles fréquentés par Marius Perret (Faculté de Médecine, École des Beaux-Arts, éditeurs). La personne la plus déterminante dans sa carrière est probablement Aimé Laussedat (1819-1907). Laussedat était Moulinois. Admis à lʼÉcole polytechnique en 1838, il sert dans le Génie militaire, notamment pour des missions de renseignement en Angleterre et en Italie. Il est nommé professeur à lʼÉcole polytechnique en 1856 et enseigne également au Conservatoire des Arts et Métiers à partir de 1864. Il participe à la défense de Paris contre les Prussiens en 1870 et fait partie de la Commission de délimitation des nouvelles frontières franco-allemandes. Il sʼimplique dans les études et lʼenseignement des sciences appliquées à lʼart militaire durant la décennie 1870, devient directeur des études à lʼÉcole polytechnique en 1879, puis directeur du Conservatoire des Arts et Métiers deux ans plus tard, fonction quʼil assume pendant vingt ans. Une période durant laquelle il exerce de nombreuses responsabilités officielles, de lʼObservatoire de Paris, au Conseil supérieur de lʼInstruction Publique, en passant par les comités dʼinstallation et jurys des grandes expositions universelles, entre autres. Il est élu à lʼAcadémie des Sciences en 1894180. Laussedat a clairement ses entrées au plus haut niveau dans les différents gouvernements de lʼépoque, lʼadministration civile, les milieux militaires, ainsi que dans le monde scientifique. On le retrouve également dans les milieux artistiques, puisquʼil est par exemple membre du jury dʼadmission et des récompenses de lʼexposition Blanc et Noir de 1890181, à laquelle participe Perret.

  • 182 AMM : Laussedat E V 83, lettre de M.P. à Laussedat, datée 30 mars 1878.

72À notre connaissance, la lettre datée la plus ancienne de Marius Perret à Aimé Laussedat remonte à mars 1878182. Le soutien de Laussedat à son activité artistique est clairement exprimé, puisquʼon y apprend que Perret a, grâce à lui, pu bénéficier dʼune exonération de frais pour lʼExposition Universelle dont la date nʼest pas précisée. Il ne fait pas de doute quʼil sʼagit de lʼExposition de Paris en 1879, manifestation dans laquelle Laussedat était membre du comité dʼinstallation et membre du jury. À ce stade, nous ne savons pas si Perret y a effectivement présenté une ou plusieurs œuvres. Si le contenu de cette lettre envoyée de Moulins révèle une familiarité avec la famille Laussedat, le fait que Perret ait eu à sʼenquérir sur place de son adresse (sans doute à Paris) incline à penser quʼil sʼagit bien de son premier envoi. Le corpus de correspondance du Fonds Laussedat atteste des formes variées du soutien apporté à lʼartiste (recommandations, aides financières, interventions auprès de diverses personnalités).

5 – Entrée du 22, rue Monsieur-le-Prince, Paris 6e (D. Perret, mars 2022).

5 – Entrée du 22, rue Monsieur-le-Prince, Paris 6e (D. Perret, mars 2022).
  • 183 Cf. Le Petit Montluçonnais, 2 juillet 1892 ; LʼAvenir de Vichy, 3 juillet 1892 ; Le Figaro, 21 déce (...)

73Ces contacts entre Perret et Aimé Laussedat se manifestent aussi, à partir de 1892, dans les Dîners Bourbonnais annuels, qui rassemblent, sous la présidence du Colonel Laussedat, une partie au moins de lʼaéropage parisien originaire de Moulins et de sa région. Parmi une vingtaine de convives, on y retrouve des noms déjà mentionnés plus haut, tels le docteur Cornil (professeur à la Faculté de médecine et sénateur) ou encore Maurice Dunan183.

  • 184 Stéphane Richemond, « Histoire de la Société des Peintres Orientalistes Français », in P. Sanchez, (...)
  • 185 « Avertissement », in 2e Exposition de peintres orientalistes français, Galeries Durand-Ruel, Paris (...)

74Un autre cercle fréquenté par Perret à Paris est celui de la Société des Peintres Orientalistes dont il se présente comme lʼun des membres fondateurs. Il figure parmi les quatorze signataires des statuts aux côtés de Léonce Bénédite, son président. Tous sont peintres : Maurice Bompard, Jean-Adolphe Chudant, Charles Cottet, Etienne Dinet, Hector dʼEspouy, Louis-Auguste Girardot, Adolphe-Charles Landelle, Paul Leroy, Alexandre Lunois, Gustave Pinel, Victor Prouvé, Emile Sulpis et Jean Taupin184. Bénédite présente ainsi la raison dʼêtre de cette société185 :

« […] les orientalistes ne pouvaient oublier que ce sont les littérateurs et surtout les artistes qui ont le plus contribué à faire pénétrer dans la foule les formes et les mœurs de lʼOrient […], à lʼacclimater parmi nous. Ils ont donc été heureux de penser quʼils pourraient remplir une tâche patriotique en secondant la mission de ceux qui ont formé […] la noble entreprise de relever notre prestige dans des pays avec lesquels nous sommes liés traditionnellement, de défricher nos vastes territoires nouveaux, de les peupler, et de les faire aimer et connaître, dʼattirer les sympathies sur les races indigènes, et de nous habituer chaque jour davantage à ces nouvelles provinces de la France. »

  • 186 Le Matin, 31 mars 1895 ; Le Matin, 9 mars 1897.
  • 187 Le Temps, 10 mars 1897.

75La Société a aussi ses banquets annuels que fréquente Perret lorsquʼil est à Paris186. Celui de 1897 se déroule sous la présidence dʼAndré Lebon, Ministre des Colonies187.

  • 188 Radiot, janvier 1902, p. 102-103.
  • 189 Une plaque commémorative est visible sur la façade.
  • 190 Gabriel Badea-Păun, « Antonio de la Gandara (1861-1917), un portraitiste mondain oublié, un parcour (...)
  • 191 32e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture….exposés dans les salles du musée (...)
  • 192 38e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture... exposés dans les salles du mus (...)
  • 193 Revue mensuelle du Touring-Club de France (mai 1898), p. 197.
  • 194 44e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture... exposés dans les salles du mus (...)
  • 195 Elève de Gérôme. Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris (...)
  • 196 Peintre de paysages, portraits, orientaliste, élève de Benjamin Constant (cf. E. Bénézit, Dictionna (...)
  • 197 Le Vieux Montmartre, nlle série, fasc. 75, oct. 2005, p. 28.

76Un autre cercle nʼest pas attesté, mais probable, cʼest celui du 22, rue Monsieur-le-Prince, où réside Marius Perret au moins dès 1882 jusquʼà son départ pour lʼIndochine. Radiot décrit lʼentrée de cette ancienne maison de Paris avec un linteau orné de personnages en relief de part et dʼautre dʼun buste. Le linteau existe toujours (ill. n° 5). Tout en haut de lʼimmeuble, Perret occupe un minuscule atelier flanqué dʼune ou deux petites chambres. Radiot apprend que le graveur Gustave Doré a résidé là188, mais très probablement avant lʼinstallation de Perret. En fait, lʼimmeuble abritait dʼautres ateliers de peinture à son époque, lʼartiste le plus connu étant Antonio de la Gandara (1861-1917)189. La réputation de ce portraitiste sʼétablit avec une exposition chez Durand-Ruel en 1893. Il acquiert alors une dimension internationale, en demande non seulement auprès dʼune clientèle aristocratique, de la haute bourgeoisie issue de la finance ou de lʼindustrie, mais aussi de la bourgeoisie moyenne et des milieux artistiques190. Il est difficile dʼimaginer que Perret fréquentait de La Gandara, mais il ne pouvait pas lʼignorer totalement. Lʼimmeuble a abrité dʼautres peintres moins connus à lʼépoque de Perret : Pierre de Coninck (1828-1910)191, Edouard Fournier192, R. Rood193, Edouard Zawiski194, Gustave Montigny195, et peut-être Félix-Marius Bouchor (1853-1937)196, qui partage lʼatelier de de La Gandara197.

Pérégrinations sud-est asiatiques

  • 198 Léonce Bénédite (1902, p. 71) confie que Perret voulait visiter lʼIndochine, Java, ainsi que le Jap (...)
  • 199 ANOM : MIS 76BIS, courrier daté du 6 mars 1898.

77En mars 1898, dans une missive au Ministre des Colonies (André Lebon), Perret sollicite une mission « dans une colonie qui vous intéresserait particulièrement et pour laquelle vous désireriez faire de la vulgarisation par lʼimage », en suggérant lʼAsie et lʼExtrême-Orient198. Dans lʼétat de services annexé à sa lettre, Perret souligne « Lʼentrée dʼun tableau dans lʼun des trois Musées de lʼÉtat me paraissant un des plus puissants moyens de vulgarisation pour nos Colonies […] », et rappelle que lʼÉtat a déjà acquis trois de ses tableaux199.

  • 200 Angelo Mariani, « Le Général Dodds » in Figures contemporaines tirées de lʼalbum Mariani, vol. 6, P (...)
  • 201 Le Rappel, 25 janvier 1896 ; Sanchez 2008.
  • 202 Nadine André-Pallois, LʼIndochine : un lieu dʼéchange culturel ? Les peintres français et indochino (...)

78À ce stade, nous nʼavons pas de certitude sur les raisons de son orientation vers lʼAsie, seulement deux pistes liées à son séjour au Sénégal. La première est le colonel Dodds, qui a participé à des expéditions en Cochinchine (1878) et au Tonkin (1883)200 avant sa rencontre avec Perret en 1891. La seconde est le peintre Gaston Roullet qui participe, avec Perret, aux expositions des peintres orientalistes de 1896 et 1897201. Nommé Peintre de la Marine en 1885, Roullet sʼest rendu en Cochinchine, au Cambodge (dont Angkor) et surtout au Tonkin en 1885-86. Il présente de ce séjour vingt-quatre tableaux à lʼExposition Universelle de 1889202.

  • 203 ANOM : MIS 76BIS, rapport daté 31 mars 1898. Les autres peintres suggérés sont Chudant (Madagascar) (...)

79La proposition de Perret au ministre fait son chemin, puisque trois semaines plus tard Dubard, lʼInspecteur Général des Colonies, rédige un rapport à André Lebon dans lequel il suggère de compléter lʼExposition économique des Colonies prévue pour lʼExposition Universelle de 1900, par une exposition artistique présentant des œuvres exécutées par des peintres expérimentés que le Département enverrait dans les colonies afin dʼen rapporter des études nouvelles et originales. Marius Perret figure parmi les six noms suggérés avec le Cambodge pour destination. En plus du voyage aller-retour, il est le seul à se voir attribuer une subvention de 3 000 francs « pour lʼexécution de travaux spéciaux en Indo-Chine ». La proposition est approuvée par le ministre203.

  • 204 ANOM : MIS 76BIS, lettre de M.P. au Ministre des Colonies, 5 avril 1898.
  • 205 ANOM : MIS 76BIS, Secrétariat Général du Sénat à Ministre des Colonies, signé par les sénateurs Bru (...)
  • 206 ANOM : MIS 76BIS, minutes courriers A. Lebon à M.P., Cornil et Bruel, 23 avril 1898.

80Dans une lettre au ministre, Perret indique quʼil sʼefforcera « dʼen tirer le parti le plus profitable pour la vulgarisation de la Colonie » et adresse une nouvelle requête, qui rappelle les négociations pour la vente de ses tableaux. Il considère en effet que la subvention nʼest pas suffisante par rapport à la durée nécessaire de son séjour en Indochine204. À lʼappui de sa demande, il joint les recommandations de deux sénateurs de lʼAllier précisant que « [Perret] savait que les Anglais font renchérir beaucoup la vie aux Indes […] compte passer au Cambodge au moins six mois »205. Le ministre répond à Marius Perret et au sénateur Cornil que la décision dépendra des reliquats de fin dʼannée206.

  • 207 Dans une note au ministre, le sénateur Cornil explique que depuis quelques mois Perret souffre de n (...)
  • 208 Cf. notamment le courrier de M.P. au Gouverneur Général de lʼIndochine, peu avant de sʼembarquer po (...)

81De sérieux problèmes de santé obligent Perret à reporter son départ au début de lʼannée suivante207, alors que cette subvention est évidemment inscrite au budget du ministère pour lʼannée 1898. Le retard tombe dʼautant plus mal pour lʼartiste que trois personnes différentes se succèdent à la tête du ministère des Colonies durant cette seule année (Lebon, Trouillot, Guillain). Selon nous, malgré diverses interventions, lʼimbroglio administratif qui sʼen suit ne sera jamais complétement résolu et lʼartiste ne touchera pas un centime208.

82Marius Perret sʼembarque finalement à Marseille pour Saïgon le 22 janvier 1899 sur le paquebot Océanien209. À lʼescale de Port-Saïd, Perret adresse une lettre à Henry dʼEstienne lui donnant des instructions pour lʼinstallation de la maquette du chemin de fer de Djibouti à lʼExposition des Peintres Orientalistes qui débute mi-février210.

6 – Marius Perret – Deux danseuses cambodgiennes, (RF 24035, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

6 – Marius Perret – Deux danseuses cambodgiennes, (RF 24035, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

7 – Marius Perret – Bateau de fête vu de la poupe, (RF 24037, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

7 – Marius Perret – Bateau de fête vu de la poupe, (RF 24037, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

8 – Marius Perret – Bateau de fête vue de la proue, (RF 24039, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

8 – Marius Perret – Bateau de fête vue de la proue, (RF 24039, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

9 – Marius Perret – Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte, (RF 24036, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

9 – Marius Perret – Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte, (RF 24036, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

10 – Marius Perret - Musicienne vietnamienne assise jouant du luth, (RF 24038, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.

10 – Marius Perret - Musicienne vietnamienne assise jouant du luth, (RF 24038, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
  • 211 Bulletin officiel de lʼIndo-Chine française 1899, 2e partie. Le ministre André Lebon avait informé (...)
  • 212 ANOM : MIS 76BIS, note datée 17 octobre 1899.
  • 213 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre A. Decrais à Cornil, 27 octobre 1899.

83La première mention de Marius Perret en Indochine figure dans un arrêté de Paul Doumer, Gouverneur général, daté du 26 février 1899, mettant à sa disposition les moyens de transport par voies maritime et fluviale afin de faciliter sa mission dʼexécution de peintures devant figurer à lʼExposition Universelle de 1900211. À ce stade, nous nʼavons trouvé aucune correspondance de Perret entre son escale à Port-Saïd et le mois de mai 1900. Une note du sénateur Cornil au Ministre des Colonies (Albert Decrais) dʼoctobre 1899 nous apprend que Perret a sollicité dernièrement du ministre « un supplément dʼallocation […] malgré toute la parcimonie de son existence, il voit ses ressources tout à fait épuisées », une demande bien sûr appuyée par Cornil. Le sénateur ajoute que le peintre « vit en ce moment dans une bonzerie élevée au milieu de ruines près de Saïgon et nʼa de rapports quʼavec les bonzes »212. Le ministre répond que les crédits manquent pour pouvoir satisfaire cette demande213.

84On retrouve Perret à Kâmpóng Cham, sur les rives du Mékong au nord-est de Phnom Penh, en mai 1900. De là, il envoie une nouvelle lettre à Henry dʼEstienne, dans laquelle il confie déplorer le climat « déprimant » du Cambodge, « surtout, la lumière, sauf en trois mois de lʼannée, est bien loin de valoir celle de lʼAfrique, du moins de lʼAfrique du Nord. »214

  • 215 ANOM : GGI 6648, daté 31 mai 1900.

85Fin mai, Perret est à Phnom Penh, dʼoù il écrit au Résident Supérieur au Cambodge215. Il explique avoir répondu au désir du ministre qui lui avait demandé, sinon des tableaux, du moins des études faites au Cambodge. Il souhaite maintenant prolonger son séjour :

« pour donner plus dʼimportance à mes travaux, fournir des sujets locaux aux expositions annuelles et faire ainsi une publicité plus large à la Colonie. Mais en quittant la France, je ne me suis assuré de ressources que pour un an environ, et dʼautre part, jʼai à subir tous les préjudices causés par une longue absence de Paris. »

  • 216 ANOM : GGI 6648, daté 8 juillet 1900.
  • 217 ANOM : GGI 6648, Saïgon, 5 juillet 1900.

86Perret sollicite par conséquent une commande de tableaux « qui serait bien indiquée pour la Résidence-Mairie de Phnom Penh, dont les murs sont absolument nus », ses honoraires étant basés sur le dernier prix dʼacquisition de lʼun de ses tableaux par lʼÉtat, à savoir 2 400 piastres pour lʼexécution dʼune toile de 1,50 m environ sur son grand côté, et comprenant un paysage avec figures ou animaux au second plan. Une commande de deux toiles similaires reviendrait à 4 000 piastres. En réponse, le Résident Supérieur renvoie la balle au Gouverneur Général216. Entre temps, Perret a informé le Gouverneur Général de sa proposition de commande de travaux au Résident Supérieur de Cambodge et attend le résultat de sa décision217.

  • 218 ANOM : GGI 6648.
  • 219 Paul Doumer, lʼIndo-Chine française (Souvenirs), Paris, Vuibert & Nony, 1905, p. 264-265. Un témoig (...)

87Grâce à une missive de Perret au Gouverneur Général envoyée du Cap Saint-Jacques (actuel Vũng Tàu) datée du 13 juillet 1900, on sait quʼil est toujours en Indochine à cette époque218. À ce stade de la recherche, Paul Doumer est dʼailleurs le seul à avoir laissé un témoignage direct sur lʼactivité artistique de Perret en Indochine219 :

« Vue aux diverses heures du jour, la masse grise dʼAngkor-Waht prend des colorations variées, surprenantes parfois. A certains couchers de soleil, lʼédifice rougeoie jusquʼà paraître flamber dans un incendie. Cʼest un enchantement pour les peintres. Le grand artiste que fut Marius Perret a passé des semaines à Angkor, ne pouvant pas quitter un spectacle que chaque jour, chaque heure lui présentait nouveau. Il considérait que ce ne serait pas perdre une vie dʼhomme que de la passer tout entière à peindre Angkor. Perret a envoyé de là-bas, dʼoù lui-même nʼest pas revenu, hélas ! des chefs-dʼœuvre dignes de son grand talent et dignes du monument qui lʼavait justement séduit. »

  • 220 Nadine André-Pallois livre quelques réflexions sur son activité artistique en Indochine (LʼIndochin (...)
  • 221 Les frontières entre le Cambodge et le Siam restaient celles fixées par le traité franco-siamois de (...)
  • 222 La presse parisienne fait état de dioramas de Perret installés dans la salle souterraine du temple (...)

88Des œuvres quʼil a laissées de son travail en Indochine entre février 1899 et juillet 1900, une partie nʼa pas été revue depuis les expositions du début du XXe siècle220. Grâce au témoignage de Paul Doumer et aux œuvres documentées, on sait quʼil a travaillé à Angkor, qui faisait toujours partie du Siam à lʼépoque221. Il a également été inspiré par Phnom Penh et le Mékong (ill. n° 6-8). Cʼest peut-être à Saïgon quʼil a travaillé sur les musiciennes « annamites » (ill. n° 9-10) et le chef dʼorchestre chinois. Quʼen est-il des « travaux spéciaux en Indo-Chine » commandés par le Ministère des Colonies ? Nous nʼavons pas de réponse à cette question pour lʼinstant222.

11-12 – Tombe de Marius Perret (Palasari, Java Ouest, Indonésie) / D. Perret, juillet 1990.

11-12 – Tombe de Marius Perret (Palasari, Java Ouest, Indonésie) / D. Perret, juillet 1990.
  • 223 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre datée 20 novembre 1900. Selon une autre version des événements, en (...)
  • 224 ANOM : MIS 76BIS, lettre du Préfet de lʼAllier à Ministre des Colonies, 11 décembre 1900.
  • 225 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre Ministre des Colonies à Ministre des Affaires Etrangères datée 20 n (...)
  • 226 ANOM : MIS 76BIS, lettre du Préfet de lʼAllier à Ministre des Colonies, 11 décembre 1900.
  • 227 ANOM : MIS 76BIS, Ministre des Affaires Etrangères à Ministre des Colonies, 24 novembre 1900.
  • 228 Louis Oscar Roty (1846-1911), médailleur, sculpteur (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et docum (...)
  • 229 Peintre (1845-1902). Personne éminente des Beaux-Arts à lʼépoque de Perret, durant laquelle il est (...)
  • 230 ANOM : MIS 76BIS, Hanoï, 24 novembre 1900. Les deux membres de lʼInstitut sont informés par le Mini (...)

89À ce stade de notre recherche, les informations relatives aux dernières semaines de la vie de Marius Perret sont très fragmentaires. Dans un courrier au Ministre des Affaires Etrangères, le Ministre des Colonies explique quʼaprès un long séjour en Cochinchine et au Cambodge, Perret sʼest embarqué pour Java, où il comptait passer quelques mois avant de rentrer en Europe223. Ce voyage se serait déroulé dans le courant du mois dʼaoût224. La famille correspond plusieurs fois avec lui à Batavia225, et dans une lettre à son frère Henry datée du 11 septembre, il signale quʼil se porte bien. Début novembre, un paquet recommandé envoyé à Perret par un ami parisien lui est retourné avec la mention « décédé »226. Son frère contacte alors le ministère des Affaires Étrangères qui télégraphie le 15 novembre au Consul de France à Batavia, qui confirme le décès de Marius Perret le 24 septembre227. Le 24 novembre, Paul Doumer envoie une dépêche au Ministère des Colonies annonçant le décès de Marius Perret et demande à ce que Roty228 et Benjamin Constant229, membres de lʼInstitut, soient informés de sa part230.

13 – Paysage de Java, © Musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, inv.21.2.8.

13 – Paysage de Java, © Musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, inv.21.2.8.
  • 231 Il ne reste quʼun volume de correspondance commerciale dans lequel il est fait mention dʼune lettre (...)
  • 232 Jacques Lougnon, Société dʼÉmulation du Bourbonnais, com. pers., 22 novembre 1990.

90Il convient de noter que les archives du Consulat de France à Batavia concernant cette période ont pratiquement toutes disparu231 et que Henry Perret, le frère de Marius, nʼaurait pas eu de descendants, ce qui rend très improbable la découverte dʼarchives familiales de correspondance232.

  • 233 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre datée 4 janvier 1901. À ce stade, nous nʼavons pas trouvé de dossie (...)

91Un courrier du Ministre des Colonies au Ministre de lʼIntérieur de janvier 1901 nous apprend que le peintre orientaliste Georges Morand, chargé dʼune mission scientifique au Cambodge par le Ministre de lʼInstruction Publique, doit se rendre à Batavia afin dʼy recueillir les travaux de Marius Perret et ses autres possessions. Morand a embarqué le 15 décembre 1900233.

  • 234 Le Figaro, Le Matin, datés du 27 novembre 1900, suivis par Le Rappel, Lʼunivers et le monde, Le Pet (...)
  • 235 Le Temps, 29 novembre 1900.

92La presse parisienne commence à diffuser la nouvelle du décès de Marius Perret trois jours après lʼenvoi de la dépêche de Paul Doumer au Ministère des Colonies234, non sans parfois reprendre des stéréotypes en vogue sur lʼArchipel235 :

« La dépêche qui nous a fait part de sa mort est muette sur les causes qui lʼont provoquée. Il est vraisemblable que les fièvres lʼont surpris au cœur de lʼîle, dans la traversée de ces terribles forêts dont les miasmes sont si souvent funestes aux Blancs ».

  • 236 Radiot 1901, p. 5-6 ; janvier 1902, p. 120, 121.

93À ce stade, nous nʼavons connaissance dʼaucune source officielle précisant les circonstances de son décès. Bien portant le 11 septembre, décédé treize jours plus tard, sʼil est mort de maladie, lʼaccès a été soudain. Paul Radiot, dont le témoignage indique quʼil a bien connu Perret, est, à lʼépoque, le plus disert sur la question mais ne lʼéclaircit pas vraiment236 :

« […] on nʼentendit plus parler que des brutales alternatives de refus ou de permissions que subissait, là-bas, son pauvre corps réclamé à la fois par sa famille qui voulait le ramener en France, et par lʼadministration hollandaise qui […] sʼobstinait à le conserver, en se retranchant derrière les formalités. Pour quelles causes tant de tiraillements qui durèrent six mois et plus ? On ne le devinait pas bien. Marius Perret nʼest pas mort du choléra, de la peste, ni de la fièvre jaune. La commission sanitaire hésitait, on refusait. Peut-être la pure Europe avait-elle quelque contagion à redouter de ce cadavre sʼil lui revenait… Toutes ces conjectures étaient fausses, et la vérité, beaucoup plus simple. On sait presque sûrement aujourdʼhui pourquoi Marius Perret continue à dormir son éternel sommeil en lʼîle de Java […] Une volonté nette dominait, de loin, ces faux bruits. […] Le service médical de Batavia le fit transporter, déjà très malade, à un sanatorium qui se trouve du côté de Buitenzorg, dans la région des montagnes. […] Marius Perret, se voyant mourir, a exprimé la volonté que son corps demeurât pour toujours dans cette île lointaine de Java […] ».

  • 237 SHD : MV CC 7 ALPHA 1951, Paul Simons à Chef du Bureau du Personnel Central et du Service Intérieur (...)
  • 238 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle – La terre et les hommes – XIV. Océan et terres océa (...)

94En 1902, dans un courrier au ministère des Colonies, dont le contenu laisse perplexe, Paul Simons, peut-être mandaté par la famille de Marius Perret pour accomplir des démarches administratives, précise quʼil est mort « dʼun accès de fièvre chaude »237. Le peintre a certainement fini ses jours dans la maison de repos dʼaltitude, une circonstance qui nʼest peut-être pas due au hasard. On sait, en effet, que dès les années 1880, il avait été plusieurs fois question dʼy envoyer les officiers malades des garnisons françaises de la Cochinchine238. Or, Perret était bien en mission officielle en Indochine où il sʼétait, semble-t-il, vu décerner le grade « dʼofficier du Cambodge ».

  • 239 Notre traduction. P.C. Bloys van Treslong Prins, « Grafschriften op diverse plaatsen op Java en de (...)

95Le lieu exact du décès est très probablement fourni à la famille dans la dépêche du consul de France à Batavia et cʼest vraisemblablement dans une publication néerlandaise que sa sépulture à Sindanglaya (Java Ouest) est signalée pour la première fois, ceci en 1916, précisément « dans la cour de lʼéglise de Sindanglaja, sur le versant de lʼun des contreforts du Mont Gedeh au-dessus de Tjiandjoer (Preanger) »239.

  • 240 À lʼépoque Kecamatan Pacet, Kabupaten Cianjur.

96Cʼest le 30 juillet 1990, que nous avons pu retrouver la tombe de Marius Perret (ill. n° 11-12), au bord de la fameuse route du col de Puncak qui relie Bogor à Cianjur. Le cimetière concerné serait sur le desa (commune) de Palasari240, limitrophe de Desa Sindangjaya, lui-même limitrophe de Sindanglaya. Dans un environnement végétal typique des cimetières villageois de Java, le corps de la tombe est en galets cimentés, surmonté dʼune stèle en marbre sculpté, flanquée de deux pilastres moulurés. La partie supérieure de la stèle, de forme triangulaire, comporte un panneau de décor floral sculpté en relief, lui-même surmonté dʼun petit décor ajouré. La hauteur maximale du monument est dʼenviron trois mètres. Lʼépitaphe incisée reste clairement lisible  : « Marius Perret – Peintre Orientaliste Francais – des Ministeres – de la Marine et des Colonies – 1900 ». Lʼépitaphe atteste ainsi des deux titres décernés à lʼartiste.

  • 241 Chiffre provisoire en raison des doublons possibles.

97On sait que Perret était encore suffisamment vaillant pour pouvoir peindre à Sindanglaya puisque trois œuvres exposées en 1902 portent des titres sans équivoque sur ce point : Sindanglaya et le volcan « Ghédé », bien sûr le Gunung Gede, qui culmine à près de 3 000 mètres et domine Sindanglaya. À ce stade de la recherche, les quatre241 autres œuvres relatives à Java dans notre liste provisoire ne sont connues que grâce à leur mention dans les catalogues des expositions de 1902 et 1910. Paysage (Java), exposé à Paris en 1910, pourrait être lʼœuvre conservée au Musée Anne-de-Beaujeu de Moulins (ill. n° 13). La Vue dʼun temple (Java), également exposée en 1910, laisse à penser quʼil a peut-être eu le temps de se rendre à Java Central.

Postérité de lʼartiste Marius Perret

  • 242 « Les origines et la formation du paysage contemporain en France », Le Magasin pittoresque, 69e ann (...)
  • 243 « Marius Perret, peintre orientaliste », La France de Demain, décembre 1901, p. 5-22 ; janvier 1902 (...)
  • 244 « Marius Perret », La Quinzaine Bourbonnaise, 9, 1900, p. 553-558.

98Trois contemporains et relations de Marius Perret ont livré en particulier des réflexions perspicaces sur son œuvre peu après sa disparition, notamment après lʼexposition rétrospective de 1902, qui sʼavère être la plus importante des deux seules manifestations organisées à ce jour au cours desquelles les amateurs ont pu apprécier son œuvre peinte couvrant à la fois lʼAfrique et lʼAsie du Sud-Est, lʼautre étant lʼExposition des Peintres Orientalistes Français de 1910. Il sʼagit de Léonce Bénédite, conservateur du Musée du Luxembourg et président de la Société des Peintres Orientalistes Français242 ; Paul Radiot, avocat et homme de lettres qui publie notamment trois ouvrages sur lʼAfrique du Nord et le monde arabe entre 1889 et 1901243 ; Gilbert Stenger (1836-1913), Bourbonnais, journaliste, romancier et auteur dʼessais historiques244.

99Ces réflexions, auxquelles nous en ajoutons de plus ponctuelles émanant dʼautres contemporains de Perret, peuvent se résumer comme suit  :

  • 245 Originalité soulignée également par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internati (...)
  • 246 Cf. notamment Bulletin de la Société française des amis des arts 1(6), 25 décembre 1900, p. 8 ; Le (...)

100– Lʼœuvre de Marius Perret est originale par ses thèmes. Perret appartient à cette génération de peintres (notamment Etienne Dinet, Paul Leroy, Bompard, Girardot, Chudant), qui ont instauré une véritable rupture en pénétrant la culture orientale de manière plus hardie que leurs devanciers. Ce qui leur a permis de percevoir les richesses inexplorées qui appartenaient à lʼart dans ces contrées. Marius Perret a suivi les soldats en marche, dans le désert ou dans la brousse. Il sʼest assis sur la plage et a observé attentivement les autochtones. Perret serait notamment le premier à avoir peint des Touaregs dʼaprès nature245. Lʼœuvre de Perret qui semble avoir le plus impressionné les amateurs à lʼépoque est Piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal)246.

  • 247 Souligné également par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 (...)
  • 248 Souligné également par A. E. Guyon-Verax (Journal des Artistes, 27 avril 1902) et dans La Chronique (...)
  • 249 Cf. également Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. (...)

101– Lʼœuvre de Marius Perret traduit des facultés extraordinaires dʼobservation attentive et clairvoyante247, un apport de rigueur, une grande probité intransigeante sur les moindres détails, un souci de la vérité artistique248. Ses tableaux reflètent un goût de lʼétude des phénomènes lumineux sous toutes leurs formes les plus exceptionnelles, depuis la constatation des excès les plus imprévus, jusquʼà la notation de la réverbération composite des couleurs lʼune sur lʼautre et des reflets les plus délicats249.

  • 250 Souligné aussi par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à P (...)

102– Lʼœuvre de Marius Perret est originale dans le rendu des gestes des autochtones250. Avec fraîcheur et franchise, Perret a échappé au vocabulaire banal et conventionnel des méthodes classiques et montre une ingénuité dans la recomposition des attitudes. Ses panneaux de pochades, en particulier, sont de petites merveilles dʼinstantanés qui résument en quelques notes tous les gestes familiers.

  • 251 Cf. Marie-Madeleine Valet, « De la nécessité pour les artistes de lʼétude de lʼarchéologie et de lʼ (...)

103– Lʼœuvre de Marius Perret révèle des sensations de fantasmagorie et de féérie dans ses paysages et ses personnages, grâce notamment à cette atmosphère baignant les contours, quʼon retrouve si bien rendue dans toutes ses toiles. Par une affection déclarée pour les atmosphères de couleurs multiples qui baignent, enveloppent et se diffusent en reflets, Perret et son école ouvrent de nouveaux horizons qui influencent la palette des coloristes251. La lecture dʼune description de paysages dʼOrient par Loti laisse une impression passagère, alors que les toiles de Perret laissent une impression durable.

  • 252 Les Africanistes peintres voyageurs (1860-1960), Courbevoie, ACE Édition Internationale, 1990, p. 6 (...)
  • 253 LʼIndochine : un lieu dʼéchange culturel ? Les peintres français et indochinois (fin XIXe-XXe siècl (...)

104Il nʼest bien sûr pas question ici de reprendre en détail tous les commentaires sur lʼœuvre de Marius Perret depuis sa disparition. Parmi les publications relativement récentes, on notera, en ce qui concerne son activité africaine, que Lynne Thornton retrace brièvement la carrière de Perret et livre une reproduction couleur en double page de Départ des pirogues pour la pêche – Guet-Nʼdar (Sénégal)252. Plus récemment, Nadine André-Pallois, après avoir retracé brièvement lʼactivité artistique de Perret en Indochine, se concentre sur Les danseuses cambodgiennes en concluant que le sujet était déjà populaire avant lʼintervention dʼAuguste Rodin en 1906253.

  • 254 Sur toutes ces manifestations (sauf celle de 1903 et lʼexposition de Moulins) cf. P. Sanchez, La So (...)
  • 255 La Petite Presse, 28 mars 1903.
  • 256 Exposition artistique bourbonnaise – 14-29 mars 1925 – Catalogue officiel, Moulins, les imprimeries (...)

105À ce stade de notre recherche, nous relevons que des œuvres de Marius Perret ont été exposées à huit reprises en France entre 1902 et 1925254 : (1902) Exposition des Peintres Orientalistes Français, qui a présenté une rétrospective Marius Perret (84 numéros, dont 4 relatifs à Java, 33 relatifs à lʼIndochine) ; (1903) accrochage dʼaquarelles dʼAsie du Sud-Est de Perret au Musée du Luxembourg255 ; (1906) Exposition Coloniale de Marseille (7 numéros relatifs à lʼIndochine) ; (1910) Exposition des Peintres Orientalistes Français, qui a présenté une nouvelle rétrospective Marius Perret (une trentaine dʼœuvres, dont plus de vingt œuvres inédites – y compris 3 numéros relatifs à Java et 3 à lʼIndochine) ; (1914) Exposition des Peintres Orientalistes Français, qui a présenté un choix de dessins originaux (coll. Hachette) de Marius Perret parus dans la revue Le Tour du Monde ; (1922) Exposition Coloniale de Marseille (cinq œuvres dʼIndochine) ; (1925) Exposition des Peintres Orientalistes Français (six numéros relatifs à lʼIndochine) ; (1925) Exposition Artistique Bourbonnaise à Moulins (50 numéros originaux hors Asie du Sud-Est)256.

  • 257 Revue des troupes coloniales, no. 288, mai 1947.

106Après la seconde guerre mondiale, le Musée de la France dʼOutre-Mer a présenté une rétrospective permanente de lʼorientalisme français incluant des œuvres de Marius Perret257.

107Beaucoup plus récemment, le Départ des pirogues pour la pêche à Guet nʼDar a été présenté au Musée National de la Marine (Paris), à lʼoccasion de lʼexposition Tous les bateaux du monde, qui sʼest déroulée en 2010258 et Deux danseuses cambodgiennes a été présenté au Musée dʼOrsay (Paris), à lʼoccasion de lʼexposition Danse. Dessins, qui sʼest déroulée en 2013259.

108Sur le marché de lʼart de la dernière décennie260, on notera quʼune œuvre de Perret a été mise en vente à Quimper en février 2022261 ; treize à lʼHôtel des ventes de Dijon en octobre 2020262, et huit en novembre 2013263.

109Ajoutons quʼune rue de Moulins, située entre lʼavenue dʼOrvilliers et le Quai dʼAllier, porte le nom de Marius Perret.

Art et Patrie

  • 264 À son retour de France, Benett est notamment illustrateur des romans de Jules Verne. Il séjourne au (...)
  • 265 André-Pallois 1997, p. 83-87.
  • 266 Sanchez 2008. Son œuvre semble recherchée sur le marché de lʼart (E. Bénézit, Dictionnaire critique (...)

110Dans lʼhistoire des peintres voyageurs qui ont laissé un nom, Marius Perret a un parcours unique, ce qui le rapproche de Raden Saleh. Avant Perret, seuls deux artistes auraient séjourné et peint à la fois en Afrique et en Indochine : Léon Benett (1839-1916), fonctionnaire en Algérie de 1861 à 1867, puis à Saïgon de juin 1871 à décembre 1872 (Chef du Service de lʼenregistrement et des domaines, il se rend à Angkor, où il dessine dès 1871), avant de faire lʼobjet dʼun rapatriement sanitaire264 ; Gaston Roullet, nommé Peintre de la Marine en 1885, il séjourne en Indochine (1885), en Tunisie (1888), en Nouvelle Calédonie (1889), au Sénégal, ainsi quʼau Soudan (1891)265. Ce dernier est un habitué des expositions des Peintres Orientalistes Français de 1896 à 1899266. Si Perret a théoriquement pu croiser le premier à Paris, nous avons suggéré plus haut que Roullet a pu jouer un rôle dans la décision de Perret de partir pour lʼIndochine. Ce qui distingue Perret sur le plan géographique, cʼest quʼil est le seul à avoir séjourné aussi aux Indes néerlandaises.

111Alors quʼen métropole on loue ses facultés dʼobservation et de pénétration des cultures locales, paradoxalement Perret se montre non seulement insensible aux conditions de vie misérables des autochtones, ainsi quʼaux horreurs associées à lʼexpansion coloniale, mais avoue une impossibilité à les connaître « à fond ». « De son cœur à leur cœur, rien », dira Paul Radiot. Perret semble avoir tenté de surmonter cet obstacle relationnel en sublimant la beauté plastique des paysages et des hommes avec une minutie obsessionnelle. Si Perret nʼest pas un asocial, cette difficulté de communication transparaît néanmoins dans divers témoignages laissés par ses contemporains.

112Dès son séjour en Afrique du Nord, Perret a pleinement conscience de sʼinscrire parmi les successeurs dʼHorace Vernet et dʼEugène Fromentin, peintres pionniers de lʼAlgérie. Par ailleurs, il revendique être le premier peintre à avoir séjourné et peint au Sénégal.

113Vulgariser la geste coloniale est une autre de ses revendications. Cʼest aussi lʼun des objectifs de la Société des Peintres Orientalistes dont il est co-fondateur. Son départ pour le Sénégal est une initiative dʼEugène Etienne, le fer de lance du Parti Colonial. Perret nʼest pas uniquement un peintre engagé avec son pinceau, il est prêt à en découdre les armes à la main. En 1886, il confie envisager de rejoindre un bataillon de tirailleurs en Algérie. De manière sans doute inattendue pour lui, cette aspiration trouve une forme dʼaccomplissement en 1891 au Sénégal où il se mêle aux tirailleurs indigènes à lʼoccasion dʼune expédition punitive au cours de laquelle il aura parfois lʼimpression dʼêtre considéré comme leur chef.

114En participant aux grands Salons annuels, ainsi quʼà des expositions internationales, Perret sʼaffirme dʼune autre manière comme serviteur du redressement de la nation après la défaite de 1870. De ce point de vue, cʼest à Moscou (1891) et à Saint-Pétersbourg que son implication est la plus emblématique, au moment où sʼopère le rapprochement diplomatique franco-russe pour sortir le pays de son isolement. Perret aime les titres et les décorations, un autre rapprochement avec Raden Saleh.

115Dans une lettre de 1886, il confie une devise qui reflète sa vision de la vie : « Art et Patrie ! Pour moi, cʼest la plus belle devise ».

Haut de page

Annexe

Lʼexpédition militaire du Fuuta (Sénégal, début 1891) vue par Marius Perret267

« […] me voici parti tout à fait à lʼaventure. Aussitôt arrivé à St Louis et sur lʼoffre du gouverneur du Sénégal H. de Lamothe, je me suis joint à une colonne commandée par le Colonel Dodds et dirigée contre le Fouta Central. Naturellement jʼai choisi le côté pittoresque de la Colonne  : je marche avec les contingents noirs commandés par un capitaine officier dʼordonnance du gouverneur, lui seul blanc qui me rappelle ma race au milieu de cette troupe auxiliaire. Les noirs sont chair à canon, font le service dʼéclaireurs et de flanqueurs et sont destinés à recevoir les chocs de façon à ménager les blancs. Nous avons déjà fait pas mal de chemin et dans deux ou trois jours on va probablement être aux prises avec Abdoul – Boubakar. Car cʼest contre Abdoul-Boubakar quʼest dirigée lʼexpédition. Depuis 1882, époque à laquelle il avait éreinté une colonne en laissant les deux tiers des spahis sur le terrain on nʼavait plus revu les français dans ces parages. En outre, la colonne actuelle a pour but dʼappuyer celle du Colonel Archinard et notre mouvement a certainement contribué à la prise de Nioro par ce dernier (fait très important dans les annales du Sénégal) […] On se lève dans la nuit et on marche tout le matin. La plupart du temps on sʼenfonce dans des fourrés épais  : or ici, sauf deux ou trois espèces, tous les arbres sont épineux, et il y en a qui font des blessures cruelles  : il faut sʼavancer tête baissée comme si on chargeait, mes vêtements ont déjà des accrocs de tous côtés et je nʼai plus quʼun éperon. Mais il faut voir cette cavalerie au milieu de laquelle je marche […] [petits chevaux] […] Ils sont courageux, résistent à la fatigue, mais nʼont pas de force musculaire et butent à chaque instant  : heureusement quʼon ne tombe pas de haut […] Et les cavaliers ! […] Bandits en effet, car ils nʼont aucune solde et ne marchent avec nous quʼattirés par lʼappât du butin et des captifs des deux sexes. Ils disparaissent sans une charge de fusils, de sabres, de couteaux et dʼamulettes. Chaque tribu a sa coiffure et ses variétés de costumes, mais généralement cʼest le bleu qui prédomine […] Avant-hier nous sommes entrés en plein pays ennemi. On a déjà pincé des espions  : on en a même amarré un à la poignée de ma malle la corde au cou et le lendemain matin on a coupé non pas la corde mais ce quʼelle attachait. […] Arrivés à un endroit nommé Tchilogare, nous venons à peine de manger que lʼordre arrive aux contingents indigènes de pousser une pointe vigoureuse au bord du fleuve pour châtier Sinthiou et Gaoul, deux villages fidèles à Abdoul-Boubakar. On part, on force la marche, on arrive à la tombée de la nuit dans un tourbillon de poussière que perce à peine la pleine lune. On est devant Sinthiou : le silence est commandé. On se [ ? ? ? ?] au clair de lune, en deux escadrons, aux deux angles du village, et on attend les fantassins noirs qui nʼarrivent pas. Les chants du soir continuent encore dans quelques cases. Mais les chevaux hennissent, lʼéveil est donné  : un éclaireur annonce que les habitants passent le fleuve. Un détachement est envoyé à gauche et un détachement à droite, pour empêcher la fuite. Or ces cavaliers sont à peine arrivés aux deux flancs du village quʼun coup de fusil part, puis un second, puis un troisième et lʼincendie sʼallume. Ce sont les cavaliers qui, au lieu dʼexécuter lʼordre, se sont dits  : « Allons-y carrément, nous serons les premiers à la curée ». Je fais une observation au capitaine  : « Est-ce que dans les conditions où nous sommes, il ne serait pas prudent dʼenlever nos casques blancs que la lune éclaire comme un point de mire ? ». Il ne me répond même pas. Moins dʼune minute après, un coup de fusil distinct part du coin le plus rapproché et la balle siffle entre nous deux. Empressement du capitaine à se décoiffer, un noir lui tient son casque, lʼobservation du [ ? ? ? ? ?] est approuvée. Je me découvre moi-même avec moins dʼempressement. Pendant ce temps, dans le village voisin situé à gauche, des coups de fusil éclatent et lʼincendie sʼallume aussitôt. Cʼest Gandiou que les fantassins mettent au pillage. Voyant quʼils arrivaient les derniers à la razzia de Sinthiou, ils nous ont abandonné pour se ruer sur lʼautre village. Mais de droite aussi part une nouvelle fusillade, suivie dʼun troisième incendie. Cʼest Gaoul qui flambe à son tour : le second rang de nos cavaliers voulant être aussi bien partagé que le premier, a tout lâché pour courir sur ce point. Enfin, plus loin encore, dʼautres coups de fusil, ce sont les derniers cavaliers noirs qui sʼadjugent un quatrième village à piller. À ce moment, Sinthiou nʼest plus quʼun immense bûcher, et devant ce fond embrasé passent et repassent en silhouette les captures de tout genre : ânes, poulains, bœufs, chèvres, femmes, enfants. Les enfants sont ramenés en croupe derrière la selle du cavalier pillard, les femmes par la main, les hommes la corde passée au cou et attachée à la selle. Bref, tout est fini vers onze heures du soir et lʼon songe à dîner : le bétail est dépecé sur place et les quartiers de viande cuiront sur les [ ? ? ?] du campement. Les captifs sont groupés par lots et grelottent dans la nuit froide, une nuit qui pour eux correspond à une de nos nuits glaciales de décembre. Ils cherchent à se couvrir avec les quelques haillons qui leur restent. Les enfants sont là tout nus. Telle est la guerre de ce pays.

Ma lettre a été encore interrompue par une expédition lointaine. On a lancé sur la rive droite lʼescadron des spahis sénégalais avec le meilleur de la cavalerie auxiliaire. Nous traversons le Sénégal sur les pirogues indigènes, qui chavirent au moindre mouvement contraire. Nous pénétrons dans le pays des Maures Douaïch où les troupes sénégalaises ne sont encore jamais entrées. On suit lʼitinéraire de lʼexplorateur Mage. Partout la solitude, le vide. Cʼest la campagne de Russie renouvelée sous le tropique. Ce désert est affreux, la terre est noire, cʼest une vase desséchée. La vue nʼy trouve même pas lʼimpression de lʼimmensité stérile avec son imposante simplicité  : elle est continuellement bornée par un taillis sans fin de maigres arbrisseaux dénudés ; cʼest la marche forcée à travers les épines, nous entrons dans le pays des goumiers. Le ciel est gris et lourd comme du plomb. Quelle différence avec le Sahara algérien ? Pas un oiseau. Dans cette vase maintenant sèche et crevassée, de grands animaux, les hippopotames, les girafes et les éléphants ont laissé les traces de leur passage : les hippopotames des foulées enfoncées comme un soc de charrure, les girafes des empreintes juxtaposées par paire, les éléphants des trous énormes et cylindriques comme des puits. Les mares sont le but, le point dʼarrêt : lʼeau quʼon y puise nʼest plus quʼune boue liquide. On marche depuis lʼaube jusquʼà une heure et quelquefois trois heures, parfois encore on ne déjeune pas. Un jour, vive émotion ! Attardé pour un croquis pendant quelques instants, jʼai failli rester perdu avec trois cavaliers indigènes ; cʼétait, comme bien vous le pensez, sans chances de salut puisque nous nʼavions aucune trace humaine pour nous guider, et nous étions condamnés à mourir de faim ou de soif, à notre choix. Par le plus grand des hasards, nous avons entrevu dans la broussaille des chameaux en retard et qui commençaient à se dévoyer à leur tour. Un bon flair nous a fait rallier lʼarrière-garde et nous en avons été quittes pour ne pas manger ce jour-là. Enfin, voilà que pour clore cette expédition, nous marchons depuis lʼaurore jusquʼà deux heures, on fait une halte et le soir même on se remet en route par une nuit sans lune. Il est 9 heures du soir, on marche toute la nuit et on ne sʼarrête que le lendemain à 9 heures et demie sur la rive droite du Sénégal que lʼon franchit encore pour rentrer sur le territoire sénégalais, à Matam. Quelle nuit que cette nuit de marche forcée ! On avance à tâtons dans les fourrés et ces fourrés […] sont des amas dʼépineux. Vers deux heures du matin commence une lutte terrible contre le sommeil, chacun se cramponne au pommeau de sa selle. Mon cerveau surmené est en proie à dʼétranges hallucinations  : je crois voir sʼouvrir devant moi dʼénormes trous, je crois assister aux dernières lueurs dʼun soleil couchant, etc. Mais une branche hérissée dʼépineux mʼarrive de temps [en temps] en travers de la figure, et me tient en éveil. Cent fois jʼaurais dû avoir les yeux crevés […] ».

Liste provisoire des œuvres de Marius Perret268

Abréviations

EAB Exposition Artistique Bourbonnaise, Moulins (1925)
EAPN Exposition des Artistes Peintres Naturalistes, Paris (1883)
EFL Exposition française, Londres (1890)
EIBNP Exposition Internationale de Blanc et Noir, Paris
EM Exposition Municipale
ENCM Exposition Nationale Coloniale, Marseille
ENCR Exposition Nationale et Coloniale, Rouen
ERAPOF Exposition Rétrospective et Actuelle des Peintres Orientalistes Français, Paris
EUC Exposition Universelle, Chicago (1893)
EUL Exposition Universelle, Lyon
EUIP Exposition Universelle Internationale, Paris
MLUX Exposition Musée du Luxembourg
MNM Exposition Musée National de la Marine, Paris
MORS Exposition Musée dʼOrsay, Paris
POFP Les Peintres Orientalistes Français, Paris
SAAH Société des Amis des Arts du Havre
SAAN Société des Amis des Arts de Nantes
SAAP Société des Amis des Arts de Pau
SAF Société des Artistes Français
SART Société Artistique de Roubaix-Tourcoing
ST Salon Tunisien

Régions – Pays, où Marius Perret a séjourné

Indes Néerlandaises (Java)

* Le volcan Ghédé, vue prise de Sindanglaija (Java) (Paris POFP 1902) [peinture]
* Vue prise à Java (Paris POFP 1902) [peinture]
* Sindanglaija, vue prise du haut de la digue qui traverse le ravin (Java) (Paris POFP 1902) [peinture]269
* Premières pentes du volcan Ghédé (Java) (Paris POFP 1902) [peinture]
* Vue dʼun temple (Java) (Paris POFP 1910)
* Paysage marécageux (Java) (Paris POFP 1910)
* Paysage (Java) (Paris POFP 1910) [ill. n° 13 dans cet article ?]

Asie du Sud-Est péninsulaire

* Angkor Watt, vue du temple, effet du matin (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Entrée du temple dʼAngkor Watt (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Temple dʼAngkor Watt, soleil couchant (Paris POFP 1902) [peinture]
* Wat Nokor, la mare sacrée (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Wat Nokor, matin sous bois (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Études de bonzes ; études de chiens (Paris POFP 1902) [peinture]
* Fête nautique (Paris POFP 1902) [peinture]
* Le Mékong à Pnom-Penh (Paris POFP 1902) [pastel]
* Marais de Wat Nokor (Paris POFP 1902) [pastel]
* Le Mékong à Pnom-Penh – cagnas mékong (Paris POFP 1902) [pastel]
* Coin de bonzerie (Cambodge) (Paris POFP 1902) [pastel]
* Flamboyant ; une rue à Pnom-Penh (Paris POFP 1902) [pastel]
* Intérieur de pagode (Paris POFP 1902) [pastel]
* Jonque de fête, vue de la poupe (Paris POFP 1902 ; Paris MLUX 1903270 ; Marseille ENCM 1922 ; Paris POFP 1925271) [peinture]272
* Jonque de fête, vue de la proue (Paris POFP 1902 ; Paris MLUX 1903273 ; Marseille ENCM 1922 ; Paris POFP 1925) [peinture]274
* Proues de jonques de fête (Paris POFP 1902) [peinture]
* Paysage ; environs dʼAngkor (Paris POFP 1902) [aquarelle]
* Monument de Mên (Paris POFP 1902) [peinture]
* Intérieur du monument de Mên (Paris POFP 1902) [peinture]
* Intérieur du monument de Mên (Paris POFP 1902) [peinture]
* Danseuses cambodgiennes (Paris POFP 1902 ; Paris MLUX 1903275 ; Marseille ENCM 1922 ; Paris POFP 1925 ; MORS 2013) [peinture]276
* Chef dʼorchestre chinois (Paris POFP 1902) [peinture]277
* Musicienne annamite [mon ajout : luth](Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906 ; Paris POFP 1925) [peinture]278
* Musicienne annamite (I-Bi) (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Musicienne annamite (Paris POFP 1902) [peinture]279
* Musicienne annamite (I-Wen), vue de dos (Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1906) [peinture]
* Flûtiste annamite (I-Megn)(Paris POFP 1902 ; Marseille ENCM 1922 ; Paris POFP 1925) [peinture]280
* Musicienne annamite (I-Bit) (Paris POFP 1902) [peinture]
* Musicienne annamite (Iou-Bien) (Paris POFP 1902) [peinture]281
* Musicienne annamite (I-Wha) (Paris POFP 1902) [peinture]
* Musicienne annamite (Sakien) (Paris POFP 1902) [peinture]
* Musiciens annamites (Paris POFP 1902) [dessin relevé dʼaquarelles]
* Têtes de musiciens annamites (Paris POFP 1902) [dessin]282
* Vue du temple dʼAngkor Watt (Paris POFP 1910)
* Tombeau des ancêtres (Cambodge) (Paris POFP 1910)
* Temple dʼAngkor Watt (Paris POFP 1910)
* Musicienne cambodgienne (Marseille ENCM 1922)
* Jonques (Paris POFP 1925) [aquarelle]
* La charrue et les ruines283
* Jonques284
* Lotus à Wat Nokor285
* Danseuses cambodgiennes286
* Les ruines dʼAngkor Wat287

Algérie

* El Aghouat : lʼoasis et le Sahara (Paris SAF 1889 ; Paris EUIP 1889)
* La smala de Tâadmit – sud algérien (Paris SAF 1889 ; Paris EUIP 1889 ; Londres EFL 1890 ; Chicago EUC 1893 ; Paris POFP 1902 ; Moulins EAB 1925) [peinture]288
* Le marché de Djelfa (sud-algérien) (Paris EIBNP 1890 ; Paris ERAPOF 1893) [dessin]
* Sud algérien et Mzab – notes de voyage (Paris EIBNP 1890 ; Paris SAF 1890 ; Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [dix dessins]289
* Algérie et Sahara – Vendange dans le Sahel (Paris SAF 1890 ; Paris ERAPOF 1893) [dessin]290
* Algérie et Sahara – Sahariens franchissant les dunes (Paris EIBNP 1890 [ ?] ; Paris SAF 1890 ; Paris ERAPOF 1893) [dessin]291
* Algérie et Sahara – Destruction des sauterelles (Paris SAF 1890 ; Paris ERAPOF 1893) [dessin]292
* El Aghouat (Sahara algérien) : la saison des dattes (Paris ERAPOF 1893 ; Lyon EUL 1894 ; Paris POFP 1896 ; Paris SAF 1896 ; Tunis ST 1897 ; Nantes SAAN 1897) [peinture]
* El Aghouat (sud-algérien) : lʼoasis nord (Le Havre SAAH 1893 ; Paris POFP 1902) [grand format]293
* El Aghouat : une rue en juillet, à midi (sud algérien) (Paris ERAPOF 1893 ; Rouen ENCR 1896 ; Tunis ST 1897) [peinture]
* Campement de Mokhalifs (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [peinture]
* Ghardaïa (Mzab), une porte de la ville (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [peinture]
* Étude de dromadaires (sud algérien) (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [peinture]
* La poste entre le Mzab et Ouargla (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [peinture]294
* La poste entre le Mzab et Ouargla (étude)295
* Dromadaire fourbu (sud algérien) (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1899 ; Paris POFP 1902) [peinture]
* Marché en Algérie [gravure]296
* Mozabites à la fantasia (Paris ERAPOF 1893) [lithographie]
* Mozabites à la fantasia (Paris ERAPOF 1893) [lithographie]
* Le Sahara au sud dʼEl Aghouat (Paris SAF 1894 ; Paris POFP 1895) [peinture]
* Bassours du sud algérien (Nantes SAAN 1894 ; Paris POFP 1902)297
* El Aghouat : une rue en juillet (Lyon EUL 1894 ; Paris POFP 1902)
* Douar dʼOulad-Naïl (Paris POFP 1895 ; Paris SAF 1895 ; Paris POFP 1902)298
* Douar dʼOulad-Naïl (Paris POFP 1895) [lithographie]299
* Ghardaïa (Mzab), lʼheure de la Prière (Paris POFP 1896)
* Détail de la ville de Ghardaïa (Mzab) (Paris POFP 1896) [aquarelle]
* Dromadaire dévoré par les chacals (sud algérien) (Paris POFP 1899 ; Paris POFP 1902) [peinture]300
* Études dʼAlgérie (Laghouat, département dʼAlger) (Paris EUIP 1900)301
* Une rue à Ghardaïa (Mzab) (Paris POFP 1902)
* Mélika, ville du Mzab (Paris POFP 1902)
* Lʼoasis nord, El Aghouat (Paris POFP 1902) [petit format]
* Tente dans lʼAffa (Paris POFP 1902)
* Un coin de la rade dʼAlger (Paris POFP 1902 ; Moulins EAB 1925) [peinture]302
* Touareg (Paris POFP 1902)
* Deux étendards de goums (Paris POFP 1902) [peinture]
* Le marché de Ghardaïa (Paris POFP 1902) [dessin]
* Dessins dʼun voyage au Mzab (Paris POFP 1902) [dessins]303
* Tête de Touareg (Paris POFP 1902) [dessin]304
* Croquis et dessins pris dans le Mzab (Paris POFP 1902)
* Études de Touaregs (Paris POFP 1902) [dessin relevé dʼaquarelle]
* Vue de Ghardaïa [peinture]305
* Vue de Ghardaïa (Paris POFP 1902) [dessin]306
* Paysage [gravure]307
* La smala de Tâadmit (Paris POFP 1902) [lithographie]
* Arabe dans une fantasia (Paris POFP 1902) [lithographie]308
* Chameau dʼAlgérie (Paris POFP 1910)
* Études exécutées en Algérie (Paris POFP 1910)
* Études exécutées en Algérie (Paris POFP 1910)
* Chameau, étude peinte (Paris POFP 1910)
* Deux cadres dʼétudes peintes (Algérie) (Paris POFP 1910)
* Tentes arabes sur les Hauts-Plateaux (Moulins EAB 1925) [peinture]309
* Burnous à la Hetfouh. Divers (Moulins EAB 1925) [dessin]310
* Soldats de la Conquête algérienne ; Fuite dʼArabes ; Poursuites par nos troupes (Moulins EAB 1925) [dessins]311
* Jeune fille au puits (Moulins EAB 1925) [dessin]312
* Type Targui (Moulins EAB 1925) [dessin]313
* El-Aghouat, vue de lʼoasis [dessin ?]314
* El-Aghouat, vue de lʼoasis (Moulins EAB 1925) [gravure]315
* Gariau, Mzab [dessin ?]316
* Gariau, Mzab (Moulins EAB 1925) [gravure]317
* La Chebka du Mzab [dessin ?]318
* La Chebka du Mzab (Moulins EAB 1925) [gravure]319
* Le marché de Ghardaïa [dessin ?]320
* Le marché de Ghardaïa (Moulins EAB 1925) [gravure]321
* La vendange en Kabylie322 [dessin ?]
* La vendange en Kabylie (Moulins EAB 1925)323 [gravure]
* La lutte contre les sauterelles (Moulins EAB 1925)324 [gravure]
* Un Chambi sur son méhari [dessin ?]325
* Un Chambi sur son méhari (Moulins EAB 1925) [gravure]326
* Une oasis algérienne (Moulins EAB 1925) [peinture]327
* Un coin du désert (Algérie) (Moulins EAB 1925) [peinture]328
* Oasis de Laghouat (terrasses) (Moulins EAB 1925) [peinture]329
* Bassour (étude) (Moulins EAB 1925)330
* Vue de Beauséjour (Algérie) (Moulins EAB 1925) [peinture]331
* Algérie (Moulins EAB 1925) [dessin]332
* Algérie (Moulins EAB 1925) [dessin]333
* Targui (Moulins EAB 1925) [gravure]334
* Au Mʼzab (Moulins EAB 1925) [gravure]335
* Au Mʼzab : un atatich [dessin ?]336
* Au Mʼzab : un atatich (Moulins EAB 1925) [gravure]337
* Au Mʼzab : Fantasia à pied [dessin ?]338
* Au Mʼzab : Fantasia à pied (Moulins EAB 1925) [gravure]339
* Deux frontispices mozabites (Moulins EAB 1925)340
* Vue de Berrian [dessin ?]341
* Vue de Berrian [gravure]342
* Au Mʼzab, cheval abandonné [dessin ?]343
* Au Mʼzab, cheval abandonné [gravure]344
* La vieille mosquée à Oran345
* Square moyen-oriental346
* Personnages dans un désert347
* Mariée sur le chameau348
* Mariée et gardien au fusil349
* Paysage désertique350
* Berbères sous la tente351
* Étude de vautours352
* Étude dʼune mariée353
* Campement dans le désert354
* Jeune femme orientalisante355
* Soldat à cheval356
* Étude dʼhomme orientalisant357
* Fantasia à cheval [dessin ?]358
* Fantasia à cheval [gravure]359

Tunisie

* Les remparts du Bardo – Tunisie (juillet-midi) (Paris POFP 1897 ; Tunis ST 1897 ; Paris SAF 1898 ; Paris POFP 1902) [peinture]360
* Fin du Bardo – Tunisie (Paris POFP 1897 ; Tunis ST 1897 ; Paris SAF 1898 ; Paris POFP 1902) [peinture]361

Sénégal

* Départ des pirogues pour la pêche – Guet-Nʼdar (Sénégal), juillet 1891 (Paris SAF 1892 ; Paris POFP 1902 ; MNM 2010) [peinture]362
* Souvenir de la colonne du Fouta (Colonel Dodds) (Paris SAF 1893) [lithographie]363
* Tirailleurs sénégalais (Paris ERAPOF 1893 ; Paris POFP 1902) [lithographie]364
* Tirailleurs sénégalais (Roubaix-Tourcoing SART 1893)
* Tirailleurs sénégalais (Roubaix-Tourcoing SART 1893)
* Tirailleurs sénégalais en campagne (Rouen EM 1893 ; Nantes SAAN 1895)
* Tirailleurs sénégalais, souvenir de la campagne du Fouta, colonne Dodds (Rouen EM 1893 ; Paris POFP 1895 ; Paris SAF 1895 ; Nantes SAAN 1895)365
* Tirailleurs sénégalais en arrière-garde– campagne du Fouta, colonne Dodds (Paris SAF 1894 ; Paris POFP 1895 ; Paris POFP 1902) [peinture]366
* Tirailleurs sénégalais en arrière-garde– campagne du Fouta, colonne Dodds (Pau SAAP 1895)367
* Tirailleurs sénégalais en arrière-garde– campagne du Fouta, colonne Dodds (ST 1897) [peinture]368
* Tirailleurs sénégalais en arrière-garde (Paris POFP 1899)369
* Les piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal) (Paris POFP 1896 ; Paris POFP 1897 ; Paris SAF 1897 ; EUIP 1900)370
* Les piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal) (Paris POFP 1899)371
* La plage de Guet-NʼDar (Sénégal)(études) (Paris POFP 1896 ; Paris POFP 1897 ; Paris POFP 1902)
* Tirailleurs sénégalais en campagne – expédition du Fouta, colonne Dodds (Paris POFP 1896 ; Le Havre SAAH 1896) [peinture]372
* Tirailleurs sénégalais en campagne – expédition du Fouta, colonne Dodds (Le Havre SAAH 1896)373
* La « barre » au Sénégal (Rouen ENCR 1896 ; Tunis ST 1897 ; Nantes SAAN 1897)374
* La barre de Guet-NʼDar (Sénégal) (Paris POFP 1902)375
* Tirailleurs sénégalais (Paris POFP 1902)376
* Études de tirailleurs sénégalais (Paris POFP 1902)377
* Tirailleurs sénégalais (Paris POFP 1902)378
* Esquisse du tableau des tirailleurs sénégalais (Paris POFP 1902) [dessin]379
* Les piroguiers de Guet-NʼDar (Sénégal) (Paris POFP 1902)380
* La barre du Sénégal (Paris POFP 1902)381
* Études dʼaprès des animaux (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Études peintes (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Études peintes (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Études peintes (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Études peintes (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Onze études exécutées au Sénégal et en Algérie (Paris POFP 1910)
* Cinq cadres dʼétudes peintes (Sénégal) (Paris POFP 1910)
* Colonne Dodds au Fouta (Sénégal) (Moulins EAB 1925) [peinture]382
* Tirailleurs sénégalais (Moulins EAB 1925) [dessin]383
* Tirailleurs sénégalais (Moulins EAB 1925)384
* Les piroguiers de Guet-NʼDar385
* Tirailleurs sénégalais et deux autres personnages386
* Les piroguiers de Guet-NʼDar, Sénégal387
* Les piroguiers de Guet-NʼDar, Sénégal388

Métropole

* La Bourboule, chemin de Fenestre (Paris SAF 1896)
* Portrait de Mlle M. F… (Paris POFP 1902) [dessin]389
* Paysages de Paris (études) (Paris POFP 1902)
* Paysages de Paris (études) (Paris POFP 1902)
* Paysages de Paris et de lʼAllier (dessins) (Paris POFP 1902)
* Portrait : Narcisse Bruel, un des six frères (Moulins EAB 1925)390
* Deux drapeaux tricolores (Moulins EAB 1925) [peinture]391
* Portrait de M. Guy-Coquille (Moulins EAB 1925) [dessin]392
* Le Prieuré dʼYzeure (Moulins EAB 1925) [peinture]393
* Les bords de la Marne (Moulins EAB 1925) [peinture]394
* Trois études des bords de la Seine (Moulins EAB 1925) [peinture]395
* Charlatan (Moulins EAB 1925) [dessin]396
* Paysage urbain397
* Quatre dessins : maison de Théodore de Banville à Moulins ; Pont Régemortes à Moulins ; Le Jacquemart à Moulins ; Bourbon-lʼArchambault (Moulins EAB 1925) [dessins]398
* Paysage399
* Paysage400
* Paysage401
* Musiciens sur une impériale402
* Nature morte (Paris SAF 1882 ; Moulins EAB 1925) [peinture]403
* [Concierge] (EM Moulins 1885)404
* Étude sur papier collé sur panneau. Huile sur panneau405 (pas de détail sur le lieu et les motifs)
* Paris, la Seine, devant le Louvre406
* Étude de personnages407 (pas de détail sur le lieu et les motifs)
* Carnet de 47 feuillets comprenant 45 croquis, dessins ou aquarelles408 (pas de précisions sur le ou les lieux)

Régions – Pays, où Marius Perret nʼa pas séjourné

* Le tam-tam des cabécéres (Moulins EAB 1925) [dessin]409
* Devant la grande mosquée de Haïderabad (Moulins EAB 1925) [dessin]410
* Temple de Bouddha à Kandy (Moulins EAB 1925) [dessin]411
* Chasse à lʼantilope (Moulins EAB 1925) [dessin]412
* Léopard de chasse (Moulins EAB 1925) [dessin]413
* Campement de Bicharis (Moulins EAB 1925) [dessin]414
* Une sakieh (Moulins EAB 1925) [dessin]415
* Huttes de mineurs (Moulins EAB 1925) [dessin]416
* Arrêtés au bord de la Nana [dessin ?]417
* Arrêtés au bord de la Nana [gravure]418
* Marché dans lʼAdamaoua [dessin ?]419
* Marché dans lʼAdamaoua [gravure]420
* Ile Mahé  : route de la Misère [dessin ?]421
* Ile Mahé  : route de la Misère [gravure]422
* Moulin à huile [dessin ?]423
* Moulin à huile [gravure]424
* Ile curieuse  : habitation de lʼadministrateur [dessin ?]425
* Ile curieuse  : habitation de lʼadministrateur [gravure]426
* Entrée dʼun temple à Nagasaki [dessin ?]427
* Entrée dʼun temple à Nagasaki [gravure]428
* Le chemin dʼAndasibe [dessin ?]429
* Le chemin dʼAndasibe [gravure]430
* Les empalés dʼAouansori [dessin ?]431
* Les empalés dʼAouansori [gravure]432
* Rue de Haïderabad [dessin ?]433
* Rue de Haïderabad [gravure]434
* Achat dʼarmes à Haïderabad [dessin ?]435
* Achat dʼarmes à Haïderabad [gravure]436
* Convoi dʼémigrants [dessin ?]437
* Convoi dʼémigrants [gravure]438
* Procession à Tomsk [dessin ?]439
* Procession à Tomsk [gravure]440
* Des Canadiens-Français [gravure]441
* Le Nil (Paris POFP 1902) [dessin]442
* Maquette dʼun diorama représentant les « premières constructions de la voie ferrée de Djibouti à Harrar et le départ dʼune caravane pour lʼAbyssinie » (Paris POFP 1899 ; Paris EUIP 1900 ; Paris POFP 1902)443

Illustrations de textes littéraires et divers documents

* Octave Uzanne, « Chez un libraire au XVIIe siècle », Le Conseiller du Bibliophile, première année, 1876, p. 215-221.
Dessins de Marius Perret  : une tête de page et un fleuron (p.  215, 221).
* Maurice Du Seigneur, « Revue bibliographique et littéraire de lʼannée 1876 », Le Conseiller du Bibliophile, première année, 1877, p. 273-288.
Dessins de Marius Perret  : deux vignettes (p.  273, 288).
* Donatien Alphonse François de Sade, Idée sur les romans, préface, notes et documents inédits, par Octave Uzanne. Paris, E. Rouveyre, 1878, xlviii-59, in-12.
Dessins de Marius Perret  : frontispice, six vignettes et culs-de-lampe spéciaux (p.  ix, xliv, 1, 3, 50, fin de volume).
* Léon de Labessade, Le Droit du Seigneur et la rosière de Salency, Paris, Édouard Rouveyre, 1878, xvi + 247 p., in-12.
Dessins de Marius Perret  : vignettes et culs-de-lampe spéciaux (page de titre, p. 1, 193, 226, 245).
* Octave Uzanne, Caprices dʼun bibliophile. Paris, Édouard Rouveyre, 1878, iv-149 p. in-8.
Contribution de Marius Perret  : titre composé (gravé) par M.P. Les 50 exemplaires sur papier Whatman extra-fort contiennent un dessin inédit de M.P. qui nʼa pas été gravé444.
* Octave Uzanne, Le Bric-à-brac de lʼAmour, préface de J. Barbey dʼAurevilly. Paris, Édouard Rouveyre, 1879, xiv-195 p., in-8.
Dessins de Marius Perret  : couverture illustrée dʼun macaron central en deux tons.
* Fernand Drujon, Catalogue des ouvrages, écrits et dessins de toute nature poursuivis, supprimés ou condamnés depuis le 21 Octobre 1814 jusquʼau 31 Juillet 1877. Paris, Édouard Rouveyre, 1879, xxxvii-430 p. 
Dessin de Marius Perret  : première de couverture.
* Victor Claude. Les Grapillons - contes en vers, sonnets, épigrammes, fables, boutades, naïvetés, épices, etc. / par un Bourguignon Salé. Paris, Arnaud et Labat, 1879, vii-217 p., in-12.
Dessin de Marius Perret  : première de couverture.
* Prosper Blanchemain, Poésies. Tome 1 (256 p., in-18)  : Poèmes et poésies couronnés par lʼAcadémie françaiseIdéal ; tome 2 (245 p., in-18)  : Foi, espérance et charité. Fleurs de France. Sonnets et fantaisies. Paris, E. Rouveyre, 1880.
Dessins de Marius Perret  : eaux-fortes par Gaujean, Lerat et Mongin, dʼaprès les dessins de M.P. (tome 1 : après p. 114, après p. 186 ; tome 2  : 2e de couv., après p. 66).
* Octave Uzanne, Le Calendrier de Vénus, Paris, Édouard Rouveyre, 1880, viii-240 p., in-8.
Dessin de Marius Perret  : frontispice à lʼeau-forte445.
* Roger de Parnes [pseudonyme dʼEdouard Rouveyre], La Régence. Portefeuille dʼun Roué. Avec préface, notes et index, par Georges dʼHeylli. Paris, Rouveyre & G. Blond, 1881, xxvi-224 p., in-8.
Dessins de Marius Perret (gravés par André Rouveyre et Jules Puyplat)  : frontispice446 ; 18 autres illustrations (3 ill. n.p., p. Va, Vb, 3, 5a, 5b, 56, 57, 59a, 59b, 118, 121a, 121b, 216, 219, 224).
* Carolus Brio [pseudonyme de Charles Brillaud-Laujardière], A huis-clos. Paris, Rouveyre & G. Blond, Collection « Contes gaillards et nouvelles parisiennes », 1882, 200 p., in-12.
Dessins de Marius Perret  : frontispice et 52 vignettes (p.  8, 9, 15, 19, 22, 23, 28, 33, 35, 41, 43, 51, 53, 58, 66, 67, 73, 75, 81, 83, 87, 91, 93, 101, 102, 103, 110, 111, 117, 119, 122, 123, 130, 131, 137, 141, 143, 150, 151, 156, 157, 159, 170, 173, 175, 180, 181, 190, 191, 197, 199, 200).
* Pierre Sales, « Monsieur est au Cercle », lʼArt de la Femme, 4 (15/02/1883) (Ed. Rouveyre et G. Blond, Paris), illustrations de M. P. (non consulté).
* L. Derôme. La Reliure de luxe. Le Livre et lʼAmateur. Paris, Rouveyre, 1888, v-246 p., in-8.
Dessin de Marius Perret  : (après p. 205, dessin idem Roger de Parnes p. 3).
* Aimé Giron. Les œufs de Pâques du docteur Printemps. Paris, Librairie de Firmin-Didot et Cie, 1891, 191 p., in-8°. 58 gravures inédites par MP – dont 12 signées (couv., page titre, p. 8, 13, 18, 21, 25, 27, 31, 41, 45, 52, 59, 62, 67, 71, 74, 80, 84, 86, 88, 89, 90, 94, 101, 110, 111, 114, 116, 117, 118, 120, 121, 127, 132, 136, 139, 142, 143, 145, 151, 154, 160, 163, 165, 173, 179, 181, 189) (dont deux illustr. exposées en 1890)447.
* Plaquette illustrée par les artistes bourbonnais probablement diffusée à lʼoccasion de lʼinauguration de la statue de lʼécrivain Théodore de Banville (1823-1891) à Moulins en 1896448. M.P. aurait contribué à cette plaquette449.
* Le Temps - Supplément illustré de décembre 1898, annonce la sortie prochaine du cinquième volume des Figures contemporaines de Mariani (cf. ci-dessous). Ce supplément comprend un portrait de M.P. qui paraît effectivement dans le cinquième volume. Par contre, le dessin publicitaire dédicacé de M.P. pour la promotion du vin Mariani à la coca du Pérou nʼest pas celui publié dans ce cinquième volume.
* Angelo Mariani, Figures Contemporaines tirées de lʼalbum Mariani. Cinquième volume. Paris, Librairie Henri Floury, 1900. Comprend une notice biographique (2 p.), un portrait, ainsi quʼun dessin publicitaire dédicacé de M.P. pour la promotion du vin Mariani à la coca du Pérou450.
* Collaboration à lʼEstampe moderne451.
* Orgie (Paris EIBNP 1890) [gravure]
* Les œufs de Pâques du Docteur Printemps (Paris EIBNP 1890) [dessin 1]
* Les œufs de Pâques du Docteur Printemps (Paris EIBNP 1890) [dessin 2]
* Vénus jouant avec des amours (Moulins EAB 1925) [gravure]452
* Scène de genre (Moulins EAB 1925) [sanguine]453
* [sans titre ni description] (Moulins EAB 1925) [gravure]454
* Un souper sous la Régence (Paris EAPN 1883 ; Moulins EAB 1925) [eau-forte / gravure]455
* Cinq lettres ornées (Moulins EAB 1925) [gravure]456
* Une nymphe et les amours (Moulins EAB 1925) [gravure]457
* Nymphe et Amours (Moulins EAB 1925) [gravure]458
* Nymphe baisant une colombe459
* Amours chassant un faune460
* Carte dʼentrée à lʼexposition de peinture et de sculpture des naturalistes (Moulins EAB 1925)461
* Figaro lithographe [imprimé à lʼoccasion du Centenaire de la Lithographie 1795-1895] Paris  : Le Figaro, 1895 - In-fol., 50 p., fig., pl. en n. et en coul. Gravure. Lithographie. (non consulté).

Illustrations dʼouvrages médicaux

* ouvrage de Parrot (à confirmer)
* ouvrage de Bailloud (à confirmer)

Travaux à lʼécole des Beaux-Arts de Paris

* LʼIlissos : Ecorché dʼaprès la statue du Parthénon462
* Étude dʼostéologie et de myologie du cou, du creux de lʼaisselle droit et du torse463
* Étude dʼostéologie et de myologie du membre supérieur droit, vu par sa face externe, en pronation464
* Étude dʼostéologie et de myologie de la jambe gauche vue par sa face antérieure465
* Travaux sur des pièces dʼarchéologie grecque (non consultés)

Haut de page

Notes

1 « Raden Saleh, un artiste-prince à Paris », p. 123-152.

2 Nous remercions Pierre Labrousse et Claudine Salmon qui, dès 1990, nous ont incité à nous lancer sur les traces de Marius Perret. Merci à nouveau à Pierre Labrousse, ainsi quʼà Claude Guillot, dʼavoir bien voulu examiner une première version de cet article, examen suivi de précieuses recommandations.

3 La tombe de Raden Saleh se trouve Jalan Raden Saleh, Keluharan Empang, Bogor Selatan, Kota Bogor, province de Java Ouest (https://www.republika.co.id/berita/r07pm0485/makam-raden-saleh-di-bogor-kini-memiliki-joglo)(consulté avril 2022).

4 Nous remercions M. Jérôme Jaillet, régisseur des œuvres des musées et sites départementaux - Responsable de la photothèque à la Direction de la Culture et du Patrimoine du Département de lʼAllier, qui nous a aimablement communiqué toutes les informations utiles sur la collection dʼœuvres de Marius Perret conservée au Musée Anne-de-Beaujeu de Moulins.

5 Nous remercions Mme Virginie Wirth, responsable des archives municipales de Moulins, et lʼensemble du personnel de ce service, pour nous avoir facilité lʼaccès au Fonds Laussedat comprenant la correspondance conservée de Marius Perret. Nous remercions également Mme Agnès Leca, bibliothécaire, adjointe de direction chargée du patrimoine à la médiathèque Samuel Paty de Moulins, pour la communication de publications locales anciennes relatives à Marius Perret.

6 Nous remercions les personnels de ces quatre services dʼarchives de nous avoir guidé dans les arcanes des fonds respectifs.

7 À ce sujet, il convient de souligner la richesse de la bibliothèque numérique Gallica de la Bibliothèque nationale de France.

8 À notre connaissance, six textes consacrés à la vie et lʼœuvre de Marius Perret ont été publiés durant les deux années qui ont suivi son décès : Gilbert Stenger, « Marius Perret », La Quinzaine Bourbonnaise, 9, 1900, p. 553-558 ; Angelo Mariani, Figures contemporaines tirées de lʼalbum Mariani, vol. 5, Paris, Lib. Henri Floury, 1900, n.p. (2 pages de texte et un portrait) ; Louis Mantin, « Marius Perret », Bulletin Revue Société dʼEmulation & des Beaux-Arts Du Bourbonnais, 9, 1901, p. 69-74 ; Paul Radiot en deux livraisons, « Marius Perret, peintre orientaliste », La France de Demain, décembre 1901, p. 5-22 ; janvier 1902, p. 102-123 ; Léonce Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient. A propos de lʼExposition posthume des œuvres de Marius Perret », Art et Décoration XI, 1er sem. 1902, p. 68-74. Les notices biographiques postérieures tirent lʼessentiel de leur contenu de ces publications initiales.

9 Dans ce contexte, le terme doit sʼinterpréter comme « fabriquant dʼarmes à feu portatives » (Dictionnaire de lʼAcadémie française, 6e éd. 1835 et 7e éd. 1878, cf. https://www.dictionnaire-academie.fr/).

10 Causerie faite en mai 1990 à la Société dʼémulation du Bourbonnais, Moulins. Jacques Lougnon était à lʼépoque président de cette société savante et avait hérité de quelques œuvres de Marius Perret (com. pers., 22 nov. 1990). Publiée dans Mille ans dʼhistoire de Moulins, Conférences organisées par la Société dʼémulation du Bourbonnais, [Moulins], Société dʼémulation du Bourbonnais, 1991, p. 120.

11 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 44 (15 janvier 1902), p. 109.

12 Ibid., p. 108.

13 Une feuille dʼinscriptions à la Faculté de médecine de Paris, qui circule sur Internet et semble bien authentique (source toutefois non fournie), indique que Marius Perret y est inscrit en 1872 (https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Marius_Perret.jpg?uselang=fr) (consulté mars 2022).

14 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 44 (15 janvier 1902), p. 108-109.

15 Tout en étudiant, il suit des cours du soir dans une école de dessin située rue de lʼÉcole-de-Médecine.

16 Né en Dordogne, Jules Parrot est reçu docteur en 1857 avant de devenir médecin des hôpitaux cinq ans plus tard. Muté en 1867 à lʼhospice des Enfants-Assistés, il y mène des recherches qui en font lʼun des pionniers de la pédiatrie, puisquʼil est le premier à occuper la chaire de Clinique des maladies des enfants créée en 1879 (Éloge lu par M. Troisier à la Société médicale des hôpitaux, dans la séance du 28 décembre 1883 ; Bulletin de lʼAcadémie de médecine, 1883, p. 1458-9). Membre de la Société dʼAnthropologie de Paris depuis 1873, il publie notamment plusieurs articles de préhistoire (cf. Notice sur les titres et travaux scientifiques du Dr J. Parrot, Paris, Impr. de E. Martinet, 1876), et en devient vice-président, puis président en 1881 (Bulletins et Mémoires de la Société dʼAnthropologie de Paris, 1872, p. 913 ; 1879, p. xii; Éloge lu par M. Troisier).

17 Spengler 1900, p. 557 ; Mantin 1901, p. 71 ; Radiot, janvier 1902, p. 109. Nos recherches dans un certain nombre dʼouvrages de Parrot nʼont pas permis de confirmer cette collaboration (cf. Clinique des nouveau-nés – Lʼathrepsie, Paris, Masson, 1877 ; Maladies des enfants – La syphilis héréditaire et le rachitis, Paris, Masson, 1886). Il aurait par ailleurs collaboré aux planches dʼun Traité des maladies de peau par Bailloud (Radiot, janvier 1902, p. 110), mais cette information reste également à confirmer.

18  Radiot, janvier 1902, p. 110.

19 Dʼaprès lʼadresse qui figure dans le catalogue du Salon de 1882 (Sanchez, Les catalogues des salons – XIII – (1880-1883), 2007).

20 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, section de Peinture et Sculpture (no 359). Ces résultats académiques sont relayés dans la presse parisienne (à propos de Perret, cf. par exemple Gil Blas 24 juin 1882 ou encore dans le Journal des Artistes 29 juin 1882). Curieusement ce dossier (pièce 358) mentionne quʼil est né le 28 juillet 1852 !

21 E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Paris, Librairie Gründ, vol. 3, 1939, p. 430. Ajoutons que les frères Parrot étaient des proches de Sarah Bernhardt. Patiente de Jules, auprès de qui elle a eu également lʼoccasion de suivre des cours dʼanatomie, Philippe en a exécuté au moins un portrait (Sarah Bernhardt, Ma double vie – Mémoires, Paris, Librairie Charpentier et Fasquelle, 1907).

22 Perret nʼa pas été lauréat, mais médaillé au concours. Pierre-Charles Huguier (1806-1873) était professeur dʼanatomie aux Beaux-Arts. Une galerie portant son nom, destinée à la réunion et à la conservation des objets en usage lors du cours dʼanatomie, est aménagée en 1869, donc peu de temps avant que Marius Perret nʼintègre lʼÉcole (Alice Thomine-Berrada, « Un patrimoine vivant : les lieux de lʼanatomie à lʼÉcole des beaux-arts », In Situ – Revue des patrimoines, 43, 2021 (https://doi.org/10.4000/insitu.29552)).

23 E. Bénézit, Dictionnaire…, vol. 2, 1939, p. 106.

24 Ibid., p. 105.

25 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, feuille de renseignements (n° 363).

26 ANP : AJ/52/268, dossier Marius Perret, section de Peinture et Sculpture, no 359.

27 Radiot 1902, p. 110.

28 ANP : AJ/52/460, dossier A. Cabanel (no 98).

29 Pour une synthèse récente sur cet artiste, cf. M. Hilaire & S. Hamic (éd.), Alexandre Cabanel (1823-1889). La tradition du beau, Paris, Somogy éditions dʼart ; Montpellier, Musée Fabre, 2010.

30 AMM : Laussedat E V 40-41 (Lettre de M.P. à Laussedat, Moulins 13 mars 1888).

31 Jean-Paul Laurens (1838-1921) est considéré comme lʼun des derniers représentants de la peinture dʼhistoire. Lʼabondance de son œuvre, non seulement peinte mais aussi en tant que décorateur, ainsi que son rôle dans les institutions artistiques vont lui procurer une grande notoriété sous la IIIème République. Il a notamment enseigné à lʼAcadémie Julian (Cf. en particulier https://www.musee-orsay.fr/fr/expositions/jean-paul-laurens-1838-1921-peintre-dhistoire-196380, consulté mai 2022). Cʼest peut-être dans ce cadre quʼil aurait accueilli Perret.

32 Perret y expose une nature morte. Pierre Sanchez, Les catalogues des salons – XIII – (1880-1883), Dijon, Lʼéchelle de Jacob, 2007.

33 ANP : AJ/52/879, dossier A. Yvon (décision ministérielle).

34 E. Bénézit, Dictionnaire…, vol. 3, 1939, p. 1092.

35 Mantin 1901, p. 71.

36 Ibid.

37 Une correspondance datée de fin avril 1884 donne à penser quʼil sʼest embarqué dans le courant du mois (AMM : Laussedat E V 74-77, lettre de M.P. à Laussedat datée du 27 avril 1884).

38 Paul Radiot, « Marius Perret », La France de Demain, 43, 15 décembre 1901, p. 11.

39 Troisier (éloge), p. 1.

40 AMM : Laussedat E V 74-77, lettre de M.P. à Laussedat (Beauséjour par Castiglione- prov. dʼAlger, 27 avril 1884) ; Laussedat E V 78-82, lettre de M.P. à Laussedat (Bureau arabe de Chellala, cercle de Boghar - prov. dʼAlger, 29 décembre 1884).

41 Installé dans une petite chambre en haute terrasse de la rue de la Marine (Radiot 1901, p. 11).

42 Dirigés par de jeunes officiers très bons connaisseurs des sociétés locales, ces « bureaux arabes » sont principalement chargés du renseignement militaire et dʼassurer le rôle dʼintermédiaires auprès des chefs indigènes (aghas – grands dignitaires, caïds – chefs de tribus, cheikhs – notables de douars). Chaque bureau dispose dʼune troupe composée dʼune trentaine de cavaliers indigènes.

43 Sur René Reibell et Chellala, cf. https://jeanyvesthorrignac.fr/wa_files/INFO_20659_20REIBELL.pdf (consulté avril 2022).

44 AMM : Laussedat E V 60, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 14 mars 1885.

45 Marc Côte, « La conquête du Sahara algérien », in A. Bouchène, J.-P. Peyroulou, O. Siari Tengour, S. Thénault (dir.), Histoire de lʼAlgérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2014 (1ère éd. 2012), p. 265-269.

46 Sylvie Thénault, « 1881-1918 : lʼ« apogée » de lʼAlgérie française et les débuts de lʼAlgérie algérienne », in A. Bouchène, J.-P. Peyroulou, O. Siari Tengour, S. Thénault (dir.), Histoire de lʼAlgérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2014 (1ère éd. 2012), p. 159 (159-188).

47 Vincent Joly, « Les résistances à la conquête, 1830-1880 », in A. Bouchène, J.‑P. Peyroulou, O. Siari Tengour, S. Thénault (dir.), Histoire de lʼAlgérie à la période coloniale, Paris, La Découverte, 2014 (1ère éd. 2012), p. 96-102.

48 Gustave-Achille Guillaumet (1840-1887), Laghouat, Sahara algérien, acquis par lʼÉtat en 1879, actuellement conservé au Musée dʼOrsay (https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde, no. inv. RF 249) (consulté avril 2022).

49 AMM : Laussedat E V 60, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 14 mars 1885 ; Laussedat E V 62-65, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 28 décembre 1885 ; Laussedat E V 52-55, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 17 juin 1886 ; Laussedat E V 44-49, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 17 mars 1887 ; Radiot 1901, p. 6-22.

50 Marc Côte 2014 (1ère éd. 2012), p. 268.

51 AMM : Laussedat E V 44-49, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 17 mars 1887.

52 Marc Côte 2014 (1ère éd. 2012), p. 268.

53 AMM : Laussedat E V 70-73, lettre de M.P. à Laussedat, Ghardaïa 14 juin 1885.

54 Maupassant se rend au Maghreb à quatre reprises entre 1881 et 1887. Il témoigne de ces voyages dans le journal Le Gaulois, dans Au Soleil (1884), ainsi que dans ses lettres (cf. notamment Lettres dʼAfrique (Algérie, Tunisie). – Présentation et notes de Michèle Salinas, Paris, La boîte à documents, 1990). Il est clair quʼau-delà de certains jugements de valeur, lʼécrivain nʼavait pas la même vision que Marius Perret sur la situation coloniale en Algérie (cf. notamment Jacques Faublée, compte-rendu de Lettres dʼAfrique dans Revue française dʼhistoire dʼoutre-mer, LXXIX (297), 1992, p. 600 ; Vincent Duclert, La république imaginée, 1870-1914, Paris, Belin, 2014 (1ère éd., 2010), p. 601-603).

55 AMM : Laussedat E V 84-85, lettre de M.P. à Laussedat, Tadmït près Sidi Maklouf, par Laghouat, 10 octobre [1885].

56 « Ma lettre va être portée à Laghouat par ben Aïich bel Kassem, spahi indigène : 24 ans de service, campagne dʼItalie, du Mexique, et de France (prisonnier à Sedan), insurrection dʼAlgérie 1871 et 1876. Il va faire ses 64 kilomètres en 10 heures, tout fier de vous être ainsi présenté. »

57 Il est en effet à Moulins en mars 1888 (AMM : Laussedat E V 40-41, lettre de M.P. à Laussedat, Moulins, 13 mars 1888).

58 ANOM : MIS 76BIS, annexe à la lettre de M.P. au Ministre des Colonies, 6 mars 1898.

59 Charles-Robert Ageron, France coloniale ou parti colonial? Paris, Presses Universitaires de France, 1978, p. 134 ; Vincent Duclert, 2014 (1ère éd., 2010), p. 266.

60 Charles-Robert Ageron 1978, p. 134-135.

61 AMM : Laussedat E V 94-95, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d.

62 ANOM : SOUDx3, Dépêche télégraphique du ministère du commerce, de lʼindustrie et des colonies à chef du Service colonial à Bordeaux, 17 décembre 1890.

63 Auparavant publiciste et correspondant à Alger du journal parisien Le Temps, fondateur de la Société française de protection des indigènes, Henri de Lamothe est gouverneur du Sénégal de 1890 à 1895. Il prend son poste à Saint-Louis fin septembre 1890 (François Manchuelle, « Métis et colons : la famille Devès et lʼémergence politique des Africains au Sénégal, 1881-1897 », Cahiers dʼétudes africaines 24 (96), 1984, p. 485, 490 (477-504)), soit environ trois mois avant lʼarrivée de Perret.

64 Né au Sénégal en 1842, Alfred Dodds sʼengage dans lʼarmée et fait lʼessentiel de sa carrière au Sénégal à partir de 1872. Il participe également à des expéditions en Cochinchine, au Tonkin, au Dahomey et achève sa carrière comme commandant en chef des troupes de lʼIndochine (Angelo Mariani, Figures contemporaines tirées de lʼalbum Mariani, vol. 6, Paris Librairie Henri Floury, 1901).

65 AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, juillet 1891].

66 Anna Pondopoulo-Sanchez, « Une histoire aux multiples visages. La reconstruction coloniale de lʼhistoire du Fuuta sénégalais au début du XXesiècle », Outre-mers 93 (352-353), 2006, p. 60 (57-77).

67 A. Sabatié, Le Sénégal : sa conquête & son organisation (1364-1925), Saint-Louis (Sénégal), imprimerie du gouvernement, 1925, p. 106-112, 115-116, 122-126.

68 Sabatier 1925, p. 127-130.

69 Le manuscrit de 81 pages était récemment sur le marché (https://www.ebay.fr/sch/i.html?_from=R40 &_trksid=p2380057.m570.l1313&_nkw=%22marius+perret%22&_sacat=0)(consulté mars 2022).

70 Radiot, janvier 1902, p. 115-116.

71 En effet, dans une lettre à A. Laussedat, il explique quʼil ne pourra pas prendre lʼun des deux paquebots du mois dʼaoût (AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, juillet 1891]) et fin décembre 1891, il envoie une lettre à Etienne, au Ministère des Colonies, pour signaler que rentré sain et sauf, il travaille à une toile destinée au prochain Salon, toile qui aura pour thème lʼexpédition du Fuuta (ANOM : SOUDx3, lettre de M.P. à sous-secrétaire dʼÉtat aux Colonies, Moulins, 27 décembre 1891).

72 AMM : Laussedat E V 8-9, lettre de M.P. à A. Laussedat, Moulins, 29 juillet 1896.

73 Une liste provisoire des œuvres de Marius Perret figure en annexe à cet article. Les envois aux expositions y sont détaillés, mais lʼabsence de catalogue illustré systématique pour la plupart de ces manifestations ne permet pas dʼidentifier clairement les œuvres exposées. Par conséquent, la liste présentée ici est qualifiée de provisoire, en particulier parce quʼelle nʼest certainement pas exempte de doublons.

74 Dessinateur, graveur sur bois et lithographe. Auteur prolifique (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres…., Paris, Gründ, tome 2, 1999, p. 204).

75 Artiste aux compétences multiples, auteur prolifique, qui collabore notamment à de nombreuses revues et journaux (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 5, 1999, p. 564-565).

76 Gilbert Stenger, « Marius Perret », La Quinzaine Bourbonnaise, 9, 1900, p. 557 (553-558).

77 Éditeur, écrivain dʼart et collectionneur. Il fonde sa maison dʼédition rue des Saints-Pères, à Paris, en 1872, donc seulement six ans avant sa première collaboration avec Perret. Ses publications sont diverses et incluent lʼhistoire, la littérature, les arts décoratifs, les sports et la bibliophilie (en particulier son Connaissances nécessaires à un bibliophile, dont la cinquième édition (1899) compte dix volumes). Greta Saucher, « Rouveyre, Édouard », in P. Fouché et al. (dir.), Dictionnaire encyclopédique du Livre – vol. 3, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2011 (p. 618-619), ne mentionne pas sa collaboration avec Marius Perret.

78 À ce propos, il faut signaler que des gravures de Marius Perret sont négociées sur le marché de lʼart dès 1887 au moins (cf. Vente du 4-7 mai 1887Catalogue de la bibliothèque de M. Le Baron M*** D* C**. Deuxième partie, Paris, A. Labitte, 1887, p. 

79 AMM : Laussedat E V 74-77, lettre de M.P. à Laussedat (Beauséjour par Castiglione – prov. dʼAlger, 27 avril 1884).

80 Sorte de palanquin fait de tiges de palmiers entrelacées surmonté de tentures, porté par un dromadaire. Le notable ou dignitaire en voyage y abrite ses femmes, ses enfants et ses richesses.

81 Laussedat E V 78-82, lettre de M.P. à Laussedat (Bureau arabe de Chellala, cercle de Boghar – prov. dʼAlger, 29 décembre 1884).

82 AMM : Laussedat E V 84-85, lettre de M.P. à Laussedat, Tadmït près Sidi Maklouf, par Laghouat, 10 octobre [1885].

83 Né en 1861, élève de lʼÉcole des Beaux-Arts (1879-80) puis de lʼacadémie Julian (1881-1885), Dinet expose dès 1882 au Salon. En 1884, cʼest le hasard quʼil lʼamène à accompagner un groupe dʼentomologistes en Algérie pendant un mois. Il y repart lʼannée suivante avec Gaston Migeon, futur historien de lʼart, découvre plusieurs oasis du Sud-algérien, en particulier Laghouat, où il fait un assez long séjour, mais aussi le Mzab. Après 1885, et durant environ vingt ans, il vit en alternance à Paris et en Algérie, et apprend lʼarabe aux Langues O... Il expose au pavillon de lʼAlgérie à lʼoccasion de lʼExposition Universelle de 1889 (Denise Brahimi, La vie et lʼœuvre de Etienne Dinet, Courbevoie, ACR Édition internationale, 1991 ; François Pouillon, Les deux vies dʼÉtienne Dinet, peintre en Islam, Paris, Éditions Balland, 1997). Auteur dʼune œuvre peinte abondante consacrée à lʼAlgérie, Dinet sera très ami avec Léonce Bénédite, Conservateur du Musée du Luxembourg, et donc avec Marius Perret. Selon Bénédite, Perret considérait Dinet comme son initiateur et son maître. Co-fondateur de la Société des Peintres Orientalistes, Dinet en était considéré comme « lʼesprit et le souffle » (Léonce Bénédite, « Lʼœuvre dʼEtienne Dinet », Art et Décoration XIV, 07-12/1903, p. 307-308, 310 (p. 305-315). Cf. également Léonce Bénédite, « Le Salon de 1889 », Lʼartiste – Revue de Paris, tome 2, 1889, p. 34-37 (32-43)). Très lié à lʼAlgérie dès ses débuts en peinture, Dinet sʼinstalle définitivement à Bou Saâda en 1905 et se convertit à lʼislam en 1913. Pour des réflexions récentes sur sa biographie et son œuvre, voir notamment François Pouillon, « Legs colonial, patrimoine national : Nasredine Dinet, peintre de lʼindigène algérien », Cahiers dʼétudes africaines 30 (119), 1990, p. 329-363 ; Galerie Étienne Dinet, Etienne Dinet et les peintres orientalistes – Collection Djillali Mehri, Paris, 20 octobre-17 décembre 1988.

84 AMM : Laussedat E V 62-65, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat, 28 décembre 1885 ; Laussedat E V 52-55, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat, 7 juin 1886.

85 Radiot 1901, p. 6-7, 16-17.

86 Laussedat E V 62-65, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 28 décembre 1885 ; Laussedat E V 52-55, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 17 juin 1886 ; Laussedat E V 50-51, lettre de M.P. à Laussedat, Laghouat 9 avril 1887.

87 Cette observation est corroborée dans une lettre de Perret à Laussedat (AMM : Laussedat E V 28-29, 13 septembre 1890) : « Jʼai bien des choses à faire avant de reprendre le paquebot : pour ne vous en citer quʼune, je ne mettrai pas le pied dehors que la vue dʼensemble de Laghouat et du Sahara ne soit terminée à votre entière satisfaction et à la mienne ».

88 Radiot 1901, p. 12-15, 19 ; Radiot, janvier 1902, p. 103.

89 Roger Pasquier, « Villes du Sénégal au XIXe siècle », Revue française dʼhistoire dʼoutre-mer 47(168-169), 1960, p. 387-389, 393-394, 396, 404, 407, 415 (387-426) ; Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle – La terre et les hommes – XII. LʼAfrique occidentale, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1887, p. 251.

90 Pierre Loti, Le roman dʼun spahi, Paris, Calmann Lévy, 1881, p. 4-5. Guet-nʼdar est également décrit plus loin dans le roman (p. 165-170, 261-265). Une partie de cet extrait est mis en regard de la toile correspondante, lors de lʼexposition du Salon des Artistes Français de 1892 (Sanchez 2009).

91 Élisée Reclus, 1887, p. 211-212.

92 AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, juillet 1891].

93 LʼUnivers illustré, 6 janvier 1883.

94 Journal des Artistes, 29 août 1885.

95 P. Sanchez, Les catalogues des Salons –XVI- (1890-1892), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2009, p. 11.

96 Le Gaulois, 25 mars 1889 ; The New York Herald - Paris, 10 avril 1889 ; Le Monde illustré, 30 avril 1889 ; Le Progrès artistique, 1 juin 1889.

97 Son nom est associé au Musée du Luxembourg. Il débute sa carrière en 1880 comme rédacteur du catalogue du Salon des Artistes Français et entre au Musée du Luxembourg six années plus tard. Il en devient le conservateur en 1895, fonction quʼil occupera jusquʼà sa mort. Écrivain prolifique (préfaces de catalogues dʼexpositions, articles, ouvrages dont catalogues des collections du Musée et monographies dʼartistes), il est également président de plusieurs sociétés, en particulier le fondateur de la Société des Peintres Orientalistes Français. Admirateur de grandes figures artistiques « officielles » du XIXe siècle, il nʼaurait pas perçu lʼimportance des mouvements émergents au tournant du XXe siècle (cf. Céline Marcle, « Léonce Bénédite, « apôtre de la beauté moderne » ? », Histoire de lʼart 62, 2008, p. 99-108).

98 « Le Salon de 1889. La peinture orientaliste », LʼArtiste - Revue de Paris, 59e année, tome 2, 1889, p. 38-40 (32-43).

99 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », LʼArtiste: revue de lʼart contemporain X, 1895, p. 421 (421-424).

100 P. Sanchez, Les catalogues des Salons – XVI- (1890-1892), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2009, liste des artistes récompensés français et étrangers vivant au 1er avril 1890 ; ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898.

101 ANP : F/21/4332, lettre de M.P. au ministre, 15 mai 1889.

102 ANP : F/21/4332, note de la Direction des Beaux-Arts, 17 mai 1889.

103 Reçu premier au concours de lʼAgrégation dʼhistoire et de géographie en 1875, Dunan refuse une nomination à lʼÉcole française dʼAthènes pour enseigner dans le secondaire pendant quarante ans (Moulins, Angoulême, Marseille [où il devient secrétaire de la Société de géographie et reçoit lʼexplorateur Stanley à son retour dʼAfrique], Paris [Louis-le-Grand et Saint-Louis, où il se voit confier la préparation des candidats à lʼécole militaire de Saint-Cyr ; École Arago et Cours du soir de la ville de Paris]). Nombre de ses anciens élèves occupent des postes dans lʼarmée ou la diplomatie. Retiré à Moulins, il devient une cheville ouvrière des sociétés savantes de la ville (Anonyme, « Nécrologie : Maurice Dunan », Bull. de la Soc. dʼÉmulation du Bourbonnais, 23, 1920, p. 102-111). Dunan est lʼauteur dʼun Atlas général des cinq parties du monde (Paris, H. Lecène & H. Oudin, 1886), dʼune Histoire nationale et populaire de la France (Paris, L. Boulanger, 1893), ainsi que de plusieurs ouvrages scolaires dʼhistoire.

104 ANP : F/21/4332, lettre de C. Marpon & E. Flammarion, imprimeurs-éditeurs, à la Direction des Beaux-Arts, 7 juin 1889. Sur lʼhistoire de cette maison dʼédition, cf. notamment Élisabeth Parinet, La librairie Flammarion (1875-1914), Paris, Imec Éditions, 1992, p. 31-85.

105 En effet, Berthe, la sœur aînée dʼErnest Flammarion, vivait à Moulins (Parinet 1992, p. 172).

106 ANP : F/21/4332, note de la Direction des B.A., 29 juin 1889.

107 Envois détaillés notamment dans la presse de lʼAllier (LʼAvenir de Vichy – Le Bourbonnais au Salon, 25 mai 1890). Liste des récompenses reprise en particulier dans Le Rappel, 5 juin 1890 ; Gil Blas, 5 juin 1890 ; Le Matin, 4 juin 1890 ; La Croix, 5 juin 1890 ; Le Temps, 5 juin 1890 ; La Chronique des arts et de la curiosité : suppl. à la Gazette des beaux-Arts, 7 juin 1890 ; La Jeune garde, 15 juin 1890.

108 Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris, E. Bernard & Cie, 1890, p. 27, 49. Pour un bref commentaire sur les œuvres exposées, cf. La Presse, 6 octobre 1890.

109 Récompense signalée par Le Figaro, 30 novembre 1890.

110 Ernest Hoschede, Brelan de salons, Paris, Bernard Tignol, 1890, p. 157.

111 Léonce Bénédite, « La peinture orientaliste aux salons de 1890 », Lʼartiste - Revue de Paris, 60e année, tome 2, 1890, p. 85-86 (81-90).

112 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à la lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898. Cʼest probablement pour préparer cette exposition quʼil sʼest rendu à Londres fin 1889 (AMM : Laussedat E V 38-39, lettre de M.P. à Laussedat, 8 novembre 1889). Album de lʼExposition française ouverte à Londres le 17 mai 1890, London, Courrier de Londres et de lʼEurope, 1890, p. 77.

113 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à la lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898.

114 Cf. La Nouvelle Revue 69, mars-avril 1891, p. 449-460 ; juillet-août 1891, p. 604‑618.

115 La nouvelle de lʼadmission du tableau au Salon est relayée dans la presse de lʼAllier (Le Petit Montluçonnais, 10 avril 1892).

116 Le Petit Parisien, 31 mai 1892 ; La Presse, 31 mai 1892 ; Le XIXe siècle, 1 juin 1892 ; Gil Blas, 1 juin 1892 ; La Nation, 1 juin 1892.

117 Le Temps, 6 juillet 1892 ; Lʼintransigeant, 7 juillet 1892 ; Le Rappel, 7 juillet 1892 ; Le Matin, 8 juillet 1892 ; La Nation, 7 juillet 1892.

118 Figaro-Salon, Paris, Goupil & Cie, 1892, p. 59.

119 Salon Illustré, cinquième année, Paris, Ludovic Baschet, 1892, p. 7.

120 Le Progrès Artistique & Littéraire, 7 mai 1892, p. 212.

121 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. reçue par le Ministre le 14 mai.

122 Ibid.

123 Ibid.

124 ANP : AJ/52/268, no 361 (minute).

125 ANP : AJ/52/268, no 362 (lettre datée du 11 mai).

126 ANP : F/21/2144.

127 Ibid.

128 Ibid.

129 Ibid.

130 Ibid.

131 Ibid.

132 ANP : AJ/52/268 ; ANP : F/21/2144.

133 ANP : F/21/2144.

134 Journal officiel du 18 février 1893, p. 876. Cf. également Le Journal, 5 février 1893 ; Bulletin de lʼart pour tous, avril 1893.

135 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 123).

136 Le gouvernement Émile Loubet a succédé au quatrième gouvernement Freycinet le 27 février 1892. Cʼest par conséquent au ministre Édouard Barbey que Perret aurait envoyé sa première requête, à propos de laquelle nous nʼavons pas trouvé de traces écrites. Perret a donc sollicité le titre de Peintre de la Marine avant le Salon de 1892. Le 1er septembre, cʼest Godefroy Cavaignac qui est encore Ministre de la Marine et des Colonies pour dix jours.

137 ANP : F/21/4332.

138 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 173).

139 SHD : MV CC7 ALPHA 1951 (no 131) (minute).

140 AMM : Laussedat E V 14-15, lettre de M.P. à Laussedat, 23 septembre 1893. Trois ans plus tôt, à lʼoccasion de lʼExposition Blanc et Noir, Perret confie « Jʼai eu la chance dʼavoir cinq de mes envois bien placés sur les six […] » (AMM : Laussedat E V 98-99, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d.).

141 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », LʼArtiste: revue de lʼart contemporain X, 1895, p. 423-424 (421-424).

142 Le Petit Colon algérien, 5 décembre 1893.

143 Le Courrier du soir, 19 octobre 1893.

144 La Lanterne, 1 mai 1894.

145 Le Gaulois, 1 mai 1894.

146 Le Petit Parisien, 30 avril 1894.

147 Le Gaulois, 1 mai 1894.

148 Le Matin, 1 mai 1894.

149 Le Monde illustré, 5 mai 1894.

150 Là encore, mécontent de lʼaccrochage, Perret demande à Laussedat dʼintervenir auprès dʼAymard (député, banquier, président de la Chambre de Commerce), un personnage dʼune grande influence à la Commission de lʼexposition, et ajoute quʼil souhaite que le musée de Lyon acquiert lʼune de ses toiles (AMM : Laussedat E V 12-13, lettre de M.P. à Laussedat, Moulins, 13 août 1894).

151 Le Figaro, 26 mai 1894 ; Le Temps, 26 mai 1894.

152 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. au ministre, 28 avril 1894.

153 ANP : F/21/2144, lettre de M.P. au Directeur des Beaux-Arts, 10 mai 1894.

154 ANP : F/21/2144. La nouvelle de lʼachat du tableau de Perret est relayée par plusieurs journaux parisiens : Le Petit journal, 14 mai 1894 ; Le Temps, 14 mai 1894 ; La Croix, 15 mai 1894 ; Le XIXe siècle, 15 mai 1894 ; Le Progrès artistique, 17 mai 1894 ; Bulletin de lʼart pour tous, mai 1894. Il en est de même de lʼattribution au Musée du Luxembourg (Le Petit Parisien, 19 janvier 1895 ; Le Figaro, 22 janvier 1895 ; Le Journal, 9 février 1895 ; Bulletin de lʼart pour tous, avril 1895).

155 Léonce Bénédite, « Lʼœuvre dʼÉtienne Dinet », Art et Décoration XIV (2e semestre), 1903, p. 310 (305-315).

156 ANOM : MIS 76BIS, état de services annexé à lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898.

157 Léonce Bénédite, « Les peintres orientalistes français », Lʼartiste: revue de lʼart contemporain X, 1895, p. 421-424.

158 Le Journal 10 mars 1895. Sur les œuvres exposées par Perret, cf. en particulier La Lanterne, 2 mars 1895 ; La Chronique des arts et de la curiosité : suppl. à la Gazette des beaux-Arts, 9 mars 1895 ; Le Matin, 10 mars 1895 ; Journal des Artistes, 10 mars 1895.

159 Sur lʼappréciation de ces deux œuvres dans la presse parisienne, cf. La Petite Presse, 5 mai 1895 ; Le Monde illustré, 15 juin 1895.

160 Le Mémorial des Pyrénées, 23 février 1895.

161 La contribution de Perret est mentionnée notamment dans Le Journal, 4 décembre 1895 ; Le XIXe siècle, 5 décembre 1895 ; The New York Herald, Paris, 28 décembre 1895 et 1er janvier 1896. Son état de services de 1898 (ANOM : MIS 76BIS, annexé à lettre au Ministre des Colonies, datée 6 mars 1898) mentionne quʼil sʼagit de la Croix-Rouge. Ce rapprochement diplomatique du tournant du XXe siècle sʼest traduit concrètement par la construction du pont Alexandre III à Paris (première pierre posée en octobre 1896) (cf. Vincent Duclert 2014, p. 262-265). On retrouve Juliette Adam dans lʼune des expositions organisées à Paris dans le cadre de lʼAnnée France-Russie 2010 (cf. Cadeaux des Tsars. La diplomatie navale dans lʼAlliance-Russe, 1891-1914. 28 mai-3 octobre, Paris, Palais de Chaillot) (https://mnm.webmuseo.com/ws/musee-national-marine/app/collection/expo/1, consulté mai 2022).

162 Sur les commentaires des journalistes à propos de ces œuvres, cf. Le Petit Parisien, 22 janvier 1896 ; Le Rappel, 25 janvier 1896 ; La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-Arts, 25 janvier 1896 ; Le Temps, 30 janvier 1896 ; Le Monde illustré, 1 février 1896.

163 Sur la réception de lʼœuvre algérienne, cf. La Petite Presse, 1 mai 1896 ; La Lanterne, 4 mai 1896. Gabriel Marc (LʼAuvergne aux Salons de 1896, Clermont-Ferrand, Typographie et lithographie G. Mont-Louis, 1896, p. 8-9) commente ainsi lʼautre œuvre : « il nous mène à La Bourboule, sur le chemin de Fenestre, aimé des peintres. Son petit paysage est très fini, presque une miniature, avec un coloris très délicat et des effets bien rendus ».

164 ANOM : GGI 6648, lettre de M.P. au Résident Supérieur au Cambodge, 31 mai 1900.

165 Le Petit Parisien, 16 février 1897.

166 La Presse, 20 février 1897.

167 La Petite Presse, 21 février 1897.

168 La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-Arts, 27 février 1897.

169 Il sʼagirait par conséquent dʼun paysage métropolitain.

170 Le Patriote des Pyrénées, 10 janvier 1897 ; Le Mémorial des Pyrénées, 10 janvier 1897 ; LʼIndépendant des Basses-Pyrénées, 10-11 janvier 1897 ; Gazette Béarnaise, 31 janvier 1897.

171 Salon Tunisien – 1897 – Livret des exposants, Tunis, Picard et Cie, 1897, p. 14-15 ; La Dépêche Tunisienne, 19 mai 1897 ; Journal des Artistes, 6 juin 1897 ; Le Figaro, 7 juin 1897.

172 ANP : F/21/2144.

173 Sur les commentaires des journalistes à propos de ces œuvres, cf. Musée des familles, 65e année, 1er semestre 1898 : [les Salons de 1898] (p. 332) ; Journal des Artistes, 10 juillet 1898.

174 Le XIXsiècle, 24 février 1899 ; Le Rappel, 24 février 1899.

175 La Presse, 17 février 1899.

176 La Lanterne, 3 mars 1899.

177 La Chronique des arts et de la curiosité: supplément à la Gazette des beaux-Arts, 4 mars 1899.

178 Le Temps, 17 février 1899.

179 Sur ces contributions de Perret à lʼExposition Universelle, cf. Le Temps, 1 mai et 9 juin 1900 ; La Démocratie algérienne, 2 août 1900 ; Lʼunivers et le monde, 18 août 1900 ; Le Matin, 16 août 1900 ; Le Figaro, 16 août 1900 ; Le Progrès artistique, 23 août 1900 ; Le Temps, 16 août 1900 ; Revue de géographie XLVII (2e semestre 1900) : (lʼExposition Universelle et la géographie), p. 290 ; Sylvain Vignéras, Notice sur la Côte Française des Somalis. Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1900 ; M.J. Charles-Roux, Exposition Universelle de 1900 – Le Ministère des colonies à lʼExposition Universelle de 1900. Paris, [Impr. nationale, 1902], p. 38-39.

180 Sur la carrière administrative et lʼœuvre scientifique dʼAimé Laussedat, voir notamment M. Carbonnell & C. Fontanon, « Laussedat, Aimé (Colonel) (1819-1907) », in C. Fontanon & A. Grelon (éd.), Les professeurs du Conservatoire National des Arts et Métiers – Dictionnaire biographique 1794-1955, Paris, INRP/CNAM, tome 2, 1994, p. 61-74.

181 Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris, E. Bernard & Cie, 1890. Deux courriers de Perret montrent que Laussedat a joué un rôle pour lʼobtention de la Bourse de voyage (AMM : Laussedat E V 90-91, lettre de M.P. à Laussedat, non datée ; Laussedat E V 92-93, lettre de M.P. à Laussedat, non datée).

182 AMM : Laussedat E V 83, lettre de M.P. à Laussedat, datée 30 mars 1878.

183 Cf. Le Petit Montluçonnais, 2 juillet 1892 ; LʼAvenir de Vichy, 3 juillet 1892 ; Le Figaro, 21 décembre 1893 ; Le Journal, 23 mars 1894 ; Le Gaulois, 23 mars 1894. Perret fréquentait probablement un autre Moulinois célèbre de Paris, le poète Théodore de Banville (1823-1891). Il est dʼailleurs membre du comité chargé de la mise en place dʼune statue du poète en face de la gare de Moulins, qui est inaugurée en 1896 (Le Gaulois, 1 juin 1896).

184 Stéphane Richemond, « Histoire de la Société des Peintres Orientalistes Français », in P. Sanchez, La Société des peintres orientalistes français, répertoire des exposants et liste de leurs œuvres (1889-1943), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2008, p. 14 (13-38).

185 « Avertissement », in 2e Exposition de peintres orientalistes français, Galeries Durand-Ruel, Paris, A. Lahure, 1895, p. 7.

186 Le Matin, 31 mars 1895 ; Le Matin, 9 mars 1897.

187 Le Temps, 10 mars 1897.

188 Radiot, janvier 1902, p. 102-103.

189 Une plaque commémorative est visible sur la façade.

190 Gabriel Badea-Păun, « Antonio de la Gandara (1861-1917), un portraitiste mondain oublié, un parcours, un réseau, une mode », Studii şi cercet. ist. art., artă plastică, 2(46), 2012, p. 87-119.

191 32e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture….exposés dans les salles du musée de Versailles, Versailles, Impr. Cerf et Fils, 1885, p. 18. Peintre dʼhistoire, passé par les Beaux-Arts, qui participe au Salon de Paris dès 1857 (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres.., Paris, Gründ, tome 3, 1999, p. 827).

192 38e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture... exposés dans les salles du musée de Versailles, Versailles, Impr. Cerf et Fils, 1891, p. 26.

193 Revue mensuelle du Touring-Club de France (mai 1898), p. 197.

194 44e exposition versaillaise. Description des ouvrages de peinture... exposés dans les salles du musée de Versailles, Versailles, Impr. Cerf et Fils, 1897, p. 55.

195 Elève de Gérôme. Catalogue officiel illustré de lʼexposition internationale de Blanc et noir, Paris, E. Bernard & Cie, 1890, p. 25.

196 Peintre de paysages, portraits, orientaliste, élève de Benjamin Constant (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 2, 1999, p. 628 (la notice indique “Joseph-Félix” comme prénom)).

197 Le Vieux Montmartre, nlle série, fasc. 75, oct. 2005, p. 28.

198 Léonce Bénédite (1902, p. 71) confie que Perret voulait visiter lʼIndochine, Java, ainsi que le Japon et envisageait un séjour de deux à trois années.

199 ANOM : MIS 76BIS, courrier daté du 6 mars 1898.

200 Angelo Mariani, « Le Général Dodds » in Figures contemporaines tirées de lʼalbum Mariani, vol. 6, Paris Librairie Henri Floury, 1901.

201 Le Rappel, 25 janvier 1896 ; Sanchez 2008.

202 Nadine André-Pallois, LʼIndochine : un lieu dʼéchange culturel ? Les peintres français et indochinois (fin XIXe-XXe siècle), Paris, PEFEO, 1997, p. 52, 83-87. Sur son récit de voyage en Indochine, cf. « Impressions de voyage dʼun artiste en Annam et au Tonkin », Bulletin de la Société de Géographie de Rochefort, IX, 1887-1888, p. 161-186, 267-285.

203 ANOM : MIS 76BIS, rapport daté 31 mars 1898. Les autres peintres suggérés sont Chudant (Madagascar), Lunois (Inde française), Buffet (Annam), Taupin (Sénégal) et Rivière (Obock). Dans un courrier adressé au ministère des Colonies après le décès de Marius Perret, son frère Henry signale que des lettres retrouvées dans ses papiers conduisent à penser que le ministère de lʼInstruction Publique lui aurait également attribué une subvention de 3 000 francs (ANOM : MIS 76BIS, lettre de Henry Perret à Guy, Chef du Service géographique et des Missions au ministère des Colonies, 25 octobre 1901). Un courrier du Ministre des Colonies annonçant à Roty et Benjamin Constant le décès de Perret, précise bien quʼil était chargé dʼune mission par le ministère des Colonies dʼune part, de lʼInstruction Publique dʼautre part, sans toutefois faire allusion aux subventions (ANOM : MIS 76BIS, minute de courrier datée 4 décembre 1900). Nos recherches nʼont pas permis pour lʼinstant de préciser le contenu de cette mission du ministère de lʼInstruction Publique.

204 ANOM : MIS 76BIS, lettre de M.P. au Ministre des Colonies, 5 avril 1898.

205 ANOM : MIS 76BIS, Secrétariat Général du Sénat à Ministre des Colonies, signé par les sénateurs Bruel et Cornil, qui rappelle la recommandation du député Marcel Vacher, 4 avril 1878.

206 ANOM : MIS 76BIS, minutes courriers A. Lebon à M.P., Cornil et Bruel, 23 avril 1898.

207 Dans une note au ministre, le sénateur Cornil explique que depuis quelques mois Perret souffre de neurasthénie et de crises dʼestomac très pénibles empêchant un départ dʼici la fin de lʼannée (ANOM : MIS 76BIS, daté 18 décembre 1898). Cf. également certificat médical de Cornil (ANOM : MIS 76BIS, daté 12 janvier 1899).

208 Cf. notamment le courrier de M.P. au Gouverneur Général de lʼIndochine, peu avant de sʼembarquer pour Java (ANOM : GGI 6648, Cap Saint-Jacques, 13 juillet 1900), ainsi que Radiot (janvier 1902, p. 119).

209 ANOM : MIS 76BIS, état des passagers, 23 janvier 1899. Un départ annoncé dans la presse parisienne (Le Figaro, 31 janvier 1899).

210 https://www.auction.fr/_fr/lot/marius-perret-1853-1900-peintre-orientaliste-2-l-a-s-1998001 Description du lot 61 (mis en vente chez Piasa – Drouot Richelieu – en mars 2009) ( résumé du contenu consulté en mars 2022).

211 Bulletin officiel de lʼIndo-Chine française 1899, 2e partie. Le ministre André Lebon avait informé Paul Doumer, alors Gouverneur Général de lʼIndochine, de la mission de Perret au Cambodge dès le mois dʼavril 1898, demandant de lui procurer toutes les facilités dont il aura besoin pour lʼexécution de sa tâche (ANOM : GGI B11 246, lettre datée du 29 avril 1898).

212 ANOM : MIS 76BIS, note datée 17 octobre 1899.

213 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre A. Decrais à Cornil, 27 octobre 1899.

214 https://www.auction.fr/_fr/lot/marius-perret-1853-1900-peintre-orientaliste-2-l-a-s-1998001 Description du lot 61 (mis en vente chez Piasa – Drouot Richelieu - en mars 2009) (résumé du contenu consulté en mars 2022).

215 ANOM : GGI 6648, daté 31 mai 1900.

216 ANOM : GGI 6648, daté 8 juillet 1900.

217 ANOM : GGI 6648, Saïgon, 5 juillet 1900.

218 ANOM : GGI 6648.

219 Paul Doumer, lʼIndo-Chine française (Souvenirs), Paris, Vuibert & Nony, 1905, p. 264-265. Un témoignage non corroboré précise que Doumer et Perret auraient été très liés (SHD : MV CC 7 ALPHA 1951, Paul Simons à Chef du Bureau du Personnel Central et du Service Intérieur, ministère des Colonies, 14 juillet 1902). Il pourrait sʼagir du Paul Simons, inspecteur principal de lʼEnseignement du dessin à Paris, dont lʼactivité a très bien pu le mettre en relation avec Perret (« Chronique de lʼEnseignement primaire en France », Revue pédagogique 71-72, 1917, p. 291 (290-300)). Et on a confié à Paul Radiot (janvier 1902, p. 118) que Perret se serait entendu avec Doumer pour fonder une école de peinture orientalisante. À notre connaissance, Radiot (janvier 1902, p. 120) est également le seul à mentionner quʼil a été fait « officier du Cambodge ».

220 Nadine André-Pallois livre quelques réflexions sur son activité artistique en Indochine (LʼIndochine : un lieu dʼéchange culturel ? Les peintres français et indochinois (fin XIXe-XXe siècle), Paris, PEFEO, 1997, p. 88-89).

221 Les frontières entre le Cambodge et le Siam restaient celles fixées par le traité franco-siamois de 1867, la province de Siem Reap étant alors cédée au Siam. Cʼest seulement à lʼoccasion du traité de 1907 que le Siam abandonne les provinces de Battambang, Siem Reap et Sisophon (François Joyaux, Nouvelle histoire de lʼIndochine française, Paris, Perrin, 2022, p. 185-186).

222 La presse parisienne fait état de dioramas de Perret installés dans la salle souterraine du temple khmer à lʼoccasion de lʼExposition Universelle de 1900, qui auraient eu beaucoup de succès (Le Temps, 29 novembre 1900). Lʼune des publications officielles relatives à la participation du ministère des Colonies dans cette manifestation décrit bien des dioramas à lʼintérieur du temple reconstitué, mais précise uniquement quʼils ont été exécutés par un certain Dumoulin et représentent une série de vues prises dans toute lʼIndochine. Marius Perret nʼétant pas mentionné, son éventuelle contribution à ces dioramas ne peut être confirmée. Il est par contre cité à propos du diorama de la Côte française des Somalis (M.J. Charles-Roux, Exposition Universelle de 1900 – Le ministère des colonies à lʼExposition Universelle de 1900, Paris, Impr. nationale, 1902, p. 29-39).

223 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre datée 20 novembre 1900. Selon une autre version des événements, en août 1900, il se serait embarqué pour Java avec une mission spéciale du Gouverneur Général de lʼIndochine (ANOM : MIS 76BIS, lettre du Préfet de lʼAllier à Ministre des Colonies, 11 décembre 1900). Quant à Paul Radiot (janvier 1902, p. 119), il mentionne une sorte de congé de trois mois accordé par Doumer pour se rendre à Java.

224 ANOM : MIS 76BIS, lettre du Préfet de lʼAllier à Ministre des Colonies, 11 décembre 1900.

225 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre Ministre des Colonies à Ministre des Affaires Etrangères datée 20 novembre 1900.

226 ANOM : MIS 76BIS, lettre du Préfet de lʼAllier à Ministre des Colonies, 11 décembre 1900.

227 ANOM : MIS 76BIS, Ministre des Affaires Etrangères à Ministre des Colonies, 24 novembre 1900.

228 Louis Oscar Roty (1846-1911), médailleur, sculpteur (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 12, 1999, p. 10). À ce stade, nous nʼavons pas dʼinformation sur le lien particulier avec Perret incitant Doumer à lʼinformer en priorité.

229 Peintre (1845-1902). Personne éminente des Beaux-Arts à lʼépoque de Perret, durant laquelle il est surtout peintre officiel et portraitiste de la haute société. Tourné vers lʼorientalisme (Maroc) jusquʼaux environ de 1880, il se consacre ensuite à la peinture décorative et aux portraits, notamment de célébrités en Amérique du Nord et de la noblesse européenne. Il est Professeur à lʼÉcole des Beaux-Arts à partir de 1883 (donc juste après le passage de Perret) (cf. E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 2, 1999, p. 102-103).

230 ANOM : MIS 76BIS, Hanoï, 24 novembre 1900. Les deux membres de lʼInstitut sont informés par le Ministre des Colonies le 4 décembre (ANOM : MIS 76BIS).

231 Il ne reste quʼun volume de correspondance commerciale dans lequel il est fait mention dʼune lettre du consul, datée du 15 août 1901, transmise à son frère Henry Perret via le Département, mais sans aucun détail sur son contenu (ADIP. : 32CCC/12, p. 224).

232 Jacques Lougnon, Société dʼÉmulation du Bourbonnais, com. pers., 22 novembre 1990.

233 ANOM : MIS 76BIS, minute lettre datée 4 janvier 1901. À ce stade, nous nʼavons pas trouvé de dossier de cette mission dans les archives du ministère. Georges Morand, présenté comme un nouveau venu, participe à lʼExposition des Peintres Orientalistes de 1900 (15 février au 3 mars) avec des œuvres relatives au Tonkin et au Cambodge (Le bulletin de lʼart ancien et moderne, 48, 24/02/1900, p. 61 ; La Chronique des arts et de la curiosité – supplément à la Gazette des Beaux-Arts, 8, 24/02/1900, p. 70). Ce qui signifie que lorsquʼil part pour lʼIndochine en décembre 1900, ce nʼest pas son premier séjour. Il aurait même pu croiser Marius Perret sur place. Sur des ventes récentes de ses œuvres, cf. par exemple http://www.lyndatrouve.com/recherche?query=georges+morand&btOk= et https://cdn.drouot.com/d/catalogue? path=1605/112550/WEB_11_INDOCHINE_BD_RVB.pdf (Lynda Trouvé, Indochine – mythes et réalités 1800-1960, catalogue vente aux enchères à Drouot 16/10/2021), fête du Nam Giao (huile sur toile) (consulté avril 2022) ; https://www.lotsearch.net/lot/georges-morand-xxe-siecle-15704348?orderBy=lot-startPrice&order=ASC&page=11, vue dʼAngkor (huile sur toile), vendu en 2016 (consulté avril 2022).

234 Le Figaro, Le Matin, datés du 27 novembre 1900, suivis par Le Rappel, Lʼunivers et le monde, Le Petit journal, datés du 28 novembre 1900. Le Rotterdamsch Nieuwsblad lʼannonce le 29 novembre.

235 Le Temps, 29 novembre 1900.

236 Radiot 1901, p. 5-6 ; janvier 1902, p. 120, 121.

237 SHD : MV CC 7 ALPHA 1951, Paul Simons à Chef du Bureau du Personnel Central et du Service Intérieur, ministère des Colonies, 14 juillet 1902. Cʼest aussi la version de Léonce Bénédite (1902, p. 72).

238 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle – La terre et les hommes – XIV. Océan et terres océaniques, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1889, p. 389. Á lʼépoque en effet, lʼIndochine ne disposait pas encore de stations de convalescence et de repos en altitude (Maurice Buret, « Les villes de santé dans nos colonies », Questions diplomatiques et coloniales XIV(139), 1/12/1902, p. 681 *665-681*).

239 Notre traduction. P.C. Bloys van Treslong Prins, « Grafschriften op diverse plaatsen op Java en de naburige eilanden », De Wapenheraut – Maandblad gewijd aan geschiedenis, geslacht-, wapen-, oudheidkunde enz. 20, 1916, p. 157, 159 (153-160).

240 À lʼépoque Kecamatan Pacet, Kabupaten Cianjur.

241 Chiffre provisoire en raison des doublons possibles.

242 « Les origines et la formation du paysage contemporain en France », Le Magasin pittoresque, 69e année, sér. III, 1901, tome 2, p. 552-555 ; « Figures dʼExtrême-Orient. A propos de lʼExposition posthume des œuvres de Marius Perret », Art et Décoration XI, 1er sem. 1902, p. 68-74 ; « Préface » in Catalogue des tableaux provenant de lʼatelier Eugène Girardet. Vente Hôtel Drouot 20 mars 1908, p. 5-10.

243 « Marius Perret, peintre orientaliste », La France de Demain, décembre 1901, p. 5-22 ; janvier 1902, p. 102-123 ; « Lʼexposition des peintres orientalistes », La France de Demain, mars 1902, p. 317-330.

244 « Marius Perret », La Quinzaine Bourbonnaise, 9, 1900, p. 553-558.

245 Originalité soulignée également par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, T. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1904, p. 512.

246 Cf. notamment Bulletin de la Société française des amis des arts 1(6), 25 décembre 1900, p. 8 ; Le Petit Parisien, 16 février 1897 ; La Presse, 20 février 1897 et 17 février 1899 ; La Petite Presse, 21 février 1897 ; La Chronique des arts et de la curiosité: supplément à la Gazette des beaux-Arts, 27 février 1897 ; Le Monde Illustré, 1er mai 1897 ; Paul Lorquet, Les Maîtres dʼaujourdʼhui : la peinture française contemporaine, Paris, Librairie de Paris – Firmin-Didot et Cie, 1901, p. 370.

247 Souligné également par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, T. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1904, p. 512.

248 Souligné également par A. E. Guyon-Verax (Journal des Artistes, 27 avril 1902) et dans La Chronique des arts et de la curiosité : supplément à la Gazette des beaux-Arts, 19 février 1910.

249 Cf. également Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, T. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1904, p. 512, ainsi que dans le Bulletin de la Société de géographie commerciale XXIV, 1902, p. 161, et dans La Revue de lʼArt XLVII (262), janvier 1925.

250 Souligné aussi par Louis Liard & Ch.-V. Langlois, Exposition universelle internationale de 1900 à Paris. Rapports du jury international, T. 1, Paris, Imprimerie nationale, 1904, p. 512.

251 Cf. Marie-Madeleine Valet, « De la nécessité pour les artistes de lʼétude de lʼarchéologie et de lʼhistoire », Bulletin de la Montagne Ste Geneviève et ses Abords V, 1905-1908, p. 196. (191-218), ainsi que dans The American register for Paris and the Morning News, 23 février 1901, et Art et Décoration, Supplément de mars 1910.

252 Les Africanistes peintres voyageurs (1860-1960), Courbevoie, ACE Édition Internationale, 1990, p. 62-63, 70. La notice biographique (p. 328) comporte quelques erreurs.

253 LʼIndochine : un lieu dʼéchange culturel ? Les peintres français et indochinois (fin XIXe-XXe siècle), Paris, PEFEO, 1997, p. 88-89.

254 Sur toutes ces manifestations (sauf celle de 1903 et lʼexposition de Moulins) cf. P. Sanchez, La Société des peintres orientalistes français, répertoire des exposants et liste de leurs œuvres (1889-1943), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2008.

255 La Petite Presse, 28 mars 1903.

256 Exposition artistique bourbonnaise – 14-29 mars 1925 – Catalogue officiel, Moulins, les imprimeries réunies, 1925, p. 50-52.

257 Revue des troupes coloniales, no. 288, mai 1947.

258 https://www.musee-marine.fr/sites/default/files/dossier_presse_tous_les_bateaux_du_monde_paris_2010.pdf (consulté mai 2022)

259 http://www.espacesmagnetiques.com/2013/05/exposition-au-musee-dorsay-danse-dessin.html (consulté mai 2022).

260 Pour la période antérieure, cf. notamment E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 10, 1999, p. 768.

261 https://www.quimper-encheres.com/listing/marius-perret-1853-1900-gondoles-asiatiques/ (consulté mars 2022).

262 https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté mars 2022).

263 http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

264 À son retour de France, Benett est notamment illustrateur des romans de Jules Verne. Il séjourne aussi en Martinique et en Nouvelle-Calédonie (François Benet et al., Léon Benett illustrateur – Lettres et dessins inédits, Lardy, A la frontière, 2011 ; André-Pallois 1997, p. 76-78).

265 André-Pallois 1997, p. 83-87.

266 Sanchez 2008. Son œuvre semble recherchée sur le marché de lʼart (E. Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres..., Paris, Gründ, tome 12, 1999, p. 24).

267 AMM : Laussedat E V 22-27, lettre de M.P. à Laussedat, s.l., n.d. [vraisemblablement Saint-Louis, juillet 1891].

268 En ce qui concerne les expositions, cf. en particulier F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1889 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1889, p. 34 ; F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1892 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1892 ; F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1894 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1894 ; F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1895 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1895 ; F.‑G. Dumas (dir.), Salon de 1896 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1896 ; F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1897 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1897 ; F.-G. Dumas (dir.), Salon de 1898 – Catalogue illustré – peinture & sculpture, Paris, Ludovic Baschet, 1898 ; F. Bournand, Catalogue illustré de lʼExposition internationale de blanc et noir, Paris, E. Bernard, 1890, p. 27, 49 ; Album de lʼExposition française ouverte à Londres le 17 mai 1890, London, Courrier de Londres et de lʼEurope, 1890, p.77 ; Catalogue officiel Exposition universelle de Chicago 1893 – section française – Beaux-Arts, Paris, Imprimerie de lʼArt, 1893, p. 67 ; Salon tunisien – 1897 – Livret des exposants, Tunis, Picard et Cie, 1897, p. 14-15 ; Exposition artistique bourbonnaise – 14-29 mars 1925 – Catalogue officiel, Moulins, les imprimeries réunies, 1925, p. 50-52 ; D. Dumas, Salons et expositions à Lyon (1786-1918), catalogue des exposants et liste de leurs œuvres, tome III, Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2007 ; P. Sanchez, Les catalogues des Salons – XIII – (1880-1883), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2007 ; P. Sanchez, La Société des peintres orientalistes français, répertoire des exposants et liste de leurs œuvres (1889-1943), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2008 ; P. Sanchez, Les catalogues des Salons – XV – (1887-1889), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2009 ; P. Sanchez, Les catalogues des Salons –XVI – (1890-1892), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2009 ; P. Sanchez, Les catalogues des Salons –XVII – (1893-1895), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2009 ; P. Sanchez, Les catalogues des Salons –XVIII – (1896-1898), Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2010 ; G. Bonnin, Salons et expositions – Le Havre –, répertoire des artistes et liste de leurs œuvres (1833-1926), tome II, Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2013 ; G. Bonnin, F. Lespinasse, P. Sanchez, Salons et expositions – Rouen -, répertoire des artistes et liste de leurs œuvres (1833-1947), tome III, Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2014 ; P. Sanchez, Salons et expositions – Nantes –, répertoire des artistes et liste de leurs œuvres (1825-1920), tome II, Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2016 ; N. Buchaniec, P. Sanchez, Salons et expositions dans le département du Nord, répertoire des artistes et liste de leurs œuvres (1773-1914), tome III, Dijon, Éditions de lʼÉchelle de Jacob, 2019.

269 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 21.2.8. Paysage dans lʼîle de Java. Aquarelle et gouache sur papier, 26,2x37,5 cm. Inscription manuscrite: Sindanglaija (Java) / vue prise du haut de la digue qui traverse le ravin. Don Laussedat, 1921. [exécuté en août ou septembre 1900].

270 La Petite Presse, 28 mars 1903.

271 Coll. L. B. en 1925 (Sanchez 2008, p. 309).

272 Base Joconde (http://www2.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/recherche/rech_libre.htm, consulté mars 2022) : n° inv. : RF 24037, Bateau de fête vu de la poupe. Aquarelle [huile, carton, peinture à lʼhuile, crayon noir, crayon noir (trait), papier, gouache, crayon (bleu)]. 26x37,4 cm. « Cochinchine » au crayon bleu au verso. Musée du Louvre, département des Arts graphiques (depuis 1933). Antérieurement : Musée National du Luxembourg. Louvre – http://arts-graphiques.louvre.fr/resultats/oeuvres (consulté mars 2022) indique « Fonds des dessins et miniatures, collection du musée dʼOrsay ». [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]. Ill. n° 7 dans cet article.

273 La Petite Presse (28 mars 1903).

274 Base Joconde (mars 2022) : n° inv.:  RF 24039, Bateau de fête vu de la proue. huile, carton, peinture à lʼhuile, crayon noir, crayon noir (trait), papier. 26,3x36,8 cm. Musée du Louvre, département des Arts graphiques (depuis 1933). Antérieurement : Musée National du Luxembourg. [reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 72]. Louvre – http://arts-graphiques.louvre.fr/resultats/oeuvres (consulté mars 2022) indique « Fonds des dessins et miniatures, collection du musée dʼOrsay ». [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]. Ill. n° 8 dans cet article.

275 La Petite Presse (28 mars 1903).

276 Base Joconde (mars 2022) : n° inv. : RF 24035, Deux danseuses cambodgiennes. Aquarelle [mine de plomb, gouache, crayon noir, crayon noir (trait), papier, plume, encre noire]. 47,5x33,6 cm. Signé et daté en haut à gauche : Marius Perret Pnom Penh 1900. Musée du Louvre, département des Arts graphiques (depuis 1933). Antérieurement : Musée National du Luxembourg. [Reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, avant la page 71] ; Louvre – http://arts-graphiques.louvre.fr/resultats/oeuvres (consulté mars 2022) indique « Fonds des dessins et miniatures, collection du musée dʼOrsay » [Accrochage dans les collections permanentes du musée, salle 68], historique : Musée National du Luxembourg ; 1935, Musée des Colonies (devenu musée de la France dʼOutre-Mer, puis Musée national des arts dʼAfrique et dʼOcéanie), n° inv. AF 9564 ; reversement au musée du Louvre en 1933 (L 1886 a). [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]. Ill. n° 6 dans cet article.

277 Reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 73. Claudine Salmon lit « Xing Yi 興義 », et ajoute « Xing pourrait être le patronyme, bien que plutôt rare » (courriel avril 2022).

278 Base Joconde (mars 2022) : n° inv. : RF 24038, Musicienne vietnamienne assise jouant du luth. Aquarelle [mine de plomb, gouache, crayon noir, crayon noir (trait), encre de Chine, encre noire (rehaut), papier, crayon]. 37,8x26,3 cm. Inscription en haut à gauche, au crayon, transcription phonétique approximative de ce prénom :Tâa (ch). Musée du Louvre, département des Arts graphiques (depuis 1933). Antérieurement: Musée National du Luxembourg. [Reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902 : avant la page 69] ; Louvre – http://arts-graphiques.louvre.fr/resultats/oeuvres (consulté mars 2022) indique « Fonds des dessins et miniatures, collection du musée dʼOrsay ». Claudine Salmon lit « You Da 幼達 » (courriel avril 2022). [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]. Ill. n° 10 dans cet article.

279 Claudine Salmon lit « You Mi 幼米 » sur une peinture montrant une musicienne jouant dʼun instrument posé au sol devant elle (courriel avril 2022) [reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 71]. Ce nom ne peut être rapproché des noms donnés pour les peintures exposées de musiciennes. Sur une peinture montrant une musicienne de face jouant dʼune sorte de luth, Claudine Salmon lit « Da 達 ». Elle ajoute « Le caractère en haut à gauche, qui se lit sheng 生, est le dernier dʼune inscription sur panneau mural dont le reste nʼapparaît pas sur la peinture, mais nʼest pas le nom de la musicienne ». (courriel avril 2022). Reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 69. [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]

280 Base Joconde (mars 2022) : n° inv. : RF 24036, Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte. Aquarelle [crayon noir, gouache, crayon noir (trait), pastel (rehaut), pastel, encre noire (rehaut), encre de Chine, papier]. 35,2x26,3 cm. Inscription en haut à droite, au crayon, transcription phonétique approximative de ce prénom : I Mègn. Musée du Louvre département des Arts graphiques (depuis 1933). Antérieurement : Musée National du Luxembourg ; Louvre – http://arts-graphiques.louvre.fr/resultats/oeuvres (consulté mars 2022) indique « Fonds des dessins et miniatures, collection du musée dʼOrsay. (Claudine Salmon lit « You MIng 幼明 », et ajoute « qui pourrait correspondre à I Megn (pour Meng) pour un informateur qui ne repère pas très bien les sons ». (courriel avril 2022)). Reprod. n.b. dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 74. [exécuté entre février 1899 et juillet 1900]. Ill. n° 9 dans cet article.

281 Il sʼagit peut-être de la peinture montrant une musicienne jouant du rebab, sur laquelle Claudine Salmon lit « You Mian 幼眠 » (courriel avril 2022). [vente du 6 octobre 2020, http://www.artnet.fr/artistes/marius-perret/ ; reprod. couleur] (consulté janvier 2022).

282 Probablement les études reproduites (n.b.) dans L. Bénédite, « Figures dʼExtrême-Orient », Art et décoration XI, 1er semestre 1902, p. 70.

283 Huile sur carton, 34x54,5 cm, signée en bas à droite. En vente à Paris en nov. 2013 http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk=. Vendu à Drouot, Paris, mai 2014. https://www.aguttes.com/lot/18823/3894334? search=perret+marius&npp=10000&sort=& (consulté avril 2022).

284 . Huile sur carton toilé, 23x30,5 cm, signé en bas à dr. En vente en février 2022 à Paris (?) https://www.quimper-encheres.com/listing/marius-perret-1853-1900-gondoles-asiatiques/ (consulté mars 2022)

285 Huile sur panneau, 21x30,3 cm, signé en bas à dr., daté (1899), situé à Wat Nokor. Vendu à Paris en nov. 2013. http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

286 Technique mixte sur panneau, 23,5x17,5 cm, signé et daté (1900). http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

287 Huile sur toile, 28,5x22,1 cm, signé, daté (1899) et situé. Vendu à Paris en nov. 2013. http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

288 Huile, coll. Dr. C. Lougnon en 1925 (EAB 1925, p. 51).

289 Cʼest peut-être lʼun de ces dessins qui est représenté dans F. Bournand, Catalogue illustré de lʼExposition internationale de blanc et noir, Paris, E. Bernard, 1890 (légende : Sahara (Algérie)).

290 Collection Hachette en 1890 (Sanchez 2009).

291 Collection Hachette en 1890 (Sanchez 2009).

292 Collection Hachette en 1890 (Sanchez 2009). En 1925, cette œuvre faisait toujours partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51). Il sʼagit probablement du dessin titré Lʼinvasion des criquets représenté dans Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second : Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 281.

293 Huile sur panneau, 13x30 cm, signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022). Coll. Martin Flammarion en 1902 (Sanchez 2008, p. 307) [nous supposons quʼil sʼagit du grand format, car il y a aussi un petit format aux dimensions inconnues].

294 Oil on paper laid on cardboard. 31x16 cm. http://www.artnet.fr/artistes/marius-perret/la-poste-entre-le-mzab-et-ouargla-Ixrs5khi7KGLq29p9fgE1Q2 (consulté avril 2022) Signé Marius Perret en haut à gauche. Vendu en déc. 2008 à Paris. https://www.invaluable.com/auction-lot/marius-perret-1853-1900-la-poste-entre-le-mzab-290-c-5144ba7971 (consulté avril 2022).

295 Huile sur carton, 31x16 cm, non signée. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022). En vente à Madrid en février 2022. https://www.invaluable.com/auction-lot/marius-perret-the-post-office-between-mzab-and-ou-164-c-9244cc1b10 (consulté avril 2022). Pose légèrement différente de lʼœuvre du même nom.

296 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 509.1. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M.P. 15,8x23,5 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans la 1583e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891) : Le marché de Djelfa (dessin de M.P., dʼaprès nature) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p.  297].

297 Coll. L. B. en 1902 (Sanchez 2008, p. 306).

298 Coll. Dinet en 1902 (Sanchez 2008, p. 306).

299 En couleur. Dʼaprès la brochure 2e Exposition de peintres orientalistes français – 1895, p. 15. Cette lithographie est publiée en couleur dans L. Bénédite, H.-P. Dillon, J. Alboize (éd.), Les peintres-lithographes – Album trimestriel de lithographies originales et inédites, 5, Paris, LʼArtiste – Revue de Paris, 1895.

300 Huile sur toile marouflé sur carton, 19,5x30,5 cm. Signé au revers Marius Perret. En vente à Drouot, Paris, en nov. 2013 http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk=. Signalé sur un autre site (galerie Paris 6e arr.) comme vendu, sans date. https://lanouvelleathenes.fr/marius-perret-1851-1900/ (consulté avril 2022).

301 Exposé dans le Pavillon du Gouvernement Général dʼAlgérie (Sanchez 2008, p. 306).

302 Huile, coll. J. Sorrel en 1925 (EAB 1925, p. 51).

303 Coll. Desclosières en 1902 (Sanchez 1908, p. 307).

304 Ibid.

305 Aquarelle. Lʼexistence de cette œuvre est déduite de la mention « Dessin relevé dʼaquarelle » (Sanchez 2008, p. 307).

306 Dessin relevé dʼaquarelle (Sanchez 2008, p. 307). Nous supposons quʼil sʼagit du dessin qui a servi à la gravure pour le Panorama de Ghardaïa dans Le Tour du Monde. Ce dessin devait faire partie de la collection de la Libraire Hachette en 1891.

307 Tirée par Hachette spécialement pour EAB (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 509.2. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M.P. 15,8x23,5 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais [reproduit dans la 1584e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891) : Panorama de Ghardaïa (dessin de M.P., dʼaprès nature) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 309].

308 Sanchez 2008 (p. 307) signale brièvement sa publication dans lʼArtiste. Une « Étude pour Une fantasia » est effectivement publiée dans lʼArtiste – Revue de Paris, 60e année, tome 2, 1890, après p. 96 et signalé p. 471.

309 Aquarelle, coll. Guy-Coquille en 1925 (EAB 1925, p. 51).

310 Crayon réhaussé de couleurs, coll. Guy-Coquille en 1925 (EAB 1925, p. 51).

311 Dessins à la plume, coll. Guy-Coquille en 1925 (EAB 1925, p. 51).

312 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans la revue Le Tour du Monde (1584e livraison, Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », 1er semestre 1891, p. 307).

313 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 236.

314 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

315 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire  : 632.1. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perrret. 15,8x23,5 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais [reproduit dans la 1583e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891) : Laghouat, la ville arabe (dessin de M. Perret, dʼaprès nature ; gravure de Ruffe – alors que cʼest Rousseau qui est indiqué dans la notice du MAB) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 299].

316 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

317 Gravure tirée spécialement par Hachette pour EAB (EAB 1925, p. 51).

318 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

319 Gravure tirée spécialement par Hachette pour EAB (EAB 1925, p. 51).

320 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

321 Gravure tirée spécialement par Hachette pour EAB (EAB 1925, p. 51).

322 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

323 Tirée par Hachette spécialement pour EAB (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 603. Scène de vendanges en Algérie. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 20,7x15 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit également dans: Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, II-36 p. 281, Arabes cultivant la vigne].

324 Tirée par Hachette spécialement pour EAB (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 646. Nos colonies (scène de battage). Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 20,7x14,8 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit avec le titre Lʼinvasion des criquets dans: Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 277].

325 En 1925, cette œuvre faisait partie de la coll. de la Librairie Hachette (EAB 1925, p. 51).

326 Tirée par Hachette spécialement pour EAB (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 510. Méhariste dans le désert. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M.P. 20,7x14,8 cm. Mention « M.P. dʼaprès nature – au sud de Ouargla ». Fonds ancien inconnu [reproduit dans : Victor Duruy, Le 1er Régiment de Tirailleurs Algériens, Paris, Libraire Hachette et Cie, 1899, avant p. 220 – Un Chaambi ; Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 265 – Un Chaambi].

327 Huile, coll. Mme M. Laussedat en 1925 (EAB 1925, p. 51).

328 Ibid.

329 Huile, coll. Dr. C. Lougnon en 1925 (EAB 1925, p. 51).

330 Coll. Dr. C. Lougnon en 1925 (EAB 1925, p. 51).

331 Aquarelle, coll. Gozard en 1925 (EAB 1925, p. 51).

332 Coll. Gozard en 1925 (EAB 1925, p. 51).

333 Ibid.

334 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925, p. 52). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 697.2. Gravure sur bois par H.T. Hildibrand, 12,5x14,7 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans: Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 236 – mention « dʼaprès nature à Ghardaïa »].

335 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925, p. 52).

336 En 1891, cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette.

337 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925 p. 52). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : N° dʼinventaire : 697.1. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 23,9x16 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans 1583e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891) : Un atatich (dessin de M.P., dʼaprès nature ; gravure par (?) – alors que cʼest Rousseau qui est indiqué dans la notice du MAB) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 303].

338 En 1891, cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette.

339 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925 p. 52). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 697.4. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 23,4x15,9 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans : 1584e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891) : Fantasia à pied (dessin de M. Perret, dʼaprès nature ; graveur [?]) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 313].

340 Coll. H. Sayet en 1925 (EAB 1925 p. 52).

341 En 1891, cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette.

342 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 632.2. Village dʼAlgérie : Berrian. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 8x16 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans: 1584e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891): Vue de Berrian (dessin de M.P., dʼaprès nature ; gravure par (?) – alors que cʼest Rousseau qui est indiqué dans la notice du MAB) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 305].

343 En 1891, cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette.

344 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (Bull. Soc. Émul. Bourb., 28, 1925, p. 72). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 697.3. Gravure sur bois de Louis Rousseau dʼaprès M. Perret. 11,9x15,7 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [reproduit dans 1583e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 1891): Cheval abandonné (dessin de M.P., dʼaprès nature) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 294].

345 Aquarelle, 18,5x27 cm, signé en bas à droite. https://www.proantic.com/display.php?id=843508 (consultation mars 2022).

346 Oil on board, 14x19 cm, signé. Vendu aux USA en avril 2021. https://www.invaluable.com/auction-lot/marius-perret-french-1853-1900-middle-eastern-squ-1145-c-30d40588f9 (consulté avril 2022).

347 Oil on paper laid on board, 23,5x14,6 cm. Vendu aux USA en avril 2021 https://www.invaluable.com/ auction-lot/marius-perret-french-1853-1900-figures-in-a-deser-1144-c-5e7410e999 (consulté avril 2022).

348 Huile sur panneau, 17,5x24 cm. Signé en bas à dr. Avec photo dʼorigine ayant servi de modèle au peintre. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

349 Huile sur panneau, 21x15 cm. Signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

350 Huile sur carton, 8x24 cm, signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.o/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

351 Huile sur toile, 11,5x19,5 cm, non signé. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

352 Aquarelle, 27x21 cm, signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

353 Huile sur toile marouflée, 26x21 cm, non signé. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

354 Lithographie dans la planche, 23x32 cm. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

355 Huile sur isorel, 41,5x27,5 cm. En vente à Paris en 2013. http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

356 Encre sur papier, 23,5x18,5 cm. Vendu à Paris en nov. 2013. http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

357 . Crayon sur papier, 18x28 cm, signé en bas à dr. Vendu à Paris en nov. 2013. http://encheres.parisencheres.com/recherche?query=marius+perret&btOk= (consulté mars 2022).

358 Cette œuvre de E. Dinet, dʼaprès la composition de Marius Perret, devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1891.

359 Reproduit dans 1584e livraison de la revue Le Tour du Monde (1er semestre 189.1): Fantasia à cheval (dessin de E. Dinet, dʼaprès la composition de Marius Perret) in M. Zeys, « Voyage dʼAlger au MʼZab [1887] », p. 317 ; également dans Victor Duruy, Le Ier Régiment de Tirailleurs Algériens, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1899, p. 219.

360 Peinture à lʼœuf (procédé des primitifs italiens). Salon Tunisien – 1897 –, p. 15. Coll. col. Laussedat en 1898 (Sanchez 2010). La toile appartient toujours à Laussedat en 1902 (AMM : Laussedat E V 3-6, lettre de Henry Perret à Laussedat, Marseille, 9 février 1902).

361 Peinture à lʼœuf (procédé des primitifs italiens). Salon Tunisien – 1897 –, p. 15. Coll. Albert Delafon en 1898 (Sanchez 2010).

362 F.-G. Dumas (dir.), Exposition des Beaux-Arts - Catalogue illustré de peinture et sculpture – Salon de 1892, Paris, Ludovic Baschet, 1892, p. 247 (vue partielle) ; Thornton 1990, p. 62-63 (couleur) ; https://mnm.webmuseo.com/ws/musee-national-marine/app/collection/record/9977 (consulté mai 2022) : n° inventaire, 9 OA 173, 263x98 cm, signé M.P., daté juillet 1891. Acquis par lʼÉtat en 1892, attribué à lʼorigine au Musée de Marine du Louvre, aujourdʼhui dans les collections du Musée National de la Marine, Paris. Ill. n° 2 dans cet article.

363 Noir et blanc. Publié dans L. Bénédite, H.-P. Dillon, J. Alboize (éd.), Les peintres-lithographes – Album trimestriel de lithographies originales et inédites, 2, Paris, LʼArtiste – Revue de Paris, 1892.

364 Exécutée pour un album des Peintres lithographes (Sanchez 2008, p. 306).

365 F.-G. Dumas (dir.), Exposition des Beaux-Arts - Catalogue illustré de peinture et sculpture – Salon de 1895, Paris, Ludovic Baschet, 1895 (reprod. n.b.).

366 F.-G. Dumas (dir.), Exposition des Beaux-Arts – Catalogue illustré de peinture et sculpture – Salon de 1894, Paris, Ludovic Baschet, 1894, p. 253 (reprod. n.b.) ; Charles Simond, Les Français en Afrique au XIXe siècle, Paris, H.-E. Martin, 1901, p. 3 (reprod. n.b.) ; Léonce Bénédite, Le Musée du Luxembourg – Les peintures – École française, Paris, H. Laurens, 1923, p. 52, 131 (reprod. n.b.). https://www.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/tirailleurs-senegalais-en-arriere-garde-campagne-du-fouta-colonne-dodds-70827 (consulté mars 2022) : n° inventaire : RF 897. Huile sur toile, 74,5x165,5 cm. Musée dʼOrsay. Historique : 1894, acquis par lʼÉtat ; De 1895 à 1926, musée du Luxembourg ; de 1926 à 1948, au Commissariat des Expositions ; à partir de 1948 à lʼAssemblée nationale ; attribué au musée du Louvre ; 1973 à 2014, déposé au fort militaire du Mont-Valérien, Suresnes ; affecté au musée dʼOrsay. Ill. n°  3 dans cet article.

367 Base Joconde (mars 2022) : n° inv. : 895.1.5. Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, esquisse. Peinture à lʼhuile, toile, 27x35 cm. Acquis par la municipalité de Pau en 1895 suite au Salon SAAP 1895.

368 Variante du groupe central du tableau appartenant au Musée du Luxembourg. Salon Tunisien – 1897 –, p. 14.

369 Étude principale pour le tableau du Musée du Luxembourg (Sanchez 2008, p. 306).

370 Olivier Merson, « Les Salons de 1897 – Champs-Elysées », Le Monde Illustré, 13 mai 1897, p. 15 (reprod. n.b.) ; F.-G. Dumas (dir.), Exposition des Beaux-Arts - Catalogue illustré de peinture et sculpture – Salon de 1897, Paris, Ludovic Baschet, 1897, p. 193 (vue partielle, n.b.). https://www.musee-orsay.fr/fr/oeuvres/le-depart-des-pirogues-pour-la-peche-guet-ndar-au-senegal-70828 (consulté mars 2022)(le titre donné dans cette base étant erroné, lʼhistorique fourni est incertain) : n° inventaire : RF 732. Huile sur toile, 80,5x160,5 cm. Musée dʼOrsay. Acquis par lʼÉtat en 1897, à lʼorigine attribué au Musée du Luxembourg et affecté à titre de dépôt au Ministère des Colonies en mars 1898. Ill. n° 4 dans cet article.

371 Étude dʼensemble pour le tableau appartenant à lʼÉtat (Sanchez 2008, p. 306).

372 Étude pour Tirailleurs sénégalais en arrière-garde du Musée du Luxembourg. Coll. Albert Delafon (Sanchez, 2008, p. 306).

373 Étude pour Tirailleurs sénégalais en arrière-garde du Musée du Luxembourg.

374 Étude dʼensemble pour le tableau appartenant au Musée de la Marine du Louvre. Salon Tunisien – 1897 –, p. 15. [nous supposons que cette œuvre est relative à La barre de Guet-NʼDar (Sénégal)].

375 Appartient aux Musées nationaux (Sanchez 2008) [Cette mention soulève question, puisque dans ce cas lʼœuvre nʼaurait jamais été exposée du vivant de Perret. Il pourrait sʼagir dʼune confusion avec Départ des pirogues].

376 [Essai pour le tableau du Musée du Luxembourg] (Sanchez 2008, p. 307).

377 Coll. A. Delafon en 1902 (Sanchez 2008, p. 307).

378 Coll. L. B. en 1902 (Sanchez 2008, p. 307).

379 Coll. Martin Flammarion en 1902 (Sanchez 2008, p. 307).

380 Coll. Dr. Hutinel en 1902 (Sanchez 2008, p. 307).

381 Coll. Balliman en 1902 (Sanchez 2008, p. 307). [probablement le même lieu que La barre de Guet-NʼDar (Sénégal) puisque présenté lors de la même exposition].

382 Huile, coll. Dr. C. Lougnon en 1925 (EAB 1925, p. 51).

383 Coll. Mme de Baubert en 1925 (EAB 1925, p. 51).

384 Coll. H. Sayet en 1925 (EAB 1925, p. 52).

385 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 33.1.1. Pochade à lʼhuile sur toile marouflée sur carton, 27x74 cm. Legs Choquet, 1933.

386 Oil on panel, 38x31 cm, signé. Vendu en novembre 2011 à Edinburgh (UK). https://www.invaluable.com/auction-lot/marius-perret-french-1853-1900-senegalese-rifle-495-c-247f763312# (consulté avril 2022).

387 Oil on canvas, 45,5x94 cm, signé Marius Perret. Vendu par Sothebyʼs New York en mai 1998. https://www.invaluable.com/auction-lot/marius-perret-142-c-jdn3w1deyf (consulté avril 2022).

388 Oil painting, 94x43 cm. Vendu par Pescheteau-Badin, Paris, en décembre 1996. https://www.invaluable.com/auction-lot/perret-marius-1853-1900-french-21b-c-5c9piplj5f (consulté avril 2022)

389 Coll. Martin Flammarion en 1902 (Sanchez 2008, p. 308). Il sʼagit probablement du portrait de Mlle Martin-Flammarion signalé par Radiot (janvier 1902, p. 112).

390 Plume, coll. G. Bruel en 1925 (EAB 1925, p. 51).

391 Aquarelle, coll. Guy-Coquille en 1925 (EAB 1925, p. 51).

392 Crayon, coll. Guy-Coquille en 1925 (EAB 1925, p. 51).

393 Huile, coll. Mme M. Laussedat en 1925 (EAB 1925, p. 51).

394 Aquarelle, coll. Mme de Baubert en 1925 (EAB 1925, p. 51).

395 Huile, coll. Mme de Tulle en 1925 (EAB 1925, p. 51).

396 Crayon, coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (Bull. Soc. Émul. Bourb., 28, 1925, p. 72).

397 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° inventaire : 10.1127. Huile sur bois, 9x16,5 cm. Legs Mantin, 1910.

398 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 21.2.25. Dessins de G.A. Rochegrosse et M. Perret. Plume et encre sur papier, 27x35 cm. Don Laussedat, 1921.

399 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 642.1. Gorges avec rivière. Crayon sur papier, 7,2x12,8 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

400 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 642.2. croquis de paysage : ravin avec bord de lac. Crayon sur papier, 7,2x13,1 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

401 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 642.3. croquis de paysage : gorges avec rivière dʼun côté, ravin de montagne avec grands arbres de lʼautre. Crayon sur carte de visite, 6,8x10,6 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

402 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 642.4. Plume, encre et crayon sur papier, 9,1x9,3 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

403 Huile, coll. De Tulle (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 642.5. Crayon et rehauts de blanc (craie) sur papier, 5,6x7,9 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. À notre connaissance, il sʼagit de la seule « nature morte » connue de M.P. et serait par conséquent lʼœuvre exposée au Salon de 1882 (cf. Sanchez, catal. T13, 2007).

404 Journal des Artistes, 29 août 1885.

405 13x23 cm, non signé. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022)

406 Huile sur panneau, 9x17 cm, signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

407 Huile sur panneau, 13,5x18 cm, signé en bas à dr. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

408 12x20 cm. Vendu Hôtel des Ventes de Dijon, 18 oct. 2020. https://docs.prod-indb.io/2020/10/30/160116_678152081_31be4e488cc6627abaa769fcd6a8a5b1.pdf (consulté avril 2022).

409 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans la revue Le Tour du Monde (dʼAlbéca, « Au Dahomey », in n° 8, 2e semestre 1894, p. 125) et dans Alexandre-L. dʼAlbéca, La France au Dahomey, Paris, Hachette, 1895, p. 145.

410 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans la revue Le Tour du Monde (von Leipziger, « Six mois dans lʼInde », n° 9, 2e semestre 1894, p. 139).

411 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans ibid., p. 131.

412 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans ibid., p. 141.

413 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans ibid., p. 143.

414 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans la revue Le Tour du Monde (Cotteau, « Six semaines sur le Nil », n° 11, 1er semestre 1894, p. 173).

415 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans ibid., p. 152.

416 Coll. Lib. Hachette en 1925 (EAB 1925, p. 51). Publié dans la revue Le Tour du Monde (Vapereau, « De Pékin à Paris, La Corée – LʼAmour et la Sibérie », n° 13, 2e semestre 1894, p. 206).

417 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1893.

418 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 21, 2e semestre 1893, in M.C. Maistre, « La mission Maistre (du Congo au Niger à travers lʼAfrique centrale) », p. 329.

419 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1893.

420 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 21, 2e semestre 1893, in M.C. Maistre, « La mission Maistre (du Congo au Niger à travers lʼAfrique centrale) », p. 365.

421 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

422 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 5, 1er semestre 1894, in C. Alluaud, « Voyages aux Iles Séchelles », p. 69.

423 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

424 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 5, 1er semestre 1894, in C. Alluaud, « Voyages aux Iles Séchelles », p. 77.

425 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

426 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 5, 1er semestre 1894, in C. Alluaud, « Voyages aux Iles Séchelles », p. 78.

427 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

428 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 12, 1er semestre 1894, in C. Vapereau, « De Pékin à Paris, La Corée – LʼAmour et la Sibérie », p. 189.

429 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

430 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 12, 1er semestre 1894, in L. Catat, « Voyage à Madagascar », p. 357.

431 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

432 Publié (gravé par Clément) dans la revue Le Tour du Monde 6, 2e semestre 1894, in A.L. dʼAlbéca, « Au Dahomey », p. 85 ; A.L. dʼAlbéca, La France au Dahomey. Paris, Hachette, 1895, frontispice avec le titre « Les facteurs infidèles du roi Toffa » et p. 55.

433 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

434 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 9, 2e semestre 1894, in M.E. von Leipziger, « Six mois dans lʼInde », p. 133.

435 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

436 Publié (gravé par Ruffe) dans la revue Le Tour du Monde 9, 2e semestre 1894, in M.E. von Leipziger, « Six mois dans lʼInde », p. 140.

437 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

438 Dʼaprès une photographie. Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 14, 2e semestre 1894, in C. Vapereau, « De Pékin à Paris, La Corée – LʼAmour et la Sibérie », p. 221.

439 Cette œuvre devait faire partie de la coll. de la Librairie Hachette en 1894.

440 Publié (gravé par Rousseau) dans la revue Le Tour du Monde 15, 2e semestre 1894, in C. Vapereau, « De Pékin à Paris, La Corée – LʼAmour et la Sibérie », p. 233.

441 Publié (gravé par Rousseau) dans Onésime Reclus, La France et ses colonies. Tome second: Nos Colonies, Paris, Hachette, 1889, p. 297 (repris dans Elisée Reclus, Nouvelle géographie universelle: la terre et les hommes. vol. 15: Amérique boréale. Paris, libr. Hachette et Cie, 1890, p.473 - Bûcherons canadiens campés).

442 Coll. Desclosières (Sanchez 2008, p. 308).

443 Sur lʼexposition en 1899 de cette maquette commandée par le ministère des Colonies, cf. notamment Le Temps (17 février 1899), La Dépêche (Toulouse) (22 février 1899), La Chronique des arts et de la curiosité : suppl. à la Gazette des beaux-Arts (4 mars 1899), Journal des Artistes (5 mars 1899). Sur sa présentation à lʼExposition Universelle de 1900 (diorama lumineux exécuté par Henry dʼEstienne), cf. notamment Sylvain Vignéras, Notice sur la Côte Française des Somalis, Paris, Imprimerie Paul Dupont, 1900 (publication spéciale pour lʼexposition, section colonies et pays de protectorat) ; Gustave Regelsperger, « lʼExposition Universelle de 1900 et la géographie », Revue de Géographie, XLVII (2e semestre 1900), p. 290 (285-300) ; M.J. Charles-Roux, Exposition Universelle de 1900 – Les colonies françaisesRapport général, Paris, Impr. nationale, 1902, p. 186 ; M.J. Charles-Roux, Exposition Universelle de 1900 – Le ministère des colonies à lʼExposition Universelle de 1900, Paris, Impr. nationale, 1902, p. 37-39 ; M.J. Charles-Roux et al. (dir.), Exposition Universelle de 1900 – Section des colonies et pays de protectorat, Paris, Impr. nationale, 1902, planche 85.

444 S. Anonyme, Quelques-uns des Livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou unique... Paris, A. Durel, 1894, p. 156.

445 Anonyme, Quelques-uns des Livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou unique... Paris, A. Durel, 1894, p. 159.

446 Frontispice des « Nouvelles » à la main (Moulins EAB 1925) [gravure]. Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB, 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : N° dʼinventaire : 522.3. Nouvelles à la main : frontispice, muse et amours. Gravure / estampe sur papier de M.L. Rouveyre dʼaprès dessin de M. Perret, 13,2x9 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais. [Cette illustration se trouve p. 119].

447 Sur les qualités de lʼillustration par M.P., cf. Le voleur illustré (14 mai 1891) et Le Figaro (3 juin 1891).

448 Œuvre du sculpteur Jean Coulon (1853-1923), le monument est effectivement inauguré le 31 mai 1896 en face de la gare (un buste se trouve également au jardin du Luxembourg). Deux comités sʼétaient chargés du projet, lʼun à Moulins, lʼautre à Paris composé notamment du colonel Laussedat, ami dʼenfance de lʼécrivain, et de Marius Perret (Le Gaulois, 1er juin 1896).

449 Le projet de cette plaquette est annoncé dans Le Petit Montluçonnais du 15 oct. 1893.

450 Ce dessin est publié par anticipation dans Le TempsSupplément illustré de décembre 1898, qui annonce la sortie prochaine du quatrième volume des Figures contemporaines de Mariani. En réalité, il paraît dans le cinquième volume.

451 Ce renseignement figure dans lʼannexe de la lettre que M.P. adresse au Résident Supérieur au Cambodge, Phnôm-Penh le 31 mai 1900 (ANOM : GGI 6648). Au moins deux publications périodiques portent le titre Lʼestampe moderne à lʼépoque de M.P. La publication mensuelle éditée par Charles Masson, qui paraît entre mai 1897 et avril 1899, intitulée LʼEstampe moderne. Publication mensuelle...: contenant Quatre estampes originales inédites en Couleurs et en Noir des principaux Artistes Modernes Français et Etrangers, livre une estampe de E. Dinet titrée « Jeux de filles à Laghouat » (vol. 13, mai 1898), mais rien de la main de M. P. Lʼautre publication périodique, dirigée par Loys Delteil, mensuelle également (à partir de novembre 1895), porte le titre LʼEstampe moderne: moniteur universel des amateurs et des artistes. Nous nʼavons pu la consulter dans le cadre de cette recherche.

452 Coll. G. Bruel en 1925 (EAB 1925, p. 51).

453 Coll. Hubert Bruel en 1925 (EAB 1925, p. 51).

454 Coll. Dr. Décrand en 1925 (EAB 1925, p. 51).

455 Sur lʼenvoi à lʼexposition de 1883, cf. Lʼunivers illustré, 6 janvier 1883. Coll. Mme M. Laussedat en 1925 (EAB 1925, p. 51).

456 Coll. G. Bruel en 1925 (EAB 1925, p. 51).

457 Ibid.

458 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925, p. 52). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 522.1. Nymphe dansant avec deux amours. Gravure / estampe sur papier, 6,2x7,4 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

459 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 522.2. Gravure / estampe sur papier, 7,1x5 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

460 Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 522.5. Eau-forte sur papier, 7,1x5 cm. Exposition « Héros et monstres antiques », Moulins, MAB, 2005. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

461 Coll. Soc. Émul. du Bourb. en 1925 (EAB 1925, p. 51). Musée Anne de Beaujeu, Moulins (avril 2022) : n° dʼinventaire : 522.4. Eau-forte sur papier, 7x9,8 cm. Fonds ancien SEB – Don Société dʼÉmulation du Bourbonnais.

462 http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/voir.xsp?id=00101-86714 (consulté avril 2022) : crayon noir, sanguine et rehauts de craie blanche sur papier, 100,6x159,2 cm (1881, Ecole des B.A., Concours Huguier, ANA 258).

463 http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/voir.xsp?id=00101-86713&qid=sdx_q0&n=3&sf=&e= (consulté avril 2022) : crayon noir, pastels (bleu et vert), sanguine et rehauts de craie blanche sur papier, 101,2x89,3 cm (1881, Ecole des B.A., Concours Huguier, ANA 257).

464 http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/voir.xsp?id=00101-86715&qid=sdx_q0&n=4&sf=&e= (consulté avril 2022) : crayon noir, sanguine et pastel bleu sur papier, 65x50,2 cm (1881, Ecole des B.A., Concours Huguier, ANA 259).

465  http://www.ensba.fr/ow2/catzarts/voir.xsp?id=00101-84039&qid=sdx_q0&n=2&sf=&e= (consulté avril 2022) : crayon noir, sanguine et crayon bleu sur papier, 62x46 cm (1881, Ecole des B.A., Concours Huguier, ANA 49). Mention « 1ère 3ème médaille à Mr Perret ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 – Marius Perret (Figures contemporaines, vol. 5, 1900)
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre 2 – Départ des pirogues pour la pêche à Guetʼn Dar - Perret Marius - © Musée national de la Marine/P. Dantec - Inv. : 9 OA 173
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre 3 - Marius Perret - Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, campagne du Fouta, colonne Dodds, (RF 897), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre 4 – Marius Perret – [identification par le musée dʼOrsay, erronée selon nous :] Le Départ des pirogues pour la pêche à Guet nʼdar au Sénégal, (RF 732), Paris, musée dʼOrsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Adrien Didierjean.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 5 – Entrée du 22, rue Monsieur-le-Prince, Paris 6e (D. Perret, mars 2022).
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre 6 – Marius Perret – Deux danseuses cambodgiennes, (RF 24035, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre 7 – Marius Perret – Bateau de fête vu de la poupe, (RF 24037, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre 8 – Marius Perret – Bateau de fête vue de la proue, (RF 24039, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Titre 9 – Marius Perret – Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte, (RF 24036, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre 10 – Marius Perret - Musicienne vietnamienne assise jouant du luth, (RF 24038, Recto), Paris, musée dʼOrsay, conservé au Département des Arts Graphiques du musée du Louvre. Photo © RMN-Grand Palais (musée dʼOrsay) / Michel Urtado.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre 11-12 – Tombe de Marius Perret (Palasari, Java Ouest, Indonésie) / D. Perret, juillet 1990.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 741k
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre 13 – Paysage de Java, © Musée Anne-de-Beaujeu, Moulins, inv.21.2.8.
URL http://journals.openedition.org/archipel/docannexe/image/3030/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Perret, « De Moulins à Sindanglaya (Java). Itinéraire d’un peintre orientaliste : Marius Perret (1851-1900) »Archipel, 104 | 2023, 75-158.

Référence électronique

Daniel Perret, « De Moulins à Sindanglaya (Java). Itinéraire d’un peintre orientaliste : Marius Perret (1851-1900) »Archipel [En ligne], 104 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archipel/3030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archipel.3030

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search