Navigation – Plan du site

AccueilNuméros104Comptes RendusLe parcours de deux figures du Dé...Danny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing...

Comptes Rendus
Le parcours de deux figures du Département d’Histoire, Universiti Malaya, Kuala Lumpur

Danny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (edsDanny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (eds.), Wang Gungwu and Malaysia, Kuala Lumpur, University of Malaya Press, 2021, xvi + 338 p., index, ISBN: 978-967-488-200-6.

Daniel Perret
p. 221-225
Référence(s) :

Danny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (edsDanny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (eds.), Wang Gungwu and Malaysia, Kuala Lumpur, University of Malaya Press, 2021, xvi + 338 p., index, ISBN: 978-967-488-200-6.

Texte intégral

  • 1 . Home is not here, Singapore, Ridge Books, 2018 (cf. compte rendu par C. Salmon in Archipel 97, (...)

1Dans le prolongement des deux volumes autobiographiques parus récemment1, le Département d’Histoire de l’Universiti Malaya (UM dans la suite) a produit ce volume en l’honneur du Professeur Wang Gungwu, commémorant d’une part son passage à l’université, il y a plus de 50 ans, étape marquant le début d’une carrière académique exceptionnelle durant laquelle il a conservé des liens avec la Malaisie, et d’autre part son 90ème anniversaire. Une conférence donnée à l’université en 2017 devant plus de 600 personnes, dont quelque 200 de ses anciens étudiants, atteste de la réputation dont il jouit depuis plus d’un demi-siècle dans le milieu universitaire et intellectuel malaisien.

2Le volume collectif est organisé en seize chapitres précédés d’une introduction (p. xvii-xxix) par ses deux éditeurs. Ces derniers y rappellent le parcours académique initial de Wang Gungwu, qui est né à Surabaya en 1930 et a grandi à Ipoh : à partir de 1949, étudiant à l’University of Malaya basée à Singapour (B.A., M.A.) ; PhD. à Londres ; en 1957, rejoint le nouveau campus de UM à Kuala Lumpur en tant que lecturer ; en 1960, dirige le Chinese Studies Department (un an) et nommé doyen de la Faculté des Arts (deux ans) ; en 1962, dirige le Département d’Histoire ; en 1963, nommé Professeur en Histoire. Il est à la tête de ce département au moment où s’opère la transition entre un personnel enseignant essentiellement expatrié et un personnel enseignant local. Danny Wong et Lee Kam Hing soulignent que l’organisation par le département de la conférence de l’IAHA (International Association of Historians of Asia) en 1968, suivi par l’édition du volume Malaysia (la Fédération est alors tout juste formée), a marqué le point d’orgue de ce mandat, qui a vu dans le même temps la fondation du département d’Histoire et de la Faculté des Arts sur des bases académiques solides. À l’époque, Wang Gungwu est également président de la MBRAS (Malaysian Branch of the Royal Asiatic Society), rédacteur en chef du JMBRAS, initiateur et éditeur de la collection East Asia Monograph Series (Oxford university Press) destinée à la publication de travaux de jeunes chercheurs de plus en plus orientés vers l’histoire de la Malaisie. Wang Gungwu ne se tient pas à l’écart des développements politiques qui agitent la Fédération tout juste établie (1963), puisqu’il prend part à la rédaction de la constitution du Parti Gerakan Malaysia, parti non communautaire co-fondé par plusieurs de ses collègues et amis. Il quitte Kuala Lumpur en 1968 pour l’Australie (ANU).

3Les contributions au volume se répartissent en deux grandes catégories. D’une part, celles des contemporains de Wang Gungwu à UM, qui reviennent par conséquent sur ces deux décennies (1949-1968), en particulier sur la décennie à UM Kuala Lumpur (1957-1968), durant laquelle il a démontré ses talents de chercheur et d’administrateur. D’autre part, un ensemble d’études inspirées de sa connaissance approfondie du pays, de ses recherches et convictions.

4Les contributions de Khasnor Johan, Lim Teck Ghee, Stephen Leong et Anthony Reid appartiennent à la première catégorie. Celles de Lee Kam Hing, Barbara Watson Andaya, Abu Talib Ahmad, Leonard Y. Andaya, Loh Wei Leng, Jeyamalar Kathirithamby-Wells, Mavis Puthucheary, Tan Chee-Beng, Danny Wong Tze Ken, Philip Koh Tong Ngee, Peter T C Chang et Anthony Milner appartiennent à la seconde.

5Khasnor Johan (« Memories of Wang Gungwu and the History Department, University of Malaya, 1963 to 1968 », p. 1-18) relate les toutes premières années du département d’Histoire de UM Kuala Lumpur, ouvert en janvier 1959 avec du personnel enseignant envoyé de Singapour, y compris Wang Gungwu. Celui-ci est déjà responsable du département lorsqu’elle y commence ses études en juin 1963. L’auteure y livre des souvenirs de cette époque vue du côté étudiant(e)s, époque marquée par la place croissante des enseignants d’origine malaisienne formés à l’étranger. Khasnor Johan est la première étudiante du département à avoir été envoyée en Australie pour un PhD. (1969).

6Lim Teck Ghee (« A Journey with Gungwu and History », p. 19-34) a également débuté ses études à UM Kuala Lumpur en 1963 et ses souvenirs recoupent ceux de Khasnor Johan. Il retrouve ensuite Wang Gungwu à ANU alors qu’il y prépare un PhD. L’accent dans cette contribution est mis sur les développements parallèles du contexte politique (nation-building), médiatique, et de la recherche en histoire et de son enseignement en Malaisie après le départ de Wang Gungwu, qui défendait une recherche méticuleuse, indépendante et dépassionnée.

7Stephen Leong (« Wang Gungwu: A Personal Recollection », p. 35-45) intègre le personnel du département d’Histoire en 1967 pour y enseigner l’histoire de la Chine moderne et y prépare un PhD. en parallèle sur le nationalisme chez les Chinois d’outremer installés en Malaisie. Cette contribution relate ses rencontres avec Wang Gungwu dans différents contextes et pays entre 1967 et 2017.

8La carrière académique d’Anthony Reid croise aussi à plusieurs reprises celle de Wang Gungwu, et tout comme Leong, sa contribution (« Wang Gungwu and I in Three Countries », p. 47-65) revient sur une succession d’interactions dans les milieux universitaires de plusieurs pays : Kuala Lumpur (1965-68), Canberra (1970-86) et Singapour (2002-2009). À propos de UM Kuala Lumpur en particulier, Reid estime que la « Wang Gungwu era » a certainement été la plus heureuse du département d’Histoire et que la conférence de IAHA en 1968 a contribué à le propulser comme figure académique majeure d’Asie du Sud-Est.

9Barbara Watson Andaya a été en contact régulier avec Wang Gungwu dès son passage à ANU dans les années 70. Dans sa contribution (« Local History and Identity: Teaching Tin Mining in 18th Century Perak », p. 93-109), elle illustre l’une des directions de recherche encouragées par Wang Gungwu lors de son passage à UM Kuala Lumpur, à savoir l’histoire locale, et en particulier l’historiographie liée aux mines d’étain de Perak, là où il a grandi, à une époque où l’enseignement scolaire de l’histoire se limitait à la geste de l’empire britannique.

10C’est en lien avec la période de l’occupation japonaise vécue par l’adolescent Wang Gungwu à Perak et son accent mis sur l’importance de l’histoire locale, qu’Abu Talib livre une contribution sur un aspect de la période de l’occupation japonaise dans l’État voisin de Pahang (« Tengku Besar Pahang Records and Malay Muslims in Pahang during the Japanese Occupation, 1942-45 », p. 111-135). Cette contribution met en lumière le potentiel du fonds d’archives du Bureau du Tengku Besar de Pahang créé en 1920 afin d’assister le sultan dans la gestion des affaires islamiques de l’État. Conservé aux Archives Nationales à Kuala Lumpur, ces documents, rédigés en anglais durant l’occupation japonaise, couvrent la période 1920-1959.

11Alors que les deux contributions précédentes sont focalisées sur des negeri de la péninsule, les trois contributions suivantes s’intéressent à l’histoire des espaces maritimes de la région pour illustrer l’impact de The Nanhai Trade, la thèse de Master de Wang Gungwu publiée en 1958, ainsi que ses publications subséquentes relatives à l’histoire maritime et à l’histoire des diasporas chinoises en Asie du Sud-Est. Dans « Tanah Air and Negara Selat: Reconfiguring the Ocean Space and the Linked History of Malays and Orang Laut » (p. 137-152), l’idée principale de L.Y. Andaya est de mettre en lumière la construction sociale de l’espace maritime par deux sociétés, les Malais et les Orang Laut. A partir des concepts de tanah air et de negara selat, l’auteur retrace l’évolution de la perception de cet espace jusqu’au XXe siècle. Loh Wei Meng (« Straits of Melaka: Maritime Passage for Intra-Asian and Diasporic Journeys », p. 153-177) revient quant à elle sur le rôle du détroit de Malacca dans les circulations de populations d’origine chinoise et l’intérêt économique cyclique qu’il a suscité en Chine, en particulier depuis le début du second millénaire jusqu’au début du XXIe siècle. Trois niveaux sociogéographiques sont retenus pour cette étude : le détroit dans son ensemble pour les périodes ancienne et actuelle à travers le concept ancien et moderne de « Route de la soie », les Chinois Peranakan et les Chinois de Penang. Dans une longue synthèse, Jeyamalar Kathirithamby Wells (« Environment and the Shaping of Sino-Malayan Relations up to the Early 20th Century », p. 179-221) propose de lire dans l’histoire des relations économiques entre la Chine et la péninsule malaise depuis le début de notre ère les effets d’adaptations successives aux modifications de l’environnement et du climat.

12Un ensemble de trois contributions sont inspirées des réflexions de Wang Gungwu sur l’histoire politique de la Malaisie. Lee Kam Hing (« Wang Gungwu: Malaysian Politics and Scholarship », p. 67-92) s’intéresse aux publications de Wang Gungwu traitant de la politique en Malaisie, en particulier le nationalisme malaisien, la communauté chinoise et les relations inter-élites, travaux fondés sur une connaissance approfondie de première main. Dans ces textes transparaissent ses convictions sur une approche non communautaire du nation-building, des politiques économiques équitables bénéficiant à tous, et le bon sens des leaders afin d’assurer la stabilité du pays. Dans « Paradoxes and Challenges of Non sectarian Politics in Malaysia » (p. 223-251), Mavis Puthucheary revient sur trois moments de l’histoire de la Malaisie depuis les années 1950, qui ont vu la formation d’organisations politiques non sectaires dans la péninsule, à savoir le Socialist Club de l’université Malaya dans les années 50, auquel a d’ailleurs participé Wang Gungwu ; le Parti Gerakan Rakyat Malaysia établi durant les années 60, pour lequel Wang Gungwu a pris part à la rédaction de la constitution ; et plus récemment (depuis 1999) le Parti Keadilan Rakyat. Dans « Ethnicity and Nation-Building: China and Malaysia » (p. 253-276), Tan Chee Beng livre une étude comparative illustrant le contraste entre un pays où les politiques de développement et de modernisation ne sont pas conditionnées par des considérations ethniques et un pays où ces dernières déterminent au contraire largement la construction de l’État et sont instrumentalisées par les élites politiques.

13Dans « Hakka Dialect Identity in Malaysia: Historical Antecedence or Sustainable Reality? » (p. 277-297), Danny Wong Tze Ken illustre une autre dimension des réflexions de Wang Gungwu sur les Chinois de Malaisie, en l’occurrence la manière dont l’identité dialectale contribue localement à la construction de l’identité chinoise. La présente étude sur l’évolution de l’identité dialectale Hakka depuis la période coloniale repart précisément d’un travail publié il y à 20 ans par Wang Gungwu.

14L’ouvrage se clôt par trois contributions qui, partant du parcours de Wang Gungwu, s’interrogent sur la place de l’historien dans la société, d’une part comme arbitre (Philip Koh Tong Ngee, « National Truths and Historical Contestations: The Historian and the Judge », p. 299-306), d’autre part comme passeur multiculturel transnational (Peter T C Chang, « A Pionneering Class of Bridge-Building Junzi », p. 307-315 ; Anthony Milner, « Wang Gungwu’s Contribution to Dialogue with International Relations », p. 317-331).

15Un ouvrage éclectique qui illustre, vues par des chercheurs malaisiens et des spécialistes de l’Asie du Sud-Est, les nombreuses facettes d’un homme de réseaux par excellence, un homme de dialogue bâtisseur de consensus aux convictions bien ancrées, un chercheur aux intérêts multiples (de l’histoire locale aux problématiques asiatiques), à la curiosité sans bornes, un animateur hors pair de la recherche qui inspire depuis plus d’un demi-siècle les chercheurs en sciences sociales de la région.

Haut de page

Notes

1 . Home is not here, Singapore, Ridge Books, 2018 (cf. compte rendu par C. Salmon in Archipel 97, 2019, p. 323-325) ; (with Margaret Wang), Home is where we are, Singapore, NUS Press, 2021 (cf. compte rendu par C. Salmon in Archipel 101, 2021, p. 263-266).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Perret, « Danny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (edsDanny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (eds.), Wang Gungwu and Malaysia, Kuala Lumpur, University of Malaya Press, 2021, xvi + 338 p., index, ISBN: 978-967-488-200-6. »Archipel, 104 | 2023, 221-225.

Référence électronique

Daniel Perret, « Danny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (edsDanny Wong Tze Ken & Lee Kam Hing (eds.), Wang Gungwu and Malaysia, Kuala Lumpur, University of Malaya Press, 2021, xvi + 338 p., index, ISBN: 978-967-488-200-6. »Archipel [En ligne], 104 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archipel/3085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archipel.3085

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search