Skip to navigation – Site map

HomeIssues104Comptes RendusLe parcours de deux figures du Dé...Khoo Kay Kim (with Eddin Khoo), I...

Comptes Rendus
Le parcours de deux figures du Département d’Histoire, Universiti Malaya, Kuala Lumpur

Khoo Kay Kim (with Eddin Khoo), I, KKK. The Autobiography of a Historian, Kuala Lumpur, Kala Publ., 2017, 141 p., ill., ISBN: 978-967-14930-0-7

Daniel Perret
p. 225-228
Bibliographical reference

Khoo Kay Kim (with Eddin Khoo), I, KKK. The Autobiography of a Historian, Kuala Lumpur, Kala Publ., 2017, 141 p., ill., ISBN: 978-967-14930-0-7

Full text

1Né en 1937, Khoo Kay Kim était un pilier du département d’Histoire de l’Université Malaya à Kuala Lumpur, où il a exercé pendant plus de cinquante ans. Décédé en 2019, il figure parmi les chercheurs les plus fréquemment cités dans l’ouvrage ci-dessus dédié à Wang Gungwu. On y apprend notamment qu’il a été l’un des deux premiers étudiants malaisiens à s’inscrire en M.A. au département d’Histoire de UM Kuala Lumpur, puis y a soutenu son PhD. Tenu en estime par le grand public, il était considéré comme « l’historien national » par les médias (Khasnor Johan, ci-dessus p. 9-10). Un court texte à la fin de l’ouvrage en question (sans doute de la main de l’éditeur) rappelle qu’il a joué un rôle important parmi ceux qui ont formulé les « Principes Nationaux » (Rukun Negara) à la suite des émeutes raciales de 1969.

2De ces moments charnières et de ses productions académiques, il n’est que peu ou pas du tout question dans cette autobiographie, dont la première phrase affirme que « la réflexion autobiographique va à l’encontre de tous les instincts cultivés de l’historien de métier ». Cette entrée en matière laisse augurer un récit rare en confidences. Il n’en est rien.

3Khoo Kay Kim présente tout d’abord ses ascendants, remontant aux sept frères Khoo, qui quittèrent la Chine du Sud pour s’installer à Penang au cours du XIXe siècle. L’un de ces frères serait à l’origine de sa famille côté paternel, avec notamment un arrière-grand père négociant d’étain important dans la vallée de la Kinta, à Perak, au tournant du XXe siècle, puis une grand-mère peranakan. Très proche de l’auteur, cette grand-mère va jouer un rôle important dans la famille comme source de l’histoire familiale et gardienne des rituels et coutumes. Côté maternel, une grand-mère peranakan de Penang, un grand-père immigrant de première génération, qui va également s’installer dans la vallée de la Kinta. Khoo Kay Kim grandit ainsi dans une famille peranakan, installée à Perak, de parler Hokkien très influencé par le malais, sachant également s’exprimer en malais. Plus ouvert aux idées occidentales, c’est un milieu qui privilégie l’éducation à l’anglaise. Khoo Kay Kim insiste sur l’importance des femmes dans ce milieu (langue, culture, cuisine) plus conscient des droits des femmes que les autres communautés chinoises.

4Khoo Kay Kim revient ensuite sur la période dangereuse et violente de l’occupation japonaise, qui a forgé ses premiers souvenirs, notamment les quelques semaines durant lesquelles la famille s’est repliée dans la jungle. Il découvre les représentations de Bangsawan, à l’origine de son « amour » pour la langue malaise, et développera plus tard une tendresse pour le cinéma malais. C’est seulement avec la fin de l’occupation japonaise qu’il débute une scolarité à l’école anglo-chinoise de Teluk Anson, petite ville dont il dépeint la riche vie sociale intra- et intercommunautaire. En 1952, il intègre l’école de la Mission catholique à Ipoh et commence à développer une passion pour le football, la pratique du débat et des danses modernes, ainsi que pour P. Ramlee. Ipoh est alors considérée comme la ville la mieux planifiée du pays, une ville très progressiste dans une décennie décrite comme une période de libération sociale. Khoo Kay Kim va garder la nostalgie de cette époque à Ipoh, brillamment illustrée, selon lui, dans l’album Town Boy du fameux dessinateur caricaturiste Lat, également originaire de Perak. Un chapitre est consacré au football des années 50, où s’entremêlent souvenirs de compétitions auxquelles il a pris part, réminiscences des grands joueurs du pays et étrangers, ainsi que des grandes équipes qui ont marqué l’époque. Cette passion explique pourquoi il est devenu le premier véritable historien malaisien du sport, du football en particulier.

5À l’approche de l’Indépendance, dans la perspective des nombreuses opportunités qui vont s’ouvrir dans la fonction publique, son père l’incite fortement à passer l’examen d’entrée à l’université. Il est admis à l’université Malaya, alors à Singapour, en 1956. Le climat politique y est relativement tendu, à l’approche du départ des Britanniques, les principaux acteurs étant le PAP (People’s Action Party) et le mouvement socialiste. De nombreux étudiants y sont actifs politiquement, mais Khoo Kay Kim se tient à l’écart, plus impressionné par l’écrivaine Han Suyin que par les leaders de l’époque. Football et danse (surtout joget moden) y sont ses loisirs préférés. Il s’initie à la philosophie, discipline qu’il trouve stimulante, regrettant au passage l’absence jusqu’à maintenant d’un département de philosophie à UM Kuala Lumpur. C’est à Singapour qu’il débute l’apprentissage formel du malais et commence à s’intéresser à l’histoire, dont l’enseignement est alors dispensé par C.M. Turnbull, Wang Gungwu, D.P. Singhal et K.G. Tregonning.

6Le B.A. en poche (1959), Khoo Kay Kim choisit de retourner à Teluk Anson pour y enseigner à l’école anglo-chinoise de son enfance, ce qui lui permet de poursuivre ses activités sportives, à la fois comme joueur et entraîneur. Il y enseigne d’abord le malais, l’anglais, la littérature anglaise, puis également l’histoire. Il rencontre occasionnellement Wang Gungwu, alors directeur du département d’Histoire à UM Kuala Lumpur, et ce dernier l’invite à un séminaire d’enseignement de l’histoire. Il participe ainsi à la création de l’Association des enseignants d’histoire, qui lance la revue Peninjau Sejarah, destinée à stimuler l’intérêt des enseignants pour l’histoire du pays. Séduit par cette première expérience dans le campus de Kuala Lumpur, Khoo Kay Kim décide de s’inscrire en M.A. au Département d’Histoire et s’installe donc pour la première fois dans la capitale du nouveau pays en 1966. Sous la direction de Wang Gungwu, il rédige une thèse intitulée « The Western Malay States 1850-1873 » (1967), qui sera la seconde thèse publiée par Oxford University Press dans sa collection East Asia Monograph Series (1972). Un travail fondé sur une approche empirique qui sera la marque de tous ses travaux, révélant un goût, voire une passion, de l’archive, de la presse ancienne, combiné à la réflexion à partir de diverses expériences et interactions dans sa vie personnelle. Il enchaîne avec un PhD. soutenu en 1974 (« The beginnings of political extremism in Malaya, 1915-1935 ») et occupe l’année suivante la nouvelle chaire de Professeur d’histoire malaisienne au département. Ce dernier, qui compte alors presque 30 enseignants pour quelque 700 étudiants inscrits, est décrit avec nostalgie comme ʻvibrantʼ par Khoo Kay Kim.

7Deux chapitres livrent une incursion intimiste et éclairante sur les rapports intercommunautaires et les vies de famille à l’époque : rencontre de sa future épouse, Tamoule d’origine sri-lankaise (ville de Jaffna), qu’il épouse en 1966 ; naissance et éducation de leurs trois fils.

8Deux chapitres empreints de tristesse et d’amertume clôturent l’ouvrage. Si dans sa vie personnelle, Khoo Kay Kim estime qu’il s’est efforcé d’être un « true Malaysian », curieux et ouvert à l’autre, quelque soit sa culture, la question des relations intercommunautaires est, selon lui, non seulement loin d’être réglée, mais reste au centre de la vie politique tandis que l’ignorance de la culture et des croyances religieuses de l’autre s’accentue.

Top of page

References

Bibliographical reference

Daniel Perret, Khoo Kay Kim (with Eddin Khoo), I, KKK. The Autobiography of a Historian, Kuala Lumpur, Kala Publ., 2017, 141 p., ill., ISBN: 978-967-14930-0-7Archipel, 104 | 2023, 225-228.

Electronic reference

Daniel Perret, Khoo Kay Kim (with Eddin Khoo), I, KKK. The Autobiography of a Historian, Kuala Lumpur, Kala Publ., 2017, 141 p., ill., ISBN: 978-967-14930-0-7Archipel [Online], 104 | 2023, Online since 01 March 2023, connection on 25 May 2024. URL: http://journals.openedition.org/archipel/3105; DOI: https://doi.org/10.4000/archipel.3105

Top of page

Copyright

CC-BY-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search