Navigation – Plan du site

AccueilNuméros104Comptes RendusFrançais et francophones en pénin...Jeanne Cuisinier, What I Saw in M...

Comptes Rendus
Français et francophones en péninsule malaise (1852 – années 1980)

Jeanne Cuisinier, What I Saw in Malaysia: Lectures 1934-1938, Petaling Jaya, Matahari Books, 2019, 153 p., ill.. ISBN: 978-967-2328-16-2.

Daniel Perret
p. 229-231
Référence(s) :

Jeanne Cuisinier, What I Saw in Malaysia: Lectures 1934-1938, Petaling Jaya, Matahari Books, 2019, 153 p., ill.. ISBN: 978-967-2328-16-2.

Texte intégral

1C’est à 42 ans que Jeanne Cuisinier (1890-1964) débute une carrière d’ethnologue. Après un séjour à Madagascar au début des années 1920, puis en Indochine en 1926-27, elle s’inscrit à l’Institut d’ethnologie et à l’École des langues orientales de Paris, bénéficiant notamment des enseignements de Marcel Mauss et d’Antoine Cabaton. Diplômée de malais en 1929, elle est chargée trois ans plus tard, par le ministère de l’Éducation nationale, d’une mission de recherches ethnographiques et linguistiques en péninsule malaise, principalement dans l’État de Kelantan (à l᾿époque l’un des États malais non fédérés), ainsi que dans la région de Pattani, sur la côte sud-est du Siam, l’actuelle Thaïlande. Au terme de 18 mois de terrain, elle rentre à Paris en novembre 1933, rapportant en particulier plusieurs centaines d’objets aujourd’hui conservés au Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, ainsi que les matériaux de plusieurs articles et ouvrages.

  • 1 Cf. Jeanne Cuisinier, Journal de voyage : Malaisie (1933), Indonésie (1952-55). Extraits édités par (...)
  • 2 Ambassadeur de France en Malaisie de 2017 à 2020.
  • 3 Conseillère des affaires étrangères (cadre d’Orient) jusqu’en 2011.

2Un journal de terrain (1933) et un extrait de rapport de cette mission en péninsule malaise ont été publiés il y a quelque deux décennies1. C’est en 2018 que les manuscrits d’une série d’interventions de Jeanne Cuisinier sur les antennes de Radio Paris dans les années 30, relatives à ce séjour en péninsule malaise, ont été retrouvés dans les archives du Musée National d’Histoire Naturelle de Paris. Deux diplomates français, Frédéric Laplanche2 et Hélène Ly-Batallan3, se sont attelés à la tâche de les traduire en anglais et de les publier in extenso, rappelant au passage que Radio Paris était à l’époque la station la plus populaire et que ces émissions n’ont pas été enregistrées. L’ouvrage est complété en premier lieu par des extraits d’une conférence probablement donnée dans une high school de Londres en 1934 et en second lieu par une conférence donnée le 7 juin 1934 à la Royal Asiatic Society de la même ville.

3Les six interventions radiophoniques se sont déroulées entre juin 1935 et mars 1938, sur les thèmes suivants : les règles malaises de courtoisie, les mariages malais, le théâtre d’ombres, la cuisine malaise, à la rencontre des aborigènes, la danse manora. La conférence faite à la high school relate son expérience d’ethnographe avec ses hauts et ses bas, notamment à l’occasion d’interactions avec ses informateurs et les difficultés pour se déplacer dans la jungle à la rencontre des aborigènes. Devant les membres de la Royal Asiatic Society, Jeanne Cuisinier présente brièvement les principaux résultats de ses travaux en péninsule malaise, expliquant notamment que, de façon plutôt inattendue, ce sont les matériaux relatifs aux pratiques magiques qui représentent les apports les plus significatifs de son terrain.

4Jeanne Cuisinier nous montre comment ce long terrain lui a permis de briser les barrières initiales et de pénétrer dans des milieux sociaux et naturels très variés, où elle semble se mouvoir avec une certaine aisance, que ce soit au palais du sultan de Kelantan, dans les villages malais et siamois, ou encore chez les aborigènes (orang asli) du même État de Kelantan. Elle éprouve clairement beaucoup de plaisir, et probablement une certaine fascination, à côtoyer ces gens de Kelantan, qu’elle observe avec acuité et sensibilité. Cette proximité lui permet de livrer avec des mots simples des observations et des ressentis qui vont au-delà de l’exotisme pour aborder la vie quotidienne et quelques-uns des fondements des cultures du nord-est de la péninsule malaise il y a bientôt un siècle.

5Une publication bienvenue dans une édition soignée, qui devrait relancer l’intérêt pour les travaux de cette pionnière de l’ethnographie française en Asie du Sud-Est maritime, travaux qui mériteraient d’être mieux connus dans cette région.

Haut de page

Notes

1 Cf. Jeanne Cuisinier, Journal de voyage : Malaisie (1933), Indonésie (1952-55). Extraits édités par Daniel Perret. Paris, Association Archipel, Cahier d’Archipel 31, 1999.

2 Ambassadeur de France en Malaisie de 2017 à 2020.

3 Conseillère des affaires étrangères (cadre d’Orient) jusqu’en 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Perret, « Jeanne Cuisinier, What I Saw in Malaysia: Lectures 1934-1938, Petaling Jaya, Matahari Books, 2019, 153 p., ill.. ISBN: 978-967-2328-16-2. »Archipel, 104 | 2023, 229-231.

Référence électronique

Daniel Perret, « Jeanne Cuisinier, What I Saw in Malaysia: Lectures 1934-1938, Petaling Jaya, Matahari Books, 2019, 153 p., ill.. ISBN: 978-967-2328-16-2. »Archipel [En ligne], 104 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/archipel/3124 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archipel.3124

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search