Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Beyond Bali. Subaltern Citizens and Post-Colonial Intimacy

Michel Picard
p. 249-252
Référence(s) :

Ana Dragojlovic, Beyond Bali. Subaltern Citizens and Post-Colonial Intimacy, Amsterdam University Press, Amsterdam, 2016, 204 p. (9 ill.). ISBN : 9789462980648 (hardback) ; ISBN : 9789048530038 (PDF)

Texte intégral

1Ce livre est tiré d’une thèse de doctorat en anthropologie soutenue en 2008 par Ana Dragojlovic à l’Australian National University de Canberra sous la direction de Margaret Jolly. Il s’agit de la première recherche consacrée à la diaspora balinaise aux Pays-Bas. Telle que formulée par l’auteur, cette étude se veut « an ethnography that explores Balinese subaltern citizens’ production of post-colonial intimacy – a complex reification of claims to proximity and mutuality between themselves and the Dutch during colonialism – and its echoing effects in the present » (p. 20). L’argument d’une « intimité postcoloniale » entre Balinais et Néerlandais repose, aux dires mêmes des immigrés balinais, sur l’admiration pour l’exceptionnelle richesse de leur culture témoignée par les colonisateurs néerlandais, qui ont repris à leur compte la vision idéalisée des premiers orientalistes européens faisant de Bali le dépositaire de l’héritage hindou balayé de Java par l’irruption de l’islam, une image abondamment célébrée depuis lors par la promotion touristique internationale. Fiers de cette flatteuse réputation, les Balinais établis aux Pays-Bas se présentent – et cherchent à se faire reconnaître – comme des citoyens modèles, comme des hindous paisibles et bien intégrés, afin de se différencier des autres populations immigrées, tout particulièrement des musulmans, qu’il s’agisse des Marocains ou des Turcs, ou encore des autres groupes ethniques originaires de l’Indonésie. Loin d’afficher des sentiments anticolonialistes, contrairement par exemple à la communauté moluquoise, les Balinais mettent l’accent sur la pression qu’ils subissent dans leur île de la part des musulmans afin de s’assimiler aux Néerlandais, qui sont soumis tout comme eux à la menace islamiste.

2Dans son introduction, Ana Dragojlovic appréhende la confrontation coloniale comme un processus actif d’appropriation, au cours duquel les relations entre Balinais et Néerlandais ont été négociées par les colonisés plutôt que déterminées unilatéralement par leurs colonisateurs. Elle expose la méthodologie de son étude, qu’elle présente comme une ethnographie retraçant les reconfigurations de la « balinité » (kebalian) dans la diaspora balinaise aux Pays-Bas – « a notion that encompasses the personal, social, and cultural complexities involved in being persons and collectives of Balinese ethnicity in post-colonial Dutch society » (p. 23). La notion de « balinité » – fondée sur l’unicité de la « religion » (agama), de la « tradition » (adat) et de la « culture » (budaya) – a été élaborée par une élite sociale et intellectuelle durant la période coloniale, lorsque les Balinais ont eu à se définir vis-à-vis des colonisateurs étrangers tout comme des autres peuples des Indes néerlandaises. Loin d’être limités comme à Bali aux membres de l’intelligentsia, en situation de migration postcoloniale les débats sur leur identité agitent, nous dit l’auteur, l’ensemble des Balinais de la diaspora, quels que soient leur niveau d’éducation et leur position socio-économique.

3Forte de plus d’un millier de familles, la diaspora balinaise aux Pays-Bas résulte de deux vagues migratoires distinctes. Il s’agit tout d’abord d’anciens étudiants dans les pays du bloc communiste, empêchés de rentrer en Indonésie par le changement d’orientation politique du gouvernement Suharto. La rupture sino-soviétique et la Révolution culturelle en Chine ont rendu leur position difficile et nombre d’entre eux ont demandé l’asile politique aux Pays-Bas (ainsi que dans une moindre mesure en France). La seconde vague migratoire est consécutive au développement du tourisme international à Bali, qui a entraîné la formation de couples mixtes. La plupart des immigrés balinais ont le statut de résident permanent, ayant décidé de conserver leur citoyenneté indonésienne afin de préserver leur droit à l’héritage et la possibilité d’acquérir des terres dans leur île. Les Pays-Bas ont longtemps eu la réputation d’une nation tolérante, ouverte aux minorités ethniques. Mais cette attitude a commencé à changer avec l’affaiblissement de l’État-providence au tournant des années 2000, qui ont vu le remplacement de l’orientation multiculturaliste par un impératif d’intégration requérant des migrants une participation active dans les institutions civiques.

4Chacun des cinq chapitres qui composent l’ouvrage illustre la manière dont les immigrés balinais se sont organisés en situation de diaspora, en décrivant comment ils ont réagi à divers évènements singuliers et comment ils ont reconfiguré leur « balinité » en dialogue avec leurs interlocuteurs néerlandais : la formation d’un Banjar Suka Duka en 1995, la célébration des fêtes religieuses de Galungan et de Kuningan, l’exposition Indonesia : The Discovery of the Past en 2005-2006, la production d’un spectacle intitulé Puputan, Val van Bali commémorant en 2008 le centenaire de la conquête coloniale de Bali, et les créations d’un artiste balinais moderne. Il s’avère qu’en dépit des efforts des Balinais pour se présenter comme des immigrés modèles, leur situation de minorité ethnique aux Pays-Bas n’est pas aussi assurée qu’ils le voudraient, comme l’attestent leurs débats au sujet de la « balinité », qui témoignent de la fragilité de leur position de citoyens subalternes et même de l’anxiété caractérisant l’expérience de leurs interactions avec les Néerlandais autochtones.

5Pour intéressante qu’elle soit, l’étude d’Ana Dragojlovic n’est pas entièrement convaincante. Tout d’abord, si la sophistication intellectuelle de l’auteur est indéniable, le lien entre les matériaux ethnographiques et l’abondant appareil conceptuel n’apparaît pas toujours pertinent, donnant souvent l’impression d’être plaqué de façon artificielle. Ensuite, et surtout, outre de très nombreuses coquilles, on relève nombre d’erreurs factuelles qui dénotent tout autant un manque flagrant d’attention qu’une connaissance manifestement insuffisante du terrain balinais, et ce en dépit de multiples références aux publications des spécialistes. Étant moi-même fréquemment cité – sous le nom de « Michael Picard » (quand ce n’est pas « Pickard ») -, j’ai constaté de sérieuses déformations de ma pensée qui me font douter du bien-fondé de certaines allégations de l’auteur. Par ailleurs, tout en renvoyant à mes propres travaux sur la construction de l’identité balinaise, Ana Dragojlovic prend la notion de kebalian comme un donné, sans vraiment expliciter son élaboration ni d’ailleurs sa reconceptualisation en situation postcoloniale. Le lecteur que je suis aurait aimé savoir comment les immigrés balinais conçoivent et pratiquent effectivement leur « balinité », en l’occurrence ce qu’ils considèrent être leur agama, leur adat et leur budaya. Le fait est que l’auteur ne paraît pas consciente des forces qui travaillent l’identité religieuse des Balinais, ou à tout le moins elle n’en fait nullement mention. Comme si l’« hindouisme » était une entité acceptée de toute évidence par l’ensemble des Balinais, qu’ils résident à Bali ou dans la diaspora. Dans le même ordre d’idées, j’aurais aimé en savoir davantage sur les relations entre les Balinais et les autres groupes ethniques indonésiens établis aux Pays-Bas, relations qui ne sont brièvement mentionnées qu’à propos de la commémoration du puputan de 1908. Cette absence de point de vue comparatif risque de faire apparaître la position des immigrés balinais comme plus particulière qu’elle ne l’est peut-être en réalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Picard, « Beyond Bali. Subaltern Citizens and Post-Colonial Intimacy », Archipel, 94 | 2017, 249-252.

Référence électronique

Michel Picard, « Beyond Bali. Subaltern Citizens and Post-Colonial Intimacy », Archipel [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/archipel/476

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals