Navigation – Plan du site
COMPTES RENDUS

Ailleurs des mots

Monique Zaini-Lajoubert
p. 252-254
Référence(s) :

Acep Zamzam Noor, Ailleurs des mots, traduit de l’indonésien et présenté par Étienne Naveau, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, Coll. Cahiers de poésie bilingue, N° 5, 2016, 15,5x10,5, 96 pages. ISBN 978-2-87854-687-3.

Texte intégral

1Ce petit ouvrage est le cinquième de la collection des Cahiers de poésie bilingue des Presses Sorbonne nouvelle. Cette collection, dirigée par Christine Raguet, lancée assez récemment (le premier numéro date de 2014), publie des poèmes, avec textes originaux, et traduits pour la première fois en français, de poètes du monde entier, surtout contemporains, mais aussi anciens. Pour le moment, sont parus dans cette collection, à l’exception du N° 2, consacré à de la poésie indienne des débuts de notre ère, des poèmes contemporains, irlandais (le N° 1), grecs (le N° 3), bulgares (le N° 4) et indonésiens (le N° 5).

2Comme c’est le cas de tous les volumes de cette collection, les poèmes et leur traduction sont précédés d’une assez longue introduction. Pour ce qui est de ce numéro 5, elle comprend dix-sept pages, y compris deux pages de bibliographie et une page sur la prononciation de l’indonésien. Quant au nombre de poèmes traduits, il s’élève à quarante-cinq.

  • 1 Il s’agirait de Ilen Surianegara, Poèmes et nouvelles : choix de littérature indonésienne contempor (...)

3La poésie indonésienne moderne en traduction française a déjà fait l’objet de quelques publications dont la plus ancienne daterait, à notre connaissance, de 19581. Des poèmes traditionnels (pantun, quatrains à rimes alternées, et syair, quatrains à monorimes) ont également été traduits en français. Malgré tout, ces traductions sont encore peu nombreuses. Ce cinquième numéro des Cahiers de poésie bilingue, vient donc avec bonheur enrichir ces publications encore rares.

4Dans l’introduction, le traducteur, Étienne Naveau, nous donne des informations sur l’auteur et son œuvre, analyse les poèmes de cette anthologie, explique comment il l’a constituée. Il nous fait part également de sa stratégie de traduction.

5L’auteur, Acep Zamzam Noor, est né à Tasikmalaya (Java-Ouest), en 19602. Il a été éduqué dans deux écoles musulmanes (pesantren), d’abord, semble-t-il, dans celle fondée par son grand-père en 1930, et qu’a hérité son père, à Cipasung, un village non loin de son lieu de naissance, puis dans une autre dans la banlieue de Jakarta. Il fait ensuite des études de peinture à l’Institut technologique de Bandung, puis dans une université pour étrangers en Italie grâce à une bourse reçue du gouvernement de ce pays. Il rentre en Indonésie en 1993 et s’installe à Cipasung où il se consacre uniquement à la peinture et à la poésie, refusant toute activité alimentaire qui serait, pour lui, une forme de trahison à l’égard de son art. Il a exposé ses tableaux, dont l’un d’eux a été choisi comme couverture du présent ouvrage3, dans divers pays étrangers et a publié une dizaine de recueils de poèmes, écrits, dans leur grande majorité, dans la langue nationale, l’indonésien, mais aussi, plus rarement, en soundanais, la langue régionale de Java-Ouest. Ils ont été traduits dans plusieurs langues. Deux d’entre eux, composés en soundanais, l’ont été en français. Dans la présente anthologie, c’est la première fois que ses poèmes en indonésien sont traduits en français.

6Ce poète mystique, vivant à la campagne, est proche de la population locale, et il s’est engagé au niveau de sa région lors de la chute du président Soeharto. Il a ainsi, entre autres, fondé un parti et composé des poèmes polémistes, qu’il ne considère pas comme de la véritable poésie qui, pour lui, est lyrique. C’est pourquoi, le traducteur n’a pas introduit de poème de ce genre dans son anthologie.

7Bien qu’il n’ait pas opté pour une carrière religieuse, contrairement à son grand-père et à son père, la religion est très présente dans l’œuvre d’Acep Zamzam Noor. La vision de l’islam qui s’y reflète est celle de l’organisation musulmane traditionaliste Nahdlatul Ulama, un islam teinté de soufisme conciliant envers les coutumes locales et les autres religions.

8Dans ses poèmes, il parle de la nature, il oppose la douceur de la campagne à l’agressivité de la ville, lieu de dégradation et de vacarme, ce qui « lui fait aspirer à s’anéantir en Dieu » (p. 13-14). Les éléments de la nature ne sont pas seulement agréables à voir. Certains, comme le papillon, peuvent évoquer « la fragilité et la brièveté de la vie » (p. 14). Le thème de l’amour y est aussi présent. On y retrouve le lien entre érotique et mystique, présent dans la poésie religieuse, énoncé de façon plus ou moins ambiguë dans ces poèmes, certains évoquant l’amour charnel. Dans d’autres, le thème religieux prime, comme la quête ou la soif de Dieu ou bien l’idée, à laquelle beaucoup d’Indonésiens de diverses confessions sont attachés, « d’un dépassement des frontières confessionnelles à partir de l’expérience mystique » (p. 19), faisant « contrepoids aux fondamentalismes et aux intolérances » (ibid.).

9Étienne Naveau a sélectionné les poèmes de son anthologie dans trois recueils de poèmes d’Acep Zamzam Noor, en ordre chronologique Tulisan pada Tembok (Graffitis) (2011), Bagian dari Kegembiraan (Part de bonheur) (2013) et Di Luar Kata (Ailleurs des mots) (2014), ainsi que dans son blog, avec une majorité tirée de Tulisan pada Tembok. On remarquera que le titre de l’anthologie, Ailleurs des mots, est la traduction de celui du recueil intitulé Di Luar Kata. le traducteur a regroupé ces poèmes dans quatre parties : « La voie lyrique », « L’horizon du monde », « Les chemins de l’amour » et « Vers la clarté divine », reflétant le parcours en trois phases de la poésie d’Acep Zamzam Noor, que nous avons évoqué ci-dessus, à savoir, le lyrisme, la réalité de la vie et le mysticisme.

10Comme le dit le traducteur vers la fin de son introduction, il s’est efforcé de « présenter une traduction la plus épurée possible, fidèle à la sobriété et au dépouillement des textes originaux » (p. 20). Et tel est bien le cas, en effet. Il est resté proche de l’original, a respecté, dans la mesure du possible, le style du poète. Sa traduction est méticuleuse, soignée, justifiant en note certains de ses choix.

11Si l’ouvrage est petit, il contient une grande richesse d’informations. Son introduction très éclairante sur l’auteur et son œuvre et sur les poèmes de l’anthologie, permet d’avoir une meilleure compréhension de ces derniers et de ce fait, de mieux les apprécier et de les lire avec plus de plaisir.

Haut de page

Notes

1 Il s’agirait de Ilen Surianegara, Poèmes et nouvelles : choix de littérature indonésienne contemporaine, Paris, KBRI (Ambassade d’Indonésie), 1958.

2 Cf. http://seni-acepzamzamnoor.blogspot.fr/2009/07/profil.html. Nous n’avons pas trouvé sa date de naissance dans le présent ouvrage.

3 Il s’agit du tableau intitulé « Two Angels (2008) ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique Zaini-Lajoubert, « Ailleurs des mots », Archipel, 94 | 2017, 252-254.

Référence électronique

Monique Zaini-Lajoubert, « Ailleurs des mots », Archipel [En ligne], 94 | 2017, mis en ligne le 06 décembre 2017, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/archipel/478

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals