Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Flussaufwärts, Die Borneo Sammlung Hilde May

Antonio Guerreiro
p. 217-221
Référence(s) :

Stefan Dietrich & Margareta Pavaloi (eds), Flussaufwärts, Die Borneo Sammlung Hilde May, Heidelberg : Völkerkundemuseum der J. & E. von Portheim-Stiftung (vPST), 2013, 200 pages, 283 ill., bibliographie.

Texte intégral

  • 1 Il faut citer les expositions récentes sur l’art des sociétés dayak, notamment la statuaire et la s (...)

1Preuve d’un regain d’intérêt pour les arts et les cultures de Bornéo depuis quelques années 1, ce catalogue d’exposition présente une collection formant un ensemble représentatif de la culture matérielle dayak, ainsi que des objets de prestige acquis par ces derniers depuis plusieurs siècles (jarres et bols de céramique chinoise et d’Asie du Sud-Est (Siam), objets en bronze et laiton fabriqués par les Malais de Bornéo). Il s’agit de la collection de Madame Hilde May (1940-2005). Le catalogue, publié sous la direction de Stefan Dietrich et Margareta Pavaloi, accompagnait l’exposition éponyme qui s’est tenue du 3 mars 2013 au 6 juin 2014 au musée ethnologique de la Fondation J. & E. von Portheim à Heidelberg. Le titre, « En amont de la rivière », fait référence à la vaste région du bassin du Mahakam, connue localement dans la province de Kalimantan Est sous le nom de Hulu Mahakam, « l’amont du Mahakam ». Elle englobe les kabupaten contemporains de Kutai Kertanegara, Kutai Barat, et Kutai Timur, dont les limites ont été définies à partir de l’ancien kabupaten Kutai au moment de la mise en place de l’autonomie régionale (otda) en 2000. Vient s’y ajouter en 2013 un nouveau kabupaten nommé Mahakam Hulu, découpé dans le territoire de Kutai Barat. Les pièces exposées viennent en grande majorité de cette aire complexe d’un point de vue ethnolinguistique. Mais elle peut se réduire à deux grands ensembles culturels : d’une part les populations benua’-bentian et tunjung, apparentées aux Luangan et Dusun plus au sud et au sud-ouest (dans l’aire de Pasir et sur les franges des provinces de Kalimantan Sud et de Kalimantan Tengah), d’autre part les Aoheng du Haut Mahakam et les Bahau Busang, Bahau Saa’ et Modang, ces derniers venus des hauts plateaux du centre de l’île, établis plus au nord. Il faut y ajouter les quelques groupes punan qui vivent dans la même région.

  • 2 Le projet avait été mis en place dans le cadre de coopération germano-indonésienne (GTZ) avec le mi (...)

2Il n’est pas inutile de rappeler l’origine de cette importante collection. En mai 1977, Hilde May, accompagnant son mari, Bernhard May, économiste, nommé directeur du projet Transmigration Area Development (T.A.D.) 2, arrive à Samarinda, la capitale provinciale de Kalimantan Est (Kaltim) où elle résidera plusieurs années jusqu’en 1985 – ensuite elle vivra à Jakarta. Hilde May commence rapidement à acquérir des pièces dayak, d’abord dans un petit magasin de la ville nommé « Toko Bali », qui vendait aussi des objets d’autres régions de l’archipel. Sans formation particulière dans ce domaine, elle se passionne pour l’artisanat et l’art des Dayak. Puis à partir de 1978 elle fera des expéditions dans l’intérieur du bassin du Mahakam, visitant les villages benua’-tunjung, kenyah, bahau, modang, et à chaque fois elle ramènera des pièces intéressantes. Même installée à Jakarta, elle continuera à faire des voyages à Kaltim, en pays dayak. Madame May précise qu’elle a surtout été en contact avec les habitants âgés de 30 à 50 ans qui parlaient l’indonésien à l’époque, ce qui n’était pas le cas de nombre de personnes plus âgées. C’est en 1979, qu’elle prendra, grâce à un ami commun, un premier contact avec le directeur du musée ethnologique de la Fondation von Portheim-Stiftung. Il insiste pour qu’elle recueille suffisamment de données sur le contexte culturel des objets, la « nature des choses ». Après des échanges avec le géographe spécialiste de Bornéo, Karl Helbig – décédé en 1991–, l’idée de déposer la collection dans un musée afin qu’elle soit accessible au plus grand nombre fait son chemin. Depuis 1983, grâce à la vaste bibliothèque de ce dernier, elle s’était plongée dans la littérature ethnographique sur Bornéo. Finalement, la collection sera déposée en juin 1992 au musée de la Fondation. Par la suite, pendant plus de vingt ans, elle complétera autant que possible la documentation des pièces, dans l’espoir que la collection soit exposée et qu’un catalogue raisonné soit publié à cette occasion. Le décès prématuré de Hilde May ne lui a pas permis de voir l’exposition, comme le rappelle Bernhard May dans un post-scriptum à la préface, qui est en fait un fragment d’un texte inachevé de son épouse sur l’histoire de la collection (p. 9-11). Finalement la collection Hilde May sera donnée au musée par B. May, et son soutien actif a rendu possible l’exposition et la publication.

3Ce livre catalogue comprend un ensemble de six contributions, en sus de l’avant-propos des éditeurs (p. 5-6) et de la préface de Hilde May mentionnée plus haut. Le premier chapitre, rédigé par Stefan Dietrich à partir d’une étude approfondie de la littérature ethnographique, aborde de manière générale la région du Mahakam et les caractéristiques sociales et culturelles des ethnies dayak qui y sont établies (p. 14-92). Il examine l’organisation socio-politique, l’habitat en longue maison, l’essartage du riz (padi), ainsi que la représentation du monde, notamment à travers une analyse des mythes kayan et benua’-bentian (p. 67-77), ainsi que le rôle de l’adat, les différentes cérémonies et les objets ou constructions qui s’y rapportent (fête de la moisson du riz, danses masquées hudo’, rites funéraires). Je note au passage une erreur à propos de l’ethnonyme « bahau », l’auteur confondant la distinction linguistique Bahau jaan et Bahau batè — jaan et batè signifiant « non » dans leurs dialectes —, avec la différenciation ethnique territoriale Bahau Busang et Bahau Saa’, définissant les groupements respectivement de l’amont et de l’aval du Mahakam (p. 19). Les chapitres suivants sont centrés sur des catégories d’objets particuliers. Margareta Pavaloi a signé deux chapitres, le premier présente la ciselure et la sculpture sur bois à côté de la vannerie en rapport avec les représentations socio-religieuses (p. 93-118). Le second étudie le textile, à partir des vêtements (jupes, vestes, coiffes et chapeaux), et les parures, dont les perles de verre, et celles réalisées en autres matériaux (métal, bois, pierre), les pendants et bouchons d’oreilles, les porte-bébés bahau et kenyah, ainsi que le tatouage avec ses instruments. Robert Bitsch traite de la métallurgie dayak. À partir des sources anciennes, il aborde la fonte et la forge des lames des fameux sabres mandau et d’autres armes et outils, sans oublier les superbes poignées ciselées des sabres ; il continue en décrivant l’équipement du guerrier (boucliers, coiffes, lances, sarbacanes…). Les deux derniers chapitres prennent pour objet, respectivement la céramique (Brigitte Borel, p. 173-186) et, autour du thème de la chique de bétel, les objets d’importation en bronze et en laiton, certains venus probablement de Brunei (bouilloires, plateaux, jarres…) et d’autres de Negara (nécessaires à bétel, boîtes, crachoirs…), un centre de la métallurgie du laiton dans le pays banjar à Kalimantan Sud (Pavaloi et Dietrich, p. 187-195). Les bols en céramique chinoise sont originaires du sud de la Chine (Fujian ou Guangdong). Ils datent de la fin de la dynastie Qing, xixe-xxe siècles, certaines jarres du Siam et de Chine étant plus anciennes, circa xvie-xviie siècles. Dans chacun des chapitres les auteurs contextualisent les objets selon leurs matériaux et leurs usages à partir des données de la littérature, les références bibliographiques étant placées en notes de fin de chapitre. Un exercice qui pourrait être rébarbatif mais il se lit facilement. L’accent n’est pas mis sur l’aspect technologique ou les matériaux, mais plutôt sur les descriptions intégrant les aspects esthétiques, historiques et culturels et les usages en rapport aux pièces de la collection. À ce propos, la qualité et le nombre des illustrations, aussi bien en noir et blanc qu’en couleur, est un point fort du livre. Il faut saluer le choix des éditeurs qui ont décidé d’alterner les photographies contemporaines de Bernhard et Hilde May (26) et les images d’archives (46) de la fin du xix/ début xxsiècle, toutes très bien imprimées (d’après Hose, Ch. and MacDougall, M., The Pagan Tribes of Borneo, 1912 et Nieuwenhuis, A.W. Quer Durch Borneo, 1904-1907). Les photographies des hommes et de leurs productions matérielles in situ s’insèrent harmonieusement entre les illustrations en couleur des objets de la collection prises au musée (211).

  • 3 Guerreiro, A. et Sellato, B., De la forêt tropicale aux mythes. Arts et cultures dayak de Bornéo, m (...)
  • 4 Parmi ces pièces, qui visiblement sont récentes, je remarque inter alia des masques de style hudo’ (...)

4Le livre complète heureusement les publications existantes sur l’art et l’artisanat des sociétés dayak, plus particulièrement pour la région du Mahakam 3. À côté des objets anciens, « importés » dans les villages dayak (céramiques, perles de verre, objets en bronze et laiton), la collection Hilde May comporte surtout des objets relativement récents, datant des années 1930 à 1980, et quelques pièces plus anciennes, datant des années 1890-1920. Dans son ensemble, la collection témoigne de la maîtrise des artisans dayak qui excellent dans tous les domaines de l’art décoratif, notamment le travail du bois et de l’os. Je relève que la majorité des pièces illustrées dans l’ouvrage provient de l’aval des grands rapides du Mahakam (hilir kiham). Hilde May avait su équilibrer ses collectes entre les objets cérémoniels et de prestige et ceux de la vie quotidienne. Mais il faut souligner à regret que de rares  « curios », fabriqués localement pour la vente dans un cadre touristique ou non 4, se sont glissés aux côtés des objets utilisés par les populations. Il aurait été judicieux de ne pas les intégrer à côté des autres pièces. Ce point laisse également ouvert la question de la sélection des objets par les organisateurs de l’exposition, le nombre de pièces ou lots de la collection Hilde May déposés au musée n’étant pas précisé dans le catalogue : cette dernière a-t-elle laissé des notes à propos de ses collectes (provenances, conditions d’acquisition, techniques…) ?

5On note également quelques approximations quant à l’attribution ethnique et / ou la fonction de certaines pièces : par exemple le n° 108 est un décor de proue de pirogue bahau, pas d’une extrémité d’ossuaire benua’ (p. 86) ; les chapeaux d’hommes, illustration n° 179, sont respectivement aoheng / kayaan (gauche) et bahau busang (droite) sans rapport avec les Kenyah de l’Apo Kayan (p. 137) ; les n° 222 et n° 236, des boucles d’oreilles en ivoire de calao casqué (Rhinoplax vigil) sont bien de style kenyah et non pas bahau (p. 158, 160). La disparition prématurée de la collectrice avant la finalisation du projet d’exposition n’y est sans doute pas étrangère.

6Un mot sur l’édition du volume qui mérite d’être mentionnée : le beau papier, la mise en page aérée et le large format en rendent la lecture agréable. Une carte schématique (p. 12) situe les principaux groupes ethniques de la région du Mahakam. La bibliographie exhaustive sera particulièrement utile au chercheur comme au muséographe travaillant sur l’art et la culture matérielle de Bornéo.

Haut de page

Notes

1 Il faut citer les expositions récentes sur l’art des sociétés dayak, notamment la statuaire et la sculpture « Patong », organisée en 2007 au Museo delle Culture de Lugano (Suisse), à partir de l’importante collection d’art tribal Brignoni, léguée au musée (Patong. La grande sculpture dei popoli del Borneo, Milan, Mazzota, 2008). Puis, dans le même établissement en 2012 une exposition centrée sur les chapeaux de soleil de la province de Kalimantan Centre (Sapuyung. Cappelli cerimoniali del Borneo, Milan, Mazotta, 2012). En France, il faut citer l’exposition « Dayak et Punan : Peuples de la forêt tropicale » au Musée d’Art et d’Archéologie de Laon dans l’Aisne en 2006 – sans catalogue ; plus récemment celle de l’espace Saint-Jacques à Saint-Quentin en mars-avril 2013 (« De la forêt tropicale aux mythes. Arts et cultures dayak de Bornéo »). Enfin, au Musée d’Anthropologie et d’Archéologie de l’Université de Cambridge de mai à août 2013, l’exposition « The Cultured Rainforest », centrée sur la vallée de la rivière Kelapang (hauts-plateaux kelabit, Sarawak), met en valeur les objets ethnographiques, en regard du paysage forestier et des monuments mégalithiques, dans le contexte de fouilles archéologiques menées dans la région de 2007 à 2011.

2 Le projet avait été mis en place dans le cadre de coopération germano-indonésienne (GTZ) avec le ministère de la transmigration de l’époque. Il s’agissait de définir des axes et des projets pilotes pour la construction des infrastructures et développer le potentiel économique de la province (routes, plantations, pêcheries, système de santé…). Il continuera ses activités jusqu’au début des années 1990, l’atelier de cartographie du T.A.D. étant ensuite rattaché au BAPPEDA (Daerah Tingkat I) à Samarinda.

3 Guerreiro, A. et Sellato, B., De la forêt tropicale aux mythes. Arts et cultures dayak de Bornéo, municipalité de Saint-Quentin, 2013 ; Juynboll, H.H., Catalogus van’s Rijks ethnographisch Museum. Borneo, deel I (Borneo erste gedeelte), Borneo, deel II (Borneo tweede gedeelte), Leiden, E.J. Brill, 1910 ; Nieuwenhuis, A.W., Quer Durch Borneo, Leiden, E. J. Brill, vol. I, (1904), vol II (1907). Sellato, B., Hornbill and Dragon / Naga dan Burung Enggang, Jakarta / Kuala Lumpur, Elf Aquitaine, 1989.

4 Parmi ces pièces, qui visiblement sont récentes, je remarque inter alia des masques de style hudo’ « hybride », les nos 61 et 66 ; une « sculpture » janus, n° 82 ; un collier « à amulettes », n° 102 ; le n° 116, un carquois en bambou pour fléchettes de sarbacane ; le n° 125, un plat en bois. Par ailleurs les cinq figurines en position accroupie, sculptées en pierre (nos 12-16, p. 23), sont problématiques quant à leur fonction et à leur attribution ethnique. Ces pièces ne sont pas présentées en tant qu’objets témoins du changement culturel ou du tourisme mais en tant qu’objets ethnographiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonio Guerreiro, « Flussaufwärts, Die Borneo Sammlung Hilde May », Archipel, 88 | 2014, 217-221.

Référence électronique

Antonio Guerreiro, « Flussaufwärts, Die Borneo Sammlung Hilde May », Archipel [En ligne], 88 | 2014, mis en ligne le 10 septembre 2017, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/archipel/537

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals