Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Pilipinas Muna ! Filippiny prejdie sjevo ! K 80-ljetiou G.Y. Ratchkova (Pilipinas Muna ! Les Philippines d’abord ! En honneur du 80anniversaire de Gennadiy Yevgenyevich Rachkov)

Marlies Salazar
p. 221-224
Référence(s) :

Maria Stanyukovich (ed.), Pilipinas Muna ! Filippiny prejdie sjevo ! K 80-ljetiou G.Y. Ratchkova (Pilipinas Muna ! Les Philippines d’abord ! En honneur du 80anniversaire de Gennadiy Yevgenyevich Rachkov), série Maclay, vol. 4, Musée d’Anthropologie et d’Ethnologie, Académie Russe des Sciences, Saint Petersburg, 2011, 648 p., Ill., ISBN 978-5-88431-174-9

Texte intégral

1Ce volume est le fruit d’une conférence internationale pour célébrer le 80e anniversaire du linguiste Gennadiy Y. Rachkov. D’abord spécialiste de coréen, Rachkov s’est par la suite lancé dans l’étude du tagalog, puis fonda le Département de tagalog de l’École des Études Asiatiques et Africaines de l’Université de Saint Petersburg et le dirigea de 1967 à 2011. L’ouvrage rassemble des articles émanant d’experts en folklore, littérature, histoire, linguistique, anthropologie venus tant de Russie, que des Philippines et des États-Unis, ainsi que diverses bibliographies et catalogues de collections ethnographiques de Saint Petersbourg ayant rapport aux Philippines. Ce recueil, qui nous semble très intéressant, ne contient que quatre articles en anglais écrits respectivement par des Philippins et une Anglaise, aussi vais-je essayer de donner ici une idée du contenu en suivant le plan en quatre parties du recueil, afin de montrer la diversité et la richesse des études russes sur les Philippines.

I. Les Philippines et la Russie

2Maria V. Stanyukovich dans son article « Les recherches sur les Philippines en Russie vues de Saint Petersburg » souligne l’importance de cette ville pour les études philippines. C’est de là que, à partir du xviiie siècle, sont partis tous les explorateurs russes, et les manuscrits et objets ethnographiques qu’ils ont rapportés s’y trouvent conservés, tant dans les archives qu’au Musée Ethnologique Pierre le Grand (Kunstkamera), le premier musée de Russie. Quant à la série de publications Maclay, elle tire son nom de l’anthropologue russe Nikolay N. Miklouho-Maclay qui, au xixsiècle, voyagea en Nouvelle-Guinée et dans le Pacifique et se rendit trois fois aux Philippines, d’où il rapporta une riche collection d’objets toujours conservés dans ledit musée.

3Ricardo Jose traite dans son article « La guerre russo-japonaise et les Philippines » de l’inspiration que la victoire nippone donna aux jeunes nationalistes philippins, dont le pays à peine débarrassé des Espagnols, venait d’être colonisé par les Américains.

4Vladimir V. Noskov passe en revue les visites de la flotte russe à Manille du temps où l’empire russe essayait de s’ériger en force navale du Pacifique.

5Mikhail Yu. Medvedev analyse les réformes récentes du Raja Muda Muedzul I Lail Tan Kiram du sultanat de Sulu, sud des Philippines, dans « Les symboles du sultanat royal de Sulu : héritage, contexte et réformes ».

II. Folklore et littérature

6Wystan De La Peña rend hommage à l’âge d’or de la littérature philippine en espagnol qui est à situer dans les années 1898-1941 de la période américaine.

7Amparo Adelina C. Umali III décrit comment elle enseigne les chants Hudhud des Ifugao, la San Dionisio Komedya et la danse de l’aigle des Bontoc aux étudiants de l’Université des Philippines à Diliman, afin de sauver ces traditions.

8Yuri E. Berezkin dans « Les Philippines et l’Indonésie » étudie quatre motifs typiques de la mythologie et du folklore et les met en rapport avec des données de la préhistoire sud‑est‑asiatique, ce afin de mieux les situer dans le temps et dans l’espace.

9Sergey I. Yatsenko analyse l’épopée dite Biag ni Lam-ang « La vie de Lam-ang » des Ilocans et compare les traductions qui en ont été faites. Si on se réfère à la tradition russe des études folkloriques qui distingue deux genres d’épopées : geroicheskiy epos et bogatyrskaya skazka, le premier étant l’épopée d’un peuple et le deuxième l’histoire d’un héros individuel, on peut considérer « La vie de Lam-ang » comme appartenant plutôt au deuxième genre.

10Artyom V. Kozmin compare la métrique des épopées ilokan et mongoles. Il arrive à la conclusion que les premières ont des contraintes formelles plus strictes concernant le nombre de syllables que peut contenir chaque ligne.

11Sergey I. Yatsenko analyse la structure syllabique des vers et des rimes dans l’épopée ilokan Biag ni Lam-Ang ainsi que dans quarante chansons populaires et dix poèmes ilokan.
Il est frappé par la structure mono-rythmique de la poésie ilokan.

12Olga V. Koltyga présente l’ensemble des recherches philippines et russes sur le fameux poète philippin Francisco Balagtas et recommande de se concentrer, à l’avenir, davantage sur les analyses littéraires que sur les études socio-historiques.

III. Linguistique

13Alexander K. Ogloblin observe le développement des formes du passif en tagalog, javanais, vieux malais et autres langues indonésiennes et conclut que le système du passif en tagalog est le plus archaïque et a conservé le plus grand nombre de formes, tandis que les autres langues ont réduit peu à peu les formes du passif ou même les ont complètement abandonnées.

14Natalya F. Alieva compare la construction des voix active et passive dans les langues indonésiennes et le tagalog. Elle opte pour la thèse selon laquelle les relations entre actif et passif sont symétriques dans les langues indonésiennes, mais souligne qu’en tagalog les fomes passives sont mieux développées.

15Yury I. Studenichnik examine la construction des verbes avec le préfixe mag- et l’infixe -um- en taglish, mélange de tagalog et d’anglais utilisé aux Philippines et surtout à Manille. En tagalog, il y a une différence sémantique entre les verbes construits avec mag- ou -um- qui a disparu en taglish. L’auteur essaie d’expliquer ce changement.

16Sergey B. Klimenko traite du problème de savoir si le tagalog est une langue du type accusatif ou du type ergatif pour arriver à la conclusion préliminaire que le tagalog est un idiome ayant un système de voix symétriques.

IV. Anthropologie, Ethnologie, Ethnolinguistique

17Lawrence A. Reid aborde trois problèmes : d’abord, il essaie de définir les différentes significations du terme « indigène », surtout celle entre « indigène » et « minorité culturelle » ; ensuite, il présente l’origine des langues du nord de Luzon sous la forme d’un arbre généalogique ; pour finir, il jette un coup d’œil sur la transformation des Bontok en ce qui concerne leur langue et leurs perspectives d’avenir. Il étudie ce groupe depuis cinquante ans et se lamente sur le fait que les jeunes, voulant aller à l’université et rêvant d’une vie en ville, ne s’intéressent plus à la langue et aux coutumes de leurs ancêtres. L’article de Lawrence Reid est le seul émanant d’un étranger à avoir été traduit en russe.

18Ma. Crisanta N. Flores évoque une ancienne pratique encore vivante : le transport de produits faits en bambou et rotin sur des charettes tirées par des buffles depuis l’intérieur de la province de Pangasinan jusqu’à Manille. Cet archaïsme nous rappelle l’existence à l’époque préhistorique de l’État de Caboloan, à l’intérieur de ce qui est maintenant la province Pangasinan.

19Elena G. Frolova décrit la situation linguistique contemporaine à Manille. Elle pense que le Filipino est la langue nationale des Philippines comme il est prescrit par les constitutions de 1897, 1935, 1946, 1974, 1987, et déplore que l’anglais soit toujours utilisé dans l’administration et dans la vie publique. Malheureusement Frolova se trompe parce que l’anglais est toujours une langue officielle des Philippines et, jusqu’en 1974, l’espagnol l’était aussi !

20Yuri Yu. Krylov compare les vocabulaires austroasiatique et austronésien pour les métaux et conclut qu’il y a eu probablement des contacts linguistiques au cours de l’époque préhistorique.

21Arina A. Lebedeva décrit les bateaux traditionnels des Philippines, de la pirogue jusqu’à l’embarcation à balancier, lesquels sont représentés par les dessins faits par le capitaine de corvette François Edmond Paris pendant le voyage autour du monde de l’Astrolabe, et publiés à Paris en 1841.

22Vadim R. Atnashev examine les droits constitutionnels aux Philippines et déplore les lacunes dans l’application des droits de l’homme, surtout ceux des groupes indigènes.

23Igor Yu. Kotin retrace l’histoire des Indiens aux Philippines, traditionnellement appelés « Bumbai », du fait qu’ils partaient du port de Bombay. Leur arrivée est ancienne, mais leur présence n’est attestée dans les sources écrites qu’en 1762. Ils sont à présent quelque trente mille et la plupart sont d’origine sikh ou sindh.

24Caroline Stone essaie de suivre les échanges culturels entre l’Amérique Latine et les Philippines dans le domaine des textiles. Elle cite trois exemples : l’ananas originaire du Brésil et du Paraguay qui a été transporté aux Philippines au xvie siècle où l’on a développé une technique de tissage de la fibre et produit l’étoffe dite « piña », tandis que la technique de l’ikat, venant de l’Asie, se retrouve au Guatemala, et que les châles couverts de broderies dits « mantones de Manila » sont encore utilisés en Andalousie.

V. Les Philippines dans l’art russe, dans les musées et les bibliothèques

25Cette dernière partie offre un inventaire des diverses collections conservées à St. Petersbourg : 

26– Publications sur les Philippines dans la bibliothèque de l’Institut des Manuscrits Orientaux. (Igor N. Wojewódzki), 

27 Collection de photographies de R.F. Barton conservée au Musée Ethnologique. Barton était un ethnographe américain qui a vécu à Saint Petersbourg de 1930 à 1940. Une partie de ses photographies se trouvent au musée. (Alexandra K. Kasatkina),

28– Collections anciennes au Musée d’Ethnologie Pierre le Grand (Kunstkamera) de l’Académie des Sciences. (Vladimir N. Kislyako), 

29– Peintures faites par Mikhail Tikhanov, le premier peintre russe à avoir visité les Philippines, durant un voyage sur le bateau Kamchatka de 1817 à 1819. (Ekaterina V. Shilova) 

30– La série philippine des peintures de Vassiliy V. Vereschagin qui, en 1901, a représenté des soldats américains tués ou blessés pendant la guerre américano-philippine. (Julia S. Rutenko), 

31– Bibliographie de publications sur les Philippines au département d’Australie, d’Océanie et d’Indonésie du Musée Ethnologique. (Alexandra K. Kasatkina, ed.),

32– Bibliographie des études philippines à St. Petersbourg (xxe et début xxie siècle). (Maria V. Stanyukovich et Tatyana I. Shaskolskaya, ed.). 

33En bref, il semble qu’il y ait encore bien des trésors à découvrir à Saint Petersbourg !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marlies Salazar, « Pilipinas Muna ! Filippiny prejdie sjevo ! K 80-ljetiou G.Y. Ratchkova (Pilipinas Muna ! Les Philippines d’abord ! En honneur du 80anniversaire de Gennadiy Yevgenyevich Rachkov) », Archipel, 88 | 2014, 221-224.

Référence électronique

Marlies Salazar, « Pilipinas Muna ! Filippiny prejdie sjevo ! K 80-ljetiou G.Y. Ratchkova (Pilipinas Muna ! Les Philippines d’abord ! En honneur du 80anniversaire de Gennadiy Yevgenyevich Rachkov) », Archipel [En ligne], 88 | 2014, mis en ligne le 10 septembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/archipel/540

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals