Navigation – Plan du site
Échos de la recherche

7th Borobudur Writers and Cultural Festival 2018, Yogyakarta‒Borobudur, 22-24 November 2018

Henri Chambert-Loir
p. 8-12

Texte intégral

1Les festivals artistiques et littéraires se sont multipliés en Indonésie ces dernières années. Les trois les plus connus sont le Ubud Writers and Readers Festival (depuis 2004), le Makassar International Writers Festival (depuis 2011) et le Borobudur Writers and Cultural Festival (BWCF, depuis 2012).

2Le BWCF a été créé par Romo Mudji Sutrisno (prêtre jésuite, professeur de philosophie et essayiste), Seno Joko Suyono (journaliste, enseignant et romancier) et Imam Muhtarom (enseignant et écrivain), dans le but de permettre la rencontre d’écrivains, d’intellectuels et d’acteurs de la scène culturelle et religieuse, et de célébrer l’originalité et la richesse de l’Indonésie dans les domaines de la littérature, des arts et des religions. L’Indonésie ou plus généralement l’espace nousantarien, est le sujet exclusif. L’idée fondatrice n’est pas de distraire ou d’offrir des prestations intellectuelles et artistiques admirables, mais de donner à réfléchir. Un thème inspire les activités de chaque festival : de 2012 à 2017, ces thèmes ont été successivement : Romans de cape et d’épée (silat) et histoire ; Les épices et la mer ; Ratu Adil : pouvoir et révolte ; Montagnes et mythologie ; Serat Centhini ; Gandavyuha et la quête religieuse.

3Le thème du septième festival était : Diary & Traveling, Setelah 1300 Tahun Buku Harian I-Tsing, Merayakan Kisah-Kisah Lawatan Tentang Nusantara (« Journaux et voyages, 1300 ans après le rapport de I Tsing, célébrer les récits de voyage sur l’Insulinde »).

4Le festival s’est tenu en deux actes distincts. Le premier était une soirée d’inauguration organisée dans les règles usuelles des grands congrès, dans un grand hôtel de Yogyakarta ; le deuxième, moins conventionnel, s’étalait sur deux jours, de 5 heures du matin à 11 heures du soir, dans le parc touristique du Borobudur.

5La séance d’inauguration, le 22 novembre, à l’Hotel Grand Ina Malioboro, fut ouverte par un discours de Mudji Sutrisno SJ et une adresse de Toeti Herati. Le Père Mudji Sutrisno (« Romo Mudji »), qui a fait le pèlerinage de Santiniketan (l’école fondée par Tagore, au Bengale, en 1901), conçoit le thème du colloque comme une lecture introspective des témoignages étrangers, dans lesquels on peut voir la grandeur passée de l’Archipel.

6Puis eut lieu le lancement de neuf livres en rapport avec le thème du festival (voyages, témoignages, migrations et contacts). Neuf présentateurs : Salim Lee (le texte de I Tsing : Yi Jing, Kiriman Catatan Praktik Buddhadharma dari Lautan Selatan, traduit de la version anglaise de J. Takakusu, Jakarta : Direktorat Sejarah dan Nilai Budaya Ditjen Kebudayaan, Kementerian Pendidikan dan Kebudayaan, 2014, xiii-420 p., ouvrage non commercialisé, mais lisible en ligne sur <https://fr.slideshare.net/​AgustinAyunk/​kiriman-catatan-praktik-buddhadharma-dari-lautan-selatan>) ; Tan Ta Sen (Cheng Ho Penyebar Islam dari China ke Nusantara, Kompas, 2010) ; Joko Suryo (livre de Iwan Nurdaya-Jafar, sur le voyage de Tagore à Java et Bali en 1927) ; Mona Lohanda (livre de A. Heuken, Paintings and Description of Batavia in Heydt’s book of 1744, Jakarta, 2013) ; S. Margana (Tomé Pires, traduction indonésienne de la Suma Oriental, 2014) ; Halim HD (Gunung Kidulan oleh wonggunung, énorme ouvrage en indonésien et javanais, non commercialisé, sur la culture de cette région de Java Centre) ; Andi Muhammad Akhmar (Islamisasi Bugis, thèse publiée en 2018 sur l’épopée La Galigo) ; Azhari Aiyub (son roman Kura-Kura Berjanggut, 2018) ; I Gusti Dibal Ranuh (livre sur le voyage du sage Dang Hyang Nirata, au XVIe s., à Bali).

7Un buffet était servi dans la même salle, tandis qu’un orchestre des Îles de la Sonde jouait devant l’estrade. La soirée s’est terminée sur une conférence extrêmement technique de Hudaja Kandahjaya sur « Le Borobudur, représentation d’un cheminement spirituel en trois dimensions ». Durant toute la soirée, des stands, dans les couloirs, proposaient des publications de 28 éditeurs.

8Tous les participants ont quitté Yogyakarta le soir même, afin de s’installer dans plusieurs petits hôtels situés dans les environs du Borobudur. C’est à l’intérieur du parc du Borobudur que se tinrent les manifestations des deux jours suivants (23 et 24 novembre), très nombreuses et réparties sur plusieurs lieux, de sorte qu’il était impossible d’assister à toutes. Le lieu principal était un espace comprenant plusieurs bâtiments ; une cour centrale, où avaient lieu les repas, était en permanence un espace de rencontres et de discussions informelles.

9L’activité centrale était un symposium consacré, conformément au thème de l’année, aux récits laissés par les voyageurs étrangers en Indonésie et divisé en quatre sessions de quatre communications chacune :

1. Voyageurs chinois en Insulinde

10Voyages chinois à l’époque de Majapahit, Nurni W. Wuryandari

11Rapports des voyageurs chinois à Malacca et en Insulinde, Tan Ta Sen

12Les notes de voyage de I-Tsing en Insulinde, Shinta Lee

13Voyages bouddhistes à Sumatra et à Java, Bambang Budi Utomo

2. Voyageurs musulmans en Insulinde

14Les réseaux musulmans en Insulinde, Azyumardi Azra

15Le récit de voyage de Ibn Battutah, Taufik Abdullah

16Les récits des pèlerins indonésiens à La Mecque, Henri Chambert-Loir

17Les chroniques du Sam Pho Kong en rapport avec les Wali Sanga, Widyo Nugrohanto

3. Voyageurs indiens en Insulinde

18Le voyage d’Atisha en Insulinde, Suhu Bhadra Ruci

19Les récits par Rabindranath Tagore de son voyage à Java et Bali, Sugi Lanus

20Le livre de V.S. Naipaul sur l’Indonésie, Among the Believers, Ulil Absar Abdullah

21L’influence de la théosophie sur les oeuvres de Cipto Mangunkusumo et Ki Hajar Dewantoro, Iskandar P. Nugraha

4. Voyageurs européens en Insulinde

22Les récits de voyages et les rapports européens, dont celui de Tomé Pires, comme documents historiques, Djoko Marihandono

23L’Herbariusm Amboinense (1741) de G.E. Rumphius, C.J. Bohm

24The Malay Archipelago d’Alfred Russel Wallace (1869), Sangkot Marzuki

25Parallèlement, avaient lieu un grand nombre d’activités :

26Séances de méditation deux fois par jour : l’une à 5 heures du matin, devant le Borobudur, animée par Romo Sudrijanta SJ et Yudhi Widdyantoro (professeur de yoga), la deuxième en fin d’après-midi, sur le lieu du colloque, animée par Laura Romano (adepte de l’école de kejawen Sumarah).

27Causeries de quatre lauréats des résidences d’écrivains à l’étranger attribuées annuellement, depuis 2016, par le Komite Buku Nasional du ministère de la Culture : Martin Aleida, Agustinus Wibowo, Cok Sawitri, Faisal Oddang.

28Conférence de Peter Carey sur le destin archéologique du site de la capitale de Majapahit, à Trowulan, soit la politique de négligence plus ou moins délibérée des régimes anglais (Raffles), néerlandais et indonésien, jusqu’à aujourd’hui.

29Un atelier consacré aux contes pour enfants, destiné aux enfants des villages environnants, avec des contes choisis en fonction des récits sculptés sur les bas-reliefs du Borobudur.

30Projection, au Pesantren Pabelan, de trois films de fiction sur le thème Islam et tolérance : 3 Doa 3 Cinta, Bid’ah Cinta et Khalifah, suivie de discussions avec les santris.

31Stands de livres de 40 éditeurs de Jakarta, Bandung et Yogyakarta.

32Lecture des reliefs du Borobudur : conférence de Salim Lee, qui dirigeait également, le lendemain, une viste des galeries du monument.

33Six spectacles artistiques (trois chaque soir) mêlant installations, théâtre et danse, sur le thème de migrations physiques et spirituelles, sur la scène du Panggung Aksobhya, situé au sud-est du Borobudur, avec le temple en arrière-plan :

34Melati Suryodarmo & Katsura San, Luminous Emptiness. Le voyage des âmes, à travers chorégraphie et musique japonaise et javanaise, et inspiré du Livre des morts tibétain.

35Ery Mefri, Sangketohawa.

36Cok Sawitri, Sakyamuni Itu Saja (Perlu Mati).

37Tony Broer et Katia Engel, Batu Bergerak. Voyage des pierres qui ont servi à construire les trois temples de Borobudur, Pawon et Mendut.

38Anwari, Menjahit kertas. Célébration de la vie quotidienne madouraise.

39Yusil Katil, Under the Volcano. Inspiré du Syair Lampung Karam, de la présence du Marapi et de la structure sociale Minangkabau.

40Le magazine Tempo du 3 décembre 2018 contient cinq pages sur ces spectacles.

41La pièce d’Arifin C. Noer Orkes Madun jouée par le groupe Wayang Cing Cing Mong avec des marionnettes en ronde-bosse (golek).

42Un prix est attribué chaque année à un acteur culturel pour récompenser son activité dans le cadre du thème annuel. Ce prix, nommé Sang Hyang Kamahayanikan Award, a été attribué, entre 2012 et 2017, à S.H. Mintardja, A.B. Lapian, Peter Carey, Nigel Bullough, Halilintar Latief & Kartono Kamajaya (ob.) et Noerhadi Magetsari. Le lauréat de 2018 est le professeur malaysien Tan Ta Sen.

43Au total, un événement mis en scène avec une rigueur impeccable, orchestré et maîtrisé avec le plus parfait professionalisme par une équipe dirigée par Yessi Apriati. Le public était constamment nombreux, en dépit du lieu relativement retiré.

44L’atmosphère était palpitante d’activité intellectuelle et artistique, avec une ouverture d’esprit constamment affirmée, à l’encontre des carcans conventionnels de la pensée officielle. Le choix du lieu, les nombreuses références au Borobudur et au bouddhisme, la présence de moines bouddhistes dans l’auditoire et parmi les conférenciers, la place de choix faite aux Chinois dans l’histoire de l’archipel et dans l’histoire de l’islam local, les séances de méditation, l’inspiration d’une partie des spectacles, le rôle de plusieurs prêtres, bien des éléments de ces journées culturelles intenses reflétaient un aspect de la culture indonésienne moderne, ouverte à son propre passé et au monde, très éloignée des pesanteurs que les institutions imposent à la définition de la culture nationale. L’Indonésie célèbre perpétuellement sa « diversité » ethnique et culturelle inscrite dans la devise nationale (Bhineka Tunggal Ika). Le Festival proposait le concept de pluralisme, soit la diversité conçue comme une idéologie culturelle, avec pour maître mot l’œcuménisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Chambert-Loir, « 7th Borobudur Writers and Cultural Festival 2018, Yogyakarta‒Borobudur, 22-24 November 2018 », Archipel, 97 | 2019, 8-12.

Référence électronique

Henri Chambert-Loir, « 7th Borobudur Writers and Cultural Festival 2018, Yogyakarta‒Borobudur, 22-24 November 2018 », Archipel [En ligne], 97 | 2019, mis en ligne le 11 juin 2019, consulté le 20 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/archipel/999 ; DOI : 10.4000/archipel.999

Haut de page

Auteur

Henri Chambert-Loir

Directeur d’études émérite à l’École française d’Extrême-Orient

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Association Archipel

Haut de page
  • OpenEdition Journals