Navigation – Plan du site
Livraison janvier: Varia

Les premiers échos du pronunciamiento de 1820 dans la presse parisienne

Laurent Nagy

Résumés

Qualifié de « révolte prétorienne » par les uns ou de « soulèvement national » par les autres, le mouvement militaire de Las Cabezas de San Juan du 1er janvier 1820 se colore en France de la teinte politique des différents journaux d’opinion. Avec une promptitude extraordinaire, à un moment de très grande conflictualité politique, les publicistes imposent les affaires d’Espagne dans les débats français.

Cet article, limité dans le temps aux trois mois d’incertitude concernant l’issue de l’insurrection et confiné à l’espace de la presse quotidienne parisienne, vise avant tout à revenir sur la perception immédiate d’un événement transnational. Il s’arrête aussi sur la manière dont certains titres, au détriment de la réalité des faits, s’approprient les péripéties survenues en Andalousie pour mieux agir sur l’opinion publique française.

Haut de page

Texte intégral

Une difficile filiation constitutionnelle

  • 1 La Renommée, le 21 mars 1820, n° 250.
  • 2 SIMAL, Juan Luis, Emigrados. España y el exilio internacional, 1814-1834, Madrid, Centro de Estudio (...)
  • 3 BRUYERE-OSTELLS, Walter, La Grande armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009, 335 p.

1En mars 1820, un entrefilet de La Renommée annonce qu’un Français comparant à un jeu de bascule la situation politique des royaumes de France et d’Espagne en conclut que maintenant « ce n’est plus nous qui sommes en haut »1. L’allusion est piquante et illustre la superbe longtemps adoptée par les partisans de l’ordre constitutionnel en France à l’égard des hommes de la péninsule. En effet, malgré la volonté des royalistes et des constitutionnels eux-mêmes, de nouer toutes les branches européennes libérales entre elles, l’idée d’une communauté fraternelle d’individus partageant intérêts et principes semble bien artificielle. Force est de constater que le royalisme et le libéralisme politiques ne sont pas attachés à une doctrine ou à un code particuliers, il s’agit principalement d’espérances de liberté protéiformes fortement colorées par chaque culture nationale. Si l’Europe postnapoléonienne est marquée par l’importance des circulations politiques choisies ou contraintes2 et par l’intensité des échanges entre individus partageant des convictions proches formant « un contre-monde libéral »3, l’empreinte identitaire domine sur cet esprit transnational.

  • 4 BAYLY, Christopher Alan, La naissance du monde moderne (1780-1914), traduit de l'anglais par Michel (...)
  • 5 La Constitution politique de la monarchie espagnole, promulguée à Cadix le 19 mars 1812, Traduit de (...)
  • 6 VARELA SUANZES-CARPEGNA, Joaquín, La Constitución de Cádiz en su contexto español y europeo (1808-1 (...)
  • 7 Les articles qui se réfèrent à l’élection des députés au niveau provincial sont Título III (De las (...)
  • 8 BASABE, Nere, « Diez años de la Constitución de Cádiz en el debate político francés: 1814-1824 », H (...)
  • 9 La Renommée, le 24 janvier 1820, n° 223.
  • 10 CEPEDA GOMEZ, Jos, El ejército español en la política española 1787-1843. Conspiraciones y pronunci (...)

2Si toutes les constitutions, depuis celle des États-Unis (1787), s’inscrivent dans un processus de « libéralisme global »4 et se caractérisent par une matrice de principes semblable, cette unité chorale n’est composée en réalité que de multiples voix aux inflexions très différentes, voire discordantes. Ainsi, quand les Français en mai 1814 découvrent la publication et les traductions de la Constitution de Cadix (1812)5 devant servir de base légale au règne de Ferdinand VII, l’enthousiasme s’éteint bien vite. Tout en y trouvant de nombreuses traces de la Constitution de 1791 permettant ainsi de créer une filiation et une solidarité de pensée transnationale, la spécificité espagnole la rend peu utile à leur cause6. Les Français, grands faiseurs de constitutions depuis vingt-cinq ans, voient dans l’instauration du suffrage universel masculin, même à plusieurs degrés, une audace démocratique source d’instabilité à venir. Hommes des Lumières, ces constitutionnels ne peuvent aussi envisager qu’un système de tolérance religieuse. En interdisant tout autre culte que celui de l’Église catholique7, ils ne comprennent guère le fanatisme qui plane sur ce qui doit être un code de liberté. Entre obscurantisme et audace démagogique, la Constitution de 1812, surnommée la Pepa, ne peut intégrer que de manière fragmentaire le débat autour de l’établissement des libertés8. Quand Ferdinand VII, par le décret de Valence (4 mai 1814), abroge l’œuvre des Cortès et persécute ses auteurs, les constitutionnels français restent silencieux. Dorénavant la monarchie réactionnaire espagnole n’est plus qu’un système placé « hors de la civilisation européenne »9. Cette indifférence fraternelle s’étend pendant tout le Sexenio absolutista (1814-1820), période durant laquelle les Français, bien assis sur leur siège à bascule, ne cessent de s’élever vers un ciel libéral. Ce n’est qu’en janvier 1820 par la réapparition d’un pronunciamiento10, cette action militaire à caractère politique, que la péninsule devient à nouveau un sujet d’intérêt et de curiosité au-delà des Pyrénées.

3Les ministres de Louis XVIII depuis la fin de la Terreur blanche (été 1815 - printemps 1816) cherchent sans relâche un centre de gravité susceptible d’apaiser une société traversée par vingt-cinq années de passions politiques. L’existence d’une liberté d’expression, certes toujours cadrée par des lois sévères, permet dans les périodiques, les Chambres législatives ou même dans les tribunaux de rendre ostensible la permanence de ces luttes. Ces pratiques constitutionnelles entraînent de facto une visibilité de toutes les nuances idéologiques héritées des expériences passées.

  • 11 Comme le rappelle un rédacteur de La Renommée, cette communion repose sur « la liberté individuelle (...)
  • 12 La Renommée, le 8 janvier 1820, n° 207.
  • 13 DUFOUR, Gérard, « Juan Antonio Llorente, collaborateur de périodiques français et espagnols, rédact (...)
  • 14  MORANGE, Claude, « Conde de Toreno, Historia del levantamiento, guerra y revolución de España », C (...)

4À partir de 1818, un mouvement dit « libéral », composé d’individus appartenant à différentes cultures politiques, s’organise à la Chambre des Députés derrière des valeurs œcuméniques11. Légalistes, amants de l’ordre, ces hommes d’influence sont un soutien solide à la monarchie. Ils s’y rallient sincèrement puisqu’en se plaçant sous l’égide de la Charte (1814), seul signe de concorde susceptible « de mettre un terme aux Révolutions »12, Louis XVIII plonge le royaume dans la modernité politique. Même imparfait, les constitutionnels ont conscience d’avoir été dotés d’un code capable de pérenniser certains acquis de la Révolution, tout en les préservant des désordres populaires. Durant ce temps de construction d’une monarchie représentative, la Pepa est si loin de leurs préoccupations que dans les bureaux de rédaction de leurs périodiques, on donne même régulièrement la plume aux afrancesados13, les ennemis des constitutionnels espagnols. Quant à ceux qui se sont installés à Paris pour y trouver un refuge après le décret de mai 1814, à l’image du comte de Toreno, il semble qu’au contact des élites, ils infléchissent sérieusement leur réflexion sur leur œuvre qu’ils jugent maintenant bien trop conflictuelle14.

5En cet hiver 1819, en France, les membres du mouvement libéral sont en passe de s’emparer du pouvoir législatif. Le comte Élie Decazes, président du Conseil, dans son souci d’abattre l’influence des contre-révolutionnaires, s’était appuyé sur les représentants du Côté gauche. Par le biais de brochures, de périodiques et de semi-périodiques, leur domination grandissante s’était traduite à chaque renouvellement électoral par l’arrivée de nouveaux députés libéraux au Palais Bourbon. Désirant maintenant freiner cette avancée périlleuse pour sa stabilité, le gouvernement soumet en décembre 1819 un projet de réforme de la loi sur les élections. L’annonce d’une telle mesure signifiant pour eux à court terme la fin de toute possibilité de prise du pouvoir jette une partie de la société française dans l’inquiétude. Avec une promptitude extraordinaire, les chefs du mouvement libéral mobilisent leurs fidèles partout dans leur royaume, et usant du droit de pétitions, recueillent, selon leurs dires, plus de 80 000 signatures contre la réforme envisagée. Face à cette force de résistance, le gouvernement recule, mais provisoirement.

Quotidiens et lecteurs parisiens

  • 15 ROBERT, Vincent, « Lois, censure et liberté » et « Paysages politiques, cohérences médiatiques », i (...)
  • 16 PARENT-LARDEUR, Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris 1815-18 (...)
  • 17 Fin 1819, bruits et rumeurs s’intensifient au rythme des affrontements politiques, à lire FUREIX, E (...)

6La presse a joué un rôle décisif pour alerter et alarmer l’opinion publique. Au début 1820, la pluralité des quotidiens est significative du dynamisme de cette nouvelle industrie. Foyer principal où se trouvent les bureaux de rédaction, Paris est un excellent observatoire pour saisir toute l’influence des feuilles journalières15. Chaque tendance de parti a son titre porte-parole. Les « pointus » du Côté droit se retrouvent dans les articles d’Alphonse Martainville, Charles Nodier ou de Louis-François Lestrade dans Le Drapeau blanc, récemment paru (juin 1819), mais affectionnent aussi la lecture de La Quotidienne. Quant aux « patriotes » ou « ultralibéraux », ils nourrissent leur mécontentement en parcourant chaque jour, Le Constitutionnel ou L’Indépendant. Sans nuance idéologique, ni profondeur de réflexion, les publicistes militants de ces quotidiens transforment leur plume en armes contre leurs ennemis respectifs et maintiennent en permanence leurs lecteurs complices sur le qui-vive. Ces feuilles de colère circulent aisément dans Paris. On peut s’y abonner, se les prêter ou bien les consulter dans les nombreux cabinets de lecture de la capitale16. Véritables troupiers d’avant-garde des législateurs, durant cet hiver 1819, les publicistes exacerbent les tensions par la diffusion de mises en garde ou de prophéties plus ou moins dramatiques. Cette politisation intense a pour effet immédiat de raviver les fièvres et de réveiller des frayeurs longtemps apaisées au sein de la société civile17.

  • 18 On y trouve aussi Étienne Aignan, Théophile Châtelain… L’esprit du périodique est tout de même larg (...)
  • 19 HATIN, Eugène, Histoire du journal en France. Paris, P. Jannet éditeur, 1853, op. cit., pp. 128-142

7Il existe aussi des périodiques de tendance, et non de faction. Depuis le mois de juin 1819 paraît La Renommée dont le comité de rédaction se compose de la fine fleur des journalistes libéraux18. Les publicistes de La Renommée sont des professionnels de la plume, ils contribuent aussi de leurs articles à La Minerve française. Benjamin Constant, Étienne Jouy et François Pagès se dressent avec talent face au conservateur Journal des Débats, qui par la qualité de ses informations et sa haute tenue rédactionnelle est devenu une véritable référence éditoriale19. Alors que toutes les nuances des deux « côtés » s’illustrent dans ces titres, le Ministère a, quant à lui, à son service un grand nombre de périodiques. Le plus ancien et le plus « officiel », le Moniteur universel, traduit chaque jour les aspirations du gouvernement.

  • 20 En janvier 1820, Plassan, l’imprimeur libéral parisien tire La Renommée à 1 000 exemplaires et La M (...)

8La ligne éditoriale d’une feuille quotidienne s’inscrit dans une logique de politique nationale faisant d’elle un authentique bastion au service de sa cause. Quant à son lecteur, il possède déjà de fortes convictions. Il nourrit chaque jour son opinion tranchée en lisant La Quotidienne ou La Renommée, et cultive sa réflexion en consultant les semi-périodiques, feuilles paraissant de manière aléatoire, mais se composant d’articles de fond sur un sujet polémique précis. Au regard des demandes d’impression, on s’aperçoit que La Minerve française pour les libéraux, Le Conservateur pour les royalistes ardents, sont l’objet d’un bien plus grand intérêt20 que les quotidiens. Ces derniers ne servent finalement qu’à entretenir, par l’interprétation de faits d’actualité, l’opinion de cette communauté réduite de lecteurs. L’abonné n’est jamais en quête d’objectivité, il souhaite seulement trouver dans son périodique une confirmation de la justesse de ses vues politiques. Si par une curiosité étonnante, ce lecteur complice parcourt une feuille ennemie traitant du même sujet, mais sous un angle diamétralement opposé, il ne peut qu’accuser le rédacteur adverse de tremper sa plume dans la seule malveillance.

9Ainsi, le paysage de presse, au moment où l’on réveille les haines partisanes par un projet de révision de la Charte, est un espace conflictuel. Les publicistes ne sont pas des francs-tireurs, ils sont intégrés à un réseau puissant (« libéral » ou « réactionnaire ») et connaissent très bien leurs adversaires. Depuis de longs mois, ils se battent par articles interposés et se sont dotés d’un arsenal rhétorique visant à plonger les rédacteurs « d’en face » dans une histoire détestée par l’opinion publique, en l’occurrence la Terreur de 1793 pour les libéraux, celle de 1815 pour les ultraroyalistes. C’est dans cette atmosphère de violence de plume que les événements de Cadix surviennent à Paris et c’est à partir de ces quotidiens qu’une analyse de la réception du pronunciamiento est effectuée dans cet article.

10L’étude de l’impact de cet événement étranger dans le débat national est délicate car elle s’inscrit dans une double temporalité, celle des différentes phases insurrectionnelles vécues dans la péninsule et des moments dramatiques survenus par la monarchie française. Cependant, à la lecture de la presse quotidienne durant ces trois mois, une similarité d’émotion semble frapper l’opinion publique française.

11Débutée le 1er janvier 1820, aux confins méridionaux du continent, la nouvelle de l’insurrection circule au moment des commémorations officielles en hommage à Louis XVI. Au deuil visible des Français, obligé ou sincère, s’ajoute l’étonnante surprise de la rébellion armée de Cadix. Le deuxième temps important, quand le chef de bataillon Riego prend la tête de sa colonne mobile, survient au moment où se produit l’assassinat du duc de Berry (12 février 1820). Les premiers débats passionnés autour des projets de loi restrictifs des libertés qui s’ensuivent sont un temps paroxystique des haines partisanes. Au désespoir des libéraux face à leur vaine résistance légale se juxtapose l’inquiétude sur la destinée de Riego en Andalousie. Enfin, l’ultime synchronisme transpyrénéen a lieu lors de la publicité du décret annonçant la convocation des Cortès par Ferdinand VII. Le succès définitif des insurgés est connu dans la capitale de Louis XVIII, le 20 mars 1820, jour du triste anniversaire pour les Bourbons de leur exil forcé face à Napoléon.

12Ces trois séquences brèves de la vie politique française sont traversées en filigrane ou à gros traits par les événements en Andalousie. Par leur connaissance, l’esprit public est, selon les camps, alternativement frappé d’effroi et d’espérances, de tristesse et d’enthousiasme. Le but de cet article est de revenir sur ce temps éditorial, parsemé de mensonges et d’illusions, de silence et d’éclats et de s’intéresser à l’usage dont la presse d’opinion, porte-parole des élites politiques, a fait d’un événement étranger pour l’adapter à ses lecteurs et à l’instant national.

L’impossible silence

13Le 18 janvier 1820, le gouvernement français est obligé de sortir de sa réserve et d’annoncer des troubles survenus dans le midi de la Péninsule. Depuis plusieurs jours, les canaux d’information traditionnels constitués par les correspondances privées et professionnelles diffusent des nouvelles contradictoires venant d’Espagne. L’élite parisienne, tant royaliste que libérale, discute maintenant ouvertement dans les salons mondains et dans les arrière-salles de la bourse des événements décrits dans leurs courriers. La nature de l’affaire les concerne au plus haut point puisqu’une déstabilisation de la monarchie espagnole peut avoir des conséquences directes sur leurs intérêts particuliers. En effet, dans cette société précapitaliste, la vitesse de l’information est devenue un enjeu de spéculations réussies.

14Tous les quotidiens possèdent depuis longtemps une rubrique portant sur les événements internationaux. Les nouvelles de l’étranger occupent généralement la première page et se limitent souvent à la reproduction partielle des gazettes et journaux locaux ou de lettres particulières. Dans des espaces soumis à la censure, comme l’Espagne, ces périodiques ne sont guère fiables, à l’image de la Gazette de Madrid, qui ne fera jamais mention d’un quelconque soulèvement en Andalousie pendant trois mois. Ce mutisme d’État encourage donc les journalistes français à chercher d’autres sources afin d’obtenir des nouvelles de l’étranger. Ils usent ainsi des périodiques étrangers, notamment anglais (The Courrier, The Times, The Morning Chronicle). Ce moyen est tout de même l’objet d’une grande réserve puisqu’on accuse régulièrement le gouvernement du comte Decazes, et surtout son cabinet de police, de fournir généreusement les colonnes britanniques d’articles servant sa politique. Force est donc pour les rédacteurs de se replier sur les correspondances particulières, ces courriers écrits par des hommes appartenant à leur réseau d’idées. Les périodiques français utilisent sans réserve ces informations invérifiables et subjectives.

  • 21 NAGY, Laurent, « La presse patriote à la conquête de l’opinion publique : Le cas de L’Homme gris (1 (...)

15En cet hiver 1820, c’est au niveau supérieur de la société française que circulent les premières annonces d’un événement déterminant en Espagne. Les hautes sphères politiques de toutes tendances confondues ont l’habitude de travailler de concert avec les publicistes proches de leur cause. Tout en déclinant la fonction d’éditeur-responsable pouvant entraîner de lourdes sanctions pénales, ces hommes puissants financièrement apportent le cautionnement extrêmement élevé pour l’établissement de journaux d’opinion. Sous le ministère Decazes, ils ont subventionné largement des périodiques et semi-périodiques pour défendre leurs intérêts auprès de l’opinion publique21. En 1820, il n’y a aucun cloisonnement entre les salons mondains et le bureau de rédaction d’un périodique comme La Renommée ou Le Drapeau blanc. Ces hommes appartenant à des mondes différents travaillent dans le même but. Quand le cénacle parisien libéral est informé des mouvements autour de Cadix, il s’agit pour lui, par voie de presse, de saisir un moyen heureux d’atteindre le gouvernement et les royalistes exagérés.

16Plus de quinze jours après les faits, le silence officiel est en passe d’être brisé à Paris. Le chancelier Pasquier, ministre des Affaires Étrangères, est dans une posture incommode. Continuer à taire l’affaire de Las Cabezas, c’est favoriser les rumeurs, le dévoiler c’est se mettre dans une situation difficile à l’égard de la chancellerie de Ferdinand VII. En effet, les Espagnols ne veulent pas que la nouvelle d’un cinquième pronunciamiento soit divulguée dans les capitales européennes. La fragilité chronique du système absolu de Ferdinand est une bien mauvaise publicité pour ce régime autoritaire rétabli en mai 1814. Il est donc possible qu’une solution ait été concertée avec le duc de Fernán-Núñez, l’ambassadeur d’Espagne à Paris, pour remédier à cette délicate situation. Les diplomates s’accordent sûrement sur le fait que la nouvelle ne doit surtout pas être tournée dans le sens d’une contestation nationale.

  • 22 Le Moniteur universel, le 18 janvier 1820, n° 18.
  • 23 Le Moniteur universel, le 18 janvier 1820, n° 18.

17Le 18 janvier 1820, Le Moniteur Universel révèle, dans sa rubrique « non officielle » qu’un mouvement insurrectionnel a eu lieu en Andalousie, né des « semences d’insubordination que les agents des rebelles d’Amérique avaient jetées dans l’armée expéditionnaire »22 quelques mois auparavant. Cela est d’autant plus crédible que le chef de bataillon Riego et ses fidèles ont pour dessein de soulever le corps expéditionnaire devant partir incessamment écraser les indépendantistes sud-américains. En donnant chair à la réalité factuelle du mouvement, tout en affirmant que les meneurs « avaient manqué leur coup »23, les rédacteurs officiels en détournent l’objet. Ils l’insèrent dans une logique de guerre et non de contestation monarchique.

  • 24 La Renommée, le 22 janvier 1820, n° 223.
  • 25 La Renommée, le 2 février 1820, n° 232.

18L’accréditation par le gouvernement d’une insurrection attise immédiatement les rumeurs, et « mille et une versions »24 circulent dans la capitale. Les rédacteurs de La Renommée, face à ce mouvement armé contre l’absolutisme se l’accaparent d’emblée et décident de dédier, chaque jour, une rubrique aux « Affaires d’Espagne ». Même si les publicistes de La Renommée affirment qu’ils ne garantissent « aucune nouvelle directe »25, ils maintiennent leurs lecteurs dans une tension permanente, déclarant un fait, puis le dénonçant comme faux le lendemain. À dessein, ils placent les événements en Andalousie au centre de leur actualité. Même le 21 janvier 1820, alors que la plupart des quotidiens célèbrent la mémoire du « roi martyr », les journalistes de la feuille libérale, tout en accordant un entrefilet aux cérémonies royales, préfèrent revenir sur la chute probable du cousin de Louis XVI.

  • 26 La Renommée, le 23 janvier 1820, n° 222. Leur réseau d’influence leur ouvre une fenêtre sur les Tui (...)

19Cette liberté interprétative est légitimée par le cheminement très long d’une information depuis l’Andalousie. Il faut dix jours à la malle poste pour faire la route entre Cadix et Madrid, dix jours encore pour faire le trajet de la capitale de Ferdinand VII à celle de Louis XVIII (via Bayonne). Quant aux correspondances depuis Madrid, elles ne viennent que deux fois la semaine. Les journalistes de La Renommée se replient donc sur leur réseau traditionnel pour combler les intervalles, ils observent le nombre de courriers extraordinaires que reçoit l’ambassadeur d’Espagne ou attestent que les députés ministériels dans les salons du Palais Bourbon diffusent les « nouvelles les plus alarmantes »26. Les rédacteurs rappellent ainsi à leurs lecteurs que toutes ces informations déductives proviennent quand même des plus hautes sphères de la société.

  • 27 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 1er février 1820, (...)

20Après les célébrations funèbres, l’intérêt des événements espagnols s’intensifie à Paris. Alors que le métier de journaliste commence à s’adapter aux nouvelles exigences d’un lectorat plus nombreux, la quête d’un coup médiatique, concentrant l’attention publique sur le titre, est un objectif professionnel. Comme le rappelle le Drapeau blanc, cette affaire d’Espagne devient tout à la fois une « affaire de mode, d’esprit de parti ou de spéculation »27.

  • 28 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 27 janvier 1820.
  • 29 Le Journal des Débats, le 27 janvier 1820. Voir annexe 1.
  • 30 Le Journal des Débats, le 27 janvier 1820.

21Accoutumés à une rigueur éditoriale, les rédacteurs royalistes du Journal des Débats intègrent à la fin de leur feuille du 27 janvier 1820, un « post-scriptum » écrit à « dix heures du soir ». Ils annoncent que des lettres particulières attestent que l’armée insurgée « fort de vingt-quatre mille hommes, est entrée dans Cadix ; qu’elle y est reçue aux cris de Vive les Cortès [sic] ! À bas Ferdinand ! Des tables étaient dressées devant toutes les portes, les soldats et les habitants fraternisaient ensemble »28. D’autres courriers certifient que Madrid est en « pleine insurrection »29 et que « la Cour s’est retirée à Pampelune »30. Cette mise en scène éditoriale extraordinaire et ces nouvelles exceptionnelles attisent la curiosité des lecteurs. Vendu par les crieurs des rues au petit matin, les Parisiens apprennent par ce journal qu’une révolte nationale a réussi et que Ferdinand VII a été obligé de s’enfuir de Madrid. L’information est d’autant plus crédible que le Journal des Débats est connu pour son peu de sympathie pour toute remise en cause monarchique.

  • 31 La Renommée, le 5 février 1820, n° 235.
  • 32 Le Drapeau blanc, le 28 janvier 1820, n° 28.

22Ce « fameux post-scriptum »31 est un jalon essentiel dans la manière dont vont être traitées les affaires d’Espagne à Paris. Dès le lendemain, les rédacteurs du Drapeau blanc, journal ultraroyaliste, tout en voulant préserver leurs alliés des Débats, changent aussi l’ordre habituel de leur publication pour affirmer, en gros caractères, qu’il n’y a « pas un seul mot de vrai »32 dans les propos de la feuille royaliste. Pour appuyer leurs dires, ils font connaître au public des détails d’une grande exactitude sur l’opération insurrectionnelle menée par leur chef, le colonel Quiroga, nommé pour la première fois.

  • 33 Le Drapeau blanc, le 28 janvier 1820, n° 28.
  • 34 Le Journal des Débats, le 28 janvier 1820.
  • 35 Le Journal des Débats, le 28 janvier 1820.

23Ce « post-scriptum » a pour autre effet de jeter dans la mêlée éditoriale tous les périodiques d’opinion et d’inscrire dans une certaine déontologie professionnelle les rédacteurs. Après s’être vus décerner « un brevet de gobe-mouches »33, les hommes du Journal des Débats publient le lendemain un numéro « Espagne »34. Avec prudence et verve, un journaliste commence son article par un mea culpa de bon aloi, puis confirme la fausseté des nouvelles qu’il avait annoncées la veille. Après des réflexions d’ordre politique, il revient sur son ingénuité et se demande « est-ce qu’il [n’] existerait [pas] une combinaison pour fabriquer des lettres semblables, afin de répandre l’alarme en France, peut-être pour quelque but coupable que nous ne nous chargeons pas de deviner ? »35. Chausse-trappes éditoriales, rétention d’information du gouvernement français, blocus de nouvelles depuis les Pyrénées, il est bien difficile aux publicistes d’informer leurs lecteurs et de porter un regard clair sur les événements survenus en Andalousie.

Du bon usage du pronunciamiento

  • 36 Le comte de Villèle veut forcer le gouvernement à « recourir aux voies illégales, d’employer des mo (...)

24Le traitement des affaires d’Espagne est essentiellement illustratif pour la presse d’opinion parisienne. Il s’agit avant tout de plaquer, par des exemples maintenant concrets, les prophéties longtemps proférées sur la faction ennemie. Lors des discussions sur la révision de la loi sur les élections, le comte de Villèle, porte-bannière des conservateurs, avait clamé à la Chambre des Députés qu’en cas d’échec, il ne restait plus aux partisans sincères des Bourbons, que d’user « de moyens extrêmes »36. Les rédacteurs libéraux s’étaient empressés de reproduire incomplètement cette citation pour alerter leurs commettants que les royalistes « purs » étaient décidés à replonger la France dans le même chaos qu’au moment de la Terreur blanche.

  • 37 La Renommée, le 15 mars 1820, n° 225.

25Selon les constitutionnels, un royaume mené par une faction, contre la volonté nationale, ne peut conduire qu’à l’anarchie. Affirmant que le gouvernement contre-révolutionnaire de Ferdinand établi en mai 1814 est à l’origine des désordres permanents, un publiciste de La Renommée écrit « que l’Espagne offre un exemple heureux des moyens extrêmes » et poursuit, après avoir loué le soulèvement national, « puisse l’exemple de l’Espagne nous être salutaire »37. Ainsi, cette remise en cause violente par une partie du corps expéditionnaire stationnant en Andalousie d’un ordre légitime est naturelle puisqu’elle appartient à l’esprit du temps. Le 24 janvier 1820, alors que l’on ne possède guère d’éléments sur les faits andalous, on poursuit dans La Renommée sur le caractère inéluctable du mouvement de Las Cabezas :

« Le gouvernement qui pèse sur l’Espagne la rend en quelque sorte plus étrangère à l’Europe que la Turquie elle-même. Ce système monstrueux est tellement en opposition avec les progrès de la civilisation, que tout le monde sent l’impossibilité qu’il se soutienne.

  • 38 La Renommée, le 24 janvier 1820, n° 223.

[…] Une révolution est devenue inévitable dans ce malheureux pays »38.

  • 39 La Renommée, le 28 janvier 1820, n° 227.
  • 40 La Renommée, le 26 janvier 1820, n° 225.

26Les débats entre la volonté royale et les espérances nationales, les principes d’Ancien Régime et ceux du présent politique, resurgissent avec force à Paris. Pour attester de la légitimité du mouvement de Las Cabezas, La Renommée insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une révolution, ni dans sa forme, ni dans son message, mais d’un retour à une modernité à laquelle l’Espagne échappait du fait de l’aveuglement de Ferdinand et de sa cour. Les rédacteurs s’arrêtent fréquemment sur le fait que la plus grande discipline règne parmi les troupes insurgées, qu’il n’y a pas même eu une « goutte de sang répandue, qu’aucun excès n’a été commis »39. Ni guerre civile, ni chaos, il s’agit d’un élan unanime, celui de la nation, pour la restauration de ses droits. Ce portrait des événements rassure les lecteurs et leur confirme l’idée qu’un soulèvement armé contre une faction hostile au progrès n’est plus source de violence. Le temps n’appartient plus aux extrêmes et « les Français sentiront davantage la nécessité de se rallier au système légal et constitutionnel qui les met à l’abri de ces déplorables bouleversements »40.

  • 41 La Renommée, le 13 février 1820, n° 213.

27L’exemple espagnol propose aux constitutionnels français une autre alternative à un changement radical d’orientation politique. Un coup de force mené par des militaires patriotes peut maintenant éviter l’avènement d’un tyran. En qualifiant dès le premier jour le corps des émeutiers d’« Armée nationale », en osant imprimer dans leurs colonnes les proclamations du colonel Quiroga, chefs-d’œuvre de modération et de loyalisme monarchique, la presse libérale met en lumière une pratique de résistance susceptible de se dresser face à toute faction. En prenant la précaution de placer leur mouvement sous l’égide de la Constitution, les hommes de Quiroga ont ôté « à leur parti ce caractère de rébellion purement militaire, fait pour inspirer aux citoyens la terreur plutôt que la confiance »41. Jamais la légitimité de Ferdinand VII et l’influence de l’Église ne sont remises en cause, les militaires frondeurs réclament seulement l’intégration de droits dans la tradition. Pour les Français, il existe maintenant une possibilité de révolution douce capable de changer la nature d’un pouvoir, d’empêcher les débordements populaires et les ambitions d’un seul (comme ce fut le cas lors des Cent-Jours).

  • 42 « Quiroga, colonel du régiment des Asturies, est un vétéran qui unit une grande connaissance du mét (...)

28Afin d’attester de l’action pacificatrice et consensuelle des insurgés, la presse libérale lui donne une figure irénique. Usant d’une lettre reprise du Morning Chronicle, le colonel Quiroga, chef du mouvement, apparaît « en chair » aux lecteurs européens. L’auteur y dessine l’anonyme qu’est Quiroga en couleur de rose soulignant son patriotisme d’hier et son courage d’aujourd’hui42. Bien qu’incapable de prendre Cadix et s’enferrant dans un long siège, sa force principale réside dans ses convictions que La Renommée met en lumière en publiant ses proclamations. Véritable héros des premiers jours, les journalistes lui adjoignent bientôt son complice, Rafael del Riego. Quand ce dernier décide de se jeter avec plusieurs bataillons en Andalousie pour forcer les villes à adhérer à la Constitution, son caractère aventureux et son courage désespéré entraînent dans les colonnes libérales un mouvement en sa faveur. En parcourant ces comptes-rendus, les lecteurs de La Renommée ou du Constitutionnel sont rassurés de la belle tenue de ces chefs fédérateurs, l’un modéré, l’autre audacieux, et s’éblouissent du triomphe de leur cause.

  • 43 Le Drapeau blanc, le 22-23 janvier 1820, n° 22 et 23.

29Alors que le succès final est certifié dans les colonnes libérales, au même moment, le camp royaliste se félicite également de l’issue des événements en Andalousie. Avec une assurance tout aussi arrogante que celle de leurs ennemis, les journalistes du Drapeau blanc affirment dès la fin janvier que « le petit événement »43 n’existe plus. Grâce au zèle et à la fermeté des royalistes, la légitimité a été sauvée une nouvelle fois.

  • 44 NAGY, Laurent, D’une Terreur à l’autre, Paris, Éditions Vendémiaire, 2012, pp. 129-153.
  • 45 Le Drapeau blanc, le 29 janvier 1820, n° 29.
  • 46 Id.
  • 47 Id.

30Les conservateurs français profitent de la victoire des partisans de Ferdinand pour répéter plus fort à leurs lecteurs des accusations déjà anciennes44 portant sur l’existence d’une « fédération révolutionnaire » continentale. Ils sont persuadés que c’est un comité directeur installé à Paris qui a fomenté le plan d’insurrection de Cadix. Alphonse Martainville se sert du pronunciamiento pour accréditer ses prédictions. Il écrit, dans une veine prophétique, que « la foudre révolutionnaire gronde, menace, elle va frapper ; réveillez-vous. Il est encore temps ; demain il sera trop tard »45. Le lecteur complice du Drapeau blanc trouve confirmation des craintes qui l’habitent depuis longtemps. À l’exemple des royalistes de la péninsule qui ont défendu les droits de Ferdinand VII, les fidèles de Louis XVIII se doivent de réagir et s’apprêter à la lutte contre l’élite conspiratrice libérale46, et leurs agents visibles, les journaux de cette tendance, véritables « organes officiels du jacobinisme européen »47.

  • 48 CHATEAUBRIAND, François-René de, De l’Espagne, Le Conservateur, Tome VI, 71e livraison, 28 janvier (...)
  • 49 Le vicomte de Chateaubriand a parcouru, en 1807, la péninsule « à flanc d’étrier » lors de son reto (...)

31Début février 1820, alors que la guerre de plume fait rage, un consensus éphémère se réalise après la parution de l’article « De l’Espagne »48 du vicomte de Chateaubriand. Ne voulant pas frayer de trop près avec les fougueux auteurs du Drapeau blanc, le poète use de sa plume dans Le Conservateur, semi-périodique financé par le comte d’Artois et prônant une vision riche et multiple de la monarchie. Le vicomte de Chateaubriand est un publiciste de talent, la force de son écriture conquiert régulièrement le public. Il décide donc d’entrer en lice pour défendre les droits d’un Bourbon, même si sa méconnaissance de l’Espagne est évidente49. Peu avare de louanges à l’égard de Ferdinand, reprenant à son compte la rhétorique conspiratrice cosmopolite de ses amis les contre-révolutionnaires, le vicomte a pourtant beaucoup de difficulté à mettre en valeur les bienfaits de la restauration de son champion. Sans grande conviction, le poète use de quelques mesures en matière d’économie pour valoriser le règne de Ferdinand.

32À l’annonce de la publication de son article, les journalistes des deux bords (rejoints peu après par la presse londonienne !) se jettent sur le poète. Alors que dans le Journal des Débats, on relève aigrement plusieurs erreurs géographiques ou d’expression (que l’on impute généreusement au prote), La Renommée tire à boulets rouges sur le noble vicomte. Reprenant les approximations de l’auteur, ils tournent en dérision ses affirmations visant à mettre en évidence l’existence d’un complot transnational. Le rédacteur de La Renommée résume ainsi à ses lecteurs le point de vue du vicomte de Chateaubriand :

  • 50 La Renommée, le 6 février 1820, n° 236.

« Ferdinand a rejeté la constitution des Cortès ; mais il a imposé une taxe sur l’importation des blés. Il a rétabli l’inquisition, les couvents ; mais il a mis une taxe sur l’exportation du liège en planches. Les prisons sont encombrées, le sang des défenseurs de la patrie a coulé sur les échafauds, les persécutions et les supplices ont frappé une classe entière de la nation ; mais il a permis l’importation des huiles. Après cela, qui pourrait se refuser aux sentiments d’admiration et de reconnaissance que sa conduite doit inspirer ? »50.

33La légèreté du ton ne cache pourtant pas deux visions antagonistes. Depuis les premiers échos du pronunciamiento, les factions « révolutionnaire » et « féodale » ont mis à profit cet événement, dont ils ne possèdent aucune réelle information, pour s’entre-déchirer par journaux interposés. L’assassinat du duc de Berry, neveu de Louis XVIII, dans la nuit du 12 au 13 février 1820, accentue encore ces haines. Bien qu’en période de deuil, les Français continuent à suivre avec un grand intérêt l’évolution des affaires d’Espagne.

Le deuil et l’espérance

34L’assassinat du duc de Berry aboutit à une radicalisation des positions entre les libéraux et les contre-révolutionnaires français51. Afin de calmer la colère des ultraroyalistes, le nouveau gouvernement centre droit dirigé par le duc de Richelieu soumet plusieurs projets de loi devant limiter la liberté individuelle, brider la liberté de la presse et revoir complètement le code électoral. Face à leur disparition future de l’espace public, les quotidiens libéraux sonnent désespérément l’alarme auprès de l’opinion. Ils sont d’autant plus fragilisés que des rumeurs de plus en plus précises se succèdent sur l’échec du mouvement en Andalousie. Vaincu en France, le cri de liberté est sans doute en train de s’éteindre aussi dans la Péninsule. Ce temps de grande expectative se caractérise dans les quotidiens par un silence profond. Seule La Renommée continue à informer ses lecteurs en publiant des nouvelles puisées dans les feuilles libérales bordelaises et confirmant sans cesse la réussite du pronunciamiento.

  • 52 Le Drapeau blanc, le 9 février 1820, n° 40.
  • 53 SÁNCHEZ MARTÍN, Víctor, Rafael del Riego. Símbolo de la Revolución Liberal, Thèse de doctorat, Univ (...)

35La presse non libérale affirme bientôt que le soulèvement a échoué, que « l’incartade de Quiroga »52 est terminée et que la colonne volante de Riego a été détruite. Elle rappelle à l’envi que dorénavant les chefs mutins se détestent et que leurs soldats désertent en nombre pour rejoindre l’armée royale. Ces spéculations partisanes possèdent une grande part de réalité. Rafael del Riego, malgré son courage et sa fermeté, n’a obtenu qu’un soutien éphémère auprès des populations andalouses et s’est vu repoussé inéluctablement par les troupes du général O’Donnell53.

  • 54 La Renommée, le 19 février 1820, n° 219. Extrait d’une lettre publiée dans La Tribune de la Gironde(...)
  • 55 Le libraire Corréard propose un plan lithographié de la baie de Cadix qui « peut servir à suivre le (...)

36L’écho de plus en plus fort du désastre attise la détermination de La Renommée à ne pas céder à la désillusion. Le 19 février 1820, elle compare le mutisme qui plane sur l’Espagne à une « tranquillité semblable à celle d’un homme qui est à l’agonie »54. Durant ce temps d’attente et d’incertitude, par effet d’aubaine ou par volonté pédagogique, l’on fait paraître à Paris des cartes de l’Isle de León et de l’Andalousie. Cette visibilité d’un espace maintes fois décrit, mais très peu connu, permet aux lecteurs français de comprendre enfin la circulation de la « division volante » de Riego et le caractère inexpugnable de Cadix55.

  • 56 La Renommée, le 5 mars 1820, n° 234.
  • 57 La Renommée, le 5 mars 1820, n° 234.

37Début mars, les rédacteurs de La Renommée semblent bientôt accepter la déroute des forces libérales. Ils affirment que malgré le succès qu’ils prédisent sans arrêt, mais qui ne se réalise pas, ils comptent continuer « de publier des documents authentiques »56 car les événements sont devenus « si graves, [qu’] il importe, pour l’histoire, de recueillir toutes les pièces de ce grand procès »57. Après plusieurs semaines d’anxiété, il semble que tous les observateurs de France plongent le mouvement de Las Cabezas dans le passé.

38Alors que les luttes au Palais Bourbon se transforment en combat d’arrière-garde pour les libéraux, que la loi suspendant la liberté individuelle est débattue, une lueur d’espérance éclaire les publicistes de La Renommée et du Constitutionnel. Le 7 mars 1820 est divulgué le départ du général Mina pour la Navarre dans l’optique d’ouvrir un nouveau front dans le nord de la Péninsule. Dans des conditions rocambolesques (largement commentées dans cette même presse), bien que surveillé par la police parisienne, le chef de guérilla a réussi à tromper la vigilance de l’autorité française. Le vide d’espérance éditoriale dans les quotidiens libéraux se remplit aussitôt du nom du général Espoz y Mina.

  • 58 La Renommée, le 7 mars 1820, n° 236.

39Cette irruption d’un homme d’armes déterminé et charismatique dans la lutte se déroule à une date tragique pour les Bourbons, celle du 20 mars 1815. Cinq ans auparavant, dans une France divisée, Napoléon profitant des dissensions nationales forçait une nouvelle fois les Bourbons à l’exil et s’installait de manière éphémère aux Tuileries. Un système légitime était renversé par la volonté d’un homme. Les auteurs de La Renommée par allusion et en connivence avec ses lecteurs jouent de la force symbolique de cette chronologie pertinente. Altérant totalement la réalité des faits, le quotidien affirme que le général est arrivé à Bayonne avec « 800 hommes »58 et ajoute peu après, que les Navarrais l’ont accueilli avec :

  • 59 La Renommée, le 9 mars 1820, n° 238.

« [...] le plus brûlant enthousiasme, et le comblent d’hommages et de présents. Il a déjà été rejoint par un nombre d’hommes plus considérable que celui auquel il peut maintenant procurer des armes. Depuis trois jours, on lui a amené, sans lui en demander le paiement, plus de 600 chevaux pour sa troupe, et pour son service personnel dix, dont deux magnifiquement enharnachés »59.

  • 60 La Renommée, le 17 janvier 1820, n° 216.

40Les journalistes français possèdent un héros de leur fabrique. Le général Mina est bien connu en France, ses combats contre les soldats de l’Empereur ont fait de lui l’un des grands hommes de la Guerre d’Indépendance. Malgré la volonté de faire du mouvement un élan national, les publicistes nourrissent régulièrement l’esprit public de l’importance de l’homme providentiel pour la réussite d’un projet collectif. Simon Bolívar au Venezuela ou le colonel Quiroga en Espagne, en se battant par les armes pour « la liberté », n’ont jamais été et ne sont pas des hommes du chaos. Bien au contraire, comme le souligne La Renommée si « Washington et Franklin furent longtemps qualifiés de rebelles, placés entre un char de victoire et un échafaud, ils triomphèrent parce qu’il n’est point d’obstacle qui puisse résister à la constance d’un vrai patriotisme »60.

  • 61 Le Moniteur universel, le 16 mars 1820.

41Au récit très exagéré des succès de Mina sur les Pyrénées, le 10 mars, la presse officielle est dans l’obligation d’aviser ses lecteurs que La Corogne (Galice) vient de proclamer la Constitution de 1812. Cet événement est d’autant plus décisif que la colonne volante de Riego est sur le point d’être détruite. Dès lors, c’est à un rythme précipité qu’à Paris, on apprend le déroulement des affaires d’Espagne. Chaque jour apporte une nouvelle déterminante. L’agitation de plusieurs provinces, puis la trahison du comte de La Bisbal en faveur des constitutionnels, poussent finalement Ferdinand VII à convoquer les Cortès, puis deux jours plus tard, à prêter serment de fidélité à la Constitution de 1812. Le 16 mars 1820, dans les colonnes du Moniteur Universel, le lecteur apprend que « Sa Majesté accepte en toute liberté »61 le rétablissement de la Constitution de Cadix.

  • 62 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247. Voir Annexe 2.

42Le succès arrive à point nommé pour les constitutionnels français car le projet de loi sur la presse visant au retour de la censure est sur le point d’être voté. Le contrôle des publications, placé entre les mains d’un pouvoir de réaction, ne peut signifier pour eux que la fin de leur moyen de résistance et leur disparition progressive de l’espace public. Il est donc nécessaire que le souffle de liberté suscité par le mouvement du colonel Quiroga les empêche de sombrer dans le désespoir. Le 18 mars 1820, La Renommée ne contient pas sa joie et titre, à la une, « L’Espagne libre »62. Comme un ultime cri, le rédacteur annonce :

  • 63 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247.

« Heureux Espagnols, la liberté vous est rendue au moment où elle nous est ravie ; vos cachots se vident et les nôtres vont se remplir ; vos exilés tournent avec confiance leurs regards vers la patrie et les nôtres regardent avec effrois les routes qui conduisent hors de la France ; vous avez mérité tout le bien qui vous arrive, mais par quels crimes, par quels revers avons-nous mérité tous les maux qui nous menacent ? »63.

  • 64 Le Journal des Débats, le 18 mars 1820.
  • 65 Constitution politique de la monarchie espagnole, traduit de l’espagnol par P. de Lasteyrie, Paris, (...)
  • 66 Constitution politique de la monarchie espagnole promulguée à Cadix, le 19 mars 1812, traduite de l (...)
  • 67 Constitution politique de la monarchie espagnole promulguée à Cadix, op. cit., p. 5.

43Avec la rage de l’impuissance, les libéraux se raccrochent maintenant aux liberales, ces piètres faiseurs de Constitution. Cependant, il est temps pour les Français de connaître la nature du Code gaditan. Alors que Le Journal des Débats affirme qu’elle « réduit le pouvoir royal à celui du doge de Venise »64, sa méconnaissance entraîne une fois encore des interprétations conflictuelles. Les quotidiens libéraux annoncent donc, dès le lendemain du décret de Ferdinand, qu’une nouvelle traduction de la Constitution faite par le chef d’escadron Duvergier est disponible chez le libraire Corréard. Fort semblable à celle du comte de Lasteyrie65, c’est « l’avant-propos » qui la distingue. Duvergier, ancien officier de Napoléon et rédacteur à L’Aristarque, semi-périodique ultralibéral, s’adresse directement aux Français et tout en saluant cette « sublime révolution »66, leur rappelle qu’ils sont toujours les « enfants chéris de la liberté »67. Il fait de la publication de ce code de lois, un outil de combat pour la cause libérale nationale.

44En fait, comme en 1814, le code gaditan est toujours peu apprécié par les libéraux français. Eux qui se sont battus durant des années contre l’influence des Jésuites et l’envoi des Missions chrétiennes dans tout le royaume voient avec déplaisir l’intrusion de la religion dans des institutions libérales. Après l’exaltation des premiers jours, les déconvenues se succèdent. L’annonce de l’exclusion (momentanée) des Afrancesados de l’amnistie générale, par la Junte provisoire, prouve une fois de plus le conservatisme de ces réformateurs.

  • 68 SAN MIGUEL, Evaristo, Relation de l’expédition de Riego, Paris, Corréard, 1820, 31 p.

45Alors qu’un ordre constitutionnel s’instaure à Madrid, la loi draconienne sur la presse est votée à Paris (31 mars). Avant de se taire, les commanditaires de La Renommée veulent rappeler à l’opinion publique les enseignements qu’il faut retenir du soulèvement andalou. Ils annoncent que le libraire Corréard a fait traduire et vend la Relation de l’expédition de Riego68. Ce récit rédigé par le colonel Evaristo San Miguel, acteur aux côtés de Riego des premiers jours de révolte en Andalousie, revient sur la succession des événements survenus depuis le 1er janvier 1820. S’il ne cache pas l’incompréhension populaire face aux volontés des insurgés, San Miguel livre aux lecteurs les éléments-clés qui ont permis la réussite de l’insurrection : la détermination sans faille des chefs, le désir collégial d’ordre constitutionnel, le travail de propagande de la colonne mobile... Dans cette brochure, les acteurs du soulèvement n’apparaissent jamais comme des exaltés, mais comme des agents efficaces pour la restauration de la liberté dans leur pays.

  • 69 Horace Vernet, Le général Quiroga, portrait en pied ; Hippolyte Lecomte, Le général Riego, portrait (...)
  • 70 La Renommée, le 1er avril 1820, n° 261.

46Les constitutionnels français, de manière implicite, ouvrent leurs bras à leurs compatriotes militaires, qui pour beaucoup avant d’avoir été les serviteurs de Napoléon, s’étaient battus pour la liberté et la nation sous la République. Par une propagande habile, en usant des héros espagnols, les publicistes rappellent qu’il existe une autre gloire que celle de remporter des victoires et conquérir des territoires. Les grandes figures d’Espagne doivent servir à faire des émules parmi les Français. Pour les célébrer, des lithographies du général Quiroga, de Rafael del Riego et des « Immortels » (Arco Agüero, López Baños, Riego et Quiroga) sont vendues chez les Marchands de Nouveautés69. Un rédacteur de La Renommée insiste sur le rôle magnifique de ces patriotes armés « Quiroga, en élevant la voix au nom de dix millions d’Espagnols opprimés, leur a fourni le moyen de manifester leurs véritables sentiments ; il a dissipé les ténèbres »70. Si la Constitution de 1812 n’est d’aucun intérêt pour les constitutionnels français, ils admirent et retiennent le modus operandi, novateur et audacieux, alliant l’armée et la nation à un homme providentiel.

  • 71 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247.

47Quand l’événement se termine par l’acceptation de Ferdinand de devenir un souverain constitutionnel, en France, les hommes de conviction, écrivains à la plume facile, se l’accaparent sans même s’intéresser à la réalité politique espagnole. Ainsi, dans La Renommée, on insinue que la fraternité de principes entre libéraux et liberales pourrait à l’avenir se transformer en une solidarité à caractère subversif. Il est écrit, le 18 mars 1820, « Vaillants Espagnols, achevez votre noble entreprise ; fondez l’empire des lois dans cette vaste enceinte que ferment de toutes parts les hautes Pyrénées et les flots des deux mers. Hélas ! Peut-être nous faudra-t-il un jour, suppliants de la liberté, aller, sur les bords du Mancanarès, rallumer son flambeau éteint aux rives de la Seine »71. Au détriment du caractère intrinsèquement loyaliste et monarchique des insurgés de l’Andalousie, les rédacteurs de La Renommée font des Espagnols de futurs complices dans la lutte qu’ils comptent engager contre les serviteurs ardents de Louis XVIII.

  • 72 Le Drapeau blanc, le 21 mars 1820, n° 81. À voir pour le développement de cette pensée contre-révol (...)

48Les contre-révolutionnaires de Paris, quant à eux, accordent aussitôt un caractère continental à ce fait de résistance à l’ordre monarchique. Un publiciste du Drapeau blanc affirme que « la révolution avait les armes à la main en Espagne ; elle a surpris la légitimité sans défense et l’a soumise à son empire dévorant. Rien n’égale l’insolence d’un triomphe dont le génie du mal doit d’autant plus s’enorgueillir, qu’il devait être plus éloigné d’en former l’espérance »72. Les ultraroyalistes intègrent ce mouvement constitutionnel au passé abhorré de la Révolution tout en lui conférant une dimension transnationale subversive.

49***

50Loin de répondre à une rigueur professionnelle encore rare dans un temps où la presse demeure avant tout un levier efficace sur l’opinion publique, l’écho de l’insurrection a été pendant plus de cent jours un objet de mystifications, volontaires ou pas, et de manipulations partisanes. Malgré ses exagérations, la presse française a, tout de même, rempli la fonction de canal de diffusion culturel entre les habitants des deux royaumes.

  • 73 DE FRANCESCO, Antonino, Rivoluzioni e costituzioni. Saggi sul democratismo politico nell'Italia nap (...)

51La mise en application d’une censure sévère à Paris (printemps 1820) n’atténue guère le pouvoir d’influence de la presse. Ainsi à partir de l’été 1820, le soutien ou le rejet des rédacteurs de feuilles d’opinion concernant l’avènement par les armes de la Constitution gaditane à Naples et à Lisbonne contribuent grandement à accentuer les clivages politiques au sein de la société française et européenne73. Pendant tout le Triennat Libéral (1820-1823), les libéraux et contre-révolutionnaires, comme les ministres de Louis XVIII, pour stigmatiser ou soutenir le régime constitutionnel de Madrid, vont user de cette rhétorique utilisée dans la presse quotidienne durant les premiers jours du pronunciamiento.

52Cependant la compréhension de ce premier acte matriciel dans la remise en cause des volontés de la Sainte-Alliance appartient davantage pour les Français à un imaginaire politique qu’à une vision lucide et dépassionnée d’un processus d’acquisition de droits de la part de la nation espagnole. C’est en prenant en compte cette distorsion permanente pour les contemporains entre la réalité des faits espagnols et leur interprétation en France, qu’une étude des différentes natures des relations des deux côtés des Pyrénées durant le Triennat Liberal est envisageable.

Haut de page

Notes

1 La Renommée, le 21 mars 1820, n° 250.

2 SIMAL, Juan Luis, Emigrados. España y el exilio internacional, 1814-1834, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2012, 556 p., op. cit., pp. 15-56.

3 BRUYERE-OSTELLS, Walter, La Grande armée de la liberté, Paris, Tallandier, 2009, 335 p.

4 BAYLY, Christopher Alan, La naissance du monde moderne (1780-1914), traduit de l'anglais par Michel Cordillot, Paris, Éditions de L’Atelier, 2006, 608 p.

5 La Constitution politique de la monarchie espagnole, promulguée à Cadix le 19 mars 1812, Traduit de l’espagnol en français par E. Nuñez de Taborda, impr. de F. Didot, Paris, 1814 et Constitution politique de la monarchie espagnole, promulguée à Cadix, le 19 de mars 1812, traduit de l’espagnol par P. de Lasteyrie, Paris, J. G. Dentu, 1814.

6 VARELA SUANZES-CARPEGNA, Joaquín, La Constitución de Cádiz en su contexto español y europeo (1808-1823). Alicante, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, 2013. http://www.cervantesvirtual.com/obra/la-constitucion-de-cadiz-en-su-contexto-espanol-y-europeo-1808-1823/

7 Les articles qui se réfèrent à l’élection des députés au niveau provincial sont Título III (De las Cortes), Capítulo III (de las Juntas electorales de provincia), arts. 35-58 ; quant à l’intolérance religieuse, elle se trouve dans le Título II, Capítulo II, artículo 12.

8 BASABE, Nere, « Diez años de la Constitución de Cádiz en el debate político francés: 1814-1824 », Historia Constitucional, n° 13 (2012), pp. 23-72.

9 La Renommée, le 24 janvier 1820, n° 223.

10 CEPEDA GOMEZ, Jos, El ejército español en la política española 1787-1843. Conspiraciones y pronunciamientos en los comienzos de la España liberal, Madrid, 1990, 482 p. ou encore CASTELLS OLIVAN, Irène, « Le libéralisme insurrectionnel espagnol (1814-1830) », Annales historiques de la Révolution française, n° 36, 2004, pp. 221-233.

11 Comme le rappelle un rédacteur de La Renommée, cette communion repose sur « la liberté individuelle, l’égalité des droits, la liberté des cultes, l’égale répartition des impôts, la liberté de la presse et quelques autres droits qu’il fallait faire reconnaître en principe par une charte quelconque », La Renommée, le 14 janvier 1820, n° 213.

12 La Renommée, le 8 janvier 1820, n° 207.

13 DUFOUR, Gérard, « Juan Antonio Llorente, collaborateur de périodiques français et espagnols, rédacteur des Conversaciones de Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España (1820) », El Argonauta español, n° 6, 2009. http://journals.openedition.org/argonauta/720 ; DOI : 10.4000/argonauta.720

14  MORANGE, Claude, « Conde de Toreno, Historia del levantamiento, guerra y revolución de España », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine, n° 5, 2009. http://journals.openedition.org/ccec/3066

15 ROBERT, Vincent, « Lois, censure et liberté » et « Paysages politiques, cohérences médiatiques », in Dominique KALIFA, Philippe RÉGNIER, Marie-Eve THÉRENTY et Alain VAILLANT (dir.), La civilisation du journal, Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, pp. 61-95 et 213-248.

16 PARENT-LARDEUR, Françoise, Lire à Paris au temps de Balzac. Les cabinets de lecture à Paris 1815-1830, Paris, Éd. de l’E.H.E.S.S., 1981, 222 p.

17 Fin 1819, bruits et rumeurs s’intensifient au rythme des affrontements politiques, à lire FUREIX, Emmanuel, « Histoire d’une peur urbaine : des “piqueurs” de femmes sous la Restauration », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 60-3, n° 3, 2013, pp. 31-54. https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2013-3-page-31.htm

18 On y trouve aussi Étienne Aignan, Théophile Châtelain… L’esprit du périodique est tout de même largement insufflé par Benjamin Constant. CONSTANT, Benjamin, Recueil d’articles. Le Mercure, La Minerve et la Renommée, introduction, notes et commentaires par HARPAZ, Ephraïm, Genève, Droz, 1975, deux volumes, 1565 p.

19 HATIN, Eugène, Histoire du journal en France. Paris, P. Jannet éditeur, 1853, op. cit., pp. 128-142.

20 En janvier 1820, Plassan, l’imprimeur libéral parisien tire La Renommée à 1 000 exemplaires et La Minerve française à 8 000 (Archives nationales (Pierrefitte), F18104, Imprimerie, librairie, presse, censure). Lenormant chargé de l’impression du Conservateur, au même moment, en façonne 6 000 (Archives nationales, F1892b Imprimerie, librairie, presse, censure).

21 NAGY, Laurent, « La presse patriote à la conquête de l’opinion publique : Le cas de L’Homme gris (1817-1818) », in Philippe BOURDIN, Jean-Claude CARON (dir.), L’homme politique et la presse, de Camille Desmoulins à Émile de Girardin, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2018, pp. 73-86.

22 Le Moniteur universel, le 18 janvier 1820, n° 18.

23 Le Moniteur universel, le 18 janvier 1820, n° 18.

24 La Renommée, le 22 janvier 1820, n° 223.

25 La Renommée, le 2 février 1820, n° 232.

26 La Renommée, le 23 janvier 1820, n° 222. Leur réseau d’influence leur ouvre une fenêtre sur les Tuileries, un Bulletin de la cour relate cette anecdote « M. de Fernán-Núñez souriait en parlant de la révolte des troupes de l’Andalousie ; les vieux courtisans en concluaient que les choses allaient mal ». La Renommée, le 1er février 1820, n° 231.

27 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 1er février 1820, n° 32.

28 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 27 janvier 1820.

29 Le Journal des Débats, le 27 janvier 1820. Voir annexe 1.

30 Le Journal des Débats, le 27 janvier 1820.

31 La Renommée, le 5 février 1820, n° 235.

32 Le Drapeau blanc, le 28 janvier 1820, n° 28.

33 Le Drapeau blanc, le 28 janvier 1820, n° 28.

34 Le Journal des Débats, le 28 janvier 1820.

35 Le Journal des Débats, le 28 janvier 1820.

36 Le comte de Villèle veut forcer le gouvernement à « recourir aux voies illégales, d’employer des moyens extrêmes si on ne change pas la loi sur les élections », Le Moniteur universel, discours du 15 janvier 1820.

37 La Renommée, le 15 mars 1820, n° 225.

38 La Renommée, le 24 janvier 1820, n° 223.

39 La Renommée, le 28 janvier 1820, n° 227.

40 La Renommée, le 26 janvier 1820, n° 225.

41 La Renommée, le 13 février 1820, n° 213.

42 « Quiroga, colonel du régiment des Asturies, est un vétéran qui unit une grande connaissance du métier des armes, une taille avantageuse et une figure qui prévient en sa faveur. Il est d’une vivacité et d’une activité remarquables ; aucun obstacle, aucun danger ne saurait l’arrêter. Il a été nommé par acclamation, commandant de l’armée, avec le titre de général en chef par intérim de l’armée nationale ». Lettre tirée du Morning Chronicle, dans La Renommée du 14 février 1820, n° 214.

43 Le Drapeau blanc, le 22-23 janvier 1820, n° 22 et 23.

44 NAGY, Laurent, D’une Terreur à l’autre, Paris, Éditions Vendémiaire, 2012, pp. 129-153.

45 Le Drapeau blanc, le 29 janvier 1820, n° 29.

46 Id.

47 Id.

48 CHATEAUBRIAND, François-René de, De l’Espagne, Le Conservateur, Tome VI, 71e livraison, 28 janvier 1820.

49 Le vicomte de Chateaubriand a parcouru, en 1807, la péninsule « à flanc d’étrier » lors de son retour de Terre Sainte.

50 La Renommée, le 6 février 1820, n° 236.

51 MALANDAIN, Gilles, L’introuvable complot : attentat, enquête et rumeur dans la de la Restauration, Paris, Éd. de l'École des hautes études en sciences sociales, 2011, 333 p.

52 Le Drapeau blanc, le 9 février 1820, n° 40.

53 SÁNCHEZ MARTÍN, Víctor, Rafael del Riego. Símbolo de la Revolución Liberal, Thèse de doctorat, Universidad de Alicante, 2016, pp. 261-349.

54 La Renommée, le 19 février 1820, n° 219. Extrait d’une lettre publiée dans La Tribune de la Gironde, 12 février 1820.

55 Le libraire Corréard propose un plan lithographié de la baie de Cadix qui « peut servir à suivre le récit, la manœuvre et les opérations de l’armée insurgée et l’armée royale ». La Renommée, 2 mars 1820, n° 231.

56 La Renommée, le 5 mars 1820, n° 234.

57 La Renommée, le 5 mars 1820, n° 234.

58 La Renommée, le 7 mars 1820, n° 236.

59 La Renommée, le 9 mars 1820, n° 238.

60 La Renommée, le 17 janvier 1820, n° 216.

61 Le Moniteur universel, le 16 mars 1820.

62 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247. Voir Annexe 2.

63 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247.

64 Le Journal des Débats, le 18 mars 1820.

65 Constitution politique de la monarchie espagnole, traduit de l’espagnol par P. de Lasteyrie, Paris, J. G. Dentu, 1814.

66 Constitution politique de la monarchie espagnole promulguée à Cadix, le 19 mars 1812, traduite de l’espagnol par Aimé Duvergier, Paris, Corréard, 1820, p. 5.

67 Constitution politique de la monarchie espagnole promulguée à Cadix, op. cit., p. 5.

68 SAN MIGUEL, Evaristo, Relation de l’expédition de Riego, Paris, Corréard, 1820, 31 p.

69 Horace Vernet, Le général Quiroga, portrait en pied ; Hippolyte Lecomte, Le général Riego, portrait en pied ; Eugène Lamy, Les immortels, lithographie d’après nature à Cadix en 1820 (https://www.europeana.eu/portal/es/record/2022703/oai_euromuseos_mcu_es_euromuseos_MNR_CE5723.html).

70 La Renommée, le 1er avril 1820, n° 261.

71 La Renommée, le 18 mars 1820, n° 247.

72 Le Drapeau blanc, le 21 mars 1820, n° 81. À voir pour le développement de cette pensée contre-révolutionnaire BUSAALL, Jean-Baptiste, Le spectre du Jacobinisme. L’expérience constitutionnelle française et le premier libéralisme espagnol, Madrid, Casa de Velázquez, 2012, 446 p.

73 DE FRANCESCO, Antonino, Rivoluzioni e costituzioni. Saggi sul democratismo politico nell'Italia napoleonica 1799-1821, Naples, ESI, 1996, 164 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Nagy, « Les premiers échos du pronunciamiento de 1820 dans la presse parisienne », El Argonauta español [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2726 ; DOI : 10.4000/argonauta.2726

Haut de page

Auteur

Laurent Nagy

Docteur en Histoire, Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals