Navigation – Plan du site
Livraison janvier: Varia

L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador, même combat

Gérard Dufour

Résumés

Journal « servil » fondé en juin 1823 par le P. Manuel Martínez, El Restaurador fut la version espagnole du journal ultraroyaliste et ultramontain créé en France en 1814 par M. Picot, L’Ami de la religion et du Roi. On y trouve ainsi les mêmes objectifs, et les mêmes thèmes, en particulier pour ce qui concerne l’exaltation des victimes des révolutionnaires, systématiquement et parfois difficilement élevées à la dignité de martyrs de la Foi. Et même si l’on peut noter une différence de traitement de l’information au sujet de la mort de Riego, les deux périodiques sont bien parfaitement semblables. En revanche, les motivations de leurs deux rédacteurs ne le sont pas : celui de L’Ami de la Religion et du Roi est ultraroyaliste parce que seul l’absolutisme monarchique peut assurer le triomphe de l’ultramontanisme qu’il souhaite voir régner en France ; celui de El Restaurador est ultramontain car c’est la seule façon de justifier l’absolutisme qu’il soutient.

Haut de page

Texte intégral

Journaliste : homme qui pense pour ses abonnés.

Journal (abonné de) : homme qui reçoit son opinion toute faite chaque matin, et qui lui est fidèle toute la journée

Petit dictionnaire libéral (1823).

  • 1 MONTESQUIEU, Pensées diverses, in Œuvres complètes avec des notes de Dupin, Crevier, Voltaire, Mabl (...)
  • 2 « Servile : nom que l’on donne aux Ultra d’Espagne et qui convient également à ceux de tous les pay (...)
  • 3 Sur la presse du Trienio liberal, on consultera l’appendice V (« Indice alfabético de periódicos ») (...)

1Selon Montesquieu, « un ouvrage original en fait presque toujours construire cinq ou six cents autres, ces derniers se servant du premier à peu près comme les géomètres se servent de leurs formules »1. Cette observation est particulièrement fondée en ce qui concerne la presse et, pour s’en convaincre, il suffit de songer aux gazettes qui, au XVIIIème siècle, se multiplièrent non seulement dans toutes les capitales, mais dans toutes les villes importantes de l’Europe, ou encore aux épigones du Spectator d’Addison et Steele qui fleurirent un peu partout. Et à une époque où la notion de plagiat était totalement inconnue des journalistes, on utilisa sans vergogne les « concepts éditoriaux » (comme l’on dirait de nos jours) qui avaient fait leurs preuves, en reprenant même purement et simplement le titre du périodique qui avait servi de modèle. Cette pratique fut parfaitement courante en Espagne entre 1820 et 1823, cette période que l’on qualifia alors en France de seconde révolution d’Espagne et qu’ensuite les Espagnols (qui ne savent pas compter) appelèrent le Trienio liberal. Bon nombre de journaux ou revues qui virent le jour Outre-Pyrénées avec le rétablissement de la liberté de la presse se présentèrent avec orgueil comme la version hispanique de périodiques français, et cela, dans tous les camps, et dans tous les domaines. Chez les libéraux, la Minerva española, la Minerva nacional et la Minerva militar se référèrent à La Minerve française ; on se recommanda du plus important des quotidiens parisiens de gauche, Le Constitutionnel, en donnant le titre de El Constitucional à deux quotidiens publiés à Madrid, et à d’autres périodiques édités à Badajoz, Malaga, Murcie et Séville ; et ce que nous avons appelé le « libéralisme chrétien » s’exprima dans deux revues (Crónica religiosa et Política eclesiástica) directement inspirées par deux publications parisiennes (Chronique religieuse et Politique ecclésiastique). Les afrancesados, eux, publièrent El Censor dont le titre n’évoquait pas le périodique qui avait fait tant de bruit sous Charles III, mais le Censeur européen de Charles Comte et Charles Dunoyer, interdit de parution après l’assassinat du duc de Berry. Quant aux « serviles » (le terme fut aussi utilisé en France pour désigner les ultra espagnols2), ils ne furent pas en reste avec El Piloto, El Despertador et El Relámpago (une référence évidente aux journaux parisiens Le Pilote, Le Réveil et L’Eclair), ainsi qu’avec El Amigo de la Religión, publié à Barcelone entre avril 1820 et septembre 1821, et le Verdadero amigo de la religión, qui parut également à Barcelone entre le 1er avril et le16 mai 1821 et dont les titres étaient directement inspirés de la très ultraroyaliste et ultramontaine revue L’Ami de la Religion et du Roi3.

Son semblable, son frère

  • 4 Ibid., II, pp. 974-982.
  • 5 Madrid, Alianza, 2002.
  • 6 « En el día de la Restauración. Oda patriótica de D. Juan Bautista de Arriaza. Pinta los males de l (...)

2Nous n’avons pas trouvé d’autre périodique du Trienio liberal faisant directement référence à L’Ami de la Religion et du Roi. Mais il ne fait aucun doute que ce dernier servit aussi de modèle à un quotidien au titre plus que significatif : El Restaurador. Et au passage, nous nous permettrons de faire observer que si le terme de restauración n’a pas été inclus par Alberto Gil Novales dans le « vocabulario político social de 1820-1823 » qu’il a publié dans son ouvrage sur Las sociedades patrióticas4, pas plus d’ailleurs que par Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián dans leur Diccionario político y social del siglo XIX español5, il fut néanmoins d’usage courant dès le mois de juin 1823, comme en témoigne, par exemple, une ode publiée dans le Diario de la Ciudad Valencia le 13 de ce mois, « día de la Restauración de los Borbones »6.

  • 7 L’Ami de la Religion et du Roi, journal ecclésiastique, politique et littéraire, à Paris, chez Adri (...)
  • 8 GIL NOVALES, Alberto, Las Sociedades patrióticas (1820-1823)…, op. cit., tome II, p. 1037.
  • 9 Selon José Manuel Vadillo, qu’Alberto Gil Novales cite avec quelque scepticisme, Ostolaza et d’autr (...)

3L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador n’ont pas comme seul point commun la volonté affichée de leurs rédacteurs de traiter de questions religieuses et politiques car, comme il est dit dans le prospectus de la revue française, « le monde religieux et le monde politique se tiennent par bien des rapports »7. Elles voient le jour toutes les deux (la française, à Paris, en juin 1814, l’espagnole à Madrid, en juin 1823) au début d’un processus de restauration monarchique encore balbutiant, dans le but déclaré de favoriser la consolidation des régimes rétablis qui, pour le gouvernement de Louis XVIII, « autorisa et encouragea » (au moins !) la première, alors que la Régence qui œuvrait au rétablissement sur son trône de Ferdinand VII finança la seconde à hauteur de 30 000 euros8. L’une et l’autre publication furent l’œuvre, pour l’essentiel, de « savants ecclésiastiques », pour reprendre l’expression de L’Ami de la Religion et du Roi. Et si celui-ci fut dirigé par «un obscur, un sans grade », un certain M. Picot, El Restaurador le fut par le P. Manuel Martínez, qui, bien qu’ayant servi le général Kellermann à Valladolid pendant la Guerre d’Indépendance, s’était rendu célèbre en 1814 par ses diatribes contre les « fameux traitres réfugiés en France » et avait vu son zèle anti-afrancesado récompensé par sa nomination par Ferdinand VII comme consulteur de la Nonciature, prédicateur du Roi, et conseiller honoraire du Saint-Office9.

  • 10 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », 1814, p. 2.
  • 11 La collection que nous avons utilisée (celle de la Biblioteca Nacional de Madrid, mise en ligne sur (...)

4L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador n’appartiennent pas en revanche au même type de périodiques. Le premier était une revue bi-hebdomadaire paraissant le mercredi et le samedi ; le second, un quotidien qui faisait relâche le lundi. Mais la revue entendait « rendre compte des principaux événements politiques ». Aussi son rédacteur déclara-t-il dans le prospectus que « sans entrer, comme les autres journaux, dans le détail minutieux de toutes les nouvelles de ce genre, nous aurons soin de ne pas omettre ce que tout le monde doit désirer de connaitre. Nous éviterons d’en dire, à cet égard, trop et trop peu »10. C’est une promesse de journaliste : M. Picot, en commentant les faits qu’il jugera intéressants, se montrera tout aussi prolixe que ses confrères du Drapeau blanc, du Journal des débats, de La Quotidienne ou du Constitutionnel et, de fait, L’Ami de la Religion et du Roi, malgré sa périodicité, est à la fois une revue et un journal. El Restaurador, en revanche, se présente dans sa première page comme une gazette, avec ses nouvelles de l’étranger. Mais cette rubrique est vite expédiée (elle dépasse rarement la une) pour faire place aux nouvelles d’Espagne et à des articles de fond, plus propres d’un magazine que d’un quotidien. Revue-journal, ou journal-revue, c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Mais l’ambition des rédacteurs de nos deux revues était moins d’informer leurs lecteurs que de leur offrir une somme politique et religieuse consultable à tout moment. Aussi –fait rarissime pour un quotidien de l’époque– le P. Manuel Martínez suivit-il l’exemple de son confrère M. Picot en incitant ses lecteurs à faire relier les exemplaires de El Restaurador en volumes mensuels (ils étaient trimestriels pour L’Ami de la Religion et du Roi) en confectionnant des « tables » destinées à être placées en guise d’index en tête de chacun d’entre eux11. Enfin, nos deux périodiques se ressemblent par le format, chaque livraison étant constituée de cahiers in-8° (de 16 pages pour le français, de huit pages –parfois 12– pour l’espagnol) et la présentation extrêmement dépouillée qui, sans leur être exclusive, loin s’en faut, contrastait fort avec les débauches ornementales dont se paraient alors certains quotidiens notamment en France.

L’Ami de la Religion et du Roi. Journal ecclésiastique, politique et littéraire. Page de garde du tome XXIII, 1820.

L’Ami de la Religion et du Roi. Journal ecclésiastique, politique et littéraire. Page de garde du tome XXIII, 1820.

Source : Bibliothèque nationale de France. Identifiant Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k35703r

El Restaurador, 2 de julio 1823 (n° 2), p. 9.

El Restaurador, 2 de julio 1823 (n° 2), p. 9.

Source: Biblioteca Nacional de España. Identifiant Hemeroteca digital: http://hemerotecadigital.bne.es/​details.vm?o=&w=2171-1232&f=issn&l=500

Ejusdem farinae

  • 12 El Restaurador, « Protesta » (n° 1, martes 1 de junio de 1823, p. 7): « los Editores del Restaurado (...)
  • 13 El Restaurador, martes 2 de septiembre de 1823 (n° 58), pp. 554-556; L’Ami de la Religion et du Roi (...)

5Puisque l’un se déclarait « l’ami de la religion et du roi » et que l’autre proclamait arborer la bannière du catholicisme et du royalisme12, il n’est guère étonnant de retrouver les mêmes thèmes dans nos deux journaux. Ainsi, portèrent-ils l’un et l’autre une attention toute particulière au Saint-Siège, « cette autorité mère » comme le disait L’Ami de la Religion et du Roi qui, dans son prospectus, l’avait placé en tête des sujets dont il entendait entretenir ses lecteurs. Et non seulement ils ne manquèrent pas, dès que la nouvelle de sa mort, le 20 août 1823, leur fut connue, de rendre un vibrant hommage à Pie VII, le pape qui avait tenu tête à Napoléon, mais ils insistèrent sur les mêmes points, dont un, selon L’Ami de la Religion et du Roi, n’avait « pas été assez remarqué » : son « éloignement du népotisme »13.

  • 14 Voir, par exemple, l’article « Libros pésimos », El Restaurador, miércoles 30 de julio de 1823 (n°  (...)
  • 15 El Restaurador du dimanche 9 novembre 1823 (n° 119, p. 1063) parle ainsi des « discursos que public (...)
  • 16 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 30 septembre 1820 (n° 641), tome XXV, p. 230.
  • 17 El Restaurador, sábado 5 de julio de 1823 (n° 5), p. 39: « la invención de la enseñanza mutua, a pe (...)
  • 18 Cf., par exemple, El Restaurador, domingo 16 de agosto de 1823 (n° 45), pp. 434-436.

6Tout comme L’Ami de la Religion et du Roi, El Restaurador entendit faire du passé récent table rase. Adoptant les thèses de Barruel sur le complot philosophico-maçonnique qui avait provoqué la Révolution française, mère de tous les maux, ils crièrent haro sur les philosophes et entonnèrent à pleins poumons l’antienne « C’est la faute à Voltaire… c’est la faute à Rousseau » suivi du « Hors de l’Eglise, point de salut ! ». Le retour au passé, c’était l’abolition des mesures prises à l’encontre du clergé par les Cortès, la restauration des jésuites, dont El Restaurador se réjouit de pouvoir annoncer qu’ils avaient repris possession à Madrid de leur église de San Isidro et que les chanoines qui les avaient remplacés avaient débarrassé le plancher. C’était la prohibition des mauvais livres14 et donc le retour du Saint-Office et les rédacteurs de El Restaurador ne le cédèrent en rien à ceux de L’Ami de la Religion et du Roi dans leur horreur (pour ne pas dire leur haine) du « sieur » Llorente, l’apostat qui avait osé publier L’Histoire critique de l’Inquisition, qui servait de Bible à tous ceux qui dénonçaient les méfaits de ce tribunal religieux15. C’était envoyer au plus profond de chaque royaume des missionnaires, dont L’Ami de la Religion et du Roi détaillait à l’infini l’activité et ne cessait de vanter l’efficacité de ceux dont « la devise est comme celle de la garde fidèle : ‘Pour Dieu et le Roi’ » 16 et dont El Restaurador demandait qu’ils parcourussent l’Espagne au plus tôt. C’était s’opposer à tout enseignement non dispensé par des religieux et en particulier à l’enseignement mutuel qui ne pouvait être que nocif puisqu’il avait été inventé par un Quaker17! C’était aussi, bien évidemment, vouer aux gémonies les francs-maçons18.

7Tout cela, me direz-vous, n’a rien d’original dans des journaux qui prétendaient parler au nom de l’Eglise catholique, apostolique et romaine. « Encore heureux ! » vous aurait répondu l’abbé Plongeron, qui dans les années 70 du siècle dernier fut l’un des ténors de la Nouvelle Histoire, spécialiste (parfois profond et souvent abscond) de la question religieuse dans la France des XVIIIème et XIXème siècles, qui affirmait à qui voulait l’entendre avoir fait cette remarque à un doctorant qui, en soutenance, soulignait le manque de singularité des prises de position de l’évêque qui faisait l’objet de sa thèse.

  • 19 La Peau de chagrin, in La Comédie humaine, Paris, Jean de Bonnot éditeur, 1987, tome 24, p. 52.
  • 20 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 10 mars 1821 (n° 687), tome XXVII, pp. 120-121.
  • 21 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D****, Bruxelles, 12 vols., 183 (...)
  • 22 L’Ami de la Religion et du Roi…, tome XXVII (1821), pp. 120-121 : « Le Roi a fait annoncer à tous l (...)

8Mais il est un domaine où L’Ami de la Religion et du Roi, mettant au service du roi de France rétabli sur le trône l’autorité qu’étaient censée détenir ses rédacteurs de par leur condition d’ecclésiastiques, avait ouvert une voie nouvelle à la propagande royaliste et que El Restaurador s’empressa d’emprunter à son tour : l’inclusion de la célébration des martyrs de la Révolution française et de ses séquelles (l’Empire et le libéralisme) dans le calendrier liturgique. Quoi qu’il eût promis à ses sujets de leur apporter « union et oubli » (ce que Balzac qualifia de « fameux mensonge »19), Louis XVIII ne cessa de leur rappeler l’horreur des crimes des révolutionnaires par des actes solennels comme la translation des cendres des principales victimes de la Révolution et de l’Empire ou l’érection de monuments (chapelle de la Madeleine, sur l’emplacement où avaient été enterrés les corps de Louis XVI et de Marie-Antoinette, colonnes en mémoires des Vendéens, du duc d’Enghien, etc.)20. Affectant une dévotion sans faille qu’il était loin d’éprouver au fond de lui-même21 (il fit savoir par voie de presse qu’il dispensait de service pendant le carême de 1821 les officiers de sa Maison qui ne pourraient se soumettre au jeune strict qu’il pratiquerait lui-même22), Louis XVIII entendit faire de ces hommages posthumes autant de cérémonies expiatoires où la France, qui avait renouvelé le vœu de Louis XIIII qui la consacrait à la Vierge Marie et était redevenue « la fille ainée de l’Eglise » implorait, sous la conduite du clergé, le pardon divin pour les sacrilèges qu’elle avait commis en persécutant ceux qui avaient fait le sacrifice de leur vie « pour Dieu et le Roi ». Et non seulement les autorités multiplièrent ces cérémonies expiatoires (on alla jusqu’à rechercher les ossements dispersés sous la Révolution du très oublié Louis VII –mort en 1180– pour les replacer à l’abbaye de Barbeau, au sud de Paris), mais pour pérenniser l’hommage rendu aux martyrs qui avaient succombé à la fureur de l’esprit révolutionnaire, on institua des commémorations annuelles, toujours sous forme d’offices religieux solennels.

  • 23 Sur l’expiation érigée en système politique sous la Restauration, cf. notre article « Restauración (...)

9Force est d’avouer que cette politique donna les meilleurs résultats et que la France vécut alors au rythme des sonneries de cloches qui accompagnaient les processions. Mais force est d’avouer aussi que le pouvoir fut très efficacement secondé dans cette entreprise par L’Ami de la Religion et du Roi. Comprenant ce que prier veut dire, il ne cessa de présenter en martyrs de la Foi tous ceux qui avaient été victimes de la barbarie révolutionnaire, de l’Ogre corse, ou de la fureur du libéralisme (ceux qui avaient été massacrés par les septembriseurs, ceux qui avaient été enterrés à Picpus, les Vendéens qui étaient tombés à Quiberon, Charrette, La Rochejacquelein, Cadoudal, Pichegru) et en particulier, les membres de la famille royale: Louis XVI, qui, selon Louis XVIII, ne devait pas tarder à être le second roi de France (après Louis IX) à être canonisé, le duc d’Enghien et le duc de Berry. Et pour nous en tenir à un seul exemple de l’assimilation parfaitement abusive que cette revue pratiqua entre victimes politiques et martyrs de la Foi, nous ferons observer que c’est à la rubrique « nouvelles ecclésiastiques » que fut annoncée, en 1824, la translation des cendres du duc d’Enghien à la Sainte Chapelle du château de Vincennes23.

  • 24 El Restaurador, martes 8 de julio de 1823 (n° 8), pp. 58-59, et n° 10, jueves 10 de julio de 1823, (...)
  • 25 Ibid., p. 58 : « No fue otro su delito para expiar su vida en el cadalso que el haber levantado una (...)
  • 26 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 31 mai 1823 (n° 919), p. 89 ; El Restaurador, viernes 11 de (...)
  • 27 El Restaurador, domingo 24 de agosto de 1823 (n° 51), pp. 487-489.

10El Restaurador n’avait pas de si prestigieuses victimes du libéralisme à offrir à ses lecteurs puisque, contrairement à ce qu’avaient annoncé la plupart des feuilles royalistes et ultra en France, quand il accepta en mars 1820 de se soumettre à la Constitution de 1812, Ferdinand VII n’avait pas subi le sort qui avait été réservé à Louis XVI. Mais le P. Martínez (qui était parfaitement informé de ce qui se passait et s’était passé en France) utilisa le même système que L’Ami de la Religion et du Roi pour exalter, au nom de la religion, ceux qui étaient morts en raison de leur opposition au libéralisme. Ainsi, dès la septième livraison du journal, le 8 juillet 1823, fit paraître un article si long qu’il dut n’en publier la conclusion que deux jours plus tard dans lequel il rendait compte de la translation des cendres et de l’office solennel célébré en son honneur dans la sainte église cathédrale de Tolède, primatiale d’Espagne, du Héros de la Religion et de la Patrie, don Antonio García Juzgado, chapelain de cette église »24 qui avait été garroté le 25 novembre 1822 sans avoir commis d’autre délit, disait-il, que d’avoir levé une troupe de braves pour défendre notre sacrosainte religion, la Patrie et la Souveraineté de notre roi adoré Ferdinand VII, en raison de la haine qu’il éprouvait pour le gouvernement révolutionnaire25. Mais don Antonio Juzgado n’était pas le seul prêtre distingué et vertueux, véritable défenseur de la Religion, serviteur dévoué de Ferdinand VII et héroïque martyr de la Patrie qui devait avoir été accueilli dans la Gloire du Tout-puissant après avoir été victime des ennemis de la religion et du roi. Tout comme L’Ami de la Religion et du Roi, qui évoqua à cette occasion « les massacres de Paris en septembre 1792 », El Restaurador dénonça l’exécution de l’évêque de Vich, Mgr. Ramón Strauch Vidal et des six prêtres qui l’accompagnaient26 . Il qualifia également de martyrs les 18 victimes de la justice constitutionnelle exécutés à Burgos, parmi lesquels il citait notamment le moine bénédictin Mauro Iglesias, le P. Salvador Rejón, prédicateur du couvent de Francisco de Silos ; le prêtre Lucas Ugalde, sous-chantre de la collégiale de Lerma ; auxquels il ajoutait 16 autres victimes de la province de Burgos parmi lesquels on comptait le curé de Rabé, « servile hors pair », un certain Ortega, qui avait reçu les ordres mineurs; le curé de Roa, Quintana ; un frère de la Merci assassiné à Mazuela, deux autres à Aranda et encore deux autres à Barbadillo de los Herreros ; un moine fouetté et écorché vif dans la montagne ; et enfin un prêtre qui avait donné à un commandant l’accolade que celui-ci lui avait demandée et qui le cribla en retour de coups de sabres qui entraînèrent sa mort27.

  • 28 El Restaurador, jueves 25 de septiembre de 1823 (n° 80), p. 732.

11El Restaurador ne rendit pas d’hommage particulier à Vinuesa, le curé de Tamajón, massacré en prison à coups de marteau par une populace furieuse de ne le voir condamné qu’à 10 ans de bagne alors qu’il était accusé de conspirer pour rétablir la monarchie absolue. Ses rédacteurs attendaient sans doute la date anniversaire de sa mort, qui avait eu lieu le 4 mai 1821, pour s’acquitter de ce devoir. Mais le 4 mai 1824, El Restaurador avait cessé de paraître. Toutefois, il ne fait aucun doute que le martyr Vinuesa (comme ils l’appelèrent en faisant incidemment allusion à son triste sort dans un article du 25 septembre 182328) était à leurs yeux le martyr parmi les martyrs de la période révolutionnaire.

  • 29 N° 69, p. 639 et p. 642.
  • 30 Ibid., p. 639.

12En revanche, le journal du P. Martínez consacra la quasi-totalité de son numéro du 14 septembre 1823 à rendre hommage au général Elío, en mémoire duquel la ville de Valence avait fait célébrer un office religieux solennel à l’occasion de l’anniversaire de son exécution. Le général Elío, qui s’était rendu célèbre par sa dureté, voire cruauté à l’égard des rebelles d’Amérique, n’était sans doute pas de ceux pour qui le Saint-Siège aurait pu entamer une procédure de béatification. Aussi le P. Martínez se garda bien d’employer à son égard le terme de « martyr ». Mais il le qualifia (par deux fois !) de « héros chrétien » (héroe cristiano)29, ce qui n’est guère différent, allant même jusqu’à affirmer que juste avant sa mort, il avait étonné ses confesseurs par sa vertu et avait imité en tout point le Rédempteur (« asombra a los confesores por su virtud […] llevando a lo sumo la imitación del redentor »30).

  • 31 « Tristes recuerdos del inicuo proceso, sentencia injusta y sacrificio atroz del glorioso mártir de (...)
  • 32 El Restaurador, jueves 4 de diciembre de 1823 (n° 140), p. 1222.
  • 33 Ibid., p. 1223 : « juzgó un deber cristiano salir a la lid a pelear las guerras del Señor ».
  • 34 El Restaurador, viernes 12 de septiembre de 1823 (n° 147), p. 1277 (« víctima de sus acendrado amor (...)
  • 35 El Restaurador, domingo 11 de enero de 1823 (n° 10), p. 81 où la victime est qualifiée de « valeros (...)
  • 36 El Restaurador, jueves 22 de enero de 1824 (n° 19), pp. 155-157.

13A vrai dire, à l’inverse de leurs confrères de L’Ami de la Religion et du Roi, les rédacteurs de El Restaurador eurent quelque peine à attribuer la palme du martyre chrétien aux victimes laïques de la révolution. Ainsi, même si le journal dirigé par le P. Martínez s’étendit longuement sur la fin tragique du Français Teodoro Goiffieu, lieutenant-colonel aux Gardes royales espagnoles, il ne fut qualifié que de « martyr de la légitimité bourbonnienne »31. Et (bien qu’il y eut un prêtre parmi eux) en rendant compte du service solennel célébré en leur honneur à Vitoria le 25 novembre 1823, il présenta comme « martyrs de la loyauté » les cinq royalistes de cette ville ou de ses alentours assassinés ou exécutés pendant la révolution32, sans évoquer le moins du monde les motifs religieux qui auraient pu les pousser à sacrifier leurs vies. Il le fit en revanche avec insistance à la page suivante, en informant ses lecteurs de la messe anniversaire qui avait été dite à Tolède à la mémoire du vénérable prêtre don Atanasio García Juzgado, « héros de la religion et de la patrie », mort sur l’échafaud pour avoir considéré comme son « devoir de chrétien de prendre les armes pour combattre pour le Seigneur »33. Mais si l’on peut noter chez les rédacteurs de El Restaurador quelque tendance à réserver la palme du martyre chrétien aux seuls ecclésiastiques, force est de noter que cette attitude ne fut pas systématique et, par exemple, les honneurs funèbres rendus à Ségovie au capitaine Santiago Creps « héros du christianisme et de la loyauté » furent bien ceux dus à un martyr, « victime de son amour débordant pour le roi Notre Seigneur et pour notre Sacrosainte religion »34. Et il en fut de même pour don Manuel de Castro, baron de Sancti Joanni, dont El Restaurador informa ses lecteurs de la façon édifiante dont il avait affronté la mort infligée par le bourreau en publiant une lettre de La Corogne dans laquelle cette autre victime de la révolution était qualifiée non seulement de martyr mais de confesseur35. Et le P. Martínez tout comme ses collaborateurs mirent si bien leurs pas dans ceux des rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi que, le 22 janvier 1824, ils consacrèrent un long article (une page et quart en petits caractères) à la commémoration, à Madrid, dans l’église des Carmes déchaux, de la mort du « Roi martyr », Louis XVI, en soulignant, en guise de conclusion, que Ferdinand VII aurait fort bien pu connaître le même sort36.

Nuances et différence de nature de l’engagement

14La seule différence que l’on puisse noter entre L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador concerne le traitement réservé à Riego une fois qu’il fut arrêté à Arquillos puis condamné à mort à Madrid. La revue française affecta la plus grande retenue et considéra que le rebelle de la Isla de León avait payé le juste prix de ses crimes. El Restaurador laissa d’abord éclater sa joie, allant même, pour célébrer l’heureux événement, jusqu’à publier des poésies de circonstances aussi ridicules que celle-ci, qu’il proposa de graver sur le futur monument que l’on pourrait ériger sur les lieux où fut arrêté Riego :

« Aquí acabó la jornada

Del capataz de los pillos

Que hizo en Arcos su pillada,

  • 37 El Restaurador, jueves 25 de septiembre de 1823 (n° 80), p. 734.

Y se le pilló en Arquillos »37

  • 38 El Restaurador, sábado 8 de noviembre de 1823 (n° 118), pp. 1048-1049. L’article se termine par ces (...)

15Mais il changea de ton quand il s’agit d’annoncer l’exécution du traître. Loin de s’acharner contre sa mémoire en publiant, comme la Gazeta de Madrid, des poèmes dans lesquels la vulgarité et la violence des injures proférées à l’encontre de l’ancien héros de la révolution n’avaient d’égales que leur abjection, El Restaurador insista longuement sur la fin édifiante qui, selon ses rédacteurs, aurait été celle de Riego et se réjouirent de ce que ce dernier était « mort en chrétien »38. Le P. Martínez et ses acolytes surpassaient peut-être l’abbé Picot dans l’exercice de la miséricorde exigée par le Christ de ses disciples. Mais à coup sûr, ils le surclassaient dans l’art de la récupération.

  • 39 BARRIO GOZALO, Maximiliano, El real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (1556-183 (...)

16Les nuances entre le discours de L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador sont donc si ténues que l’on serait tenté de dire que seule la langue distingue ces deux périodiques. Et pourtant, leur discours n’est pas de même nature. Le premier se présente comme une revue « religieuse, politique et [accessoirement, ajouterons-nous] littéraire ». Le second s’honore d’être un journal « politico-religieux ». Chez des hommes à qui on ne peut nier de réelles qualités d’écriture, l’ordre des mots a un sens : l’abbé Picot est royaliste parce qu’il sait que seule la royauté peut permettre la restauration (selon ses termes, mais celui d’installation serait plus juste) de l’ultramontanisme. Le P. Martínez est ultramontain et voue aux gémonies ceux qu’il appelle (à tort) les jansénistes tenants de l’épiscopalisme et du régalisme en matière religieuse car il sait que l’ultramontanisme est la seule justification de l’absolutisme monarchique de droit divin qu’il soutient. Ni Louis XVIII, ni son successeur Charles X, ni Ferdinand VII ne se trompèrent sur l’engagement de l’abbé Picot et du P. Martínez : Picot mourut abbé, en 1840 ; Martínez, en 1827, évêque de Malaga, le cinquième siège épiscopal de la couronne de Castille de par la richesse de ses rentes –près d’un million de réaux– d’après les éminents travaux du professeur Maximiliano Barrio Gozalo39. Mais si leur engagement n’était pas de même nature, il eut les mêmes effets et l’un et l’autre contribuèrent puissamment au développement, en France et en Espagne, de cette société bien pensante, qui ne voyait point de salut hors de l’Eglise et de la légitimité monarchique.

« La Sainte Alliance des journalistes » mais un superbe isolement

  • 40 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 14 février 1824 (n° 993), tome XXXIX, p. 14.
  • 41 Le Constitutionnel, 4 novembre 1823, p. 2.
  • 42 El Restaurador, domingo 14 de diciembre de 1823 (n° 149), pp. 1295-1296 ; L’Ami de la Religion et d (...)
  • 43 El Restaurador, domingo 28 de septiembre de 1823 (n° 83), p. 751.
  • 44 El Restaurador, viernes 10 de octubre de 1823 (n° 93), p. 835.
  • 45 N° 11, p. 91; n° 13, p. 108; n° 15, p. 115; n° 84, p. 763; n° 86, p. 780; n° 127, p. 1117 et 1124
  • 46 N° 11, p. 94; n° 17, p. 132; n° 37, p. 349; n° 38, p  362; n° 47, p  454; n  51, p  486; n° 52, p.4 (...)
  • 47 N° 36, p. 338 ; n° 38, p. 362.
  • 48 N° 36, p. 338; n° 62, pp. 571-572; n° 85, p. 683; n° 87, p. 787; n° 90, p. 811; n° 96, p. 869; n° 1 (...)
  • 49 N° 38, p. 362; n° 46, pp. 445-446.
  • 50 N° 38, p. 362; n° 45, p. 434; n° 46, p. 446; n° 67, p. 691; n° 98, p. 885.
  • 51 N° 38, p. 362.
  • 52 N° 110, p. 981, n° 112, p. 998; n° 136, p. 1189; n° 138, p. 1206; n° 144, p. 1154; n° 160, p. 1381; (...)
  • 53 N° 155, p. 1344; n° 3 (1824), pp. 17-18; n° 8, p. 64.
  • 54 N° 58, p. 549, n° 153, pp. 1369-1372; n° 1 (1824), pp. 7-8.
  • 55 N° 39, p. 374;n° 50, p. 478; n° 59, p. 558, n° 62, p. 572; n° 82, p. 744; n° 27 (1824), pp. 221-222
  • 56 N° 136, p. 1189. El Restaurador cite aussi, sans autre précision, un journal de Bordeaux qui doit ê (...)

17L’ultraroyalisme dont fit preuve El Restaurador ne l’empêcha pas d’être compris dans le décret du 30 janvier 1824 qui interdit la parution en Espagne « de tous les journaux à l’exception de la Gazette, du Diario et des journaux de commerce, d’agriculture et arts qui se publient en province avec les autorisations nécessaires ». L’Ami de la Religion et du Roi s’en étonna et c’est en en annonçant sa disparition40 qu’il cita pour la première fois son homologue espagnol (qui fut en revanche, de juin 1823 à janvier 1824, la source préférée, voire unique, du Journal des débats pour les affaires d’Espagne et fut même utilisé par Le Constitutionnel en ce qui concerne l’acte d’accusation contre Riego41) alors qu’il lui avait parfois servi de source (comme lorsqu’il présenta à ses lecteurs la traduction de la lettre écrite par Riego la veille de son exécution, et dont la publication avait été un scoop de El Restaurador42). El Restaurador, pour sa part, cita deux fois L’Ami de le Religion et du Roi (au sujet du nombre infime de prêtres dont pouvait disposer l’évêque de l’Ohio aux Etats-Unis d’Amérique43 et à propos de la vente d’objets du culte vendus à Londres à des marchands juifs ou protestants par des Espagnols libéraux qui avaient cherché refuge en Angleterre44). C’est fort peu si l’on songe que, pendant le Trienio, aucun périodique espagnol ne fit si souvent référence à tant de journaux français puisqu’on y trouve cité, aussi bien les grands titres parisiens (ultra, ministériels ou libéraux –comme le Journal des débats45 , La Quotidienne46, Le Courrier français47, Le Drapeau blanc48, Le Journal de Paris49, La Gazette de France ou Le Moniteur50, Le Journal du Commerce51, L’Etoile52, L’Oriflamme53 Le Constitutionnel54, - que des feuilles de province comme L’Echo du Midi55 ou Le Mémorial bordelais56. L’abbé Picot connaissait parfaitement l’existence du Restaurador et le P. Martínez n’aurait pu oublier que L’Ami de la Religion et du Roi lui avait servi de modèle. Mais ils préférèrent feindre de s’ignorer : en bons royalistes, ils suivirent le précepte de Louis XVIII et pratiquèrent à leur manière l’union et l’oubli.

Haut de page

Notes

1 MONTESQUIEU, Pensées diverses, in Œuvres complètes avec des notes de Dupin, Crevier, Voltaire, Mably, Servan, La Harpe, etc. etc., Paris, chez Firmin Didot frères, libraires, imprimeurs de l’Institut de France, rue Jacob, 48, 1838, p. 623.

2 « Servile : nom que l’on donne aux Ultra d’Espagne et qui convient également à ceux de tous les pays », in Petit dictionnaire ultra, précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des Ultra, par un royaliste constitutionnel, à Paris, chez Mongié aîné, libraire, boulevard Poissonnière, n° 18, 1823, p. 90.

3 Sur la presse du Trienio liberal, on consultera l’appendice V (« Indice alfabético de periódicos ») de l’ouvrage d’Alberto GIL NOVALES, Las Sociedades patrióticas (1820-1823). Las libertades de expresión y de reunión en el origen de los partidos políticos, Madrid, Editorial Tecnos, 1975, II, pp. 983-1047.

4 Ibid., II, pp. 974-982.

5 Madrid, Alianza, 2002.

6 « En el día de la Restauración. Oda patriótica de D. Juan Bautista de Arriaza. Pinta los males de la anarquía, y exhorta a la unión, Paz y olvido de lo pasado. Su ritmo es propio para la música », Diario de la Ciudad de Valencia del viernes 13 de Junio de 1823 (n° 1), Valencia, Imprenta de Brusola, pp. 5-8.

7 L’Ami de la Religion et du Roi, journal ecclésiastique, politique et littéraire, à Paris, chez Adrien Le Clere, Imprimeur de N.S.P. le Pape et de l’Archevêché de Paris, quai des Augustins, n° 35, « Prospectus », p. 2 (placé en tête du volume 1, 1814).

8 GIL NOVALES, Alberto, Las Sociedades patrióticas (1820-1823)…, op. cit., tome II, p. 1037.

9 Selon José Manuel Vadillo, qu’Alberto Gil Novales cite avec quelque scepticisme, Ostolaza et d’autres ecclésiastiques se seraient opposés à la nomination en 1814 du P. Martínez comme consulteur de la Nonciature, prédicateur du roi et conseiller honoraire de l’Inquisition au motif qu’il aurait été partisan de la constitution et afrancesado (GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico de España (1808-1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista, Madrid, Fundación MAPFRE, 2010, tome II, p. 1892). Nous ignorons si, à un moment quelconque de sa vie, Manuel Martínez manifesta quelque adhésion au système constitutionnel. Mais son afrancesamiento et sa servilité à l’égard de Kellermann sont attestés par Meléndez Valdés dans une lettre à don José Miguel de Azanza, duc de Santa Fe (Montpellier, 24 septembre 1814), in Obras completas, Madrid, Turner, Biblioteca Castro, tome III, 1997, p. 418.

10 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », 1814, p. 2.

11 La collection que nous avons utilisée (celle de la Biblioteca Nacional de Madrid, mise en ligne sur le site de Hemeroteca digital) ne présente pas de tables récapitulatives pour les mois de novembre et décembre 1823 ainsi que pour celui de janvier 1824. Mais nous ne sommes pas en mesure de déterminer si les rédacteurs de El Restaurador avaient renoncé à cette pratique ou si l’on a omis de les insérer lors de la reliure des exemplaires correspondant à cette période. Les exemplaires mis en ligne sur le site google-livres et numérisés à partir des fonds de la Ohio State University (U.S.A.) pour le mois de septembre 1823 et de la Bibliotheca Regia Monagensis (Monaco) pour ceux de novembre et décembre de la même année ne contiennent pour leur part aucun index.

12 El Restaurador, « Protesta » (n° 1, martes 1 de junio de 1823, p. 7): « los Editores del Restaurador […] tremolan el pendón realista católico, gritando : ‘Júntense a nosotros cuantos son de nuestro bando’ ».

13 El Restaurador, martes 2 de septiembre de 1823 (n° 58), pp. 554-556; L’Ami de la Religion et du Roi, mercredi 8 septembre 1823 (n° 946), tome XXXVII, pp. 97-103.

14 Voir, par exemple, l’article « Libros pésimos », El Restaurador, miércoles 30 de julio de 1823 (n° 28), pp. 244.-250, jueves 31 de julio de 1823 (n° 29), pp. 255-262, sábado 2 de agosto de 1823 (n° 31), pp. 302-308.

15 El Restaurador du dimanche 9 novembre 1823 (n° 119, p. 1063) parle ainsi des « discursos que publicaba el Constitucional de París (tomadas de los registros del ex-católico Llorente, traductor de Los amores de Foblás, y cuyo retrato, según la Cotidiana, anda por las esquinas de esta capital al par del de Mr. Manuel) ».

16 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 30 septembre 1820 (n° 641), tome XXV, p. 230.

17 El Restaurador, sábado 5 de julio de 1823 (n° 5), p. 39: « la invención de la enseñanza mutua, a pesar de ser la invención de un Quakero (lo que debía bastar para que se recelase de ella) atrajo la atención de un siglo tan fácil como presumido ».

18 Cf., par exemple, El Restaurador, domingo 16 de agosto de 1823 (n° 45), pp. 434-436.

19 La Peau de chagrin, in La Comédie humaine, Paris, Jean de Bonnot éditeur, 1987, tome 24, p. 52.

20 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 10 mars 1821 (n° 687), tome XXVII, pp. 120-121.

21 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D****, Bruxelles, 12 vols., 1832-1833, I, p. 2 « Si je ne suis pas dévot, ce n’est pas la faute de notre gouverneur, ce bon duc de Vauguyon, qui eut mérité la canonisation, si ce n’était ses complaisances pour Mme Dubarry ».

22 L’Ami de la Religion et du Roi…, tome XXVII (1821), pp. 120-121 : « Le Roi a fait annoncer à tous les officiers de sa maison qui ne pourraient pas supporter l’abstinence du carême de prendre leurs repas chez eux, parce que la table du château ne sera servie qu’en maigre ».

23 Sur l’expiation érigée en système politique sous la Restauration, cf. notre article « Restauración monárquica y restauración religiosa en la Francia de Luis XVIII », Alcores, n° 17 (2004), pp. 17-36.

24 El Restaurador, martes 8 de julio de 1823 (n° 8), pp. 58-59, et n° 10, jueves 10 de julio de 1823, pp. 84-86 : « Relación de la traslación y exequias solemnes que en el día 25 de julio de 1823 se celebraron en la santa Iglesia Catedral de Toledo, primada de España, al Héroe de la Religión y de la Patria don Atanasio García Juzgado, Capellán de coro de la misma ».

25 Ibid., p. 58 : « No fue otro su delito para expiar su vida en el cadalso que el haber levantado una partida de valientes para defender nuestra sacrosanta religión, la Patria, y la Soberanía de nuestro idolatrado rey Fernando VII, a impulsos del odio que tenia al gobierno revolucionario ».

26 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 31 mai 1823 (n° 919), p. 89 ; El Restaurador, viernes 11 de julio de 1823 (n° 11), p. 98.

27 El Restaurador, domingo 24 de agosto de 1823 (n° 51), pp. 487-489.

28 El Restaurador, jueves 25 de septiembre de 1823 (n° 80), p. 732.

29 N° 69, p. 639 et p. 642.

30 Ibid., p. 639.

31 « Tristes recuerdos del inicuo proceso, sentencia injusta y sacrificio atroz del glorioso mártir de la legitimidad Borbónica, D. Teodoro Goiffieu, francés de nacimiento y Teniente de Reales Guardias Españolas, graduado de Teniente Coronel », El Restaurador, sábado 16 de agosto de 1823 (n° 44), pp. 424-432 et domingo 17 de agosto de 1823 (n° 45), pp. 436-444.

32 El Restaurador, jueves 4 de diciembre de 1823 (n° 140), p. 1222.

33 Ibid., p. 1223 : « juzgó un deber cristiano salir a la lid a pelear las guerras del Señor ».

34 El Restaurador, viernes 12 de septiembre de 1823 (n° 147), p. 1277 (« víctima de sus acendrado amor al rey nuestro Señor y nuestra Sacrosanta Religión »).

35 El Restaurador, domingo 11 de enero de 1823 (n° 10), p. 81 où la victime est qualifiée de « valeroso Macabeo, coronado con las insignias de mártir y confesor en la mansión de los Justos ».

36 El Restaurador, jueves 22 de enero de 1824 (n° 19), pp. 155-157.

37 El Restaurador, jueves 25 de septiembre de 1823 (n° 80), p. 734.

38 El Restaurador, sábado 8 de noviembre de 1823 (n° 118), pp. 1048-1049. L’article se termine par ces mots : « los fugitivos compañeros y más criminales que el propios Riego […] sin duda dirán en su estilo gentilito-liberal que no murió como héroe, pero nosotros nos consolaremos asegurando que murió como cristiano ».

39 BARRIO GOZALO, Maximiliano, El real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (1556-1834), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2004, p. 362.

40 L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 14 février 1824 (n° 993), tome XXXIX, p. 14.

41 Le Constitutionnel, 4 novembre 1823, p. 2.

42 El Restaurador, domingo 14 de diciembre de 1823 (n° 149), pp. 1295-1296 ; L’Ami de la Religion et du Roi, samedi 27 décembre 1823 (n° 966), tome XXXVIII, p. 223.

43 El Restaurador, domingo 28 de septiembre de 1823 (n° 83), p. 751.

44 El Restaurador, viernes 10 de octubre de 1823 (n° 93), p. 835.

45 N° 11, p. 91; n° 13, p. 108; n° 15, p. 115; n° 84, p. 763; n° 86, p. 780; n° 127, p. 1117 et 1124

46 N° 11, p. 94; n° 17, p. 132; n° 37, p. 349; n° 38, p  362; n° 47, p  454; n  51, p  486; n° 52, p.498-501; n° 56, p. 534; n° 58, p. 549-550; n° 84, p. 763; n° 88, p. 795; n° 125, p. 1102; n° 159, p. 1373-1376; n° 162, p. 1397

47 N° 36, p. 338 ; n° 38, p. 362.

48 N° 36, p. 338; n° 62, pp. 571-572; n° 85, p. 683; n° 87, p. 787; n° 90, p. 811; n° 96, p. 869; n° 100, p. 901; n° 118, pp. 1045-1046; n° 143, p. 1245; n° 148, p. 1285; n° 155, p. 1341; n° 157, p. 1357.

49 N° 38, p. 362; n° 46, pp. 445-446.

50 N° 38, p. 362; n° 45, p. 434; n° 46, p. 446; n° 67, p. 691; n° 98, p. 885.

51 N° 38, p. 362.

52 N° 110, p. 981, n° 112, p. 998; n° 136, p. 1189; n° 138, p. 1206; n° 144, p. 1154; n° 160, p. 1381; n°  2 (1824), p. 97; n° 14, p. 114; n° 23, p. 185; n° 29, p. 203.

53 N° 155, p. 1344; n° 3 (1824), pp. 17-18; n° 8, p. 64.

54 N° 58, p. 549, n° 153, pp. 1369-1372; n° 1 (1824), pp. 7-8.

55 N° 39, p. 374;n° 50, p. 478; n° 59, p. 558, n° 62, p. 572; n° 82, p. 744; n° 27 (1824), pp. 221-222.

56 N° 136, p. 1189. El Restaurador cite aussi, sans autre précision, un journal de Bordeaux qui doit être soit La Ruche d’Aquitaine, soit Le Mémorial bordelais (n° 64, p. 588).

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’Ami de la Religion et du Roi. Journal ecclésiastique, politique et littéraire. Page de garde du tome XXIII, 1820.
Légende Source : Bibliothèque nationale de France. Identifiant Gallica : http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​bpt6k35703r
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2774/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre El Restaurador, 2 de julio 1823 (n° 2), p. 9.
Légende Source: Biblioteca Nacional de España. Identifiant Hemeroteca digital: http://hemerotecadigital.bne.es/​details.vm?o=&w=2171-1232&f=issn&l=500
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/2774/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador, même combat », El Argonauta español [En ligne], 15 | 2018, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2774

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • OpenEdition Journals