Navigation – Plan du site
Livraison janvier: El Trienio Liberal en la prensa contemporánea (1820-1823)

L’encre avant la poudre. Le traitement des « affaires d’Espagne » dans la presse d’opinion parisienne durant Trienio Liberal (1820-1823)

Laurent Nagy

Résumés

La révolution constitutionnelle d’Espagne est durant toute son éphémère existence un objet d’intérêt constant et croissant pour les Français. En effet, l’acceptation par Ferdinand VII (mars 1820) de la Constitution de 1812 a lieu au moment où un gouvernement d’inspiration contre-révolutionnaire s’impose au château des Tuileries. La presse du Côté Gauche, comme du Côté Droit, use des événements politiques survenus au-delà des Pyrénées pour influencer l'opinion publique nationale.

Durant tout le Trienio liberal (1820-1823) les publicistes d'opinion informent, déforment et interprètent à des fins de politique intérieure les nouvelles de la péninsule. Cet article revient sur les différents canaux d’information entre les deux royaumes et sur les combats de presse d’une grande violence menés par les feuilles libérales, ministérielles et contre-révolutionnaires durant ces trois années.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Moniteur universel, 15 décembre 1817. Discours de Louis XVIII lors de l’ouverture de la session de (...)

1La restauration des Bourbons en France en 1814 est marquée par une absence de certitude politique. L’acceptation par la nation du rétablissement de Louis XVIII repose principalement sur deux éléments fondamentaux :la paix aux frontières et la volonté d’une modernisation des pratiques monarchiques. Si l’octroi de la Charte (4 juin 1814) et le second Traité de Paris (20 novembre 1815) donnent manifestement corps à ces espérances communes, la pratique quotidienne du pouvoir se définit de manière empirique. Ainsi, prenant comme « véritable boussole »1 l’application du Code royal et la réconciliation comme mot d’ordre, les gouvernements successifs ne font que s’adapter aux aléas de la vie politique intérieure et aux vœux diplomatiques des puissances victorieuses de Napoléon regroupées en Sainte-Alliance.

  • 2 L’appellation de ces groupes politiques disparates dans cet article respecte la manière dont ils se (...)
  • 3 WARESQUIEL, Emmanuel de, C’est la Révolution qui continue ! Paris, Tallandier, 2015.

2Ce n’est qu’après la dissolution de la Chambre introuvable (septembre 1816) dominée par les contre-révolutionnaires2 que l’application de la Charte devient le but principal des ministres de Louis XVIII. Devant élaborer un système constitutionnel, ces acteurs éminents par leur culture d'Ancien Régime ou leurs vieilles habitudes de soumission de l’Empire éprouvent pourtant bien des difficultés à définir le cap de cette monarchie restaurée. Élément fondamental dans ce système acceptant une pratique plus élargie de la politique, la liberté de la presse est l’un de ses objets d’inquiétudes permanentes. Car la monarchie constitutionnelle en construction par l'existence d'une liberté d'expression se trouve traversée sans cesse par de multiples influences provenant d'un passé politique conflictuel3.

  • 4 ROSANVALLON, Pierre, Le sacre du citoyen, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 1992, deuxième part (...)

3L’influence du comte Decazes (1818-1820) avait permis une fusion alliant la tradition monarchique à l'application de certains principes hérités de la Révolution et de l'Empire. L'équilibre, bien que précaire, formé par cette double nostalgie antagoniste, avait toujours été maintenu par le désir impérieux de réconciliation. Ainsi, l'espérance de contribuer à la construction d’une monarchie parlementaire des classes éclairées entraîna une large dynamique d'acceptation monarchique. Aux extrémités de cette nation « capacitaire »4 se trouvaient pourtant en 1820 deux factions ennemies cherchant à orienter par la parole, mais surtout par les mots, le principe monarchique selon leurs vues. Leurs périodiques ou semi-périodiques, organes d’expression de ces pensées ardentes, communiquaient quotidiennement à leurs abonnés leurs vérités subjectives sur la situation à l'intérieur comme à l'extérieur des frontières.

4En 1820, les journaux en informant leurs compatriotes sur l'action du gouvernement ou sur des événements lointains nourrissent sans cesse leur appétit d’actualité. Car malgré l’effondrement de l’Empire napoléonien et l’établissement de nouvelles frontières par le Congrès de Vienne, les liens entre Européens se sont perpétués par un sentiment de proximité politique largement entretenu par les périodiques. Dès 1815, à Paris, tous les quotidiens d'opinion consacrent leur première page aux événements survenus à l’étranger. Par la publication d’extraits des différentes Gazettes du continent, les lecteurs perçoivent l’émergence d’une double communauté, l’une formée par les hommes n'acceptant que le legs d’une pensée provenant des Lumières et d'autres ne voyant le salut de la société que dans une soumission à Dieu et au Roi.

5Au début 1820, après les récentes concessions constitutionnelles de plusieurs potentats rhénans et les victoires électorales successives des libéraux formant le Côté gauche de la chambre des députés, le gouvernement du comte Decazes inquiet prépare une nouvelle loi sur les élections visant à interrompre cette dynamique dangereuse. Traducteurs et interprètes des hommes politiques de la Chambre des Députés ou de la Chambre des Pairs, les publicistes de toutes les couleurs jettent leurs forces et leurs talents pour faire ployer ou soutenir le gouvernement. Alors que les journaux s’embrasent et s’entre-déchirent à Paris, les Français apprennent la réalisation d’un pronunciamiento à caractère libéral en Andalousie.

6Dès le printemps 1820, les journaux d’opinion consacrent une partie de leurs colonnes aux affaires d’Espagne revenant sur l’actualité politique dans la péninsule. Les bureaux de rédaction parisiens centralisent toutes les nouvelles et les interprètent pour leurs abonnés. À partir des figures de proue de papier (Le Constitutionnel, Le Courrier français, Le Drapeau blanc, Le Journal des Débats), il est possible d’entrevoir la manière dont on use des événements espagnols pour servir sa propre cause. Car ces informations ne sont rendues visibles qu’après avoir été passées au crible de plusieurs subjectivités. Du choix de l’éditorialiste dans la Péninsule à celui de Paris, la transmission d’un fait au plus grand nombre répond toujours à une logique partisane. Ce sont ces multiples interprétations qui sont analysées dans cette étude.

  • 5 LARROCHE, Emmanuel, L’expédition d’Espagne. 1823  : de la guerre selon la Charte, Rennes, Presses u (...)

7La naissance et la chute du régime libéral dans la Péninsule coïncident en France à la lente domination des royalistes les moins sensibles à un quelconque héritage des principes proclamés en 1789. Alors que le second ministère du duc de Richelieu, né de l'émotion causée par l'assassinat du duc de Berry (nuit du 13-14 février 1820), arrête net les rêves de conquêtes politiques du Côté gauche, en décembre 1821, débordé par ses pairs royalistes « d’un blanc sans mélange », il s'effondre à son tour pour être remplacé par celui du comte de Villèle. L'homme fort du Côté droit prend alors la tête d'un cabinet conservateur. Ce ministère aux convictions claires, mais à l'attitude fluctuante envers l'Espagne, utilise intensément la presse comme moyen de guider l'opinion publique et la rallier à l'idée d'une guerre « juste »5.

  • 6 Le chancelier Pasquier, Garde des Sceaux, séance du 23 mars 1820. Le Constitutionnel, le 24 mars 18 (...)
  • 7 DUFOUR, Gérard, « La campagne de presse des Amis de la Religion en faveur de l’intervention militai (...)

8Durant tout le Trienio Liberal, le gouvernement des Tuileries prend conscience de cette force de propagande politique qu’est la presse. La mise en place de la censure en mai 1820 et la condamnation par les tribunaux de nombreux publicistes laissent le champ libre à une parole d’autorité. Le Ministère de la Police et la Direction de la Librairie, tous deux dépendants du ministère de l’Intérieur, œuvrent ainsi efficacement pour nuire à l’image de leurs ennemis de la communauté libérale française. En fait, tout au long des affaires de la Péninsule, les hommes des Tuileries perfectionnent leur mainmise sur une puissance de papier qui les avait toujours rebutés. La véritable question ici reste à savoir quelle est l'influence réelle de la presse dans la perception des événements d'Espagne durant toutes ces années, déterminer si ce « gouvernement des journaux »6 dénoncé par le Garde des Sceaux en mars 1820, malgré la mise en place d'une censure sévère, a infléchi la ligne politique de la France7 vis-à-vis de son bouillant voisin ou, si au contraire, et plus vraisemblablement, le traitement des affaires d'Espagne a répondu ou anticipé les vœux des ministres de Louis XVIII ?

9La floraison de feuilles périodiques empêche une vision exhaustive du phénomène d’interprétation du rôle de la presse durant ce moment de haute tension politique intérieure.

Patati, Patata ou les débats des Journaux [Caricature]

Patati, Patata ou les débats des Journaux [Caricature]

Patati, Patata ou les débats des Journaux, Chez Martinet, Rue du Coq St. Honoré / Chez Blaisot, palais royal, galerie de bois, 1823. Lithographie coloriée ; 18,9 x 43,8 cm (f.) Bibliothèque nationale de France : EST-204 (116) https://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb44401621k

  • 8 Sánchez Hita, Beatriz, « Libertad de Prensa y lucha de Partidos en el Trienio Constitucional : los (...)

10Si l’étude spécifique d’un titre permet de saisir sur la durée les variations8, le plus souvent très douces, des logiques éditoriales face à l’évolution de la situation espagnole, une approche plus générale est volontairement appliquée ici. Il s’agit avant tout de tenter de cerner la ligne commune adoptée par les trois forces d’opinion antagonistes en 1820.

11Bien qu’appartenant à une chronologie espagnole, ces années du Trienio Liberal marquent un bouleversement important dans le processus politique français. Répondant aux volontés de leurs commanditaires, des actions spécifiques sont menées par leurs journaux. Moyen de politisation, instrument de propagande ou expression d’une voix prophétique, le périodique parisien de tendance use sans relâche durant ces années des événements espagnols pour nuire à ses ennemis. Avant même le passage de l’Armée du duc d’Angoulême au-delà des Pyrénées, au printemps 1823, une guerre de papier livrée avec une rare violence avait déjà abouti au terrassement d’un des adversaires. Il s’agit maintenant de décrypter le sens de cette lutte, mettre en lumière certaines manœuvres éditoriales et de faire resurgir quelques-uns des grands débats qui cristallisent les luttes entre libéraux, ministériels et contre-révolutionnaires durant tout le Trienio Liberal.

Bref portrait d'une industrie de presse florissante

  • 9 Voir les travaux essentiels : Braudel, Fernand et Labrousse, Ernest (dir.), Histoire économique et (...)
  • 10 CARON, Jean-Claude, Frères de sang. La guerre civile en France au XIXe, Seyssel Champ Vallon, Col. (...)

12Durant l’hiver 1819, l’équilibre monarchique est sur le point de s’effondrer. Bien que légitimant le retour de Louis XVIII dans un continuum historique, depuis la Seconde Restauration, les ruptures politiques ne cessent de fragiliser ce règne qui se veut irénique. Le présent royal est sans cesse confronté au passé de la Révolution et aux aspirations ardentes de ses témoins ou héritiers. Ces forces du passé s’opposent par tous les moyens légaux pour abattre leurs adversaires et imposer leurs ambitions politiques9. L’un des espaces de lutte privilégié est la presse. Le comte Decazes, durant son ministère, avait été l’un des premiers à voir dans l’usage de feuilles d’opinion, un moyen d’affaiblir ou de stigmatiser ses ennemis. En permettant l’existence de semi-périodiques « ultralibéraux » ou « patriotes », l'homme fort du gouvernement avait trouvé des agents dynamiques pour projeter les contre-révolutionnaires, ses ennemis personnels, hors de toute modernité10.

13Les publicistes de cette presse de combat patriote, par l’éphémère bienveillance du Ministère, avaient entraîné une nouvelle mutation de cette industrie. Les bureaux de rédaction étaient devenus par l’usage d'une rhétorique militante et d’un lexique de combat autant de centres de résistance susceptibles de s’opposer de manière efficace aux résolutions des politiques. Certaines feuilles avaient fait de la provocation une ligne éditoriale. Ces auteurs patriotes11 n’avaient jamais cherché à développer une pensée, mais seulement à remettre en cause un ordre édifié par la Charte. Conscient de leur pouvoir d’influence, le comte Decazes, peu avant l’hiver 1819, avait fait voter une nouvelle loi devant faire taire ces publicistes trop ardents, tout en maintenant l’existence d’une presse plus sage.

  • 12 Réquisitoire de M. Bellart, procureur général près la Cour royale de Paris, du 24 mars1823, contre (...)

14Par la lecture des journaux parisiens, bien avant l’annonce des événements d’Espagne, la monarchie française semble se trouver sur une ligne de crête, prête à basculer dans un inconnu politique. La presse est maintenant devenue dangereuse et se révèle être un « puissant moyen de tromper et d'enflammer les esprits, surtout une nation grande, bonne et généreuse, mais la plus mobile du globe, douée d'une imagination vive, amie des nouveautés, et à laquelle trente années de fantasmagorie politique ont inoculé le goût et le besoin des agitations et des changements »12. Alors que les publicistes patriotes par un feu éblouissant ont focalisé toutes les attentions des contre-révolutionnaires et du gouvernement, leurs « proches parents » du Côté gauche se sont avancés d’un pas certain vers un triomphe politique.

  • 13 Ledré, Charles, La presse à l’assaut de la monarchie, 1815-1848, Paris, 1960 ; Crémieux, Albert, La (...)

15À l’image de Benjamin Constant, une élite modérée s’autoproclamant avec orgueil « libérale », après avoir été marginalisée pour sa compromission avec Napoléon durant les Cent-Jours, se retrouve en passe d’être majoritaire à la Chambre des Députés13. Loin des extrêmes, ils apparaissent comme une force de progrès dans le présent. Tous sont amis du roi, de l’ordre et ne réclament que l’application de libertés limitées. Nulles doléances démocratiques, ni vision globale et partagée de la souveraineté, ces libéraux pourraient être proches des ministériels.

16Ces hommes éduqués n’hésitent pas à discourir et à écrire. Une fois encore, Benjamin Constant, malgré la dimension exceptionnelle de l’individu, représente ce double talent du théoricien politique et du publiciste. Car les libéraux se sont dotés de plusieurs porte-paroles. Ces journaux quotidiens inféodés à leur vision ne sont en réalité que des interfaces efficaces pour donner publicité aux combats menés par leurs représentants à la Chambre des Députés. Le Constitutionnel, La Renommée ou Le Courrier français sont autant de titres qui par leur logique éditoriale militent pour faire vaincre les principes libéraux. Pour souder cette communauté composée d’éléments aux sensibilités politiques si disparates, les rédacteurs se forgent progressivement un lexique identitaire. Les mots de « Nation », « Indépendance », « Patrie » ou encore « Gloire » sont autant de signes de reconnaissance entre pareils dans ce magma nébuleux qu’est la société libérale.

17Ce travail sur l’opinion publique par une presse constitutionnelle force leurs adversaires à s’organiser derrière une bannière éclatante. Certes, l’existence du Drapeau blanc et de La Quotidienne n’a pas totalement fait taire la voix de la contre-révolution, mais l’absence de mesure des articles rédigés par ses ardents publicistes donne involontairement des armes à leurs détracteurs. Car il n’y a pas plus grand lecteur attentif que le rédacteur de la feuille rivale. Toutes les outrances, contre-vérités ou commentaires irrévérencieux d’un journal de tendance sont systématiquement reprises dès le lendemain pour être mises sous les yeux des lecteurs de l'autre camp. Ainsi, les espoirs et les prédictions des auteurs du Drapeau blanc complètent souvent la page « intérieur » du Constitutionnel et réciproquement. Afin de donner une voix respectable à cette pensée féconde et contestataire, les théoriciens royalistes d’opposition livrent régulièrement des articles au Conservateur, semi-périodique dans lequel la plume du vicomte de Chateaubriand transcende particulièrement les débats. Les royalistes ministériels observent ces combats de plume riche en excès de part et d’autre.

  • 14 Karila-Cohen, Pierre, L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France, 1814-1848, (...)

18Le comte Decazes, tout comme le duc de Richelieu après lui, n’a que peu d’intérêt pour ces organes d’expression. Hommes d’État, ils refusent de souscrire à ce moyen de conquête de l’opinion publique14. La politique doit rester entre les mains d’une minorité compétente et loyale et leur responsabilité ministérielle se limite à la confiance que Louis XVIII leur accorde. Solliciter l’opinion publique par voie de presse n’est qu’une concession contraire à leurs principes. Cette posture s’est illustrée dans l’usage qu’en fit Decazes pour écarter les ultraroyalistes quelques mois auparavant. Un journal pour le pouvoir, à l’image du Moniteur universel, doit se limiter à une succession de nouvelles provenant des journaux étrangers et d’informations choisies concernant le royaume, toutes dénuées de commentaires ou d’analyses en profondeur.

  • 1

19Seulement, en 1820, alors que Le Conservateur sur sa droite et La Renommée sur sa gauche vivifient une pensée en la rendant belliqueuse et conquérante, le gouvernement a besoin de titres défendant les intérêts de la grande majorité des royalistes. Le Journal des Débats, des frères Bertin, qui existe déjà depuis très longtemps, s’accapare bientôt ce rôle. D’une haute facture éditoriale, il rassemble dans son bureau de rédaction les meilleures plumes du moment. Alors que le vicomte de Chateaubriand et Charles Nodier y livrent des articles, des académiciens, des députés et des hommes de lettres participent à diffuser une parole érudite tout en suivant le cap voulu par les ministres du roi. Cette collusion avec tous les pouvoirs depuis sa création est un objet de dénigrement permanent de la part des autres titres15.

Journal de l'Empire ou des Débats suivant les événements [caricature]

Journal de l'Empire ou des Débats suivant les événements [caricature]

Journal de l'Empire ou des Débats suivant les événements, A Paris, chez tous les M.ds de Nouveautés. Gravure à l'eau-forte, coloriée, 28,5 x 17,5 cm. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (74)-FT 4 https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6954773s/​f1.item.zoom

20Le camp gouvernemental compte également sur L'Étoile. Ce journal joue un rôle de plus en plus important dans le paysage de presse durant ces années d’intenses activités éditoriales. Dirigée en sous-main par le Ministère de la Police, cette feuille sert pleinement les intérêts du gouvernement français. Afin que les Tuileries puissent réimposer le rythme des informations sur les événements d’Espagne, L'Étoile paraît le soir. Jusqu’alors seul Le Pilote, feuille libérale à fort tirage, occupait ce créneau. Ce monopole est brisé par L'Étoile, qui devient la source inépuisable d'informations pour ses collègues.

Censure et autocensure à Paris

21Dès que les événements d’Andalousie sont connus à Paris, les journaux de toutes tendances connaissent une nouvelle mutation. Depuis 1817, le chemin parcouru par cette industrie avait été prodigieux. Grâce à la Charte et son application, la monarchie avait vu poindre une opposition écrite constructive. La mémoire des premiers temps de la Révolution et de ses journaux exaltés était oubliée, l’hypocrisie impériale soumettant le peu de journaux à une censure sévère apparaissait comme un souvenir détestable à tous les rédacteurs libéraux ou royalistes. La Seconde Restauration avait transformé ce métier à risque en une aventure glorieuse.

  • 16 À lire son témoignage très intéressant sur le milieu de la presse ultralibérale, JAL, Auguste, Souv (...)
  • 17 Biographie des journalistes, avec la nomenclature de tous les journaux et les mots d’argot de ces M (...)

22Les contributions des plus belles plumes du moment avaient orné de style l’actualité. Le vicomte de Chateaubriand dans Le Conservateur avait anobli la profession. Son implication dans ce semi-périodique avait entraîné toute une jeune génération ambitieuse et pugnace, tel Auguste Jal, à entrer dans la carrière journalistique pour se mesurer à ses maîtres16. En 1820, on réserve à ces écrivains distingués la « pièce de bœuf »17, véritable morceau de choix, puisqu’elle se place à la première page, avant même l’annonce des nouvelles. Leurs mots donnent le ton et enveloppe d’esprit l’ensemble du journal. Si la profondeur de leur raisonnement fait luire d’une lumière brillante le titre, il ne convient tout de même pas d’aveugler les lecteurs par trop de sérieux. Fonctionnant sur le principe de l’abonnement, la fortune des propriétaires dépend aussi de l’importance du tirage.

  • 18 Balzac, Honoré de, Illusions perdues, Paris, Furne, 1843 ; op. cit., deuxième partie, un grand de p (...)

23S’il est essentiel d’ancrer la feuille dans une tendance politique spécifique, il ne faut pas lasser l’abonné par l’accumulation de remontrances ou de doléances plus ennuyeuses les unes que les autres. Il convient de l’amuser, car s'il veut s’informer et se sentir représenté par des hommes d’esprit, le lecteur espère également trouver dans les articles des passages divertissants. Ainsi, durant tout le Trienio Liberal, les colonnes des journaux sont parsemées de faits divers, de comptes rendus d’audiences criminelles occultant souvent l’importance des événements politiques extérieurs. Attisant les querelles, faisant circuler des bruits diffamants, s’attaquant aux personnes, les journaux sont au moment de l’explosion espagnole devenus de véritables « entrepôts à venin »18.

  • 19 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 26 janvier 1820.
  • 20 Nagy, Laurent, « Les premiers échos du pronunciamiento de 1820 dans la presse parisienne », El Argo (...)

24Le soulèvement du corps expéditionnaire d’Andalousie au nom de la Constitution de 1812 survient brutalement à Paris. C’est Le Journal des Débats, dans un post-scriptum de dernière minute, le 27 janvier 1820, qui annonce, plus de vingt jours après les faits, qu’« une armée d’insurgés, forte de vingt-quatre mille hommes est entrée dans Cadix »19. L’exagération de son importance au regard de la réalité s’explique par la démarche spéculative du publiciste. Bien avant l’annonce fracassante des Débats, la rumeur d’une révolte militaire dans la Péninsule circulait à Paris. Les agents d’affaires, les voyageurs, les correspondances privées avaient annoncé déjà à leur cercle la sédition en Andalousie. Les bureaux éditoriaux à Paris doivent donc répondre à tout prix à l'attente de leurs lecteurs en quête de nouvelles20. Car il s'agissait d'une tentative de bouleversement de l’ordre établi par le Congrès de Vienne et pour les Français de la remise en question de la légitimité d’un Bourbon dont le chef de la Maison n’était autre que Louis XVIII. Face à la rétention volontaire d’informations de la part du gouvernement de Madrid, les journalistes parisiens se replient sur des renseignements non officiels. Dès les premiers instants, les affaires de la péninsule s’inscrivent dans une subjectivité s’inspirant de sources troubles.

25Pendant des semaines, les colonnes des journaux parisiens par des hypothèses incessantes sèment le trouble chez leurs lecteurs. Les libéraux annoncent dans La Renommée ou Le Constitutionnel le succès de l'opération. Les publicistes contre-révolutionnaires, quant à eux, tout aussi ardents, affirment sans relâche que la rébellion s’est effondrée face à la loyauté des troupes royales. Ces nouvelles contradictoires étayées par l’esprit de parti entraînent une violence d’encre troublant en permanence l’opinion publique.

  • 21 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 janvier 1820.

26Alors que l’interprétation des événements lointains permet aux publicistes de porter des coups violents aux prétentions de leurs compatriotes ennemis, dans la nuit du 13-14 février 1820, le duc de Berry, prince de sang, est assassiné par Louis Louvel. Les royalistes « purs » accusent ouvertement les écrivains « antimonarchiques »21 d’avoir par leurs écrits orchestrés le crime. Le nouveau ministère dirigé par le duc de Richelieu en contrôlant adroitement l’émotion suscitée par le crime espère enfin dompter cette force de politisation.

27Les débats sur un nouveau projet de loi sur la presse sont d’une rare violence. Le 22 mars 1820, M. de Marcellus réclame la fin de l’impunité des journalistes et clame qu'

  • 22 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 22 mars 1820.

« il y avait autrefois, une loi qui, lorsqu'un homme avait été trouvé assassiné, obligeait tous les citoyens à venir jurer sur le corps de la victime qu'ils étaient innocents de ce crime. Or, un prince a été trouvé assassiné dans la capitale de France : écrivains séditieux et impies, qui de vous oserait assurer qu'il n'est pas coupable de sa mort ? »22.

28On est persuadé, à tous les niveaux de la société, que la plume est dorénavant une arme capable de faire dévier le cours de l’histoire monarchique. De ces discussions publiques se définissent ainsi les responsabilités morales personnelles et collectives de cette profession en construction.

  • 23 La Renommée, le 2 avril 1820.

29Afin d’empêcher cette « licence » des mots, la loi du 31 mars 1820, restreignant la liberté de la presse prévoit la création dans chaque département d’un Comité de surveillance placé sous le contrôle d’un Comité de censure siégeant à Paris. Dorénavant tous les bureaux de rédaction des journaux devront livrer leurs articles avant impression pour qu’ils soient validés pour publication. Le Conservateur, ayant pris comme épigraphe « le Roi, la Charte et les Honnêtes gens » se saborde fièrement plutôt que de soumettre aux ciseaux des censeurs. La Renommée, quant à elle, après avoir livré de nombreux combats contre « ces eunuques de la littérature qui ne font rien et nuisent à qui veut faire »23 est obligée de ployer sous leur poids et après une longue suspension disparaît définitivement durant l’été 1820.

30La censure freine l’audace des publicistes et met fin à leurs prophéties angoissantes. Pour sceller la nouvelle fonction de la presse, le Garde des Sceaux adresse un discours rejetant les passions furieuses des partisans du Côté Gauche et du Côté Droit. Alors que les libéraux dénoncent l'inadmissible réalité, à savoir qu'à Madrid la liberté de la presse existe pleine et entière alors qu'elle est maintenant bridée à Paris, le Garde des Sceaux termine son discours ainsi :

« Ils sont vraiment bien préoccupés du bonheur des révolutions, il faut qu'ils s'en fassent une bien douce idée, ceux qui, s'emparant si vite de l'exemple d'un peuple auquel tout reste à faire dans la route de la liberté, viennent ouvrir cet exemple à un peuple chez lequel tout est acquis, à un peuple qui n'a rien à conquérir, mais tout à conserver (interruption à gauche), et qui pour tout conserver n'a besoin que de se tenir en garde contre les efforts de ceux qui confondent encore la licence avec la liberté (…).

  • 24 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 24 mars 1820.

Et nous, Messieurs, ce serait après avoir franchi tant d'écueils, après avoir été réduits à faire si souvent la part du naufrage, qu'on voudrait nous repousser sur cette mer des orages ! Non, Messieurs, on n'y réussira pas, on le tenterait vainement ; le temps des déceptions est passé ; tous les artifices du langage sont connus, sont usés en France, la vérité seule domine, les faits parlent plus haut que les sophistes [...] » 24.

31Le gouvernement du duc de Richelieu frappe fort. Il n’entend plus laisser cette puissance à convaincre qu’est la presse s’émanciper sans son droit de regard. Son influence dans les feuilles d’opinion est maintenant visible et assumée, comme cela se produit régulièrement par l’impression en « supplément » des discours des ministres ou en filigrane, par la présence des blancs ou des pointillés remplaçant les mots sanctionnés par la censure.

Le règne des cizeaux passe comme une fleur

Le règne des cizeaux passe comme une fleur

Lithographie coloriée 18,7 x 23,9 cm. Bibliothèque nationale de France RESERVE QB-370 (77)-FT4 https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6955862n

32Cependant, cette présence ennemie dans ce camp fortifié de papier d’une communauté d’opposition est pourtant moins crainte que la suspension provisoire d’un titre. Cette sanction touche au vif les intérêts des propriétaires et peut entraîner la faillite de la feuille. La frayeur de cette décision les pousse naturellement à freiner considérablement les audaces de leurs publicistes. Ainsi, dès le printemps 1820, une censure interne se met en place dans les bureaux éditoriaux et la survivance du titre primant sur la fièvre belliciste de ses journalistes.

Interprétation des nouvelles d’Espagne depuis Paris

33Durant toute la période, les bureaux de rédaction des feuilles parisiennes actionnent des mécanismes identiques pour éclairer leurs lecteurs sur la situation politique dans la Péninsule. Le Drapeau blanc, Le Constitutionnel ou encore Le Journal des Débats se servent, dès l’hiver 1820, de la presse espagnole pour comprendre les événements. Car après l’acceptation de la Constitution gaditane de nombreux titres sont apparus. Comme une boîte de Pandore, la liberté d’expression si longtemps contenue s’est traduite dans la Péninsule par un foisonnement de feuilles d’opinion. Toutes les tendances s’expriment, les royalistes ardents comme les réformateurs. Même après l’automne 1820, moment où les Cortès légifèrent pour faire cesser cette cacophonie éditoriale peu propice à la pacification des esprits, les bureaux de rédaction parisiens ont toujours un grand choix de titres auquel se référer.

  • 25 En février 1823, alors que la position anglaise face à l’intervention française en Espagne reste in (...)

34Préférant s’appuyer sur des journaux modérés de Madrid comme l’Universal, l’Imparcial, parfois l’Espectador... la presse parisienne agrémente régulièrement ses colonnes d’extraits de ces feuilles. Elle y puise notamment toute une littérature officielle (déclarations royales, proclamations des autorités, discours des Cortès…), qui après traduction, vient compléter la rubrique concernant les « affaires d’Espagne ». Bien entendu, les bureaux de rédaction sélectionnent les articles susceptibles de confirmer ou d’infirmer leurs spéculations politiques. Ainsi, une proclamation irénique de Ferdinand VII peut être publiée dans Le Constitutionnel et totalement passée sous silence par Le Drapeau blanc. Parfois même, les responsables éditoriaux parisiens n’hésitent pas faire circuler de fausses informations pour confirmer leur croyance25.

35Durant toute la période, les extraits de journaux de la presse étrangère, principalement londonienne, inondent les colonnes des feuilles françaises. Davantage utilisée par les rédacteurs libéraux, la reproduction de longs articles s'avère efficace pour souligner à ses abonnés que la cause que l'on sert dépasse largement les frontières. Elle permet également de profiter de l’excellence informationnelle d’une industrie de presse qui est ancienne et réputée sur tout le continent. Enfin, la présence d’agents d’affaires britanniques dans toutes les grandes villes de la Péninsule apporte une véritable crédibilité aux nouvelles.

  • 26 Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine (AN,) série BB30 268, Censure des journaux et écrits pér (...)

36Pour avoir des détails sur les événements d’Espagne, les journaux parisiens s’appuient parfois sur la presse de province. Cependant, cette source se tarit fortement dès le début du Trienio Liberal après la mise en place de la censure. Ces journaux à faible tirage pour commenter les événements politiques nationaux ou internationaux préfèrent copier des extraits des feuilles de la Capitale. En publiant des mots déjà passés au crible des censeurs, les spéculateurs de presse de province sont certains de ne pas subir de poursuites pénales. Malgré ces stratégies de survie, certains titres conservent un point de vue partisan d’autant plus inacceptable pour l’autorité monarchique qu’ils circulent à proximité du champ de révolution. En mai 1821, une commission de censure est ainsi formée dans le seul but de surveiller le Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute-Garonne favorable aux libéraux. Cette feuille a une mauvaise influence sur les gens de la région, « ses rédacteurs ayant grand soin de les remplir de tout ce qui pouvait flatter leurs idées »26.

  • 27 AN, série BB30 268, Censure des journaux et écrits périodiques, À messieurs les membres du Conseil (...)
  • 28 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 8 janvier 1823.
  • 29 Le Courier français, le 18 juin 1821.

37Ce n’est qu’au printemps 1822, moment où la contre-révolution espagnole prend pied de manière ostensible dans le Midi du royaume de France par l’afflux de réfugiés politiques que les journaux locaux servent de source d’informations pour Paris. La Ruche d’Aquitaine, L’Écho du Midi et le Mémorial de Bordeaux, tous consacrés « à la propagation des bons principes »27, en revenant régulièrement sur le sort malheureux des exilés royalistes, fournissent en détail une réalité encore abstraite. Les journaux libéraux accusent leurs confrères d’être de mauvais professionnels puisqu'ils ne recueillent « que les bulletins de l’armée de la foi ou des personnages de cette armée »28. Le Courrier français affirme même que les périodiques contre-révolutionnaires tirent leurs détails depuis Bayonne où se trouvent toutes « les fabriques des nouvelles d’Espagne »29. La forte présence des ennemis des Cortès réfugiés dans la ville des Basses Pyrénées en fait un lieu propice à la création, puis à la diffusion de rumeurs hostiles à la cause constitutionnelle.

  • 30 Le Courrier français, le 3 janvier 1823.

38Les journaux parisiens n’hésitent pas à puiser chez leurs confrères des nouvelles à publier. Les deux feuilles pourvoyeuses d’informations sont L'Étoile et Le Moniteur Universel. Leur statut particulier de porte-paroles de l’autorité en fait pourtant des sources impures pour commenter les affaires d’Espagne. Parfois, les extraits sont repris intégralement par leurs adversaires sans aucune démarche réflexive. Cette habitude de piratage légal d’un journal à l’autre peut parfois avoir des conséquences cocasses. C’est le cas en décembre 1822 quand L’Étoile publie sans commentaire un extrait de l’Indicator, un journal espagnol, très violent à l’encontre du gouvernement français. Fidèle à ses habitudes, Le Journal du Commerce reproduit à l'identique l'article de son confrère. Jugés pour « offense envers la personne du roi, attaques contre l’autorité royale… », les deux journaux sont condamnés par les tribunaux. Sanction salutaire selon Le Courrier français, car les publicistes ont dorénavant conscience qu'« il n'y a plus une entière sécurité à reproduire les articles des autres »30.

  • 31 Biographie des journalistes..., op. cit., p. 21.

39Le choix de publication de nouvelles dans chaque feuille est un moyen de rendre vivante une information brute. Chaque annonce audacieuse concernant l’Espagne, dont l’origine est souvent obscure, est reprise le lendemain par une feuille rivale pour être démentie. Dans les bureaux de presse, il y a des rédacteurs chargés de ces articles « coup de poing »31. En quelques lignes, ils doivent mettre en évidence l’absurdité de l’affirmation publiée, vilipender les publicistes rivaux et rétablir une vérité qui n’est finalement que la leur. Ces mots foudroyants sont une constante durant ces années de violence de plume. On en possède une amusante illustration quand, malgré l'absence d'éclat des luttes menées dans la Péninsule et les nombreux revers survenus par L'Armée de la Foi, la presse contre-révolutionnaire parsème ses colonnes de leurs hauts faits. Le Constitutionnel en amuse ses lecteurs :

  • 32 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 21 novembre 1822.

« Les bulletins de l’armée de la Foi continuent à nous entretenir de ses pointes rétrogrades. Jamais armée n’aura fait si peu de conquêtes et n’aura publié tant de relations. On n’en a certainement pas écrit un si grand nombre pour les campagnes d’Austerlitz. À mesure que la régence d’Espagne se rapproche de France, La Quotidienne et tout le parti fanatique chantent victoire, et quand elle sera arrivée à Perpignan, on lui décernera certainement les honneurs de l’ovation (…) »32.

  • 33 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 17 juillet 1822.
  • 34 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 17 juillet 1822.
  • 35 La police française suspecte Félix Daguerre, « un libéral exalté » réfugié en Espagne après les Cen (...)

40Finalement la lecture attentive des autres journaux parisiens, de province ou étrangers permet de compléter chaque rubrique « affaire d’Espagne ». Disponibles dans tous les bureaux de rédaction, il est tout de même difficile d’en tirer parti pour la cause. Pour livrer une impression plus subjective du déroulement de la révolution espagnole, les journalistes parisiens organisent donc leur propre réseau et se fournissent auprès d’écrits bien plus malléables présentés sous le titre nébuleux de « correspondance particulière ». Il s’agit en fait de relations souvent étoffées d’un moment fort survenu durant le processus constitutionnel dans la Péninsule. Les auteurs de ces longs récits sont présentés comme des Espagnols, amis politiques de la feuille qui le publie. Le Journal des Débats qualifie même l'un des siens de « narrateur véridique »33 bien loin d'adopter le style « des journaux écrits sous la dictée des passions »34. Ces écrivains se mettent volontairement en retrait en préservant leur anonymat et usent d’un champ lexical identique à celui des libéraux et des contre-révolutionnaires de France35.

  • 36 Jacques-Lucien Bousquet-Deschamps vient d’être l’objet en 1820 de sept condamnations en cours d’ass (...)

41L’absence d’identification, l’usage d’une rhétorique complice, la confiance que leur accordent les bureaux de rédaction parisiens peuvent laisser supposer que les auteurs de ces papiers sont peut-être leurs nombreux collègues et compatriotes qui se trouvent à Madrid dès l’été 1820. Car dès l’établissement de la Constitution gaditane, la péninsule devient un lieu d’asile et d’espérances professionnelles pour un grand nombre d'écrivains. Après la loi de mars 1820, les semi-périodiques disparaissent ou sont condamnés au silence en laissant beaucoup de leurs rédacteurs sans emploi. Alors que les plus réfractaires à toute modération sont impitoyablement condamnés à des peines infamantes par la justice royale, on assiste donc à une migration de survie importante de ces hommes de lettres vers la péninsule. C’est le cas notamment de Claude-François Cugnet de Montarlot, l’éditeur-responsable du Nouvel Homme gris, des publicistes Jacques-Lucien Bousquet-Deschamps36 ou encore de Jean-Louis Voidet, qui franchissent les Pyrénées pour s'y abriter des persécutions de leurs compatriotes et prendre la plume contre le gouvernement français.

  • 37 « On accuse fréquemment Le Régulateur d’être payé par M. Bardaxi, ministre des Affaires étrangères  (...)
  • 38 Alors que Le Régulateur obtient un certain écho, en 1822, à Madrid, deux autres brochures française (...)
  • 39 JULLIAN, Louis, Précis historique des principaux événements qui ont amené la révolution d’Espagne, (...)
  • 40 THIERS, Adolphe, Les Pyrénées et le Midi de la France pendant les mois de novembre et décembre 1822 (...)

42Durant toute la période existe à Madrid un microcosme de publicistes libéraux français. Bien qu’en exil volontaire, ils sont toujours attachés au réseau de presse d’opposition parisien. Profitant de ces spécialistes des mots de propagande, le gouvernement constitutionnel soutient leurs ambitions professionnelles. Pierre Chapuis, aidé bientôt par des lettrés d’Italie réfugiés, comme les comtes Pecchio et Palma, dirige Le Régulateur. Cette feuille ayant pour but d'être distribuée dans toutes les capitales européennes est d’une grande virulence à l’encontre des pratiques politiques en France et défend en permanence les acquis apportés par la Constitution de 181237. En France, la presse du Côté droit accuse régulièrement les publicistes de Paris d'être les auteurs de ces articles incendiaires38. Ce cénacle de journalistes présent en permanence s’étoffe régulièrement de leurs confrères venant de France, comme M. Jullian39, qui s'y installe pour trouver des matériaux pour écrire une histoire de la Révolution d’Espagne. Ainsi tous ces littérateurs peuvent être les auteurs de cette « correspondance privée ». En fait, l’idée d’envoyer un journaliste pour témoigner directement de l’évolution des affaires politiques espagnole, même dans les ultimes moments, semble n'avoir jamais été envisagée. Quand durant l’hiver 1822, Le Constitutionnel soutient le voyage d'un de ses rédacteurs au plus près des événements, Adolphe Thiers ne franchit pas la frontière des Pyrénées40.

43Finalement, durant tout le Trienio libéral, les journalistes français ne quittent guère le Quartier Latin ou les environs du Palais Royal pour décrypter les événements survenus au-delà des Pyrénées. Cet éloignement de la zone d’investigation ne remet jamais en cause leur crédibilité auprès de leurs lecteurs. En effet, leurs jugements sur l’évolution politique de l’Espagne ne les intéressent que dans une approche nationale et partisane. Ces publicistes des quotidiens d’opinion ont en commun de ne jamais s'imaginer autrement que comme les éclaireurs de leur cause. Nouveaux prophètes, ils lisent et interprètent dans les signes de l'actualité étrangère la confirmation de leurs espérances ou de leurs craintes.

L’esprit contre-révolutionnaire et la guerre

  • 41 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 25 mars 1820.

44Les publicistes contre-révolutionnaires parisiens immuables dans leur position à l’égard du gouvernement madrilène issu du pronunciamiento se servent brillamment des aléas de cette « révolte prétorienne »41 pour se replacer dans le paysage politique français. Leurs prophéties apocalyptiques et leurs outrances rhétoriques d’hommes convaincus qui les avaient marginalisés durant la parenthèse libérale les réintègrent de facto quand le chaos est aux portes du royaume. Ces bretteurs de Dieu et de la monarchie, grâce aux affaires d’Espagne, apparaissent sous un jour nouveau à l’opinion publique en livrant constamment une autre réalité et en délivrant un message d'espérance et de salut.

45Le désintéressement des journalistes pour toute véracité factuelle est évident dès les premiers moments. L’homme qui contribue à interpréter ce mouvement politique d’une grande modération en une révolte armée n’est autre que le vicomte de Chateaubriand, poète en politique. Fin janvier 1820, quelques semaines après l’annonce du pronunciamiento, dans Le Conservateur, il publie un texte matriciel pour tous les contre-révolutionnaires. Dans un long article, il présente l’affaire espagnole comme un instant épiphanique pour toutes les sociétés européennes; de sa permanence ou de sa disparition dépend le salut des monarchies du continent. Le style éclatant surmonte toutes les approximations et les erreurs. Même les accusations les plus incroyables, comme l’idée d’une conspiration internationale, sont affirmées avec un tel aplomb que le lecteur ne peut que se délecter d’une telle prose et se surprendre à y croire. Le vicomte de Chateaubriand, dont l’influence sur les rédacteurs du Drapeau blanc est indéniable, contribue à les libérer de la réalité. Dans son article, il restaure cette passion en politique comprimée pendant plusieurs années par l’approche « juste-milieu » du comte Decazes… et de Louis XVIII. Tout en plaçant la compréhension de l’actualité dans une mystique délicieusement médiévale, l’écrivain ouvre de nombreuses voies aux publicistes « purs ».

  • 42 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 janvier 1820.

46En fait, le vicomte de Chateaubriand ne fait que synthétiser brillamment une pensée complexe et riche. Victimes de leurs excès durant la Chambre introuvable (été 1815- automne 1816) ces hommes, par leurs maladresses et le travail de sape de leurs adversaires, ont été progressivement marginalisés sous la Seconde Restauration. En 1820, ils ne représentent pour l’opinion publique qu’un passé odieux de représailles et des idées rétrogrades. Quand l’assassinat d’un prince de sang surprend les Français, ces ultraroyalistes peuvent, et ne manquent pas de le faire, se targuer de l’avoir prévu. Comme les prophètes de l’Ancien Testament, après Waterloo, ils ont été les seuls à annoncer publiquement les dangers à vouloir pactiser avec le présent corrupteur. Quelques semaines seulement avant la connaissance des faits tangibles d’Espagne et du régicide de François Louvel, les royalistes « purs » dans Le Drapeau blanc ou dans La Quotidienne prophétisaient la restauration du chaos révolutionnaire. Jean-Raymond Sarran interpelle directement les souverains en écrivant : « Rois, qui dormez sur des trônes chancelants et minés de toute part, ne vous éveillerez-vous donc qu’au fracas de votre propre chute, et quand ce trône, en s’écroulant, vous écrasera de ses débris ? La foudre révolutionnaire gronde, menace, elle va frapper ; réveillez-vous ! »42. En 1820, après la renaissance de l'esprit de la Révolution dans la Péninsule et la répétition du régicide, ils annoncent dans les colonnes de leurs journaux et à la tribune des Chambres les moyens d’obtenir le salut des monarchies.

47Leur credo principal est la certitude qu’une vision différente empêche toute réconciliation avec les libéraux, mais aussi avec les autres royalistes (ministériels) prêts à s’arranger avec le passé pour obtenir la paix dans le présent. Pour tous les royalistes « purs », toute idée de pacte entre la fonction royale et la nation est impossible. Seul Dieu, créateur de l'ordre social, est source de légitimité. La délégation d’autorité venue du Ciel ne peut se démultiplier, le roi est l'unique titulaire de cette charge. Louis-François Lestrade dans Le Drapeau blanc écrit :

  • 43 SARRAN, [Jean-Raymond], « Des attaques solennelles portées au principe de la légitimité », Le Drape (...)

« En droit, la légitimité est placée au-dessus et hors des limites de l'ordre politique, ainsi que dans l'ordre moral l'existence de Dieu est considérée comme devant être élevée au-dessus des atteintes du raisonnement. Et n'est-ce pas l’image de Dieu sur la terre, que ce ROI qui se perpétue avec la société, ce ROI qui ne meurt jamais, traversant les siècles avec la même majesté, et plus sacré par l'action du temps dévorateur des choses de ce monde ? »43.

48Ainsi, malgré l'octroi de la Charte et le serment de fidélité de Ferdinand VII à la Constitution de 1812, ces hommes refusent ces codes de droit en n'y voyant qu'une conciliation royale corruptrice. Une constitution ne peut qu’entraîner un brouillage mortifère pour les individus que l’ambition pousse sans cesse à échapper à toute supériorité terrestre.

  • 44 LESTRADE, [Louis-François], « L’Espagne et l’Europe », Le Drapeau blanc, journal de la politique, d (...)
  • 45 Ibidem.

49Les publicistes ultraroyalistes s’opposent régulièrement au gouvernement contre-révolutionnaire du duc de Richelieu. Les lois réactionnaires ne sont pour eux que les conséquences du régicide de Louvel et non des expédients définitifs pour lutter contre ces atteintes à l'ordre social. Alors que les libéraux et les ministériels au printemps 1820 dédramatisent la situation outre Pyrénées, Lestrade dans Le Drapeau blanc se sert de la figure de la « pyramide renversée »44 pour illustrer la vraie situation à Madrid. La base élargie constituant le peuple se trouve maintenant au sommet et la pointe incarnée par le souverain au pied de la structure. Cet impossible équilibre annonce une prochaine « chute épouvantable »45.

  • 46 LESTRADE, [Louis-François], « C’est tout comme chez nous », Le Drapeau blanc, journal de la politiq (...)
  • 47 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 23 mars 1820.
  • 48 Centre des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (CAA, La Courneuve), 712, Co (...)
  • 49 Ibidem.

50Les journaux contre-révolutionnaires avec une cohérence et une pugnacité exceptionnelle ne dévient jamais de leur but durant tout le Trienio Liberal. Les publicistes n'ont de cesse de limiter le mouvement libéral à la réussite d'efforts énergiques d'une fraction minime de la nation. Louis-François Lestrade écrit qu'il ne s’agit que d’une « poignée de démagogues moins nombreux que ceux de notre jeu de paume, aussi faciles à réprimer ; mais qui, semblables à leurs amis nos libéraux de 92, feraient bientôt payer à leur patrie, par les mêmes horreurs, l'impunité de leurs premiers crimes !»46. Ainsi, le souvenir de la Révolution française est sans cesse ravivé dans leurs colonnes. Jean-Raymond Sarran, quant à lui, n'y voit que des « ressemblances » avec « notre sanglante révolution »47. Les écrivains mêlent sciemment le présent au passé empêchant toute dissociation entre les réformateurs de la Révolution et ceux de la Restauration. Face à ces attaques, les rédacteurs espagnols sont même obligés de répondre depuis Madrid. Dans El Universal, l’un d’entre eux écrit qu’on « ne trouvera pas en Espagne des assassins comme en France et même parmi les plus exaltés »48 et que « ce trône ne sera jamais taché d’une goutte de sang »49.

51Dès les premiers instants, les publicistes français contre-révolutionnaires ne voient l'issue dans un futur proche que dans une intervention armée. Parfaitement lucides face à l’absence de soutien à attendre de Louis XVIII à l’égard de son Cousin, les rédacteurs du Drapeau blanc se tournent vers les anciens ennemis des Français, maintenant réunis en Sainte-Alliance. Jean-Raymond Sarran écrit :

  • 50 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 2 avril 1820.

« Dans tous les cas (…), les principes de la Sainte-Alliance, garants de toutes les légitimités, exigent impérieusement, dans l’intérêt commun des rois et des nations, que la nation espagnole et son roi, surpris sans défense par la rébellion armée, puissent compter sur un secours qui leur permette de secouer le joug de fer qui leur est imposé. L’exemple d’un pareil renversement de toute idée d’ordre et de sociabilité, qui disparaîtrait ainsi promptement devant l’exemple contraire d’une juste répression, fonderait le bonheur de toute la civilisation sur les débris de l’action désorganisatrice, qui, non arrêtée, déverserait sur le monde toutes les horreurs de la licence »50.

52Demander de l’aide à l’étranger alors qu’un souverain parent règne sur le royaume voisin ne risque pas d’entraîner une dynamique de sympathie à leur égard. D’autant que pour se rendre dans la Péninsule, les Russes ou les Autrichiens seraient obligés de traverser le territoire français. Ce souhait ostensible rend ces royalistes « purs » décidément encore plus odieux aux libéraux qui font du patriotisme l’une de leurs principales valeurs, ou même pour tous les royalistes modérés qui virent avec plaisir, en 1818, la fin à l’occupation militaire faisant suite à Waterloo. Ces ultras, têtes hautes, acceptent d’être lapidés face à l’opinion publique. Cette démarche sacrificielle provient de la conviction profonde que toutes les révolutions reposent sur un mauvais raisonnement, que cette volonté absolue de droit d’une nation ne mènera qu’au despotisme d’un seul soutenu par une bourgeoisie matérialiste et jalouse. D’un élan émancipateur, le mouvement se transformera en une révolution morale bouleversant tous les paradigmes traditionnels. Sarran expose brillamment cet égarement des volontés :

  • 51 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 19 avril 1820.

« Le principe réel du nouvel ordre des choses en Espagne existe dans cet esprit de liberté personnelle, qui n’est que le despotisme descendu au plus bas degré, esprit de vertige et d’erreur dont les têtes ont été généralement frappées depuis que l’esprit de raisonnement a été substitué, sur les points les plus délicats de la religion et de la politique, à l’influence traditionnelle des croyances divines et des vieilles coutumes. Tout individu atteint de cette maladie du siècle a confondu la licence avec la liberté, de là vient que, lorsque la contagion, s’étendant sur les masses, est parvenue à dominer l’ordre social sur un point, on y a toujours vu le despotisme individuel le plus fort, le plus adroit ou le plus heureux, réduire la liberté, ou, pour mieux dire, la licence personnelle à sa plus simple proportion, en étendant un sceptre de fer sur les droits usurpés comme sur les prétentions déçues. La démocratie mène ainsi au despotisme et par une suite d’inévitables transitions, dont rien, depuis l’origine des sociétés humaines, n’a dérangé la marche inévitable »51.

  • 52 LESTRADE, [Louis-François], « C’est tout comme chez nous », Le Drapeau blanc, journal de la politiq (...)

53Les royalistes « purs » par des moyens extrêmes veulent soigner « ce mal du siècle » qu’est la domination de l’individu sur la société. Louis-François Lestrade termine en s’adressant aux lecteurs de son âge : « j’ai grande peur qu’apprenant bientôt la triste vérité qu’on nous cache, nous ne soyons forcés de dire, par le rapprochement de notre ancienne situation révolutionnaire avec celle de l’Espagne : C’est tout comme chez nous »52.

  • 53 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 avril 1820.

54Tout en accusant le libéralisme de n’être que « l’exécuteur testamentaire de la philosophie du siècle dernier »53, ils savent ne pas pouvoir compter sur une attitude résolue des deux souverains.

  • 54 On trouve notamment l’une des premières mentions de ce terme associé au vicomte de Chateaubriand, d (...)
  • 55 Le Conservateur, « Espagne », tome VI, 71e livraison (fin janvier 1820).

55Le romantisme prend sa source dans l’ultracisme, dans son traitement des affaires d’Espagne cela apparaît comme une évidence54. Pour obtenir la victoire de leurs principes, ces rédacteurs « purs » n’hésitent jamais à devenir la cible de leurs ennemis, mais également de leurs amis politiques. En toute conscience, ils préfèrent disparaître sous les anathèmes en servant leurs convictions plutôt que d’abandonner le champ de bataille. La situation politique dans la Péninsule est pour eux un brandon de discorde qu'ils brandissent constamment à la face de tout le monde. Ils n'hésitent même pas à manifester leur colère à l'égard des deux souverains. En effet, là-bas aussi, c’est un Bourbon qui par lâcheté a accepté volontairement un code rognant toutes ses prérogatives. Le vicomte de Chateaubriand avait lancé cette formule lapidaire « Roi avili, roi détrôné »55, malgré leur indéfectible fidélité à la dynastie, de nombreux ultraroyalistes sont persuadés que la démythification de la monarchie est grandement due à la pusillanimité des Bourbons.

  • 56 LESTRADE, [Louis-François], « Du néologisme révolutionnaire », Le Drapeau blanc, journal de la poli (...)

56Non sans une certaine audace, Jean-Raymond Sarran reprend cette idée en annonçant qu’en 1791, « c’est sous l’influence des principes constitutionnels, et par l’autorité même du monarque constitué que la démocratie révolutionnaire pénétra dans toutes les parties de l’édifice monarchique »56. La faiblesse morale de Louis XVI a légitimé les réformes restreignant son pouvoir qu’il détenait pourtant de Dieu. Le courage lui a manqué pour combattre pour ses droits. Tout comme son frère, qui en 1814, alors que les armées coalisées pouvaient écraser tout sursaut antimonarchique, avait préféré octroyer une Charte, puis peu après, évincer ses plus fidèles défenseurs en ordonnant la dissolution de la Chambre de 1815. Les Bourbons apparaissent comme les principaux artisans de leur perte et celle de facto de leurs sujets les plus loyaux.

  • 57 BUSTOS, Sophie, « El 7 de julio de 1822 : la contrarrevolución en marcha », Revista Historia Autóno (...)

57Quand Ferdinand VII accepte de prêter serment (mars 1820) à la Constitution de 1812, les rédacteurs ultraroyalistes parisiens sont stupéfaits, mais guère surpris. La flexibilité des Bourbons semble maintenant un attribut dynastique. Seulement, en juillet 1822, les publicistes du Drapeau blanc et de La Quotidienne ne peuvent plus taire leur colère et leur incompréhension à l’égard des actions publiques du roi d'Espagne. Quelques semaines auparavant, la garde royale et les milices favorables au gouvernement constitutionnel se sont affrontées sous les fenêtres du château du Pardo, puis dans les rues de Madrid. Les plus fidèles serviteurs de Ferdinand ont été massacrés sous ses yeux pour le sauver. Une fois l’insurrection royaliste achevée, le roi n’a pas hésité à condamner l’action de ses gardes accusés d’avoir voulu le libérer57.

  • 58 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 13 juillet 1822.
  • 59 La Quotidienne, le 14 juillet 1822.

58Dans les bureaux de rédaction de journaux parisiens de Droite, la consternation règne. Le Drapeau blanc publie un compte rendu dans lequel il pousse ce cri de lamentations « On a délibéré quand il fallait agir, on a balancé entre le courage et la crainte, la vertu et le crime, la mort avec la gloire, et la vie avec… O vertu ! O courage ! O dévouement ! Noble apanage des grands rois ! Qu’êtes-vous devenus ? »58. Les rédacteurs de La Quotidienne vont bien plus loin en se demandant si finalement « les peuples se lasseraient-ils de vouloir mourir pour des maîtres qui n’auraient pas l’air de songer que la mort est un devoir pour ceux qui commandent comme pour ceux qui obéissent »59. La grandeur n’est plus dans les rois, mais dans les royalistes, prêts à sacrifier leur vie pour une cause sacrée.

59Les semaines qui suivent le serment de Ferdinand VII à la Constitution sont marquées par une forte migration, essentiellement des ecclésiastiques, vers la France. Bayonne, Toulouse et Bordeaux deviennent des lieux de sauvegarde pour tous les Espagnols hostiles au gouvernement madrilène. Au printemps 1822, les villes méridionales françaises deviennent des espaces de soutien aux Espagnols réfugiés prêts à en découdre avec les liberales.

  • 60 Le Défenseur, ouvrage religieux, politique et littéraire, mai 1821.

60Alors que dans les colonnes du Constitutionnel ou du Courrier, ils ne sont qualifiés que de « rebelles » ou d’« émigrés », la presse contre-révolutionnaire parisienne prouve à chaque occasion tout l’intérêt qu’elle leur porte. La couleur blanche, celle des Bourbons, unit les royalistes fervents des deux côtés des Pyrénées. Mieux que quiconque, les lecteurs du Drapeau blanc connaissent l’importance du sacrifice qu’imposent l’exil volontaire et la décision de combattre les armes à la main ses compatriotes. Eux-mêmes lors de la Révolution française se sont arrachés à leur pays et ont abandonné leur foyer pour défendre les intérêts de la monarchie aux frontières. Ce passé douloureux est devenu glorieux quand en 1814, ils virent tous leurs efforts récompensés par le retour des Bourbons. Alors que les gouvernements du duc de Richelieu et du comte de Villèle, bornés par des raisons de politiques intérieures et extérieures, aident en sous-main, mais modestement ces « Émigrés » espagnols, les journaux ultraroyalistes réclament des aides substantielles pour « ces partisans de la légitimité »60. Pour remuer les cœurs de l’opinion publique, les publicistes contre-révolutionnaires fabriquent des héros.

  • 61 Alfred de Vigny, jeune royaliste enthousiaste, lui consacre une longue poésie Le Trappiste qui en p (...)
  • 62 Dans leur enthousiasme à donner naissance à des personnes au dévouement monarchique, les publiciste (...)

61Le Trappiste devient un personnage incontournable dans la presse contre-révolutionnaire. Homme d’Église, partisan ardent de Ferdinand, il est l’incarnation de cette résistance héroïque aux volontés libérales. Ancien officier de la Guerre d’Indépendance, Antonio Marañón était entré au couvent de la Trappe en 1814. Dès les premiers soubresauts d’insurrection, il avait abandonné son couvent pour reprendre les armes pour son roi. Cet individu comme tant d’autres de ses camarades (Misas par exemple) associait dans ses actions un mysticisme armé. En compagnie d’une centaine d’hommes, il avait même surpris les Français en occupant Puigcerdá (avril 1822). Même si cette prise fut de courte durée, l’opinion publique avait fait sa connaissance61. Les royalistes français ont leur héros62.

  • 63 R..., « Des conspirations », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des th (...)

62Dans leurs colonnes, les publicistes contre-révolutionnaires veulent alarmer l'opinion publique et abattre « les partisans hypocrites de l’indifférentisme politique »63. Comme l'écrit un rédacteur :

  • 64 Ibid.

« Les vrais conspirateurs sont ceux qui se taisent au moment où toutes les bouches françaises devraient répéter le signal de détresse. Se taire quand la société meurt, est un crime ; garder le silence lorsque la douleur et l’indignation devraient d’un bout de la France à l’autre, se manifester par des avertissements énergiques, et porter l’effroi dans le cœur des méchants, c’est une véritable conspiration (…). Les ennemis du trône sont ceux qui ne répètent pas avec nous qu’il faut fermer l’abîme des révolutions, et bannir à jamais du milieu de nous ces doctrines pestilentielles qui ne sont pour les peuples que des germes de mort »64.

  • 65 DUFOUR, Gérard, « L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador, même combat », El Argonauta esp (...)

63Ils le répéteront chaque jour dans leurs colonnes, comme c’est le cas de L’Ami de la Religion65, jusqu’au moment où Louis XVIII dans son discours du trône de janvier 1823 ordonnera l’invasion de l’Espagne pour y rétablir son Cousin. Ainsi, la posture des journaux contre-révolutionnaires durant le Trienio Liberal est d’une totale invariabilité. Contre les libéraux, contre les gouvernements conservateurs du duc de Richelieu et du comte de Villèle, contre toute idée d’acceptation de la situation, Le Drapeau blanc et La Quotidienne, même par temps calme dans la Péninsule, rappellent l’inacceptable existence d’un système révolutionnaire. Par ses souhaits d’affrontement, sa rhétorique eschatologique, la presse contre-révolutionnaire est au cœur de tous les combats. Cette guerre de plume force le gouvernement de Paris, volontiers aveugle, à s’intéresser aux problèmes internes du « Cousin et neveu » de Louis XVIII, puis à agir en sa faveur.

De l’usage de la presse pour abattre la Maison de rébellion

64Les publicistes français du Côté gauche s'enorgueillissent de leur proximité politique avec les libéraux de Madrid, de Porto et de Naples. Bien que ce camp transnational ne soit formé que d’unités disparates avec autant de spécificités locales, Le Constitutionnel ou Le Courrier français n'hésitent jamais à se ranger du côté de ces forces « de liberté ».

65Cette posture triomphante de la communauté libérale de l’hiver 1820 se transforme rapidement en une gestion de crise permanente. Au printemps 1821, le basculement de la lutte idéologique en un affrontement violent entre leurs frères d’Italie et les soldats de la Sainte-Alliance envoyés à Naples pour restaurer Charles IV a un impact considérable sur leur crédibilité. Le moment d’immenses incertitudes préludant les premiers coups de feu ont été marqués dans tous les journaux du Côté gauche par une succession de révélations annonçant «es embuches insurmontables et de prédictions toujours désastreuses pour les agents des rois absolus. Ces bravades avaient épouvanté l’opinion publique.

66Alors que les rédacteurs parisiens déclarent toujours comme une évidence la destruction des absolutistes, à la surprise générale, on apprend à Paris que les Autrichiens ont écrasé sans difficulté les carbonari napolitains. Aucun soutien populaire, nulle résistance nationale, seules quelques escarmouches ont suffi pour éteindre cette étincelle libérale. L'interprétation erronée des événements napolitains par les feuilles du Côté gauche au préjudice de la réalité est relevée avec ardeur dans tous les autres journaux. Les écrivains du Constitutionnel, contrairement à ceux du Dra peau blanc, ne sont que de faux prophètes ou de piètres analystes du présent politique. Après s’être placés en moralisateurs politiques en intégrant de longues « pièces de bœuf » sur le caractère imparable des peuples à vouloir jouir de droits et de liberté, les libéraux doivent adopter un ton moins péremptoire d'autant que l’harmonie qu’ils décrivaient systématiquement en Espagne n’est plus vraisemblable.

  • 66 Kôbô, Seigan, « L’influence de la mémoire de la Révolution française et de l’Empire napoléonien dan (...)
  • 67 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 12 janvier 1820.

67Devenus vulnérables par tous ces échecs hors des frontières, les hommes de la communauté libérale doivent à partir de l’été 1821 faire face à un piège bien plus dangereux que lui tendent ses adversaires. Avec finesse, royalistes ministériels et radicaux veulent faire des libéraux, cette association d’individus aux ambitions politiques différentes, un maelstrom ayant pour seul dessein de tout détruire. En effet, cette communauté n’est en fait qu’une union accidentelle de tous les hommes ne partageant pas les vues du ministère ou des contre-révolutionnaires. Alors que les hautes sphères se composent principalement d’anciens serviteurs de Napoléon, adorateurs de tout pouvoir capable de contraindre tout dérive révolutionnaire, Le Constitutionnel, porte-parole de la base, ayant plus de quinze mille abonnés en 182066, affirme quant à lui défendre les intérêts des « propriétaires, des cultivateurs, des chefs d'atelier et de manufactures, des citoyens dont le plus pressant besoin est de trouver le repos et la sécurité à l'abri des loi »67. Tous ces individus ne désirent en rien un bouleversement dynastique, seulement une application ferme de la Charte.

68Alors que ces libéraux français n’envisagent pas une action violente contre un système actuellement malmené mais qui leur sied, une infime partie de cette association protéiforme agissant de son propre chef ne compte plus sur la parole pour récupérer les libertés perdues après l’assassinat du duc de Berry. Ces activistes préférant l’action trouvent à l’étranger des asiles à leurs ambitions. Admirateurs du pronunciamiento de Quiroga et de Riego, portés par une croyance extraordinaire en leurs convictions, ces protagonistes révolutionnaires s'étaient rendus en Espagne pour y trouver soutien et conseils.

69En usant publiquement de ces enthousiastes avides de désordre, l’autorité royale veut rassembler toute la communauté libérale française dans une seule Maison frondeuse et révolutionnaire. Enfermés entre ces murs d'excès, les opposants légalistes se verraient condamnés par les actions, les mots et les espérances des trublions de la cause. S’appuyant sur la coopération de la Direction de la Police et celle de la surveillance des journaux, des opérations de dénigrements sont orchestrées à partir de l’automne 1821.

  • 68 SÁNCHEZ MARTÍN, Víctor, Rafael del Riego. Símbolo de la Revolución Liberal, Thèse de doctorat, Univ (...)
  • 69 Nagy, Laurent, « Un conspirateur républicain-démocrate sous la restauration : Claude-François Cugne (...)

70La première sape contre la Maison libérale a lieu durant l’été 1821. Depuis le début des affaires d’Espagne, l’Aragon, province frontalière, focalise l’attention de l’autorité française. Son chef militaire n’est autre que Rafael del Riego, le principal promoteur du pronunciamiento d’Andalousie68. La présence de cet homme audacieux, véritable héros transnational célébré régulièrement dans Le Constitutionnel ou Le Courrier français si près des Pyrénées irrite le gouvernement de Paris. Ce mécontentement s’accentue par l’accueil chaleureux qu’il réserve à tous les réfugiés politiques français ou Italiens. Parmi eux se trouvent durant l’été 1821, Claude-François Cugnet de Montarlot69. Le publiciste, homme de passion, s’est rendu volontairement à Saragosse dans le dessein d’obtenir de l’aide pour imiter le pronunciamiento de son protecteur.

71Le général Riego, idole de tous les libéraux européens, ne bénéficie pourtant pas du même enthousiasme dans sa patrie. Si le petit peuple des villes lui voue un culte, les hommes politiques craignent son influence et sa prise de parole trop facile. Vers la fin août 1821, les longues querelles intestines entre le gouvernement de Madrid et le général Riego éclatent de manière ostensible à Saragosse. Francisco Moreda, chef politique obéissant aux ministres, dénonce dans une proclamation et de manière sibylline, Riego de vouloir établir une république des deux côtés des Pyrénées. Avec une promptitude extraordinaire, le général Riego est destitué, ses fidèles compagnons emprisonnés à Saragosse.

  • 70 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 1er avril 1822.
  • 71 NAGY, Laurent, « L’émissaire de la Charbonnerie française au service du Trienio Liberal, Historia c (...)
  • 72 El Universal, le 5 septembre 1821.

72L’impact de l’événement est considérable dans toute la péninsule. L’accusation contre le général Riego est de suite contestée dans la presse patriote espagnole. Les rédacteurs y dénoncent une manœuvre du gouvernement afin de discréditer une fois de plus leur chef. Spontanément des manifestations populaires s’effectuent dans les principales villes de la péninsule, les sympathisants du « héros de Las Cabezas »70 brandissant son portrait en tête de cortège. Face à cette expression de mécontentement, le ministère madrilène, par l’intermédiaire de ses journaux, tente de trouver une issue à la crise. La colère de l’opinion publique doit être impérativement détournée. Le 5 septembre 1821, El Universal publie deux lettres particulières, l’une provenant d’Irún, l’autre de Saragosse, annonçant que ce sont des Français, Cugnet de Montarlot en Aragon et le chef de bataillon Husson à Irún71 qui, abusant de l’hospitalité des autorités provinciales, ont été au cœur de cette ténébreuse affaire. Le mystérieux correspondant de Saragosse affirme même que Montarlot est suspecté d’être un « agent de la police de Paris ou de Laybach »72. Cette accusation permet d’entériner auprès de leurs lecteurs la croyance en une conspiration transnationale ultraroyaliste, dont les principaux artisans sont les ministres conservateurs de France.

  • 73 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 15 septembre 1821.

73La première mention de ce tumulte proche des frontières à Paris est annoncée dans Le Journal des Débats qui en reproduisant une lettre particulière affirme que les « bruits sur une tentative de révolution républicaine se soutiennent à Saragosse : ils étaient tout à fait accrédités à Madrid»73. Le même jour, Le Courrier français toujours désireux de prouver que l’ordre dans la liberté règne dans la péninsule publie les proclamations de Moreda et de Riego. Pour ces rédacteurs, il est évident que l’affaire n’est qu’un non-événement et s’intègre finalement à tous ces soubresauts politiques que connaît la Péninsule depuis longtemps. Le général Riego n’en a été, bien entendu, que la victime visible. L’affaire est donc terminée. Cependant, le gouvernement des Tuileries parfaitement informé sur la réalité des intrigues veut profiter de ce règlement de compte entre Espagnols pour lancer une offensive contre ses ennemis de France.

  • 74 L’Étoile, journal de politique et de littérature, le 17 septembre 1821.Voir le numéro dans son inté (...)
  • 75 Ibidem.
  • 76 Ibidem.
  • 77 Ibidem.

74Le 17 septembre, L'Étoile révèle au public la compromission de Cugnet de Montarlot, accusé d’avoir été « chargé de la direction des manœuvres »74 subversives contre ses compatriotes. Pour démontrer le caractère extraordinaire de cet agent dynamique du libéralisme, on insère dans son intégralité une proclamation fournie par la Direction de la Police que Cugnet de Montarlot, « souverain d’un nouveau genre »75, avait rédigé pour l’occasion. Ce texte programmatique annonce à ses lecteurs le rétablissement de la Constitution de 1791, tout « en exceptant la puissance royale »76. Il y écrit aussi qu'une fois la vague libératrice depuis les Pyrénées réalisée, un gouvernement provisoire, sous la direction du marquis de La Fayette, sera établi à Lyon. Convoqués en assemblée nationale, les députés fraîchement élus « conformément à la Constitution de 1791 »77 n'auront plus qu'à ratifier le nouveau régime de liberté.

  • 78 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 19 septembre 1821.

75Si l’absence de toute indication précise concernant le bénéficiaire de l’opération entraîne de nombreuses spéculations, un publiciste du Journal des Débats indique avec finesse que cette proclamation n’est en fait que l’« expression un peu exagérée et surtout un peu indiscrète des vœux absurdes et coupables d’un parti incorrigible »78. L'Étoile, à dessein, accompagne cette publication de chansons séditieuses composées par L’Homme gris, surnom de l’aventurier français, devant circuler de main en main peu avant l'action tout au long de la frontière.

76Dès le lendemain, tous les quotidiens d’opinion reproduisent dans leur totalité ou partiellement ces écrits séditieux. À partir de ce « véritable monument d’absurdité et de folie »79, une nouvelle construction de l’événement s’élabore sous l'impulsion de L'Étoile, car Cugnet de Montarlot est bien connu des lecteurs libéraux et contre-révolutionnaires. Il a occupé les colonnes des journaux pendant plusieurs années. Ces procès politiques en tant qu’éditeur-responsable ou comme accusé d’avoir participé à des projets conspiratifs ont été relayés par tous les publicistes. À chaque fois acquitté par la justice royale, Cugnet avait finalement endossé publiquement le rôle de victime de l’arbitraire contre-révolutionnaire. Les publicistes libéraux avaient utilisé ses tribulations judiciaires pour la cause commune, à tel point que Victor Hugo, bien des années plus tard, écrira dans Les Misérables qu’en France, en 1820, on était « pour ou contre Cugnet de Montarlot »80. Cependant, symbole d’une forme active de résistance libérale, cet opposant flamboyant et excentrique est davantage un objet de détestation pour ses pairs modérés que d’admiration.

  • 81 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 18 septembre 1821.
  • 82 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 19 septembre 1821.

77La police comprend très vite aussi qu’elle doit à tout prix se servir de cette figure de proue libérale pour nuire à l’ensemble de la communauté. Dans les colonnes de La Quotidienne et du Drapeau blanc, on assure que le plan de Saragosse a été soutenu en France par l’élite libérale, que Cugnet n’a été que leur « émissaire équivoque »81. Finalement, les actions de Cugnet n’ont fait que révéler le véritable dessein des libéraux français qui ne consiste qu’à « troubler à la fois la tranquillité des deux pays et de proclamer la République au milieu du désordre »82. L’accusation d’œuvrer pour faire renaître la République est lourde de sous-entendus pour l’opinion publique française. La République pour un sujet de Louis XVIII, c’est toujours le chaos, l’anarchie et la Terreur. Bien que dans sa proclamation Cugnet ne nomme aucun système politique précis, l’usage du souvenir de la République est le meilleur moyen d’effrayer les individus aspirant à l’ordre et à la paix, en France comme en Espagne.

78Ces feuilles reviennent aussi sur la complicité du général Riego. Ses adulateurs français au regard des événements doivent maintenant revoir leur opinion. À la lecture des comptes-rendus, on apprend que Riego a voulu, soit envahir le territoire national à main armée, soit s’ingérer dans les affaires intérieures de la France. Dans les deux cas, le patriotisme des constitutionnels français est touché en plein cœur. En abattant cette image cosmopolite, les royalistes espèrent mettre fin à cette sympathie dangereuse pour cette révolution et pour cet homme. Pour accentuer la médiocrité de cette figure d’admiration, un rédacteur de L'Étoile déclare :

  • 83 L’Étoile, journal de politique et de littérature, le 20 septembre 1821.

«On sait que le général Riego s'est porté pour se mettre à la tête de la faction ; mais il n'a point la haute capacité qu'exige un pareil rôle (...) Son extérieur n'annonce ni dignité ni génie. Il a quelque chose du général Bonaparte à son retour d'Égypte, mais son œil enfoncé est sans feu, ses manières sont communes, il n'a rien de ce qui parle à la multitude et l'entraîne en avant. Toutes ses entreprises ont prouvé qu'il n'avait d'étendue que dans son ambition, et qu'aucune combinaison forte n'était à sa portée »83.

79Les libéraux français souffrent d’un manque de lucidité concernant ses champions.

80Les feuilles libérales ne cherchent pas à défendre François Cugnet de Montarlot. Comprenant le piège tendu, Le Courrier français et Le Constitutionnel sont même plus véhéments à son égard que les contre-révolutionnaires. Un publiciste du Courrier affirme à la lecture des pièces qu’

  • 84 Le Courrier français, le 18 septembre 1821.

« il est bien difficile d’assigner au juste la classe dans laquelle on doit ranger l’individu qui les a conçues [mots censurés] (…) ; il leur suffira de savoir que le sieur Montarlot, qui n’avait pas un homme à sa disposition, prenait modestement le titre de général en chef des armées constitutionnelles et président du grand empire de France »84.

  • 85 Le Courrier français, le 18 septembre 1821.

81En le condamnant ainsi, les libéraux veulent manifester à l’opinion publique leur mépris pour un homme n’appartenant absolument pas à leur monde. Quant à une éventuelle compromission du général Riego, elle est le fait que ces individus ont abusé « de son caractère loyal et confiant »85.

  • 86 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 19 septembre1821. L’usage de c (...)

82Accusés par La Quotidienne d’abandonner lâchement l’un des leurs, les hommes du Constitutionnel dans une tribune particulièrement violente répondent que « ce n’est pas à la cour d’assises qu’il faut l’envoyer, c’est à Charenton »86, lieu où l’on enferme les malades mentaux. La défense est dorénavant fixée par l'élite libérale : Cugnet est un illuminé. Face aux articles « coups de poing » du Drapeau blanc et de L'Étoile mêlant l’ensemble des libéraux aux actions de Cugnet, un rédacteur du Courier, après une semaine de disputes éditoriales, contre-attaque par une pirouette amusante :

  • 87 Le Courrier français, le 20 septembre 1821.

« Par une heureuse coïncidence, Saragosse a autant de réputation en Espagne, que Charenton en France, et justement pour des établissements du même genre. Il semble qu’un instinct secret ait dirigé le sieur Montarlot dans le choix de la ville où il a jugé à propos de faire imprimer ses proclamations, et qu’il ait songé à s’épargner les frais d’un long voyage dans le cas où la justice se mêlerait de ses affaires. Cette circonstance ignorée généralement de ceux qui n’ont point été en Espagne, expliquera à tout le monde pourquoi La Quotidienne parle souvent des courriers extraordinaires qu’elle reçoit de Saragosse. Tout annonce qu’elle a pour correspondants quelques pensionnaires des établissements sanitaires de cette ville, et c’est d’eux qu’elle reçoit ses nouvelles d’Espagne, et même ses articles de politique »87.

83La manœuvre gouvernementale a tout de même réussi. L’élite libérale a perdu pied face à l’opinion publique. Fort de ce succès, à la veille de l’entrée des troupes du duc d’Angoulême en Espagne, le ministère de Villèle utilise les mêmes méthodes que son prédécesseur pour projeter définitivement leurs ennemis affaiblis hors du paysage politique.

  • 88 Le Moniteur universel, le 12 avril 1823. La proclamation est publiée de nouveau par Le Constitution (...)
  • 89 Ils modifient même le sens de cette phrase : « En conséquence nous déclarons comme antinational tou (...)

84Le 12 avril 1823, Le Moniteur88 fait paraître une version du Manifeste à la Nation française, une proclamation insurrectionnelle devant être distribuée aux populations de Midi peu avant l’invasion. Proposant un pouvoir alternatif aux Bourbons et comprenant un programme politique consolidant les libertés fondamentales, cette proclamation est la synthèse de tous les principes défendus par le Côté gauche depuis le début de la Restauration. Des mains de la police, ce manifeste passe dans les bureaux de journaux parisiens. Seulement avant d’être livrée à la publication, l’autorité en a coupé plusieurs extraits changeant même des mots pour convaincre les lecteurs du caractère insurrectionnel de ces agents actifs de la liberté constitutionnelle89. De cette proclamation riche en idées, il ne reste finalement plus qu’un écrit de colère et de révolte, une ode pompeuse et absconse à l’émeute. Ainsi, par les ciseaux de la censure, les réfugiés français partis pour combattre pour la liberté en Espagne ne sont plus que des soudards furibonds, les héritiers des « Enragés » de 1793. La nation libérale dont ces hommes font partie est discréditée et forcée au silence. En avril 1823, les royalistes « purs » sont victorieux à Paris, avant de l’être à Madrid. La presse instrumentalisée a joué un rôle essentiel dans la disparition da contribué à l'effondrement de la Maison libérale.

Duel ministériel par voie de presse

  • 90 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 22 mai 1822.
  • 91 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 22 décembre 1822.
  • 92 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 14 juillet 1822.

85Depuis la nomination du comte de Villèle (décembre 1821), comme président du Conseil, les royalistes avides de reconquêtes politiques dominent l’espace public, dans la presse, dans les prétoires comme à la Chambre des députés. Les royalistes « purs » comptent maintenant faire appliquer leurs principes monarchiques à Paris comme à Madrid. Leur vision n’a pas évolué depuis le mois de mars 1820 et ils exigent qu’une expédition militaire soit entreprise pour soumettre la minorité rebelle de la nation espagnole et faire disparaître cette « constitution des Comuneros »90. Deux événements majeurs viennent leur confirmer la nécessité morale pour le gouvernement d’agir fermement. Au printemps 1822, les réfugiés royalistes espagnols, surnommés « défenseurs de la Foi » par le Drapeau blanc ou « chevaliers errants de la foi »91 par Le Constitutionnel, ont franchi les Pyrénées pour soulever le nord de la Péninsule au nom de leur roi, donnant à la guerre civile un nouvel élan et quelques semaines plus tard, en juillet 1822, des scènes de violence extrêmes à Madrid entre la garde royale et les milices constitutionnelles se sont achevées par l’échec de ces derniers. Le rôle en sous-main de l’entourage de Ferdinand VII a attisé la méfiance des partisans de la Pepa, non seulement, le roi est maintenant surveillé, mais selon le correspondant des Débats « le sang ruisselle dans la rue, les canons tonnent sur nos places»92. Pour tous, la révolution militaire de 1820 a basculé dans l’anarchie jacobine. Ferdinand VII et sa famille risquent de connaître le même sort que Louis XVI, vingt-cinq ans auparavant. Une intervention armée devient un devoir.

86Alors que les feuilles du Côté droit, passionnées et partisanes, réclament avec ardeur une offensive armée, la presse libérale s’interroge sur le motif d’une telle invasion. Cette question controversée est une occasion inespérée de se replacer sur le champ des principes. Un article publié à la fin septembre 1822 dans Le Constitutionnel résume les lignes directrices des sympathisants du Côté gauche face à l’idée d’une intervention armée. En voici un extrait :

« Au fait, sur quels prétextes pourrait-on fonder la déclaration d’une guerre au gouvernement espagnol ? Quelle injure la France a-t-elle reçue de l’Espagne ? Une révolution politique s’est faite dans ce pays, et la nation a passé du régime arbitraire au régime constitutionnel. En quoi cette transition peut-elle blesser les intérêts d’un peuple qui a lui-même obtenu cet avantage et qui ne cherche qu’à le conserver ? Comment pourrait-on se justifier de prendre les armes pour rétablir un ordre de choses qui de lui-même tombait en ruines, parce que le pouvoir absolu ne peut se soutenir que par la force matérielle, et qu’il s’écroule lorsque cet appui, si précaire de sa nature, vient à lui manquer ? (...)

  • 93 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 28 septembre 1822.

87Ce serait donc pour consolider les abus manifestes d’un tel système que la France épuiserait ses finances et s’engagerait dans une lutte douteuse. Il faut être bien aveuglé par l’esprit de parti pour solliciter un tel acte d’imprudence, une démarche si contraire aux intérêts du pays »93.

88Cette guerre injuste projetée n’est finalement que le fruit du fanatisme des royalistes « purs ».

  • 94 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822.

89À la fin de l’été, Louis XVIII et ses ministres s’accordent sur la nécessité d’un rôle actif dans la crise espagnole. Deux tendances s’opposent au conseil royal. Le vicomte de Montmorency, ministre des Affaires étrangères, est partisan d’une action militaire directe en association avec les puissances de la Sainte-Alliance. Il représente dans le Cabinet l’esprit mystique de la contre-révolution et rêve d’entreprendre une nouvelle « croisade continentale »94 contre ces résidus d’un temps honni. Selon lui et ses amis, une fois l’Espagne libérale détruite, l’Europe sera définitivement purgée des gouvernements nés de la fronde de ses peuples.

90Le comte de Villèle, président du Conseil et ministre des Finances, quant à lui, préfère une solution diplomatique au problème espagnol. En effet, ce ministère né essentiellement de l’attente d’une politique d’ordre demeure fragile. Même si l’opinion publique a soutenu par son silence les opérations répressives de l’été 1822 contre les agents de la Charbonnerie, cette acceptation peut toujours facilement basculer dans une opposition farouche si, par l’application d’une vision « trop » contre-révolutionnaire, l’ensemble des Français se trouve engagés dans une guerre dont ils ne comprennent ni l’objet, ni le but.

  • 95 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 1er juin 1822.

91De plus, en y réfléchissant bien, l’intervention des soldats de Louis XVIII pourrait bien se révéler un nouveau « guêpier »95. Désapprouvant les déclamations énergiques de la presse ultra pour pousser le ministère dans une guerre laborieuse, Le Journal des Débats, soutenant le gouvernement, accuse leurs amis de n’être emportés que par une passion qui peut s’avérer périlleuse pour le salut de la monarchie. Un rédacteur des frères Bertin écrit :

  • 96 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 5 octobre 1822.

« La situation relative de la France et les autres États de l’Europe appelle en ce moment les méditations des hommes véritablement politiques. Nous sommes loin de comprendre sous cette dénomination les individus qui, attachés publiquement à telle ou à telle opinion, ne prononcent sur les personnes et les choses que d’après leur conformité et leur dissemblance avec le parti qu’eux-mêmes ont embrassé. Pour ces sortes de gens, tout le bien est d’un côté, tout le mal est de l’autre : cette manière de voir fait des fanatiques et non des juges ; elle n’admet aucun caractère positif, elle ne convertit point les opposants, elle n’ajoute rien à la conviction de ceux qui sont d’avance persuadés ; elle nourrit les passions dans le poste où elles se sont établies […] »96.

92La rupture de cette unité conservatrice triomphante depuis des mois entraîne une lutte fratricide dans la presse royaliste : on trouve maintenant les « politiques » d’un côté et les « fanatiques » de l’autre. Des alliances éditoriales se forment de suite. Si le ministère peut compter sur Le Moniteur Universel, Le Journal de Paris, mais surtout Les Débats, la faction des « fanatiques » s’appuie sur Le Drapeau blanc, La Quotidienne et le ralliement surprise de L'Étoile.

  • 97 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 9 décembre 1822.

93La publicité de ces dissensions est une aubaine inespérée pour les hommes du Côté gauche. Goguenards et venimeux, ils attisent les querelles et remarquent qu’ils avaient « déjà fait cette découverte »97 (que les royalistes bellicistes n’étaient que des « fanatiques »). Alors que l’opinion publique est tenue informée de cette scission au sein du ministère, les véritables enjeux d’une intervention doivent être discutés lors du Congrès de Vérone (mi-octobre 1822) entre les souverains des puissances de la Sainte-Alliance. Si la situation en Grèce et l’évacuation des troupes autrichiennes du Piémont sont les sujets officiels, la dérive révolutionnaire dans la péninsule est dans tous les esprits.

94Mathieu de Montmorency, en tant que ministre des Affaires étrangères, est nommé représentant de Louis XVIII au Congrès. Il a pour mission précise de la part du président du Conseil de n’obtenir qu’« un appui moral » des puissances de la Sainte-Alliance en cas de conflit. Le vicomte de Montmorency est accompagné par plusieurs secrétaires de haut rang. Ami du comte de Villèle et du ministre des Affaires étrangères, le vicomte de Chateaubriand est chargé avec ses autres collègues de préparer les conférences entre les représentants des quatre puissances.

95Durant tout l’automne, la presse française est dans l’expectative, car rien ne transpire des négociations menées à Vérone. À la fin novembre 1822, Mathieu de Montmorency revient enfin du Congrès. Contrairement aux vœux du président du Conseil, il a obtenu l’engagement de la signature d’une note commune adressée au gouvernement de Madrid pour lui demander une rupture radicale avec sa politique révolutionnaire. Camouflet à l’égard d’un pouvoir indépendant et légal, ingérence malvenue, cette Note n’est en réalité qu’un casus belli brandi à la face des Espagnols.

96L’idée d’être soumis ainsi à une guerre qu’il voulait éviter, de surcroît associé aux puissances de la Sainte-Alliance, mécontente le comte de Villèle. Il réclame donc que Louis XVIII adresse une note à part à Ferdinand VII laissant la possibilité d’une solution pacifique. La division au sein du gouvernement est à son comble, car le ministre des Affaires étrangères, quant à lui, ne peut en aucun cas revenir sur sa parole.

97Étant tout de même dans l’obligation d’éclairer l’opinion publique sur l’issue des négociations de Vérone, Le Moniteur universel publie un article d’une grande ambiguïté. Il est écrit que :

  • 98 Le Moniteur Universel, le 1e r décembre 1822.

« Les questions qui sont du domaine de la politique étrangère ont cela de particulier que, se combinant avec des intérêts éloignés, leur marche s’effectue hors du cercle des spéculations habituelles. Les personnes les plus exercées à ces spéculations se trouvent donc, à cet égard, dans une position désavantageuse pour raisonner avec justesse [...] la certitude que la France a occupé au Congrès de Vérone la place qui lui appartenait parmi les monarchies d’Europe, et que les puissances du continent s’en seraient remises à elle pour la suite et la conclusion des affaires d’Espagne, avec l’intention de concourir de toutes leurs forces aux voies d’exécution, qu’elle pourrait être dans le cas d’adopter »98.

  • 99 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 2 décembre 1822.
  • 100 Le Courrier français, le 2 décembre 1822.

98Les querelles reprennent de plus belle dans la presse quotidienne. L’absence de compréhension des enjeux et la nébulosité du style entraînent une nuée de commentaires spéculatifs. Le Courrier français interprétant à sa manière ces lignes du Moniteur, cet « humble et timide vassal »99 en conclut que les diplomates de Louis XVIII ont été dupes de leurs collègues. Il déclare qu’« il me semble qu’il n’y a pas trop à se féliciter de cette confiance de l’Europe à leur égard. Les autres gouvernements se rendent-ils solidaires du nôtre vis-à-vis de l’Espagne ? Nullement, ils lui promettent non de le soutenir, mais de nous garder ; ils lui laissent tous les honneurs d’une invasion chez autrui, et lui assurent tous les avantages d’une nouvelle occupation pour la France »100.

  • 101 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 6 décembre 1822.

99Alors que les libéraux dénoncent la soumission de la France aux volontés de la Sainte-Alliance, le duel ministériel s’engage par voie de presse. Il convient tout d’abord de dénoncer l’action du vicomte de Montmorency et sa Note commune. Le Journal des Débats brûle la première amorce. Ne voulant pas compromettre directement ses commanditaires, les rédacteurs reproduisent un article du Courrier anglais affirmant que dans sa volonté de faire reconnaître « le droit d’une intervention armée de la part de la France, dans les affaires d’Espagne (…) elle a été soutenue par toutes les puissances continentales, mais plus particulièrement par une de ces puissances. Le résultat a été, dit-on, la rédaction d’une note signée par ordre alphabétique, par l’Autriche, la France, la Russie et la Prusse »101. La puissance soutenant le gouvernement des Tuileries n’est autre que la Russie, l’une des monarchies les plus détestées par les Français.

  • 102 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822. Voir la totalité de l’article  (...)

100L’insertion de cet extrait du journal londonien est suivie le lendemain par un long article, dans le même Journal des Débats, d’une grande force et d’une limpidité incontestable, sur l’impossibilité de s’engager dans une guerre ouverte avec le gouvernement constitutionnel. Le rédacteur démontre par de multiples arguments que les « interventions à mains armées, qui, excusables dans le cas d’extrême nécessité, sont toujours, comme lord Londonderry le disait avec raison, des exceptions au véritable droit des gens »102. À cette illégitimité d’ingérence, le publiciste s’interroge sur la finalité de l'opération qui en cas de victoire sera marquée par une occupation militaire française sur un long terme. En effet, l’ordre en Espagne est instable, car :

  • 103 Ibidem.

« De quelque manière qu’on s’y prenne, tout pouvoir central, absolu ou constitutionnel, établi à Madrid avec l’appui de l’étranger rencontrerait infailliblement des oppositions dans les provinces, et ces oppositions dans les provinces, dans l’état moral actuel de l’Espagne, trouveront toujours des hommes disposés à courir les champs, un mousquet sur l’épaule (…). Cette difficulté est donc une raison très grave à ajouter à toutes celles qui rendent déplorable la seule possibilité d’une situation politique qui forcerait la France à faire la guerre à l’Espagne »103.

  • 104 Ibidem.

101La ligne éditoriale des Débats est claire, il faut « qu’on laisse à l’Espagne le temps de réfléchir, de se recueillir »104 afin qu’elle réforme d’elle-même sa constitution.

102Cette prise de position particulière s’explique sans doute par l’influence du vicomte de Chateaubriand, ami de Louis-François Bertin et rédacteur régulier de la feuille. Belliciste de la première heure, le vicomte de Chateaubriand, qui en l’espace de trois années n’a cessé de s’élever (ambassadeur à Berlin, puis à Londres, enfin secrétaire lors d’un congrès de rois) envisage de franchir la dernière étape dans la carrière des honneurs, à savoir obtenir le portefeuille de ministre des Affaires étrangères. Bien qu’en parfaite harmonie d’idées avec les contre-révolutionnaires, convaincu aussi de l’opportunité d’une campagne militaire contre les constitutionnels, le noble pair se range tout de même du côté du président du Conseil. Chateaubriand sait bien qu’en se trouvant discrédité publiquement dans son action diplomatique (à laquelle il a contribué), Mathieu de Montmorency n’hésitera pas un seul instant à démissionner. La place libre de ministre des Affaires étrangères restera alors à pourvoir. Le poète est donc sur la brèche et sait pouvoir compter sur les rédacteurs du Journal des Débats pour attiser la discorde entre « fanatiques » et « politiques ».

103Les lignes d’affrontement traditionnelles sont bouleversées, la confusion dans les bureaux de rédaction est à son comble. Le Constitutionnel, très hostile à toute intervention, se range benoîtement aux côtés du Journal des Débats, c’est-à-dire derrière le président du Conseil, son ennemi de toujours. Il place ses canons sur la même ligne gouvernementale et tire à boulets rouges contre les feuilles fanatiques.

  • 105 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 9 décembre 1822.

« Une partie du ministère dont Le Journal des Débats est l’organe veut le maintien de la paix, l’autre exprime chaque jour dans L'Étoile et La Quotidienne sa volonté de faire la guerre à l’Espagne… chacun de ces journaux a derrière lui une fraction du ministère : auquel ajouter foi ? Quel est celui qui trompe le public ? Déguisent-ils tous deux la vérité pour la façonner au gré de l’opinion qu’ils défendent ? Voilà les questions que le public se pose, questions dans lesquelles il est toujours fâcheux de voir des ministres compromis. C’est vainement qu’il a cru, en distribuant quelques injures aux libéraux dont il est forcé d’adopter l’opinion, apaiser les fanatiques de son parti dont il ose combattre les chimères et les absurdes projets »105.

  • 106 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822.

104Ce rapprochement peu naturel, bien que devant surprendre bon nombre de lecteurs, s'explique seulement dans une lutte contre un ennemi commun. À dessein, Le Journal des Débats cesse de stigmatiser les feuilles libérales pour concentrer toutes ses forces contre les rivaux du comte de Villèle, car le danger ne vient plus pour l'heure du Côté gauche, mais des marges du Côté droit. Un publiciste qualifie même de « journaux révolutionnaires » les feuilles « représentant la guerre contre l’Espagne comme une chose décidée, comme une résolution solennellement prise au Congrès de Vérone »106.

  • 107 La Quotidienne, le 15 décembre 1822.

105Alors qu’aux Tuileries les manœuvres font aussi rage pour convaincre Louis XVIII de souscrire à l’un des points de vue, les journaux ultras multiplient les menaces. La Quotidienne publie une lettre d’un correspondant présent à Vérone qui affirme qu’« on croit ici la guerre inévitable et parfaitement indubitable ; mais, puisque vos ministres ne sont pas d’accord sur la manière de faire, on n’est pas surpris qu’ils fassent parler différemment chacun de vos journaux ministériels. C’est à la chambre de 1823 que les fanatiques et les politiques devront en appeler, et l’on croit ici que vous pouvez être parfaitement tranquilles »107. Cette allusion au prochain renouvellement électoral est lourde de significations. En effet, les royalistes « purs » obtiennent à chaque élection davantage de représentants. Leur domination à la prochaine session est maintenant envisageable. Le comte de Villèle et ses ministres fidèles savent parfaitement que la première mesure de cette Chambre ultra sera d’exiger la démission de ce gouvernement attentiste. La survie politique du comte de Villèle dépend de la bonne gestion de la crise présente.

106En attendant, toutes ces informations contradictoires inquiètent l’opinion publique et les spéculateurs. En effet, la Bourse de Paris ne cesse de subir des hausses vertigineuses et des baisses dramatiques. À la fin décembre, les publicistes sont toujours incapables de connaître les décisions prises par les hommes d'État. Avec ironie, on écrit :

« Dix heures du soir. Le thermomètre de la paix ou de la guerre est aussi variable que celui de l'ingénieur Chevallier. Il ne marque jamais à huit heures du soir le même degré qu'à midi. On dirait que le coucher du soleil a une influence aussi malfaisante sur la politique que sur la température.

  • 108 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 21 décembre 1822.

Toutes les fois que le journal ministériel des Débats contient le matin un article pour la paix, on peut être sûr que le journal ministériel du soir contiendra un article pour la guerre. C'est encore ce qui est arrivé aujourd'hui »108.

  • 109 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 27 décembre 1822.

107Les rédacteurs des journaux d’opinion ne sont finalement que des agents aveugles du pouvoir. Leur exaltation est utile aux forces politiques s’affrontant de manière policée aux Tuileries. Afin de clore cette période de crise politique, Le Constitutionnel jouant son rôle de semeur de discordes affirme qu’il « est contre toute vraisemblance, contre toute possibilité, que les ministres qui se sont prononcés pour la déclaration hostile de la Russie, de l’Autriche et de la Prusse, continuent à faire partie de l’administration actuelle. Leur présence dans les conseils compromettrait et leur propre dignité et les premiers principes du gouvernement représentatif »109. Profitant de cette situation exceptionnelle, les publicistes libéraux se permettent de délibérer sur une prérogative royale. Il faut dire qu’à ce moment, le bruit court que le comte de Villèle et le duc de Montmorency ont proposé à Louis XVIII leur démission pour le forcer à choisir. Finalement, le roi de France se décide pour l’envoi d’une Note séparée donnant ainsi créance à son président du Conseil. Le jour même, le duc de Montmorency quitte le gouvernement.

108Le comte de Villèle est maintenant l’homme fort du ministère. Avec une ingénuité incroyable, les rédacteurs du Constitutionnel célèbrent bruyamment la victoire de celui qui a toujours été leur ennemi. Avec le départ de Montmorency, ils sont persuadés que c’est l’esprit de la Congrégation et d’une alliance transnationale contre-révolutionnaire néfaste qui disparaît. Incapables de saisir la réalité de ce remaniement, ils imaginent que le salut de l’Espagne constitutionnelle est assuré. Un publiciste du journal écrit même que le duc de Montmorency :

  • 110 Ibid.

« ... ne s’est retiré que parce que la majorité du conseil qui n’a pas voulu adhérer aux conditions impérieuses et menaçantes des trois puissances auxquelles il pensait que le ministère français devait s’associer. Ce qui se passe aujourd’hui offre, du reste, la preuve la plus positive qu’un gouvernement constitutionnel est essentiellement opposé aux prétentions et aux principes des gouvernements absolus, et que, lors même que des combinaisons politiques réussiraient à l’entraîner dans une route aussi fausse, il est impossible qu’il ne rentre pas bientôt dans ses voies naturelles »110.

109Voilà le comte de Villèle, champion des royalistes « purs » depuis toujours, devenu le protecteur de la Charte. L’aveuglement est, bien entendu, de courte durée, les publicistes libéraux se rendant compte rapidement qu’ils ont fait le jeu de leur roué adversaire.

  • 111 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 31 décembre 1822.
  • 112 Le Courrier français, le 6 janvier 1823.
  • 113 La justice profitant de l’intégration sans commentaire dans l’Étoile d’un extrait d’un journal espa (...)

110En cet hiver 1822, la puissance de Villèle lui laisse toute liberté pour donner de l’ampleur à son ambition pour le royaume. Désireux d’avoir un ministre des Affaires étrangères parlant la même voix que lui, il y nomme le vicomte de Chateaubriand. Le Journal des Débats, faussement attristé par la démission de Montmorency et se félicitant de l’arrivée du vicomte de Chateaubriand, leur ami, écrit dans ses colonnes qu’« on s’accorde tous aujourd’hui à reconnaître, dans l’homme illustre [Chateaubriand] qui lui a succédé, une noblesse de caractère égale à la supériorité de son génie »111. Les rédacteurs du Courrier français s'amusent de ces apologies inappropriées, car selon eux « c'est une fausse position pour ce ministre que d'avoir l'air de se faire louer dans un journal à lui »112. En effet, le journal n’a pas peu contribué à faire triompher la vision du chef du gouvernement et de son intime. Ainsi, l’usage du pouvoir d’influence d’une feuille d’opinion est maintenant une arme décisive dans les combats politiques de haut niveau113.

111Début janvier 1823, le comte de Lagarde, représentant de Louis XVIII à Madrid, transmet une Note séparée au ministère San Miguel lui laissant le choix entre le glaive ou l’application d’un nouveau code constitutionnel imitant fortement la Charte octroyée. Cette proposition, comme celles des autres puissances de la Sainte-Alliance, quelques jours auparavant, est considérée comme inacceptable pour le cabinet madrilène. Dès lors, toute négociation cesse et une solution armée s’impose. Le comte de Villèle, aidé par le vicomte de Chateaubriand, est chargé de sauver les Bourbons en Espagne et de porter le coup de grâce au dernier gouvernement constitutionnel né d’un soulèvement militaire.

Les dernières cartouches de la presse parisienne

112La guerre d'Espagne proclamée officiellement en janvier 1823 par le discours de Louis XVIII devant le Parlement ne modifie en rien les lignes éditoriales des journaux parisiens, si ce n’est que toutes les feuilles du Côté droit se sont maintenant ralliées au gouvernement du comte de Villèle. Voyant leurs doléances enfin réalisées, les royalistes « purs » se trouvent dans une posture triomphante. S’unissant aux « ministériels », tous escomptent en usant de la presse achever leur conquête de l’opinion publique et anéantir leurs ennemis de l’intérieur.

  • 114 Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute Garonne, le 14 mars 1823.

113Durant l’hiver, la censure qui fonctionne sévèrement contre les délits d’opinion est au contraire fort tolérante en matière de secret militaire. Fort de la légitimité de son action et l’absence d’inquiétude à l’égard de cette invasion fraternelle, le gouvernement est d’une transparence arrogante. Les colonnes des journaux abondent en renseignements sur les départs de garnison, les étapes de chaque régiment ou sur leur cantonnement dans les régions pyrénéennes. On apprend ainsi à la mi-mars, par exemple, que dans les Basses-Pyrénées sont rassemblés quarante-sept mille fantassins et plus de sept mille cavaliers. Même un esprit méfiant ne peut qu'être impressionné de cette force imposante au service des Bourbons. Le gouvernement des Tuileries pousse l’audace en laissant le Journal de Toulouse114 reproduire le plan de campagne dans ses moindres détails. Certes, il n’est guère difficile de comprendre que les seules voies d'invasion possibles sont du côté basque et catalan, mais les différentes marches, par corps, sont précisées dans la feuille royaliste. Ces informations confidentielles sont communiquées directement par le Ministère de la Guerre qui compte ainsi montrer sa force et prouver le peu de cas qu’il fait de cette armée d’exaltés.

  • 115 SHD [Service historique de la Défense], GR, D1/5, Armée d’Espagne, correspondance militaire, le 8 m (...)
  • 116 SHD, GR, D1/5, Armée d’Espagne, correspondance militaire, le major-général Guilleminot au duc de Be (...)

114Le ministre de la Guerre s’alarme tout de même de la circulation de feuilles pouvant miner l’esprit de son armée. Dans un rapport confidentiel, le maréchal duc de Bellune écrit à ses divisionnaires que « les libéraux envoient avec profusion dans tous les villages où sont cantonnés les troupes aux Pyrénées, Le Constitutionnel et autres journaux de l’opposition, tous les discours des membres du Côté gauche sont envoyés gratis à tous les cafés et établissements dans les cantonnements occupés par les troupes »115. Le 21 mars 1823, une circulaire du major général de l'Armée des Pyrénées ordonne aux généraux d’« inviter les officiers, les sous-officiers sous leurs ordres, à s’abstenir de la fréquentation du lieu où l’on trouve habituellement des journaux et autres écrits séditieux, rédigés dans un esprit de malveillance pour le gouvernement du Roi »116. Le chef d’état-major souhaite ainsi couper les militaires de toute vie extérieure, qu’ils soient à l’abri de l’agitation qui règne dans tout le royaume et sur la ligne pyrénéenne. Le travail sur l'opinion publique des journaux libéraux au sujet de cette guerre inquiète tout de même l'autorité militaire.

  • 117 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 6 janvier 1823.

115Durant les mois préludant les hostilités (janvier-avril 1823) Le Journal des Débats, comme Le Moniteur universel, n’abordent plus que de manière épisodique l’actualité politique. La feuille des frères Bertin, sans doute échaudée par son instrumentalisation de l’hiver précédent préfère, comme le remarque avec ironie ses adversaires, ne plus vouloir traiter que de « géographie, de sculpture et de musique »117, ses centres d'intérêt traditionnels. Ce retrait limité est d’autant plus logique que les combats entre les journaux libéraux et ultraroyalistes ont quitté l’espace des idées. La modération n’est plus de mise. À l’image du périodique Le Réveil, auparavant consacré aux théâtres et à la littérature, qui à l’annonce de la guerre change son nom en La Foudre et devient un organe malveillant de la pensée conservatrice. Face à L'Étoile, La Foudre, Le Drapeau blanc et La Quotidienne dont les outrances rhétoriques tentent d’achever la destruction de cette opposition de papier jugée frondeuse, Le Constitutionnel, Le Courrier français, Le Miroir et Le Pilote s’unissent pour survivre, combattre et à tirer leurs ultimes cartouches.

  • 118 KObô, Seigan, « L’influence de la mémoire de la Révolution française et de l’empire napoléonien dan (...)
  • 119 La Quotidienne, le 20 janvier 1823.

116Encore pétris de leur propre expérience révolutionnaire, tout en méconnaissant la réalité espagnole, les journaux libéraux prédisent une lutte acharnée entre un peuple indomptable et une armée d'invasion. Pour donner corps à leurs prophéties, ils reprennent les mots des anciens généraux de Napoléon à la tribune de la Chambre des députés et de leur souvenir de la Guerre d'Espagne sous l'Empire118. Entre les références à « l'héroïque Espagne » et au « guêpier espagnol », les publicistes entretiennent une inquiétude permanente dans l'opinion publique. En réponse à cette mémoire du malheur, les contre-révolutionnaires, cinglants, rétablissent la vérité, affirmant qu'« au sujet de la guerre d’Espagne on a remué les souvenirs de Buonaparte.... Il allait flétrir un front royal, en lui arrachant la couronne ; nous allons à ce même front rendre la majesté un moment obscurcie ; son drapeau insultait aux remparts des cités dont il forçait les portes ; les villes qui s’ouvriront à nos soldats ne verront flotter dans leurs murs que des drapeaux des Espagnes »119. Fort du soutien populaire des deux côtés des Pyrénées à l'idée d'une intervention, les royalistes se saisissent du champ lexical ennemi : gloire, nation, indépendance… redeviennent des valeurs monarchiques.

  • 120 Le Courrier français, le 20 janvier 1823.
  • 121 Le Courrier français, le 19 janvier 1823.

117À la mémoire de l'Empire s'ajoute celle de leur propre histoire nationale. L'Espagne assaillie par des forces étrangères ne peut qu'imiter la France de 1792 et ses sacrifices victorieux. Les journalistes écrivent qu’« à peine un cri de guerre est descendu du haut des Pyrénées, et déjà des hommes que divisaient des options différentes se sont réunis dans une opinion commune, la défense du territoire. Ils déposent tout dissentiment et toute méfiance ; ils s’embrassent en toute fraternité »120. La veille, un rédacteur du Courrier français avait écrit : « C’est un beau spectacle que celui dont l’Espagne frappe aujourd’hui les yeux de l’Europe ! Le calme et la dignité de son attitude, l’unanimité de son patriotisme, la vertueuse indignation avec laquelle elle a reçu la menace d’une intervention étrangère, la placent au premier rang des nations, et la donnent en exemple aux peuples qui osent vouloir être libres »121. Le mythe de la «  patrie en danger » enveloppe une réalité bien différente.

  • 122 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 3 février 1823.

118Faisant feu de tout bois pour alimenter l’inquiétude, les journaux libéraux commentent largement dans leurs colonnes le discours de la Couronne de George IV, roi d’Angleterre. Paraphrasant les propos du souverain, ils annoncent qu’« on peut en conclure, avec certitude, que le gouvernement britannique repousse, comme dangereux et contraire au droit des gens, le principe d’intervention armée, de la part d’une puissance étrangère, dans les affaires intérieures d’une autre puissance ; principe que le Congrès de Vérone a reconnu et qu’il cherche à faire prévaloir »122. Louant la sagesse du gouvernement de Londres à hésiter entre une non-intervention et une aide matérielle au ministère libéral de Madrid, les opposants au « parti de la guerre » pactisent avec les ennemis de toujours. Avec une grande absence de lucidité, les rédacteurs libéraux se rangent du côté de l’étranger plutôt qu'auprès de leurs compatriotes ! Cette faute morale est immédiatement relevée par les écrivains royalistes qui remettent en cause leur patriotisme. Ne pouvant lutter contre autant d’évidence d’adhésion aux ambitions bellicistes du gouvernement, les rédacteurs des feuilles constitutionnelles ne se limitent plus qu’à faire circuler des rumeurs en guise d’informations.

  • 123 Le 6 avril 1823, quand les Cent Mille Fils de Saint-Louis franchissent la Bidassoa, ils trouvent fa (...)

119Finalement, en avril 1823, le drapeau tricolore que les artilleurs foudroient sur la Bidassoa est celui pour lequel les journaux libéraux de Paris ont tant œuvré à restaurer dans l’opinion publique123. À l'annonce de l’accueil enthousiaste des populations de Biscaye, de la marche triomphante sur Madrid de cette armée française placée sous le drapeau blanc et escortée par les soldats de l’Armée de la Foi, bon nombre d’yeux s’ouvrent face aux messages apocalyptiques annoncées par Le Constitutionnel et le Courrier français.

  • 124 La Foudre, journal politique et littéraire, le 12 avril 1823.

120Le soulèvement « héroïque » de la nation espagnole n’a été qu'une belle fantasmagorie. Les publicistes libéraux, interprètes de leur communauté n’ont cessé de se tromper, victimes de cet esprit de parti qui les a même poussés, pour certains, à espérer un soulèvement dans le royaume de France. Les écrivains du Côté gauche par toutes leurs manifestions ostensibles, la maladresse de leurs acteurs passionnés et leur incompréhension totale de la réalité nationale ou espagnole sont, après l'annonce du Corps expéditionnaire « couverts de honte et dévorés de crainte ; le silence de la peur a déjà succédé chez eux à ses fanfaronnades séditieuses avec lesquelles ils ont égaré leurs adeptes stupides ; ils tremblent pour eux-mêmes, transigent avec leur fureur pour prendre un langage plus doux et plus modeste ; méprisables Thersiles, ils redoutent la colère d’Achille, et leurs journaux incendiaires ont abandonné la calomnie et l’outrage… le premier coup de canon les a tous écrasés »124.

121Les journaux de l'opposition bien que lançant toujours des oracles de malheur ne sont plus crédibles pour leurs lecteurs, comme pour l’opinion publique. La Quotidienne traduit brillamment les conséquences à tirer de cette attitude constamment hostile :

  • 125 La Quotidienne, le 23 décembre 1823.

« la prétendue opposition libérale est entièrement hors de France ; elle vit au milieu de nous, mais elle y parait comme un peuple d’étrangers, qui n’ont rien de commun avec la nation : ni lois, ni religion, ni politique, ni passé, ni avenir, ni craintes, ni espérances. […] Tout ce qui n’est pas français, ils l’adoptent ; tout ce qui est nouveau, étranger, révolutionnaire, ils le préconisent et ils se disent le parti national. Quel parti ! et quelle nation ! »125.

122En 1823, la plus grande victoire des royalistes n’est sans doute pas celle qui se déroule militairement en Espagne. La monarchie restaurée, grâce à ses journaux, s’accapare comme dépouilles opimes le lexique de ses ennemis. Depuis la Révolution française, les royalistes « purs » ont vu les mots à principes se ranger du côté de leurs ennemis. Dès les premiers jours, Louis-François Lestrade, dans Le Drapeau blanc, avait annoncé que pour faire adhérer les Français à la monarchie, il fallait que ses pairs se réapproprient « un langage politique » qui a été : 

  • 126 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 5 avril 1823. Loui (...)

« … totalement perdu du jour où les mêmes formules servirent indifféremment à tous partis, du jour où le peuple et l’armée, l’assemblée et le Roi, les jacobins et les feuillants, les monarchiens et les royalistes, poussèrent tous ensemble, dans des acceptions très-différentes, ce cri devenu tristement officiel : la nation, la loi et le roi. (...) C’est donc aux accents même de la langue politique, c’est au bruit de ses formules officielles dégénérées en hiéroglyphes, dont chaque parti se réservait l’interprétation, que la royauté s’engloutit une première fois dans la république (…) Cette confusion adultère dans notre langue morale et politique ne se sépare plus dès-lors d’avec la révolution, dont elle avait assuré le triomphe ; elle devient le véhicule le plus actif de cette hypocrisie sanguinaire, qui constitue éminemment sa nature… »126.

  • 127 Réquisitoire de M. Bellart, procureur général près la Cour royale de Paris, du 24 mars1823, contre (...)
  • 128 Dans L’Étoile, journal de politique et de littérature du 14 novembre 1823, on trouve écrit que « ce (...)
  • 129 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 1er avril 1822.

123Par l’invasion de l’Espagne, la « gloire des armes » n’appartient plus aux armées de la République et de l’Empire. Le « patriotisme » se définissant par l’attachement à la communauté peut être maintenant associé au lexique monarchique. Quant à la liberté, c’est au nom même de ce principe que l’armée royale a franchi les Pyrénées. Usant abondamment de ces expressions dans leurs colonnes, les royalistes ont enfin restauré les Bourbons par cette victoire des mots. La grande profusion d’odes, brochures et monuments célébrant l’épopée peu mouvementée du duc d’Angoulême fait d’autant plus illusion dans l’opinion publique que les écrivains libéraux préfèrent, pour survivre, rester silencieux. Leur influence est maintenant si insignifiante que Le Courrier français, poursuivi pour s'être placé « en insurrection perpétuelle contre les actes, contre tous les actes de la puissance publique qu'ils accusent sans relâche et sans exception »127, notamment sur les affaires d’Espagne, est acquitté par la justice royale. Cette indulgence est due à son attitude prudente, voire conciliante face à ses ennemis victorieux, quitte à oublier ses héros. Ainsi quand Rafael de Riego est exécuté de manière ignominieuse à Madrid en novembre 1823, la presse royaliste française et espagnole accuse le général Riego de lâcheté face à la mort128. Ces propos calomnieux ne sont pas réfutés par Le Courrier français et Le Constitutionnel, ces feuilles préférant abandonner celui qu’elles appelaient peu de temps auparavant « le héros de Las Cabezas »129.

124Durant toute l'expédition, L'Étoile et Le Moniteur bénéficiant de la primeur de tous les mouvements dans la Péninsule deviennent les seules sources fiables pour les journaux parisiens. Les feuilles d'opposition, quant à elles, sont déjà tournées vers d'autres espaces d'affrontement avec les royalistes conservateurs. Finalement, quand le Trienio Liberal s’achève par la libération de Ferdinand VII et sa restauration en monarque absolu, l’encre et la poudre en foudroyant l'opposition du Côté gauche ont consolidé momentanément la légitimité dans l’opinion publique.

125 ***

126Profitant des haines partisanes des libéraux et des contre-révolutionnaires, l’autorité française durant le Trienio Liberal ne voit jamais cette puissance d’influence qu’est la presse leur échapper. Bien au contraire, les relations des événements espagnols lui permettent d’affaiblir ses adversaires intérieurs et de prôner des valeurs monarchiques conservatrices, mais devenues par le triomphe de ses armes, acceptables pour l’ensemble des Français. À l’évidence, les journaux considérés comme un moyen de politisation sont devenus durant ce moment libéral des outils de propagande.

127Soutenus par leurs frères ennemis écrivant dans les feuilles contre-révolutionnaires dans leur volonté d’évincer totalement les libéraux même modérés de toute influence ostensible sur l’opinion publique, tout au long du Trienio Liberal, les royalistes par leur usage des événements d’Espagne font triompher leur vision de l’ordre politique à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. Conscients que leurs véritables adversaires sont leurs compatriotes, cette Maison frondeuse libérale, les royalistes construisent leur victoire bien avant le passage des Pyrénées.

128Alors que ce premier XIXe siècle ne cesse d’être considéré comme un moment de circulations de pensées et d’individus accordant à chaque événement politique une dimension transnationale, par l’étude de la presse d’opinion française lors de la crise espagnole, il apparaît nettement que son traitement est avant tout un cristallisateur national. Les publicistes, agents de leur parti, abandonnent bien volontiers toute tentative de saisir les arcanes d'un mouvement politique complexe et étranger pour n’en livrer qu’une interprétation globalisante. À l’évidence, si le Trienio Liberal donne naissance en France aux prémices d'un « Quatrième pouvoir », la question de la compréhension de la réalité des événements n’est qu’accessoire pour les publicistes français. La problématique des différentes feuilles d’opinion durant plus de trois années répond seulement à une stratégie appliquée par le pouvoir pour stigmatiser les manichéismes d’opinion et affermir pour un temps long les Bourbons.

Haut de page

Notes

1 Moniteur universel, 15 décembre 1817. Discours de Louis XVIII lors de l’ouverture de la session de 1817.

2 L’appellation de ces groupes politiques disparates dans cet article respecte la manière dont ils se qualifiaient eux-mêmes. Ainsi, le terme « contre-révolutionnaire » est clairement assumé par certains royalistes « En 1820, comme en 1793, la révolution a fait pour les imbéciles un épouvantail du mot contre-révolution, et voudrait faire pour les honnêtes gens un titre périlleux du nom contre-révolutionnaires. Mais en 1820, il est encore permis de dire et d’imprimer qu’on s’honore de ce nom de contre-révolutionnaire. La révolution a voulu, elle a effectué la destruction de la monarchie et de la religion ; elle a confondu toutes les idées d’ordre, de devoir, d’équité ; elle a ébranlé la société jusqu’en dans ses bases ; elle a fait couler des torrents de larmes et de sang », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 21 avril 1820, p. 1. Quant aux « libéraux », après s’être nommés Indépendants, c’est sous cette appellation qu’ils forment un groupe à la Chambre des Députés. Ils seront donc dans cet article notifiés sans guillemets.

3 WARESQUIEL, Emmanuel de, C’est la Révolution qui continue ! Paris, Tallandier, 2015.

4 ROSANVALLON, Pierre, Le sacre du citoyen, Paris, Gallimard, « Folio histoire », 1992, deuxième partie, chap. 2, pp. 269-327.

5 LARROCHE, Emmanuel, L’expédition d’Espagne. 1823  : de la guerre selon la Charte, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013, 350 p., pp. 27-88.

6 Le chancelier Pasquier, Garde des Sceaux, séance du 23 mars 1820. Le Constitutionnel, le 24 mars 1820.

7 DUFOUR, Gérard, « La campagne de presse des Amis de la Religion en faveur de l’intervention militaire française en Espagne en 1823 », El Argonauta español, n °12 (2015). URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2117

8 Sánchez Hita, Beatriz, « Libertad de Prensa y lucha de Partidos en el Trienio Constitucional : los Procesos contra el de José Joaquín de Clararrosa », El Argonauta español, n° 2 (2005), URL : http://journals.openedition.org/argonauta/1194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.1194. Dufour, Gérard, « Roucouler la guerre ; vociférer la paix” : les événements d’Espagne de 1820 à 1823 dans les poèmes publiés par la presse française de l’époque », El Argonauta español, n° 13 (2016), URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2311 ; Cavaillon Giomi, Joan, « Lorsque le Diable se mêle de Religion : le Diablo predicador (Valence, 1820-1821) », El Argonauta español, n° 14 (2017), URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2537 ou encore Vidalenc, Jean, « La guerre d’Espagne de 1823 vue par le Journal de Rouen », Actes du 94e Congrès national des Sociétés savantes. Pau. 1969, Paris, Bibliothèque Nationale, 1971, pp. 325-357.

9 Voir les travaux essentiels : Braudel, Fernand et Labrousse, Ernest (dir.), Histoire économique et sociale de la France, 1789 - années 1880, t. III, Paris, PUF, 1993 ; Chartier, Roger et Martin, Henri-Jean (dir.), Histoire de l’édition française, tomes II et III, Paris, Promodis, 1984-1985 ; Chauvet, Paul, Histoire des ouvriers du livre en France, de 1789 à 1881, Paris, Michel Rivière, 1964.

10 CARON, Jean-Claude, Frères de sang. La guerre civile en France au XIXe, Seyssel Champ Vallon, Col. La chose publique.

11 NAGY, Laurent, « La presse patriote à la conquête de l’opinion publique. Le cas de L’Homme gris (1817-1818) », in L’homme politique et la presse de Camille Desmoulins à Emilie Gérardin, Clermont-Ferrand, CHEC, 2018, pp. 73-85.

12 Réquisitoire de M. Bellart, procureur général près la Cour royale de Paris, du 24 mars1823, contre les journaux « Le Courrier français et le Pilote. Partie concernant le Courrier français », suivie des articles inculpés, Paris, 1823.

13 Ledré, Charles, La presse à l’assaut de la monarchie, 1815-1848, Paris, 1960 ; Crémieux, Albert, La censure en 1820 et 1821 : étude sur la presse politique et la résistance libérale, Paris, 1912 ; Roldan Dario (dir.), Guizot, les doctrinaires et la presse, 1820-1830, actes du colloque, Val Richer 23-24 septembre 1993, Val Richer, Fondation Guizot-Val Richer, 1994 ; Harpaz, Ephaïm, L’école libérale sous la restauration : Le « Mercure » et la « Minerve » 1817-1820, Genève, Droz, 1968 ; Collins, Irene, The government and the newspaper press in France (1814-1881), Oxford, Oxford University Press, 1959 ; Girard, Louis Les libéraux français, 1814-1875, Paris, Collection historique, Aubier, 1985 ; Thérenty Marie-Eve et Vaillant Alain (dir.), Presse et plumes : journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2004.

14 Karila-Cohen, Pierre, L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France, 1814-1848, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection Carnot, 2008.

15

16 À lire son témoignage très intéressant sur le milieu de la presse ultralibérale, JAL, Auguste, Souvenirs d’un homme de lettres (1795-1873), Paris, L. Techener, 1877.

17 Biographie des journalistes, avec la nomenclature de tous les journaux et les mots d’argot de ces Messieurs par une société d’écrivains qui ont fait tous les métiers et qui se sont pliés à toutes les circonstances, Paris, chez les marchands de nouveautés, 1826.

18 Balzac, Honoré de, Illusions perdues, Paris, Furne, 1843 ; op. cit., deuxième partie, un grand de province à Paris, p. 281. Pour construire ces articles divertissants, on peut payer très cher la collaboration d’un auteur agréable. Les propriétaires du Constitutionnel offrent ainsi un pont d’or à Charles Guillaume Étienne pour qu’il abandonne Les Débats et rejoigne le comité de rédaction de la feuille libérale. Afin de rendre la proposition plus alléchante, on lui cède même des actions du titre. Face à autant de signes d’intérêt, Étienne, après avoir été censeur sous Napoléon, rédacteur royaliste au Journal des Débats, fait de sa plume le fer-de-lance de la pensée constitutionnelle.

Les quotidiens en 1820 sont d’une grande ressemblance. Tous les titres sont composés de quatre pages, fragmentés en colonnes, les mots y étant comprimés dans un espace restreint. Seules s’y distinguent la partie consacrée aux nouvelles de « l’extérieur » et celles de « l’Intérieur ». Ainsi Le Drapeau blanc et La Renommée sont proches dans leur composition comme dans leur tarif. L’abonnement de trois mois pour tous de La Quotidienne au Constitutionnel est de 18 francs. Cette absence de volonté de se démarquer de son rival provient sans doute du fait que le lecteur est davantage un complice politique de la cause défendue par la feuille qu’un client potentiel.

19 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 26 janvier 1820.

20 Nagy, Laurent, « Les premiers échos du pronunciamiento de 1820 dans la presse parisienne », El Argonauta español, n° 15 (2018). URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2726 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2726

21 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 janvier 1820.

22 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 22 mars 1820.

23 La Renommée, le 2 avril 1820.

24 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 24 mars 1820.

25 En février 1823, alors que la position anglaise face à l’intervention française en Espagne reste incertaine, les rédacteurs de L’Étoile publient une traduction erronée du discours du roi George. Les journalistes de la feuille ministérielle lui font dire qu’il ne désire en aucune manière intervenir dans les affaires espagnoles. Ce mensonge, vite dénoncé par les journaux libéraux, n’est finalement que l’aboutissement d’une longue habitude d’interprétations politiques destinée à une communauté complice.

26 Archives Nationales, Pierrefitte-sur-Seine (AN,) série BB30 268, Censure des journaux et écrits périodiques, À messieurs les membres du Conseil de surveillance pour la censure, le 8 juin 1821.

27 AN, série BB30 268, Censure des journaux et écrits périodiques, À messieurs les membres du Conseil de surveillance pour la censure, le 3 août 1821.

28 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 8 janvier 1823.

29 Le Courier français, le 18 juin 1821.

30 Le Courrier français, le 3 janvier 1823.

31 Biographie des journalistes..., op. cit., p. 21.

32 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 21 novembre 1822.

33 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 17 juillet 1822.

34 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 17 juillet 1822.

35 La police française suspecte Félix Daguerre, « un libéral exalté » réfugié en Espagne après les Cent-Jours d’avoir « des relations et des correspondances avec les premiers constitutionnels d’Espagne » et de maintenir « une correspondance perpétuelle avec le rédacteur du Constitutionnel ». AN, série F6663, dossier 181, Transfuges et contumaces, Note de police, le 14 mars 1825.

36 Jacques-Lucien Bousquet-Deschamps vient d’être l’objet en 1820 de sept condamnations en cours d’assises pour écrits séditieux ; pour éviter dix-sept ans de prison et vingt-quatre mille francs d’amende, le publiciste se réfugie à Madrid.

37 « On accuse fréquemment Le Régulateur d’être payé par M. Bardaxi, ministre des Affaires étrangères ». Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 16 septembre 1821.

38 Alors que Le Régulateur obtient un certain écho, en 1822, à Madrid, deux autres brochures françaises jouent un rôle semblable. La Boussole et L’Observateur espagnol ou le guide des libéraux de Jean-Louis Voidet présentent aux lecteurs des deux côtés des Pyrénées une vision pacifiée de la Révolution espagnole.

39 JULLIAN, Louis, Précis historique des principaux événements qui ont amené la révolution d’Espagne, Paris, A la Librairie universelle de P. Mongie ainé, 1821.

40 THIERS, Adolphe, Les Pyrénées et le Midi de la France pendant les mois de novembre et décembre 1822, Paris, Ponthieu, 1823.

41 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 25 mars 1820.

42 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 janvier 1820.

43 SARRAN, [Jean-Raymond], « Des attaques solennelles portées au principe de la légitimité », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 12 mars 1820, pp. 1-2.

44 LESTRADE, [Louis-François], « L’Espagne et l’Europe », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 13 avril 1820, p. 1.

45 Ibidem.

46 LESTRADE, [Louis-François], « C’est tout comme chez nous », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 25 mars 1820, pp. 1-2.

47 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 23 mars 1820.

48 Centre des Archives diplomatiques du ministère des Affaires étrangères (CAA, La Courneuve), 712, Correspondance diplomatique, El Universal, le 3 janvier 1821.

49 Ibidem.

50 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 2 avril 1820.

51 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 19 avril 1820.

52 LESTRADE, [Louis-François], « C’est tout comme chez nous », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 25 mars 1820.

53 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 29 avril 1820.

54 On trouve notamment l’une des premières mentions de ce terme associé au vicomte de Chateaubriand, dans La Foudre, journal politique et littéraire du 18 avril 1823, dans sa rubrique « Eclats » : « À l’occasion de la guerre d’Espagne, un radical anglais vient de traiter M. de Chateaubriant de romantique. Si le beau caractère et le talent prodigieux de cet homme de génie semblent tenir du roman, l’insolence et la mauvaise foi bien connues de Brougham appartient à l’histoire. Il y a plusieurs moyens de faire du bruit dans le monde ».

55 Le Conservateur, « Espagne », tome VI, 71e livraison (fin janvier 1820).

56 LESTRADE, [Louis-François], « Du néologisme révolutionnaire », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 5 avril 1820.

57 BUSTOS, Sophie, « El 7 de julio de 1822 : la contrarrevolución en marcha », Revista Historia Autónoma, n° 4 (2014). URL : https://revistas.uam.es/historiaautonoma/article/view/478/466

58 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 13 juillet 1822.

59 La Quotidienne, le 14 juillet 1822.

60 Le Défenseur, ouvrage religieux, politique et littéraire, mai 1821.

61 Alfred de Vigny, jeune royaliste enthousiaste, lui consacre une longue poésie Le Trappiste qui en peu de temps est réimprimée trois fois in DUFOUR, Gérard, « “Roucouler la guerre ; vociférer la paix” :les événements d’Espagne de 1820 à 1823 dans les poèmes publiés par la presse française de l’époque », El Argonauta español, n° 13 (2016), URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2311

62 Dans leur enthousiasme à donner naissance à des personnes au dévouement monarchique, les publicistes de L’Étoile n’hésitent pas à célébrer Georges Bessières, un Français au service de la Régence. Véritable aventurier, les journalistes reproduisent notamment un article de la Ruche d’Aquitaine où l’on retrouve cette fabrication d’une biographie héroïque édifiante reproduite dans L’Étoile du 20 juin 1823 : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6761966q/f4.item. Voir aussi QUIROS ROSADO, Roberto, « El Mariscal Jorge Bessières (1780-1825). “Vida de un aventurero en la España de Fernando VII” », Revista de historia militar, nº 102 (2007), pp. 97-138.

63 R..., « Des conspirations », Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 31 mars 1820, p. 1.

64 Ibid.

65 DUFOUR, Gérard, « L’Ami de la Religion et du Roi et El Restaurador, même combat », El Argonauta español, n° 15 (2018). URL : http://journals.openedition.org/argonauta/2774 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.2774

66 Kôbô, Seigan, « L’influence de la mémoire de la Révolution française et de l’Empire napoléonien dans l’opinion publique française face à la guerre d’Espagne de 1823 », Annales historiques de la Révolution française, n° 335 (2004), pp. 159-181. URL : https://doi.org/10.3406/ahrf.2004.2694

67 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 12 janvier 1820.

68 SÁNCHEZ MARTÍN, Víctor, Rafael del Riego. Símbolo de la Revolución Liberal, Thèse de doctorat, Universidad de Alicante, 2016, pp. 583-658.

69 Nagy, Laurent, « Un conspirateur républicain-démocrate sous la restauration : Claude-François Cugnet de Montarlot. Origine de l’élaboration d’une culture révolutionnaire », Annales historiques de la Révolution française, n° 370 (2012), pp. 131-156. URL : http://journals.openedition.org/ahrf/12516 ; DOI : 10.4000/ahrf.12516

70 Le Constitutionnel,journal de commerce, politique et littéraire, le 1er avril 1822.

71 NAGY, Laurent, « L’émissaire de la Charbonnerie française au service du Trienio Liberal, Historia constitucional », n° 15 (2014), pp. 223-254. URL : http://www.historiaconstitucional.com/index.php/historiaconstitucional/article/view/403

72 El Universal, le 5 septembre 1821.

73 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 15 septembre 1821.

74 L’Étoile, journal de politique et de littérature, le 17 septembre 1821.Voir le numéro dans son intégralité : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k6761458f/f3.item

75 Ibidem.

76 Ibidem.

77 Ibidem.

78 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 19 septembre 1821.

79 La France chrétienne : journal religieux, politique et littéraire, le 25 septembre 1821.

80 HUGO, Victor, Les Misérables, Bruxelles, A. Lacroix, Verboeckhoven & Cie, Editeurs, 1862, 1re partie, livre III, chap. 1.

81 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 18 septembre 1821.

82 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 19 septembre 1821.

83 L’Étoile, journal de politique et de littérature, le 20 septembre 1821.

84 Le Courrier français, le 18 septembre 1821.

85 Le Courrier français, le 18 septembre 1821.

86 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 19 septembre1821. L’usage de cette célèbre "maison des fous" appartient au registre de stigmatisation des libéraux. Voir : https://catalogue.bnf.fr/ark :/12148/cb415167362

87 Le Courrier français, le 20 septembre 1821.

88 Le Moniteur universel, le 12 avril 1823. La proclamation est publiée de nouveau par Le Constitutionnel (17 avril 1823) et dans La Quotidienne. Voir la version tronquée : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k650865v/f3.item

89 Ils modifient même le sens de cette phrase : « En conséquence nous déclarons comme antinational tout attentat émané de Louis XVIII ou de son gouvernement contre l’indépendance de la nation [française] » au lieu d’« espagnole » dans le manuscrit original. Sur l’usage des mots de sédition : NAGY, Laurent, « Les mots d’insurrection sur les Pyrénées : chansons et proclamations en circulation sur les Pyrénées durant le Trienio Liberal », Historia Constitucional, n° 20 (2019), pp. 545-583. DOI : http://dx.doi.org/10.17811/hc.v0i20.564

90 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 22 mai 1822.

91 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 22 décembre 1822.

92 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 14 juillet 1822.

93 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 28 septembre 1822.

94 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822.

95 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 1er juin 1822.

96 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 5 octobre 1822.

97 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 9 décembre 1822.

98 Le Moniteur Universel, le 1e r décembre 1822.

99 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 2 décembre 1822.

100 Le Courrier français, le 2 décembre 1822.

101 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 6 décembre 1822.

102 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822. Voir la totalité de l’article : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k4342656.item

103 Ibidem.

104 Ibidem.

105 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 9 décembre 1822.

106 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 8 décembre 1822.

107 La Quotidienne, le 15 décembre 1822.

108 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 21 décembre 1822.

109 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 27 décembre 1822.

110 Ibid.

111 Le Journal des Débats politiques et littéraires, le 31 décembre 1822.

112 Le Courrier français, le 6 janvier 1823.

113 La justice profitant de l’intégration sans commentaire dans l’Étoile d’un extrait d’un journal espagnol condamne son éditeur-responsable à six mois de prison et cinq cents francs d’amende.

114 Journal politique et littéraire de Toulouse et de la Haute Garonne, le 14 mars 1823.

115 SHD [Service historique de la Défense], GR, D1/5, Armée d’Espagne, correspondance militaire, le 8 mars 1823.

116 SHD, GR, D1/5, Armée d’Espagne, correspondance militaire, le major-général Guilleminot au duc de Bellune, le 21 mars 1823.

117 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 6 janvier 1823.

118 KObô, Seigan, « L’influence de la mémoire de la Révolution française et de l’empire napoléonien dans l’opinion publique française face à la guerre d’Espagne de 1823 », Annales historiques de la Révolution française, n° 335 (janvier-mars 2004). URL : http://journals.openedition.org/ahrf/1358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ahrf.1358 .

119 La Quotidienne, le 20 janvier 1823.

120 Le Courrier français, le 20 janvier 1823.

121 Le Courrier français, le 19 janvier 1823.

122 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 3 février 1823.

123 Le 6 avril 1823, quand les Cent Mille Fils de Saint-Louis franchissent la Bidassoa, ils trouvent face à eux une cohorte composée de Français et Italiens placés sous le drapeau tricolore et sous le commandement du chef de bataillon Caron. Vêtus des uniformes de la Garde et chantant La Marseillaise, l’idée est, par ces symboles d’un autre temps, de faire vaciller les soldats du roi. Cependant, l’affaire échoue, les transfuges, appartenant pour la plupart à la Charbonnerie, sont obligés de s’enfuir.

124 La Foudre, journal politique et littéraire, le 12 avril 1823.

125 La Quotidienne, le 23 décembre 1823.

126 Le Drapeau blanc, journal de la politique, de la littérature et des théâtres, le 5 avril 1823. Louis-François Lestrade, « Du néologisme révolutionnaire ».

127 Réquisitoire de M. Bellart, procureur général près la Cour royale de Paris, du 24 mars1823, contre les journaux "Le Courrier français et le Pilote. Partie concernant le Courrier français", suivie des articles inculpés, Paris, 1823. 

128 Dans L’Étoile, journal de politique et de littérature du 14 novembre 1823, on trouve écrit que « ce chef révolutionnaire a montré dans ses derniers moments la plus grande faiblesse ; il s’est trouvé mal plusieurs fois pendant le trajet de la prison au gibet où il a été pendu ».

129 Le Constitutionnel, journal de commerce, politique et littéraire, le 1er avril 1822.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Patati, Patata ou les débats des Journaux [Caricature]
Légende Patati, Patata ou les débats des Journaux, Chez Martinet, Rue du Coq St. Honoré / Chez Blaisot, palais royal, galerie de bois, 1823. Lithographie coloriée ; 18,9 x 43,8 cm (f.) Bibliothèque nationale de France : EST-204 (116) https://catalogue.bnf.fr/​ark:/12148/​cb44401621k
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4077/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Journal de l'Empire ou des Débats suivant les événements [caricature]
Légende Journal de l'Empire ou des Débats suivant les événements, A Paris, chez tous les M.ds de Nouveautés. Gravure à l'eau-forte, coloriée, 28,5 x 17,5 cm. Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (74)-FT 4 https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6954773s/​f1.item.zoom
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Le règne des cizeaux passe comme une fleur
Légende Lithographie coloriée 18,7 x 23,9 cm. Bibliothèque nationale de France RESERVE QB-370 (77)-FT4 https://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b6955862n
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Nagy, « L’encre avant la poudre. Le traitement des « affaires d’Espagne » dans la presse d’opinion parisienne durant Trienio Liberal (1820-1823) »El Argonauta español [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/4077 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.4077

Haut de page

Auteur

Laurent Nagy

Docteur en Histoire

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals