Navigation – Plan du site
Livraison janvier: El Trienio Liberal en la prensa contemporánea (1820-1823)

Le Trienio liberal dans la presse de la République d’Haïti

Gérard Dufour

Résumés

Les nations européennes ne furent pas les seules à suivre avec intérêt, voire passion, les événements de ce qu’on appela alors la seconde révolution d’Espagne et la presse (officielle et officieuse) de la république d’Haïti informa aussi régulièrement que possible ses lecteurs de l’évolution de la situation dans la péninsule ibérique entre 1820 et 1823. Même si, dans un premier temps, elle veilla à afficher la plus grande neutralité entre les forces en présence, elle laissa voir sa sympathie pour des libéraux qui avaient aboli l’Inquisition et chassé les jésuites. Mais, lorsque les Cent Mille Fils de Saint Louis franchirent la Bidassoa, malgré l’indifférence de certains de ses compatriotes, elle prit clairement position en faveur des constitutionnels, craignant qu’en cas de succès, la France, qui n’avait toujours pas reconnu l’indépendance de l’île, ne tournât ses armes contre elle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il n’est nullement fait allusion à une quelconque interruption de la publication dans le n° 4 de ce (...)

1Dans les premiers jours du mois de mars 1820, L’Abeille haytienne, Journal politique et littéraire rédigé par J. S. Milscent publié à Port-au-Prince, consacra pas moins de cinq des 72 pages qui composaient la livraison constituée des numéros 5, 6, 7, 8 et 9 de la troisième année d’existence de ce périodique à l’annonce des affrontements qui avaient lieu en Andalousie entre l’armée de la Isla de León qui s’était rebellée en proclamant le rétablissement du système constitutionnel en Espagne et les troupes que Ferdinand VII avait envoyées contre elle. Le Télégraphe, qui, comme le précisait son sous-titre, était la « gazette officielle » de la république de Haïti présidée, à vie, par le général Boyer, tarda pour sa part près d’un mois (jusqu’au 2 avril) pour faire à son tour allusion à l’insurrection qui s’était produite en Espagne au début de 1820. Quant à L’Hermite d’Hayti. Journal historique et littéraire rédigé par J. M. Saladin, bi-mensuel qui parut lui aussi à Port-au-Prince à partir du 23 avril 1820, il ne fit également aucune allusion aux événements d’Espagne dans ses quatre premiers numéros, les seuls que possède la Bibliothèque nationale de France qui les a mis en ligne sur son site Gallica1. Indubitablement, L’Abeille Haytienne pouvait se vanter d’avoir réalisé un scoop, comme on dit de nos jours.

Les difficultés d’un porte-parole officieux du président Boyer

  • 2 La seule collection que nous avons pu consulter, celle conservée par la Bibliothèque Nationale de F (...)

2A vrai dire, J. S. Milscent, qui, tout en étant par ailleurs greffier du tribunal de Cassation de Port-au-Prince, cumulait les fonctions de rédacteur et d’administrateur de L’Abeille Haytienne puisque c’est à lui qu’il fallait adresser les demandes d’abonnement, ne pouvait guère se vanter de ses résultats dans le domaine du journalisme. En effet, cette revue, créée le 7 juillet 1817, an 14 de l’indépendance d’Haïti, était censée, selon le prospectus et les annonces faites dans chaque numéro, paraître deux fois par mois, sous forme de cahiers in-8°. Cet engagement fut tenu, sans la moindre défaillance, au moins jusqu’au numéro XIX de la deuxième année, paru le 16 février 1819 et peut-être un peu plus2. Mais les numéros 1, 2 et 3 portant sur la période du 1er août au 30 novembre 1819, an 16 de l’Indépendance, furent regroupés dans une seule livraison qui parut au plus tôt le 1er décembre de cette année, alors que c’est le suivant qui porte l’indication de cette date. Et, comme nous l’avons déjà vu, il fallut attendre le début du mois de mars 1823 pour que fussent livrés, en une seule fois, les numéros 5, 6, 7, 8 et 9 qui, bien que portant l’indication de 1819 sur la page de titre, furent présentés comme correspondant à la période du 15 décembre de cette année au 29 février 1820.

  • 3 Nous tirons cette équivalence de données fournies par Le Propagateur haïtien du 15 août 1823, n° 15 (...)
  • 4 Prospectus, p. 7.
  • 5 L’Observateur. Journal périodique par M. Hérard-Dumesle, n° 1 (1er mai 1819), p. 7.

3Cette irrégularité dans la publication de L’Abeille haytienne fut sans nul doute due à de très sérieux problèmes financiers puisque Milscent se vit contraint à baisser considérablement le prix de la souscription à son périodique qui passa de 25 gourdes (soit 125 francs3) par an, 14 gourdes pour six mois et huit gourdes pour trois mois, comme annoncé dans le prospectus puis dans chaque numéro, à seulement 12 gourdes par an, chaque trimestre étant payable d’avance à partir de décembre 1820. Les prix initialement pratiqués n’avaient sans doute rien d’exagéré au regard des coûts de production, puisqu’ils étaient identiques à ceux d’une autre revue qui parut aux Cayes en 1819, L’Observateur. Journal périodique par M. Hérard-Dumesle4. Mais de tels journaux n’en étaient pas moins extrêmement onéreux puisqu’un abonnement d’un an correspondait à l’achat de trois quintaux et demi de morue ou de trois barils de harengs5. Tirés sur les presses de l’imprimerie du gouvernement, ils bénéficiaient de l’appui du pouvoir et dans son prospectus, daté du 7 juillet 1817, L’Abeille haytienne revendiqua hautement en ces termes le patronage du général-président Boyer:

  • 6 Prospectus, p. 7.

« Son Excellence le Président d’Haïti, dont la sollicitude paternelle a toujours pour objet la prospérité de l’Etat, voulant hâter le progrès des sciences, des arts et de l’instruction publique, source des plus précieux avantages, a autorisé Mr. Milscent à rédiger L’ABEILLE HAYTIENNE. Journal politique et littéraire, et à s’adjoindre des collaborateurs, aussi haïtiens, distingués par leurs lumières et leur patriotisme. Elle a daigné faire connaître ses attentions par Mr. Colombel, son Secrétaire particulier, auquel il faudra s’adresser pour la souscription »6.

4L’Abeille haytienne était donc entièrement au service du gouvernement et le proclamait fièrement en imprimant sur la page de titre de chaque numéro cette devise :

« L’Epée et les talents doivent n’avoir qu’un but :

Que chacun à l’Etat apporte son tribut ».

5Toutefois, dès la mi-mai 1818, on fit disparaître un certain nombre de signes qui manifestaient la dépendance de L’Abeille haytienne à l’égard du pouvoir. Ainsi, à partir du numéro XX de la première année (paru le 15 mai 1818), on ajouta au sous-titre de « Journal politique et littéraire » la mention « rédigé par J. S. Milscent » qui pouvait laisser à penser qu’il s’agissait là d’une entreprise privée. Deux mois et demi plus tard, le 1er août, il ne fut plus question de s’adresser au secrétaire particulier du président Boyer pour s’abonner, mais au rédacteur du périodique. Enfin, lors du numéro suivant (le deuxième de la seconde année, paru le 16 août) on ne garda sur la page de titre que la mention « A Port-au-Prince », faisant disparaître la référence à l’imprimerie gouvernementale.

6Il ne conviendrait pas toutefois de s’imaginer que L’Abeille haytienne avait coupé les ponts avec le pouvoir : elle continua de sortir des mêmes presses comme en témoigne le fait qu’il n’y eut pas le moindre changement dans sa composition typographique et que, sans doute par une inadvertance due à l’habitude, on retrouve la référence à l’imprimerie gouvernementale dans la livraison des numéros 1, 2, et 3 de la troisième année parue en décembre 1819. En fait, L’Abeille Haytienne n’avait pas quitté le giron présidentiel. Et s’il avait pris, formellement, ses distances avec ce périodique qui n’obtenait pas tout le succès escompté, le général Boyer disposait avec lui d’un organe de presse officieux lorsqu’il voulait faire diffuser des nouvelles sans prendre officiellement parti sur les événements relatés, comme c’était le cas avec Le Télégraphe.

L’Abeille Haytienne, Journal politique et littéraire. Page de garde des nos 5,6,7,8 et 9, 3° année.

L’Abeille Haytienne, Journal politique et littéraire. Page de garde des nos 5,6,7,8 et 9, 3° année.

Source : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France

Des nouvelles d’Espagne via la France

7Pour rédiger l’article intitulé « Insurrection en Espagne » par lequel il exposait la lutte qui opposait les militaires rebelles qui combattaient pour le rétablissement de la Constitution aux troupes envoyées par Ferdinand VII pour les réprimer et maintenir son pouvoir absolu, son auteur (Milscent ou un autre rédacteur de L’Abeille haytienne) se garda bien, d’ailleurs, de prendre ouvertement parti pour l’un ou l’autre camp et se contenta de reproduire, sans le moindre commentaire, des extraits d’articles publiés en France sur la question entre le 28 janvier et le 6 février 1820, aussi bien par la presse royaliste et ultraroyaliste (la Gazette de France, le Journal de Paris et le Journal des débats) que libérale (L’Indépendant et le Constitutionnel). Les journaux de droite eurent l’avantage quant au nombre de citations (quatre) mais ceux de gauche, en matière d’espace (trois pages contre deux). Mais surtout, c’est avec ceux-ci que se clôtura sa revue de presse. L’ordre chronologique de présentation des articles cités permit ainsi, de faire état, dans un premier temps, des constantes annonces des journalistes hostiles au soulèvement selon lesquelles les troupes insurgées allaient être, d’un instant à l’autre, écrasées par le général Freyre qui avait été chargé par Ferdinand VII de mater la rébellion. Mais en rapportant ensuite les informations plus récentes parues dans les feuilles libérales, on montrait non seulement qu’il n’en avait rien été, mais que le peuple espagnol appuyait l’entreprise des rebelles comme le signalaient ces lignes tirées de L’Indépendant :

  • 7 L’Abeille haytienne, nos 5, 6, 7, 8 & 9, 3e année, 1819, Port-au-Prince, du 15 décembre 1819 au 29 (...)

« La réduction de Cadix ne peut plus être révoquée en doute. Les vœux unanimes des Citoyens étaient hautement prononcés en faveur de l’armée constitutionnelle. Les portes lui ont été ouvertes le 20 du mois passé »7.

  • 8 Cf. La Nacelle. Journal du commerce, des mœurs et de la littérature de la Seine-Inférieure, Ch. Blo (...)

8ainsi que le long extrait du Constitutionnel du 6 février où l’on trouvait ces propos, dans une correspondance (réelle ou supposée8) de Madrid du 25:

  • 9 Ibid., p. 44.

« Enfin, nous voilà au 25e jour de l’insurrection. Il ne faut pas plus de 50 heures pour venir de la ville [Cadix] ici ; et cependant rien n’a été publié. Si elle [l’insurrection] est éteinte, le gouvernement n’hésiterait pas à nous le dire. Il est inutile de dire que la population est restée indifférente. Le peuple espagnol n’est jamais indifférent à ce qui lui frappe les yeux. Ce n’est pas là son caractère et cela a été bien prouvé. Il serait plus naturel de dire que son intérêt dans la cause de l’insurrection est opposé au respect qu’il porte à son Roi. Car s’il était mal disposé envers les soldats, ceux-ci n’hésiteraient pas à se déclarer contre lui. Le peuple de ce pays ne tarde jamais à se prononcer lorsqu’il n’est pas fortement lié. Quel argument favorable peut-on retenir de son indifférence, dans un temps où le gouvernement est si ouvertement attaqué9? »

9De telles considérations ne pouvaient, évidemment, que convaincre du bien- fondé de la rébellion militaire les citoyens de la république d’Haïti, ces nègres (comme ils se désignaient alors eux-mêmes, avant que le terme ne devienne « politiquement incorrect ») qui avaient lutté, et étaient prêts à reprendre les armes si de besoin, pour être des hommes libres.

  • 10 Le Télégraphe, n° XLIV, 1er décembre 1822, an 19, p. 3b.
  • 11 Tous les textes cités sous le titre « Insurrection en Espagne » ont fait l’objet d’un « rewriting » (...)

10A une époque où un bon navire mettait un mois pour effectuer la traversée de Saint-Domingue à Brest10, en reproduisant au début du mois de mars des extraits de journaux parus à Paris le 6 février, Milscent pouvait se vanter de donner des nouvelles fraiches à ses abonnés. Manifestement, il jugea indispensable de les leur fournir au plus tôt et la précipitation avec laquelle il réalisa ce travail l’entraîna même à commettre une singulière bévue. En effet, celui qui composa l’article « Rébellion en Espagne » pour L’Abeille haytienne était un homme qui se piquait de savoir écrire et, en cette qualité, était incapable de copier un texte sans procéder à un rewriting, comme on dit maintenant, paraît-il, en bon français. La comparaison des textes publiés dans le magazine haïtien avec leurs originaux nous permet d’affirmer que cette manie, qui pouvait porter sur les plus infimes détails, ne tirait généralement pas à conséquence11. Toutefois, on est stupéfait de trouver, dans l’article du Constitutionnel du 6 février 1820 tel qu’il est reproduit dans la revue de Milscent cette affirmation au sujet d’Elío :

  • 12 L’Abeille haytienne, loc. cit., p. 42.

« Il est assurément l’homme qui convient le mieux pour avoir l’honneur d’éteindre une insurrection dont l’objet est de demander une Constitution et des Tortures »12.

11alors que le périodique parisien avait écrit avec plus de pertinence :

  • 13 Le Constitutionnel. Journal du Commerce, politique et littéraire, de l’imprimerie d’Ant. Bailleul, (...)

« C’est à lui qu’appartient de droit l’honneur d’étouffer une insurrection tendant à réclamer une Constitution et des Cortès »13.

12Certaines erreurs, dans la transcription du même article, comme « Ballasteros » pour « Ballesteros » peuvent n’être que de simples coquilles, imputables au typographe ; d’autres sont plus difficiles à expliquer : « Réého » pour Riego, alors que l’original disait Priégo. Mais la substitution du mot Cortès par celui de Tortures, ne peut provenir que de l’extrême précipitation avec laquelle son rédacteur, Milscent, entendit porter à ses lecteurs la Bonne Nouvelle de l’insurrection qui avait éclaté en Espagne.

Le Télégraphe. Gazette officielle

13Apparemment, Milscent fut contraint de jeter sa plume aux orties après avoir publié, en novembre 1820, la livraison qui rassembla les numéros 17 à 21 de la troisième année d’existence de son périodique et embrassait la période du 15 juin au 31 octobre 1820. Mais ni dans celle-ci, ni dans les deux précédentes qui regroupèrent les numéros 10 à 13 (du 1er mars au 30 avril) et 14 à 16 (du 1er mai au 1er juin), il ne fit la moindre allusion aux événements d’Espagne, laissant ses lecteurs dans l’ignorance de l’issue de l’affrontement entre armée constitutionnelle et armée royaliste qu’il avait été le premier à annoncer dans l’île.

14Ce n’est (comme nous l’avons dit) que le 2 avril 1820 que les Haïtiens eurent de nouveau quelque information sur ce qui s’était passé en Andalousie au début de l’année dans Le Télégraphe. Gazette officielle de la république d’Haïti.

15Le premier numéro de ce périodique était paru le mercredi 18 mars 1813, sous la présidence (pas encore à vie) de Pétion. Il fallut attendre jusqu’au 4 avril de la même année pour que le suivant vît le jour; mais depuis lors, il sortit régulièrement une fois par semaine, tous les dimanches. Ce n’est qu’entre le 17 janvier et le 14 février 1819 (la seule collection que nous ayons pu consulter étant malheureusement lacunaire, nous ne pouvons être plus précis14) que la mention « Gazette officielle » fut ajoutée au titre. Mais la présence en première page, du 8 mai au 25 décembre 1814, d’un bandeau avec drapeaux et écussons dans lesquels étaient inscrits les mots « rép. d’Haïti » et « Union. Force. Constitution » ne laisse aucun doute sur le fait que, dès ses origines, Le Télégraphe fut le journal officiel de la république d’Haïti. Le 8 mai 1814, an XI de l’Indépendance, le périodique était passé du format in-8° à l’in-folio à double colonne par page et, en 1820, la taille des caractères d’imprimerie utilisés était modulée en fonction du volume des informations à fournir aux lecteurs. Enfin, il semblerait que Le Télégraphe ne fut pas autrement distribué que par souscription, sans que nous ayons pu trouver d’autre indication que les abonnés en retard de payement étaient priés de s’acquitter au plus vite de leur dette, sans précision sur les prix demandés.

Le Télégraphe. Détail de la première page du n° LIII, 25-XII-1814.

Le Télégraphe. Détail de la première page du n° LIII, 25-XII-1814.

16Source : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France

Traitement des informations sur « l’insurrection en Espagne »

  • 15 Le Télégraphe…, n° XIX, 2 avril 1820, an 17, p. 1a.
  • 16 Ibid., p. 2a.

17L’intérêt pour le pouvoir d’informer les citoyens sur l’« Insurrection en Espagne » devait être bien fort puisque les rédacteurs du Télégraphe consacrèrent à ce sujet les deux premières pages (sur quatre) de leur numéro du 2 avril 1820. Les nouvelles, en provenance de Londres en date du 8 février n’étaient pas des plus fraiches et témoignaient de l’incertitude dans laquelle on se trouvait alors en Grande Bretagne sur le sort des Espagnols, puisque selon « des lettres de Cadix du 14 janvier […] la tranquillité existait toujours dans cette ville et […] les habitants restaient étrangers à la cause des troupes qui ont pris le titre d’armée constitutionnelle »15, alors que, selon une correspondance de Port-Sainte-Marie du 12 du même mois, les troupes qui y avaient proclamé la Constitution des Cortès y avait « été reçues à bras ouverts » et « tout le monde avait prêté serment de fidélité à la Constitution »16. Mais, appliquant la même stratégie de pseudo-neutralité qui avait été celle de L’Abeille haytienne, Le Télégraphe reproduisait ainsi quelques lignes (10 sur une demi-colonne) de la Gazette de France pour laquelle « les choses étaient in statu quo », et annonçait que « les deux armées étaient en présence et [que] l’heure de la bataille paraissait proche » tout en laissant entendre que le général Freyre viendrait aisément à bout des rebelles. En revanche, il consacrait huit fois plus d’espace (84 lignes sur une demi-colonne) à la traduction d’un extrait de l’Evening Star qui se complaisait à décrire la détresse des ultras français face aux événements d’Espagne et s’en prenait en ces termes à l’auteur du Génie du christianisme qui avait affirmé que « les fausses doctrines ne prévaudront point dans le pays de la reine Blanche » :

  • 17 Ibid., p. 2b.

« La chose en vérité est impossible ; car, comme le dit véritablement le vicomte, l’Hercule chrétien (ami, lecteur, c’est la Sainte Inquisition) y a établi ses colonnes contre les vagues de la révolution »17.

18Le Télégraphe ne donna plus aucune nouvelle d’Espagne jusqu’au 4 juin, date à laquelle il publia la traduction d’un manifeste « adressé au nom de l’armée insurgée à la nation espagnole » qui lui avait été adressé de Londres le 3 mars. Faute d’espace, il dut interrompre ce texte de Quiroga dont il donna la fin dans le numéro suivant, le 11 juin. Cette fois, les trois premiers quarts du journal étaient consacrés à l’insurrection de l’armée en Andalousie et, à partir d’une correspondance de Bordeaux selon laquelle « les affaires étaient restées au même point, et aucun parti ne pouvait revendiquer la victoire », la gazette officielle de la république d’Haïti faisait état de lettres de la fin janvier et début février en provenance de Gibraltar, Madrid et Cadix et publiait les traductions de deux autres proclamations adressées de San Fernando par le « chef et organe de l’armée », Antonio Quiroga : la première, « aux habitants de Cadix », le 11 janvier ; la seconde, quatre jours plus tard, « aux soldats des milices provinciales ». Et enfin, pour faire bonne mesure, ce long article sur l’« Insurrection en Espagne » s’achevait par la traduction de la réponse des « chefs de l’armée nationale des Espagnols » à la pastorale qu’avait adressée l’évêque de Cadix aux habitants de son diocèse et que la source bordelaise qualifiait de « prétendue instruction apostolique ». Là encore, faute de place, le texte ne put être publié en entier et la fin de ce texte signé par Quiroga parut en première page du numéro suivant.

19On ne peut que s’étonner de constater que, à la mi-juin, la nouvelle, qui fut connue en France dès le 27 janvier 1820, de l’acceptation de la Constitution par Ferdinand VII le 9 mars, n’était pas parvenue à Port-au-Prince alors que, comme nous l’avons vu, un mois seulement suffisait pour qu’une correspondance traversât l’océan. Mais il appert des numéros XXIII et XXIVL du Télégraphe que celui-ci avait pris le parti des révolutionnaires et prêtait un intérêt tout particulier aux obstacles que l’Eglise pouvait mettre au rétablissement du régime constitutionnel.

Un anticléricalisme limité aux Jésuites et à l’Inquisition

20Nous ignorons si Le Télégraphe revint sur les événements d’Espagne dans les deux numéros suivants (XXVI et XXVII, parus les 25 juin et 2 juillet) qui ne figurent pas dans la collection que nous avons pu consulter. Ce qui est certain, c’est qu’il n’en dit pas un traître mot dans les livraisons des 9, 16 et 23 juillet. En revanche, il consacra les deux premières pages de celle du 30 de ce mois (numérotée XXVI pour XXXI) à la publication de la première partie du long article qu’avait fait paraître Chateaubriand sitôt connus en France les évènements survenus en Andalousie, en introduisant le texte par cette déclaration :

« NOUVELLES ETRANGERES

  • 18 Le Conservateur, Paris, au bureau du Conservateur, chez Le Normant Fils, rue de Seine, n° 8, 71e li (...)

Nos abonnés liront sans doute avec le plus grand intérêt le morceau suivant, extrait de la 71e livraison du Conservateur. Il est de M. de Chateaubriand et traite des affaires d’Espagne. Ce peu de mots suffit pour le recommander à l’attention des lecteurs »18.

  • 19 L’expression « Hercule chrétien » commentée de façon quelque peu abusive, d’ailleurs, par l’Evening (...)

21Ce n’était pas la première fois que le nom de Chateaubriand apparaissait dans les colonnes du Télégraphe à propos de l’Espagne puisque, comme nous l’avons vu, la gazette officielle de la république d’Haïti avait publié le 2 avril 1820 un extrait de l’Evening Star qui commentait avec ironie une déclaration du « noble vicomte » sur « le pays de la reine Blanche ». Or le propos de l’auteur du Génie du christianisme cité par le journal anglais était tiré du même article du Conservateur dont Le Télégraphe reproduisait maintenant, sans le moindre commentaire, les première pages19. On ne peut qu’être stupéfait de trouver un tel plaidoyer en faveur des prétendus droits sacrés de Ferdinand VII dans un journal qui, quelques numéros auparavant, s’était fait le porte-parole de l’armée constitutionnelle espagnole. Et comme il est impensable que le général Boyer, qui se posait en farouche républicain, même s’il avait été nommé président à vie d’Haïti, ait pu partager un tel sentiment, nous ne pouvons que constater le peu de lucidité et conscience politique du rédacteur qui inséra le texte de Chateaubriand dans Le Télégraphe.

22Mais la semaine suivante, il n’était plus question de M. de Chateaubriand et, la rubrique « Nouvelles d’Espagne » qui ouvrait le numéro du 6 août débutait par cette déclaration enthousiaste :

  • 20 Le Télégraphe, n° XXVII [sic pour XXXII], 6 août 1820, an 17, p. 1a.

« La Révolution d’Espagne est consommée ; de grands événements ont éclaté à Madrid ; le peuple espagnol va jouir de la liberté, au moment où le peuple français est privé de la première de toutes, de la liberté individuelle »20.

  • 21 La Minerve française. Par MM. Aignan, de l’Académie française ; - Benjamin Constant ; - Evariste Du (...)

23En reprenant la formule de La Minerve française qui avait fait florès chez les libéraux français21, la gazette officielle d’Haïti rejoignait la Sainte-Alliance des peuples chantée par Béranger. L’importance de l’événement fut jugée telle que les deux premières pages et les trois quarts de la troisième lui furent consacrés. Les lecteurs du Télégraphe furent ainsi informés de ce qui s’était passé à Madrid entre le 6 et le 10 mars et purent prendre connaissance des décrets signés par Ferdinand VII parus dans les gazettes extraordinaires de Madrid portant sur la convocation des Cortès traditionnelles (le 6) ; de sa décision de « jurer la constitution promulguée par les cortès généraux et extraordinaires, en l’an 1812 » (le 7) ; de l’élection des alcades et des autorités constitutionnelles, la nomination du chef politique de Madrid et l’abolition de l’Inquisition (le 9) ainsi que du rétablissement de la liberté de la presse (le 10). Ces documents s’inséraient dans un récit chronologique attribué à un correspondant madrilène témoin des faits qui accusa en ces termes le clergé d’avoir tenté de provoquer une contrerévolution :

« Le 6, après l’acceptation de la constitution par le roi, le calme le plus parfait régnait dans la capitale ; mais les imprudences des moines, la jactance des inquisiteurs et l’audace des jésuites, qui probablement vont partir pour Montrouge ou Saint-Acheuil [sic pour Saint-Acheul], ont réveillé toutes les inquiétudes et ont failli exciter des troubles sérieux. […]

  • 22 Ibid., p. 2a.

L’on était d’ailleurs informé que l’inquisition menaçait encore au moment où l’Esp-[agne] entière demandait la chute de cet affreux tribunal ; on savait qu’elle n’avait voulu mettre en liberté qu’une bien faible partie de ses victimes ; qu’elle avait nuit et jour de mystérieux entretiens avec les jésuites, et que deux des plus fougueux enfants de Loyola avaient proposé de sortir en procession avec le grand étendard de la Foi. L’alarme fut générale et l’après-diner, plus de 80 0000 âmes se portèrent sous les fenêtres du palais. C’est alors que S. M. s’est décidée à nommer la Junte provisoire de gouvernement »22.

24Pour l’auteur de cette présentation des événements qui s’étaient déroulés à Madrid entre le 6 et le 10 mars, le plus important de tous était en effet la suppression de l’Inquisition, et, pour bien en persuader ses lecteurs, Le Télégraphe usa ainsi des ressources que lui offrait la typographie :

« Le saint-office est aboli !

  • 23 Ibid., p. 2a-b.

Cet acte seul est une révolution complète. Je vous envoie le l’exposé manifeste du roi à la nation : on assure que c’est le propre ouvrage de S. M. qui adopte de très bonne foi les institutions qu’il a reçues de ses peuples »23.

  • 24 Le Télégraphe, n° XXVIII [sic, pour XXXIII], 13 août 1820, an 17, p. 1a-b.

25L’auteur de ces lignes n’était pas le seul à partager cette illusion. Les trois premières pages du numéro suivant furent également consacrées à la révolution d’Espagne : ses lecteurs purent ainsi prendre connaissance de la première partie d’une présentation « de la constitution donnée à l’Espagne par les Cortès en 1812 » et de la proclamation adressée le 10 mars à la nation dans laquelle Ferdinand VII eut le front de déclarer : « Marchons franchement, et moi le premier de tous, dans la voie constitutionnelle »24. Mais le public haïtien se lassa peut-être de la constante présence des nouvelles d’Espagne dans la gazette officielle puisqu’il fallut attendre le 3 septembre pour que fût publiée la seconde partie de la présentation de la Constitution.

26L’article commençait par une singulière inexactitude puisqu’on y trouvait que « cette constitution, comme toutes celles des Etats Unis, contient la déclaration des droits de l’homme et du citoyen ». En fait, le rédacteur du Télégraphe avait mal reformulé un passage de l’article du Constitutionnel du 19 mars 1820 intitulé « De la Constitution donnée à l’Espagne par les Cortès en 1812 » qui disait plus justement :

  • 25 Le Constitutionnel, 19 mars 1820, p. 3a.

Cette constitution, comme toutes celles des Etats Unis, comme la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, commence par poser le principe que la souveraineté réside essentiellement dans la nation »25.

27En effet, le texte paru dans Le Télégraphe n’était qu’une reprise (pour ne pas dire un plagiat, ce qui alors était monnaie courante) de ce qu’avait publié le plus important des quotidiens libéraux de Paris et, heureusement, son auteur se montra généralement plus fidèle à sa source cachée qu’il se contenta en général de recopier, comme pour se passage, que l’on retrouve mot pour mot dans chacun des deux périodiques :

  • 26 Le Télégraphe, n° XXXV [sic, pour XXXVI, 3 septembre 1820, an 17, p. 3a ; Le Constitutionnel, 19 ma (...)

« Un seul article n’est pas à la hauteur du reste, c’est celui qui, en proclamant une religion exclusive, semble favoriser l’intolérance et s’écarte du grand principe de la liberté de conscience. Mais quand on considère les circonstances, les mœurs et les habitudes des Espagnols, l’absence de tout culte non catholique, cette concession, rachetée d’ailleurs par des disposition si libérales, perd beaucoup de sa gravité, et laisse tout espérer du progrès des lumières et du temps »26.

  • 27 Cf. De la liberté de conscience et de culte à Haïti par M. Grégoire, ancien évêque de Blois, Paris, (...)

28Mais, contrairement à son collègue parisien, le rédacteur du Télégraphe termina sur ce point son analyse de la constitution espagnole, donnant ainsi à sa critique une importance qu’elle n’avait pas dans Le Constitutionnel. Mais il n’était nullement étonnant de trouver une telle préoccupation pour la tolérance religieuse et la liberté de conscience dans un journal qui était l’organe d’une république présidée par le grand maître du Grand Orient d’Haïti, qui devait faire face, avec « sagesse et prudence », aux rivalités entre méthodistes et catholiques27. Au reste, pour Le Télégraphe, le triomphe de la révolution en Espagne signifiait avant tout que l’on y avait enfin « écrasé l’Infâme », c’est-à-dire l’Inquisition et les jésuites. Pour en convaincre ses lecteurs, dans le numéro du 10 septembre, il reprit, sans citer sa source, cette affirmation du Constitutionnel du 18 mars 1820 :

  • 28 Le Télégraphe, n° XXXII [sic, pour XXXVII], 10 septembre 1820, an 17, p. 3a ; Le Constitutionnel, n (...)

« Le roi Ferdinand VII qui se prête merveilleusement au nouvel ordre de chose, a voulu signifier lui-même aux inquisiteurs l’ordre de cesser leurs fonctions. Votre métier ne vaut plus rien ici leur a dit S. M. Que l’Espagne est heureuse ! hier elle inspirait une sorte de pitié ; aujourd’hui, elle fait envie »28.

29Et pour bien montrer que « la révolution poursuivait avec calme sa marche ferme et imposante », Le Télégraphe fit aussi savoir la semaine suivante que :

  • 29 Le Télégraphe, n° XXXIII [sic, pour XXXVIII, 17 septembre 1820, an 17, p. 1b.

« Le roi a choisi pour confesseur le chanoine Marina, publiciste distingué, auteur de l’ouvrage intitulé Théorie des Cortès, où il expose l’origine de ces assemblées et leurs rapports avec les libertés nationales. Ce choix important a été vu avec le plus grand plaisir : il est un nouveau gage de la sincérité avec laquelle Ferdinand a pris le sage parti de se jeter sans réserve, sans jésuitisme, dans le port de salut que lui offre l’union intime qu’il contracte avec la nation espagnole »29.

30Cela, tandis que « la péninsule toute entière retentit des serments de fidélité à la constitution » et que :

  • 30 Ibid., p. 2b.

« Les jésuites ne sortent plus de leurs couvents. Eux seuls sont affligés de la joie universelle ; les chanoines de Saint-Isidore, corps ecclésiastique distingué par ses vertus et ses lumière, vont reprendre leur place d’où les enfants de Loyola les avaient bannis avec tant d’astuce d’abord, et ensuite tant d’insolence »30.

  • 31 Le Télégraphe, n° XLVI [sic, pour XLVII], 19 novembre 1820, an 17, p. 2a.

31Toutefois l’anticléricalisme des rédacteurs du Télégraphe ne portait que sur les inquisiteurs et les jésuites et quand, le 19 novembre, ils firent état, en parlant de simple rumeur, de ce que « trois évêques qui avaient refusé de jurer fidélité et quelques perses réfugiés en Portugal, avaient eu le projet d’opérer un mouvement contre-révolutionnaire », ils crurent bon d’ajouter que cette menace n’alarmait personne et que « les mécontents ne tarderaient pas à sentir le ridicule de leur entreprise »31, sans percevoir les lourdes conséquences que pourrait avoir sur le régime constitutionnel l’hostilité d’une partie de l’épiscopat espagnol.

Rêve de propagation de la révolution espagnole en France

  • 32 Les numéros manquants sont ceux du 24 septembre ; 1er et 8 octobre 1820, an 17 ; 18 février, 4 et 1 (...)

32Même si le caractère lacunaire de la collection du Télégraphe conservée par la Bibliothèque Nationale de France ne nous permet pas, une nouvelle fois, d’être péremptoire32, il semble bien que l’intérêt de ses rédacteurs pour les affaires d’Espagne décrut rapidement après le 17 septembre 1820, date à laquelle ils avaient déclaré avec un bel optimisme :

  • 33 Le Télégraphe, n° XXXIII [sic, pour XXXVIII], 17 septembre 1820, an 17, p. 2b.

« Les nouvelles qu’on reçoit de tous les points de la péninsule confirment l’espoir qu’on avait de voir éclater la même université de sentiments. Qui donc étoufferait cette opinion générale »33 ?

33En effet, pour ce qui concerne la période du 15 octobre 1820 au 18 novembre de l’année suivante, on ne trouve aucune allusion à la révolution espagnole dans les 51 numéros (sur 59) consultables. Tout au plus peut-on lire cet entrefilet publié le 12 août 1821 :

« Figueres (Espagne), 17 mai.

  • 34 Le Télégraphe, n° XXXI, 12 août 1821, an 18, p. 4a.

Des nouvelles reçues du Languedoc annoncent que cette partie de la France, fatiguée de la tyrannie atroce et de l’insolence des ultras, a proclamé la constitution espagnole. Huit mille hommes sont sous les armes et ont juré de périr plutôt que de mettre bas la cocarde TRICOLORE qu’ils ont arborée »34.

  • 35 Cf. Le Télégraphe, s XXII (10 juin), XXIII (17 juin) ; XXIV (24 juin) XXV (1er juillet) 1821, an (...)
  • 36 Supplément extraordinaire au N° V du Télégraphe (non paginé = p. 1a)
  • 37 Le Télégraphe, n° XXXVIII [sic, pour XLIII], 22 octobre 1820 an 13, p. 3b.
  • 38 On trouvera un historique détaillé du rattachement de la partie orientale de l’île à la République (...)

34Mais cette nouvelle visait surtout à persuader les lecteurs de la fragilité d’un gouvernement français dont on craignait alors à Haïti qu’il ne tentât de reprendre possession de son ancienne colonie par une expédition militaire35. Car ce qui préoccupait avant tout les Haïtiens à la fin de l’année 1820 et tout au long de l’année 1821, c’était l’évolution de la situation politique dans leur île qui, pendant ce temps, comme le proclama fièrement Le Télégraphe du 27 janvier 1822, se réunit sous « un seul et même gouvernement »36. D’abord, avec la fin de la guerre civile qui opposait le nord et le sud de la partie occidentale de l’ancienne Hispaniola qu’entraîna le suicide de Henry I, « Christophe le cruel » pour Le Télégraphe37, le 8 octobre 1821 ; ensuite après l’entrée à Saint-Domingue le 9 février 1821 de Boyer qui arracha l’actuelle République dominicaine des mains des Espagnols38.

La peur du libéralisme exalté

  • 39 Le Télégraphe, n°  XLVI, 25 novembre 1821, an 18, p.  1a-b ; n° XLVII, 2 décembre 1821, an 18, p. 1 (...)
  • 40 Gazeta extraordinaria de Madrid del sábado 30 de junio de 1821, n° 184 (2 p.)
  • 41 Madrid, imprenta del Universal, n° 182, p. 719.

35Le Télégraphe se reprit subitement d’intérêt pour l’Espagne à la fin de novembre et au début de décembre 1821 et publia, dans trois numéros consécutifs, ceux du 25 novembre, et des 2 et 9 décembre39, la traduction (un peu libre, mais pas trop) des discours prononcés par Ferdinand VII et le président des Cortès lors de la clôture de la législature de 1820-1821. Ces textes avaient été originellement publiés dans la gazette extraordinaire de Madrid du 30 juin40 et El Universal  du 1er juillet 182141, source des rédacteurs de la gazette officielle de la République d’Haïti qui s’inspirèrent des propos de leurs collègues madrilènes pour introduire brièvement les deux discours qu’ils présentèrent sans le moindre commentaire à leurs abonnés.

36La seule conclusion que l’on pouvait tirer de la lecture de ces documents était que Ferdinand VII avait pleinement accepté son rôle de souverain constitutionnel, qu’il régnait la plus grande harmonie entre lui et les Cortès et que tout allait pour le mieux dans le royaume d’Espagne. Or, deux numéros après celui où fut publiée la réponse du président des Cortès au roi, le 23 décembre 1821, Le Télégraphe produisit un « extrait d’une lettre particulière » adressée de Madrid le 24 septembre, qui faisait état de la « dernière crise » qui paraissait avoir « produit des effets salutaires » et de l’énergie que commençait à montrer le gouvernement à l’encontre des « clubistes » et autres « instigateurs de troubles ». Que purent comprendre les Haïtiens à une analyse truffée d’allusions à des événements amplement connus de tous en Espagne, mais qui n’avaient jamais été rapportés dans leur île ? Sans doute pas grand-chose. Ils n’en apprirent pas moins que :

« Le gouvernement a fait un grand pas dans ces dernières circonstances. Le portrait de Riégo, percé de mille coups, et foulé aux pieds par les milices, détruit tout le prestige que pouvait conserver cet homme aux yeux du peuple. Des quatre héros de la révolution, un vient de mourir, l’autre est dans la disgrâce la plus complète, sans que sa chute ait fait une bien forte sensation, si ce n’est parmi les individus qui se trouvent compromis dans la révolution, et qui auraient tout à perdre dans un changement. Les clubistes, que nous pourrions appeler jacobins, sont réduits à se cacher et à se taire. Ils ont perdu avec Riégo (dont le caractère faible leur permettait de prostituer son nom) le seul et unique mobile qui pût leur donner quelque influence dans la balance de l’Etat. Les tumultes qu’avait occasionnés la première chute de Riégo faisaient craindre avec raison de voir l’autorité à nouveau compromise et obligée de céder à la volonté du peuple. Grâces soient donc rendues au chef politique qui, par un acte de fermeté, a éprouvé l’opinion de la grande majorité, et fait connaître au gouvernement qu’il pouvait encore se faire obéir ! »

  • 42 Le Télégraphe, n° L, 23 décembre 1821, an 18, pp. 2a-3c.

37En fait, Le Télégraphe , qui avait accueilli favorablement la restauration du régime constitutionnel en Espagne, faisait maintenant place dans ses colonnes à la propagande contre-révolutionnaire d’un partisan du « roi tout court » pour qui la preuve de « l’excellent esprit » qui régnait à Tolède consistait dans le fait que les dames de la ville refusaient d’assister aux bals que donnait « la garnison ultra-libérale » et que « MM. Les officiers dansaient avec leurs soldats »42.

  • 43 N° XIV, p. 1a.

38Les abonnés de la gazette officielle de la République de Haïti restèrent à nouveau trois mois sans avoir de nouvelles d’Espagne. Mais les 24 et 31 mars 1822, ils trouvèrent dans leur journal des informations en provenance de Madrid en date du 26 novembre de l’année précédente. Comme ils l’indiquaient fort honnêtement, les rédacteurs du Télégraphe ne faisaient, en la circonstance, que reprendre une correspondance publiée dans la Ruche d’Aquitaine, périodique ultra publié à Bordeaux. On y trouvait de nombreux exemples de l’opposition au gouvernement manifestée dans diverses villes d’Espagne, notamment à « La Corogne, commandée par le fameux Mina, dit le Républicain »43 et l’opinion de l’informateur du périodique français tenait en cette affirmation :

  • 44 N° XIII, p. 1a.

« Tout marche évidemment vers une dissolution de l’ordre politique et un état d’anarchie comme celui de nos colonies d’Amérique »44.

39Le 24 avril 1822, Le Télégraphe commença de la sorte la rubrique « Nouvelles étrangères » qui parut à la une du journal :

« Extraits de l’American and Commercial Daily Advertiser de Baltimore,

le 6 février 1822

DERNIERES NOUVELLES D’EUROPE

Il y a en Espagne une sérieuse REBELLION qui menace le renversement du Gouvernement et l’entière destruction de la monarchie dans ce pays ».

40et après quelques lignes à propos de l’Irlande, la Russie et la Turquie, et la France où avait couru le bruit de la mort de Louis XVIII, il consacra toute la première page et la moitié de la deuxième à l’ «Insurrection en Espagne ». En fait, il s’agissait d’un salmigondis de nouvelles (même pas classées par ordre chronologique) en provenance de Cork (le 25 décembre), de Paris (le 17), de Madrid (le 6) et de Bayonne (le 7). On y trouvait, que selon la Gazette de France qui ne garantissait pas l’authenticité des faits, le 4,

  • 45 P. 1b.

« Un mouvement séditieux avait eu lieu à Madrid, et que les partisans de la Fontana d’Or avaient proposé de déclarer l’Espagne en république »45.

41Mais surtout on pouvait lire, parmi les nouvelles en provenance de Cork ainsi que de Madrid, et, à un article près, exactement dans les mêmes termes, ces propos adressés par Ferdinand VII aux ministres venus lui présenter leur démission :

  • 46 P. 1a (Cork, 25 décembre) et 1a-2b (Madrid, 6 décembre). Dans le premier cas, on trouve « révolutio (...)

« Mes sujets révoltés conspirent contre ma vie ; et comme l’infortuné Louis XVI, je suis destiné à être la seconde victime des révolutionnaires de l’Europe, mais au moins, je ne périrai pas comme lui, qui a été si justement désigné le roi martyr. Je recevrai la mort l’épée à la main, à la tête de mes gardes »46.

La Sainte-Alliance des peuples contre la Sainte-Alliance des souverains

  • 47 Le Télégraphe, n° XXXI, 19 mai 1822, an 19, p. 1a.

42Une fois de plus, les abonnés du Télégraphe durent attendre un mois pour avoir d’autres nouvelles d’Espagne. Et cette fois, la tonalité était toute autre : reprenant un numéro (dont la date n’était pas précisée) du Daily Adviser qui contenait des informations en provenance « de Gibraltar jusqu’au 17 janvier, et de Madrid, jusqu’au 9 du même mois », la gazette officielle d’Haïti faisait savoir à ses lecteurs que, le 9, Ferdinand VII, cédant à la menace d’une « révolution fatale à la sureté de son trône et peut-être même à sa personne », avait « renvoyé de son conseil les personnes qui étaient l’objet de la haine publique et reconnues comme ennemies de la liberté »47. Quant à la conclusion de l’article, elle ne laissait aucun doute sur les sentiments libéraux de son auteur puisqu’il disait :

  • 48 Ibid., p.  b.

« L’issue de cette lutte nous donne une preuve nouvelle des progrès rapides qu’on fait les idées libérales en Europe, et nous font voir que les droits du peuple commencent à être mieux appréciés, malgré les efforts continuels de la « Sainte-Alliance » pour perpétrer l’esclavage. Ce triomphe du peuple doit être un coup mortel pour les émissaires de Georges IV, envoyés à Madrid, pour sans contredit aux braves Riégo, Queroga [sic] et à tous leurs compagnons que l’Espagne doit cet heureux changement. Aussi longtemps que l’on écoutera les conseils de ces hommes vraiment patriotes, la cause de la liberté et de l’indépendance ne pourra manquer d’être couronné du succès le plus glorieux »48.

  • 49 Cf. cette déclaration que l’on trouve dans le n° 6 du Propagateur haïtien publié dans la première q (...)
  • 50 Manquent à cette collection les numéros suivants : pour 1822, ceux des 14 et 21 juillet (XXIX et XX (...)

43Le Télégraphe retrouvait ainsi le ton et les engagements qui avaient été les siens au début de la révolution d’Espagne, en 1820 et l’on ne peut que s’interroger sur les motifs qui avaient conduit ses rédacteurs, dans un numéro antérieur, à se faire le porte-parole de ceux qui œuvraient pour que Ferdinand VII pût de nouveau régner en souverain absolu. Mais sans doute ses rédacteurs avaient-ils publié les nouvelles qu’ils avaient trouvées dans l’American and Commercial Daily Advertiser de Baltimore faute d’autres sources d’information. En effet, comme s’en expliquera quelque temps plus tard un autre périodique (dont nous reparlerons bientôt), l’information en provenance de l’Europe dépendait entièrement du trafic maritime, parfaitement aléatoire, entre l’île et le vieux continent et parfois transitait par les Etats-Unis d’Amérique, ce qui allongeait encore les délais entre les moments où les faits avaient eu lieu en Espagne, ceux où ils avaient été rapportés dans la presse française ou britannique et celui où ils étaient connus en Haïti49. Mais quoi qu’il en soit, les lacunes de la collection du Télégraphe conservée par la Bibliothèque nationale de France sont trop nombreuses pour ce qui concerne les années 1822 et 1823 pour que nous puissions analyser comment Le Télégraphe rendit compte de l’agonie du régime constitutionnel en Espagne50. En revanche, deux autres périodiques nous permettent de suppléer cette carence.

La Concorde. Journal Historique, Politique et Littéraire

44Le premier est La Concorde. Journal Historique, Politique et Littéraire publié au « Cap Haytien, de l’imprimerie du Gouvernement », qui parut tous les dimanches, sans interruption, du 13 mai 1821 au moins jusqu’au 28 juillet 1822, date à laquelle s’interrompt la collection conservée par la Bibliothèque nationale de France et mise à disposition des chercheurs et des curieux sur le site électronique de Gallica.

La Concorde, Journal historique, Politique et Littéraire. Page de titre du n°  2, 2-V-1821.

La Concorde, Journal historique, Politique et Littéraire. Page de titre du n°  2, 2-V-1821.

Source : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France

  • 51 Il s’agit des numéros 1 (13 mai 1821), 4 et 5 (3 et 10 juin), 7 et 8 (25 juin et 1 juillet), 18 (9 (...)
  • 52 La Concorde…, n° 24, 21 octobre 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 96b.
  • 53 La Concorde…, n° 16, 26 août 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 61a (« Madrid, le 24 mai ») et 61b-6 (...)
  • 54 La Concorde…, n° 28, 18 novembre 1821, an 18 de l’Indépendance, p . 109b (« Madrid, le 3 juillet »)

45Là encore, l’absence de quelques numéros51 nous interdit toute affirmation péremptoire sur cet hebdomadaire qui se présentait sous les auspices de la « République haytienne » et de sa devise « Liberté ; Egalité » et auquel on pouvait souscrire, uniquement à l’imprimerie qui le publiait, pour 12 gourdes par an, et sans possibilité de s’abonner pour moins de trois mois52. Mais à en juger par les 22 livraisons (sur 34) que nous avons pu consulter, on n’a guère l’impression que les rédacteurs de La Concorde prêtèrent en 1821 une attention toute particulière à ce qui se passait en Espagne puisque qu’ils ne communiquèrent à leurs lecteurs qu’à trois reprises des nouvelles en provenance de Madrid : le 26 août, pour les informer de la position des Cortès à l’égard des colonies espagnoles53 ; le 3 juillet, pour leur faire part « des mesures efficaces » prises « pour la suppression des couvents et monastères » et empêcher la sécularisation des moines et des religieuses »54 ; et le 10 décembre pour leur faire savoir, sans le moindre commentaire, que :

  • 55 La Concorde…, n° 32, 10 décembre 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 125a (« Madrid, le 27 septembre  (...)

« Zaldiver tient toute l’Andalousie en ce moment ; il n’a a pas de chef qui n’ait montré autant d’énergie et d’activité. Ses forces ne peuvent manquer de s’accroître ; l’Aragon et la Catalogne sont dans un état de trouble et d’excitation »55.

  • 56 La collection conservée par la Bibliothèque nationale de France et disponible sur Gallica s’arrête (...)
  • 57 Cf. Léon-François Hoffmann, La peste à Barcelone, New York, Princetown University – Paris, Presses (...)
  • 58 La Concorde…, n° 3, 20 janvier 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 1a et 1b.
  • 59 La Concorde…, n° 6, 10 février 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 1a et 1b.
  • 60 La Concorde, n° 11, 17 mars 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 42a-b.

46En revanche, l’année suivante (dont nous ne disposons également que d’une collection lacunaire56) La Concorde informa à diverses reprises –et longuement– ses lecteurs sur les épidémies de fièvre jaune auxquelles devait faire face l’Espagne, notamment à Barcelone où le gouvernement de Louis XVIII avait dépêché en observateurs quelques médecins dont la presse française ne tarda guère à faire des héros nationaux pour avoir, au péril de leur vie, été porter assistance aux victimes du terrible fléau qui ravageait la capitale catalane57. Au rythme des arrivées des navires en provenance de France, les Haïtiens purent ainsi prendre connaissance des nouvelles publiées à ce sujet par des périodiques tels que le Journal de Toulouse, l’Indicateur de Bordeaux, ou le Journal des débats. Ainsi, un mois après avoir été informés, le 20 janvier 1822, de l’ampleur des ravages (300 morts par jour) que causait la pandémie58, apprirent-ils, le 10 février, que deux religieuses de Sainte-Camille (sic, pour Saint-Camille) étaient en route pour Barcelone où elles allaient «soigner les malades et organiser un service d’infirmerie sous la direction des médecins français » dont ils découvraient tout à trac la présence dans la ville dévastée59. Et un autre mois plus tard, le 17 mars, on les rassurait (à tort) sur le sort du docteur Mazet en démentant sa mort alors qu’à aucun moment il n’avait jusque-là été jamais été question de ce jeune praticien60.

  • 61 La Concorde…, n° 7, 17 février 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 27 a.

47Suivant en cela ses sources françaises, La Concorde accorda donc plus d’importance au début de l’année 1822 à la situation sanitaire qu’à l’état politique de l’Espagne et tout au plus manifesta-t-elle sa satisfaction devant la les mesures prises par les libéraux en publiant, le 17 février, un poème signé des initiales P. N. C., « Sur l’abolition de l’inquisition en Espagne, par les Cortès »61. Pourtant, dans le même numéro du 17 mars 1822 dans lequel elle démentait la mort du docteur Mazet, la Concorde publia également ce bref article dans lequel elle ne cachait pas non seulement son appui au libéralisme exalté, mais son souhait de voir la monarchie s’effondrer en Espagne pour laisser place à une république :

« Les hommes fortement amis de la liberté ne peuvent se façonner avec aucun genre de despotisme : le fragment ci-après, d’une adresse insérée dans le Journal de Cadix et qu’une réunion de patriotes vient de présenter aux Cortès, en est une preuve irréfragable :

A l’auguste Congrès National

Représentants,

Malgré tous les efforts de l’Infant Dom-Carlos [sic] pour persuader au monde entier que S. M. [Ferdinand VII] est le libérateur de l’Espagne ; et quoique S. M. se soit prêtée, bassement et ignominieusement à permettre une usurpation aussi criminelle, S. M. ne peut se parer d’un aussi beau titre, qui ne lui appartient pas et qu’elle est loin de mériter. Cette gloire était réservée à d’autres âmes plus grandes et plus élevées que la sienne. Que le roi sache qu’avant de s’attribuer un tel honneur, il doit s’il est possible s’en rendre digne. Mais déjà il n’est plus temps et il ne peut rentrer dans le cercle de ces grands hommes dont la mémoire seule ennoblit l’Espagne ; de ces hommes enfin qui, au commencement de 1820, délivrèrent leur patrie du plus féroce des tyrans, et répandirent sur la terre des maximes d’autant plus précieuses qu’elles y étaient inconnues.

Signé Antonio TALLER ET BANQUELLO.

  • 62 La Concorde…, n° 11, 17 mars 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 44a-b. Nous n’avons pas retrouvé l’ (...)

L’on voit d’après cet élan naturel, d’après cet exposé énergique des castillans, que la monarchie espagnole est voisine d’un écroulement et que le républicanisme pourrait fort bien la remplacer au premier jour »62.

  • 63 La Concorde…, n° 16, 21 avril 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 63a-64b.

48Mais au lieu d’annoncer un tel changement de régime, La Concorde ne put que faire part ses lecteurs, un mois plus tard, le 21 avril, d’un certain nombre de troubles dans divers points d’Espagne qui témoignaient de l’activité des partisans de l’absolutisme et laissaient à penser que la chute de la monarchie était loin d’être imminente63. Toutefois, les rédacteurs de La Concorde n’avaient pas perdu de leur bel optimisme libéral et, le 9 juin, ils conclurent en ces termes un long article qui rendait compte de ce que Ferdinand VII, après avoir refusé la démission des ministres avait finalement fini par l’accepter « en raison des circonstances actuelles »:

  • 64 La Concorde…, n° 23, 9 juin 1822, an 19 e de l’Indépendance, p. 92b.

« L’issue de cette lutte nous donne une preuve nouvelle des progrès rapides qu’ont fait les idées libérales en Europe, et nous font voir que les droits du peuple commencent à être mieux appréciés, malgré les efforts de la (Ste Alliance) [sic] pour perpétuer l’esclavage. Ce triomphe du peuple doit être un coup mortel aux vils émissaires de George VI envoyés à Madrid pour engager le Roi à exiger de ses sujets une obéissance absolue. C’est sans contredit aux braves Riego, Queroga [sic] et à tous leurs compagnons que la Nation espagnole doit cet heureux changement : aussi longtemps que l’on écoutera les conseils de ces hommes vraiment patriotes, la cause de la liberté et de l’indépendance ne pourra manquer d’être couronnée du succès le plus glorieux »64.

49Les événements ne devaient pas donner raison aux rédacteurs de La Concorde. Mais on ignore comment ils réagirent quand les vents tournèrent définitivement en faveur des absolutistes, et en particulier quand la France envoya ses Cent Mille Fils de Saint Louis « pacifier » l’Espagne puisque nous ne disposons pas de numéros de cet hebdomadaire au-delà du 28 juillet 1822.

Le propagateur haïtien

  • 65 La Concorde, n° 16, 21 avril 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 64a.
  • 66 En France, la Revue Encyclopédique annonça la parution du Propagateur Haïtien dans sa livraison de (...)

50En avril 1822, était paru un nouveau périodique, L’Etoile haytienne, publié à Santo Domingo, dans l’ancienne partie espagnole de l’île, récemment rattachée à la république d’Haïti65. Il aurait été extrêmement intéressant d’examiner comment les rédacteurs ce journal réagissaient devant les évènements qui se déroulaient dans leur ancienne métropole ; mais malheureusement nous ignorons où et même si des exemplaires de ce journal ont pu être conservés. En revanche, nous pouvons consulter à la Bibliothèque nationale de France (ou sur son site Gallica) le Propagateur haïtien. Journal politique et littéraire rédigé par plusieurs Haïtiens dont le premier numéro parut à Port-au-Prince le 1er juin 182266. Avec une nouvelle équipe de collaborateurs, c’était une résurgence de L’Abeille haytienne, disparue un an et demi plus tôt. La similitude entre les deux magazines était patente en ce qui concerne le format et la composition typographique, ce qui ne laissait aucun doute sur le fait que, et même si cela n’était pas précisé, Le Propagateur haïtien sortait des presses de l’imprimerie gouvernementale comme sa devancière.

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1, juin 1822.

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1, juin 1822.

Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.

  • 67 Jusqu’au n° 9, la devise du Propagateur fut : « ‘Malo periculosam libertatem quam quietum servitium (...)
  • 68 Ces « collaborateurs au journal » auprès desquels on pouvait s’abonner étaient les Citoyens : Delil (...)

51Même périodicité, même mode de souscription, mêmes rubriques : les seules différences consistaient dans le nom de la personne à qui s’adresser pour les abonnements (« le Citoyen Delille Laprée, à la Capitale ») et dans les prix, qui étaient de 20 gourdes pour un abonnement d’un an ; de 12 pour six mois et de sept pour un trimestre. Mais c’était sûrement encore trop cher ; après le numéro 9, paru le 15 octobre 1822, Le Propagateur haïtien connut une interruption de sept mois et ce n’est que le 1er juin 1823 que vit le jour la livraison suivante, qui porta le numéro 10, dans la meilleure tradition d’un fray Luis de León reprenant ses cours à l’université de Salamanque. Pour l’occasion, le périodique fit en partie peau neuve : il changea de devise67 et, au lieu du seul Deville Laprée, on trouva désormais en page de titre les noms de Citoyens « collaborateurs au journal » auxquels on pouvait adresser, d’avance, le montant des abonnements qui connaissait une baisse drastique puisqu’il n’était plus que de 12 gourdes pour un an et six gourdes pour six mois, sans possibilité de souscrire pour un seul trimestre68. Mais Laprée ne tarda pas à quitter le navire et, dès le numéro 11 (du 15 juin 1823) il fut substitué par le « citoyen Pinard, Employé à l’Imprimerie du Gouvernement, à la Capitale ».

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 10, 1er juin 1823.

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 10, 1er juin 1823.

Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France

  • 69 Le Propagateur Haïtien, n° 1, [1er] juin 1822, pp. 1-25 et n° 2, [15] juin 1822, pp. 1-10. L’articl (...)

52Bien qu’il affirmât être les deux à la fois, Le Propagateur haïtien fut davantage un journal politique que littéraire et ses rédacteurs (dont la plupart étaient des employés du gouvernement) se firent, comme naguère ceux de L’Abeille haytienne, l’écho des préoccupations du président Boyer. La première d’entre elle était la menace d’une intervention militaire de la France, qui n’avait toujours pas reconnu l’indépendance de son ancienne colonie. Le sujet était d’une importance telle que, tout en prétendant traiter « De la réunion de la ci-devant Partie Espagnole à la République d’Haïti », la nouvelle revue lui consacra son premier article qui, en raison de son extension, dut être partagé entre les deux premiers numéros69. Ainsi, tout en exhortant leurs compatriotes à savoir résister, le cas échéant, à l’action d’un corps expéditionnaire qui avait été sur le point de débarquer dans la baie de Samana quelques mois plus tôt, les rédacteurs du Propagateur haïtien exprimèrent en ces termes leur reconnaissance à ceux qui, en Europe, luttaient pour la suppression de la traite des noirs et manifestaient leur appui aux Haïtiens :

  • 70 Le Propagateur Haïtien, n° 2, p. 7.

« Non, il ne sera pas dit que les Grégoire, les Lafayette, les Manuel, les Benjamin Constant, les Foy les Villévêque, les Lameth, les Clarkson auront à rougir un jour de nous avoir prêté le secours désintéressé de leur amitié, de leur éloquence »70.

  • 71 Le Télégraphe, n° XXXI, 28 juillet 1822, pp. 1a – 4a. (Le numéro XIX du 14 juillet ne figure pas da (...)
  • 72 Le Propagateur haïtien, n° 5, [1er]août 1822, pp. 1 – 3.

53Il va sans dire que l’indépendance des colonies espagnoles d’Amérique était également un sujet de préoccupation constante pour le gouvernement haïtien qui, fit publier dans son journal officiel, Le Télégraphe des 14 et 28 juillet 1822 un long rapport sur ce sujet71, auquel fit écho Le Propagateur haïtien dans sa livraison du 1er du mois suivant72. Et en cette matière, le salut ne pouvait également venir que du triomphe du libéralisme en Europe, et particulièrement en Espagne, car

  • 73 Le Propagateur haïtien, n° 2, [15] juin 1822, p. 11.

« L’intérêt que nous portons, à Haïti [déclarèrent les rédacteurs du Propagateur…], à tous les peuples qui ont secoué le joug trop pesant de leur métropole et se sont décidés à marcher seuls dans le sentier de la liberté et de l’indépendance tournent souvent nos regards vers ces contrées, soit de l’Europe, soit de l’Amérique, où la lutte entre les prétentions anciennes et les nouvelles n’est pas encore définitivement terminée. Quoique le résultat de cette lutte ne nous laisse, depuis longtemps, aucune inquiétude, nous n’en suivons pas moins avec attention tous les mouvements73.

54De fait, même si les nouvelles en provenance d’Europe pouvaient être inquiétantes, Le Propagateur afficha un solide optimiste quant au triomphe des libéraux sur les absolutistes, comme lorsqu’il déclara, dans son premier numéro :

  • 74 Le Propagateur haïtien, n° 1, [1er] juin 1822, p. 31.

« En Espagne, les mécontents se couvrent du manteau de la religion pour essayer de fortifier le pouvoir royal. La révolution n’en poursuit pas moins sa course, et le levier continue d’attaquer les édifices dont la démolition est programmée »74.

  • 75 Le Propagateur haïtien, n° 9 [1er] octobre 1822, p. 14-17.
  • 76 Ibid., pp. 1-13. La suite de cet article fut publiée dans les nos 11 (15 juin 1823), pp. 9-11 et 14 (...)

55Ainsi, ses rédacteurs s’empressèrent de reproduire dans le numéro 9, paru dans la première quinzaine du mois d’octobre, un article que le Constitutionnel Français (comme ils l’appelaient) avait consacré le 6 septembre aux nouvelles de Madrid en date du 26 août et dans lequel il annonçait triomphalement, avec force détails, que « les factieux avaient été battus sur tous les points »75. Pour communiquer à leurs lecteurs, sans plus tarder et en entier, cette information somme toute récente sur les événements d’Espagne (puisqu’elle ne datait guère de plus d’un mois), ils n’avaient pas hésité à repousser au numéro suivant la fin d’un article qui intéressait au plus haut chef tous les Haïtiens puisqu’il traitait « De la chute de Christophe »76.

56Comme nous l’avons déjà dit, Le Propagateur haïtien dut interrompre sa publication jusqu’au 1er juin 1823 et ne put donc annoncer qu’à cette date que la France s’apprêtait à intervenir militairement en Espagne, ce qu’il fit en ces termes, après un rapide résumé des événements qui avaient conduit à cette situation :

  • 77 Le Propagateur haïtien, n° 10, 1er juin1823, p. 13.

« Les Espagnols se disposent à repousser vigoureusement l’agression. Ils se sont donnés pour auxiliaires quelques corps de vieux soldats français qui marchent sous la protection de la cocarde et du drapeau aux trois couleurs. Ces emblèmes expressifs seront aidés sans doute par les proclamations fraternelles, les conversations d’avant-poste, et les compliments d’usage en pareille circonstance. Et en attendant qu’on se batte ou qu’on s’embrasse aux Pyrénées, les cortès et le roi Ferdinand ont quitté Madrid le 20 mars pour se retirer à Séville »77.

  • 78 Le Télégraphe, n° XXV, 15 juin 1823, an 20, pp. 1a-2b. Dans son numéro du 27 janvier 1823, p. 4a, L (...)
  • 79 Ibid., p. 3a.

57Les rédacteurs du Propagateur haïtien partageaient donc l’illusion des libéraux de chaque côté des Pyrénées que les militaires français n’oseraient tirer sur leurs camarades qui arboreraient « le vieux drapeau » et se rallieraient à eux. Ceux du Télégraphe plaçaient leurs espoirs dans cette formule d’un « homme de beaucoup d’esprit » qui avait fait florès en France parmi tous les opposants à l’intervention militaire : « la guerre avec l’Espagne […] est maintenant inévitable, mais elle est infaisable » et glosèrent longuement cette déclaration sibylline dans le numéro du 15 juin78, tout en reprenant les propos du Morning Herald selon lesquels « plus les bruits de guerre prenaient de consistance, plus l’intimité entre l’Espagne et l’Angleterre semblait s’accroître »79.

58Le Télégraphe (et donc le gouvernement haïtien) accordait la plus haute importance aux événements d’Espagne et il l’avait montré en ouvrant son numéro du 27 avril par ce titre :

« Extrait du National Advocate , de New-York, le 11 mars 1823.

Dernières nouvelles d’Europe très importantes. Guerre entre la France et l’Espagne ».

  • 80 Le Télégraphe, n° XVII, 27 avril 1823, an 20, pp. 1a-3b.

59Sur plus de cinq colonnes (sur les huit que contenait le journal), les lecteurs trouvèrent ainsi un récit des événements et des documents comme le discours de Louis XVIII aux deux chambres dans lequel il fit allusion aux Cent Mille Fils de Saint Louis prêts à franchir les Pyrénées et la première des dépêches (celle de la Russie) adressées au gouvernement espagnol par les Puissances de la Sainte- Alliance80 qui furent lues dans la séance des Cortès du 9 janvier. Mais ils découvrirent aussi une analyse de la situation politique qui ne manquait pas d’intérêt :

  • 81 Le Télégraphe, n° XVII, 27 avril 1823, an 20, p. 1a.

« Ainsi la paix de l’Europe a cessé ; paix mal concertée, mal arrangée, fondée sur la jalousie, la méfiance et la crainte des principes éclairés. Quelle en sera la fin ? La France est conduite dans un piège, et les Républicains, les Bonapartistes et les autres révolutionnaires attendent tous le moment pour ôter le pouvoir d’entre les mains d’une famille qui ne pouvait les rendre heureux et grands. Si l’on accorde du succès aux Bourbons, Ferdinand redevient monarque absolu ; si les troupes se retirent, Ferdinand devient roi constitutionnel pour rien. Mais il n’est pas si facile de faire la conquête de l’Espagne. Bonaparte le savait ; les Anglais le savaient aussi »81.

60Mais l’auteur de ces commentaires ne se contentait pas de reprendre les fols espoirs des libéraux espagnols quant à un soulèvement révolutionnaire en France et la capacité du peuple espagnol à repousser un envahisseur comme il l’avait fait naguère contre les troupes de Napoléon : il pointait du doigt en ces termes l’immobilisme du gouvernement anglais :

  • 82 Ibid., p. 1b.

« La Grande Bretagne ne prend aucune part à cette contestation ; elle vendra ses marchandises et fera de l’argent. Elle vend la sagesse »82.

  • 83 Le Télégraphe, n° XIX, 11 mai 1823, an 20, pp. 1a -3b.

61La publication des dépêches dut se poursuivre dans le numéro suivant (que nous n’avons pas pu consulter) et s’acheva dans celui du 11 mai, sous l’appellation de « Notes officielles », qui comportait également le début du compte rendu de la séance du 9 janvier 1823 au cours de laquelle les Cortès prirent connaissance de ces notes et votèrent la réponse à y apporter83.

  • 84 Le Propagateur haïtien, n° 11, 15 juin 1823, p. 13.
  • 85 Ibid., p. 16
  • 86 Le Propagateur haïtien, n° 13, 15 juillet 1823, pp. 6 (dernière ligne) - 23.

62Pour sa part, le 15 juin, Le Propagateur haïtien informa ses lecteurs, d’après des papiers anglais parvenus aux Cayes, que les troupes françaises sous le commandement du duc d’Angoulême, avaient franchi les Pyrénées et que les Cortès et le roi Ferdinand VII s’étaient repliés sur Séville, allant même jusqu’à reproduire la proclamation adressée par le prince français aux Espagnols après avoir passé la Bidassoa84, tout en affirmant, juste avant de boucler le numéro, que ses troupes avaient été battues devant Saint-Sébastien85. Il manifesta un tel intérêt pour les affaires d’Espagne qu’il consacra les trois quarts de sa livraison du 15 juillet 1825 à présenter, sous la rubrique « Politique », des « Extraits des journaux étrangers » qui leur étaient consacrés86. Le premier d’entre eux, tiré d’un numéro de mars de L’Observateur espagnol (un périodique dont les Haïtiens n’avaient certainement jamais entendu parler jusque-là) affirmait sans ambages que :

  • 87 Ibid., pp. 6-7. L’Observateur espagnol. Ou le guide des Libéraux. El Observador español, o Guía de (...)

« Plusieurs Français de distinction, de ces hommes dont la nation se glorifie, et qui ont tant contribué à sa gloire, ont conçu de passer en Espagne et d’y former une régence qui expédiera des ordres et des décrets au nom de Napoléon II, légitime Empereur des Français, et proclamera l’acte additionnel de 1815. Le consentement du gouvernement espagnol, qu’ils ont sollicité, ne leur sera probablement pas refusé. L’Impératrice Marie-Louise sera invitée à venir présider la Régence. Il est bien certain que si l’invasion a lieu, nous verrons des choses extraordinaires »87.

  • 88 Ibid., pp. 7-11.
  • 89 Ibid., pp. 11-19.
  • 90 Ibid., pp. 19-20.
  • 91 Ibid., pp. 20-21.

63Le Propagateur haïtien publiait ensuite le « Discours de Mr. Canning, ministre des affaires étrangères à la chambre des Communes le 14 avril (traduit de l’anglais) »88 ; « la réponse du Gouvernement français au discours de Mr. Canning » qu’avait apportée Le Moniteur dans son édition du 16 avril et qui avait été publiée, en anglais, dans le Daily advertisser du 7 juin89 ; le Memorandum remis par le duc de Wellington aux Puissances de la Sainte-Alliance à Vérone le 12 novembre 1823, ainsi que, d’après le Messager, de Londres, du 21 avril 1823, le reproche qu’avait fait le tsar Alexandre au gouvernement britannique qu’il accusait d’ « affaiblir matériellement les efforts de la France et de confirmer l’audace des Cortès espagnoles »90, et enfin, des « extraits des papiers français, ministériels (Trad. De l’anglais) » en date du 11 avril91, qui précédaient un long « Résumé politique » dans lequel les rédacteurs du journal haïtien louaient « les talents de Mr. Canning » et sa politique en faveur d’une non-intervention armée contre l’Espagne constitutionnelle.

  • 92 Ibid., pp. 16-17.
  • 93 Ibid., p. 19.

64On observera toutefois la part importante qui avait été consacrée dans cette revue de presse (exclusivement réalisée à partir de journaux anglais et américains) à l’annonce de la constitution d’une régence qui, au nom de Napoléon II, s’apprêtait à mener d’Espagne l’assaut contre les Bourbons de France : non seulement Le Propagateur haïtien avait ouvert sa rubrique « Politique » en citant L’Observateur espagnol qui souhaitait voir le gouvernement reconnaître cette Régence, mais, malgré la longueur de l’article, il avait reproduit in extenso  l’« adresse à l’armée française » et le « Manifeste à la nation française » rédigés par celle-ci et saisis sur un militaire près de Perpignan qu’avait publiés Le Moniteur92. Certes, pour le périodique monarchiste français, ces pièces établissaient pleinement le droit de Louis XVIII à intervenir militairement en Espagne, « à moins qu’on n’exige qu’un gouvernement doit attendre sa chute pour prouver au monde qu’il était en danger »93. Mais pour les Haïtiens, c’était avant tout la preuve que rien n’était joué et que, loin d’attaquer l’Espagne, les militaires français se rallieraient au drapeau et à la cocarde tricolores.

65Les rédacteurs du Propagateur haïtien voulaient en effet persuader leurs lecteurs que l’absolutisme ne saurait triompher en Espagne. Aussi commencèrent-ils la rubrique « Nouvelles étrangères » du numéro suivant en publiant la conclusion d’un manifeste dans lequel Ferdinand VII proclamait en ces termes sa prétendue adhésion au système constitutionnel :

  • 94 Le Propagateur haïtien, n° 14, 1er août 1823, p. 8.

« Quant à moi […] que la Providence a placé à la tête de cette nation généreuse et magnifique, à laquelle je dois tout, j’ai juré de ne pas manquer aux devoirs sacrés que m’imposent mon rang élevé et des bienfaits aussi signalés ; déterminé à partager votre destinée toute entière, je ne dois point, je ne veux point, consentir à aucun traité, à aucune convention (quoiqu’aucune proposition n’ait encore été faite à mon gouvernement) qui ne serait pas consistante avec la Constitution de la monarchie »94.

  • 95 Ibid.
  • 96 Ibid., pp. 10-11.

66De toute évidence, les rédacteurs du Procurateur haïtien (qui avaient négligé de préciser comment ils en avaient pris connaissance) étaient fiers de publier une partie de ce texte « fort long » dont « les journaux américains de la fin juin » avaient donné « la substance, selon leur usage » mais en négligeant « de rapporter le texte qui seul peut permettre de juger des pièces de cette nature »95. Les informations, soigneusement triées, reçues d’Europe leur permettaient aussi d’affirmer, d’après une correspondance particulière de Paris en date du 15 mai qui leur étaient parvenues via Londres, que, contrairement à ce que prétendaient les journaux français, en Catalogne, Mina n’était pas en fuite mais qu’il s’y était joué du maréchal Moncey96. Mais ils durent faire savoir que les Français étaient sur le point d’entrer à Madrid et étaient arrivés à hauteur de Valence, quoiqu’ils fissent tout pour minimiser la portée de ces événements, comme en témoigne ce paragraphe fort significatif de leur embarras :

« Madrid, 8 Mai.

Une partie de la population a abandonné la ville, emportant avec elle toutes ses richesses.

A Valence, tout va bien : les Français ont levé le siège de Santano [sic pour Santona ?]. Quesada et les généraux insurgés sont presque tous abandonnés par leurs troupes.

  • 97 Ibid.

On s’attend néanmoins à voir le duc d’Angoulême entrer dans Madrid le 23 ou le 24 Mai »97.

67Dans son obsession de minimiser l’importance d’une telle information Le Propagateur haïtien tenta même de faire croire que les Espagnols constitutionnels contrôlaient la situation et avaient volontairement laissé pénétrer les Cent Mille Fils de Saint Louis dans leur territoire, comme on put le lire, après un article intitulé « Les grecs et les turcs » rédigé d’après des nouvelles de Smyrne en date du 27 février, dans cet extrait d’une correspondance de Londres du 12 mai :

  • 98 Ibid., p. 13.

« Un militaire distingué vient d’arriver d’Espagne ; il a traversé les armées belligérantes ; il a vu le duc d’Angoulême. L’anxiété des espagnols a pour objet d’attirer dans le cœur de l’Espagne les troupes françaises : ils ont calculé le temps qu’il faudra à la famine, aux maladies, aux fatigues pour les détruire. Les maladies ont commencé parmi les français et sont déjà alarmantes ; les vivres sont rares, quoique l’argent ne leur manque point ; faute de fourrage, la cavalerie a rétrogradé. Les choses vont en Espagne aussi bien que les amis de la cause espagnole peuvent le désirer. Les français ont été bien reçus dans quelques endroits, cela est vrai ; ils le doivent à leur argent ; le nombre des traîtres qui les accompagne n’augmente pas : voilà l’essentiel »98.

  • 99 Ibid., pp. 18-24.

68Mais malgré l’optimisme quelque peu forcé dont ils faisaient ainsi montre, les rédacteurs du Propagateur haïtien voulaient avant tout informer au mieux leurs lecteurs, quelles que fussent les nouvelles qu’ils avaient à leur annoncer. Aussi, bien que l’impression de ce numéro du 1er août 1823 fût pratiquement achevée, décidèrent-ils d’en retarder de deux jours la parution pour pouvoir rendre compte des informations contenues dans les « papiers de France jusqu’au 10 juin » que venait d’apporter le navire le Petit Amédée, récemment arrivé aux Cayes en provenance du Havre. Aux cinq pages qui traitaient des événements d’Espagne que comportait jusque-là cette livraison, vinrent donc s’ajouter sept autres99, la moitié du journal étant ainsi consacrée à l’invasion française. Les rédacteurs du Propagateur haïtien ne cachèrent rien à leurs lecteurs : ni la défection de l’un des principaux généraux constitutionnels, le comte de l’Abisbal et de nombreux députés aux Cortès ; ni la progression constante de l’armée française dont faisait état dans ses rapports au ministre de la guerre le général Guilleminot, major-général de l’armée des Pyrénées ; ni l’entrée des Français à Madrid et la création d’une Régence, comme ils l’affirmèrent en abordant le long « Résumé politique » qui clôt le numéro :

  • 100 Ibid., p. 22. Le « Résumé politique » qui débute par cette phrase occupe les pp. 22-24.

« Nous avons mis sous les yeux de nos lecteurs les documents qui pouvaient les éclairer davantage sur la situation réelle de l’Espagne, tels qu’ils sont sortis de la plume des amis et des ennemis de la cause constitutionnelle »100.

69Pour eux, l’avenir de l’Espagne se résumait à cette alternative :

  • 101 Ibid., p. 22.

« Si le peuple espagnol est dévoué à ses institutions nouvelles, les progrès des français, fussent-ils l’ouvrage de la force, ne sont pas inquiétants. Ils sont de l’augure le plus sinistre, si ces progrès sont dus à l’apathie du peuple espagnol, à son indifférence pour le gouvernement des Cortès »101.

70Et ils concluaient sur cette note d’optimisme :

  • 102 Ibid., p. 24.

« Une révolution ministérielle à Séville pourrait tout changer. Les royalistes commettront des fautes aussi bien que leurs adversaires. Le peuple espagnol est constant et la fidélité des troupes françaises suspecte. Telle sont les espérances qui nous restent, indépendamment des chances imprévues que peut faire naître le chapitre des événements »102.

71De tels propos suscitèrent la réaction immédiate d’un abonné de Jérémie qui, le 9 août adressa aux rédacteurs du Propagateur haïtien, en son nom et celui de plusieurs de ses compatriotes, une lettre qui fut publiée en tête du numéro du 15 du même mois et en appelait à la stricte neutralité du journal en ces termes :

  • 103 Le Propagateur haïtien, n° 15, 15 août 1823, p. 4.

« Demeurons étrangers aux querelles des royalistes et des libéraux, qu’ils soient français ou espagnols […] Nous ne pouvons faire des vœux ni pour l’une ni pour l’autre partie belligérante, car nous serions bien embarrassés de savoir dans laquelle de ces parties se trouvent nos amis : les révolutionnaires européens ou américains ne se sont pas montrés plus favorables aux haïtiens que les royalistes »103.

72Les rédacteurs prirent en compte cette observation et se contentèrent de reproduire, en vrac, les informations sur la Péninsule ibérique qu’ils avaient pu trouver dans des périodiques aussi variés que le Journal du Commerce, Le Constitutionnel, le Journal de Toulouse, L’Oracle de Bruxelles et le Diario de Madrid dont ils semblèrent même adopter le point de vue en publiant cet extrait sans l’accompagner du moindre commentaire :

« Madrid, le 17 juin.

Nous avons reçu aujourd’hui la fatale nouvelle de la translation de notre bien-aimé monarque à Cadix.

  • 104 Ibid., p. 17.

On dit que le roi s’étant fermement opposé à cette mesure, les cortès ont déclaré en démence leur prisonnier et ordonné sur le champ son départ qui a eu lieu le 12, à deux heures du matin. Les cortès sont parties le lendemain »104.

  • 105 Ibid.
  • 106 Ibid., p. 18.

73Mais les rédacteurs du Propagateur haïtien n’en avaient pas pour autant abandonné leur sympathie pour les libéraux espagnols. Ainsi firent-ils observer avec une évidente satisfaction dans le « Résumé politique » par lequel ils conclurent ce numéro que la « révolution politique dans le gouvernement de Séville [qui] pourrait changer le caractère de la guerre d’Espagne » avait eu lieu et que « déjà la cause constitutionnelle se présentait sous un jour moins sombre »105. Plus encore : malgré les informations qu’ils venaient de publier, et qui témoignaient toutes de la progression irrésistible de l’armée française, ils n’hésitèrent pas à déclarer que « jusqu’ici, l’avantage est aux espagnols : ils le doivent à la nature de leur territoire et à celle de leur caractère »106.

  • 107 Le Propagateur haïtien, n° 16, pp. 3-5.
  • 108 Ibid., p. 3.
  • 109 Le Propagateur haïtien, n° 17, 15 septembre 1823, pp. 9-16.

74La lettre qui avait été adressée depuis Jérémie aux rédacteurs du Propagateur… suscita, sinon une polémique, un débat de bonne tenue parmi leurs abonnés sur ce que devait être l’attitude des Haïtiens, et donc du journal, face à la Guerre d’Espagne. Pour leur « concitoyen » de Port-au-Prince A. Lamothe Duthiers (dont le billet fut publié dans le numéro suivant, celui du 1er septembre 1823107), « la presque totalité de leurs concitoyens faisaient des vœux bien sincères pour le parti libéral, partout où il combat pour la liberté » et le public manifestait ce sentiment « à chaque nouvelle d’Europe, et par l’anxiété avec laquelle on les attend »108. En revanche, un abonné du nom de Goubotte qui leur écrivit le 9 septembre et dont la correspondance fut publiée le 15 de ce mois109, vint à son tour protester contre les prises de position des rédacteurs du Propagateur… en faveur des libéraux :

  • 110 Ibid., p. 14.

« Qu’ont donc fait les cortès d’espagne [sic] –se demandait-il– de si transcendant en faveur de la liberté ? Ont-ils proclamé la cessation de l’esclavage qui existe dans les colonies espagnoles ? Ont-ils songé à abolir la traite des malheureux africains qui a pris plus d’activité et d’extension sous leur administration ? »110.

  • 111 Ibid., p. 15.

75Et tout en dénonçant « le cruel trafic que les espagnols [sic] constitutionnels aussi bien que de prétendus libéraux, s’obstinent à faire, sur les côtes d’afrique [sic], de notre espèce », il invitait ses compatriotes à se tenir prêts à réagir contre tous ceux qui tenteraient de subjuguer les Haïtiens, « que ce soient les Saints-Alliés, les Ultra-royalistes, les Libéraux, ou tout ce que l’on voudra »111.

  • 112 Le Propagateur haïtien, n° 16, 1er septembre 1823, p. 15.
  • 113 Ibid., pp. 19-20.
  • 114 Le Propagateur haïtien, n° 18, 1er octobre 1823, p. 18.

76Face à cette scission de l’opinion publique, les rédacteurs du Propagateur… affirmèrent leur « neutralité […] entre les combattants de l’un et de l’autre parti, ou royaliste ou constitutionnel »112. Dans le numéro du 15 septembre 1823, ils publièrent toutes les informations (qu’elles fussent favorables à l’un ou l’autre camp) relatives à la situation en Espagne qu’ils avaient pu glaner dans les journaux étrangers apportés par les navires en provenance d’Europe ou des Etats-Unis d’Amérique. Mais, alors que les nouvelles qu’ils venaient de communiquer établissaient clairement la supériorité des troupes du duc d’Angoulême sur celles qui étaient restées fidèles aux Cortès, ils n’hésitèrent pas à affirmer, dans le « Résumé politique » qui suivit cette sorte de revue de presse, que les résultats étaient contraires à l’espérance des Français, que toutes les places fortes tenaient, que les défections n’étaient que partielles et que les partisans du libéralisme pouvaient se rassurer, l’étoile des Espagnes n’avait pas pali113. De même, dans le numéro suivant (paru le 1er octobre), après avoir rapporté la défection du général constitutionnel Morillo, ils déclarèrent qu’ils auraient « pu joindre aux extraits précédents quelques extraits des journaux français » mais qu’ils n’avaient « pas cru devoir perdre leur temps à compulser des rapports évidemment altérés » selon lesquels on mourait de faim à Cadix dont les fortifications tombaient en ruine et qui annonçaient la proche délivrance de Ferdinand VII alors que, « les informations transmises directement de Cadix en Amérique pulvérisaient ces affirmations »114.

77Sans plus prétendre à l’objectivité dont il se targuait naguère, Le Propagateur haïtien en fut vite réduit à démentir les informations qu’il rapportait et à user d’arguties pour tenter de convaincre ses lecteurs que la situation en Espagne était toujours favorable aux constitutionnels. Ainsi, le 15 octobre 1823, put-on lire les lignes suivantes, à la rubrique « Nouvelles étrangères » :

« Les croiseurs français, devant Cadix, ont abordé un américain et lui ont donné des nouvelles de cette place jusqu’au 30 juillet : ils ont dit qu’elle était bombardée et souffrait de la disette. Nous ne croyons pas à ces nouvelles »

78et, immédiatement après, en introduction au « Résumé politique », ces propos dignes de Pyrrhus :

  • 115 Le Propagateur haïtien, n° 19, 15 octobre 1823, p. 22.

« La cause des constitutionnels en Espagne s’améliore par le seul fait que celle des royalistes demeure stationnaire »115.

79Le Propagateur haïtien continua d’« informer » de la sorte ses abonnés jusqu’au 1er décembre 1823, date à laquelle, après avoir annoncé, d’après la Gazette nationale de New York du 8 novembre que, le 5 octobre dernier, « Cadix tenait, et rien n’annonçait qu’il dut se rendre aux français », ils durent donner ces « dernières nouvelles d’Europe », tirées du Constitutionnel de Paris du 11 du même mois :

  • 116 Le Propagateur haïtien, n° 22, 1er décembre 1823, pp. 15-16.

« Les affaires d’Espagne paraissent toucher à leur fin. […] Le 1er octobre, le roi s’est rendu, avec sa famille, à Ste-Marie, quartier général du duc d’Angoulême. Le duc s’est mis à genoux devant le roi qui l’a relevé et l’a embrassé. Le prince a baisé la main de la reine. […] Le langage des papiers ministériels de Paris porte à croire qu’on y considère la guerre d’Espagne comme terminée »116.

80Il ne leur restait plus qu’à confesser leurs erreurs d’analyse, ce qu’ils firent dans le numéro suivant, daté du 15 décembre, sinon de bonne grâce, du moins fort honnêtement, dans un mea culpa dans lequel ils s’efforçaient de se disculper en montrant qu’ils n’avaient pas été les seuls à se tromper quant à l’issue de l’intervention militaire française en Espagne :

« Le dénouement [de la guerre] est contraire à ce que nous avions présumé. Les données sur lesquelles nous nous fondons ont été inexactes, et nous avons erré avec le parti de l’opposition en France, le ministère anglais tout entier, le patriarche de la monarchie française, Mr. De Talleyrand, et lord Wellington lui-même avait pu apprécier, mieux que personne, les difficultés de la guerre d’Espagne.

  • 117 Le Propagateur haïtien, n° 23, 15 décembre 1823, p. 18.

Les royalistes ont jugé avec discernement et agi avec activité ; nous devons en convenir »117.

81Le temps était maintenant à l’analyse des causes qui avaient entraîné la restauration de l’absolutisme, due, selon les rédacteurs du Propagateur haïtien :

« 1°/ Au peu d’intérêt que la masse entière des espagnols prenait au système représentatif ;

2°/ à la corruption de l’or étranger. Triste effet de l’avarice et de la pauvreté ! […]

  • 118 Ibid.

3°/ A la faute commise par les Cortès d’avoir laissé à une époque de grande crise le pouvoir exécutif sous l’influence d’une assemblée délibérante »118.

82Les rédacteurs du Propagateur… reprochaient donc finalement aux constitutionnels d’avoir appliqué la Constitution ! Dans une feuille aussi proche du pouvoir, une telle analyse était fort révélatrice des sentiments qui animaient le général-président à vie de la République d’Haïti. Mais elle était aussi le résultat du profond désarroi qui s’empara de ces hommes qui avaient suivi avec passion les événements qui se déroulaient dans la Péninsule ibérique et leur avaient consacré quelque 100 pages des 241 (soit plus de 40%) qu’ils avaient rédigées entre le 1er juin et le 15 décembre.

  • 119 Le Propagateur haïtien, n° 26, 1er janvier 1824, pp. 1-6.

83Le Propagateur haïtien revint sur les affaires d’Espagne dans sa livraison du 1er janvier 1824, à partir des nouvelles en provenance de Londres en date du 30 octobre, avec un long récit des événements qui avaient conduit à la libération de Ferdinand VII119. Mais ils passèrent sous silence le procès et l’exécution de Riego, pourtant si significatifs de la politique qu’entendait mener Ferdinand VII à l’égard des libéraux. Tout au plus évoquèrent-ils, en ces termes, le 15 avril 1823, la figure des deux grands héros du Trienio liberal :

  • 120 Le Propagateur haïtien, n° 31, 15 avril 1824, p. 12.

« Riego et Mina brilleront en lettres d’or dans la même page qui aura recueilli les noms de Labisbal, de Morillo et de Sépulveda [sic]. Mina reçoit de son vivant les hommages offerts par un grand peuple au courage malheureux, au patriotisme, ardent et désintéressé. La récompense de Riego a déjà commencé dans le ciel. L’avenir la lui garde sur la terre ; l’avenir plantera sur sa tombe la palme civique destinée à l’ombrager éternellement »120.

  • 121 Le Propagateur haïtien, n° 1, 1er février 1825, p. 14.

84Acta est fabula… aurait dit Rabelais : Le Propagateur haïtien ne pouvait que rendre hommage aux héros vaincus. Cette épitaphe fut la dernière marque d’intérêt qu’il manifesta pour la cause malheureuse des libéraux puisqu’il ne revint pas sur cette question ni dans le numéro du 1er ni dans celui du 15 mai, qui fut le dernier de cette série. Mais quand ce journal renaquit de ses cendres, avec une équipe renouvelée le 15 février 1825, il ne manqua pas, dans un long article de fond intitulé « Pensées sur l’état politique d’Haïti, développées dans ce qui a rapport, tant à sa situation intérieure, qu’à celle où elle se trouve placée à l’égard des autres puissance », de rappeler que « le Piémont, Naples, le Portugal et l’Espagne ont tour à tour cédé à la puissance absolue », et que les « causes qui ont amené le renversement des gouvernements éphémères » que ces nations avaient connus n’était à « rechercher que dans le caractère de ces mêmes peuples »121. La déception des Haïtiens par rapport aux Espagnols était à la mesure des espérances qu’ils avaient naguère placées en eux.

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1er, 15 février 1825.

Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1er, 15 février 1825.

Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

Conclusion

85Malgré les énormes difficultés qu’elle connut pour s’informer elle-même des évènements qui se déroulèrent en Espagne, la presse de la république d’Haïti mit le plus grand soin à tenir ses lecteurs au courant de ce qui se passait dans la péninsule ibérique pendant la période dite du Trienio liberal. Certes, on ne saurait qualifier d’exemplaire, d’un point de vue journalistique, le travail des rédacteurs du Télégraphe, de L’Abeille haytienne, de La Concorde et du Propagateur haïtien : d’une part, ils se contentèrent de reprendre l’information fournie par les périodiques anglais ou français, sans disposer eux-mêmes de correspondants particuliers capables de leur fournir des renseignements de première main. Et quant à l’objectivité de leurs commentaires, nous avons vu combien, en maintes circonstances, elle laissait à désirer.

86Le caractère officiel ou officieux de cette presse, entièrement dévouée au président à vie Boyer, ne laisse aucun doute sur l’importance politique que revêtait, aux yeux de ces derniers, ce qu’il adviendrait du système constitutionnel en Espagne. S’il condamna les excès des exaltés, il fut loin de partager l’avis de ceux qui pensaient que, pour les Haïtiens, le triomphe des absolutistes ou des constitutionnels dans la Péninsule ibérique était « bonnet blanc et blanc bonnet » et estimaient que, malgré l’océan qui séparait les deux nations, le sort de son pays pouvait en dépendre. Le Propagateur Haïtien, dans un article paru à la rubrique « Résumé politique » du numéro du 15 septembre 1823, exprima cette idée sans ambages:

  • 122 Le Propagateur Haïtien…, n° 17, 15 septembre 1823, p. 19.

« L’Espagne est aujourd’hui plus que jamais l’objet de tous les regards, de tous les vœux, de toutes les craintes, de toutes les espérances. C’est de l’Espagne que dépend, dans les deux mondes, le sort de la génération actuelle, et peut-être des générations à venir »122.

87C’était la même préoccupation que celle qui avait été exprimée, quelques mois plus tôt, dans une Proclamation parue anonymement à Bruxelles, mais que chacun s’accorda à attribuer à celui qui se présentait tantôt comme ancien canonnier à cheval, tantôt comme vigneron, Paul-Louis Courier, et qui commençait par ces mots :

« Soldats,

  • 123 Collection complète des pamphlets politiques et opuscules littéraires de Paul Louis Courier, ancien (...)

Vous allez rétablir en Espagne l’ancien régime et défaire la révolution. Les Espagnols ont fait chez eux la révolution ; ils ont détruit l’ancien régime et à cause de cela, on vous envoie contre eux ; et quand vous aurez rétabli l’ancien régime en ce pays-là, on vous ramènera ici pour en faire autant »123.

88De fait, la Sainte-Alliance des peuples, comme chantait Béranger, avait tout à craindre de celle des souverains. A Haïti comme ailleurs. Non pas en raison de son régime politique mais parce que la France (qui ne le fera qu’en 1825, sous Charles X, contre la promesse de la modique somme de 150 millions de francs destinés à indemniser les colons spoliés de leurs terres) n’avait pas reconnu l’indépendance de ses habitants qui vivaient dans la hantise d’une nouvelle expédition militaire de la part des anciens colonisateurs et pouvaient donc craindre qu’après une éventuelle intervention en Espagne couronnée de succès, les armées françaises n’intervinssent dans leur ancienne colonie. L’évolution de la situation en Espagne pouvait avoir des conséquences non seulement dans toute l’Europe, comme on en fut persuadé sur le vieux continent, mais aussi au-delà des mers, et pas seulement en ce qui concerne l’indépendance des colonies espagnoles.

Haut de page

Notes

1 Il n’est nullement fait allusion à une quelconque interruption de la publication dans le n° 4 de cette revue et il est possible qu’une autre bibliothèque (que nous n’avons pas identifiée) que la B.N.F. possède d’autres exemplaires. Ce périodique se contentait de la mention « imprimé au Port-au-Prince » et de spécifier : « Ce journal paraît les 8 et 23 de chaque mois. Le prix de l’abonnement est de douze gourdes par an. Chaque Sémestre [sic] est payable d’avance. S’adresser au rédacteur».

2 La seule collection que nous avons pu consulter, celle conservée par la Bibliothèque Nationale de France, mise en ligne sur Gallica (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32680720w/date) passe du numéro XIV de la deuxième année, aux numéros 1, 2 et 3 de la troisième. Mais dans une « suite » à ce dernier (p. 3) il est fait allusion au numéro XVI de la seconde année dans une correspondance adressée au rédacteur de L’Abeille Haytienne.

3 Nous tirons cette équivalence de données fournies par Le Propagateur haïtien du 15 août 1823, n° 15, p. 15.

4 Prospectus, p. 7.

5 L’Observateur. Journal périodique par M. Hérard-Dumesle, n° 1 (1er mai 1819), p. 7.

6 Prospectus, p. 7.

7 L’Abeille haytienne, nos 5, 6, 7, 8 & 9, 3e année, 1819, Port-au-Prince, du 15 décembre 1819 au 29 février 1820, an 17 de l’Indépendance, p. 42.

8 Cf. La Nacelle. Journal du commerce, des mœurs et de la littérature de la Seine-Inférieure, Ch. Bloquel, imprimeur en caractères et taille-douce, rue Saint-Lô, n° 34, n° 53, 31 janvier 1823 : « Je lisais dernièrement, encore, dans l’Etoile du 10, des nouvelles apportées de Madrid par un courrier qui en était parti le 8 : j’espère que c’étaient des nouvelles fraiches. – On ne peut plus fraiches ; mais combien y a-t-il de Madrid à Paris ? Plus de 300 lieues, Monsieur. – Eh bien, les courriers de l’Etoile vont vite. – C’est le journal qui donne le plus tôt les nouvelles. Il est vrai que quelques fois quand il n’en a pas, il en fait, et d’excellentes. Les documents de sa fabrique sont tellement bons que les Débats, la Gazette même les répètent […] ». L’authenticité des correspondances particulières avait déjà été mise en doute par le Journal des débats du 21 juin 1819 (p. 2) : « La mode des correspondances privées devient contagieuse. Tous les journaux en reçoivent ou en fabriquent. Une pauvre feuille libérale veut-elle reproduire les vieilles nouvelles que tout le monde a imprimées, elle les déguise en Correspondance privée d’Allemagne ou d’Italie. Le journal qui croyait posséder exclusivement le monopole du commerce politique des mensonges et des déclamations révolutionnaires, veut-il décrier un nouveau journal rédigé par des déserteurs de la Minerve, il fait venir en trois jours une lettre particulière de Philadelphie, pour dire que les rédacteurs de la Minerve ne sont que des collaborateurs de sa feuille, ‘la seule qu’on puisse lire’ ».

9 Ibid., p. 44.

10 Le Télégraphe, n° XLIV, 1er décembre 1822, an 19, p. 3b.

11 Tous les textes cités sous le titre « Insurrection en Espagne » ont fait l’objet d’un « rewriting » de la part de Milscent. Outre le passage que nous allons citer dans quelques lignes, on peut se référer, à titre d’exemple parmi bien d’autres, à celui-ci où ce qui était dans le Journal de Paris et des départements, politique, commercial et littéraire du 29 janvier 1820, p. 1 : « Aux détails que nous avons donnés à nos lecteurs dans les deux derniers numéros, sur l’état des affaires en Espagne, nous pouvons ajouter que les révoltés paraissent vouloir faire embarquer leurs chefs se pour se soumettre ensuite aux troupes royales ; que la ville de Madrid n’a pas cessé de jouir du calme le plus profond, et que les neiges abondantes, qui, par extraordinaire, couvrent l’Andalousie et interceptent les passages ont seules empêché le Général Freyre de réduire entièrement les rebelles dès les premières rencontres »  devient dans les nos 5, 6, 7, 8 & 9 de L’Abeille Haytienne, p. 40 : « Aux détails que nous avons donné [sic] à nos lecteurs dans les deux derniers numéros, sur l’état des affaires en Espagne, nous pouvons ajouter que les Mutins désirent que leurs chefs s’embarquent afin qu’ils puissent se soumettre aux troupes loyales ; que la ville de Madrid n’a pas cessé un seul moment de jouir du plus grand calme, et que les neiges abondantes, qui couvrent l’Andalousie et interceptent les passages ont seules empêché le Général Freyre de réduire les rebelles à la première rencontre ».

12 L’Abeille haytienne, loc. cit., p. 42.

13 Le Constitutionnel. Journal du Commerce, politique et littéraire, de l’imprimerie d’Ant. Bailleul, imprimeur du Commerce, 6 février 1820, p. 2.

14 Bibliothèque Nationale de France, FOL-PU-233 En ligne sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k898244h.item

15 Le Télégraphe…, n° XIX, 2 avril 1820, an 17, p. 1a.

16 Ibid., p. 2a.

17 Ibid., p. 2b.

18 Le Conservateur, Paris, au bureau du Conservateur, chez Le Normant Fils, rue de Seine, n° 8, 71e livraison, tome VI, pp. 241-262. (Pp. 241-245 pour le passage reproduit).

19 L’expression « Hercule chrétien » commentée de façon quelque peu abusive, d’ailleurs, par l’Evening Star se trouve à la p. 260 de l’article du Conservateur et l’allusion à la reine Blanche à la page suivante.

20 Le Télégraphe, n° XXVII [sic pour XXXII], 6 août 1820, an 17, p. 1a.

21 La Minerve française. Par MM. Aignan, de l’Académie française ; - Benjamin Constant ; - Evariste Dumoulin ; - Etienne ; - A. Jay ; - E. Joux, de l’Académie française ; - Lacretelle aîné, de l’Académie française ; - Tissot, professeur de poésie au Collège royal de France, Tome neuvième, 1819, Paris, au bureau de la Minerve française, Rue des Fossés Saint-Germain-des-Près, n° 18, n 21, p. 304 : «Lettre sur Paris. / N° 95 / Paris, 1er mars 1820. / L’Espagne va jouir d’une constitution, et la France est menacée de perdre la sienne. La liberté se fonde au-delà des Pyrénées, et l’esclavage, chassé de Madrid, nous apporte ses chaînes. L’inquisition peut venir, les cachots sont ouverts ». Cette idée fut reprise dans Le Constitutionnel du 23 mars 1820 (n°83), p. 1a : « Au moment où l’on se prépare à nous ôter la liberté individuelle, l’inquisition est supprimée à Madrid. / Au moment où la liberté de la presse est sur le point d’expirer en France, la liberté de la presse revit en Espagne ».

22 Ibid., p. 2a.

23 Ibid., p. 2a-b.

24 Le Télégraphe, n° XXVIII [sic, pour XXXIII], 13 août 1820, an 17, p. 1a-b.

25 Le Constitutionnel, 19 mars 1820, p. 3a.

26 Le Télégraphe, n° XXXV [sic, pour XXXVI, 3 septembre 1820, an 17, p. 3a ; Le Constitutionnel, 19 mars 1820, p. 4a.

27 Cf. De la liberté de conscience et de culte à Haïti par M. Grégoire, ancien évêque de Blois, Paris, Baudouin frères, libraires, rue Vaugirard n° 36, juillet 1824, p. 4.

28 Le Télégraphe, n° XXXII [sic, pour XXXVII], 10 septembre 1820, an 17, p. 3a ; Le Constitutionnel, n° 78, 18 mars 1820, p. 1b.

29 Le Télégraphe, n° XXXIII [sic, pour XXXVIII, 17 septembre 1820, an 17, p. 1b.

30 Ibid., p. 2b.

31 Le Télégraphe, n° XLVI [sic, pour XLVII], 19 novembre 1820, an 17, p. 2a.

32 Les numéros manquants sont ceux du 24 septembre ; 1er et 8 octobre 1820, an 17 ; 18 février, 4 et 11 mars, 15 juillet et 30 septembre 1821, an 18.

33 Le Télégraphe, n° XXXIII [sic, pour XXXVIII], 17 septembre 1820, an 17, p. 2b.

34 Le Télégraphe, n° XXXI, 12 août 1821, an 18, p. 4a.

35 Cf. Le Télégraphe, s XXII (10 juin), XXIII (17 juin) ; XXIV (24 juin) XXV (1er juillet) 1821, an 18.

36 Supplément extraordinaire au N° V du Télégraphe (non paginé = p. 1a)

37 Le Télégraphe, n° XXXVIII [sic, pour XLIII], 22 octobre 1820 an 13, p. 3b.

38 On trouvera un historique détaillé du rattachement de la partie orientale de l’île à la République d’Haïti dans Etudes sur l’Histoire d’Haïti par B. Ardouin, ancien ministre d’Haïti près le gouvernement français, ancien secrétaire d’Etat de la Justice, de l’instruction publique et des cultes, Paris, chez l’auteur, rue Vanneau, n° 40, 1856, tome 7, p. 126 sq.

39 Le Télégraphe, n°  XLVI, 25 novembre 1821, an 18, p.  1a-b ; n° XLVII, 2 décembre 1821, an 18, p. 1a-2a . ; n° XLVIII, 9 décembre 1821, an 18, p. 1a-2a.

40 Gazeta extraordinaria de Madrid del sábado 30 de junio de 1821, n° 184 (2 p.)

41 Madrid, imprenta del Universal, n° 182, p. 719.

42 Le Télégraphe, n° L, 23 décembre 1821, an 18, pp. 2a-3c.

43 N° XIV, p. 1a.

44 N° XIII, p. 1a.

45 P. 1b.

46 P. 1a (Cork, 25 décembre) et 1a-2b (Madrid, 6 décembre). Dans le premier cas, on trouve « révolutionnaire d’Europe », dans le second, « révolutionnaire de l’Europe ».

47 Le Télégraphe, n° XXXI, 19 mai 1822, an 19, p. 1a.

48 Ibid., p.  b.

49 Cf. cette déclaration que l’on trouve dans le n° 6 du Propagateur haïtien publié dans la première quinzaine de 1822 : « Nous continuons à être privés de nouvelles d’Europe. On se plaint en Amérique du même retard. Les derniers papiers arrivés du continent européen à New York ne sont pas plus récents que les nôtres. Ils vont jusqu’à la date du 1er juin » (p. 14).

50 Manquent à cette collection les numéros suivants : pour 1822, ceux des 14 et 21 juillet (XXIX et XXX) ; 8 et 22 septembre (XXXVII et XXXVIII) ; du 27 octobre au 24 novembre (XLIV – XLVIII) ; 22 et 29 décembre (LII et LIII) ; pour 1823 : ceux du 12 janvier au 21 mars (II – XI) ; du 30 mars (XIII) ; du 13 avril (XV) ; du 4 mai au 1 juin (XVIII – XXII) ; 27 juin (XXVI) ; et du 20 juillet à la fin de l’année.

51 Il s’agit des numéros 1 (13 mai 1821), 4 et 5 (3 et 10 juin), 7 et 8 (25 juin et 1 juillet), 18 (9 septembre) , 21 et 22 (30 septembre et 7 octobre), 25, 26 et 27 (28 octobre, 4 et 11 novembre)et 31 (3 décembre).

52 La Concorde…, n° 24, 21 octobre 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 96b.

53 La Concorde…, n° 16, 26 août 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 61a (« Madrid, le 24 mai ») et 61b-62a (« Madrid, le 1 juin »).

54 La Concorde…, n° 28, 18 novembre 1821, an 18 de l’Indépendance, p . 109b (« Madrid, le 3 juillet »).

55 La Concorde…, n° 32, 10 décembre 1821, an 18 de l’Indépendance, p. 125a (« Madrid, le 27 septembre »).

56 La collection conservée par la Bibliothèque nationale de France et disponible sur Gallica s’arrête après le n° 30, du 28 juillet et il manque parmi les livraisons des sept premiers mois de l’année les nos 9 et 10 (3 et 10 janvier), 17-20 (4, 11, 18 et 25 mai) et 24 (16 juin). On ne trouve pas non plus de n° 22 mais on peut se demander s’il parut effectivement puisque la numérotation des pages est continue entre le n° 21 et le n° 23 (de la p. 88 à 89).

57 Cf. Léon-François Hoffmann, La peste à Barcelone, New York, Princetown University – Paris, Presses Universitaires de France, 1964.

58 La Concorde…, n° 3, 20 janvier 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 1a et 1b.

59 La Concorde…, n° 6, 10 février 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 1a et 1b.

60 La Concorde, n° 11, 17 mars 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 42a-b.

61 La Concorde…, n° 7, 17 février 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 27 a.

62 La Concorde…, n° 11, 17 mars 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 44a-b. Nous n’avons pas retrouvé l’origine de cette information dont ne fait état pas Alberto Gil Novales dans son ouvrage sur Las Sociedades patrióticas (1820-1823). Las libertades de expresión y de reunión en el origen de los partidos políticos, Madrid, Editorial Tecnos, 1975. Par ailleurs, Taller y Banquello n’est pas non plus mentionné dans le Diccionario biográfico de España (1808-1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista, Madrid, MAPFRE, 2010, 3 vols. du même auteur.

63 La Concorde…, n° 16, 21 avril 1822, an 19e de l’Indépendance, pp. 63a-64b.

64 La Concorde…, n° 23, 9 juin 1822, an 19 e de l’Indépendance, p. 92b.

65 La Concorde, n° 16, 21 avril 1822, an 19e de l’Indépendance, p. 64a.

66 En France, la Revue Encyclopédique annonça la parution du Propagateur Haïtien dans sa livraison de juillet 1822 (Revue Encyclopédique ou Analyse raisonnée des produits les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts, par une réunion de membres de l’Institut et d’autres hommes de lettres, Paris, au bureau central de la Revue Encyclopédique, n° 18 et chez Arthus Bertrand, rue d’Hautefeuille, n° 23 - Londres, Truttel et et Würtz et Dulau et Cie, quatrième année, tome XV, 1822, p. 610). Le magazine parisien promit à ses lecteurs de « rendre compte des cahiers de ce nouveau recueil au fur et à mesure qu’ils lui parviendraient ». Ainsi, en janvier 1823, l’un des collaborateurs de la Revue Encyclopédique, Ferry, rendit compte des six premiers numéros du Propagateur haïtien (tome XVII, pp. 313-315). On trouve une référence au Propagateur haïtien, ainsi qu’au Télégraphe, dans la livraison d’avril 1823 (n° XVIII, p. 429) et, en janvier 1824 (tome XXI, pp. 594-596) Ferry fit savoir aux lecteurs de la Revue Encyclopédique qu’ils n’avaient « reçu le Propagateur haïtien que jusqu’au mois d’octobre 1822 ». Il en donna un long compte rendu dans lequel il souligna que « ce recueil méritera d’occuper, comme monument historique, une place dans les bibliothèques. On y remarquera les soins persévérants d’un petit nombre d’hoet mes pour créer, instruire et défendre leur nation » (p. 594).

67 Jusqu’au n° 9, la devise du Propagateur fut : « ‘Malo periculosam libertatem quam quietum servitium’ / ‘Une liberté orageuse est préférable à une paisible servitude’ / Paroles prononcées au milieu de la diète de Pologne par Opallasky et rapportées par d’Entragues ». A partir du n° 10, on trouve à la place : « ‘Dieu et la liberté !’ / Voltaire en bénissant le petit-fils de Franklin ».

68 Ces « collaborateurs au journal » auprès desquels on pouvait s’abonner étaient les Citoyens : Delille Laprée, à la Capitale ; Backer, Commissaire des guerres au Cap-Haïtien ; Lafargue, Directeur de la douane, aux Cayes ; Thomas Bobadilla, Commissaire du gouvernement, à Santo-Domingo ; Long Champ, Directeur de la douane, à Jacmel et Plet fils, Directeur de l’école Landcastérienne, à Jérémie.

69 Le Propagateur Haïtien, n° 1, [1er] juin 1822, pp. 1-25 et n° 2, [15] juin 1822, pp. 1-10. L’article est signé « K… ».

70 Le Propagateur Haïtien, n° 2, p. 7.

71 Le Télégraphe, n° XXXI, 28 juillet 1822, pp. 1a – 4a. (Le numéro XIX du 14 juillet ne figure pas dans la collection que nous avons consultée).

72 Le Propagateur haïtien, n° 5, [1er] août 1822, pp. 1 – 3.

73 Le Propagateur haïtien, n° 2, [15] juin 1822, p. 11.

74 Le Propagateur haïtien, n° 1, [1er] juin 1822, p. 31.

75 Le Propagateur haïtien, n° 9 [1er] octobre 1822, p. 14-17.

76 Ibid., pp. 1-13. La suite de cet article fut publiée dans les nos 11 (15 juin 1823), pp. 9-11 et 14 (1er août 1823), pp. 10-13.

77 Le Propagateur haïtien, n° 10, 1er juin 1823, p. 13.

78 Le Télégraphe, n° XXV, 15 juin 1823, an 20, pp. 1a-2b. Dans son numéro du 27 janvier 1823, p. 4a, Le Constitutionnel avait usé d’une formule similaire : « Les politiques n’ont cependant pris aucune décision positivement et ils répètent tout bas ce mot d’un homme d’esprit : la guerre est inévitable, mais elle est infaisable ». La Baumelle apporte également cette formule en ces termes : « nous savons maintenant les motifs de la guerre. Ce n’est pas que ce fût bien nécessaire car ceux mêmes qui prétendent qu’elle est impossible avouent qu’elle est inévitable » (Encore un mot sur l’excellence de la guerre avec l’Espagne par A. L. B., à Paris, chez les marchands de nouveautés et chez tous les libraires du Palais-Royal, mars 1823, p. 13).

79 Ibid., p. 3a.

80 Le Télégraphe, n° XVII, 27 avril 1823, an 20, pp. 1a-3b.

81 Le Télégraphe, n° XVII, 27 avril 1823, an 20, p. 1a.

82 Ibid., p. 1b.

83 Le Télégraphe, n° XIX, 11 mai 1823, an 20, pp. 1a -3b.

84 Le Propagateur haïtien, n° 11, 15 juin 1823, p. 13.

85 Ibid., p. 16

86 Le Propagateur haïtien, n° 13, 15 juillet 1823, pp. 6 (dernière ligne) - 23.

87 Ibid., pp. 6-7. L’Observateur espagnol. Ou le guide des Libéraux. El Observador español, o Guía de los liberales créé à Madrid en 1822, était un bi-mensuel publié tous les mardi et vendredi. (Cf. Alberto Gil Novales, « Índice alfabético de periódicos », Las Sociedades patrióticas (1820-1823)…. II, p. 1029.) Ce journal bilingue fait partie de ces périodiques du Trienio liberal dont aucun exemplaire n’a (semble-t-il) été conservé et dont on ne connait que quelques articles, repris par quelque confrère. Dans son ouvrage sur la Guerre d’Espagne, Chateaubriand (qui citera également l’article du Moniteur reproduit par Le Propagateur haïtien) fit référence à ce passage de L’Observateur espagnol qu’il qualifie de « journal avoué du gouvernement de Madrid » (Congrès de Vérone. Guerre d’Espagne. Négociations : colonies espagnoles par M. de Chateaubriand, Paris, Delloye, acquéreur et éditeur des Mémoires d’Outre-Tombe et des Œuvres inédites de M. de Chateaubriand, Place de la Bourse, 13. Leipzig, chez Brochaus et Avenarius, même maison à Paris, rue Richelieu, n° 60, 1838, p. 253). Aux deux passages de L’Observateur espagnol repris par le Zurriago signalés par Alberto Gil Novales, on peut ajouter un extrait du numéro du 1er octobre 1822, également cité par Chateaubriand (Ibid., p. 252). En accord avec le ministre San Miguel, le rédacteur de L’Observateur espagnol, Voidet, tenta de faire publier à Paris « sous forme de brochure » deux exemplaires de ce périodique (les nos 34 et 35) qui, pensait-il, devaient faire « une très grande impression en faveur de l’Espagne » (Lettre « à M. le duc de San-Lorenzo [sic], ministre plénipotentiaire à Paris », Madrid, 15 janvier 1823, Réquisitoire de M. de Broé, avocat général, prononcé le 7 février 1824 devant la Cour d’Assises de la Seine dans le procès contre Sauquaire-Souligné et autres (contumaces et la femme Chauvet, à Paris, chez Pillet aîné, imprimeur-libraire, Editeur de la Collection des Mœurs françaises, anglaises et italiennes, rue Christine, n° 5, 1824, p. 26).

88 Ibid., pp. 7-11.

89 Ibid., pp. 11-19.

90 Ibid., pp. 19-20.

91 Ibid., pp. 20-21.

92 Ibid., pp. 16-17.

93 Ibid., p. 19.

94 Le Propagateur haïtien, n° 14, 1er août 1823, p. 8.

95 Ibid.

96 Ibid., pp. 10-11.

97 Ibid.

98 Ibid., p. 13.

99 Ibid., pp. 18-24.

100 Ibid., p. 22. Le « Résumé politique » qui débute par cette phrase occupe les pp. 22-24.

101 Ibid., p. 22.

102 Ibid., p. 24.

103 Le Propagateur haïtien, n° 15, 15 août 1823, p. 4.

104 Ibid., p. 17.

105 Ibid.

106 Ibid., p. 18.

107 Le Propagateur haïtien, n° 16, pp. 3-5.

108 Ibid., p. 3.

109 Le Propagateur haïtien, n° 17, 15 septembre 1823, pp. 9-16.

110 Ibid., p. 14.

111 Ibid., p. 15.

112 Le Propagateur haïtien, n° 16, 1er septembre 1823, p. 15.

113 Ibid., pp. 19-20.

114 Le Propagateur haïtien, n° 18, 1er octobre 1823, p. 18.

115 Le Propagateur haïtien, n° 19, 15 octobre 1823, p. 22.

116 Le Propagateur haïtien, n° 22, 1er décembre 1823, pp. 15-16.

117 Le Propagateur haïtien, n° 23, 15 décembre 1823, p. 18.

118 Ibid.

119 Le Propagateur haïtien, n° 26, 1er janvier 1824, pp. 1-6.

120 Le Propagateur haïtien, n° 31, 15 avril 1824, p. 12.

121 Le Propagateur haïtien, n° 1, 1er février 1825, p. 14.

122 Le Propagateur Haïtien…, n° 17, 15 septembre 1823, p. 19.

123 Collection complète des pamphlets politiques et opuscules littéraires de Paul Louis Courier, ancien canonnier à cheval, Bruxelles, chez tous les libraires, 1827.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’Abeille Haytienne, Journal politique et littéraire. Page de garde des nos 5,6,7,8 et 9, 3° année.
Légende Source : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-1.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Le Télégraphe. Détail de la première page du n° LIII, 25-XII-1814.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-2.png
Fichier image/png, 852k
Titre La Concorde, Journal historique, Politique et Littéraire. Page de titre du n°  2, 2-V-1821.
Légende Source : gallica.bnf.fr/ Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-3.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1, juin 1822.
Légende Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 10, 1er juin 1823.
Légende Source : gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Le Propagateur haïtien. Page de titre du n° 1er, 15 février 1825.
Légende Source : gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4166/img-6.png
Fichier image/png, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « Le Trienio liberal dans la presse de la République d’Haïti »El Argonauta español [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 01 février 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/4166 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.4166

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals