Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Livraison juin: VariaPresse et construction identitair...

Livraison juin: Varia

Presse et construction identitaire : l’exemple du « clergé basque » et de la revue Anayak

Severiano Rojo Hernandez

Résumés

Cet article interroge la notion de « clergé basque » qui gomme la diversité idéologique de l’Eglise au Pays basque. Pour cela, il étudie le rôle que joue la revue Anayak – éditée en 1939 par des prêtres basques fuyant la répression franquiste – dans la consolidation de cette construction identitaire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir de ce point de vue l’article suivant : Barroso Arahuetes, Anabella, « Iglesia vasca, una Igles (...)

1Lorsque l’on aborde la question du positionnement politique du clergé basque pendant la Guerre d’Espagne (1936-1939), il est frappant de constater à quel point il est associé au camp républicain, et plus particulièrement aux nationalistes basques, ainsi qu’aux victimes du franquisme1. Pourtant, bien que le clergé basque compte dans ses rangs des ecclésiastiques exécutés par les troupes rebelles pour leur lien avéré ou supposé avec le PNV (parti nationaliste basque), de nombreux prêtres du Pays basque, comme de la Navarre, appuient ouvertement le soulèvement militaire du 18 juillet 1936. Par exemple, certains ecclésiastiques incitent les civils à se mobiliser contre la République espagnole, d’autres partent pour le front afin d’assurer les besoins spirituels des milices carlistes engagées aux côtés des troupes du général Mola. Les prêtres basques bénéficient ainsi d’une image qui masque la grande diversité des positionnements politiques qui caractérise cette communauté ecclésiastique. De fait, au-delà du ralliement à la cause des insurgés ou des nationalistes basques, on dénombre parmi le clergé basque des prêtres qui se méfient tout autant des rebelles que des nationalistes basques et des républicains. Certains sont également proches des monarchistes et s’interrogent sur le projet politique des séditieux, qui n’envisage à aucun moment le rétablissement d’Alphonse XIII sur son trône. D’autres se considèrent apolitiques et souhaitent essentiellement le rétablissement d’un régime favorable aux intérêts de l’Eglise. En définitive, les prêtres sont à l’image de la société basque dont l’hétérogénéité politique et idéologique n’a cessé de s’accentuer depuis le XIXe siècle.

  • 2 L’usage abusif de l’expression « clergé basque » concerne tant les publications de type mémoriel qu (...)
  • 3 Barroso Arahuetes, Anabella, op. cit., pp. 91-96.
  • 4 Ibid., p. 100.
  • 5 Cf. Alvarez Gila, Oscar, « Clero vasco y nacionalismo: del exilio al liderazgo de la emigración (19 (...)
  • 6 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, « Identité, représentations et paroles de vaincus : le journal Eusko (...)

2Dès lors, comment peut-on expliquer que cette représentation monolithique du clergé basque, si éloignée de la réalité, se soit imposée dans les imaginaires et le langage2 ? Nul doute que cette image se nourrit des nombreux conflits qui opposent le régime franquiste à une partie du clergé basque, en particulier pendant les années 1960. Au cours de cette période, une partie conséquente des prêtres basques se dissocie en effet de la dictature et participe à l’élaboration de documents collectifs condamnant le régime et la hiérarchie ecclésiastique. Dans les paroisses, se multiplient également les sermons dénonçant la violence franquiste en Euskadi ainsi que l’attitude complaisante des évêques à l’égard de la dictature3. Enfin, certains ecclésiastiques appuient l'ETA, voire permettent à l’organisation indépendantiste de se réunir dans des lieux de culte. Face à cette situation, le régime opte pour la répression et crée, à la fin des années soixante, une prison (Zamora) où sont incarcérés une centaine de prêtres4. Ceci étant, ces conflits se déroulent alors que cette représentation du clergé basque est déjà en place. Les événements des années 1960 ne contribuent donc qu’à un renforcement de l’image dont bénéficient déjà les prêtres basques. Pour mieux comprendre l’origine de cette représentation, il faut sans doute remonter au début du XXe siècle, lorsqu’une partie des ecclésiastiques du Pays basque adhère au nationalisme, collabore avec ses organisations (syndicats, presse…), participe activement aux recherches sur la culture locale (le prêtre et ethnologue Miguel Barandiaran, par exemple) et défend l’usage de l’euskera dans les églises et la société basque. Ce clergé joue ainsi un rôle déterminant dans le processus de nationalisation qu’entreprend le PNV, en favorisant par ses activités une prise de conscience identitaire au sein de la population. L’image du prêtre respectueux de la tradition locale et proche de ses ouailles que décrivent les voyageurs du XIXe siècle prend alors une dimension nouvelle, qui ne manque pas d’inquiéter tant les autorités ecclésiastiques que les représentants de l’Etat, soucieux de lutter contre le dénommé péril « séparatiste » (bizkaitarrismo). Les premières sanctions tombent alors, notamment durant les années 1910 et sous la dictature du général Primo de Rivera (1923-1930)5. Ceci dit, le point de basculement se produit quand éclate la guerre civile, notamment lorsque des dizaines de prêtres proches des nationalistes basques ou simplement en désaccord avec les insurgés prennent le chemin de l’exil afin de fuir la répression des militaires rebelles. En France tout particulièrement, une partie d’entre eux va se mobiliser afin de dénoncer la violence des franquistes et encadrer l’exil basque. L’engagement de ces prêtres se manifeste de différentes façons : aide aux réfugiés, témoignages dans la presse, participation à des actions organisées par des formations ou des personnalités antifascistes, entrevues avec des autorités ecclésiastiques (Mgr. Clément Mathieu, Mgr. Verdier) et des représentants politiques (Edouard Herriot) ainsi que des intellectuels catholiques (François Mauriac, Jacques Maritain). Enfin, ils jouent un rôle essentiel – notamment la figure de proue de ce collectif, le chanoine Alberto Onaindia – dans la création et la diffusion de périodiques chargés tant de défendre la cause du gouvernement basque que de dénoncer la répression dont ils sont victimes. Si le journal Euzko Deya constitue la publication la plus importante et visible de cette période6, la revue Anayak (Frères) s’érige en porte-parole des prêtres basques exilés et contribue fortement à la cristallisation d’une vision du clergé basque majoritairement opposé au franquisme.

Clergé Basque et guerre civile (1936-1939)

  • 7 Le seul évêque qui se démarque de ce point de vue est Matéo Múgica Urrestarazu qui dirige le diocès (...)
  • 8 Cf. Martínez Sánchez, Santiago, « Mons. Antoniutti y el clero nacionalista vasco (julio-octubre 193 (...)
  • 9 Cf. Badiola Ariztimuño, Ascensión, La represión franquista en el País Vasco. Cárceles, campos de co (...)
  • 10 Rojo Hernandez, Severiano, Eglise et société. Le clergé paroissial de Bilbao de la République au fr (...)
  • 11 Martinez Sanchez, Santiago, op. cit., p. 63.
  • 12 Rojo Hernandez, Severiano, Eglise et société…, op. cit.

3Comme dit précédemment, les liens entre le clergé et le nationalisme basque inquiètent l’Eglise et les autorités espagnoles dès le début du XXe siècle. Dès lors, la plupart des évêques nommés à la tête des diocèses de Vitoria et de Pampelune exercent une surveillance étroite du clergé et n’hésitent pas à mettre en garde, voire à sanctionner, les ecclésiastiques considérés comme proches du PNV7. Jusqu’à la veille de la guerre civile, les prêtres opposés aux directives épiscopales et considérés comme proches des nationalistes basques sont, par exemple, mis à l’écart et n’occupent, en général, que des fonctions subalternes. Lorsque se produit le pronunciamiento (18 juillet 1936), la situation se détériore considérablement, car on assiste à une évolution sensible sur le plan politique : le projet de société que souhaitent instaurer les militaires rebelles se fixe comme objectif de refonder la nation espagnole et d’éradiquer les nationalismes dits périphériques tels que le nationalisme basque. Pour y parvenir, ils comptent sur un appui indéfectible du clergé, qui doit légitimer et participer à la mise en place de la nouvelle société. La présence au sein de l’institution religieuse de prêtres n’adhérant pas à ce projet est donc inconcevable pour les séditieux8. Avec l’appui d’une partie de la hiérarchie ecclésiastique, les militaires se lancent dès lors dans une reprise en main particulièrement violente de l’Eglise au Pays basque. Des dizaines de prêtres sont incarcérés (à Nanclares de la Oca [Alava], Dueñas [Palencia] et à Carmona [Séville]) et seize d’entre eux sont exécutés à la fin de l’année 19369. Sur l'ensemble du territoire basque, un millier de prêtres et de religieux sont victimes de diverses formes de répression, soit environ 40% du clergé. La répression est à la fois physique et économique. Les postes clés et les paroisses les plus prestigieuses sont confiés à des ecclésiastiques proches du nouveau pouvoir10, dont certains ont dénoncé des prêtres nationalistes basques11. Les ecclésiastiques considérés comme « peu fiables » sont quant à eux relégués dans des paroisses rurales, ce qui entraine une détérioration importante de leurs revenus et donc de leurs conditions de vie12. D’autres ecclésiastiques sont condamnés à des « exils intérieurs » et sont mutés dans des diocèses de Castille ou d’Andalousie. Ils ne reviendront au Pays basque que bien des années plus tard. Enfin, un certain nombre d’ecclésiastiques sont sommés de quitter l’Espagne et sont affectés dans des diocèses situés en Amérique latine. Cette épuration laissera de profondes cicatrices et explique la raison pour laquelle le franquisme ne bénéficie pas au Pays basque d’une légitimation religieuse aussi forte que dans d’autres provinces.

  • 13 Cf. ROJO HERNANDEZ, Severiano, « Guernica : les presses basque et française face au bombardement », (...)

4Tandis que les militaires mettent en place leur modèle d’Eglise dans les territoires qu’ils contrôlent au Pays basque, certains prêtres vont en revanche prendre fait et cause pour les nationalistes basques. Cet engagement tient à des raisons idéologiques, certes, mais il s’explique aussi par la politique qu’adopte le gouvernement basque à l’égard de l’Eglise dans le territoire qu’il contrôle jusqu’en juin 1937. En Biscaye, les autorités basques protègent les prêtres et les lieux de culte, évitant de la sorte que ne se produisent en Euskadi des violences contre l’Eglise similaires à celles que l’on observe dans les autres régions de l’Espagne républicaine. Dès lors, certains prêtres (plus d’une centaine) s’enrôlent dans le corps des aumôniers de l’armée basque. D’autres, conseillent les autorités et représentent parfois le gouvernement basque à l’étranger ou sur le territoire espagnol. Parmi eux figure le chanoine Onaindía, qui sert d’intermédiaire dans les pourparlers qui s’engagent en septembre 1936 entre le PNV et les militaires rebelles. Cependant, il faut attendre le bombardement de Guernica pour que l’appui du clergé aux autorités basques s’officialise et prenne de l'ampleur. Alors que le chanoine Onaindía parcourt l'Europe en tant que témoin de la destruction de cette ville, à Bilbao 22 prêtres signent un document adressé au Vatican afin de restituer la vérité sur le bombardement et l'action du gouvernement basque en faveur de l'Église13. En riposte, les militaires exigent un durcissement des sanctions à l’encontre des prêtres nationalistes basques. Dans ces conditions, il ne reste pour ces derniers qu’une alternative face à la progression des troupes rebelles sur le champ de bataille : l’exil. De fait, quand les franquistes s’emparent de Bilbao en juin 1937, de nombreux ecclésiastiques opposés aux insurgés se sont réfugiés en France ou dans d'autres pays européens. La revue Anayak nait de cet exil.

Anayak ou la construction d’un prêtre idéal

5A l'étranger, ces prêtres sont parfaitement conscients de la situation complexe à laquelle ils sont confrontés et des menaces qui pèsent sur eux. L’impact négatif que génèrent le discours et l’exil de ces ecclésiastiques sur l’image de la cruzada inquiète les autorités franquistes, qui font pression sur le Vatican pour les contraindre à revenir en Espagne. Dès lors, une partie des prêtres exilés se mobilise, l’objectif étant, d’une part, de faire échouer les projets des militaires rebelles et, d’autre part, de gagner la bataille de l’opinion publique. Il s’agit, de ce point de vue, de convaincre les fidèles et la hiérarchie catholique que les dénommés nacionales mènent une guerre contraire aux intérêts et aux dogmes de l’Eglise, comme le prouve l’assassinat d’ecclésiastiques et de catholiques en Euskadi. Débute alors une mobilisation qui se caractérise par l’activation, au sein du Vatican, des réseaux favorables aux prêtres exilés et la rédaction de documents qu’ils adressent au Saint-Siège afin de plaider leur cause.

  • 14 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 10.

« […] les autorités suprêmes de l’Eglise possèdent à l’heure actuelle de multiples documents qui leur ont été adressés par des prêtres basques dans l’intention de les informer sereinement et avec impartialité de la réalité des faits »14.

  • 15 Onaindía, Alberto, Ayer como hoy, Saint-Jean-de-Luz, Axular, 1975, p. 30.

6Ils créent aussi des structures destinées à contrecarrer la propagande franquiste et à renforcer l’encadrement des Basques ayant fui la guerre. Ainsi, en France, ils fondent en 1938 une association au nom d'Anayak, dont le siège se situe à Paris dans le huitième arrondissement, au numéro cinq de la rue Quentin-Bauchard. Cette association s’érige en porte-parole des prêtres victimes de la répression franquiste et décide, sous l'impulsion du chanoine Onaindía, de publier une revue (Anayak) dont sept numéros sont édités entre janvier et avril 193915. L’objectif officiel de cette publication est le suivant :

  • 16 Anayak, « In testimonium veritatis », n° 1 (15 janvier 1939), p. 1.

« […] rompre l’isolement, établir une communication permanente entre les membres épars du clergé basque, éveiller les inquiétudes, recueillir des initiatives, resserrer le contact entre le clergé exilé et son peuple »16.

  • 17 « Questionnaire pour les prêtres basques réfugiés en pays étrangers », Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 19 (...)

7Composée en général d'une vingtaine de pages, la revue publie des articles en français (96%) et en basque (4%), centrés tant sur la situation des prêtres et des populations exilés, que sur la culture et l’histoire de l’Euskadi. Elle édite également divers documents comme le questionnaire présenté en deçà17. Il permet de recenser les ecclésiastiques exilés et de mieux connaître, entre autres, les conditions de leur fuite vers l’étranger ainsi que la situation de leur paroisse en 1939.

« Questionnaire pour les prêtres basques réfugiés en pays étrangers », Anayak, n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 33.

  • 18 Ibid., p. 3.

8La diversité des thématiques abordées dans Anayak ne peut néanmoins occulter certaines récurrences, fort perceptibles lorsque l’on analyse le contenu de la revue et, en premier lieu, la volonté de dépeindre les ecclésiastiques exilés comme étant des prêtres exemplaires, fidèles aux enseignements de l’Eglise. En rupture avec les accusations proférées à leur encontre par les militaires rebelles (combattre les armes à la main, désobéir à la hiérarchie de l’Eglise, être au service du nationalisme basque), cette représentation est symptomatique de la fonction officieuse d’Anayak : reconfigurer ou améliorer l’image des prêtres exilés qui circule à l’étranger. Dès le premier numéro, la revue affirme donc son « attachement le plus profond, sincère, filial et inébranlable aux normes de l'Église catholique et, spécialement, à la personne auguste de Sa Sainteté le Pape Pie XI »18. D’emblée, Anayak tente de démonter le principal argument de la propagande franquiste, qui répète sans relâche que le clergé exilé se compose de prêtres rouges, ayant rompu avec le Vatican et méritant l'excommunication.

  • 19 Larraun, Asuri de, « Au-dessus des partis », Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 19.

« Le clergé reçoit des directives qui ne viennent ni de Saint-Sébastien, ni de Madrid, ni de la Rome de Mussolini. Et ces directives ne sont pas imprégnées de latinisme, ni de slavisme. Ce sont les normes de l'Église qui est universelle. »19

9En proclamant l’indéfectible lien qui unit ces prêtres aux instances de l’Eglise, Anayak rend secondaire la condition d’exilé et d’opposant politique au regard de la condition sacerdotale. Les prêtres « reprennent possession » de leur soutane, phase à partir de laquelle peut enfin débuter le processus visant à ce que le lecteur les perçoive enfin comme étant l’incarnation du prêtre idéal. Pour atteindre son objectif, la revue définit un canevas, fondé sur un ensemble de règles à respecter quant à la rédaction et au contenu des articles. Par exemple, elle rejette, du moins officiellement, la publication d’écrits alimentant des polémiques stériles, afin que les ecclésiastiques exilés ne soient considérés comme des fanatiques au service d’une idéologie. En contrepartie, Anayak exige des auteurs l’utilisation d’un ton modéré, représentatif, selon elle, de l’une des principales qualités du prêtre catholique : la compassion. Il s’agit de faire en sorte que la forme et le fond de la revue soient en adéquation avec la représentation du prêtre qui prédomine chez le lecteur, catholique de préférence.

  • 20 Ibid., pp. 1-2.

« Nous ne couvrons pas de stériles desseins de polémique et n’allons pas passer notre temps en des répliques passionnées, ce qui affaiblirait la charité fraternelle. Nous sommes ouvriers pour la construction, non pour la démolition. […] On n’a jamais entendu dans nos églises une parole de haine ou de vengeance. On y a prié pour la Paix et pour les victimes ; on y a prêché la charité et l’amour envers l’ennemi »20.

  • 21 Onaindía, Alberto, « Sa Sainteté le Pape Pie XII », Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 3.

10« Les hérauts de la fraternité »21, comme se plaît à les qualifier le chanoine Onaindía, sont ainsi implicitement associés à des figures bibliques telles que celle du bâtisseur ou du berger, personnages éminemment désintéressés selon la tradition catholique, car soucieux de l’intérêt et de l’unité de la communauté des fidèles :

  • 22 Ibid.

« […] nous représentons la fraternité évangélique. [...] nous devons prêcher à nos fidèles des doctrines positives basées sur la légalité et le droit, sans ouvrir entre eux des abîmes infranchissables »22.

11La modération devient ainsi l'arme avec laquelle on essaie de convaincre le lecteur de l'objectivité d'Anayak et donc de la vérité que professent ces prêtres ayant fui le franquisme. Cette orientation qu’imposent les fondateurs de la revue à tous ceux qui publient dans les pages d’Anayak conduit à dénoncer, certes les franquistes, mais aussi les républicains. De fait, sont édités des articles où les auteurs reconnaissent explicitement que les prêtres basques ne sont pas les seuls ecclésiastiques à avoir été victimes de la répression. Ils rappellent notamment que l’Eglise et ses représentants ont été persécutés dans la zone républicaine :

  • 23 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix !...», op. cit., p. 2 ; Cf. Azpiazu, Iñaki de, « Face à l’avenir. (...)

« Nous sommes prêtres, et nous ne pouvons passer sous silence le fait si triste de la persécution religieuse qui, à une certaine époque, fut déchainée dans la zone républicaine. Les milliers de prêtres et de religieux assassinés, les temples profanés, tout ceci constitue une accusation terrible contre le sectarisme de certains éléments de la zone républicaine »23.

12Ce discours axé sur la modération et l’impartialité construit l’image d’une communauté de prêtres attentive à sa mission évangélique et prise entre deux forces profondément antagonistes et brutales, dont ils condamnent les actes :

  • 24 Ibaseta, Jurki de, « Jugements », Ibid., n° 4 (1er mars 1939), p. 5.

« Il faut toujours condamner le crime, d’où qu’il vienne. Le caractère d’un délit consiste en la violation d’un droit. Maltraiter un innocent, tuer une personne honnête, détruire une ville sans raison militaire, bombarder des agglomérations éloignées du front dans la seule intention de terroriser leurs habitants, tout ceci est criminel. Tuer un prêtre est un crime sacrilège. Assassiner un père de famille, un ouvrier, est un crime qui doit être puni par le ciel. Détruire ou brûler une église est un attentat à la propriété et un outrage à la religion »24.

13Les prêtres exilés sont de la sorte dégagés de toute responsabilité dans cette guerre. Ils apparaissent plutôt comme des victimes, persécutées pour la défense des populations civiles, notamment le peuple basque. Indirectement, ils sont décrits comme des dissidents au sein de l’Eglise espagnole, leur lecture de l’évangile étant plus respectueuse de la condition humaine que celle qu’applique le clergé espagnol. En définitive, ils adoptent l’habit du martyr se sacrifiant pour Dieu et les hommes. Cette représentation prend tout son sens en avril 1939 (fin de la guerre), date que choisissent les fondateurs de la revue pour mettre un terme à l’existence d’Anayak. Tout en invitant les deux camps à se réconcilier, la direction de la revue décrit sa décision comme un acte destiné à faciliter la paix et à propager la charité chrétienne. Dépourvue en apparence d’arrières pensées, la disparition d’Anayak permet une dernière fois de rappeler à quel point les prêtres basques ont été et demeurent fidèles aux enseignements de l’Eglise :

  • 25 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix !...», op. cit., p. 6.

« Nous, par notre vocation et notre mission de prêtres, nous ne pouvons moins que désirer une prompte pacification, une concorde vite établie. Tous nos efforts, toute notre activité, tous nos désirs tendront à refermer les blessures, à cicatriser les plaies, à adoucir les inimitiés, à semer la fraternité et la charité chrétienne entre les frères qui ont lutté les uns contre les autres et reviennent aujourd’hui à une vie commune dans leurs villages et leurs villes »25.

14Si la disparition d’Anayak permet de passer du discours aux actes, on aurait tort néanmoins de penser que les fondateurs de la revue attendent le dernier moment pour offrir au lecteur des preuves de leur vocation sacerdotale. Le modèle de prêtre que promeut la revue gagne en teneur dès le second numéro, où est lancée une rubrique intitulée « Échos de l'exil ». Celle-ci présente la vie quotidienne des ecclésiastiques et des populations exilés dans les Basses-Pyrénées, une description qui permet au lecteur d’apprécier à quel point les prêtres vivant en France se soucient de leurs fidèles tant sur le plan religieux que social :

  • 26 Ibid., « Echos de l’exil. Ascain », n° 2 (1er février 1939), p. 16.

« La vie spirituelle de nos compatriotes dans ce village est intense. Tous sont des catholiques qui pratiquent avec ferveur leur religion. Soixante-dix pour cent d’entre eux reçoivent la Sainte Communion tous les jours, et tout en servant d’exemple aux fidèles d’Ascain, ils donnent un éclat particulier à la vie paroissiale, comme aimait à répéter souvent le vénérable curé Mr. Debidart. […] L’administration des sacrements, l’assistance aux malades, etc., sont organisés par les prêtres réfugiés, qui ont reçu de Mgr. L’Evêque de Bayonne toutes les autorisations nécessaires pour exercer leur ministère sacerdotal »26.

  • 27 Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 20.
  • 28 Ibid., n° 1 (15 janvier 1939), p. 16.

15A travers cette rubrique, Anayak tente de susciter chez le lecteur un questionnement et donc d’ébranler ses certitudes. La « réalité » des faits – à laquelle vient s’agréger la publication de documents comme par exemple une lettre de l’évêque de Dax, Mgr Mathieu, insistant sur le caractère exemplaire des prêtres basques – doit générer le doute et remettre en question la version des faits que propose la propagande des insurgés depuis le début du conflit. Les « tranches de vie », les témoignages et les lettres de soutien de membres de l’Eglise constituent des éléments de premier ordre dans le dispositif mis en place par Anayak. Ils sont considérés comme essentiels à la désactivation de certaines représentations structurant la vision négative que partagent, depuis 1936, de nombreux catholiques à l’encontre des prêtres basques. Il s’agit en définitive de renverser les croyances, de faire passer les prêtres exilés du statut de traître à celui de martyr. Cette étape est fondamentale à la réussite de la stratégie visant à associer l’identité des prêtres basques à la notion de victime. Dès lors, la revue ne cesse de publier des documents divers et variés permettant de matérialiser les injustices et persécutions qu’elle dénonce. Elle fournit au lecteur, par exemple, les noms et adresses des prêtres exilés en Angleterre27 et en Belgique28.

« Adresses des prêtres basques exilés en Belgique », Anayak, n° 1 (15 janvier 1939), p. 16.

  • 29 Ibid., n° 2 (1er février 1939), p. 10 ; « Les prêtres basques chez Franco », n° 6-7 (1-15 avril 193 (...)

16Anayak publie également des renseignements sur la situation des ecclésiastiques qui n'ont pu fuir l'Espagne et qui subissent l’acharnement des autorités tant ecclésiastiques que militaires29.

Anayak, « Les prêtres basques chez Franco », n° 6-7, 1-15 avril 1939, pp. 28-31 

  • 30 Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 11.

17Par ce procédé, Anayak confère une identité précise aux exilés qui, jusqu'alors, constituaient une abstraction associée au nom de « clergé basque ». Le détail des condamnations ainsi que l'adresse des prisons où ces prêtres sont incarcérés constituent, en apparence, une preuve irréfutable – car vérifiable en théorie – de leur condition de victime d'un système qui se dit catholique, mais qui n'a pas hésité à fusiller des prêtres, comme le prouve la liste des ecclésiastiques exécutés30. Ceci dit, la revue ne tient pas à ce que le lecteur considère ces ecclésiastiques comme des victimes « ponctuelles » de la folie des hommes. Au contraire, il s'agit de démontrer que les prêtres basques n'ont jamais cessé d’être persécutés et que la guerre n'est, finalement, que l'aboutissement d'un processus qui a débuté bien des années auparavant.

  • 31 Larraun, Asuri de, « Au-dessus des partis », Ibid., n° 6-7, 1-15 avril 1939, p. 18.

« L’attitude du clergé basque […] vient d’une époque antérieure à la guerre, au cours de laquelle étaient déjà discutées les questions auxquelles aujourd’hui les bombes et les canons ont donné “leur solution”. Les caractères prédominants de la guerre civile se dessinaient déjà dans la lutte acharnée qui la précéda. Alors aussi, comme maintenant, les prêtres basques étaient l’objet d’accusations contradictoires, des mêmes reproches qu’on leur adresse en ces heures de guerre, avec une acrimonie aussi injuste qu’exagérée »31.

  • 32 Anayak, « La culture basque au séminaire de Vitoria », n° 4, 1er mars 1939, p. 10.
  • 33 Ibid., « Les ouvriers chrétiens basques », n° 5, 15 mars 1939, p. 13.

18Pour cela, des articles décrivant les activités sociales et culturelles du clergé basque avant la guerre sont publiés. On y rappelle non seulement le rôle fondamental du clergé dans l'étude et la résurgence de la culture locale32, mais aussi son combat contre le marxisme33. Sont également évoquées les nombreuses critiques qu’ont suscitées ces activités parmi les catholiques et les prêtres des autres régions espagnoles.

  • 34 Ibid., « Ils crient : Paix, Paix ! … », op. cit., p. 11.

19En inscrivant la répression des franquistes dans une persécution séculaire, Anayak essaie de démontrer que la situation des prêtres exilés répond à une problématique plus large, celle du peuple basque. La politique n'est qu'un prétexte, ces prêtres sont persécutés en raison des liens qui les unissent aux Basques. Cette relation privilégiée entre le clergé et les populations de l’Euskadi est également la raison pour laquelle ils ont pris parti dans le conflit : « […] nous ne pouvions, ni comme prêtres, ni comme patriotes, ni comme hommes, rester en marge du martyre de notre peuple »34.

20Ce sont là des sentiments que le lecteur catholique, notamment français, ne peut que partager. La Première Guerre mondiale est encore dans les esprits et le patriotisme demeure vivace. Des questions s’imposent alors. Comment peut-on condamner des prêtres qui ont défendu leur peuple et empêché le Pays basque de sombrer dans le communisme ? Que penser des accusations franquistes, alors que ces prêtres réclament haut et fort des témoignages susceptibles de contredire leur version des faits ?

  • 35 Ibid., p. 10.

« Nous demandons instamment à quiconque de nous signaler le nom d'un seul prêtre basque de la zone soumise au gouvernement d'Euzkadi qui ait pris les armes durant la guerre civile. »35

  • 36 Ibid., « Section documentaire. Hitler et le clergé allemand », n° 4 (1er mars 1939), p. 20.

21Les concepteurs d’Anayak espèrent au terme de ce questionnement que le lecteur adhère à leur vision et reconnaisse le caractère mensonger des attaques franquistes. Les prêtres exilés sont des victimes de la guerre et du totalitarisme au même titre que le clergé allemand, auquel Anayak, par ailleurs, consacre un article36. Ainsi, dans l'esprit du lectorat, ces prêtres exilés acquièrent une identité dans laquelle la notion de victime est intimement liée à leur éthos de Basque et d’ecclésiastique. Cette représentation est fondamentale pour penser les prêtres exilés non pas comme une minorité, mais comme les représentants d’une communauté ecclésiale beaucoup plus large, le clergé basque.

Anayak, parler au nom du clergé basque

  • 37 Anayak, n° 1 (15 janvier 39), p. 3.
  • 38 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 6.
  • 39 Onaindía, Alberto, « Sa sainteté le pape Pie XII », Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 3.
  • 40 Cf. Barruso Bares, Pedro, « De los tribunales populares a las comisiones depuradoras. violencia y r (...)
  • 41 Anayak, « Lettres collectives », n° 3 (15 février 1939), pp. 5.6.

22Au-delà de la victimisation des prêtres exilés, Anayak s’évertue à ce que les prêtres réfugiés n’apparaissent plus comme une minorité isolée. Des titres d’articles tels que « L’attitude morale du clergé basque »37, « L’après guerre et les prêtres basques »38, des formules comme « Nous, les prêtres basques, nous avons une très haute mission à remplir en ces heures historiques »39 ou des affirmations telles que « L’attitude du clergé basque […] dans la guerre d’Espagne, attitude de […] fidélité à son ministère et à son peuple […] ne date pas d’aujourd’hui » témoignent de cette stratégie. Celle-ci vise à générer une globalité, un ensemble homogène. Il s’agit de réinsérer ces prêtres dans un groupe beaucoup plus vaste, celui du clergé basque, dont on veut finalement qu’ils apparaissent comme les représentants. Par cette démarche, l’ensemble du clergé basque est associé au positionnement politique des prêtres exilés. Qui plus est, on attribue à l’ensemble des ecclésiastiques de l’Euskadi une même et seule lecture de la réalité basque. A aucun moment ne sont abordés les profondes divisions et les désaccords qui scindent le clergé de ce territoire, clivages dont témoignent l’exil de ces prêtres et la mobilisation de nombreux ecclésiastiques en faveur des troupes rebelles. La question de la diversité tant de l’engagement politique du clergé que de son rapport à la société basque est largement occultée. Sont ainsi éludés certains aspects de cette question particulièrement embarrassants, comme le fait que le clergé constitue un rouage essentiel de la répression franquiste en Euskadi40. Les ecclésiastiques exilés proposent une vision tronquée, qui sous-tend, certes, l’idée d’un clergé uni face aux militaires rebelles, mais aussi et surtout l’existence d’une Eglise basque victime dans sa totalité – ou quasi totalité – des militaires espagnols. On instille l’idée d’une séparation de type institutionnel entre l’Eglise espagnole et l’Eglise basque. Elle est perceptible, par exemple, quand Anayak aborde la question de la Lettre Collective qu’adresse, le 1er juillet 1937, l’épiscopat espagnol aux évêques du monde entier afin de justifier son adhésion à la cruzada. La distance que génèrent des expressions comme « selon l’opinion des prélats espagnols », « la Lettre Collective des évêques d’Espagne » notamment au regard de l’expression employée pour désigner Mgr. Mateo Múgica, « prélat des Basques » 41, témoigne d’une volonté de dissociation, que renforcent la critique à peine voilée du rapport de l’Eglise espagnole à la violence :

  • 42 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 9.

« De fausses doctrines sont aussi prêchées dans la zone nationaliste. On y adultère le sens de l’amour de l’Evangile et, jour après jour, on inocule dans les âmes le venin d’une conception guerrière du christianisme […] Nous n’avons pas besoin de la terreur ou de la force pour imposer aux âmes notre foi, pas plus que nous devons songer à restaurer la société chrétienne sous le signe de l’épée »42.

  • 43 Cf. Eguizale, Ibon de, Un homme, un clergé, un peuple. Euzkadi (Pays basque), Paris, H.-G. Peyre, 1 (...)

23Anayak crée des sphères compartimentées (Eglise espagnole/Eglise basque) qui génèrent une distorsion de la réalité institutionnelle de l’Eglise espagnole. Parallèlement, les prêtres exilés sont la partie visible d’une entité indivisible, le clergé basque, une caractéristique qui prédomine dans les représentations qu’elle propose du peuple basque et du gouvernement autonome. Point de nuances idéologiques, culturelles etc., le clergé, son peuple et ses représentants forment une trinité contrainte à l’exil, image que l’on retrouve dans certains ouvrages favorables aux nationalistes basques publiés en France un an plus tôt43. Pour garantir l’effectivité de cette représentation auprès du lectorat catholique, le discours des prêtres d’Anayak se teinte de références religieuses, en particulier de la métaphore du peuple élu, traversant le désert à la recherche de la terre promise. L’emploi d’expressions telles que « peuple errant » pour désigner les Basques exilés ou les affirmations suivantes en attestent :

  • 44 Anayak, « In testimonium veritatis », n° 1 (15 janvier 1939), p. 1.

« La guerre nous a jetés hors de nos foyers et nous avons entrepris la route vers l’inconnu […] le Pays Basque est une terre sainte […] Nos sentiments d’admiration et de profonde tendresse se portent […] sur le sol rougi et brumeux de nos montagnes »44.

24Ce type de références s’inscrit dans une vision nationaliste qui décrit implicitement la guerre et l’exil comme la conséquence de l’agression d’une nation étrangère, l’Espagne.

  • 45 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, « Identité, représentations et paroles de vaincus : le journal Eusko (...)
  • 46 « Les Basques et le Pape », Anayak, n° 1 (15 janvier 1939), p. 12.

25Cette vision de la guerre reprise abondamment dans le journal Euzko Deya ou dans les discours du PNV45 traverse les diverses thématiques qu’aborde la revue. Ainsi, lorsqu’elle s’intéresse au gouvernement basque, elle le décrit comme une institution composée essentiellement – pour ne pas dire uniquement – de membres du PNV. On évite dès lors la délicate question de la collaboration entre le PNV et les forces du Front Populaire, lesquelles ont mauvaise presse chez la plupart des catholiques. La revue insiste parallèlement sur des éléments susceptibles de provoquer un mouvement de sympathie à son égard et de contredire la propagande franquiste. Premièrement, le catholicisme des autorités basques. Après avoir publié l'hommage de José Antonio Aguirre, président du gouvernement basque, à Pie XI le 21 décembre 193846 – hommage dont le titre révèle parfaitement ce que symbolise le gouvernement basque pour Anayak (« Les Basques et le Pape ») –, la revue analyse la politique des autorités basques. Elle rappelle à quel point les mesures du gouvernement de José Antonio Aguirre ont été essentielles à la protection de l'Église et au maintien d’un culte « authentique » dans l’Euskadi en guerre.

  • 47 Ibaseta, Jurki de, « Jugements », ibid., n° 4 (1er mars 1939), p. 6.

« Dans la zone républicaine, l’exercice du culte est suspendu depuis le début de la guerre civile. Ce n'est que dans le pays basque […sic…], comme collectivité, et, plus tard, dans la chapelle des Basques à Barcelone, qu'on a pu voir des manifestations de culte ; au contraire dans la zone fran­quiste, le culte a acquis une somptuosité et une solennité peu communes. [...] Tout ceci blesse la conscience et provoque un scepticisme profond et inquiétant »47.

26Deuxième élément sur lequel la revue insiste, leur combat pour la préservation de la légalité et de la démocratie au Pays basque.

  • 48 Zapola, Ibon de, « Rapatriement des réfugiés basques », ibid., n° 5 (15 mars 1939), pp. 4-5.

« En Euzkadi, la propriété, la religion et les droits de la personne furent respectés en tenant compte des restrictions qui s'imposaient à un État en guerre. Le seul fait regrettable que l’on ait à relever pendant la guerre que soutint le peuple basque fut, en janvier 1937, le massacre des prisonniers dans certaines prisons de Bilbao : ce massacre fut l’œuvre de certains éléments de la population civile exaspérés par un bombardement aérien des quartiers populaires de la ville. Le Gouvernement Basque, non seulement ne chercha pas à dissimuler ce forfait, mais le condamna publiquement, en punit les auteurs et en fit part aux représentants étrangers et aux journalistes. Les Basques protégèrent la vie des prisonniers qu’ils mirent en liberté aux heures tragiques de la chute de Bilbao »48.

27Anayak, de la sorte, différencie le Pays basque de l’Espagne républicaine et franquiste. L’Euskadi devient une entité différente, souveraine, comme en témoigne le fait que l’expression « gouvernement basque » n’est jamais accompagnée de ce qui la caractérise sur le plan administratif, soit le terme « autonome ». José Antonio Aguirre apparaît donc implicitement comme le président d'un pays indépendant, luttant seul pour la paix.

  • 49 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 8.

« […] en Espagne [...] seule, la voix du Président du Gouvernement Basque s'y éleva pour condamner le crime et défendre la valeur de la personne humaine »49.

28En quelques numéros, le Pays basque est mis au même plan que la France dans l'esprit des lecteurs. Ces deux pays se retrouvent dans leur respect pour la démocratie, la liberté et les droits de l'homme. Parallèlement, la revue souligne le sens des responsabilités des autorités basques. Soucieuses d'éviter de quelconques problèmes au pays d'accueil, elles subviennent aux besoins des exilés. L'économie française n'en subit donc pas les conséquences, élément censé apaiser les craintes de tous ceux qui s’inquiètent de l’impact économique de l’afflux de réfugiés en France. Ce discours est symptomatique de l’importance grandissante qu’acquiert la question du sort de la population au sein la revue. Néanmoins, si les conditions de vie des personnes vivant au Pays basque préoccupent Anayak, la situation des exilés constitue un thème central. Cet intérêt est marqué par la volonté de différencier les réfugiés basques de ceux provenant des autres territoires de la République et, au-delà, des Espagnols en général. Cela se manifeste par la publication d’articles abordant trois périodes précises : la République, la guerre civile et l'exil. Chaque période est analysée sous l’angle des prétendues différences d'état d'esprit et de comportement existant entre les Basques et les Espagnols. Durant la République, le Basque se distingue par sa conscience politique, alors que l’Espagnol semble incapable de vivre en société :

  • 50 Anayak., « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), pp. 7 (...)

« […] le caractère espagnol, toujours extrémiste, […] préférait lutter que discuter, tuer que convaincre. […] L'opinion publique espagnole, ou du moins une immense partie de cette opinion, n'avait pas une conscience politique véritablement formée. [...] Au contraire, en Pays Basque, la vie publique suivit une trajectoire plus régulière, moins sujette à ces convulsions, plus consciente et d'un niveau de culture plus élevé. Le peuple Basque vivait dans le progrès, le bien-être matériel et la foi religieuse »50.

29Lors de la guerre civile, les Basques sont victimes d'un conflit qui ne concerne que les Espagnols.

  • 51 Ibid., p. 4

« Cette guerre, nous ne l'avons pas vou­lue, nous ne l'avons pas encouragée. Nous y avons été précipités et nous l'avons subie »51.

30Dans l'exil, les Basques, contrairement aux autres, ont un comportement exemplaire qui rassure les Français, alors qu’il faut se méfier des réfugiés espagnols :

  • 52 Zapola, Ibon de, « Rapatriement des réfugiés basques », ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 5.

« Les autorités françaises, elles-mêmes, ont su apprécier les hautes qualités du peuple basque, elles ont su le distinguer de l'émigration composite et parfois suspecte qui a récemment passé les Pyrénées »52.

31Ainsi, aux yeux du lecteur, les Basques deviennent plus proches, plus « civilisés ». Les Espagnols, « barbares » s'il en est, sont relégués au stade de peuplade primitive. Quant aux « hordes misérables et affamées » des exilés républicains, elles ne peuvent être comparées à ce peuple d'élites que de nombreux pays se disputen :

  • 53 Ibid.

« Beaucoup de Basques, médecins, ingénieurs, avocats, etc., ont déjà obtenu des situations importantes dans divers pays d'Amérique. Quelques Républiques sud-américaines ont offert aux autorités basques de collaborer avec elles pour une politique d'émigration des Basques sur une grande échelle »53.

  • 54 Ibid.

32L'exil se scinde en deux groupes totalement distincts. Il s'agit pour Anayak d'instaurer une vision manichéenne, l’enjeu étant que la fin du conflit espagnol n'implique pas un règlement injuste du sort des Basques exilés. Elle craint en particulier que des pays comme la France, après avoir reconnu le régime franquiste, n'envisagent d'expulser les réfugiés, parmi lesquels les prêtres54. A travers ce discours, Anayak tente donc de mobiliser l’opinion et de faire pression sur les gouvernements.

33Au vu des objectifs poursuivis, on peut se demander dans quelle mesure ce dispositif et cette représentation des Basques joue sur la perception des prêtres exilés. Le processus de dissociation entre Espagnols et Basques, entre gouvernement républicain et autorités basques, constitue le pendant de la démarche visant à réinsérer les ecclésiastiques exilés dans cette globalité que constitue le clergé basque. On pourrait penser que l’on est face à des dynamiques antithétiques, aux objectifs différents. Elles sont pourtant complémentaires, voire similaires. La description du « clergé basque », à l’instar de celle du peuple et du gouvernement basques, occulte les clivages, cloisonne et unifie. Les prêtres exilés se différencient du clergé espagnol par leurs pratiques, leur humanité et leur proximité envers la population. On extrait également le clergé basque de l’Eglise espagnole, incapable jusqu’à la guerre de faire face à la crise religieuse que traverse le pays.

  • 55 Anayak., « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), pp. 6 (...)

« […] les églises dans bien des régions, restaient désertes […] et la religion n’était plus que lettre morte pour le plus grand nombre. […] le nombre des prêtres était chaque jour plus insuffisant, de même que leur culture ; le clergé trainait, en général, une vie de pauvreté qui l’empêchait, tant dans les séminaires que dans l’exercice de ses fonctions, d’atteindre un niveau de culture et une formation répondant à la gravité des circonstances ; son prestige diminuait, son autorité s’affaiblissait et, en général, le peuple délaissait les pratiques religieuses. […] Au contraire, en pays basque […] le clergé vivait près du peuple, bien considéré et très respecté de celui-ci ; la vie religieuse avait redoublé de ferveur depuis les lois vexatoires et antireligieuses de la République. »55

  • 56 S.A., Le Clergé Basque. Rapports présentés par des prêtres basques aux autorités ecclésiastiques, P (...)

34On retrouve ce mouvement de séparation-recomposition dans les représentations qu’Anayak propose des Basques et du gouvernement autonome. Cela s’explique par le fait que ce mouvement est au cœur du vaste reformatage des représentations de l’exil basque qu’entreprennent les formations politiques, groupes et personnalités religieuses et laïques proches du nationalisme basque, réfugiés en Europe et sur le continent américain. La consolidation d’une vision monolithique du clergé basque – composée de prêtres acquis au nationalisme basque, victimes d’une violence étrangère à la société où ils exercent et unis, par la souffrance et l’exil, à leur peuple et à leur guide, José Antonio Aguirre – découle de cette politique. Anayak participe à cette construction malgré sa courte durée de vie, car jamais auparavant la dissidence politique et identitaire au sein de l’Eglise espagnole ne s’était manifestée si ouvertement. Anayak constitue donc un précédent important, qui inspirera les prêtres basques qui s’opposeront au franquisme dès les années 1950. De fait, au cours de cette période, la contestation cléricale ressurgira sous la forme de périodiques – Egiz et Egi Billa entre autres – distribués clandestinement au Pays basque. Dans ces deux périodiques, les prêtres opposés à la dictature reprendront l’image du clergé basque et s’inscriront dans la même dynamique globalisante que propose Anayak en 1939. Cela dit, il existe une différence de taille. Les prêtres publiant dans Egiz et Egi Billa n’auront pas à lutter pour imposer l’emploi de cette notion. Grâce à l’action d’Anayak ou d’ouvrages comme Le clergé basque (1938)56, l’idée que la contestation et la répression s’inscrit dans l’histoire et l’identité de l’Eglise au Pays basque s’est naturalisée. Dans les années cinquante, elle est enracinée dans l’imaginaire de la communauté catholique et des antifascistes, au point qu’elle se perpétue encore de nos jours.

Haut de page

Notes

1 Voir de ce point de vue l’article suivant : Barroso Arahuetes, Anabella, « Iglesia vasca, una Iglesia de vencedores y vencidos. La represión del clero vasco durante el franquismo », Ayer, n° 43 (2001), pp. 87-110.

2 L’usage abusif de l’expression « clergé basque » concerne tant les publications de type mémoriel que les analyses scientifiques, même si ces dernières années le terme commence à faire l’objet d’une réflexion quant à son emploi. Ces deux articles sont particulièrement révélateurs de ce phénomène : Ferreiro Currás, Anxo, « El clero vasco y la Guerra Civil », Hermes, n° 52 (2016), pp. 62-72 ; De Carli, Romina, « El “caso Múgica” y la persecusión del clero nacionalista vasco durante la guerra civil española: el punto de vista —contradictorio— de la jerarquía eclesiástica », Historia Actual Online, n° 43 - 2 (2017).

3 Barroso Arahuetes, Anabella, op. cit., pp. 91-96.

4 Ibid., p. 100.

5 Cf. Alvarez Gila, Oscar, « Clero vasco y nacionalismo: del exilio al liderazgo de la emigración (1900-1940) », Prohistoria, n° 3 (1999), pp. 166-168.

6 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, « Identité, représentations et paroles de vaincus : le journal Eusko Deya et la propagande nationaliste basque en France », Paroles de vainqueurs et paroles de vaincus : réécritures et révisions, Feith, Michel et Martinez Vasseur, Pilar (ed.), Nantes, Crini, 2011, pp. 40-55.

7 Le seul évêque qui se démarque de ce point de vue est Matéo Múgica Urrestarazu qui dirige le diocèse de Vitoria de 1928 à 1937. C’est l’une des raisons pour lesquelles, pendant la guerre civile, les militaires insurgés le considèrent comme un obstacle pour la reprise en main du diocèse. En octobre 1936, le Vatican l’invite à quitter Vitoria et à s’installer à Rome. Cf. Martínez Sánchez, Santiago, Los papeles perdidos del cardenal Segura, 1880-1957, EUNSA, Pamplona, 2004 ; De Carli, Romina, op. cit., pp. 91-103.

8 Cf. Martínez Sánchez, Santiago, « Mons. Antoniutti y el clero nacionalista vasco (julio-octubre 1937) », Sancho el Sabio, n° 27 (2007), p. 45.

9 Cf. Badiola Ariztimuño, Ascensión, La represión franquista en el País Vasco. Cárceles, campos de concentración y batallones de trabajadores en el comienzo de la posguerra, thèse doctorale, UNED, 2015.

10 Rojo Hernandez, Severiano, Eglise et société. Le clergé paroissial de Bilbao de la République au franquisme (1931-années 50), Paris, L'Harmattan, 2000, pp. 160-161.

11 Martinez Sanchez, Santiago, op. cit., p. 63.

12 Rojo Hernandez, Severiano, Eglise et société…, op. cit.

13 Cf. ROJO HERNANDEZ, Severiano, « Guernica : les presses basque et française face au bombardement », El Argonauta Español, n° 1 (janvier 2004). URL : http://journals.openedition.org/argonauta/1134 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.1134

14 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 10.

Cf. Archivo del Ministerio de Asuntos exteriores, Caja R. 3149, Carp. 2, Documentos y despachos de París sobre varios asuntos (actividades de los vascos en Francia), 1939 ; Caja R. 3459, Carp. 28, Clero español separatista y clero desafecto al régimen, campañas de prensa, viajes, actividades, 1938-1947 ; Caja R. 3461, Carp. 33, Viajes de personalidades españolas a Roma, 1938-1939.

Cf. Archivo Historico Militar, (Madrid), Armario 46, Rollo 262/2, Leg. 58, Carp. 4, Clero vasco. Relación que presentó al Vaticano el Obispo de Vitoria Sr. Múgica en orden a los sucesos de España. Oct. 36. Escritos sobre la creación del cuerpo de capellanes del Ejército Vasco. 1936-1937. Copias de cartas y notas sobre la cuestión informativa religiosa. 1936-40 ; Rollo 262/2, Leg. 58, Carp. 6, Clero vasco. Correspondencia informes y entrevistas del canónigo Alberto de Onaindía. 1938-40 ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp. 4, Clero vasco. Copias de informes y cartas sobre el aspecto religioso de la guerra civil. 1937-1938 y sin fecha ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp. 5, Copias de escritos e informes presentados al Vaticano sobre la cuestión del clero vasco. 1937-1938 y sin fecha ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp. 6, Copias de notas e informes presentados al Vaticano sobre la cuestión religiosa y del clero vasco. 1938 ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp.8, Clero vasco. Correspondencia y entrevistas del Gobierno de Euzkadi con el Cardenal Verdier para la mediación con el Vaticano sobre la paz de España. 1937-1939 y sin fecha. Correspondencia del Obispo Múgica de la diócesis de Vitoria. 1937-1939 y sin fecha ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp.9, Clero vasco. Copias de telegramas de Aguirre al Cardenal Pacelli sobre el uso del vascuence en la predicación. Marzo 1938. Labor espiritual del carmelo de Begoña. Abril de 1938. Datos numéricos sobre la persecución en Euzkadi. Abril de 1938 ; Rollo 262/2, Leg. 59, Carp.11, Copia del reportaje redactado en francés para el Cardenal Pacelli sobre la persecución contra el clero vasco. Diciembre de 1938.

15 Onaindía, Alberto, Ayer como hoy, Saint-Jean-de-Luz, Axular, 1975, p. 30.

16 Anayak, « In testimonium veritatis », n° 1 (15 janvier 1939), p. 1.

17 « Questionnaire pour les prêtres basques réfugiés en pays étrangers », Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 33.

18 Ibid., p. 3.

19 Larraun, Asuri de, « Au-dessus des partis », Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 19.

20 Ibid., pp. 1-2.

21 Onaindía, Alberto, « Sa Sainteté le Pape Pie XII », Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 3.

22 Ibid.

23 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix !...», op. cit., p. 2 ; Cf. Azpiazu, Iñaki de, « Face à l’avenir. L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1er février 1939), p. 6.

24 Ibaseta, Jurki de, « Jugements », Ibid., n° 4 (1er mars 1939), p. 5.

25 Anayak, « Ils crient : Paix, Paix !...», op. cit., p. 6.

26 Ibid., « Echos de l’exil. Ascain », n° 2 (1er février 1939), p. 16.

27 Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 20.

28 Ibid., n° 1 (15 janvier 1939), p. 16.

29 Ibid., n° 2 (1er février 1939), p. 10 ; « Les prêtres basques chez Franco », n° 6-7 (1-15 avril 1939), pp. 28-31.

30 Ibid., n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 11.

31 Larraun, Asuri de, « Au-dessus des partis », Ibid., n° 6-7, 1-15 avril 1939, p. 18.

32 Anayak, « La culture basque au séminaire de Vitoria », n° 4, 1er mars 1939, p. 10.

33 Ibid., « Les ouvriers chrétiens basques », n° 5, 15 mars 1939, p. 13.

34 Ibid., « Ils crient : Paix, Paix ! … », op. cit., p. 11.

35 Ibid., p. 10.

36 Ibid., « Section documentaire. Hitler et le clergé allemand », n° 4 (1er mars 1939), p. 20.

37 Anayak, n° 1 (15 janvier 39), p. 3.

38 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 6.

39 Onaindía, Alberto, « Sa sainteté le pape Pie XII », Ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 3.

40 Cf. Barruso Bares, Pedro, « De los tribunales populares a las comisiones depuradoras. violencia y represión en Guipúzcoa durante la guerra civil y el primer franquismo (1936-1945) », Pasado y Memoria. Revista de Historia Contemporánea, n° 4 (2005), pp. 49-64.

41 Anayak, « Lettres collectives », n° 3 (15 février 1939), pp. 5.6.

42 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 9.

43 Cf. Eguizale, Ibon de, Un homme, un clergé, un peuple. Euzkadi (Pays basque), Paris, H.-G. Peyre, 1938.

44 Anayak, « In testimonium veritatis », n° 1 (15 janvier 1939), p. 1.

45 Cf. Rojo Hernandez, Severiano, « Identité, représentations et paroles de vaincus : le journal Eusko Deya… », op.cit.

46 « Les Basques et le Pape », Anayak, n° 1 (15 janvier 1939), p. 12.

47 Ibaseta, Jurki de, « Jugements », ibid., n° 4 (1er mars 1939), p. 6.

48 Zapola, Ibon de, « Rapatriement des réfugiés basques », ibid., n° 5 (15 mars 1939), pp. 4-5.

49 Azpiazu, Iñaki de, « L’après guerre et les prêtres basques », Ibid., n° 2 (1 février 1939), p. 8.

50 Anayak., « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), pp. 7-8.

51 Ibid., p. 4

52 Zapola, Ibon de, « Rapatriement des réfugiés basques », ibid., n° 5 (15 mars 1939), p. 5.

53 Ibid.

54 Ibid.

55 Anayak., « Ils crient : Paix, Paix ! et il n’y avait pas de paix », n° 6-7 (1-15 avril 1939), pp. 6-8.

56 S.A., Le Clergé Basque. Rapports présentés par des prêtres basques aux autorités ecclésiastiques, Paris, H. G. Peyre, 1938.

Haut de page

Table des illustrations

Légende « Questionnaire pour les prêtres basques réfugiés en pays étrangers », Anayak, n° 6-7 (1-15 avril 1939), p. 33.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4598/img-1.png
Fichier image/png, 405k
Légende « Adresses des prêtres basques exilés en Belgique », Anayak, n° 1 (15 janvier 1939), p. 16.
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4598/img-2.png
Fichier image/png, 463k
Légende Anayak, « Les prêtres basques chez Franco », n° 6-7, 1-15 avril 1939, pp. 28-31 
URL http://journals.openedition.org/argonauta/docannexe/image/4598/img-3.png
Fichier image/png, 370k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « Presse et construction identitaire : l’exemple du « clergé basque » et de la revue Anayak »El Argonauta español [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/4598 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.4598

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMMe, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search