Navigation – Plan du site

AccueilNuméros17Livraison juin: VariaLes débuts de la révolte catalane...

Livraison juin: Varia

Les débuts de la révolte catalane de 1640 au miroir du Mercure François

Virginie Cerdeira

Résumés

La Catalogne se sépare de l’Espagne en 1640, initiant ainsi une guerre de plusieurs années entre les deux territoires. Cette sécession se fait dans le contexte plus général de l’affrontement des royaumes de France et d’Espagne, en guerre ouverte depuis 1635. Elle donne lieu à la contraction d’une alliance entre la France et la Catalogne en 1640. Cette dernière va jusqu’au transfert de souveraineté sur la Catalogne de Philippe IV à Louis XIII. Le Mercure François, recueil périodique fondé à Paris depuis 1611, revient sur les premiers mois de cette crise dans son volume paru en 1646. Il se sert des difficultés espagnoles afin de construire un discours favorable au royaume de France. Ce faisant, il donne à voir un royaume de France plus solide que son adversaire. Il délivre le message de l’importance de la conservation du pacte franco-catalan, à l’heure où celui-ci est remis en question. Le message est aussi celui de la pertinence de la poursuite de la guerre contre une Espagne affaiblie. Le décalage temporel entre les événements et leur publication sert donc, ici, la communication politique du recueil.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vingt-troisiesme tome du Mercure François ou Suitte de l’Histoire de Nostre Temps, sous le regne au (...)

« La principauté de Catalogne estoit un des fleurons de la Royale Couronne d’Espagne, neantmoins ayant receu du Roi Catholique un traitement qu’elle ne croyoit pas avoir mérité, elle secoua le joug de son obeissance & par ce moyen, diminuant la grandeur d’Espagne, donna de l’accroissement à la France, qu’elle recognoist aujourd’huy & dont elle veut dependre souverainement. Ce changement ne s’est fait que par des mouvemens tres-justes : mais parce que ceux qui l’ont appris en ont ignoré le sujet, je seray bien aise de les rendre sçavans d’une chose qu’ils desirent peut-être avec passion »1.

  • 2 À ce propos, voir CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre », in CRONIER, Emmanuel (...)

1C’est par ce paragraphe que le Mercure François introduit le récit de la « Révolte de la Catalogne », tel qu’il est désigné en marge de la page 633 du vingt-troisième volume de la collection consacré aux événements de l’année 1640. Ce texte introductif identifie un jeu de vases communicants entre les puissances espagnole et française, reprenant ainsi une théorie politique développée plus en amont dans la collection2. Il contient, à lui seul, la façon dont le Mercure François s’apprête à faire état de la séparation catalane à savoir en mettant son récit au service du royaume de France, en guerre ouverte contre son voisin espagnol depuis 1635. Il s’agit, pour ce faire, d’insister sur les faiblesses espagnoles.

  • 3 Voir par exemple SCHAUB, Jean-Frédéric, « La crise hispanique de 1640. Le modèle des “révolutions p (...)
  • 4 Il s’agit des volumes 23 à 25 du Mercure François respectivement publiés entre 1646 et 1648.
  • 5 Dans ce décompte, nous nous sommes concentrée sur les difficultés de l’Espagne en Catalogne, Roussi (...)
  • 6 SCHAUB, Jean-Frédéric, « La crise hispanique de 1640… », art. cit., p. 220 ou encore HUGON Alain, L (...)
  • 7 Sur les relaciones de sucesos voir par exemple PENA SUEIRO, Nieves, « Estado de la cuestion sobre e (...)
  • 8 Voir par exemple ETTINGHAUSEN, Henry, «The Golden Age of the Single Event Printed Newsletter : Rela (...)

2La décennie 1640 est particulièrement agitée pour le royaume d’Espagne, qui connaît une série de troubles. Concomitamment à la guerre qui l’oppose ouvertement au royaume de France depuis 1635, l’Espagne doit ainsi affronter les émeutes d’Evora en 1637, la sécession du Portugal et de la Catalogne en 1640, la chute du comte-duc Olivarès en 1643 ou encore la révolte de Naples en 16473. Dans ses derniers volumes, le Mercure François revient sur les difficultés espagnoles entre les années 1640 et 16444. Il leur réserve même une large part puisque sur 2 352 pages consacrées aux événements des années 1640 à 1644, 606 se proposent de relater les « Affaires de Catalogne » ou de « Portugal5 ». Cette forte présence ibérique reflète, d’une certaine manière, l’inflation de la production imprimée ayant accompagné la sécession du Portugal comme de la Catalogne6. On observe ainsi une importante augmentation de la publication de relaciones de sucesos – l’équivalent espagnol des occasionnels – au moment de la révolte catalane, revêtant parfois un caractère polémique au point que l’on a pu parler de « guerre de papiers »7. La hausse de la production imprimée est particulièrement observable à Barcelone comme le rappelle par exemple Henry Ettinghausen8.

  • 9 À propos du Mercure François, voir par exemple CERDEIRA, Virginie, « Écrire le passé en compilant l (...)

3Pour sa part, le Mercure François revient sur les événements avec le retard qui le caractérise. En effet, il s’agit d’une collection de vingt-cinq volumes imprimés et commercialisés à Paris entre 1611 et 1648. Il rapporte, sous la forme d’une compilation de textes ayant souvent déjà été publiés par le passé, les événements politiques européens s’étant déroulés entre 1605 et 1644. La fréquence de publication du Mercure François la plus régulière est annuelle entre 1619 et 1637 (soit entre les sixième et vingtième volumes). Elle est plus fluctuante en dehors de cette période. Cela engendre un décalage pouvant aller de plusieurs mois à plusieurs années entre le déroulement des événements et le moment où ces derniers sont publiés dans les pages de l’ouvrage. Ainsi, si les trois derniers volumes de la collection retrouvent une périodicité annuelle (ils paraissent respectivement en 1646, 1647 et 1648), ils introduisent aussi un décalage temporel important entre les événements relatés et leur publication9. Le volume 23 de la collection revient sur les années 1639 et 1640, le volume 24 aborde les événements des années 1641 à 1643 et le dernier volume de la collection, publié en 1648 est consacré aux événements des années 1643 à 1644. Les premiers événements de la Guerre des moissonneurs qui marque les débuts du soulèvement catalan face à Madrid à partir du mois de juin 1640 sont donc publiés en 1646 par le Mercure François.

  • 10 Au XIXe siècle, le père Louis Dedouvres publie un ouvrage dans lequel il affirme que le Mercure Fra (...)
  • 11 Sur ce point, voir par exemple CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre… », art. c (...)
  • 12 Ainsi, le vingt-deuxième volume du Mercure François publié en 1641 s’ouvre sur une « épître au lect (...)

4Les enjeux politiques de la publication de ces événements par le Mercure François sont réels puisqu’en 1640 comme en 1646 les royaumes d’Espagne et de France sont encore en guerre. De plus, si la réputation du Mercure François d’être un organe central de la communication officielle de la monarchie est largement exagérée, il n’en demeure pas moins que la compilation est fidèle à l’État monarchique depuis la publication de ses premiers volumes en 161110. Ses fondateurs, les frères Jean et Estienne Richer, sont, en effet, sincèrement attachés à l’État royal et le Mercure François est un média qui supporte invariablement la politique de l’État monarchique français en s’adaptant à celle-ci au gré de ses éventuels changements11. Il faut ajouter à cela qu’au moment de revenir sur les événements catalans, Théophraste Renaudot a pris la place des Richer à la tête du Mercure François12. L’allégeance de ce dernier au personnel gouvernemental, en particulier au cardinal de Richelieu, est bien plus marquée que celle de ses prédécesseurs. Sans surprise, on peut affirmer que la communication politique et la propagande prennent une part importante dans les pages du Mercure François au moment de publier le récit de la révolte catalane. Reste à explorer les voies empruntées par le recueil afin de mettre les faiblesses espagnoles au service de la communication politique du royaume de France.

5Nous nous proposons d’isoler une séquence chronologique aux débuts de la Guerre des moissonneurs et d’analyser la façon dont sont publiés les premiers temps de la révolte catalane par le Mercure François entre le Corpus de sang du 7 juin 1640 et la nomination du maréchal de Brézé comme vice-roi de Catalogne au mois d’octobre 1641. Le texte du Mercure aborde les causes du soulèvement catalan et construit un texte favorable au royaume de France en insistant sur la pertinence et les succès de l’alliance entre la France et la Catalogne.

Le « sujet de la révolte des Catalans »13

Le pactisme catalan et les conséquences de sa mise à mal

  • 14 Voir sur ce point LEDROIT, Mathias, « L’auto-libération des Barcelonais : mythe fondateur du pactis (...)
  • 15 SALA, Gaspar, Sermó Chronologic del Illustre Martyr y Patro inclyt de Catalunya Sant Jordi, Barcelo (...)
  • 16 «En síntesis se puede afirmar que la bibliografía catalana es una denuncia de los atentados cometid (...)

6Mathias Ledroit rappelle le succès du mythe de l’auto-libération de Barcelone auprès des historiens catalans du premier XVIIe siècle14. On en trouve le récit dans un poème de 1588 signé par Francesc Calça intitulé De Catalonia. L’auteur décrit la manière dont les chrétiens barcelonais lassés de la domination maure se seraient placés volontairement sous la protection de Charlemagne. Cet acte d’auto-libération est considéré comme fondateur et à l’origine de tous les privilèges accordés par les empereurs francs à la Catalogne. De cet épisode, dont on n’a pas conservé de source tangible, découle le pactisme catalan. La province se serait ensuite placée sous la protection du roi d’Espagne. Prince et sujets seraient liés à ce pacte sans possibilité de le défaire unilatéralement comme l’indique par exemple Gaspar Sala15. Au moment de la rupture entre la Catalogne et la Castille, ce dernier participe à l’élaboration de l’argumentation favorable à la sécession de la principauté. Pour ce faire, il s’appuie notamment sur le mythe de l’auto-libération de Barcelone et indique que le non-respect des privilèges catalans par le roi de Castille équivaudrait à un acte de tyrannie susceptible de justifier une révolte. Les infractions au pacte autoriseraient le transfert d’une souveraineté à une autre par le peuple catalan, comme cela se passe en 1641 lorsque Louis XIII est nommé comte de Barcelone. Le récit du Mercure François ne fait jamais de référence explicite au mythe du pacte d’auto-libération. Il suggère seulement en filigrane l’argumentation construite autour, non pas du pacte entre la Catalogne et le pouvoir central, mais de sa rupture et des conséquences de celles-ci. Le Mercure adopte ainsi le point de vue catalan afin de le dépasser et légitimer le rôle de protection joué par le royaume de France. En 1980, Antoni Simón I Tarrés propose un état historiographique de la révolte catalane. Son texte est organisé chronologiquement. L’auteur examine en premier lieu l’historiographie du XVIIe siècle. On note à cette occasion que l’interprétation du Mercure François rejoint largement les positions des contemporains catalans sur la question afin d’affirmer la légitimité française16. Il présente un peuple catalan toujours obéissant mais finalement contraint à une révolte légale par la tyrannie espagnole, et donc par cette rupture du pacte de la part de la couronne.

Face à la tyrannie espagnole : l’insoutenable obéissance catalane

7La rhétorique développée par le Mercure François aux débuts de la révolte insiste particulièrement sur l’obéissance catalane et sur la volonté tenace des sujets catalans, d’une part, d’éviter la prise d’armes et d’autre part, de manifester leur loyauté à l’État espagnol en dépit des manquements de ce dernier. Le recueil s’attache à présenter dans un paragraphe liminaire le « Sujet de la révolte des catalans » comme cela est annoncé en marge :

  • 17 Mercure François…, op. cit., vol. XXIII, 1646, p. 634 (pour l’année 1640).

« Les Catalans voyans que l’on ne s’arrestoit plus à leurs privileges, que leurs statuts estoient tous les jours violez ; qu’ils devenoient esclaves, au lieu d’estre conservez dans leurs anciennes libertez : qu’ils n’avoient des biens que pour rassasier l’avarice de quelques-uns dont ils estoient tyrannisez : que leurs Eglises estoient ordinairement profanées par l’insolence des Soldats lesquels s’attaquoient mesme au S. Sacrement de l’Autel ; ils envoyerent leurs plaintes au Roy Catholique pour demander à Sa Majesté raison des outrages qu’ils recevoient en leurs personnes, biens & honneurs : mais ayans cogneu que leurs doleances avoient suscité de nouvelles rages contre eux ; que les Ministres d’Estat augmentoient leur mal par de nouveaux logemens de gens de guerre ; qu’ils appuyoient la meschanceté des soldats, excusoient leurs sacrileges, recompensoient leurs attentats, permettoient le violement des filles & des femmes, l’emprisonnement des Ecclesiastiques & des Gentilshommes ; qu’on se mocquoit de leurs remonstrances ; qu’apres tout, on les menaçoit d’un chastiment rude & severe, comme s’ils eussent esté criminels d’avoir demandé la justice au Roy, ils resolurent de se faire entendre par le bruit de leurs armes, & secoüer un joug qu’ils jugeoient avec raison ne devoir finir qu’avec les siecles »17.

  • 18 On trouve le terme de prudence dans le récit. Voir ibidem., p. 635. Il ne s’agit d’un terme anodin (...)
  • 19 « En fin la commune opinion estant, Que le Roy Catholique n’avoit pas esté informé des excez lesque (...)
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

8Après cette présentation, le Mercure revient sur les démarches engagées par les Catalans avant de se trouver contraints à avoir recours aux armes, en dernière extrémité. Il est possible de les suivre à l’aide des notes marginales proposées par la compilation. Ainsi, le Mercure François décrit des Catalans obéissants, respectueux de l’autorité royale et soucieux de se conformer à la légalité dans le refus d’être à l’origine de la rupture du pacte les liant au roi d’Espagne. Des experts sont mis à contribution afin de prendre conseil et d’agir avec « prudence »18. On apprend ainsi que les « Estats de la Catalogne [ont été] convoquez à Barcelonne », puis que la « Deputation [a] demand[é] conseil » avant de prendre la résolution d’envoyer les plaintes des Catalans à un roi sans doute peu au fait des exactions subies par les populations de sa principauté19. Ils accompagnent ces plaintes d’une autre lettre « pleine de soumissions & qui tesmoignoit un puissant desir de la paix »20. Mais, face à la vanité de cette démarche, « Les Catalans envoyent une proclamation à tous les Potentats de la Chrestienté »21. Cette décision est la première dans le processus de soulèvement de la Catalogne, même si le Mercure présente des préparatifs militaires réalisés à contre cœur comme l’indique l’usage de propositions restrictives :

  • 22 Ibid., pp. 636-637.

« […] ils […] commencerent cependant à enrooller de l’infanterie, sans le vouloir pourtant mettre en campagne, assignerent des places d’armes, sans les garnir de provisions, & mirent ordre à jetter quelques vivres dans les places mais lentement : De sorte qu’ils tesmoignoient encor du respect au Roy Catholique, sur l’esperance que ses Ministres le porteroient à leur donner quelque sorte de contentement, pour ne point hazarder une clef d’Espagne »22.

9Malgré les exactions espagnoles commises en Roussillon et dans la ville de Tortosa, tombée aux mains des Espagnols, les Catalans s’interrogent encore sur la légalité d’une opposition armée :

  • 23 Ibid., pp. 637-638.

« Les Catalans marchoient d’un pas bien plus timide ; ils avoient esté chargez d’injures, le soldat s’estoit enrichy de leurs biens, ils se voyoient à la veille d’avoir sur les bras une armée par laquelle ils estoient menacez d’une entiere desolation, neantmoins ils n’osoient armer, & tout autant de fois que leur ressentiment les portoit à repousser par la force les outrages qu’on leur vouloit faire, la conscience les retenoit, & leur faisoit craindre qu’il n’y eust un crime à s’opposer aux armes du Roy »23.

  • 24 On trouve à ce moment du récit la note marginale suivante : « Assemblée de Théologiens Catalans, po (...)
  • 25 Les manquements de l’État espagnol vis-à-vis de la Catalogne sont d’ailleurs explicitement mentionn (...)

10Le Mercure François propose ainsi un récit plein de discrètes interprétations et de véritables commentaires politiques. Les tergiversations catalanes mentionnées par le recueil révèlent la crainte de contrevenir au pacte noué avec le royaume d’Espagne. Elles sont mises au service d’une rhétorique décrivant un peuple catalan ayant toute la légitimité nécessaire pour se révolter en raison de la tyrannie exercée sur lui par le pouvoir royal, mais hésitant à le faire. La décision est alors prise de s’en remettre à un collège d’experts, des théologiens, qui actent de la légalité de la rupture24. Ce sont bien les manquements de l’État espagnol à préserver les privilèges et libertés catalanes qui légitiment le soulèvement de la principauté. Autrement dit, la couronne d’Espagne se rend coupable de tyrannie vis-à-vis du peuple catalan et le soulèvement de ce dernier est rendu à la fois légal et inéluctable. Le champ lexical de la tyrannie et de la culpabilité autour des actions espagnoles accompagne d’ailleurs celui de l’obéissance et du respect de la légalité utilisé à propos des Catalans25.

  • 26 Sur cet épisode voir notamment CERDEIRA, Virginie, Médias et raison d’État. Le Mercure François sou (...)

11Le Mercure François prend donc ici ouvertement parti pour le peuple catalan en soulignant l’attachement de ce dernier au royaume d’Espagne. Mais il le fait aussi en renversant des arguments déjà utilisés dans le recueil. En effet, on retrouve la question de l’obéissance et la désobéissance à l’État dans le contexte français des guerres de Religion. Lors de la reprise des conflits interconfessionnels dans le sud du royaume de France dans les années 1620, les protestants accusent le gouvernement royal de manquer aux engagements pris au moment de la signature de l’Édit de Nantes en 1598. Ils considèrent que le gouvernement monarchique commet de nombreuses infractions à l’Édit de Nantes uniquement en raison de leur confession religieuse. Le gouvernement français répond qu’il punit non pas l’appartenance religieuse mais la volonté de certains protestants de désobéir à l’État, notamment au moment de la réunion d’une Assemblée des Églises réformées de France à la Rochelle entre 1621 et 1622, interdite par le gouvernement. Afin de revenir sur cet épisode, le Mercure François utilise la polémique ayant opposé deux protestants. L’un d’eux récuse l’initiative de certains de ses coreligionnaires de s’être rassemblés malgré l’interdiction royale et insiste sur son attachement à l’État et sur le danger de la désobéissance. Le récit est conduit de telle façon par le Mercure François qu’il donne raison au protestant loyal envers le royaume de France. La division protestante est ici utilisée par le recueil afin de condamner toute rébellion et toute désobéissance26. Or, le royaume d’Espagne utilise finalement exactement la même argumentation à l’endroit des Catalans. Après avoir soutenu une telle logique argumentative dans le contexte des affrontements interconfessionnels dans les années 1620, le Mercure François la dénonce au contraire dans le cadre de la révolte catalane des années 1640. À l’occasion des négociations entre Catalans et Français, le Mercure accuse même l’Espagne d’avoir finalement procédé à une grossière manipulation politique, confinant à la mauvaise foi si ce n’est au mensonge:

  • 27 Ibid., vol. XXIII, 1646, pp. 649-650 (pour l’année 1640).

« Cette negociation n’estant pas ignorée des Ministres du Conseil Souverain d’Espagne, ils firent declarer rebelles tous les Catalans, afin de se servir en temps & lieu de cette declaration pour leur chastiment ; neantmoins ne jugeans pas qu’il fust temps de la publier, d’autant que la seule opinion qu’on en avoit eüe avoit desia chocqué l’affection de plusieurs personnes, ils firent faire une autre ordonnance pour couvrir les mauvais desseins, tromper les credules, & leur faire tomber les armes des mains : car apres avoir ordonné à tous les Catalans qui se rencontroient alors en Castille, de s’enrooler & suivre l’Armée, laquelle ne devvoit marcher à autre dessein, que pour remettre en Catalogne la liberté de la Justice, que la faction de quelques seditieux avoit opprimée, elle loüoit les Catalans en general comme fort zelez au service de la Couronne, & qui n’avoient jamais branslé dans la fidelité qu’ils avoient jurée à leurs Souverains. L’artifice passa plus avant, le Marquis de Loz-Velez estably General de l’Armée que l’on mettoit sur pieds pour la ruine de la Catalogne, fut encor nommé Lieutenant de cette Principauté, & envoya ses despeches à Barcelonne, comme si l’Arméee qui estoit alors à Tortose, Fraga, & Tamarit de Littera, n’eut pas esté levée pour attaquer cette capitale ville de la Province. Les Catalans aussi qui voyoient clair au travers de la feinte, ne s’arresterent pas beaucoup à ces lettres […] »27.

12Non seulement le Mercure François considère-t-il le soulèvement comme légal, mais, en outre, il accuse le gouvernement espagnol de chercher à diviser le peuple catalan pour mieux régner. Autrement dit, il reproche au gouvernement espagnol de reproduire la stratégie employée par la monarchie française face aux protestants ; alors qu’il avait étayé cette dernière et l’avait même consolidée par la mise en texte adoptée dans les années 1620. On peut y voir une forme d’usage d’une culture politique du recueil n’interdisant pas une relecture de l’éventail argumentatif à disposition. Le Mercure François dénonce ici explicitement les fausses accusations du gouvernement madrilène pour qui les Catalans sont des rebelles. Sa démonstration est soutenue par la suite du récit des événements puisque, d’après le Mercure, en dépit de l’exacerbation des tensions et, mêmes des tous premiers combats qui ont eu lieu sur mer, en dépit de la négociation engagée entre les Catalans et les Français, et des exactions espagnoles, les Catalans continuent à manifester leur obéissance au roi d’Espagne :

  • 28 Ibid., pp. 652-653.

« En effet les preparatifs de guerre estoient grands, tant du costé du Roy Catholique que des Catalans, n’estoient elle n’estoit pas si bien declarée, que ceux-cy ne rendissent encor des tesmoignagnes de leur servitude envers la Couronne d’Espagne : pour une preuve de ce que je dis ; les Eschevins ayans esté faits dans Barcelonne le jour S. André, & la coustume estant d’en demander au Roy la confirmation, ceux de la ville envoyerent pour ce sujet un courrier à Sa Majesté, laquelle ne voulant pas perdre ces marques d’une authorité Souveraine, confirma les Eschevins nommez, & renvoya promptement le courrier, lequel apportant ses despeches, asseura que tout estoit en confusion dans Madrid : que les Portuguais s’estans lassez du gouvernement de Castille, avoient nommé un Roy descendant legitimement de Cahterine fille de Dom Edouärd frere du Roy Dom Henriquez, auquel le Royaume appartenoit, & qu’ils estoient puissamment armez pour maintenir ceste eslection : Nouvelle qui se trouva veritable, & dont nous verrons le succez dans la suite de nostre discours »28.

  • 29 Ibid., pp. 651-652.

13Le récit du Mercure François introduit presque un décalage chronologique entre plusieurs moments où commencent la guerre puisque, un peu plus haut, sont relatés les premiers combats navals29. La persistance catalane à manifester sa soumission au roi d’Espagne accentue l’iniquité de ses décisions, questionnées d’autant plus que le recueil en profite pour mentionner la révolte portugaise et son succès. Il suggère ainsi à la fois un mécontentement portugais dû à un identique abus de pouvoir de la part de Madrid et l’accentuation des fragilités du royaume d’Espagne. Le point de rupture entre l’Espagne et la Catalogne est finalement atteint à la page 655, lorsque les Catalans décident d’arborer l’étendard de la martyre Sainte-Eulalie en réponse aux cruautés des Espagnols dans la ville de Xerta :

  • 30 Ibid., p. 655.

« Ce qui faisant lever le masque aux Catalans, qui s’estoient tousjours maintenus dans quelque sorte de respect, ils arborèrent l’estendard de saincte Eulalie, l’exposerent à une fenestre de l’Hostel de Ville, se declarerent alors ouvertement ennemis jurez de l’Espagne, & leverent sous cette banniere huict cens hommes, où ils avoient appris que l’Armée ennemie alloit fondre »30.

14À ce moment-là, l’alliance de la Catalogne avec la France est déjà en bonne voie. Le récit des combats livrés par le Mercure va alors souligner la pertinence de celle-ci pour les deux parties. L’accord franco-catalan permet aux séparatistes de remporter certains combats et aux Français d’accentuer les difficultés de son adversaire espagnol.

« Les Catalans se jettent dans les bras du Roy »31

Une alliance diplomatique plus qu’un transfert de souveraineté

15Il faut revenir en arrière dans le récit du Mercure François pour trouver la référence à l’accord noué entre la France et la Catalogne. Elle se situe immédiatement après la réunion des théologiens de tous les États de Catalogne réunis pour juger de la légalité d’une révolte contre le royaume d’Espagne. Si l’on en croit le recueil, ce sont eux qui suggèrent un rapprochement avec le royaume de France, dans le but de s’assurer un rapport de forces favorable :

  • 32 Ibid., p. 639.

« La raison leur ayant fait dire que leurs forces ne seroient pas bastantes pour resister à la puissance d’un Roy d’Espagne, ils creurent qu’ils ne trouveroient point de meilleur appuy que celuy du Roy, conclurent de se jetter entre ses bras, & pour cette consideration envoyerent en France le sieur de Villa Plana Gouverneur du Col de Ternere lequel y fut tres-bien receu »32.

  • 33 Sur ce point voir notamment LEDROIT, Mathias, « L’auto-libération des Barcelonais… », art. cit. Voi (...)
  • 34 À ce propos, voir ibid.

16La mention de cette perspective diplomatique s’accompagne d’un commentaire politique de la part du Mercure qui la juge au moins rationnelle si ce n’est raisonnable. Il est intéressant de noter ici qu’il s’agit bien de présenter une alliance diplomatique et militaire plus qu’un transfert de souveraineté d’un monarque à un autre. En effet, le Mercure François a peu recours aux thèmes favoris de la propagande catalane et française afin de légitimer l’accord entre la France et la Catalogne, puis le transfert de souveraineté de Philippe IV à Louis XIII33. Il n’est question de la théorie des libertés catalanes que de manière indirecte, par les références faites aux infractions à ces dernières commises par le royaume d’Espagne. Le caractère électif de la monarchie catalane ayant permis le transfert d’une souveraineté à une autre est seulement suggéré à propos de la réunion des théologiens des États de Catalogne. Il n’est d’ailleurs pas fait mention de l’élection du roi par la Junta de Braços, à laquelle le Mercure ne fait jamais référence. L’autre thématique d’une communication politique visant à légitimer l’autorité de Louis XIII en Catalogne, à savoir celle d’une hérédité avec le pouvoir carolingien est également totalement absente. La lecture eschatologique et messianique de l’avènement de l’autorité ludovicienne mise en valeur par Daniel Aznar est, par conséquent, elle aussi tout à fait absente du récit du Mercure. De fait, toute référence à un temps liturgique qui viendrait soutenir le soulèvement catalan et construire un discours providentialiste autour de la figure de Louis XIII a disparu avec les références chronologiques34. Le roi de France prend peu de place dans le récit des débuts de la révolte catalane livré par le Mercure François.

  • 35 Mercure François…, op. cit., vol. XXIII, 1646, pp. 639-643 (pour l’année 1640).
  • 36 Ibid., p. 644.

17En revanche, le récit permet encore de mettre en valeur les fautes commises par l’Espagne à l’endroit des Catalans, et de souligner leurs raisons à la fois légitimes et légales de finir par refuser la domination espagnole. Le texte se poursuit immédiatement par la réaction belliqueuse de Dom Juan de Garay, à la tête de l’armée espagnole à Perpignan, lorsqu’il apprend les premiers contacts entre Français et Catalans35. Les combats s’engagent donc suite à la diffusion de cette nouvelle et se concluent par un succès franco-catalan à Islers. Au fil des événements, les positions semblent se durcir. L’Espagne refuse la perspective d’une alliance entre la Catalogne et la France et use de tous les moyens pour l’éviter pendant que les tractations se confirment entre les deux territoires ennemis du roi très-catholique. Ces réactions se manifestent par exemple par la décision de Philippe IV de se rendre en Catalogne : « Le Roy d’Espagne resout d’aller en Catalogne »36 :

  • 37 Ibid., p. 645.

« Le Roy d’Espagne ayant de trop bon espions pour ignorer ce qui se passoit dans cette estroite communication des François & des Catalans, apprehenda plus que jamais la perte d’une telle Province, & pour cette consideration, resolut de marcher luy-mesme avec toutes les forces qu’il pourroit lever dans la necessité de l’affaire. Voyant toutefois que cette grande armée qu’il projettoit de mettre en campagne, ne seroit de long-temps en estat, il en fit prevenir la marche par quelques troupes qu’il avoit sur pied, lesquelles commencerent à sortir d’Arragon pour joindre celles de Don Juan de Garay commandoit »37.

  • 38 Ibid., p. 647.

18Dans le même temps, des députés catalans sont envoyés en France et des ambassadeurs aragonais à Barcelone38. Là où la seconde délégation échoue, la première est un succès. Un traité est conclu entre la France et la Catalogne :

  • 39 Ibid., p. 648.

« Cependant les Directeurs de la Catalogne ayant fait plusieurs assemblées pour la capitulation du secours de France, ils tomberent en fin d’accord avec les sieurs du Plessis Besançon & de Sornia, que le Roy envoyeroit six mille hommes dde pied avec deux mille Chevaux, & que la Principauté (648) donneroit (649) neuf personnes en ostages, sçavoir trois de chaque corps, Ecclesiastique, Militaire & Royal, suivant, laquelle conclusion les sieurs du Plessis & de Sornia partirent pour la France »39.

19La conclusion de l’accord, qui permet au roi d’Espagne de déclarer tous les Catalans rebelles, se révèle être un choix pertinent d’après le Mercure François.

Un « Traité de secours »40 pertinent

  • 40 Ibid.

20Au moment où l’accord est acté entre la Catalogne et la France, il n’est, certes pas encore question de placer la principauté sous l’autorité de Louis XIII. La conclusion de l’alliance donne l’occasion au Mercure François d’affirmer à quel point elle est pertinente en mettant en valeur les succès militaires remportés par les troupes catalano-françaises. Le récit des débuts de la séparation catalane se constitue donc essentiellement de la succession de récits de batailles. Elle est initiée dès avant le déplacement des députés catalans en France et la réception des otages par les autorités françaises, puisqu’elle commence au moment où Dom Juan Garay décide de lever des troupes contre les Catalans depuis Perpignan après avoir appris la tenue des premières tractations. Le siège d’Islers permet au Mercure François de livrer une analyse politique de la question. Le recueil souligne l’intérêt de cet affrontement pour les autorités françaises, désormais assurées de voir la Catalogne encline à incorporer l’État français. Il la perçoit aussi comme une victoire de la France sur l’Espagne dans le contexte de la guerre qui les oppose depuis 1635 :

  • 41 Ibid., p. 643.

« La ville d’Islers est une bicoque, dont la prise n’eust pas ésté considerable en un autre temps, mais en ce commencement de la revolte de la Catalogne, sa conservation fut de si grands poids, qu’elle a esté une des causes d’avoir affermy la resolution des Catalans de s’assujettir à nostre Couronne. Cet avantage n’a pas esté le seul qu’elle a produit : sa perte attiroit celle de toute la vallée de Conflans, où les Armées Espagnoles eussent subsisté fort commodément, & par là toute cette Principauté de Catalogne eust tousjours esté dans la presse. Elle fut encor importante en un autre point, elle donna de la gloire à nos armes, & causa un mespris de celles d’Espagne : ainsi parmy les grands services que le Mareschal de Schomberg a tousjours rendus à l’Estat, celuy-là n’est pas des moins considerables : les Catalans luy tesmoignerent aussi tout le ressentiment qu’ils pouvoient avoir, & luy apprirent apres la retraite de l’Armée Espagnole, qui fut vers Perpignan, que les ennemis avoient perdu huict ents hommes en cette entreprise »41.

  • 42 Voir CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre… », art. cit. La théorie politique d (...)
  • 43 Ibid., vol. XXIII, 1646, pp. 657-660 (pour l’année 1640).

21La lecture de cette victoire renvoie à la théorie politique d’après laquelle il existe un point d’équilibre entre les puissances espagnole et française. Lorsqu’elles sont opposées, l’amoindrissement de l’une provoque la consolidation de l’autre. On peut noter l’appropriation de cette théorie politique et émettre l’hypothèse de l’existence d’une mémoire du Mercure puisque cette théorie est développée dans le volume XX de la collection42. L’alliance des deux territoires apparaît comme une illustration concrète de cette théorie. Cet accord renforce, en effet, le royaume de France face à son adversaire. Dans un premier temps, les récits de batailles qui suivent ne permettent pas toujours d’occulter un rapport de force parfois défavorable à la France. En revanche le Mercure François les utilise pour mettre en valeur les qualités des troupes catalane et française. Le recueil insiste sur la brutalité des armées espagnoles et le courage catalan qui y répond. La cruauté du marquis de Los Velez à la tête des troupes espagnoles est ainsi mentionnée aux pages 657, 658 puis 659. Elle encourage aussi bien la « fureur » des Espagnols que la « valeur » des Catalans, alors capables de réaliser des exploits43. Certes, le Sieur d’Espenan décide de traiter avec le marquis de Los Velez et de lui livrer Tarragone avant de rejoindre la France. Cette décision a, toutefois, le mérite de mettre tous les Catalans en armes :

  • 44 Ibid., p. 663.

« C’estoit assez pour faire croire la perte de tous les Catalans asseurée, neantmoins ils ne rabattirent rien de la resolution de se bien deffendre : au contraire, tous ceux qui se trouverent capables de porter les armes, ne vouluerent pas demeurer inutiles, ils se jetterent dans les armées, les Ecclésiastiques & Religieux de tous Ordres prirent l’espée avec le breviaire, & l’envie de conserver la liberté parut si generale parmy ces peuples, qu’on eut raison de croire qu’ils se battroient bien & long-temps sur cette querelle »44.

  • 45 Ibid., vol. XXIV, 1647, p. 168 (pour l’année 1641).
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid., p. 169.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid., p. 170.
  • 50 Ibid., pp. 179-180.
  • 51 Ibid., p. 180.
  • 52 Ibid., p. 182.

22C’est sur ce paragraphe que se clôt la relation de la révolte de Catalogne dans le volume XXIII du Mercure François. Le volume XXIV, publié en 1647, revient sur les événements des années 1641 à 1643. Il construit un récit autour d’un renversement du rapport de forces. Les difficultés sont désormais du côté de l’Espagne et le vocabulaire est choisi en ce sens. En effet, la prise de Tarragone par les Espagnols n’est pas suivie de succès pour cette armée qui essuie ensuite un échec à Montjuic. Ainsi, les Français et les Catalans repoussent les Espagnols avec « vigueur45 », ces derniers connaissent de « grandes pertes »46. La description de la « furieuse sortie des Français » 47ainsi que de la « mémorable défaite des espagnols »48 ou encore de la « perte des ennemis »49 adopte le point de vue des Français. Le Mercure s’attache aussi à renforcer le récit des difficultés espagnoles dans la ville de Tarragone, désormais assiégée par les Catalans, en citant « La copie d’une lettre du prince de Botero qui commandoit dedans, escrite au Secretaire d’Estat d’Espagne, & intercepte justifiera les extremitez où cette garnison se trouvoit reduite »50. La citation de cette lettre en date du 4 juillet 1641 est particulièrement habile dans la mesure où elle permet au Mercure François de proposer un autre point de vue sur la situation militaire. Or, il s’agit de celui des ennemis, faisant eux-mêmes état des difficultés rencontrées face aux troupes catalanes et françaises, puisque les vivres commencent à manquer de manière préoccupante. Ce faisant, le Mercure assure ne pas verser dans la propagande mais, au contraire, rapporter la stricte vérité comme l’écrit le prince de Botero lui-même : « Il n’est pas temps maintenant d’escrire autre chose que la verité à Vostre Seigneurie »51. Or, cette vérité est alarmante puisque le prince demande au roi soit du secours soit l’ordre de rendre la place « parce qu’il y a dedans les personnes de reputation que vous sçavez, & qui sans ordre de le faire, se mangeront plûtost les uns que les autres »52. À la gravité de la situation espagnole semble répondre l’importance du succès du maréchal de Brézé.

23La relation des affaires de Catalogne pour l’année 1641 se termine par la nouvelle de la nomination du maréchal de Brézé à la vice-royauté de la Catalogne. Elle signale en creux l’autorité désormais exercée par Louis XIII sur la Catalogne sans qu’il n’ait été question de l’élection de manière explicite dans le Mercure François. Justement, il semble bien que le pacte passé entre la France et la Catalogne soit à l’origine de cette nomination puisque le recueil affirme que :

  • 53 Ibid., p. 194.

« Cependant l’honneur de la France obligeant sa Majesté de donner un Vice-roy à la Principauté de Catalogne, elle choisit le maréchal de Brezé pour y commander, le fit partir apres qu’il eut contribué à la prise de Lens, la Bassée & Bapaume, comme nous avons dit cy-dessus, lors que nous avons parlé des affaires de Picardie, & voulant augmenter aux Catalans l’amour qu’ils temoingoient avoir pour elle, leur escrivit une lettre qui leur donna des satisfactions nompareilles. Voicy les termes ausquels elle fut conceuë, je feroy suivre la responce des Catalans »53.

  • 54 À propos de l’usage du catalan plutôt que du castillan dans les pamphlets diffusés au moment de la (...)

24La lettre du roi de France adressée aux Catalans est reproduite dans le Mercure en catalan tout comme la réponse reçue par Louis XIII. Sans doute faut-il y voir ici un positionnement politique mais, également, une manière pour le Mercure de témoigner de la bonne volonté du roi de France54. Il s’agirait pour lui de manifester son engagement à respecter les libertés et privilèges de la Catalogne, et, pour le Mercure – dont la marque de fabrique est de traduire les textes publics en français - de faire écho à cette bonne volonté. En effet, la compilation revient sur les débuts de la révolte catalane à distance des événements, à un moment où l’alliance entre la France et la Catalogne est remise en doute.

Conclusion

  • 55 Sur ce point, voir notamment AZNAR, Daniel, « Louis (XIII) II de Catalogne… », art. cit., p. 254. V (...)

25Le Mercure François propose un récit des événements du début de la sécession de la Catalogne parfaitement favorable au royaume de France, toujours en guerre avec l’Espagne. Les éléments de la rupture du mythique pacte d’auto-libération barcelonais sont présents dans le texte sans aucune référence explicite à ce pacte ni à un transfert de souveraineté. Les Catalans sont décrits comme un peuple désireux d’obéir et de respecter leur roi en dépit des contraventions de ce dernier à leur accord. La tyrannie espagnole est établie à tel point que la Catalogne préfère se tourner vers la France. L’alliance entre la France et la Catalogne est décrite comme particulièrement pertinente pour les deux parties sans, pour autant, que Louis XIII ne joue un rôle prépondérant dans cette démonstration. Elle mène même les alliés sur les chemins du succès militaire à la fin de l’année 1641. Or, en 1646 et 1647, au moment de la publication des volumes XXIII et XXIV du Mercure François, l’alliance entre la France et la Catalogne suscite un enthousiasme beaucoup moins marqué qu’en 1641. Sa pertinence est même interrogée par certains Catalans55. La relation à distance des événements permet au Mercure de réaffirmer le bien-fondé de cette alliance en minimisant la nouvelle sujétion des Catalans à un autre roi, très effacée dans le texte, et en insistant sur les réussites permises par cet accord. Pour ce faire, il recompose chronologiquement la narration et introduit ainsi une plus grande pédagogie dans l’exposition des causes de la révolte ou dans le déroulement des événements par rapports à des périodiques à la fréquence de publication plus régulière. Les enjeux politiques de la publication en 1646-1647 sont bien réels et dépassent ses enjeux informatifs. En effet, d’autres médias ont déjà relatés les événements avec une bien plus grande proximité temporelle, comme le fit la Gazette de Théophraste Renaudot. Il s’agit, ainsi, de confirmer une alliance fragile et de soutenir un effort de guerre toujours en cours contre l’Espagne. Le Mercure François s’adonne ici à un véritable exercice de communication politique en contexte de guerre.

Haut de page

Notes

1 Vingt-troisiesme tome du Mercure François ou Suitte de l’Histoire de Nostre Temps, sous le regne auguste du Très-Chrestien Roy de France & de Navarre Louys XIII, Es années 1639 & 1640, Paris, Chez Olivier de Varennes, ruë Saint-Jacques, au Vase d’Or, 1646, p. 633 (pour l’année 1640). Dorénavant, nous renverrons au Mercure François en indiquant simplement le numéro du volume. Les volumes sont souvent paginés en fonction des années civiles dont ils relatent les événements. C’est la raison pour laquelle nous précisons l’année en question entre parenthèses. Par ailleurs, soulignons que grâce à un important travail de Cécile Soudan du Groupe de Recherches Interdisciplinaire en Histoire du Littéraire (GRIHL) de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), les 24 premiers volumes du Mercure François conservés à l’École nationale des Ponts-et-Chaussées ont été numérisés et sont consultables à l’adresse suivante : http://mercurefrancois.ehess.fr/, consulté le 26 juin 2020. Ils s’accompagnent d’un texte de présentation de la source de Christian Jouhaud.

2 À ce propos, voir CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre », in CRONIER, Emmanuelle, DERUELLE, Benjamin (dirs.), Argumenter en guerre. Discours de guerre, sur la guerre et dans la guerre de l’Antiquité à nos jours, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2019, pp. 291-308. Plus largement, la question de la perception et du traitement de l’Espagne dans les médias français d’Ancien Régime a pu être posée en s’appuyant sur l’exemple du Mercure François alors mobilisé comme source. C’est le cas en 1966 dans un mémoire de recherches inédit qui semble, malheureusement, avoir disparu. Voir ainsi LACROIX, Annick, « L’Espagne vue à travers le Mercure François (1624-1642) », mémoire inédit de D.E.S, Caen, 1966. Par ailleurs, en 2001, Michèle Fernandez-Gaillat signe un article consacré à l’Espagne dans la presse française du xviie siècle dans lequel elle s’appuie à la fois sur les deux premiers volumes du Mercure François mais aussi sur certains canards publiés au début du siècle. FERNANDEZ-GAILLAT, Michèle, « L’Espagne dans la presse française du début du xviie siècle », in CIVIL, Pierre (dir.), Écriture, pouvoir et société en Espagne aux xvie et xviie siècles. Hommage du cres à Augustin Redondo, Paris, 2001, pp. 128-129.

3 Voir par exemple SCHAUB, Jean-Frédéric, « La crise hispanique de 1640. Le modèle des “révolutions périphériques” en question », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n°1 (1994), pp. 220-221. Voir aussi HUGON Alain, LEDROIT Mathias, « La bataille de l’imprimé en Catalogne à l’époque de la Guerre de Séparation (1640-1652) », Histoire et civilisation du Livre. Mazarinades, nouvelles approches, n° 12 (2016), pp. 361-362.

4 Il s’agit des volumes 23 à 25 du Mercure François respectivement publiés entre 1646 et 1648.

5 Dans ce décompte, nous nous sommes concentrée sur les difficultés de l’Espagne en Catalogne, Roussillon et Portugal sans intégrer les autres pages qui pourraient revenir sur d’autres affaires impliquant le royaume d’Espagne dans le Nord de l’Europe ou en Italie par exemple. La part prise par des événements concernant de près ou de loin le royaume espagnol est donc supérieur. Les expressions « Affaires de Catalogne » ou « de Portugal » apparaissent dans le Mercure François. Mercure François…op. cit.,vol. XXIV, 1647, p. 166 et 248 (pour l’année 1641).

6 SCHAUB, Jean-Frédéric, « La crise hispanique de 1640… », art. cit., p. 220 ou encore HUGON Alain, LEDROIT Mathias, « La bataille de l’imprimé en Catalogne… », art. cit., p. 361.

7 Sur les relaciones de sucesos voir par exemple PENA SUEIRO, Nieves, « Estado de la cuestion sobre el estudio de las Relaciones de Sucesos », Pliegos de bibliofilia, n° 13 (2001) pp. 43-66. Voir aussi LOPEZ POZA, Sagrario (éd.), Las noticias en los siglos de la imprenta manual. Homenaje a Mercedes Agulló, Henry Ettinghausen, Mª Cruz García de Enterría, Giuseppina Ledda, Augustin Redondo y José Simón, A Coruña, SIELAE & Sociedad de Cultura Valle Inclán, 2006, pp. 119-140. À propos d’une « guerre de papiers » menée dans la péninsule ibérique au moment de la révolte catalane voir par exemple LEDROIT, Mathias, « Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre. Orthodoxie et hétérodoxie politiques autour de la révolte de 1640 », Nuevo Mundo, Mundos Nuevos [En ligne], http://journals.openedition.org/nuevomundo/56569, colloques, mis en ligne le 30 juin 2009, consulté le 25 juin 2020.

8 Voir par exemple ETTINGHAUSEN, Henry, «The Golden Age of the Single Event Printed Newsletter : Relaciones de sucesos, 1601-1650», in WILKINSON, Alexander S., ULLA LORENZO, Alejandra (eds.), The Iberian Book World in the First Half of the Seventeenth Century, Leiden-Boston, Brill, 2017, pp. 245-246. Voir idem, La Guerra dels Segadors a través la prensa de l’època, Barcelona, Curial, 1993.

9 À propos du Mercure François, voir par exemple CERDEIRA, Virginie, « Écrire le passé en compilant le présent. Le Mercure François atelier d’écriture du temps présent », Carnets, Deuxième série – 2 (2014), [En ligne], URL : http://journals.openedition.org/carnets/1266, consulté le 26 juin 2020. Voir également eadem, « Le Mercure François entre écriture de l’Histoire du temps présent et écriture d’actualité politique », in BLANDIN, Claire, ROBINET, François, Schafer, Valérie (dirs.), Penser l’histoire des médias, Paris ; Éditions du CNRS, 2019, pp. 69-70.

10 Au XIXe siècle, le père Louis Dedouvres publie un ouvrage dans lequel il affirme que le Mercure François est un outil de la propagande du cardinal de Richelieu entièrement entre les mains de ce dernier par le biais de son éminence grise le père Joseph depuis, au moins, l’année 1624. Voir sur ce point DEDOUVRES, Louis, Le Père Joseph polémiste : ses premiers écrits (1623-1626), Paris, A. Picard, 1895, p. 89, 112 et 115. Voir à ce propos les conseils de prudence de Pierre Benoist dans BENOIST, Pierre., Le Père Joseph. L’éminence grise de Richelieu, Paris, Perrin, 2007, pp. 279-284.

11 Sur ce point, voir par exemple CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre… », art. cit.

12 Ainsi, le vingt-deuxième volume du Mercure François publié en 1641 s’ouvre sur une « épître au lecteur » de Théophraste Renaudot. Mercure François…, op. cit., vol. XXII, 1638, pp. 1-6 (pour l’année 1638).

13 Ibid. ; vol. XXIII, 1646, p. 634 (pour l’année 1640).

14 Voir sur ce point LEDROIT, Mathias, « L’auto-libération des Barcelonais : mythe fondateur du pactisme catalan au XVIIe siècle », communication prononcée lors du colloque organisé à l’École Doctorale de l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV) sur « La construction des images : persuasion et rhétorique, création des mythes », 11, 12, 13 juin 2009, [En ligne] [https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01700502/], consulté le 3 juillet 2020. Voir également id., « Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre… », art. cit. À propos de l’usage de l’idée d’un pacte libre entre la Catalogne et le roi des Francs pour échapper à la domination maure au moment d’un transfert de souveraineté en 1641 voir également AZNAR, Daniel, « Louis (XIII) II de Catalogne. La construction d’un mythe royal (1641-1643) », in BÉLY Lucien, HAAN Bertrand, JETTOT Stéphane (dirs.), La Paix des Pyrénées ou le triomphe de la raison politique, Paris, Classiques Garnier, 2015, pp. 265-267.

15 SALA, Gaspar, Sermó Chronologic del Illustre Martyr y Patro inclyt de Catalunya Sant Jordi, Barcelone, Gabriel Nogués, 1641. Gaspar Sala est aussi à l’origine d’une proclamation adressée au roi Philippe IV aux débuts de la révolte catalane. Voir id., Proclamacion catolica a la Magestad de Felippe el Grande por los Consilleros y Conseils de Ciento de la Ciudad de Barcelona, Barcelone, Sebastian y Jayme Mateuad, 1640.

16 «En síntesis se puede afirmar que la bibliografía catalana es una denuncia de los atentados cometido por los tercios de Felipe IV, la española no catalana una acusación a Catalunya como rebelde y antipatriótica, sin analizar las causas que conjeron a aquella reacción; y la francesa una vindicación de la acción salvadora de Francia liberando a Catalunya de la tiranía española »: SIMÓN I TARÉS, Antoni, « La revuelta catalana de 1640. Notas por un estudio historiográfico », Anals d’Estudis Gironins, vol. XXV, n° 2 (1980-1981), p. 3.

17 Mercure François…, op. cit., vol. XXIII, 1646, p. 634 (pour l’année 1640).

18 On trouve le terme de prudence dans le récit. Voir ibidem., p. 635. Il ne s’agit d’un terme anodin dans un contexte politique. À ce propos, voir par exemple DEMONET, Marie-Luce, « Quelques avatars du mot "politique" (XIVe-XVIIe siècles) », Langage et société, n° 113 (2005), pp. 33-61, En ligne, [https://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2005-3-page-33.htm?try_download=1], consulté le 3 juillet 2020.

19 « En fin la commune opinion estant, Que le Roy Catholique n’avoit pas esté informé des excez lesquels avoient donné lieu à leurs plaintes, ou qu’il avoit esté diverty d’y donner ordre par la malice des Ministres : il fut dit, qu’il en seroit averty par de nouveaux Deputez qui s’adresseroient à Sa Majesté, & non pas à ceux qui gouvernoient l’Estat, & pour cet effet, la Deputation dressa les memoires que la cité entreprit de faire porter.

Quelques lettres ayans esté jugées necessaires pour informer le Roy d’Espagne de ces desordres & du nom de celuy qui les faisoient naistre », Mercure François…op. cit., vol. XXIII, 1646, pp. 635-636 (pour l’année 1640).

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Ibid., pp. 636-637.

23 Ibid., pp. 637-638.

24 On trouve à ce moment du récit la note marginale suivante : « Assemblée de Théologiens Catalans, pourquoy ? », ibid., p. 638.

25 Les manquements de l’État espagnol vis-à-vis de la Catalogne sont d’ailleurs explicitement mentionnés dans les pages du Mercure François à plusieurs reprises, tout comme l’est leur qualification d’actes de tyrannie. Voir par exemple ibid., p. 634, 635, 636, 637 ou encore 638.

26 Sur cet épisode voir notamment CERDEIRA, Virginie, Médias et raison d’État. Le Mercure François sous Louis XIII et Richelieu, Paris, Classiques Garnier, à paraître. Le traitement de la polémique entre les deux protestants peut être consulté dans le Mercure François…, op. cit., vol. VII, 1622, pp. 223-243 (pour l’année 1621) et vol. VIII, 1623, pp. 154-220 (pour l’année 1621).

27 Ibid., vol. XXIII, 1646, pp. 649-650 (pour l’année 1640).

28 Ibid., pp. 652-653.

29 Ibid., pp. 651-652.

30 Ibid., p. 655.

31 Ibid., p. 639.

32 Ibid., p. 639.

33 Sur ce point voir notamment LEDROIT, Mathias, « L’auto-libération des Barcelonais… », art. cit. Voir également id., « Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre… », art. cit. Voir aussi AZNAR, Daniel, « Louis (XIII) II de Catalogne… », art. cit. 

34 À ce propos, voir ibid.

35 Mercure François…, op. cit., vol. XXIII, 1646, pp. 639-643 (pour l’année 1640).

36 Ibid., p. 644.

37 Ibid., p. 645.

38 Ibid., p. 647.

39 Ibid., p. 648.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 643.

42 Voir CERDEIRA, Virginie, « Le Mercure François entre en guerre… », art. cit. La théorie politique dont il est question, celle des forces européennes en présence, se trouve dans le volume XX du Mercure François. Mercure François…, op. cit., vol. XX, 1637, pp. 46-126 (pour l’année 1634).

43 Ibid., vol. XXIII, 1646, pp. 657-660 (pour l’année 1640).

44 Ibid., p. 663.

45 Ibid., vol. XXIV, 1647, p. 168 (pour l’année 1641).

46 Ibid.

47 Ibid., p. 169.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 170.

50 Ibid., pp. 179-180.

51 Ibid., p. 180.

52 Ibid., p. 182.

53 Ibid., p. 194.

54 À propos de l’usage du catalan plutôt que du castillan dans les pamphlets diffusés au moment de la séparation entre la Catalogne et l’Espagne voire, par exemple HUGON, Alain, LEDROIT, Mathias, « La bataille de l’imprimé en Catalogne… », art. cit., pp. 366-367.

55 Sur ce point, voir notamment AZNAR, Daniel, « Louis (XIII) II de Catalogne… », art. cit., p. 254. Voir aussi LEDROIT, Mathias, « Les Catalans partagés entre le Roi et la Terre… », art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Cerdeira, « Les débuts de la révolte catalane de 1640 au miroir du Mercure François »El Argonauta español [En ligne], 17 | 2020, mis en ligne le , consulté le 13 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/4736 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.4736

Haut de page

Auteur

Virginie Cerdeira

Membre associé, Aix-Marseille Univ, CNRS, TELEMMe, Aix-en-Provence, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search