Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18VariaPropagande et censure dans la pre...

Varia

Propagande et censure dans la presse nationaliste marocaine sous le protectorat espagnol1

Rocío Velasco de Castro

Résumés

Ce travail a pour but de contribuer à l’étude de la presse dans le Maroc colonial et, plus concrètement, dans la presse nationaliste publiée en arabe durant le protectorat espagnol. Son principal objectif est d’offrir au lecteur ne connaissant pas cette langue un premier contact avec les revues et journaux nationalistes qui acquerra une continuité dans des textes postérieurs. Autorisés par l’administration coloniale espagnole, les responsables marocains de ces publications essayèrent de maintenir un difficile équilibre entre la diffusion de leurs revendications et la censure imposée par les autorités espagnoles. Celles-ci réalisèrent une série de concessions au nationalisme dans le cadre d’une politique culturelle avec, entre autres, l’existence d’une presse arabe, conçue à tout moment comme un élément de propagande du travail civilisateur espagnol. À cette fin, nous avons réalisé un parcours historique qui comprend une liste des publications, leurs principales lignes éditoriales, quelques exemples de cet équilibre précaire et dans quelle mesure pourrait être considérée exceptionnelle la publication et diffusion du journal al-Oumma. De cette vue panoramique se déduit le point de vue marocain, peu connu jusqu’à présent ; nous soulignons l’importance de l’instrumentalisation de la presse et son rôle ambivalent dans la politique indigène ; et nous proposons de nouvelles approches et thématiques d’étude concernant la presse du protectorat espagnol.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article a été élaboré dans le cadre du Projet de Recherche EtniXX (PID2019-105741GB-I00) intitu (...)

1Malgré l’énorme production consacrée au protectorat franco-espagnol au Maroc, l’étude des publications nationalistes en langue arabe n’a que très peu fait l’objet de l’intérêt des chercheurs, ni au Maroc ni en dehors du pays. Et cela malgré l’importance de leur travail de diffusion et de conscientisation parmi la population alphabétisée, ainsi que le rapportent les bulletins de presse et d’information politique s’adressant aux plus hauts responsables du Maroc espagnol (zone sous l’autorité du khalifa) et du Maroc français (zone sous la souveraineté du sultan).

  • 2 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, La presse marocaine d’opposition du Protectorat, Thèse de doctorat, Universit (...)
  • 3 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse marocaine d’opposition au Protectorat (1933-1956) », Hespéris-Tam (...)
  • 4 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse nationaliste et le régime de protectorat au Maroc dans l’entre de (...)

2Ce n’est qu’en 1979 qu’apparut la première étude monographique se consacrant à cette question. Amina Ihraï-Aouchar aborda le rôle de la presse nationaliste en arabe et en français dans sa thèse de troisième cycle2, à partir de laquelle elle publia deux articles. Dans « La presse marocaine d’opposition au Protectorat (1933-1956) » elle ne citait que quatre journaux nationalistes de la zone qui se trouvait sous l’autorité du khalifa3, alors que dans « La presse nationaliste et le régime de Protectorat au Maroc dans l’entre-deux-guerres » elle ajoutait deux autres journaux et recueillait quelques titres significatifs qui s’intercalaient entre ceux d’autres medias de la zone française4. Dans les deux cas, une vision d’ensemble était offerte sur l’idéologie et le positionnement du nationalisme face à des questions clé qu’il conviendrait, dans le cas de la presse de la zone espagnole, de mettre en contexte.

  • 5 Voir par exemple les articles de Mohammed Ibn Azzouz Hakim dans les journaux al-Hayat (La Vie) entr (...)
  • 6 ZARROUK, Mourad, « Los traductores arabistas de España en Marruecos: de la Guerra de Tetuán al Alza (...)
  • 7 AKMIR, Youssef, « Reflexiones sobre una revista colonialista militar: Tropas Coloniales, África (19 (...)
  • 8 ADILA, Mustapha, « Prensa y periodistas del Protectorado español en Marruecos », in ARAGÓN, Manuel) (...)

3Bien que la contribution de l’auteure ait représenté un important point de départ, il n’y a pas de continuité en ce qui concerne la presse nationaliste du Maroc espagnol et les revues culturelles qui jouèrent un rôle d’avant-garde en tant que complément de ces publications. Outre les références ponctuelles à l’un ou l’autre media, on possède une série d’articles de presse qui rappellent le rôle des publications nationalistes de Tétouan dans l’histoire du nationalisme et de la lutte anticoloniale5, ainsi que les mentions que Mourad Zarrouk ajoutait entre 2002 et 2009 à certains de ses travaux sur le rôle que jouèrent les traducteurs de l’administration coloniale espagnole dans le contrôle et la censure de la presse arabe6. En résumé, il s’agit d’un petit aperçu où l’intérêt croissant suscité chez les Marocains et les Espagnols pour la presse colonialiste7 contraste avec la presse espagnole publiée dans le protectorat marocain8.

  • 9 VELASCO DE CASTRO, Rocío, « Algunas consideraciones en torno a la política cultural del protectorad (...)
  • 10 Les termes et la bibliographie en arabe ont été transcrits conformément au système de la publicatio (...)
  • 11 Voir comme exemple la monographie de BAÏDA, Jamaâ, La presse marocaine d'expression française : des (...)

4Après avoir vu l’état de la question, il serait bon de se demander à quoi est due cette lacune. La réponse n’est pas simple, mais il existe une série d’événements historiques dont le reflet dans la production historiographique pourrait induire à réfléchir et même à envisager d’éventuelles réponses. En premier lieu, il s’agirait d’éléments de presse quantitativement nombreux. Cette profusion est due à l’activité prolifique du nationalisme du protectorat espagnol. Face à la répression exercée par les autorités françaises, l’oscillation de la politique indigène espagnole entre le contrôle des aspirations nationalistes et le peu de concessions s’articulant autour des activités culturelles rendit possible la naissance, l’évolution et la consolidation des journaux9. Le paradigme de cette politique allait être incarné par al-Oumma10 (La Nation), le seul journal arabe permis dans le pays pendant l’exil forcé du sultan Muhammad V (1953-1955), qui marqua le début de la fin du régime colonial. Malgré cela, la presse nationaliste d’expression française, beaucoup plus accessible, continue d’accaparer l’attention de façon majoritaire11.

5Il faut également souligner la rivalité interne apparue à la veille de l’indépendance entre les nationalistes de la zone française, représentés dans l’Istiqlal ou Parti de l’Indépendance, et ceux de la zone espagnole, regroupés autour de l’Hizb al-Islah al-Ouatani ou Parti Réformiste National (PRN). Le fort désir du premier groupe d’obtenir le contrôle du pays, arrivant jusqu’à s’opposer aux aspirations de la monarchie alaouite, provoqua l’élaboration d’un récit officiel dans lequel les réussites du nord du pays et leur contribution à l’indépendance furent passées sous silence de manière appropriée. Cette suprématie s’étendit à toutes les institutions du Maroc indépendant. Le soulèvement du Rif (1958-1959), la proclamation de l’état d’exception (1965-1970) et les attentats frustrés contre Hassan II (en particulier ceux de 1971 et 1972) contribuèrent à ce que cette marginalisation ne put être dénoncée par les intellectuels marocains (exception faite de l’historien tétouanais Mohammed Ibn Azzouz Hakim), jusqu’à la fin des années de plomb, au cours de la décennie des années quatre-vingt-dix.

6En troisième lieu, il faut considérer les difficultés surgissant de la recherche et de la consultation de cette presse. Malgré ce que rapportent les registres officiels, il est à peine possible de trouver au Maroc des collections complètes de ces publications, que ce soit dans des bibliothèques publiques ou bien privées, alors qu’en France et en Espagne sont conservés quelques numéros de journaux dans les archives nationales. Dans les deux cas, ils ne présentent pas un bon état de conservation, c’est pourquoi il faut absolument mettre en place de façon urgente des mesures visant à promouvoir la numérisation de ces fonds, ainsi qu’à les préserver de pertes éventuelles, de catalogages qui ne correspondent pas aux contenus, et d’autres situations extrêmement préjudicielles non seulement pour la recherche mais aussi pour le patrimoine culturel et la mémoire historique de notre voisin maghrébin.

7Finalement, soulignons la complexité que présente leur traduction, leur analyse et leur contextualisation, étant donné qu’en plus de la maîtrise de la langue arabe, il est fondamental de connaître les éléments clé du déroulement des relations entre les autorités coloniales espagnoles et les nationalistes marocains au moment de la publication de certains textes. Bien qu’il soit certain que ces textes se montraient parfois favorables aux thèses officielles du Haut Commissariat, à d’autres moments ils critiquaient la façon de faire de celui-ci dans des questions relatives à la population marocaine en général, et à la population arabe et musulmane en particulier. Il convient de tenir compte qu’à tous les degrés d’expression de ces deux positions avec leurs nuances respectives, l’intentionnalité pourrait ne pas être évidente. De la lecture des procès-verbaux des réunions du PRN et de quelques journaux de leurs assistants, on peut déduire qu’à certains moments les Marocains, conscients de l’étroite surveillance à laquelle ils étaient soumis, utilisèrent leurs organes de presse soit pour éviter l’intervention des censeurs, soit pour tromper les responsables politiques par la diffusion d’une stratégie ou d’une ligne d’action contraire à celle qui avait été décidée au sein du mouvement.

8Tenant compte de tous ces facteurs, le travail présent veut servir de première approche de l’étude des publications nationalistes en langue arabe du Maroc espagnol, en prêtant attention tout spécialement à la presse nationaliste, qui fera l’objet d’ultérieures analyses axées sur des aspects plus spécifiques.

I - La presse nationaliste en langue arabe : conscientisation et diffusion

9Le nationalisme marocain commença comme résistance armée dans les zones rurales (1911-1934), et finit par se transformer à partir de 1930 en mouvement politique anticolonial avec le soutien de la haute bourgeoisie urbaine, dont la grande majorité provenait d’al-Andalus et avait une solide formation. Cette élite, après avoir demandé des réformes modernisatrices et une plus grande autonomie, termina par revendiquer l’indépendance à partir des années quarante, et soutint le retour à la lutte armée une décennie plus tard, à partir de fin 1953.

10L’implantation des protectorats français et espagnol, de même que le régime international pour Tanger et son hinterland, fut la raison pour laquelle, pour des questions pratiques, le nationalisme s’organisa selon cette division. De l‘initial Comité d’Action Marocain (CAM), surgirent différents partis dès les années trente. Dans la zone nord, à côté du PRN se trouvait le Hizb al-Ouahda al-Maghribiya ou Parti de l’Unité Marocaine (PUM) de Muhammad Mekki Nasiri, nationaliste qui avait fui la zone française, ainsi que d’autres groupes plus réduits dont l’existence fut éphémère. Comme le PUM, ces derniers furent financés et utilisés par les autorités coloniales qui les manipulaient pour tenter d’enrayer l’influence du PRN parmi la population. Les Marocains eux aussi mirent tous les atouts dans leur jeu et établirent une relation ambivalente mais toujours pragmatique avec les responsables coloniaux en fonction de leurs intérêts et des directrices suivies par les gouvernements successifs de la métropole.

  • 12 BENABOUD, Mohamed, « Les missions culturelles de Tétouan à Naplouse, (1928-1931) et les missions au (...)
  • 13 IBN ‛AZZŪZ Hakīm, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥ (...)
  • 14 BESSIS, Juliette, « Chekib Arslan et les mouvements nationalistes au Maghreb », in Revue historique(...)
  • 15 IBN ‛AZZŪZ Hakīm, Muḥammad, Ziyāda al-Amīr Šakīb Arsalān li-l-Magrib. Asbābu-hā, ahdāfu-hā wa natā' (...)

11Dans tout ce processus, le pilier principal pour la genèse, la diffusion et la consolidation du mouvement dans la zone se trouvant sous l’autorité du khalifa fut le développement culturel et éducatif promu par de jeunes nationalistes qui, depuis 1928, avaient pu compléter leurs études supérieures dans les écoles réformistes du Caire et de Naplouse grâce aux missions promues par le tétouanais Abdessalam Bennouna (1888-1935)12. Considéré comme le père du nationalisme marocain pour sa contribution à la modernisation et à la conscientisation de la société13, il entretint un étroit contact avec les intellectuels arabes. En particulier avec le Libanais Chakib Arslan (1869-1946), qui disposait de sa revue, La Nation Arabe, à partir de laquelle il prit position en faveur de la lutte anticoloniale de ses frères maghrébins14, motif pour lequel il visita en 1930 Tanger et Tétouan, capitale du protectorat espagnol15.

  • 16 CAÑETE ARANDA, Mª Dolores, « Repercusiones de las orientaciones panislamistas y panarabistas en el (...)
  • 17 VELASCO DE CASTRO, Rocío, « Política y religión en el ideario nacionalista marroquí », in GRANDA (S (...)

12Ainsi, les courants panarabistes et panislamistes influencèrent la conformation d’un nationalisme marocain16 dont l’idéologie se fondait sur la stimulation d’un processus de modernisation préservant les signes identitaires communs (la langue arabe, l’islam et la dynastie alaouite)17 d’une population qui avait été divisée en trois administrations coloniales et qui n’avait pas de formation culturelle lui permettant de lutter pour ses droits et libertés sur le plan politique et diplomatique. Comme l’avait bien compris Abdessalam Bennouna, la presse constituait un important moyen de conscientisation et de diffusion dans le processus d’élaboration d’une identité nationale.

  • 18 Ibid.

13En qualité de membre de « L’Association des Ulémas Marocains », Bennouna établit à Tétouan, en janvier 1917, l’imprimerie al-Islah (La Réforme). L’imprimerie avait le même nom que la première publication nationaliste en langue arabe qui vit le jour au Maroc espagnol : la revue al-Islah, publiée un mois après la création de cette imprimerie, et qui s’érigea en organe de l’Athénée Scientifique et Littéraire Marocain, devenant ultérieurement le porte-parole de la communauté éducative tétouanaise. Cet hebdomadaire, abandonna progressivement un discours contenu pour laisser la place à une véritable rébellion dialectique sous un angle nationaliste ; cela inquiéta à tel point les autorités espagnoles que Bennouna dut remettre la publication à un nouveau directeur désigné par l’administration coloniale. Celle-ci choisit Clemente Cerdeira, un des meilleurs interprètes d’arabe, qui orienta la publication vers une ligne propagandiste officielle, non sans maintenir diverses divergences avec ses supérieurs sur la ligne éditoriale qui devait être adoptée18.

  • 19 ṢAFFÂR, Ḥassan « al-ḥaraka al-waṭanīya fī-l-šimāl wa-l-mas'ala al-taqāfīya », in Muḥammad Dāwd: al- (...)
  • 20 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Sīdī Tuhāmī al-Wazzānī », al-Ḥayāt, 22 décembre 1994, p. 1, en commém (...)
  • 21 ‛AZĪMĀN, Muḥammad, « Dikrayāt min tārīj al-ḥaraka al-taqāfīya bi-Tiṭwān », Al-Manāhīl, nº 26 (1981) (...)
  • 22 ‛AZĪMĀN, Muḥammad, « Dikrayāt min tārīj al-ḥaraka al-taqāfīya bi-Tiṭwān », Al-Manāhīl, nº 26 (1981) (...)

14L’imprimerie al-Islah fut une expérience importante pour le nationalisme. Elle contribua à former un premier groupe de militants auquel s’ajoutèrent d’autres personnalités très connues de la bourgeoisie tétouanaise de telle façon que, au début des années trente, la relève générationnelle était assurée par la continuité d’une série de familles19. Le noyau fondamental était constitué d’importantes figures de la culture, parmi lesquelles on pourrait citer Touhami Ouazzani20 ou Mohammed Daoud21, en plus de personnalités d’un grand prestige intellectuel comme le tangérois Abdallah Guennoun. À ces derniers s’unirent des jeunes qui auraient plus tard un rôle important dans le PRN : Abdelkhalak Torres (qui remplaça Bennouna à la tête du mouvement), les frères Tayyeb et Mehdi Bennouna (fils d’Abdessalam), Mohammed Benaboud, et beaucoup d’autres, sans oublier les collaborateurs occasionnels et de nombreux sympathisants. Ils apparaîtront tous dans la presse du mouvement22.

15Sur l’activité de Ouazzani, une note informative rédigée par la Délégation des Affaires Indigènes (DAI) en janvier 1929, disait ce qui suit :

  • 23 Document daté du 7 janvier 1929 et publié par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, in al-Rīf al-ŷadīd, 1er m (...)

« En ce qui concerne la diffusion parmi les habitants de presse arabe que le hach Abdessalam Bennouna et Mohammed Daud ont fait arriver depuis l’Orient par le courrier britannique, cette diffusion entre les cercles intellectuels indigènes de cette ville a rapidement augmenté grâce à la constante activité développée par un jeune homme de la famille Ouazzani appelé Sidi Touhami b. Abdallah, qui entretient une étroite relation avec Bennouna et Daoud » 23.

16Une information confirmée par le protagoniste lorsqu’il raconte son introduction dans les cercles nationalistes :

  • 24 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Sīdī Tuhāmī al-Wazzānī wa al-ṣaḥāfa al-waṭanīya », al-Rīf al-ŷadīd, 1 (...)

« Le hach Abdessalam Bennouna a commencé à nous appeler pour nous exposer les événements les plus importants qui se déroulaient à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Nous nous réunissions avec Bennouna, Daoud, Tanana, Touhami Ouazzani y Bagouz […] Les frères de l’Orient lui envoyaient toute la presse et aussi des coupures de presse. Bennouna nous les donnait pour que nous les lisions les uns après les autres […] En conséquence de tout cela ou, peut-être, comme résultat de son influence, nous avons fomenté la revendication de quelques réformes nationales ou, au moins, demandé qu’on ne porte pas atteinte à notre connaissance »24.

17Et il ajoutait, en ce qui concerne l’importance de la presse pour le nationalisme :

  • 25 Ibid.

« Le hach Abdessalam Bennouna avait raison quand il considérait que le journal le plus efficace de conscientisation nationale et de diffusion de l’esprit réformiste parmi les intellectuels et le peuple de façon égale, eut la capacité d’attirer la presse arabe d’Égypte en premier lieu, et celle de la Palestine et du Liban ensuite »25.

  • 26 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Maŷalla ‘al Sallām’. Awwal maŷalla ‛arabīya waṭanīya ḥurra ṣadara-t b (...)

18A partir de 1933, un groupe de dix publications succéda à la pionnière al-Islah. La première d’entre elles fut la revue al-Sallam (La Paix) en octobre de cette même année. Cette publication mensuelle, qui avait le faqih Mohammed Daoud comme éditeur et plus haut responsable, a éveillé un intérêt inhabituel parmi les chercheurs marocains par ses réflexions sur la direction que devait prendre le processus de modernisation au Maroc sans renoncer à l’identité islamique traditionnelle26.

  • 27 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 53-55.

19Le premier journal n’apparut qu’en mars 1934. L’hebdomadaire al-Hayat (La Vie) devint l’icône du nationalisme dans le Maroc espagnol et le porte-parole extra-officiel du PRN, puisque le parti ne fut reconnu par les autorités coloniales que deux ans plus tard. Dirigé par Abdelkhalak Torres puis, à partir du mois d’octobre de cette même année, par Touhami Ouazzani, il atteignit une diffusion considérable si l’on tient compte qu’il souffrait de limitations économiques pour pouvoir continuer à être publié et qu’il existait un taux élevé d’analphabétisme dans le pays. Malgré tout, la lecture par petits groupes et la propagation de ses principaux articles et de ses lignes d’analyse lui permirent d’atteindre un important secteur de la population du Maroc espagnol. Cette influence croissante alla de pair avec la création de filiales du PRN dans les principales villes du protectorat espagnol, alors qu’il fut plus compliqué de lui faire prendre racine dans les zones rurales à cause de l’action implacable des contrôleurs et de leurs propres caïds27.

20Dans le sillage de Bennouna, Mekki Nassiri décida de fonder une revue, al-Maghrib al-Jadid (Le Nouveau Maroc) en juin 1935. Elle était mensuelle, son titre annonçait l’orientation des contenus, qui visaient, comme la revue précédente (elle aussi avec un titre très évocateur), à ce que la population prenne conscience de la nécessité de moderniser les mentalités pour pouvoir faire de même avec le pays depuis une optique arabo-musulmane. Cependant, on observe quelques différences par rapport à la publication de Bennouna quant à la prise de position idéologique, au programme de réformes envisagé et à la vision offerte de la gestion coloniale qui pourraient mettre en évidence l’évolution du mouvement et aussi la relation complexe existant entre le PUM et le PRN.

  • 28 FAṬRĪ, ‘Abd al-Qādir, Al-rasā'il al-mutabādila bayna ‛Allāl al-Fāssī wa Muḥammad Dāwd, Rabat, al-Ma (...)

21Le second journal du PRN fut al-Akhbar (Les Nouvelles). Fondé en mars 1936 par Mohammed Daoud, les informations qui sont encore conservées du projet de création de cet hebdomadaire révèlent une méticulosité extrême dans la conception, qui comprend, entre beaucoup d’autres points, la typographie choisie, la distribution des textes, l’ordre des sections et leur extension. Le second aspect à relever est que toute cette information est communiquée un an avant l’apparition du premier numéro au leader du nationalisme dans la zone française et président du Istiqlal, Allal al-Fassi, sans doute pour qu’elle lui soit utile comme modèle pour ses propres publications28.

22Cinq mois plus tard apparaissait le journal al-Rif (Le Rif), un hebdomadaire fondé et édité par Touhami Ouazzani, dont trois aspects sont à remarquer. Le premier, l’intentionnalité de rendre visibles la communauté berbérophone et la population du Rif, une des plus appauvries de tout le pays. Le PRN effectue ainsi un geste de rapprochement vers les zones rurales ayant un environnement spécialement significatif pour la lutte anticoloniale : les tribus du Rif où Abdelkrim al-Khattabi combattit contre l’armée espagnole et où la lutte a maintenant pour but de former et faire prendre conscience à la population de la nécessité de soutenir la cause nationale.

  • 29 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit.,, pp. 62-64.
  • 30 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse marocaine d’opposition au Protectorat (1933-1956) », op. cit., p. (...)

23Le deuxième élément est qu’il fut le premier journal à revendiquer l’indépendance dans son édition du 14 juin 194029. C’est un fait spécialement important parce que la plupart des chercheurs l’attribuent à tort à des publications de la zone française ou au journal al-Ouahda al-Maghribiya (L’Unité Marocaine) du PUM dans son édition du 13 décembre 1942, après le débarquement nord-américain sur les côtes africaines30. De toute manière, la revendication de 1940 reflétait un changement qualitatif important dans les aspirations du mouvement, dénotait combien le dialogue maintenu avec les autorités coloniales était infructueux, et expliquerait l’augmentation des mesures répressives qui eurent lieu à partir de 1945 contre le nationalisme du Maroc espagnol.

  • 31 Editorial du premier numéro de al-Rīf, 1er avril 1999, p. 1.

24Et, en troisième lieu, il convient de souligner son influence sur les habitants du nord du pays où fut créé, le 1er avril 1999, le journal al-Rif al-Jadid (Le nouveau Rif), également à Tétouan et avec deux objectifs primordiaux : devenir la voix de ceux qui n’en ont pas ou ne peuvent pas se faire entendre (les habitants des zones les plus appauvries) et revendiquer la contribution du nord du pays au passé, présent et futur du royaume alaouite, avec une attention toute spéciale à la reconnaissance de la berbérité comme élément constitutif de l’identité marocaine31, ce qui n’a pas été obtenu jusqu’à la réforme constitutionnelle de 2011, douze ans après la naissance de la publication.

  • 32 ADILA, Mustapha, « Prensa y periodistas del Protectorado español en Marruecos. El Protectorado espa (...)

25En ce qui concerne l’hebdomadaire al-Ouahda al-Maghribiya, il fut créé en février 1937 par Mekki Nassiri, président du PUM, dont il était le porte-parole. Le financement était pris en charge par l’administration coloniale espagnole, circonstance qui met en évidence le ton réservé de certains de ses éditoriaux et qui justifie l’inclusion d’une édition espagnole sous le titre Unidad Marroquí (Unité Marocaine), dirigée par le journaliste puis chroniqueur officiel de Tétouan, Manuel García Sañudo32. La ligne discursive de cette publication connut des hauts et des bas qui reflèteraient la relation ambivalente maintenue avec les autorités coloniales et avec les nationalistes du PRN.

  • 33 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 108-110.
  • 34 BARBOUR, Nevill, A survey of North West Africa: the Maghrib, Oxford, Oxford University Press, 1962, (...)
  • 35 HALSTEAD, Charles R., « A “Somewhat Machiavellian” Face: Colonel Juan Beigbeder as High Commissione (...)

26Un mois plus tard, Torres fondait l’hebdomadaire al-Hourriya (La Liberté), qui remplaçait al-Hayat comme porte-parole du PRN33. Conçu en 1932, quelques auteurs ont pris cette date pour le considérer de façon erronée comme le premier journal nationaliste en langue arabe qui était publié dans le protectorat hispano-français34. Son titre, clairement revendicatif, présentait une ligne éditoriale plus critique avec les autorités coloniales espagnoles et devait toujours maintenir un équilibre précaire avec la censure du moment. Il convient de rappeler que, depuis 1936 et jusqu’à la fin de la guerre civile espagnole, la gestion coloniale est sous la responsabilité du colonel Beigbeder. Sa politique machiavélique sut combiner des concessions limitées au nationalisme avec des arrestations à domicile, des amendes et autres subterfuges bureaucratiques tandis que dans les zones rurales il ordonnait le recrutement, souvent forcé, de Marocains pour faire grossir les rangs de la faction nationale35. L’apaisement des aspirations nationalistes était obtenu en les canalisant vers le domaine éducatif et culturel où des contrôleurs, des inspecteurs, des traducteurs et des censeurs essayaient de minimiser la portée du mouvement.

  • 36 ‛ALAWĪ, Suissī, « al-ṣaḥāfa jilāl al-ḥimāya », al-Rīf al-ŷadīd, 1er juillet 1999, p. 10.

27Après la consolidation des militaires putschistes au pouvoir, ce statu quo se brise avec l’intensification des mesures répressives, ce qui explique que pendant la décennie des années quarante seules deux publications apparurent. La première, à Tétouan, sous le nom de Lisan al-Din (La Voix de la Religion), dirigée par Mohammed Taqi al-Din al-Hilali, sympathisant qui n’était pas membre du mouvement ni du PRN ou du PUM. Et la seconde, le fascicule al-Sarkha (Le Cri) publié à Tanger en juillet 1949 de façon semi-clandestine et dont l’édition pratiquement artisanale était à la charge du PRN36. Il convient de rappeler que du 14 juin 1940 au 11 octobre 1945, la zone internationale de Tanger fut occupée par les troupes du Maroc espagnol en harmonie avec les velléités impériales de Franco. La publication indiquait de quelle manière il fallait faire face au colonialisme et soulignait le besoin d’établir une résistance forte et unie dans un contexte régional, national et international spécialement exalté.

28Dans la décennie des années cinquante, la pression sur le nationalisme diminue considérablement à condition que les critiques de celui-ci soient dirigées contre la gestion française. Dans ce contexte apparut la dernière des publications de presse du nationalisme du Maroc espagnol. Édité par le PRN, le journal al-Oumma apparut en mai 1952 et devint la seule publication nationaliste en langue arabe permise sur l’ensemble du territoire marocain pendant les dernières années du régime colonial. Ce n’est pas un hasard si, à la différence des précédents, c’était un quotidien, et s’il a été le premier à informer des conditions de l’exil de Mohammed V et à rapporter les opérations de la Résistance et de l’Armée de Libération Nationale (ELN), constituée en conséquence du renversement du Sultan et du refus français à négocier l’indépendance.

  • 37 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥ (...)
  • 38 Ibid., pp. 359-363.
  • 39 Ibid., pp. 343-345.

29Parallèlement à l’apparition de ces publications, d’autres projets se perdirent en cours de route. Entre 1927 et 1936, quinze d’entre eux furent abandonnés, certains de façon momentanée pour être repris avec succès quelques années plus tard, et d’autres de façon définitive. Parmi ces derniers, il convient de mentionner les journaux suivants, tous conçus à Tétouan par Bennouna : al-Nahda (La Renaissance, hebdomadaire, en juin 1926)37; al-Bayan (Le Manifeste, hebdomadaire, en octobre 1928) ; La Gaceta de Marruecos (en juin 1932)38. Avec son successeur, Abdelkhalak Torres, à la tête du mouvement, projeta en juillet 1933 de créer à Madrid Marruecos (Maroc), une revue mensuelle qui ne vit pas le jour non plus39.

  • 40 Ibid., p. 107.
  • 41 Ibid., pp. 312-313.
  • 42 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-Ma‛had al-Ḥurr awwal ma‛had li-l-dirāsa al-‛arabīya al-tānawīya al (...)
  • 43 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥ (...)
  • 44 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-manšūrāt al-waṭanīya gayr manšūra », al-Rīf al-ŷadīd, 1er juin 199 (...)

30En ce qui concerne Torres, il stimula la création à Tétouan de al-Fajr (L’Aube ), dont le tirage était mensuel, en septembre 1932)40; al-Minbar al-Hourra (La Tribune Libre, hebdomadaire, en décembre 1932) ; al-Balag (L’information, hebdomadaire, en juillet 1933)41; al-Sawt al-Maghrib (La Voix du Maroc, publication mensuelle, en septembre 1933) ; Atlas (hebdomadaire, en septembre 1935) ; al-Ayyam (Les Jours, mensuel, en septembre 1935) ; et la revue al-Mahad al-Horr (L’Institut Libre d’Enseignement, en mai 1936) comme porte-parole des activités menées dans le premier établissement d’enseignement secondaire arabe moderne de tout le pays, qui fonctionnait depuis novembre 193542. Il essaya aussi d’encourager la réapparition de l’hebdomadaire al-Islah en mars 193343 et de lancer les hebdomadaires al-Hourriya (La Liberté, en juin 1932 bien qu’il n’ait été publié qu’en 1937), et al-Hayat (La Vie, en septembre 1932 bien que sa publication n’ait eu lieu qu’en 1934). D’autre part, Touhami Ouazzani projeta la création de la revue al-Minbar (La Tribune, en février 1936)44.

31Plusieurs réflexions peuvent être avancées après avoir réalisé ce rapide parcours. En premier lieu, le caractère revendicatif des titres, symptomatiques des lignes éditoriales, pourrait permettre d’élaborer une déclaration d’intention qui résumerait les aspirations du nationalisme. La presse devint “la voix du Maroc” en s’érigeant dans la “tribune”, d’où elle pouvait “manifester” la nécessité d’entreprendre une série de “réformes” tendant à la “renaissance” de “la nation” et à la réalisation d’un “nouveau Maroc” sous le triple “cri” de “liberté”, “paix” et “vie”. Quant au contenu, qu’il serait trop long de s’occuper ici, on peut clairement observer la progression du mouvement et l’influence dans cette évolution d’une série de facteurs endogènes et exogènes au Maroc espagnol.

32En deuxième lieu, soulignons les ressources limitées du mouvement qui sont mises en évidence par le nombre de pages des exemplaires (6 en moyenne), la mauvaise qualité du papier employé, le tirage hebdomadaire d’une grande partie des journaux et les difficultés pour réaliser régulièrement cette périodicité. Ces difficultés seront maquillées dans certains cas pour que l’opinion publique puisse penser que les motivations de la fermeture d’un journal ou de la suspension d’un autre étaient dues à des motifs politiques et non économiques.

33En troisième lieu, la structure des contenus, disposés selon le modèle occidental par sections qui allaient depuis l’information internationale jusqu’à l’information locale, et qui contenait des lettres et messages de lecteurs qui dénonçaient des actions de tout genre : manque d’infrastructures, coupures d’électricité et d’eau, pressions pour vendre un immeuble, menaces à ceux qui portaient des insignes nationalistes, critiques envers l’enseignement, aux abus des contrôleurs et aux Marocains qui tiraient bénéfice de ces abus, etc. En ce sens, l’attention est attirée par le langage employé pour établir les trois divisions du pays, auxquelles ils se réfèrent d’une manière générale en fonction de l’autorité du sultan dans chaque zone, omettant de qualifier de “français” ou “espagnol” le territoire marocain. Cette décision n’est pas partagée par tous les journaux ni constante dans le temps, ce qui fait penser à l’action de la censure ou à une nette intentionnalité de leurs responsables pour s’attirer occasionnellement la sympathie de l’autorité coloniale espagnole.

II - Présence du PRN dans les journaux, censure et instrumentalisation

34L’influence des courants réformistes arabes et islamiques sur le nationalisme marocain fut toujours évidente. Comme l’était aussi l’inquiétude de l’administration coloniale espagnole au sujet de ce qui était publié au Proche Orient, et qui remonte à la guerre du Rif (1911-1927), durant laquelle le Maroc s’attira la sympathie d’une bonne partie des pays arabes. En 1924, l’interprète de l’administration coloniale, Reginaldo Ruiz Orsatti, considérait que pour exercer de manière efficace son travail de contrôle, il fallait évaluer la force de l’idéologie nationaliste dans les différents pays arabes colonisés au moyen d’un de leurs moyens d’expression ayant la plus longue portée : la presse.

  • 45 ZARROUK, Mourad, « Los traductores arabistas de España en Marruecos: de la Guerra de Tetuán al Alza (...)

« Il est intéressant pour nous de suivre de très près les battements de cœur du peuple arabe et leurs manifestations, au moins pour pouvoir prendre des précautions à temps. En Égypte et en Syrie il existe deux foyers d’un grand mouvement intellectuel arabe qu’il faudra suivre si l’Espagne ne renonce pas à son intervention au Maroc. Ce mouvement est condensé dans de nombreuses publications de journaux, revues et livres que nous ne devrions pas ignorer »45.

35En plus de cette surveillance, il fallait superviser les contenus des publications de la zone qui se trouvait sous l’autorité du khalifa, et pour ce faire il existait différents mécanismes. Le premier d’entre eux consistait à placer un membre de l’administration coloniale dans l’équipe de la publication afin qu’il contrôle autant l’information que la façon de la diffuser. En outre, une copie des publications était donnée au service d’Information et de Traduction du Haut Commissariat pour que celui-ci en approuve le contenu ou transmette les corrections à réaliser. Le développement de l’autocensure était obtenu au moyen de l’imposition d’amendes élevées pour un article ou un contenu déterminé, de manière qu’il était pratiquement impossible de faire face au paiement et si, finalement, il était réalisé, son directeur aurait grand soin d’éviter la fermeture définitive du journal. Un autre procédé efficace était l’annulation ou le retard dans le renouvellement de l’autorisation officielle pour la publication. Ce dernier subterfuge légal était lui aussi effectif et servait de prévention ou de correctif, selon le cas, face à certains nationalistes. Tous les directeurs de ces journaux étaient surveillés au préalable pour connaître leurs orientations idéologiques et évaluer s’il convenait ou non de leur concéder l’autorisation.

36À ces pratiques s’en ajoutait d’autres, par exemple inciter à la rivalité au sein du nationalisme, diffuser des rumeurs sur le comportement d’un personnage déterminé ou subventionner des journaux qui pourraient minimiser les soutiens accordés au mouvement. Toutes ces façons d’agir peuvent être observées dans les publications décrites plus haut. Malgré les gouvernements successifs, les lignes directrices de la politique coloniale ne varièrent pas de façon substantielle. Avec l’adoption de journaux plus ou moins cosmétiques, le contrôle des publications fut une constante qui était conforme à la ligne discursive qu’ils montraient. D’un autre côté, l’évolution du mouvement allant de la demande de réformes sociales à la revendication de l’indépendance contribua tout spécialement à créer une tension au sein de ces relations.

  • 46 DAUD, Muhammad, « Canta la ciencia y desprecia la ignorancia », in Revista de Tropas Coloniales, nº (...)

37Ainsi, en 1928, le faqih Mohammed Daoud participait à la Revista de Tropas Coloniales (Revue des Troupes coloniales) avec un article dans lequel il proclamait la nécessité d’entreprendre une réforme éducative46. La revue avait été créée par l’état-major de l’Armée d’Afrique afin de devenir le porte-parole du projet colonialiste qui défendait l’intervention, l’occupation et la gestion du territoire, mais qui laissait aussi de l’espace à des orientations plus aimables où prenaient place d’importantes figures de l’africanisme espagnol qui soulignaient l’importance de l’héritage d’Al-Andalus comme patrimoine partagé et plaidaient pour un colonialisme moins militarisé. En ce sens, la contribution de Daoud s’inscrivait dans cette première phase d’entente pendant laquelle on avait bon espoir que, malgré l’imposition d’un régime colonial, la population pourrait bénéficier de quelques mesures modernisatrices.

  • 47 BENSEDDIK, Fouad, Syndicalisme et politique au Maroc. Tome I: 1930-1956, Paris, L´Harmattan, 1990, (...)

38Cependant, les mesures restrictives adoptées par la République espagnole représentèrent une nouvelle déception pour les aspirations nationalistes et les espoirs déposés dans le nouveau gouvernement. Dans cette situation, Daoud demandait en 1933 l’autorisation de créer la revue al-Sallām. La demande comportait un problème pour l’Administration, qui manquait de moyens similaires pour contrecarrer son contenu. La possibilité de refuser, sans plus, cette demande, n’était pas non plus conseillée, c’est pourquoi il fut choisi de suggérer l’inclusion d’un Espagnol dans l’équipe de rédaction, c’est-à-dire un traducteur-censeur provenant du Bureau de Presse ou de Politique, qui pourrait supprimer ou ajouter ce qu’il jugerait opportun pour atténuer le contenu des articles retouchés47.

  • 48 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Fī rikāb za‛īm al-waḥda. Yawmiyāt amīn sirr al-ustād ‛Abd al-Jāliq Ṭurr (...)

39En 1936, l’arrivée de Beigbeder au Haut Commissariat fut finalement plus bénéfique pour le nationalisme que celle de ses prédécesseurs dans ce poste. En plus d’approuver la création de partis politiques, l’administration coloniale permit la création d’une série de publications qui obtinrent un grand écho parmi la population. Ce ne furent pas les seuls moyens de propagande employés par les nationalistes. Il y eut des cours nocturnes dans les mosquées, des conférences et des réunions dans des clubs et associations, des affiches, des emblèmes, des insignes, des représentations théâtrales écrites par des militants du PRN, en plus de nombreuses autres activités organisées au siège et dans les filiales du parti48. De cette façon, il était évident que la pensée nationaliste ne se projetait pas seulement dans les publications des intellectuels marocains de la Zone, c’est pourquoi le suivi habituel de la presse s’avéra insuffisant. Il fallut l’associer à un travail d’intelligence politique, en laissant la censure comme dernière option, pour ne pas s’exposer à un affrontement direct.

  • 49 VELASCO DE CASTRO, Rocío, El protectorado español en Marruecos en primera persona: Muhammad Ibn Azz (...)

40S’inspirant de l’activité française, la DAI devint, à travers sa section politique, un prolifique producteur de rapports à caractère réservé ou secret, dont la véracité est dans certains cas assez contestable. Pour leur part, les nationalistes essayèrent de canaliser les rumeurs provoquées par ce type de textes, ainsi que le contrôle tenace pratiqué sur ses mouvements pour leur propre bénéfice, bien qu’il soit certain que les résultats furent inégaux. Les difficultés économiques pour maintenir la continuité des journaux du PRN conduisirent leurs responsables à adopter une stratégie consistant à provoquer les autorités coloniales afin de les forcer à fermer ces publications. Ainsi, pendant l’été 1952, le financement de al-Oumma passant par de sérieuses difficultés, Torres décida de publier une série de textes critiquant la gestion espagnole pour forcer la fermeture du journal en alléguant qu’elle avait été provoquée par la censure des autorités coloniales, ce qui était vrai, mais seulement en partie49.

  • 50 IBN AZZUZ HAKIM, Mohamed, El socialismo español y el nacionalismo marroquí de 1900 a 1939, Tetuán, (...)

41Cette stratégie était également réalisée en sens inverse. L’imposition d’une série de sanctions économiques réussissait à réduire l’activité du mouvement sans intervention directe de l’administration coloniale sur le journal concerné. Ce fut le cas de al-Hayat. Depuis sa création, le 1er mars 1934, jusqu’à sa fermeture provisoire, le 29 septembre 1935, quatre amendes lui furent imposées50. La continuité de l’hebdomadaire, qui dura à peine plus d’un an, mit en évidence l’effectivité de la mesure.

42La nomination de Torres comme ministre des Habous (biens immobiliers publics destinés à des œuvres sociales ou caritatives) du khalifat, en octobre 1934, fut une autre mesure de dissuasion parce qu’elle l’obligeait à abandonner la direction de al-Hayat. Pourtant, son remplacement par Ouazzani ne changea pas la ligne éditoriale de la publication ni la relation de Torres avec le mouvement. D’ailleurs, il finit par démissionner en mars de cette même année face à l’immobilisme de l’institution et à l’impossibilité de mener à bien ses réformes même si, officiellement, il s’agissait d’une institution autonome.

  • 51 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥ (...)
  • 52 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Watā'iq al-ḥaraka al-waṭanīya fī šimāl al-Magrib: al-ŷuz' al-awwal, Tet (...)

43L’imprimerie al-Islah ne connut pas le même sort, elle fut placée sous le contrôle des autorités coloniales dans le but de faciliter la supervision des contenus de la revue du même nom. Cette limitation unie à l’inauguration de la première école réformiste d’enseignement primaire, la Madrasa Ahliya, en décembre 1924, poussa Bennouna à fonder une imprimerie arabe nationaliste qui éditerait les publications employées par le système éducatif moderne basé sur le réformisme égyptien. De cette manière, en novembre 1928 commençait son activité l’imprimerie al-Mahdiya, d’où sortiraient toutes les publications du PRN51, en plus des pamphlets et brochures du parti et de son prédécesseur, le CAM. C’est ce qui est recueilli dans un rapport secret de la DAI de janvier 193652.

  • 53 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-Matba‛a al-Mahdīya », al-Ḥayāt, 16 novembre 1997, p. 3.
  • 54 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥ (...)
  • 55 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-haŷŷ Binnūna wa al-Matba‛a al-Mahdīya », al-Ḥayāt, 1er mars 1994, (...)

44Pour éviter que son imprimerie connaisse le même sort que l’imprimerie antérieure, Bennouna la conçut comme une entreprise formée par une série d’associés, dont quelques-uns étaient nationalistes et sympathisants du mouvement53. La participation de ces derniers n’impliquait pas la subordination de l’imprimerie aux activités du groupe. L’imprimerie publiait des travaux et des journaux nationalistes, mais elle se nourrissait aussi d’autres commandes et projets qui n’avaient aucune relation directe avec le nationalisme marocain54. Fonctionnant comme une entreprise locale habituelle, non seulement elle assura sa subsistance mais elle esquiva aussi une bonne partie des mesures punitives du Haut Commissariat. Les essais de ce dernier pour tenter de contrôler les contenus qui étaient édités ne remplirent pas leur mission, en règle générale. Plus encore, en mars 1930, et quand le budget s’élevait à 40.000 pesetas de l’époque, la réorganisation du conseil d’administration provoqua une croissance de l’entreprise, légitimée par l’achat de machines à Ceuta55.

III - L’exceptionnalité du journal al-Oumma (1953-1956)

  • 56 ALGORA WEBER, María Dolores, « El aislamiento exterior de España: las ‘políticas de sustitución’ en (...)
  • 57 VELASCO DE CASTRO, Rocío, Nacionalismo y colonialismo en Marruecos (1945-1951). El general Varela y (...)

45Le processus décolonisateur, impulsé après la guerre mondiale et la création naissante de blocs en conséquence de la Guerre Froide, rendirent plus étroites les relations avec les États-Unis et revitalisa le nationalisme. En même temps, le régime franquiste subissait depuis 1946 la réprobation internationale de l’ONU (résolution 39-I du 12 décembre 1946) et un isolationnisme qui, sans être total, provoqua la recherche d’appuis dans les pays arabes pour annuler cette réprobation56. À cette fin, la gestion coloniale fut maquillée en même temps que s’exerçait une répression très dure qui finit, en 1948, avec l’exil des principaux membres du PRN57. Cette situation se reflète dans la considérable diminution d’activité de la presse. Il faudra attendre les années 1951-1952 pour que l’évolution des évènements internationaux d’un côté, et les décisions des autorités coloniales françaises de l’autre, provoquent l’adoption d’une stratégie à moyen et long terme contraire aux intérêts espagnols : le développement d’un nationalisme anti-français.

  • 58 BENJELLOUN, Abdelmajid, « Le mouvement nationaliste marocain dans l’exMaroc espagnol (1930-1956) », (...)

46Juridiquement, l’implantation du protectorat avait été accordée entre le Maroc et la France dans le traité de Fès (1912), qui céda ensuite une partie de la gestion du territoire à l’Espagne. Par conséquent cette dernière n’avait pas de capacité de manœuvre pour concéder l’autonomie ni l’indépendance à son protectorat. La décision des responsables français de destituer Mohammed V à cause de son soutien de plus en plus fort aux revendications nationalistes servit à ce que les autorités coloniales espagnoles mettent en marche cette stratégie qui n’était pas sans exercer un contrôle tenace sur les activités nationalistes. C’est pour cette raison qu’il ne faut pas confondre l’utilitarisme dont les deux groupes firent preuve avec une “complicité passive” 58.

  • 59 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 110-112.

47C’est dans ce contexte que Torres est autorisé à rentrer de son exil, à s’installer à Tanger et à y publier le quotidien al-Oumma au milieu des nouvelles inquiétantes qui arrivaient de Rabat et présageaient le remplacement de Mohammed V par un autre membre de la famille qui présenterait moins de résistance aux projets de l’administration coloniale française59. Un an plus tard, en août 1953, le sultan était envoyé en exil, et il n’en reviendra qu’en octobre 1955. Cette apparente politique d’ouverture des autorités espagnoles s’explique par au moins trois motifs. D’abord, pour l’utiliser comme image promotionnelle de la “fraternité hispano-marocaine” et se démarquer de la répression entreprise dans la zone française. En deuxième lieu, pour centrer l’attention sur l’affrontement entre le Sultan et les responsables coloniaux français en cessant de mettre l’accent sur le protectorat espagnol à la fin de son isolement international (révocation du 4 novembre 1955 avec les voix favorables, entre autres, des pays arabes). Et finalement, pour ralentir les demandes marocaines d’indépendance au sein d’une politique immobiliste qui culmina par un processus de décolonisation inachevée et traumatique.

48Du point de vue marocain, les limitations de cette politique étaient considérées comme un moindre mal puisqu’elles leur permettaient de continuer à agir contre la France, qui était le principal obstacle pour obtenir l’indépendance. Les membres du PRN luttaient pour un Maroc réunifié et indépendant (ce qu’indiquait le nom choisi pour le journal). L’option anti-française fut donc une décision stratégique pour résister et continuer à étendre leur cause à l’intérieur et à l’extérieur du pays. L’exil de Mohammed V accéléra cette alliance circonstancielle. Tout ce processus, avec ses côtés positifs et négatifs, ainsi que l’évolution des événements sur la scène internationale, peuvent être analysés à travers les pages de al-Oumma.

  • 60 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-ŷarīda al-Umma (1952-1953) », al-Rīf al-ŷadīd, 14 octobre 1999, p. (...)

49La première différence de al-Oumma par rapport aux journaux antérieurs (al-Rif et al-Hayat), c’est qu’il était entièrement consacré à la révélation de tout événement politique pouvant avoir une influence sur les aspirations nationalistes. Durant sa première période (1952), les autorités coloniales maintinrent une étroite surveillance pour éviter qu’il offre une vision trop critique du franquisme. D’un autre côté, les difficultés de financement qu’il connut en juillet 1952 furent transformées par Torres en accusation : la censure politique empêchait la continuité du journal. Cependant, la situation fut sauvée grâce à des bienfaiteurs comme le Sultan, le Khalifa et les membres et sympathisants du Parti, les souscriptions populaires et les dons particuliers. Quelques-uns furent réellement généreux comme la contribution de Khaduya Afailal, épouse de Abdelkhalak Torres, qui, pour donner l’exemple, vendit ses bijoux60. La reprise de la publication eut lieu le 16 janvier 1953.

50Le journal avait une structure très particulière et variable, distribuée sur quatre pages, bien que parfois sur trois seulement et, dans quelques occasions spéciales, comme le retour du Sultan au Maroc en décembre 1955, il y eut jusqu’à six pages. En ce qui concerne son nom, al-Oumma signifie “la nation”, terme qui est habituellement exprimé avec d’autres vocables, mais il fait littéralement référence à la “communauté de croyants” qui englobe tous les musulmans, indépendamment de leur provenance. Dans le cas du journal, il est traduit par “nation” qui récupère le sens unificateur du terme en réponse au détrônement et à l’exil du sultan Mohammed V, qui portait le titre de Amir al-Mouminin ou Commandeur des Croyants, c’est-à-dire leader spirituel de la Oumma marocaine. Cette double connotation, sans aucun doute intentionnelle, définissait parfaitement la ligne du journal.

  • 61 Al-Umma, 30 octobre 1953, pp. 2-3.
  • 62 Al-Umma, 30 octobre 1953, p. 3.

51Tous les contenus versaient sur les dernières nouvelles advenues au Maroc, la situation du Sultan, du Nationalisme et de la Résistance. La première page était consacrée à deux sujets : l’évolution de la question marocaine à l’ONU et l’activité politique et personnelle du Sultan, alors que la deuxième page s’occupait de la politique internationale avec une mention spéciale aux États-Unis et à la France. Sur la troisième page se trouvaient les nouvelles locales et de la publicité, les contributions des lecteurs et quelque colonne d’opinion traditionnellement assignée à des intellectuels du PRN, comme Mohammed Tanyi61, Abdallah Guennoun, ou à des nationalistes célèbres, comme le tunisien Habib Bourghiba, président du Parti Neo-Destur62. La quatrième et dernière page rapportait habituellement la situation dans la zone française (étant donné les circonstances politiques, on utilisait ce qualificatif pour montrer son désaccord avec l’intronisation de Ben Arafa), et les actions réalisées par la Résistance.

52Durant sa deuxième période (1953-1956), al-Oumma joua un rôle fondamental avec le consentement des autorités coloniales espagnoles. La répression de la Résidence Générale comporta l’interdiction de la presse, et il devint le seul journal marocain, nationaliste et en langue arabe qui donnait des informations sur les activités du nationalisme à l’intérieur et à l’extérieur du pays, ainsi que des nouvelles de l’exil du Sultan, de l’Armée de Libération Marocaine et de beaucoup d’autres questions en rapport avec la lutte pour l’indépendance.

  • 63 Al-Umma, 23 mai 1955, pp. 1-2.

53En mai 1955, la une du journal publiait : « Marocains ! Voyez comment les Français humilient votre roi, et sa famille, éloigné de son Trône et de sa patrie ». Et en dessous cinq photographies étaient reproduites avec des légendes aussi significatives que « Ce sont nos héros bien aimés dont nous exigeons le retour »63. Interviewé en novembre de cette même année, Mohammed V exprima sa reconnaissance aux responsables du journal :

  • 64 Al-Oumma, 21 novembre 1955, p. 1. Certains de ces fragments furent publiés par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Mu (...)

« Je peux dire, et j’en suis fier, que le journal al-Oumma a été le premier à hisser le drapeau de l’indépendance et proclamer sa loyauté envers nous (...) Ses pages m’ont réconforté pendant mon exil. C’est le seul journal qui a réussi à rompre l’isolement imposé par le siège français. Je me rappelle que j’attendais impatiemment chaque numéro parce que c’était la seule manière de me sentir près de mon cher pays et le moyen le plus fiable de savoir ce qui s’y passait (...) Dans des moments très difficiles, remplis de crainte et d’incertitude, al-Oumma a persisté dans la lutte pour la liberté et adopté une attitude inoubliable de soutien aux victimes des abus coloniaux »64.

  • 65 Article de Abdelkebir Fassi publié par l’organe d’expression de l’Istiqlal, le journal al-Alam, 18 (...)

54La publication est aussi une source de première main pour mieux comprendre l’intensité du conflit, les nouvelles concernant l’Armée Marocaine de Libération et ses activités. Comme le confirma Abdelkebir al-Fassi, ce journal et le PRN furent la pierre angulaire de la Résistance. Cousin du leader nationaliste Allal al-Fassi, c’est lui qui se mit d’accord avec Torres, au nom du Istiqlal, sur l’exécution d’actes de sabotage dans les deux zones en juillet 1953, tandis que Boucetta, qui est considéré comme l’un des leaders les plus importants de l’Armée de Libération du Maroc, décrivit l’intervention du Parti National Réformiste comme « un rôle fondamental dans l’histoire de notre épopée nationale » 65.

Conclusions

55A travers ce parcours il est possible de tirer quelques réflexions car la succession chronologique permet d’établir une vue d’ensemble du mouvement et de son évolution. Les réformes initiales défendues par al-Islah (1917, Bennouna) qui avaient un caractère global et employaient des moyens pacifiques comme le proclamait al-Sallām (1933, Daoud), s’articulèrent dans le domaine politique et social, ce que nous montraient al-Hayat (1934, Torres) et al-Rif (1936, Ouazzani) jusqu’au moment où, finalement, ils se défendirent au moyen de la lutte armée, reflétée dans al-Sarkha (1949, semi-clandestin), afin de récupérer la liberté et l’unité du pays, objectifs poursuivis par al-Oumma (1952, Torres).

56Le caractère propagandiste de la presse et son travail informatif constituaient, avec l’implantation d’un système d’enseignement arabe islamique réformiste, les deux axes principaux de la ligne d’action du nationalisme du Maroc espagnol. On a pu observer le lien étroit existant entre le développement des publications périodiques et l’évolution du nationalisme, de même que l’implication d’importants intellectuels, tous membres du PRN ou sympathisants du parti, dans ce labeur. Cette interaction fait de la presse nationaliste arabe une source primordiale pour l’étude du nationalisme marocain. De même, on a pu constater que la décennie des années trente fut celle de la plus grande activité, pendant laquelle le mouvement au niveau interne se consolida non seulement dans son cadre idéologique mais aussi dans son articulation pratique, tandis qu’au niveau externe il put bénéficier de maigres concessions espagnoles.

57Cette dernière question établit la relation ambivalente et toujours complexe entre le nationalisme et les autorités coloniales du protectorat espagnol. Quelques-uns des exemples mentionnés peuvent contribuer à nuancer des vues quelque peu simplistes, et ouvrir la porte à une étude détaillée de celles-ci. En ce sens, il est spécialement important de connaître les mécanismes de contrôle direct et indirect employés par les autorités coloniales ainsi que les ressources dont disposaient les nationalistes pour essayer de leur faire face ou de diminuer leur portée.

58Finalement, il faut souligner les deux initiatives qui surgirent dans les années quatre-vingt-dix pour récupérer l’héritage de cette presse au moyen de la réédition de al-Hayat et la continuation de al-Rif dans al-Rif al-Jadid, à un moment où la revitalisation du régionalisme politique dans le nord du pays réclama l’héritage du PRN comme signe d’identité.

Haut de page

Notes

1 Cet article a été élaboré dans le cadre du Projet de Recherche EtniXX (PID2019-105741GB-I00) intitulé « Discursos y Representaciones de la Etnicidad: Política, Identidad y Conflicto en el Siglo XX », financé par le Ministère de l’Ministère de la Science, de l'Innovation et des Universités dans l’Appel 2019 à Projets de I+D+i du Programme national de Recherche, Développement et Innovation orienté vers les Défis de la Société, dans le cadre du Plan National de Recherche Scientifique et Technique d’Innovation. De plus, nous remercions Colette Charbonnier pour la révision du texte qui a été financée par le groupe de recherche « Historia del Tiempo Presente » (HISTIPRES) de l’Université d’Estrémadure.

2 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, La presse marocaine d’opposition du Protectorat, Thèse de doctorat, Université Toulouse-Le-Mirail, 1979.

3 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse marocaine d’opposition au Protectorat (1933-1956) », Hespéris-Tamuda, nº 20-21 (1982-1983), pp. 338-339 y 343-344.

4 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse nationaliste et le régime de protectorat au Maroc dans l’entre deux-guerres », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, nº 34 (1982), pp. 91-104.

5 Voir par exemple les articles de Mohammed Ibn Azzouz Hakim dans les journaux al-Hayat (La Vie) entre 1994 et 1999 et al-Rif al-Jadid (Le Nouveau Rif) entre 1999 et 2010.

6 ZARROUK, Mourad, « Los traductores arabistas de España en Marruecos: de la Guerra de Tetuán al Alzamiento », in RODRÍGUEZ MEDIANO (Fernando), DE FELIPE (Helena) (coords.), El protectorado español: gestión colonial e identidades, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2002, pp. 281-306 ; ZARROUK, Mourad, « El control de la prensa árabe durante el protectorado español en Marruecos », in MAJDOUBI BAHIDA (El Houssine), DÍAZ NOSTY (Bernardo) (eds.), En El ancho estrecho / Le large détroit : las dos orillas de los medios, Barcelona, Icaria, 2009, pp. 225-240 ; ZARROUK, Mourad, Los traductores de España en Marruecos, Barcelona, Bellaterra, 2009.

7 AKMIR, Youssef, « Reflexiones sobre una revista colonialista militar: Tropas Coloniales, África (1924-1936) », Estudios Africanos. Revista de la Asociación Española de Africanistas, nº 12, vol. 22-23 (1998), pp. 173-196 ; ESSAOUD, Abdelaziz, « La Revista de Tropas Coloniales: una fuente sobre la acción militar durante el protectorado español », in Actas del Coloquio Tetuán en la documentación española del Protectorado, Tetuán, Universidad Abdelmalek Essaâdi, 1998, pp. 120-124 ; GONZÁLEZ GONZÁLEZ, Irene, « Las publicaciones africanistas españolas: el caso de África. Revista De Tropas Coloniales (1924-1936) », Clio@Themis, nº 12 (2017), http://www.cliothemis.com/Las-publicaciones-africanistas,155 ; NAVAJAS ZUBELDIA, Carlos, « La primera época de la Revista de Tropas Coloniales: un estudio ideológico », Revista de Extremadura, nº 19 (1996), pp. 43-56 ; VELASCO DE CASTRO, Rocío, « De periodistas improvisados a golpistas consumados: el ideario militar africanista de la Revista de Tropas Coloniales (1924-1936) », El Argonauta Español, n° 10 (2013), https://doi.org/10.4000/argonauta.1590 ; VELASCO DE CASTRO, Rocío, « La prensa militar africanista: el Telegrama del Rif y la Revista de Tropas Coloniales », in VIÑAS (Ángel), PUELL DE LA VILLA (Fernando) (coords.), La historia militar hoy: investigaciones y tendencias, Madrid, Instituto Universitario General Gutiérrez Mellado-UNED, 2015, pp. 225-246 ; VELASCO DE CASTRO, Rocío, « La contribución de la prensa africanista a la difusión del sueño imperial español en Marruecos », in FERRER GONZÁLEZ (Cristian), SANS MOLAS (Joel) (coords.), Fronteras contemporáneas: identidades, pueblos, mujeres y poder, Barcelona, Universitat Autònoma de Barcelona, 2017, pp. 623-635.

8 ADILA, Mustapha, « Prensa y periodistas del Protectorado español en Marruecos », in ARAGÓN, Manuel) (coord.), El Protectorado español en Marruecos: la historia trascendida, vol. II, Bilbao, Iberdrola, 2013, pp. 155-164.

9 VELASCO DE CASTRO, Rocío, « Algunas consideraciones en torno a la política cultural del protectorado español en Marruecos durante el régimen franquista », in VI Encuentro de investigadores sobre el franquismo, Zaragoza, Comisiones Obreras, 2006, pp. 493-505.

10 Les termes et la bibliographie en arabe ont été transcrits conformément au système de la publication doyenne de l’arabisme espagnol, la revue al-Andalus. Pour les noms propres, il a été choisi d’employer la forme la plus commune utilisée en langue castillane (espagnol). Quant à la traduction, al-Oumma fait référence de façon générique à la communauté de croyants de l’islam, mais dans ce contexte et en langage nationaliste, il se réfère à la nation marocaine.

11 Voir comme exemple la monographie de BAÏDA, Jamaâ, La presse marocaine d'expression française : des origines à 1956, Rabat, Publications de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines, 1996.

12 BENABOUD, Mohamed, « Les missions culturelles de Tétouan à Naplouse, (1928-1931) et les missions au Caire (1938) », in Elites et pouvoir dans le monde arabe pendant la période moderne et contemporaine, Tunis, Centre d'Études et de Recherches Economiques et Sociales, 1992 pp. 61-71.

13 IBN ‛AZZŪZ Hakīm, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥayātu-hu wa niḍālu-hu, vol. I, Rabat, al-Sāḥil, 1987; vol. II, Rabat, al-Hilāl al-‛Arabī, 1987; vol. III, Rabat, al-Sāḥil, 1988; vol. IV, Rabat, Mitāq al-Magrib, 1995.

14 BESSIS, Juliette, « Chekib Arslan et les mouvements nationalistes au Maghreb », in Revue historique, nº 526 (1978), pp. 467-489.

15 IBN ‛AZZŪZ Hakīm, Muḥammad, Ziyāda al-Amīr Šakīb Arsalān li-l-Magrib. Asbābu-hā, ahdāfu-hā wa natā'iŷu-hā. Tetuán, Mu'assasa ‛Abd al-Jāliq Ṭurrīs li-l-taqāfa wa-l-fikr, 1980.

16 CAÑETE ARANDA, Mª Dolores, « Repercusiones de las orientaciones panislamistas y panarabistas en el nacimiento del nacionalismo político del Norte de Marruecos (1930-1936) », Hespéris-Tamuda, nº XXXVI (1998), pp. 111-132.

17 VELASCO DE CASTRO, Rocío, « Política y religión en el ideario nacionalista marroquí », in GRANDA (Sara), TORRES (Ana) y VELASCO (Rocío) (coords.), Religión y control político-social: normas, instituciones y dinámicas sociales, Valladolid, Asociación Veritas para el Estudio de la Historia, el Derecho y las Instituciones, 2016, pp. 241-258.

18 Ibid.

19 ṢAFFÂR, Ḥassan « al-ḥaraka al-waṭanīya fī-l-šimāl wa-l-mas'ala al-taqāfīya », in Muḥammad Dāwd: al-ḥaraka al-waṭanīya fī-l-šimāl wa-l-mas'ala al-taqāfīya, Tetuán, Ittiḥād Kuttāb al-Magrib, al-Maŷlis al-Baladī li-madīna Tiṭwān, 1990, pp. 9-22.

20 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Sīdī Tuhāmī al-Wazzānī », al-Ḥayāt, 22 décembre 1994, p. 1, en commémoration du XXIIe anniversaire de sa mort. En ce qui concerne son héritage dans le domaine journalistique, voir al-Rīf al-ŷadīd, 1er mai 1999, p. 4.

21 ‛AZĪMĀN, Muḥammad, « Dikrayāt min tārīj al-ḥaraka al-taqāfīya bi-Tiṭwān », Al-Manāhīl, nº 26 (1981), pp. 336-358. Voir aussi la notice biographique publiée par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM Muḥammad, in al-Ḥayāt, 4 juin 1995, p. 1, lors du XIe anniversaire de sa mort.

22 ‛AZĪMĀN, Muḥammad, « Dikrayāt min tārīj al-ḥaraka al-taqāfīya bi-Tiṭwān », Al-Manāhīl, nº 26 (1981), pp. 336-358. Voir aussi la notice biographique publiée par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM Muḥammad, in al-Ḥayāt, 4 juin 1995, p. 1, lors du XIe anniversaire de sa mort.

23 Document daté du 7 janvier 1929 et publié par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, in al-Rīf al-ŷadīd, 1er mai 1999, p. 4.

24 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Sīdī Tuhāmī al-Wazzānī wa al-ṣaḥāfa al-waṭanīya », al-Rīf al-ŷadīd, 1 de mayo de 1999, p. 4.

25 Ibid.

26 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Maŷalla ‘al Sallām’. Awwal maŷalla ‛arabīya waṭanīya ḥurra ṣadara-t bi-l-Magrib », Watā'iq al-Waṭanīya, nº 2 (1988), pp. 122-134; AL-JIRAZ, ‛Abd al-Qadir, « Tiṭwān wa riyāda al-ṣaḥāfa al-waṭanīya maŷalla al-Salām », in Tiṭwān fī ‛ahd al-Ḥimāya: 1912-1956, Tetuán, Manšurāt al-Maŷlis al-Baladī li-madīna Tiṭwān, 1992, pp. 187-205 ; MARYAN, Muḥammad, « al-Faqīh Muḥammad Dāwd wa maŷalla ‘al-Sallām’ (1933-1934) », in Muḥammad Dāwd: al-ḥaraka al-waṭanīya fī-l-šimāl wa-l-mas'ala al-taqāfīya, Tetuán, Ittiḥād Kuttāb al-Magrib, al-Maŷlis al-Baladī li-madīna Tiṭwān, 1990, pp. 119-127; ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), Thèse doctorale, Université de Rabat, 1988, pp. 47-49. Pour une analyse sur la dimension politique de la revue, voir KARAMI, Idriss, « ‛Alāqa al-taqāfī bi-l-siyāsī ‛inda Muḥammad Dāwd min jilāl maŷalla ‘al-Sallām’ », in Muḥammad Dāwd: al-ḥaraka al-waṭanīya fī-l-šimāl wa-l-mas'ala al-taqāfīya, op. cit., pp. 105-118.

27 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 53-55.

28 FAṬRĪ, ‘Abd al-Qādir, Al-rasā'il al-mutabādila bayna ‛Allāl al-Fāssī wa Muḥammad Dāwd, Rabat, al-Ma‛ārif al-Ŷadīda, 2000, pp. 182-184.

29 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit.,, pp. 62-64.

30 IHRAÏ-AOUCHAR, Amina, « La presse marocaine d’opposition au Protectorat (1933-1956) », op. cit., p. 345.

31 Editorial du premier numéro de al-Rīf, 1er avril 1999, p. 1.

32 ADILA, Mustapha, « Prensa y periodistas del Protectorado español en Marruecos. El Protectorado español en Marruecos: la historia trascendida », op. cit., p. 163.

33 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 108-110.

34 BARBOUR, Nevill, A survey of North West Africa: the Maghrib, Oxford, Oxford University Press, 1962, p. 159.

35 HALSTEAD, Charles R., « A “Somewhat Machiavellian” Face: Colonel Juan Beigbeder as High Commissioner in Spanish Morocco, 1937-1939 », Historian, nº 37, vol. 1 (1974), pp. 46-66; IBN AZZUZ HAKIM, Mohamed, La actitud de los moros ante el alzamiento. Marruecos 1936, Málaga, Algazara, 1997.

36 ‛ALAWĪ, Suissī, « al-ṣaḥāfa jilāl al-ḥimāya », al-Rīf al-ŷadīd, 1er juillet 1999, p. 10.

37 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥayātu-hu wa niḍālu-hu, vol. I, op. cit., pp. 251-255 y 277-278.

38 Ibid., pp. 359-363.

39 Ibid., pp. 343-345.

40 Ibid., p. 107.

41 Ibid., pp. 312-313.

42 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-Ma‛had al-Ḥurr awwal ma‛had li-l-dirāsa al-‛arabīya al-tānawīya al-‛aṣrīya al-ḥurra bi-l-Magrib », Watā'iq al-Waṭanīya, nº 5-6 (1990), pp. 121-138; ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit.,, pp. 60-62.

43 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥayātu-hu wa niḍālu-hu, vol. IV, Rabat, Mitāq al-Magrib, 1995, p. 250.

44 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-manšūrāt al-waṭanīya gayr manšūra », al-Rīf al-ŷadīd, 1er juin 1999, p. 7. Les reproductions de la demande et de l’autorisation peuvent être consultées dans al-Rīf al-ŷadīd, 1er mai 1999, p. 4.

45 ZARROUK, Mourad, « Los traductores arabistas de España en Marruecos: de la Guerra de Tetuán al Alzamiento », RODRÍGUEZ MEDIANO (Fernando), FELIPE RODRÍGUEZ (Elena de Jesús de) (coords.), El protectorado español: gestión colonial e identidades, Madrid, CSIC, 2002, p. 301.

46 DAUD, Muhammad, « Canta la ciencia y desprecia la ignorancia », in Revista de Tropas Coloniales, nº 44 (1928), p. 198.

47 BENSEDDIK, Fouad, Syndicalisme et politique au Maroc. Tome I: 1930-1956, Paris, L´Harmattan, 1990, pp. 128-129.

48 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Fī rikāb za‛īm al-waḥda. Yawmiyāt amīn sirr al-ustād ‛Abd al-Jāliq Ṭurrīs, Tetuán, al-Jalīŷ al-‛Arabī, 1999, pp. 11-14.

49 VELASCO DE CASTRO, Rocío, El protectorado español en Marruecos en primera persona: Muhammad Ibn Azzuz Hakim, Cáceres, Servicio de Publicaciones de las Universidades de Granada y Extremadura, 2017, p. 114.

50 IBN AZZUZ HAKIM, Mohamed, El socialismo español y el nacionalismo marroquí de 1900 a 1939, Tetuán, Imprenta Minerva, 1979, pp. 72-73.

51 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥayātu-hu wa niḍālu-hu, op. cit., p. 203.

52 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Watā'iq al-ḥaraka al-waṭanīya fī šimāl al-Magrib: al-ŷuz' al-awwal, Tetuán, Dispress, 1980, p. 261.

53 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-Matba‛a al-Mahdīya », al-Ḥayāt, 16 novembre 1997, p. 3.

54 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, Ab al-ḥaraka al-waṭanīya al-magribīya al-ḥaŷŷ ‛Abd al-Sallām Binnūna. Ḥayātu-hu wa niḍālu-hu, op. cit., p. 279; ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., p. 17.

55 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-haŷŷ Binnūna wa al-Matba‛a al-Mahdīya », al-Ḥayāt, 1er mars 1994, p. 6.

56 ALGORA WEBER, María Dolores, « El aislamiento exterior de España: las ‘políticas de sustitución’ en el régimen de Franco », Critica Storica-Bolletino A.S.E., nº XXVIII (1990), pp. 881-892.

57 VELASCO DE CASTRO, Rocío, Nacionalismo y colonialismo en Marruecos (1945-1951). El general Varela y los sucesos de Tetuán, Sevilla, Alfar, 2012.

58 BENJELLOUN, Abdelmajid, « Le mouvement nationaliste marocain dans l’exMaroc espagnol (1930-1956) », in ARAGÓN (Manuel) coord., El Protectorado español en Marruecos: la historia trascendida, vol. II, op. cit., p. 198.

59 ṢAFFAR, Ḥassan, Ḥizb al Iṣlāḥ al Waṭanī (1936-1956), op. cit., pp. 110-112.

60 IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-ŷarīda al-Umma (1952-1953) », al-Rīf al-ŷadīd, 14 octobre 1999, p. 6.

61 Al-Umma, 30 octobre 1953, pp. 2-3.

62 Al-Umma, 30 octobre 1953, p. 3.

63 Al-Umma, 23 mai 1955, pp. 1-2.

64 Al-Oumma, 21 novembre 1955, p. 1. Certains de ces fragments furent publiés par IBN ‛AZZŪZ ḤAKĪM, Muḥammad, « Al-ŷarīda al-Oumma (1952-1953) », al-Ḥayāt, 18 novembre 1994, p. 3.

65 Article de Abdelkebir Fassi publié par l’organe d’expression de l’Istiqlal, le journal al-Alam, 18 août 1978, 3. Apud: I Fī rikāb za‛īm al-waḥda. Yawmiyāt amīn sirr al-ustād ‛Abd al-Jāliq Ṭurrīs, Tetuán, al-Jalīŷ al-‛Arabī, 1999, pp. 172-173.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rocío Velasco de Castro, « Propagande et censure dans la presse nationaliste marocaine sous le protectorat espagnol »El Argonauta español [En ligne], 18 | 2021, mis en ligne le , consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/5573 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.5573

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search