Navigation – Plan du site

AccueilNuméros19Les journalistes: témoins et acte...IntroductionIntroduction

Les journalistes: témoins et acteurs en temps de crise. XIXe - XXIe s. en Espagne et en Europe méridionale
Introduction

Introduction

Elisabel Larriba, Isabelle Renaudet et Severiano Rojo Hernandez

Texte intégral

  • 1 MOREAU Jean Nicolas, REVERET Régis, Les médias et la communication de crise, Paris, Economica, 1997

1En 1694, aux portes du siècle des Lumières, le Dictionnaire de l’Académie françoise dédié au Roi (1ère édition) faisait état pour le substantif crise de deux acceptions. Le terme relève au sens premier du domaine médical : « Effort que fait la nature dans les maladies, qui est d’ordinaire marqué par une sueur, ou par quelque autre symptome, & qui donne à juger de l’événement d’une maladie. Bonne crise. mauvaise crise. crise imparfaite. jour de crise. attendre la crise. » Mais la seconde acception permet d’aller vers d’autres champs : « On dit fig. qu’Une affaire est dans sa crise, pour dire, qu’Elle est sur le point d’estre decidée de maniere ou d’autre. » Au fil du temps, sous l’influence du cours de l’Histoire, mais également des « façons de sentir et de penser » (Marc Bloch), cette définition s’est enrichie. En 1878 (7ème édition), la notion de « trouble » est introduite en lien avec les domaines de l’économie et de la politique. Dans la 9ème édition (l’actuelle), le nombre d’acceptions est passé à sept et la plus développée (la 6ème) renvoie à la « période troublée que traverse un pays, une société », aux « troubles qui affectent un secteur d’activité » ou bien encore « le fonctionnement d’une institution ». C’est assurément la plus utilisée et celle qui a motivé la « Remarque » finale des académiciens : « Le mot Crise est souvent employé abusivement. Il devrait être réservé à des phénomènes précis et à des événements limités dans le temps. » On ne saurait leur donner tort. Crise sanitaire —avec la pandémie de COVID 19—, crises internationales, politiques, diplomatiques, militaires, ministérielles, sociales, sociétales, économiques, le terme de crise, ce « moment périlleux ou décisif d’une affaire », est sans doute le plus utilisé (pour ne pas dire galvaudé) par les journalistes pour rendre compte de notre actualité quotidienne. De la Révolution française à la pandémie de COVID 19 et à la guerre d’Ukraine, les journaux ont été les témoins et les vecteurs de ces crises qui ont bouleversé les sociétés. Et comme le déclaraient Jean Nicolas Moreau et Régis Revéret dans un ouvrage déjà ancien (1997), présenté comme un guide pratique de la communication de crise : « la crise appelle les médias comme les poumons aspirent l'air que l'on respire »1.

  • 2 KALIFA Dominique, REGNIER Philippe, THERENTY Marie-Eve, VAILLANT Alain (dir.), La Civilisation du j (...)

2Alors que nous vivons un temps où les crises se succèdent, voire se superposent, où l’on passe en un claquement de doigts de l’information à l’infodémie, où l’infox (qui a existé de tout temps) et la défiance à l’égard des médias traditionnels (en pleine mutation) acquièrent une nouvelle dimension, il nous a semblé important de consacrer cette livraison monographique de El Argonauta español à « La presse en temps de crise » en ciblant des espaces divers dans l’espace et dans le temps. Les études regroupées dans ce numéro portent, non seulement sur l’Espagne, mais aussi sur deux pays de l’Europe méridionale fort distincts de par leur histoire : la France et l’Albanie, tout en ouvrant sur d’autres aires géographiques et culturelles. Elles renvoient à des temps historiques et médiatiques différents, du XIXe siècle qui ouvre l’ère de la « Civilisation du journal »2 au XXIe siècle. Enfin, les travaux qui constituent le présent dossier s’articulent autour de deux blocs thématiques : le premier centré sur les crises sanitaires dont on a pu récemment voir à quel point elles pouvaient impacter de multiples domaines, le second sur les crises politiques et sociétales.

  • 3 ZYLBERMAN Patrick, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le mond (...)
  • 4 Sur l’évolution des savoirs médicaux, on renverra à SICARD Didier, VIGARELLO Georges (dir.), Aux or (...)
  • 5 On retient ici la définition donnée par l’Institut Pasteur des maladies infectieuses émergentes don (...)
  • 6 On reprend ici le titre de l’ouvrage de DELUMEAU Jean, LEQUIN Yves (dir.), Les malheurs des temps. (...)
  • 7 La grippe espagnole est ainsi désignée, notamment dans COLLIER Richard, Plague of the Spanish Lady (...)
  • 8 JOHNSON Niall, MUELLER Juergen, « Updating the accounts : global mortality of the 1918-1920 « Spani (...)

3Les « tempêtes microbiennes3 » constituent le fil directeur des situations analysées dans les quatre articles de la première section, consacrée au traitement des crises sanitaires par la presse espagnole. Bien qu’inscrits dans des contextes différents4 (celui d’une médecine dite pré-pastorienne pour l’épidémie de fièvre jaune à Barcelone en 1821, celui des maladies émergentes5 pour la récente pandémie de COVID 19 en 2020), les épisodes à l’étude ont en commun de mettre en évidence la vulnérabilité des sociétés face aux maladies infectieuses. Cette vulnérabilité se mesure tout particulièrement à travers la menace que fait peser l’épidémie sur les populations en tendant potentiellement à en accroître la mortalité. Associées aux « malheurs des temps »6, toutes les épidémies ne se valent pas cependant, notamment par le nombre de victimes qu’elles produisent. En ce sens, historiciser les différentes crises sanitaires disséquées ici au miroir des récits médiatiques qu’elles nourrissent, s’impose. Un des indicateurs servant à les départager tient, on l’a dit, au tribut payé par les sociétés à leurs sinistres appétits en vies humaines. Entre les quatre exemples abordés dans ce dossier, le record revient ainsi de loin à celle qu’on a qualifiée de « the Spanish Lady »7, qui fait 30 millions de morts entre 1918 et 1920 de par le monde, voire 50 selon des estimations plus récentes8. Autre élément servant à singulariser certains des fléaux mis ici au travail : la temporalité dans laquelle ils s’inscrivent. L’année durant laquelle le scandale de l’huile frelatée défraie la chronique en Espagne (1981) marque ainsi un tournant, moins du fait de cette affaire relevant de l’adultération alimentaire qu’en lien avec l’apparition du sida appelé à devenir un problème majeur. L’ère de sécurité sanitaire relative dans laquelle l’Europe et les Etats occidentaux avaient vécu jusque-là depuis 1945 prend fin alors, marquant le retour des peurs collectives face aux fléaux. Nos vies mises à l’arrêt, et menacées directement par la pandémie de COVID 19, participent de ces nouvelles expériences partagées à l’échelle de la planète.

  • 9 MARCHETTI Dominique, Quand la santé devient médiatique. Les logiques de production de l’information (...)

4La crise sanitaire offre un exemple probant d’événement par lequel « la santé devient médiatique »9. De par leur fonction visant à mettre le monde en récit, dans sa dimension ordinaire comme dans son exceptionnalité, les médias ont fait des épidémies l’un des objets de leur analyse. En s’en saisissant, ils assument leur mission d’institution par laquelle l’information circule, en se plaçant à l’interface entre les pouvoirs, garants de la santé publique, et la société. La responsabilité sociale qui leur incombe leur commande de publiciser le risque encouru en temps de crise, de diffuser les normes à respecter pour se protéger individuellement comme collectivement, de faire connaître les dispositifs activés par les autorités pour éviter la contagion, de mettre en garde contre les remèdes miracles qui fleurissent sur le marché thérapeutique. Relevant de leur devoir, le traitement du fait sanitaire donne également l’occasion aux médias d’exercer leur esprit critique à l’encontre des acteurs institutionnels (de l’Etat aux municipalités), sociaux (composés notamment des élites), professionnels (le personnel médical) quand ils sont jugés défaillants dans la gestion de la crise. La capacité des médias à animer le débat public s’en trouve confortée.

5Eclairant les ressorts de la narration de l’épidémie, sur le modèle de la contribution consacrée par Gérard Dufour à la fièvre jaune à Barcelone en 1821, les articles rassemblés dans ce dossier s’interrogent aussi sur les formes que revêt le récit médiatique. Le dessin humoristique mettant en jeu des dialogues est l’une d’entre elles, comme le montrent Laura González Díez, Mario F. Benito et Pedro Pérez Cuadrado dans leur étude de la presse madrilène durant la pandémie de grippe espagnole entre 1918 et 1919. Participant d’une politisation du discours, empruntant aux codes d’une culture populaire, ce registre a constitué l’une des voies d’expression privilégiée permettant la critique derrière la satire. Plus près de nous dans le temps, l’enquête menée par Natalia Muñoz-Fernández et Elisa Lucas-Barcia à travers les collections de l’édition web de El País (El País digital) pour les années 2020-2021 met en exergue le rôle des supports infographiques dans l’information et la prévention relatives à l’épidémie de COVID 19. L’article d’Isabelle Renaudet qui revient quant à lui sur l’affaire du Syndrome de l’huile toxique qui secoue l’Espagne alors que le processus de transition démocratique n’est pas achevé met en lumière le rôle du journalisme d’investigation pour tenter de percer les zones d’ombre d’un scandale de santé publique dont l’onde de choc s’est faite sentir pendant plusieurs décennies.

6Le panel d’articles composant la première section de ce dossier donne donc à voir la pluralité des missions que s’assigne la presse en temps d’épidémie : être coacteur dans la gestion de la crise aux côtés des pouvoirs publics ; renforcer la cohésion sociale et nationale fragilisée par le risque de contagion ; tenir un discours de vérité face à l’incertitude, aux rumeurs, à l’infodémie ; dénoncer les scandales, tout en conservant une capacité critique qui passe notamment par l’arme du rire.

7Le second volet, qui regroupe quatre autres études, analyse, en variant les échelles (de l’individu aux médias dits de référence), l’impact de crises politiques ou sociétales majeures sur les pratiques de ceux qui œuvrent à la fabrication et diffusion de l’information. La contribution de Fernando Durán López nous plonge dans l’Europe du XIXème siècle, en un temps médiatique qui s’accélère considérablement, mais qui est encore celui des écrivains journalistes, et à une époque où, en particulier en Espagne, la liberté d’expression est loin d’être acquise et où l’échec des deux premières Révolutions a contraint nombre de libéraux à la diaspora. Durán aborde l’impact de l’exil sur les pratiques journalistiques en analysant l’évolution idéologique et professionnelle de deux Espagnols réfugiés en Angleterre : José María Blanco White, qui quitta volontairement son pays pendant la Guerre d’Indépendance et José Joaquín de Mora, qui, lui, dut fuir sa terre natale après le rétablissement de Ferdinand VII comme monarque absolu par les baïonnettes des Cent Mille Fils de Saint Louis fin 1823. A travers ces deux études de cas c’est l’importante question de la transnationalité et de l’écriture transnationale comme réponse au déracinement qui est abordée.

8L’article de Severiano Rojo Hernandez, qui nous fait avancer d’un siècle, offre quant à lui un éclairage sur les phénomènes d’adaptation de la presse et de ceux qui la servent en période de crise extrême comme peut l’être un conflit armé majeur. A partir d’un cas spécifique, celui du Pays basque pendant la Guerre civile espagnole (1936-1939), l’auteur analyse l’évolution de l’économie du secteur et des pratiques journalistiques dans un contexte marqué par la radicalisation politique, la « banalisation de la violence », la « normalisation de la brutalité guerrière », l’absence de liberté ou bien encore la difficulté (ou l’impossibilité) de combiner information factuelle et participation à l’effort de guerre, témoignage et engagement.

9L’enquête menée par Gilles de Rapper, inscrite dans une recherche d’anthropologie visuelle, interroge d’autres pratiques participant de la mise en récit de l’actualité : celles des photoreporters dans l’Albanie communiste (1944-1991). Cette étude qui nous transporte dans un pays de l’Est permet de mettre en miroir, au regard de l’Espagne, un régime adverse, objet de toutes les critiques du monde occidental. Mais pour tout Espagnol ou hispaniste (et en particulier pour ceux qui ont vécu cette époque de plomb) les conditions du développement de l’activité du photoreporter en pays communiste ne seront pas sans évoquer le journalisme sous la dictature de Franco, du temps où l’un de ses ministres, Fraga Iribarne, affirmait sans ambages qu’une information était tout bonnement « une nouvelle autorisée ». L’analyse des trajectoires de ces photoreporters albanais, appelés à forger l’information visuelle, dans un contexte où « l’impartialité est impossible et la partialité imposée » met en évidence toute l’ambiguïté de leur rapport au pouvoir et leur capacité, malgré les contraintes de l’exercice auquel ils sont soumis, à ne pas se cantonner au seul champ de la propagande.

10La dernière contribution, celle de Ludivine Thouverez, porte sur le temps présent et la crise que connaissent ceux-là même qui ont pour vocation de dévoiler, décrire et expliquer les crises au grand public : les médias. Fruit des travaux conduits dans le cadre du programme « News and Quality in European reference media », l’auteur aborde, dans une perspective comparatiste, les stratégies mises en place par deux journaux européens de référence, El País et Le Monde, de 2005 à 2020, en réaction à la révolution numérique à laquelle fut et reste soumis le monde de l’édition en général, et en particulier, celui de la presse papier et numérique, mais plus largement la société toute entière, constituant ainsi l’un des défis majeurs (voire le défi majeur) auquel nous sommes collectivement confrontés.

11Face à l’ampleur du sujet, le nombre de cas analysés dans la partie monographique de ce numéro de El Argonauta español est bien évidemment limité, mais nous ne doutons pas que d’autres contributions viendront, dans les prochaines livraisons, compléter ce travail qui nous rappelle que, selon le mot bien connu de Jean Monnet : « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise ».

Haut de page

Notes

1 MOREAU Jean Nicolas, REVERET Régis, Les médias et la communication de crise, Paris, Economica, 1997.

2 KALIFA Dominique, REGNIER Philippe, THERENTY Marie-Eve, VAILLANT Alain (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, 2011, Nouveau Monde Editions.

3 ZYLBERMAN Patrick, Tempêtes microbiennes. Essai sur la politique de sécurité sanitaire dans le monde transatlantique, Paris, Gallimard, 2013.

4 Sur l’évolution des savoirs médicaux, on renverra à SICARD Didier, VIGARELLO Georges (dir.), Aux origines de la médecine, Paris, Fayard, 2011 ; GRMEK Mirko (dir.), Histoire de la pensé médicale en Occident. Du romantisme à la science moderne, T. 3, Paris, Seuil,1999.

5 On retient ici la définition donnée par l’Institut Pasteur des maladies infectieuses émergentes dont la plupart sont des zoonoses dont l’agent d’origine animale, le plus souvent un virus, a franchi la barrière d’espèces pour atteindre l’homme (Sida, Ebola, SRAS, Grippe aviaire, Zika…), https://www.pasteur.fr/fr/nos-missions/plan-strategique-2019-203/maladies-infectieuses-emergentes, consulté le 1er juillet 2023.

6 On reprend ici le titre de l’ouvrage de DELUMEAU Jean, LEQUIN Yves (dir.), Les malheurs des temps. Histoire des fléaux et des calamités en France, Paris, Larousse, 1987.

7 La grippe espagnole est ainsi désignée, notamment dans COLLIER Richard, Plague of the Spanish Lady : Influenza Pandemic, october 1918-January 1919, Londres, Macmillan, 1974.

8 JOHNSON Niall, MUELLER Juergen, « Updating the accounts : global mortality of the 1918-1920 « Spanish » influenza pandemic », Bulletin of the History of Medicine, 2002/1, Vol. 76, pp. 105-115.

9 MARCHETTI Dominique, Quand la santé devient médiatique. Les logiques de production de l’information dans la presse, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, Isabelle Renaudet et Severiano Rojo Hernandez, « Introduction »El Argonauta español [En ligne], 19 | 2022, mis en ligne le , consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/argonauta/6819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/argonauta.6819

Haut de page

Auteurs

Elisabel Larriba

Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Isabelle Renaudet

Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Severiano Rojo Hernandez

Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search