Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14Histoire de la maritimitéConnaître la mer : imaginaire mar...La carte controversée du Pacifiqu...

Histoire de la maritimité
Connaître la mer : imaginaire maritime et construction des savoirs

La carte controversée du Pacifique pour la Deuxième expédition du Kamchatka (1733-1743) : blanchir les allégories de la carte ou poursuivre une gloire fuyante

The controversial map of the Pacific for the Second Kamchatka Expedition (1733-1743): Clearing the map from allegories
Irina Gouzévitch
p. 209-243

Résumés

Peu de cartes géographiques du xviiie siècle ont suscité autant de polémiques que celle préparée par Joseph Nicolas Delisle en 1731 pour la Deuxième expédition du Kamtchatka. Établie selon les connaissances de l’époque pour fixer les tâches aux explorateurs, la carte s’est avérée inexacte, et ceci a coûté la vie à plusieurs membres de l’expédition, y compris à son chef, Vitus Bering. La responsabilité en a été imputée à Delisle. Dans cette étude, nous allons argumenter une vision alternative fondée sur l’analyse des trois cartes du Pacifique – de 1731/33, 1745 et 1752 – associées au nom de Delisle, en démontrant leur influence variable sur la diffusion des connaissances dans ce domaine. Plus généralement, nous y interrogerons les enjeux divergents qui ont déterminé les attitudes des différents pays et groupes d’intérêt à l’égard de la connaissance scientifique, en mettant un accent sur la notion du « secret d’Etat ».

Haut de page

Texte intégral

Mise en contexte

1Peu de cartes géographiques du xviiie siècle ont suscité autant de polémiques virulentes que celle préparée par Joseph Nicolas Delisle en 1731 pour la Deuxième expédition du Kamtchatka (1733-1743) organisée par le gouvernement russe pour prospecter les ressources de la Sibérie, établir les contours du littoral extrême-oriental et explorer la zone nord du Pacifique. La carte en question était un élément crucial du volet océanique de cette épopée grandiose qui a permis des découvertes géographiques de premier ordre, de l’étude de la crête Kourile à la description du Kamtchatka, de la découverte des îles du Commandeur à la cartographie partielle des côtes ouest de l’Amérique du Nord.

  • 1 Je tiens à remercier Dmitri Gouzévitch pour son concours à toutes les étapes de ce travail, Isabell (...)

2La réalisation d’une telle entreprise a exigé un investissement inédit tant en termes de budget (l’expédition a coûté 361 000 roubles au Trésor) qu’en termes de temps (dix ans) et de ressources humaines (550 membres actifs sans compter les recrues locales). Initiée par l’État et coordonnée par l’Amirauté, avec le soutien de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, ce long et périlleux voyage d’exploration désigné officiellement comme la « Deuxième expédition du Kamchatka1 » a compté parmi ses membres des navigateurs chevronnés (Bering, Chirikov, Spanberg), des savants attitrés, géographes et naturalistes (Gmelin, Müller, Delisle de La Croyère, Steller), et des étudiants de l’université académique qui y ont fait leurs premières armes en sciences (Krashenninnikov).

  • 2 Outre les travaux référés dans le texte, citons Aleksandrovskaâ, 1989 ; Bahrušin, 1955 ; Belkovec, (...)
  • 3 Cette problématique ainsi que beaucoup d’autres relatives à l’essor de la cartographie moderne sont (...)

3L’historiographie qui la concerne est extrêmement vaste. Lors de la préparation de cet article, nous avons consulté plus de 150 travaux russes et étrangers portant aussi bien sur les questions générales que sur les divers aspects et personnalités impliquées dans les découvertes2. Des questions demeurent, cependant : que savaient les organisateurs de l’expédition sur l’environnement du Pacifique Nord et comment les informations nouvellement trouvées ont transformé leur perception de cette vaste aire géographique ? La carte du célèbre astronome et cartographe français Joseph Nicolas Delisle est un bon point de départ pour les aborder. Établie selon les techniques de compilation des connaissances disponibles utilisée à cette époque, elle devait fixer les tâches des explorateurs. Or, son usage in situ a montré l’écart – classique dans l’histoire de la cartographie de cette époque – entre la géographie de cabinet et la géographie de terrain3. L’inexactitude des tracés et la recherche des terres mythiques qui avaient été représentées ont même coûté la vie à plusieurs explorateurs, y compris au frère aîné de Joseph Nicolas Delisle, Louis Delisle de La Croyère, et au commandeur de l’expédition, Vitus Bering lui-même.

  • 4 Bagrow, 2005, p. 414 ; Berg, 1946 ; Gusarova, 2013, p. 129 ; Efimov, 1950, p. 200 ; Efimov, 1971, p (...)

4Cette conjoncture tragique et ses conséquences politiques firent de Joseph Nicolas Delisle et de son frère des personae non gratae dans l’historiographie russe. Le premier fut taxé d’ignorant, de saboteur et de voleur, le second, de nullité et d’ivrogne4. Cependant, une analyse approfondie des matériaux existants nous a conduits à une conclusion différente que nous souhaitons présenter dans cet article, fondée, en priorité, sur l’étude des trois cartes du Pacifique associées au nom de Joseph Nicolas Delisle : celles de 1731-1733, 1745 et 1752. Nous nous attacherons, notamment, à mettre en évidence la spécificité de chacune d’elles et à démontrer leur influence variable sur la diffusion des connaissances dans ce domaine. Nous nous appliquerons également à démontrer leur place dans la production cartographique russe et européenne de cette époque. Plus généralement, nous y interrogerons les enjeux divergents qui ont déterminé les attitudes des différents pays et des groupes d’intérêt à l’égard de la connaissance scientifique. Pour inscrire cette histoire dans la profondeur historique, nous la considérerons à la lumière de la politique territoriale et frontalière russe en Extrême Orient depuis le milieu du xviie siècle.

Premières découvertes russes dans le Pacifique

  • 5 Titre porté par les chefs cosaques élus à la tête d’unités militaires ou de villages.
  • 6 Polevoj, 1975, p. 32.
  • 7 Voir sur lui : Goldenberg, 1985.

5Les explorateurs russes rejoignirent les côtes du Pacifique assez tôt. En 1639, le détachement cosaque d’Ivan Moskovitin se rendit dans la mer d’Okhotsk près de la rivière Ul’â et navigua vers le nord par la mer jusqu’à Okhotsk. La prochaine percée eut lieu en 1648, lorsque l’explorateur Semyon Dežnev, effectuant un voyage en mer de Kolyma à Anadyr, traversa le détroit entre l’Asie et l’Amérique (aujourd’hui le détroit de Bering) et passa le cap qui porte aujourd’hui son nom. Les cercles dirigeants de Moscou étaient conscients de ce fait : Dežnev visita à deux reprises la capitale et reçut le grade d’ataman pour sa découverte5. Cependant, un demi-siècle plus tard, à Saint-Pétersbourg, personne ne semblait en avoir entendu parler. Les rapports de Dežnev restèrent à Iakoutsk, où ils furent découverts en 1736 par l’académicien Gerhard Friedrich Müller lors de la Deuxième expédition du Kamtchatka6. En 1741, les journaux du pilote adjoint, Ivan Fedorov, datant de 1732 et contenant sa description géographique du détroit de Béring furent également trouvés. Avec deux rapports produits en 1741 et en 1743 par l’arpenteur Mihaïl Gvozdev7, ils fournirent des informations précieuses sur le détroit. Cette situation déboucha sur un paradoxe historique : la Deuxième expédition du Kamtchatka confirma l’existence du détroit entre l’Asie et l’Amérique deux fois sur terre, bien que ses équipes navales ne l’eussent pas traversé.

6Ainsi, au premier tiers du xviiie siècle, l’État russe ne connaissait pas ses frontières maritimes orientales et nord-orientales.

La question infernale

  • 8 Witsen, 1992, 1705, 2010.
  • 9 Bagrow, 2005, p. 388-389 ; Ger’e, 1870, p. 336-337, 377-378, 384 ; Polevoj, 1975, p. 19, 25.
  • 10 Lev Berg y voyait à juste titre une influence anglaise (Berg, 1946, p. 9-10).

7Savoir « si l’Amérique rencontre l’Asie » fut l’une des questions qui obséda les géographes dès le xviie siècle. Elle fut posée à Pierre Ier par le maire d’Amsterdam, Nicolaas Witsen, à l’automne 1697. Witsen s’était intéressé au problème dans les années 1660 et avait collecté et systématisé de nombreuses informations sur la Sibérie en créant des cartes correspondantes. La première édition de son livre Noord en Oost Tartarye vit le jour en 1692, la seconde, presque deux fois plus longue, en 17058. Il comprenait donc mieux que quiconque la nécessité d’explorer les territoires orientaux de l’État russe. Au début du xviiie siècle il était convaincu que l’Asie et l’Amérique ne se rencontraient pas mais se rapprochaient. Il restait toutefois à savoir où et à quelle distance. L’autre conseiller de Pierre Ier fut Gottfried Wilhelm Leibniz qui, en 1712 et 1716, écrivit à ce sujet à Âkov Bruce et au tsar9. En 1713 et 1714, l’agent maritime de Pierre Ier, Fedor Saltykov, qui vivait en Angleterre, soumit au tsar les projets visant à trouver une route maritime par les mers nordiques depuis les embouchures de la Dvina et du Yenisei jusqu’au fleuve Amour et la Chine10. Mais si pour Witsen et Leibniz la question était purement académique, pour Pierre Ier, les questions économiques et la prospection des ressources naturelles (fourrures, minerais etc.) étaient tout aussi primordiales.

  • 11 Čekurov, 1976, p. 71.
  • 12 Polevoj, 1975, p. 26.

8Après 1717, lorsque l’issue victorieuse de la guerre du Nord devint évidente, Pierre Ier initia une série d’expéditions pour étudier la Sibérie, l’enjeu savant – déterminer « si l’Amérique rencontre l’Asie » – dissimulant un but plus prosaïque. Ainsi, l’expédition d’Ivan Evreinov et Fedor Lužin utilisa ce prétexte entre 1719 et 1721, pour « arpenter les îles Kouriles et rechercher une route maritime vers le Japon » considéré comme « riche en or11 ». Selon une autre version, Evreinov et Lužin devaient enquêter sur les îles Kouriles car on croyait, à la suite de Witsen, que l’Asie et l’Amérique se rapprochaient à cet endroit12. Les deux raisons étaient plausibles et les résultats de l’expédition furent classés. Cependant, Pierre Ier jugea utile de dévoiler les informations qui établissaient la priorité russe dans la découverte des terres en les considérant de fait comme des possessions de la Couronne.

  • 13 Efimov (éd.), 1964.
  • 14 Sur les premières cartes de l’est de la Russie et la cartographie de la mer Caspienne, voir : Apple (...)

9Ainsi, dès 1722, Evreinov et Lužin, qui initièrent l’étude géodésique de la côte pacifique russe, dressèrent une carte manuscrite avec un contour assez précis du Kamtchatka et de la partie nord de la crête des Kouriles13. En 1722, le cartographe de Nuremberg, Johann Baptist Homann, en s’appuyant sur les données fournies sur les ordres de Pierre Ier, publia la carte de « Kamchadalia » (un diptyque avec, à sa gauche, un nouveau contour de la mer Caspienne14). En 1725, ses héritiers intégrèrent sa carte dans l’Atlas d’Homann. Elle comprenait, à l’est du Kamtchatka, une terre sans nom appelée alors « Terra Borealis », ou « Terra de Joan de Gama » ou « Terra Esonis ». Ces deux cartes de l’Asie établies par la famille Homann au début du xviiie siècle puis en 1730 aident à évaluer les résultats des expéditions d’Evreinov et Lužin qui permirent de parvenir à une cartographie plus précise des contours nord-est de l’Asie : le Kamtchatka et les îles Kouriles y étaient déjà figurés, mais à l’est, subsistait une énigmatique « Terre de Compagnie ». (Fig. IX, cahier couleur).

  • 15 Sur cette expédition, voir Kolčinskij, 2003 ; Kopaneva, 2016 ; Novlânskaâ, 1970.
  • 16 Premier musée russe fondé par Pierre Ier en 1715 à Saint-Pétersbourg, sous l’inspiration des cabine (...)
  • 17 La publication intégrale en allemand de cinq premiers volumes, voir Messerschmidt, 1962-1977.

10Contrairement à Pierre Ier, ses héritiers au trône ne savaient pas comment concilier la nécessité de garder certaines données secrètes et la possibilité d’en diffuser d’autres. De manière générale, le secret géographique portait atteinte aux intérêts de la Couronne russe. Les membres des expéditions ultérieures en savaient peu sur les recherches de leurs prédécesseurs et les données obtenues ex novo étaient, à leur tour, classées confidentielles. Tel fut le cas de l’expédition de Daniel Gottlieb Messerschmidt, envoyée par Pierre Ier en 1718 pour étudier les ressources naturelles de la Sibérie15. Messerschmidt ne revint qu’en 1727, apportant d’immenses collections botaniques, zoologiques, géologiques, ethnographiques, archéologiques rassemblées et systématisées, qui furent conservées dans les entrepôts de la Kunstkamera16 (où elles souffrirent de l’incendie en 1747), tandis que son ouvrage en dix volumes en latin resta longtemps inédit17.

11Les expéditions ultérieures durent faire face au même problème. Officiellement, elles furent envoyées pour vérifier si l’Amérique et l’Asie se rencontraient, alors que leurs instructions secrètes orientaient les recherches vers les prospections d’intérêts économiques. Les îles du Pacifique étaient en effet considérées comme riches en or, cuivre et argent. Ainsi, l’instruction secrète de la première expédition de Vitus Bering lui donna l’ordre de rechercher des terres non conquises et de soumettre les populations :

  • 18 Cité d’après Čekurov, 1976, p. 72-73

Mais méfiez-vous […] de vous rendre dans des endroits en Amérique et en Asie […] où on peut trouver des possessions des souverains européens ou de l’empereur chinois et du khan japonais, afin de ne pas provoquer de suspicion ni de leur montrer […] le chemin vers les côtes du Kamtchatka qu’ils ignorent encore, et compte tenu de la faible population de la région, surtout pour les empêcher d’occuper les bons quais18.

  • 19 S’agissant des événements ayant lieu en Russie, les dates sont données selon deux calendriers sépar (...)
  • 20 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, 1e izd. Saint-Pétersbourg, 1830, n° 6023.

12Les tâches de développement économique du Kamtchatka et la création de la flotte d’Extrême-Orient furent clairement définies dans l’instruction du 17 avril (st. anc.) 173219 : « […] sur la construction de navires et d’autres questions augmentant nos avantages et nos intérêts20 ».

Les terres mystérieuses sur les cartes du Pacifique Nord

  • 21 Il s’agit des terres prétendument découvertes par le marin grec du service espagnol, Juan de Fuca e (...)
  • 22 Il s’agit des cartes de Gastaldi, B. Zaltieri (1566) et Ortelius (1570) : Bolhovitinov et al., 1997 (...)

13Comment les terres mystérieuses purent-elles apparaître sur les cartes de la région du Pacifique Nord ? On le devait, à l’origine, aux témoignages, authentiques ou imaginaires21, de divers voyageurs. Par exemple, la « Terre de Gama » apparut sur les cartes en 1649, grâce au cartographe portugais Texeira, comme une terre prétendument vue par son compatriote João da Gama. La « Terre D’Eso » « fut découverte » au nord-est du Japon. Il y eut d’autres zones fantômes comme la « Terre (Île) des États » et la « Terre de la Compagnie » prétendument découvertes par des marins hollandais, et même la « Terre de Gog et Magog ». En 1643, le navigateur hollandais, Martin Gerritszoon de Vries, atteignit le sud de Sakhaline et prit la côte ouest de la « Terre de la Compagnie » (en réalité, l’île d’Urup) pour la côte de l’Amérique du Nord, et le détroit entre l’Île des États et la Terre de la Compagnie pour le légendaire détroit d’Anian, divisant l’Asie et l’Amérique (apparu sur les cartes italiennes en 1561/1562 sous l’influence de Marco Polo22).

  • 23 Cité dans Čekurov, 1976, p. 72. Voir aussi Laboulais, 2006, p. 99.

14Le géographe français Guillaume Delisle avait donc de bonnes raisons de déclarer : « On ne peut rien dire de précis sur la partie nord de l’océan Pacifique23 ». Sur sa carte de l’Asie dressée en 1700, toutes les terres mystérieuses furent mentionnées : la « Terre d’Yeco », l’« I[sle] des Etat » et la « Terre de la Compagnie ». Pour la « Terre de Gama », traditionnellement figurée à l’est de la « Terre de la Compagnie », il n’y avait pas assez de place sur cette carte. En revanche, sur sa carte de Tartarie de 1706, il n’y avait de la place que pour la « Terre d’Eso ou d’Yeço », et elle y fut indiquée.

La Première expédition du Kamchatka de Bering (1725-1730)

  • 24 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, 1e izd. Saint-Pétersbourg, 1830, n° 4649.
  • 25 Polevoj, 1975, p. 26-32 ; Bolhovitinov et al., 1997, p. 53-57.

15La charge de vérifier l’existence de ces terres et de naviguer vers l’Amérique incomba à la Première expédition du Kamtchatka placée sous la commande de Bering (6/17 février 1725 – 1/12 mars 1730). Selon ses instructions, après avoir atteint la côte américaine, l’expédition était censée se diriger vers le sud le long de celle-ci jusqu’aux premières villes fondées par des Européens, puis elle avait pour mission de fixer la présence de Russes au nord de la côte américaine. Le but de l’expédition n’était pas de trouver le détroit entre l’Asie et l’Amérique, mais la route maritime vers l’Amérique. Pierre Ier fut principalement intéressé par l’expansion des possessions russes à l’est. Si Bering avait exécuté les instructions du tsar, son expédition aurait posé les bases du développement de la Californie russe, et l’histoire de ces territoires aurait pu être différente. Cependant, ayant signé un arrêté sur l’équipement de l’expédition le 23 décembre1724/3 janvier1725, Pierre Ier, déjà gravement malade, n’eut pas le temps d’exposer ses objectifs à Bering. Quant à l’instruction officielle « Sur la découverte de la jonction de l’Asie avec l’Amérique24 », le capitaine ne la reçut que le 16 février 1725, après la mort de l’empereur, des mains de Catherine Ière, et il ne la comprit pas bien. L’instruction du Sénat qui exigeait le secret contribua à ce malentendu. Par conséquent, après avoir atteint la forteresse du Bas Kamtchatka (Nižne-Kamčatskij ostrog) et y avoir construit le navire « Gavriil-Arhangel » (Archange Gabriel) au printemps 1728, Bering navigua droit vers le nord, traversa le détroit qui porte maintenant son nom, contourna la Tchoukotka et rebroussa chemin, car en raison du brouillard, il n’avait vu ni les côtes américaines, ni aucune île (à l’exception de Saint-Laurent à l’est de Tchoukotka et de Diomède dans le détroit). La question des terres mythiques à l’est du Kamtchatka resta donc ouverte25.

  • 26 Magidovič, 1967, p. 342. L’analyse des rapports de Gvozdev : Goldenberg, 1985.

16Au cours de l’été 1732, le pilote adjoint Ivan Fedorov et l’arpenteur Mihail Gvozdev utilisèrent le « Gavriil-Arhangel » qui avait survécu à l’expédition de Bering, pour examiner le détroit et découvrir les îles de Diomède (qui s’avérèrent être deux îles distinctes et non pas une seule comme il fut estimé auparavant). Ils s’approchèrent de la côte américaine, où ils aperçurent les yourtes habitées et découvrirent l’île King. Fedorov mourut du scorbut au Kamtchatka en février 1733 et son journal fut trouvé en 1741 à Okhotsk26.

17À Saint-Pétersbourg, la décision de Bering de naviguer vers le nord plutôt que vers l’est, vers l’Amérique, fut reconnue comme une erreur qui ne correspondait pas aux instructions du défunt Pierre Ier. Le gouvernement décida donc d’organiser une nouvelle expédition.

La Deuxième expédition au Kamtchatka (1733-1743) : la carte de Delisle

18La Deuxième expédition du Kamtchatka dura une dizaine d’années. Elle regroupa plus de 550 membres et plusieurs milliers de personnels auxiliaires. À Arkhangelsk, Tobolsk, Yakutsk et Okhotsk, on construisit des navires pour l’expédition et une fonderie fut érigée près de Yakoutsk, au bord de la rivière Tamga (dont il a reçu le nom, Tamginskij železodelatel’nyj zavod), pour combler les besoins en fer. L’expédition comprenait neuf équipes : sept navales et une fluviale organisée par le Collège de l’Amirauté, ainsi qu’une équipe terrestre dirigée par l’Académie des sciences. Toute la côte nord était divisée en cinq zones, et chaque équipe avait sa propre zone d’opérations.

  • 27 Il existe une version de cette carte datée de 1733.
  • 28 Chabin, 2013, p. 100.
  • 29 Sur les doutes de Delisle, voir : Efimov (dir.), 1964, n 78, p. 52 ; Fischer, 1979, p. 136.
  • 30 Lebedev, 1950, p. 98 ; Efimov, 1950, p. 164. Dans (Stepanov, 1968), cette carte a été ignorée. Dans (...)

19L’académicien Joseph Nicolas Delisle, astronome et cartographe français au service de la Couronne russe à partir de 1726, fut chargé de fournir des informations cartographiques pour l’expédition. En 173127, il créa la Carte représentant la situation et la distance de la Tartarie Orientale iusquax [sic] Terres les plus voisines de l’Amérique […] – une carte de la partie nord du Pacifique, et, en 1732, il présenta au Sénat une Note sur trois manières différentes par lesquelles il faut suivre la mer pour découvrir ce qui reste à découvrir28. Le cartographe y signalait au Sud du Kamtchatka la présence des terres d’Iezo (Izzo, Izu, D’Eso), l’Île des États, la Terres de la Compagnie et la Terre vue par Dom Jean de Gama, mais il insistait sur la nécessité de vérifier ces éléments29. (Fig. 1). À l’inverse des cartes précédemment mentionnées, celle de Joseph-Nicolas Delisle ne cherchait pas à représenter la topographie du terrain avec la précision permise par les instruments et les connaissances scientifiques de l’époque. Elle n’était non plus une simple esquisse ni un compte rendu cartographique d’expédition, ni une carte rigoureusement représentative. Elle avait été conçue comme un plan de travail regroupant toutes les inconnues cartographiques à résoudre et les tâches à accomplir, détaillées dans le mémoire associé. L’auteur y fit donc figurer toutes les terres hypothétiques dont l’existence était à vérifier et les contours à cartographier avec précision. Le fait que cette carte ait été prise pour un document « inexact », une carte « fausse » témoigne d’une profonde incompréhension de sa nature30. Car si Delisle avait connu par avance les formes et positions de toutes les terres représentées l’expédition n’aurait pas été nécessaire.

Fig. 1. – Joseph-Nicolas Delisle, carte préparée pour la Deuxième expédition du Kamchatka, 1731-1733. Fragment

Fig. 1. – Joseph-Nicolas Delisle, carte préparée pour la Deuxième expédition du Kamchatka, 1731-1733. Fragment

Atlas geografičeskih otkrytij v Sibiri i v severo-zapadnoj Amerike xvii – xviii vv. / Pod red. A. V. Efimova. M. Nauka, 1964. n° 78

  • 31 Lebedev, 1950, p. 98.
  • 32 Divin, 1953, p. 75-76, 80 ; Polevoj, 1975, p. 31.

20De plus, les objectifs de Delisle étaient très différents de ceux du tsar. L’annexion et le développement économique de ces îles l’intéressait beaucoup moins que leur localisation et leur cartographie (quoiqu’il soulevât la question des gisements de minerais31). Toutefois, l’instruction de Pierre Ier, que le gouvernement était tenu de suivre, et les intérêts de Delisle-géographe se rejoignaient sur la question de l’itinéraire de l’expédition de Bering. Le commandeur était censé se diriger du sud du Kamtchatka non pas vers le nord mais vers l’est, jusqu’à atteindre la côte américaine. Delisle insistait sur la nécessité de finaliser le programme de recherche dressé par Pierre Ier huit ans plus tôt sur l’identification des terres entre le Kamtchatka et l’Amérique et la vérification de la proximité des continents à cet endroit. En revanche, le Sénat supprima le point de l’instruction de Pierre Ier qui était de naviguer le long de la côte américaine jusqu’aux « villes européennes ». De plus, la nouvelle enquête sur le détroit entre la Tchoukotka et l’Amérique ne fut pas confiée à l’équipe de Bering mais à une autre, qui devait se frayer un chemin le long de la côte de l’océan Arctique, de l’embouchure de la Lena à l’est32.

À la recherche des terres mystérieuses : pertes et découvertes

  • 33 Efimov (dir.), 1964, n° 104-106, p. 70-72 ; Magidovič, 1967, p. 347-348 ; Čekurov, 1976, p. 73.

21À la fin de l’été 1737, Bering arriva à Okhotsk, une colonie sur la côte est de la mer du même nom. Là, il fonda un chantier naval et commença à construire des navires pour plusieurs équipes. Le détachement du capitaine Martin Spanberg quitta Okhotsk en juin 1738 à bord de trois navires. En 1738-1739, il explora les îles Kouriles, se rendit sur la côte est de Sakhaline et atteignit le Japon33. En 1740, l’expédition fonda une ville au Kamtchatka, sur les bords de la baie libre de glace d’Avacha, où deux paquebots de 14 canons, le « Svâtoj Apostol Petr » (Saint Apôtre Pierre) commandé par Vitus Bering, et le « Svâtoj Apostol Pavel » (Saint Apôtre Paul) commandé par Aleksei Čirikov, arrivèrent d’Okhotsk le 8/19 septembre 1740. Ils hibernèrent dans la baie et le 4/15 juin 1741 prirent leur route dans l’océan. D’après les noms de ces navires, la nouvelle ville fut nommée Petropavlovsk, aujourd’hui Petropavlovsk-Kamtchatsky, la base de la flotte extrême-orientale de la Russie.

  • 34 Sur Steller et son œuvre, voir Kolčinskij, 1997.
  • 35 Sur la maladie et le décès de Louis Delisle de La Croyère, voir Lebedev, 1951, p. 343, 462 ; Berg, (...)

22Bering et Čirikov se dirigèrent à l’est, vers l’Amérique et à la recherche de la Terre de Gama. L’équipe du « Svâtoj Apostol Petr » comptait parmi ses membres le naturaliste Georg Steller34, et celui du « Svâtoj Apostol Pavel » – Louis Delisle de La Croyère. Mais déjà le 20 juin/1 juillet 1741, les paquebots se perdirent de vue à cause du mauvais temps et continuèrent leur navigation séparément. Delisle de La Croyère, en s’appuyant sur la carte de son frère, insista sur le strict respect de la tâche initiale, très négativement perçue par les membres de l’expédition. La recherche se solda par le constat qu’il n’y avait pas de vaste « Terre de Gama », mais que, juste au-dessus de ses hypothétiques côtes sud, se trouvait un archipel (les îles Aléoutiennes) que les navires découvrirent sur leur chemin de retour. L’exploration prit beaucoup de temps et les navigateurs n’atteignirent la côte américaine que six semaines plus tard. Le « Svâtoj Apostol Pavel » arriva un jour plus tôt que le « Svâtoj Apostol Petr ». Mais Čirikov ne réussit pas à débarquer : les navires se brisèrent sur le récif et quinze membres de l’équipage périrent dans le naufrage. Le retour au Kamtchatka eut lieu en automne. De nombreux participants moururent du scorbut, d’autres étaient malades. Delisle de La Croyère, qui souffrait du scorbut sévère, mourut le 21 octobre 1741, à dix heures du marin, lors du débarquement du navire dans la baie d’Avacha35.

23Bering se montra plus prudent : il navigua le long de la côte à la recherche d’un endroit sûr et déboucha sur l’île Kodiak. Steller, qui participa au débarquement, donna la première description de la nature de cette partie de l’Amérique. Sur le chemin du retour, le « Svâtoj Apostol Petr » eut moins de chance : le 4/15 novembre 1741, il ne put atteindre qu’une île déserte (aujourd’hui l’île de Bering), l’une des quatre îles de l’archipel du Commandeur (nommé ainsi plus tard toujours en honneur du capitaine commandeur Bering), et se vit obligé d’y hiberner. Le 8/17 décembre 1741, Bering y mourut. Au moins trente membres de l’équipage périrent du scorbut et d’épuisement. Quarante-six survivants, placés sous le commandement du lieutenant Sven Waxel, réussirent à construire un bateau à partir des débris de celui qui s’était brisé et rejoignirent le Kamtchatka en août 1742.

Le retour sur les cartes de Delisle

  • 36 Waxel affirmait en avoir entendu parler lors d’un conseil, le 4 mai (st.anc.) 1741, dans la baie d’ (...)
  • 37 Voir Efimov (dir.), 1964, p. 52 ; Gusarova, 2013, p. 129 ; Gusarova, 2016, p. 341-342 ; Postnikov, (...)
  • 38 Kuntzel-Witt, 2008, p. 158.
  • 39 Andreev, 1965, p. 69, avec la référence à Golder, 1914, p. 183-184, 212-213.

24Les marins russes (et principalement Čirikov et Waxel, qui auraient voulu aller vers le nord et non pas vers l’est) étaient extrêmement mécontents d’avoir dû chercher des terres qui n’existaient pas, ils estimèrent que la carte de Delisle était la cause principale des malheurs de leur expédition36. La mort de Bering et de nombreux autres explorateurs était et est toujours imputée à Joseph Nicolas Delisle37. Kuntzel-Witt en a même conclu que les jugements de ce dernier « conduisirent presque à l’échec de la 2e expédition du Kamtchatka38 », oubliant que la vérification de ses hypothèses était l’un des principaux objectifs de cette entreprise. Pour un expert comme Alexandr Andreev, il « n’est pas nécessaire de souligner le caractère non fondé des accusations de ce grand savant par ses contemporains russes ; ils sont bien réfutés dans l’un des ouvrages du prof. Golder39 ».

25Le bilan de l’expédition est parlant, en effet : ses matériaux ont servi à établir 62 cartes de la Sibérie, du Kamtchatka, du Pacifique Nord et de la côte ouest de l’Amérique au nord de la Californie ; à dresser un inventaire des côtes de l’océan Arctique, de Novaya Zemlya à Kolyma ; à collecter des matériaux sur l’histoire, l’économie, la flore, la faune, la géologie, le climat et les peuples vivant en Sibérie et au Kamtchatka.

26Vue ainsi, l’histoire de la carte de Delisle peut apparaître comme un événement local. Mais, au regard de l’étude du Pacifique, elle est d’une importance capitale. La tendance à blâmer le « saboteur » et l’« espion français » qui a longtemps prévalu (et n’a pas encore définitivement disparu) à l’égard de Delisle dans l’historiographie russe a complètement obscurci l’un des résultats géographiques les plus importants de la Deuxième expédition du Kamtchatka : le fait qu’elle a contribué à effacer de la carte des terres mythiques ou au contraire, à identifier et localiser des espaces géographiques méconnus. Ainsi, les quatre terres – d’Iezo, des États, de la Compagnie et de Gama – loin d’être des fictions, avaient des prototypes réels ou du moins, reflétaient la présence dans ces eaux de certaines îles plus petites comme les îles Kouriles et Sakhaline (les trois premières terres), ou les îles Aléoutiennes (terre de Gama). Ainsi, la vaste Terre de la Compagnie est en réalité apparue comme l’île, plutôt compacte, d’Urup appartenant au groupe sud de la Grande Dorsale des îles Kouriles, tandis que la Terre d’Yedzo (Iezo, Ezo, Esso, Edzo) est l’actuelle île de Hokkaido. Mais si la crête des Kouriles était connue auparavant, l’archipel Aléoutien (plus précisément, la crête Commandeur-Aléoutienne) a été découvert par la Deuxième expédition du Kamtchatka au cours de la recherche de la Terre de Gama.

  • 40 « Delisle en 1747 [...] oublia la mort récente de Bering et sa participation à celle-ci » : Fel’, 1 (...)
  • 41 « Les indications de cet ignorant et de cet ivrogne, qui, en fait, n’étaient pas dénués d’intention (...)
  • 42 Paradoxalement, cette position avait beaucoup de soutiens dans l’historiographie russe et soviétiqu (...)

27Au lieu de reconnaître ses mérites dans la production de nouvelles connaissances géographiques, Delisle fut accusé de la mort de Bering40 et son frère – d’un possible sabotage41. Les « anti-délisléens42 » ont opéré une falsification des objectifs de la mission. Selon eux, pour préparer l’expédition, Delisle aurait dû indiquer ce qui devait en résulter, alors que Delisle de La Croyère n’aurait pas dû insister sur l’exécution de la directive légale du Sénat. Quant aux membres de l’expédition, leurs griefs tenaient à l’épreuve qu’ils avaient endurée : ils avaient consacré leur temps, leur santé et leur énergie, et vu des camarades perdre la vie, non pas pour découvrir de vastes terres nouvelles, mais pour révéler leur absence, c’est-à-dire à obtenir un résultat qui du point de vue territorial semblait négatif. Abordé sous l’angle de la connaissance géographique, un tel résultat n’était certes pas négligeable, mais il ne pouvait cependant pas être comparé au prestige d’une grande découverte. Quant aux petites îles inhabitées trouvées en cours de route, elles n’étaient qu’une faible compensation au regard de tous les efforts consentis.

Combler les blancs de la carte ou poursuivre une gloire fuyante

  • 43 Broc, 1969, p. 146.

28Le conflit qui a d’entrée opposé les frères Delisle et les officiers de l’expédition peut paraître banal au premier regard. Des querelles entre savants du cabinet et hommes du terrain, jalonnent, en effet, l’histoire des explorations. Il suffit de rappeler les reproches acerbes et les caractéristiques cinglantes que donnent aux géographes du roi, dans leurs récits de voyage respectifs, les explorateurs aussi célèbres que Bougainville et Lapérouse43. Les géographes ne restent pas en dette en reprochant aux voyageurs le manque de culture scientifique, d’observation et de précision. La méfiance est donc réciproque, d’autant plus qu’à l’époque qui nous intéresse, rare sont en effet les savants à prendre le large et les navigateurs à posséder une culture scientifique requise. Le cas que nous étudions, s’il n’échappe pas totalement à cette règle, possède toutefois quelques traits originaux qui concernent, d’une part, le statut de la carte et de son auteur, et d’autre part, la nature de l’expédition, le tout corroboré à l’état de la science géographique de son temps.

  • 44 Verdier, 2015, p. 101.
  • 45 Buache épousa la fille de Guillaume Delisle. Sur le « système de Buache », voir Laboulais-Lesage, 2 (...)
  • 46 Verdier, 2015, p. 101.
  • 47 Laboulais-Lesage, 2004a, p. 8.

29La carte, nous l’avons dit, avait un caractère spécifique, programmatique, car regroupant l’ensemble de données disparates provenant de sources plus ou moins fiables, incomplètes et imprécises, qui avait pour objectif principal de résumer graphiquement le peu d’informations disponibles sur la géographie de la zone à explorer. Élaborer une carte dans ces conditions d’absence d’information généralisée relevait de la « pratique de l’incertitude » si bien étudiée par Nicolas Verdier44. En France, cette pratique, tributaire d’une faible « perméabilité » informationnelle entre les pays du bassin du Pacifique (notamment, la Chine, la Russie et le Japon) commençait à montrer ses limites et était battue en brèche par le durcissement des critères techniques et éthiques du rapport à la carte. Le premier, déployé dans le registre de l’exactitude et de la rationalité géométrique, permettait de rectifier la carte d’une vaste zone par le calcul des coordonnées. Il était annonciateur d’une nouvelle cartographie intellectuelle qui avait recours aux techniques d’érudition portées à la perfection dans les décennies suivantes par le disciple, le beau-neveu et le futur partenaire de Joseph-Nicolas Delisle, le Premier géographe du roi Philippe Buache45. Le second critère, éthique, prônait un nouveau rapport à l’incertitude tendant à réduire sa place sur la carte au profit du blanc46. Cependant, au début des années 1730, ce processus innovant de « blanchiment » des cartes par l’effacement des « allégories » et des approximations était encore en chantier pour se développer pleinement dans la seconde moitié du xviiie siècle. Toutefois, même à cette période plus tardive, l’imaginaire spatial n’a pas été totalement annihilé ; bien au contraire, c’est « dans la confrontation entre cet imaginaire spatial et l’espace parcouru et mesuré que c’est construit ce savoir du monde47 ».

  • 48 Baûk, 2018, p. 297-299. Sur les activités astronomiques et cartographiques en Russie, voir Appeleby (...)
  • 49 Isnard, 1915, p. 39-45.

30En revenant à Joseph-Nicolas Delisle, nous devons souligner sa position particulière dans cet univers cartographique en mouvement. Fils, frère et bel-oncle de géographes, astronome et cartographe lui-même, il fut donc, au sens propre et figuré, le pur produit de l’esprit d’érudition savante à la française. Venu en Russie en qualité d’expert en compagnie de son astronome de frère Louis, au lendemain de l’ouverture de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, il devint le premier – et longtemps unique – cartographe de cette compagnie, son homologue russe, Ivan Kirillov (qui travaillait pour le Sénat) n’ayant ni son statut académique, ni sa culture scientifique. Exerçant à des milliers de kilomètres de la France, il assurait officiellement le rôle de médiateur intellectuel désigné en organisant en Russie les observations astronomiques et la formation des géodésiens, en publiant en parallèle, dans les deux pays, de nombreux travaux scientifiques et en servant d’intermédiaire entre sa patrie et les jésuites français en Chine48. Il maintenait avec sa famille et ses collègues savants en France une correspondance régulière et fut donc sans doute au courant des nouvelles tendances dans la profession49. En créant sa carte pour la Deuxième expédition du Kamchatka, on dirait qu’en pratiquant « l’incertitude », il s’efforçait en même temps, intuitivement, de répondre à cet « appel du blanc », encore mal défini, voué à déloger la mythologie cartographique.

31En raison de son titre d’expert académique chargé d’une commission gouvernementale, il reçut une opportunité unique de faire d’une pierre deux coups : donner satisfaction aux commanditaires (le Sénat) en préparant la tâche aux navigateurs et profiter de cette conjoncture favorable (une expédition envoyée par le gouvernement) pour satisfaire sa curiosité de géographe et remettre à l’heure les éléments de la carte qu’il savait hypothétiques. La tâche à accomplir et la démarche à suivre furent détaillées dans la note explicative associée. Malheureusement, dans le souci de tenir le but de l’expédition secret, le programme de recherche proposé par Delisle et approuvé par le décret sénatorial du 21 février 1733 ne fut communiqué aux navigateurs que peu de temps avant leur départ en mer. Personne, à l’évidence, ne se donna la peine de leur expliquer le caractère spécifique de la carte de Delisle, trop insolite aux yeux des marins russes. Le facteur linguistique joua certainement un rôle dans la confusion puisque les membres de l’expédition formaient un groupe hétérogène et multilingue à souhait, où l’allemand, le français, le danois, le suédois et le russe se mélangeaient de manière quelque peu « babylonesque ». Dans tous les cas, une fois la réunion, durant laquelle leur mission fut enfin exposée aux navigateurs, finie, le germanophone Waxel et le francophone Delisle de La Croyère montèrent sur les différents navires pour ne plus jamais se rencontrer, ce qui rendit toute possibilité d’ajustements et de clarifications ultérieures caduque. Qui plus est, le véritable objectif de l’expédition tel qu’il avait été conçu par Delisle semble avoir échappé à Bering lui-même, puisqu’il ne l’expliqua pas aux officiers de son propre navire. Pour lui, c’était simplement une sorte de commande non négociable.

32Un conflit de compétences donc, aggravé par le conflit des cultures, rien de plus classique à une nuance près : le rôle des frères Delisle dans cette histoire colle mal avec celui des « savants du cabinet ». Louis, astronome de formation et académicien de son état, fut un voyageur invétéré : il consacra une trentaine d’années de sa vie aux explorations ayant parcouru le Canada, le Nord russe et la Sibérie, et mourut en expédition. Joseph-Nicolas, pour sa part, fit, en 1740, un long voyage astronomique à Beresov, en Sibérie occidentale, et ce voyage constitua, de facto, un embranchement à part entière de la Deuxième expédition du Kamchatka.

33D’une manière générale, on peut conclure que les deux expéditions de Bering dans le Pacifique impliquaient un malentendu complet entre ceux qui fixaient les tâches et ceux qui les exécutaient. Quant à Čirikov, qui, en 1728, avec Bering, était passé à cinquante verstes de la côte américaine sans jamais la découvrir, il rêvait de se précipiter vers le nord à la recherche de « la gloire fuyante ». Au lieu de quoi, Delisle de La Croyère l’obligea à agir selon les instructions reçues. Dans de telles conditions, si l’expédition a accompli la mission visant à « blanchir » la carte en en effaçant les terres hypothétiques, c’est en grande partie grâce à la persévérance de « l’ivrogne » malveillant et mal-aimé des historiens, Louis Delisle de La Croyère qui, a finalement accompli son devoir de savant au prix de sa vie.

  • 50 Krasnikova, 2016 ; Atlas, 1964, n° 71-72, p. 48-49 ; Berg, 1946, p. 172-173.

34Curieusement, les quatre terres mythiques étaient également présentes sur les cartes générales de la Russie de 1733 et de 1734 réalisées par Ivan Kirillov50, ce qui confirme la prévalence de ces représentations pendant l’époque étudiée. Cependant, personne n’avait eu l’idée de le reprocher à l’auteur de ces cartes, peut-être à cause de ses origines russes.

  • 51 Divin, 1971, p. 173 ; Efimov, 1958, p. 84.

35En 1745, l’Académie des sciences publia l’Atlas de Russie gravé. Joseph Nicolas Delisle participa à son élaboration (avec Leonard Euler, Gottfried Heinsius, etc.) et le présenta à la Conférence académique du 2/13 septembre 1745. L’Atlas comprenait la « Carte générale de l’Empire russe » (Fig. X, cahier couleur) qui changea radicalement la représentation des territoires du Pacifique Nord par rapport aux cartes de Kirillov. Selon les données de Spanberg et Walton, les îles Kouriles y furent représentées alors que les terres hypothétiques disparurent. Cela signifie que les matériaux concernant cette partie de l’expédition arrivèrent rapidement à Saint-Pétersbourg et furent déposés à l’Académie des sciences. À l’évidence, celle-ci ne disposait pas d’autres matériaux. La carte générale est en effet coupée à l’est du Kamtchatka, mais à l’ouest des endroits où devrait se trouver la Terre de Gama. Probablement parce que les rapports des détachements navals arrivèrent d’abord au Collège de l’Amirauté où ils furent retenus pendant longtemps et, pour certains, ne furent jamais transmis à l’Académie51.

36La situation de conflit permanent à l’Académie des sciences poussa Delisle à quitter la Russie en 1747. Mais, après la création de la carte de 1745, l’Académie ne publia plus de nouveaux résultats. Auparavant, Delisle avait reçu l’information par l’intermédiaire de son frère. Mais après la mort de Louis, cette source se tarit.

La provocation de Delisle

37Les années passèrent, aucun résultat de l’expédition ne fut publié en Russie et la situation ne risquait guère de changer puisque le Sénat classa tous les documents recueillis. Pour Delisle, cette situation constituait un énorme gâchis qui privait la communauté savante des informations les plus importantes, et pour débloquer la situation, il tenta une action délibérément provocatrice.

  • 52 Delisle, Buache, 1752.

38Le 8 avril 1750, il présenta à la réunion publique à l’Académie des sciences de Paris un mémoire intitulé Histoire abrégée des nouvelles découvertes au Nord de la Mer du Sud, dans lequel il exposa les résultats de la Deuxième expédition du Kamtchatka dont il avait eu connaissance. En 1752, en coopération avec Philippe Buache et malgré l’interdiction du Sénat russe, Delisle publia sa célèbre Carte des Nouvelles Découvertes au Nord de la Mer du Sud, Tant à l’Est de la Sibérie et du Kamtchatka, Qu’à l’Ouest de la Nouvelle France (Fig. 2) accompagnée d’une brochure explicative où l’information sur la Deuxième expédition du Kamchatka fut publiée pour la première fois52.

Fig. 2.– J. N. Delisle, F. Buache, Carte des Nouvelles Découvertes au Nord de la Mer du Sud, Tant à l’Est de la Siberie et du Kamchatka, Qu’à l’Ouest de la Nouvelle France, 1752

Fig. 2.– J. N. Delisle, F. Buache, Carte des Nouvelles Découvertes au Nord de la Mer du Sud, Tant à l’Est de la Siberie et du Kamchatka, Qu’à l’Ouest de la Nouvelle France, 1752

Gallica / Bnf : https://gallica.bnf.fr/​ark :/12148/btv1b531222925

Fig. 3. – Carte générale de la Deuxième expédition du Kamchatka. 1742. Fragment

Fig. 3. – Carte générale de la Deuxième expédition du Kamchatka. 1742. Fragment

Atlas geografičeskih otkrytij v Sibiri i v severo-zapadnoj Amerike XVII – XVIII vv. / Pod red. A. V. Efimova. M. Nauka, 1964. n° 93

39L’essai contenait quelques données erronées puisque la Russie avait caché les informations réunies lors de l’expédition, y compris sur la non-existence de terres « hypothétiques » démontrée par l’équipe de Bering. Il suffit de voir la carte générale de cette expédition datée du 19 novembre 1742 (Fig. 3), pour comprendre que Delisle, qui quitta la Russie cinq ans plus tard, n’avait aucune connaissance de ces résultats. Cependant, son mémoire et sa carte présentés en 1752 reflétaient tout ce qui était connu dans le monde sur cette région à l’époque des faits, ainsi que les informations rassemblées lors de l’exploration des Kouriles par l’équipe de Čirikov, que son frère lui avait fournies. Par conséquent, Delisle croyait que le « Svâtoj Apostol Pavel » avait été le seul à avoir atteint la côte américaine en 1741, et que le « Svâtoj Apostol Petr » avait fait naufrage près des îles du Commandeur. Pour cette raison, le cartographe français ne traça pas sur sa carte l’itinéraire de ce dernier navire, mais en plus des matériaux reçus de la part de l’équipe de Spanberg-Walton, il y figura les quatre terres mythiques, les plaçant en dessous de la crête Kourile.

  • 53 Pour la polémique autour de la Relation de l’amiral da Fonte et des travaux de Delisle et de Buache (...)
  • 54 Lihomanov (dir.), 2010, p. 24 ; Buache, 1755.

40Pour autant, il serait abusif d’imputer à Delisle l’intention de falsifier délibérément les données, car pour commettre un tel délit, il aurait fallu pour cela qu’il connaisse la configuration géographique des lieux, ce que la Russie avait empêché en cachant soigneusement les données collectées par les navigateurs. Delisle ne pouvait simplement pas prendre le risque de compromettre sa réputation auprès de ses pairs. Le jeu se joua donc à un niveau beaucoup plus subtil : il fallait provoquer la colère des Russes tout en agissant de manière légitime aux yeux de la communauté savante. Pour éviter que sa publication ne soit ignorée, Delisle prit sur lui de l’envoyer en Russie, et l’année suivante, il réédita le rapport, y compris le livre Nouvelles cartes des découvertes de l’amiral de Fonte et autres navigateurs espagnols, portugais, anglois, hollandois, françois & russes53. En 1753, Buache inclut la carte de Delisle dans les Considérations géographiques et phisiques sur les nouvelles découvertes au nord de la Grande mer, appelée vulgairement la mer du Sud54.

Le secret, une épée à double tranchant…

  • 55 Lagarde, 1989 ; Verdier, 2015, et autres.
  • 56 Ryčalovskij, 2007, p. 238-239.

41Avant de conclure, nous devons revenir au problème du secret. Dans la pratique mondiale, cette tactique n’avait rien d’extraordinaire : plusieurs pays avaient tendance à dissimuler les résultats des explorations géographiques par souci de précaution, de rivalités, d’ambitions expansionnistes, d’avantages commerciaux…55 Cependant, déjà au xviiie siècle, et surtout au siècle suivant, un dilemme devint évident : soit un pays annonçait formellement ses découvertes et consolidait ainsi de nouvelles terres, soit il cachait cette information mettant en doute le fait même de sa possession. En Russie, on le réalisa très tard, peut-être parce que le pays avait peu de découvertes marines, principalement des découvertes terrestres, auxquelles personne d’autre que ses propres sujets ne pouvaient accéder. Cependant, sous le règne de Catherine II, le gouvernement prit conscience du danger qui menaçait les frontières maritimes orientales en raison de l’intérêt que la France et la Grande-Bretagne manifestaient pour cette région56. Dans ces conditions, la mise sous scellées des découvertes russes et des acquisitions territoriales – faites à l’est demi-siècle plus tôt – devint une arme à double tranchant portant atteinte aux intérêts nationaux.

42Nous doutons que Delisle ait sympathisé avec l’Empire russe, surtout après avoir été démis, en 1747, de son poste de professeur d’astronomie (membre titulaire) de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, et privé de son titre de membre étranger en juin 1748, avec l’arrêt de la pension que ces fonctions impliquaient. Cherchant à divulguer les résultats obtenus par la Deuxième expédition du Kamtchatka, il a agi au nom et dans l’intérêt de la République des savants dont il s’estimait membre. Mais objectivement, il a agi en faveur de la Russie, l’aidant à consolider les territoires qu’elle avait découverts et à empêcher les grandes puissances maritimes de faire valoir leurs prétentions sur ces terres.

La réaction russe

  • 57 Sur le rôle de Müller dans l’exploration de la Sibérie, voir Vermeuler, 2019.
  • 58 Müller, 1753, 1754.

43La carte et le mémoire provoquèrent un scandale. En mars 1753, le président de l’Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, le comte Kirill Razumovsky, chargea l’un de ses membres, un ancien membre de la Deuxième expédition du Kamtchatka, Gerhard Friedrich Müller57, de rédiger une réfutation. Son essai, la Lettre d’un officier de la marine russe à la cour…, fut publié la même année à Berlin en français et en allemand et l’année suivante à Londres, en version anglaise58.

  • 59 Lihomanov (dir.), 2010, p. 24 ; Buache, 1755.
  • 60 Rychalovskij, 2007, p. 237-238.
  • 61 Édition contemporaine : Müller, 1996. Paradoxalement, Müller ne disposait non plus de toutes les in (...)
  • 62 Müller, 1758 (1) ; [Müller, 1761] ; [Müller, 1766].
  • 63 Lihomanov (dir.), 2010, p. 25-27 ; Müller, 1758 (2).

44La publication était si agressive que Müller la regretta quelques années plus tard59. Il déplora d’avoir insisté « non pas sur la priorité de la publication de données scientifiques, mais sur l’incohérence professionnelle de J.-N. Delisle et, en particulier, de son frère, L. Delisle de La Croyère60 ». Cependant, Müller pouvait regretter sa brochure non seulement pour des raisons éthiques, mais aussi à cause de la réaction peu flatteuse envers « l’officier de la flotte russe » qu’elle avait suscitée dans les milieux scientifiques européens. Cela incita Müller à rédiger un ouvrage plus consistant censé servir d’explication à la Nouvelle Carte des découvertes faites par des Vaisseaux Russes aux côtes inconnues de l’Amérique septentrionale avec les pais adjacents. Dressée sur les mémoires authentiques de ceux, qui ont assisté à ces découvertes et sur d’autres connoissances dont on rend raison dans un Mémoire séparé. À St.-Petersbourg à l’Académie Imperiale des Sciences. 1754. Notons que ledit mémoire, présenté à la Conférence de l’Académie en 1756, n’a vu le jour qu’en 1758 en allemand et en russe61, puis, en 1761, en anglais (2e édition, 1764), et en 1766, en français62. La carte, publiée en 1758, connut trois rééditions, en 1758 (Fig. 4), 1761, 1773 et 178463, les dernières contenant des ajustements majeurs du contour du continent américain.

Fig. 4.– G. F. Miller, Nouvelle Carte des Découvertes faites par des Vaisseaux Russiens aux côtes inconnues de l’Amérique Septentrionale avec les pais adjacents, 1758

Fig. 4.– G. F. Miller, Nouvelle Carte des Découvertes faites par des Vaisseaux Russiens aux côtes inconnues de l’Amérique Septentrionale avec les pais adjacents, 1758

https://britishlibrary.georeferencer.com/​maps/​fa0e6560-7686-409e-b1bb-69bc01d74a69/​

  • 64 Kuntzel-Witt, 2008, p. 161.

45La carte et les essais explicatifs de Müller apportèrent une preuve irréfutable qu’aucune des quatre terres hypothétiques du Pacifique Nord n’existait et qu’il y avait dans ces eaux de nombreuses petites îles avec des coordonnées précises. Y figuraient également des indications concrètes sur les itinéraires des expéditions concernées. Bref, la démonstration ne laissait aucun doute quant à la justesse des conclusions et établissait la primauté des marins russes dans ces découvertes. En revanche, le classement des résultats de la Deuxième expédition du Kamtchatka a gravement nui à l’image de la Russie qu’on suspectait vouloir dissimuler la possibilité de naviguer sur la Route maritime du Nord. Les données publiées plus tard par des navigateurs russes suscitèrent la méfiance. Elles furent suspectées d’être délibérément déformées jusqu’à ce que James Cook puisse confirmer leur exactitude lors de son troisième tour du monde (1776-1779). Küntzel-Witt a tendance à considérer cette méfiance comme un exemple de manque de respect pour la Russie, en qui, selon elle, l’Occident refusait de voir « un partenaire égal dans l’arène des grandes puissances64 ». À notre avis, c’était plutôt l’effet de la politique du secret qui entourait les connaissances géographiques et à laquelle Delisle avait tenté de résister.

  • 65 Divin, 1971, p. 226-255.
  • 66 Andreev, 1965, p. 118-137.
  • 67 Gluškov, 2007, p. 312.

46En accord avec les représentations anciennes selon lesquelles le secret géographique assurait la sécurité de l’État, la Russie a continué, au-delà de cet épisode, à dissimuler ses découvertes géographiques. C’est ainsi que les résultats de l’expédition menée par Petr Krenicyn et Mihaïl Levašov en 1768-1769 – qui avait permis la découverte de l’arc géant des Aléoutiennes – ont été mis sous scellées : quelques documents la concernant ont été publiés en 1852, d’autres ont dû attendre 1968 pour être rendus publics65. À l’évidence, Krenicyn et Levašov n’ont pas trouvé leur propre Delisle. Les controverses suscitées par la Deuxième expédition du Kamtchatka ont été analysées par l’historien Andreev qui a mobilisé pour son étude une masse d’archives et de travaux historiques66. Il n’empêche que certains auteurs continuent à exploiter des clichés usés en critiquant l’ouvrage de Delisle sans même l’avoir consulté. Sinon, comment expliquer l’affirmation de Gluškov selon laquelle le cartographe français a omis d’y mentionner « le nom du capitaine-commandant de la flotte russe V. Bering » et a déformé « délibérément » les découvertes de sa deuxième expédition au Kamchatka67 alors qu’en réalité, sur douze pages du texte de Delisle, le nom de Bering est cité seize fois et qu’en Europe, c’était une grande première ? Si Delisle a manqué de mentionner certaines données, c’est qu’il n’en avait pas connaissance puisque les informations sur la navigation de Bering ont été tenues secrètes.

Les aléas d’une commémoration biaisée

  • 68 Maslennikov, 1986.

47À en croire le guide fondamental de toponymes géographiques soviétique, la Russie n’a guère récompensé les frères Delisle pour leur persévérance à découvrir les îles du Pacifique Nord. Dans cette zone, il existe en effet neuf lieux portant le nom de Čirikov, treize celui de Bering (y compris la mer et le fleuve) mais aucun n’évoque Delisle68. La réalité est plus nuancée. Les rédacteurs de ce guide, répertoriant plus de quatre mille noms géographiques enregistrés d’origine russe, n’ont pas considéré Delisle de La Croyère comme un scientifique russe. Le premier à avoir eu l’idée de commémorer le nom de ce Français mort au service de la Couronne fut son compatriote, Jean François de Lapérouse, qui navigua dans la même région en 1786-1787. Il trouva la tombe de Louis Delisle de La Croyère à Petropavlovsk-Kamtchatskij et donna son nom aux îles découvertes près de l’Alaska. Cependant, Lapérouse mourut peu de temps après, et un an plus tard, ces îles furent redécouvertes par l’Anglais George Dickson, qui, selon certains rapports, les nomma « Misty Islands ». Aujourd’hui, aucun de ces noms ne figure sur la carte du Pacifique. Le second à y avoir pensé fut Adam Johann von Krusenstern (en russe : Ivan Fedorovič Krusenštern), navigateur russe d’origine allemande. En 1805, accomplissant la volonté de Lapérouse, ce voyageur érigea un monument à deux explorateurs : au capitaine anglais Charles Clerke, membre de l’expédition de Cook, et à Delisle de La Croyère. Il donna également le nom de ce dernier à un petit cap, accessible principalement par la mer, situé sur la côte est de l’île de Sakhaline, au nord du cap Ratmanov, avec les coordonnées : N50°48’10.82" ; E143°40’5.26". Des rares oiseaux y nichent, mais Delisle de La Croyère n’y a jamais mis le pied.

Remarques finales

48De 1731 à 1752, Joseph-Nicolas Delisle élabore ou participe à l’élaboration de trois cartes du Pacifique Nord. La première, établie en 1731-1733, était une carte qui proposait un plan de travail, sur laquelle des terres hypothétiques étaient figurées afin que les marins puissent vérifier leur existence. La seconde, élaborée en 1745, était une carte générale de la Russie – une carte qui restituait les nouvelles découvertes – sur laquelle seules les îles réellement observées étaient représentées en Extrême-Orient ; la carte elle-même était coupée à l’est du Kamtchatka de sorte que les terres hypothétiques étaient en-deçà des limites de la feuille. Enfin, la troisième carte préparée en 1752, était une carte de travail à caractère provocant qui ne déformait aucune des découvertes russes déjà connues de Delisle mais qui ne figurait pas les informations classées secrètes par la Russie ; elle mettait en avant des découvertes réelles ou imaginaires faites par des explorateurs étrangers, avec quatre terres hypothétiques « nichées dans les coins » (au sens littéral du terme) afin de forcer les Russes à répondre à toutes ces questions.

49L’administration russe tomba dans ce piège si bien que, dans la brochure de Müller, tout cela a été interprété comme des distorsions de la réalité et des preuves de l’ignorance de Delisle et Buache. Ce dernier tenta de réagir lorsque Delisle s’abstint de riposter : la provocation atteignit son but, car, constatant ses erreurs et le contestant, Müller présenta au monde toutes ces informations secrètes que l’astronome français cherchait à publier. L’« appel du blanc » a eu raison de la « gloire fuyante ».

Haut de page

Sources et bibliographie

Aleksandrovskaâ Olga, Stanovlenie geografičeskoj nauki v Rossii v xviii veke, Nauka, Moscou,1989.

Andreev Aleksandr, Očerki po istočnikovedeniû Sibiri, Vyp.2, M.- Leningrad, 1965.

Appleby John H., « Mapping Russia : Farquharson, Delisle and the Royal Society », Notes and Records of the Royal Society of London, 2001, vol. 55, n° 2, p. 191-204.

Bagrow Leo, A History of Russian Cartography, Moscou, Centrpoligraf, 2005.

Bahrušin Sеrgej, Naučnye trudy, t. 3, č. 2, Izd-vo AN SSSR, Moscou, 1955.

Baûk Dmitrij, « Vstreča Petra I s Gijomom Delilem v Pariže i učastie iezuitov v kartografirovanii Dal’nego Vostoka », Evropejskie maršruty Petra Velikogo, Saint-Pétersbourg, Evropejskij Dom, 2018, p. 292-300.

Belkovec Lаrissa, Iogann Georg Gmelin : 1709-1755, Nauka, Moscou, 1990.

Berg Lev, Otkrytie Kamčatki i èkspedicii Beringa : 1725–1742, Moscou-Leningrad, 1946.

Besse Jean-Marc, Blais Hélène, Surun Isabelle (dir.), Naissances de la géographie moderne : Lieux, pratiques et formation des savoirs de l’espace en France, 1760-1860, ENS Éditions, Lyon, 2010.

Birket-Smith Kaj, « Bering : 1681-1741 », dans Leroi-Gourhan André (dir.), Les Explorateurs célèbres, Lucien Mazenot, Genève-Paris, 1947, p. 76-79.

Black Joseph Laurence, « Muller and the Russian Academy of Sciences Contigent in the Second Kamchatka Expedition, 1733-1743 », Canadian Slavonic Papers, vol. 25, n° 2, 1983, p. 235-253.

Blais Hélène, Laboulais Isabelle (dir.), Géographies plurielles : Les sciences géographiques au moment de l’émergence des sciences humaines (1750-1850), L’Harmattan, Paris, 2006.

Bogdanov Vladimir, Kolotilin Ruslan, Malova Tat’âna, « Ob osnovaniâh i ètičeskoj storone sovremennyh popytok iskaženiâ deâtel’nosti Ž. N. Delilâ v Rossii : 1726-1747 », dans Trudy Gosudarstvennogo Èrmitaža, vyp. 64, 2012, p. 87-93.

Bolhovitinov Nikolaj, Polevoj Boris, Petrov Aleksandr et al., Osnovanie Russkoj Ameriki : 1732–1799, Meždunar. otnoŝ., Moscou, 1997.

Breitfuss Leonid, « Early maps of North-Eastern Asia and the lands around the North Pacific, controversy between G.F. Müller and N. Delisle », Imago Mundi, n° 3, 1939, p. 87-99.

Broc Numa, « Voyages et géographie au xviiie siècle », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, t. 22, n° 2, 1969, p. 137-154.

Buache Philippe, Liste des cartes concernant les Nouvelles découvertes au Nord de la Grande mer, appellée vulgarement la Mer du Sud, [Paris], 1755.

Čekurov Mihail, « Sekretnaâ instrukciâ komandoru », Vokrug sveta, n° 1, 1976, p. 70-73.

Chabin Marie Anne, Les Français et la Russie dans la première moitié du xviiie siècle : La famille Delisle et les milieux savants, Thèse d’archiviste-paléographe, École nationale des chartes, Paris, 1983 (Éd. 2013 : http://www.marieannechabin.fr/wp-content/uploads/2016/10/Th%C3%A8se-ENC-de-Marie-Anne-CHABIN_Delisle-et-Russie.pdf ; visite 23.2.2019).

Delisle [De L’Isle] Joseph Nicolas, Nouvelles cartes des découvertes de l’amiral de Fonte, et autres navigateurs espagnols, portugais, anglois, hollandois, françois & russes, dans les mers septentrionales avec leur explication, qui comprend, l’histoire des voyages, tant par Terre que par Mer, dans la partie Septentrionale de la Terre, les routes de navigation, les extraits des journaux de marine, les observations astronomiques, & tout ce qui peut contribuer au progrès de la navigation ; avec la description des pays, l’histoire & les moeurs des habitans, le commerce que l’on y peut faire, &c., Paris, 1753.

Delisle [De L’Isle] Joseph Nicolas, Buache Philippe, Explication de la Carte des nouvelles decouvertes au Nord de la Mer du Sud, Paris, 1752.

Divin Vasilij, Russkie moreplavaniâ na Tihom okeane v xviii veke, Mysl’, Moscou, 1971.

Divin Vasilij, Velikij russkij moreplavatel’ A. I. Čirikov, Gosgeografizdat, Moscou, 1953.

Divin Vasilij, « Cennoe issledovanie o velikom russkom moreplavatele », Priroda, n° 4, 1952, p. 125-128.

Efimov Aleksej, Iz istorii velikih russkih geografičeskih otkrytij, Nauka, Moscou, 1971.

Efimov Aleksej (éd.), Atlas geografičeskih otkrytij v Sibiri i v Severo-Zapadnoj Amerike xviixviii vv., Nauka, Moscou, 1964.

Efimov Aleksej, « Iz istorii kartografii Dal’nego Vostoka », Sbornik statej po istorii Dal’nego Vostoka, Moscou, 1958, p. 81-88.

Efimov Aleksej, Iz istorii velikih russkih geografičeskih otkrytij v Severnom Ledovitom i Tihom okeanah : xviij – pervaâ polovina xviii v., Moscou, 1950.

Fel’ Sergej, Kartografiâ Rossii xviii veka, Izd-vo geodezičeskoj literatury, Moscou, 1960.

Fischer Raymond H., Bering’s voyages : Wither and why, Seattle, Univ. of Washington Press, 1978.

Ger’e Vladimir, « Otnošeniâ Lejbnica k Rossii i Petru Velikomu », Žurnal Ministerstva narodnogo prosveŝeniâ, n° 148 (2), 1870, p. 308–390.

Gluškov Valerij, Istoriâ voennoj kartografii v Rossii : xviii – načalo xx v., IDÈL, Moscou, 2007.

Gmelin Johann G., Reise durch Sibirien von dem Jahr 1733 bis 1743, 4 Bd. Göttingen, A. Vandenhoecks seel. Wittwe, 1751-1752 ; Reize door Sibirien naar Kamtschatka von’t Jaar 1733 tot 1743, Harlem, H. Van Elvervelt, 1752-1757 ; Voyage en Sibérie, 2 vol. , Paris, Desaint, 1767.

Goldenberg Leonid, Mihail Spiridonovič Gvozdev. Načalo xviii v. – posle 1759 g., Nauka, Moscou, 1985.

Golder Frank Alfred, Russian expansion on the Pacific, 1641–1850 <...>, Cleveland, A.E. Clark, 1914.

Golubinskij Aleksej, « Specifika raboty predstavitelej sem’i Delil’ nad tekstovymi materialami i černovoj kartografičeskoj informaciej », dans Gouzévitch Dmitri, Gouzévitch Irina (dir.), Les Delisle en Russie, Mamatov, Saint-Pétersbourg, 2019, p. 117-120.

Gouzévitch (Guzevič) Dmitri et Gouzévitch (Guzevič) Irina, « ‘V načale byl Delil’, ili gipoteza o pričinah rasformirovaniâ odnoj francuzskoj kollekcii », Trudy Gosudarstvennogo Èrmitaža, vyp. 73, p. 112–120.

Gouzévitch (Guzevič) Dmitri, « Ž. N. Delil’ i karta-zadanie dlâ Vtoroj Kamčatskoj èkspedicii : ‘Bessovestnyj obman’ ili osnova dlâ geografičeskih otkrytij ? », dans Petr I i Vostok, Evropejskij Dom, Saint-Pétersbourg, 2019, p. 284-317.

Grenader Moisej, « Ob odnom iz pervyh opisanij velikoj severnoj èkspedicii », Voprosy istorii estestvoznaniâ i tehniki, n° 17, 1964, p. 103–106.

Grinev Andrej, « Geopolitičeskie interesy Rossii v Amerike i na Tihookeanskom severe : xviii – pervaâ polovina xix v. », Voprosy istorii, n° 3, 2009, p. 48-65.

Gusarova Elena, « K voprosu ob ètičeskoj storone al’ternativnogo vzglâda astronoma Delilâ v Rossii », Trudy Gosudarstvennogo Èrmitaža, vyp. 70, 2013, p. 121-136.

Gusarova Elena, « Pervyj akademičeskij plan Peterburga i rol’ astronoma Ž.-N. Delilâ v ego sozdanii », Rossiâ i zapadnoevropejskoe Prosveŝenie, Saint-Pétersbourg, p. 335-347.

Isnar Albert, « Joseph Nicolas Delisle, sa biographie et sa collection de cartes géographiques à la Bibliothèque nationale », Bulletin de la Section de Géographie, t. 30, Imprimerie nationale, Paris, 1915, p. 34-164.

Kalmykov Pavel, « Tihij professor, brat špiona – L. Delil’ de la Krojer », Pâtye Meždunarodnye istoričeskie i Svâto-Innokent’evskie čteniâ, Petropavlovsk-Kamčatskij, 2012, p. 131-139.

Klein Olivier, Un pamphlet scientifique au xviiie siècle : La « Lettre d’un officier de la marine russienne à un seigneur de la cour concernant la carte des nouvelles découvertes au nord de la mer du sud & le mémoire qui y sert d’explication publié par m. de L’Isl, mémoire pour le DEA de Sociétés occidentales, sous la dir. de Marie Noëlle Bourguet, Université Paris 7, Paris, 2002.

Kolčinskij Eduard, Stelleriana v Rossii, SPbF IIET RAN, Saint-Pétersbourg, 1997.

Kolčinskij Eduard, « Akademiâ nauk i stanovlenie estestvennoj istorii v Rossii », dans Akademic science in Saint-Petersburg in the xviii-xx centuries, Nauka, Saint-Pétersbourg, 2003, p. 83-116.

Komkov Gennadij, Levšin Boris, Semёnov Lev, Akademiâ nauk SSSR : Kratkij istoričeskij očerk : V 2-h t. T.1 : 1724-1917, Nauka, Moscou, 1977.

Kopaneva Natalia, « Naučnoe putešestvie D.G. Messeršmidta kak čast’ proektov Petra I po opisaniû Rossijskogo gosudarstva », Ural’skij istoričeskij vestnik, n° 51 (2), 2016, p. 44-52.

Krasnikova Olga, « K istorii kartografičeskogo naslediâ I.K. Kirillova », dans Lomonosovskie čteniâ v Kunstkamere, vyp. 2, Kunstkamera, Saint-Pétersbourg, 2016, p. 193-220.

Kuntzel-Witt Kristina, « Ot Messeršmidta k Pallasu : Nemeckie učёnye – issledovateli Sibiri », dans Vvodâ nravy i obyčai Evropejskie v Evropejskom narode, ROSSPÈN, Moscou, 2008, p. 152-165.

Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), Combler les blancs de la carte : Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xviie-xxe siècle), PUS, Strasbourg, 2004.

Laboulais-Lesage Isabelle, « Introduction », dans Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), Combler les blancs de la carte : Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xviie-xxe siècle), PUS, Strasbourg, 2004a, p. 7-12.

Laboulais-Lesage Isabelle, « Le système de Buache, une “nouvelle façon de considérer notre globe” et de combler les blancs de la carte », dans Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), Combler les blancs de la carte : Modalités et enjeux de la construction des savoirs géographiques (xviie-xxe siècle), PUS, Strasbourg, 2004b, p. 72-88.

Laboulais Isabelle, « Les systèmes : Un enjeu épistémologique de la géographie des Lumières », Revue d’histoire des sciences, t. 59, n° 1, 2006, p. 97-125.

Lagarde Lucie, « Le passage du Nord-Ouest et la Mer de l’Ouest dans la cartographie française du xviiie siècle, contribution à l’étude de l’œuvre des Delisle et Buache », Imago Mundi, vol. 41, 1989, p. 19-43.

Lebedev Dmitrij, Geografiâ v Rossii petrovskogo vremeni, Moscou- Leningrad, Izd-vo AN SSSR, 1950.

Lebedev Dmitrij, Plavanie A. I. Čirikova na paketbote « Sv. Pavel » k poberež’âm Ameriki, Izd-vo AN SSSR, Moscou, 1951.

Lihomanov Anton (dir.), Radi pol’zy i slavy Otečestva, Saint-Pétersbourg, 2010.

Magidovič Iosif, Očerki po istorii geografičeskih otkrytij, Prosveŝenie, Moscou, 1967.

Maslennikov Boris, Morskaâ karta rasskazyvaet, Voenizdat, Moscou, 2010.

Messerschmidt Daniel-Gottlieb, Forschungsreise durch Sibirien : 1720-1727, Her. von E. Winter und N.A. Figurovskij, 5 bd., Akademie-Verlag, Berlin, 1962-1977.

[Müller Gerhard Friedrich], Lettre d’un officier de la marine russienne à un Seigneur de la Cour concernant la carte des nouvelles découvertes au Nord de la Mer du Sud, et le mémoire qui y sert d’explication publié par M. De l’Isle à Paris en 1752, Haude et Spener, Berlin, [1753] ; Schreiben eines Russischen Officiers von der Flotte an einen Herrn des Hofes, Haude und Spener, Berlin [1753].

Müller, Gerhard Friedrich, A Letter from a Russian Sea-Officer, to a Person of Distinction at the Court of St. Petersburgh, A. Linde, Londres, 1754.

Müller Gerhard Friedrich, « Nachrichten von Seereisen, und zur See gemachten Entdeckungen », Sammlung Russischer Geschichte, Bd. 3, St.1/3, Saint-Pétersbourg, 1758(1).

Müller Gerhard Friedrich, Nouvelle Carte Des Decouvertes Faites par Des Vaisseaux Russiens Aux Cotes Inconnues De L’Amerique Septentrionale Avec Les Pais Adiacents, Acad. Imp. des Sciences, Saint-Pétersbourg, 1758.

Müller Gerhard Friedrich, Voyages from Asia to America : For completing the discoveries of the northwest coast of America ; To which is prefixed, a summary of the voyages made by the Russians on the frozen sea, in search of a north east passage ; Serving as an explanation of a map of the Russian discoveries, published by the Academy of Sciences at Petersburgh, Londres, T. Jefferys, 1761.

Müller Gerhard Friedrich, Voyages et découvertes, faites par les Russes le long des côtes de la Mer Glaciale & sur l’Océan Oriental, 2 vols., Marc Michel Rey, Amsterdam, 1766.

Müller Gerhard Friedrich, « Opisanie morskih putešestvij po Ledovitomu i po Vostočnomu morû, s Rossijskoj storony učinёnnyh », dans Müller Gerhard Friedrich (dir.), Sočineniâ po istorii Rossii, Nauka, Moscou, 1996, p. 19-126, 419-424.

Müller Gerhard Friedrich, « Pis’mo Rossijskago morskago oficera k nekotoroj znatnoj persone o karte, predstavlâûŝej novejšiâ obiskaniâ v severnyh stranah Ûžnogo morâ i o iz’âsnenii na onuû kartu, izdannyâ gospodinom Delilem v Pariže v 1752 godu », dans Müller Gerhard Friedrich (dir.), Izbrannye trudy, Ânus-K, Moskovskie učebniki, Moscou, 2006, p. 648-662, 784-786.

Novlânskaâ Mariâ, Daniil Gotlib Messeršmidt i ego raboty po issledovaniû Sibiri, Nauka, Leningrad, 1970.

Paseckij Vasilij, « Kamchatskie èkspediciji Vitusa Beringa », Nauka i zhizn’, n° 5, 1981, p. 66-72.

Paseckij Vasilij, « Vitus Bering 1681-1741 », Nauka, Moscou, 1982.

Pekarskij Pёtr, Istoriâ Imperatorskoj Akademii nauk v Peterburge, t. 1, Izd-e ORÂS Imp. AN, Saint-Pétersbourg, 1870.

Polevoj Boris, « Pёtr Pervyj, Nikolaj Vitsen i problema ‘Sošlasâ li Amerika s Aziej’« , Strany i narody Vostoka, vyp. 17, 1975, p. 19-33.

Postnikov Aleksej, Razvitie kartografii i voprosy ispol’zovaniâ staryh kart, Nauka, Moscou, 1985.

Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, t. 7, n° 4649, Instrukciâ Vysočajše dannaâ flota kapitanu Beringu : Ob otkrytii soedineniâ Azii s Amerikoû, 5.2.1725, p. 415.

Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, t. 8, n° 6023, Ob otpravlenii kapitan-komandora Beringa v Kamčatku, 17.4.1732, p. 749.

Rjeoutski Vladislav, Gouzévitch Dmitri (dir.), Inostrannye specialisty v Rossii v èpohu Petra Velikogo : Biografičeskij slovar’ vyhodcev iz Francii, Vallonii, frankoâzyčnyh Švejcarii i Savoji : 1682-1727, Lomonosov’’, Moscou, 2019.

Ryčalovskij Evgenij, « Itogi Vtoroj Kamčatskoj èkspedicii i političeskie interesy : Stolknovenie gosudarstva i mira učenyh v Rossii xviii v. », dans G.F. Miller i russkaâ kul’tura, Rostok, Saint-Pétersbourg, 2007, p. 233-241.

Spiridonova Ludmila et al. (coord.), La Flotte de l’Empire de Russie, SPb, Slavia, 1996.

Stepanov Nikolaj, Naučnye èkspedicii i izučenie Sibiri, Nauka, Leningrad, 1968, p. 343-353.

Stepanov Nikolaj, S.P. Krasheninnikov v Sibiri, Moscou-Leningrad, Nauka, 1966.

Surun Isabelle, Dévoiler l’Afrique ? Lieux et pratiques de l’exploration (Afrique occidentale, 1780-1880), Éditions de la Sorbonne, Paris, 2018.

Surun Isabelle, « Le blanc de la carte, matrice de nouvelles représentations des espaces africains », dans Laboulais-Lesage Isabelle (dir.), Combler les blancs de la carte, PUS, Strasbourg, 2004, p. 90-110.

Širina Danara, Letopis’ èkspedicij Akademii nauk na severo-vostok Azii v dorevolûcionnyj period, Nauka, Novosibirsk, 1983.

Taranovič Vladimir, « Èkspediciji Akademii nauk xviii veka i ih rol’ v dele razvitiâ lesnyh znanij », Trudy IINIT, ser. 1, vyp. 1, Leningrad, 1933, p. 177-204.

Verdier Nicolas, « Des cartes en situation d’incertitude : La controverse sur le Kamtchatka entre 1737 et 1738 comme révélateur d’une crise de la cartographie française », Vek Prosveŝeniâ, Vyp. 5, Geografiâ èpohi Prosveŝeniâ, Nauka, Moscou, 2015, p. 100-120.

Vermeulen Han F., « Gerhard Friedrich Müller et la genèse de l’ethnographie en Sibérie », dans Bérose, Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, Paris, 2019. https://www.berose.fr/article1686.html

Vozgrin Valerij, « Vitus Yoanssen Bering : Obzor zarubežnoj literatury », dans Strany i narody Vostoka, vyp. 17, Nauka, Moscou, 1975, p. 34-40.

Waxel [Vaksel’] Sven, Vtoraâ Kamčatskaâ èkspediciâ Vitusa Beringa, Leningrad, Moscou, 1940.

Witsen Nikolaas, Noord en Oost Tartarye, ofte bondigh ontwerp van eenige dier landen en volken, Amsterdam, (s.n.), 1692.

Witsen Nikolaas, Noord en Oost Tartarye, François Halma, Amsterdam, 1705.

Witsen Nikolaas, Severnaâ i Vostočnaâ Tartariâ. 3 t., Pegasus, Amsterdam, 2010.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à remercier Dmitri Gouzévitch pour son concours à toutes les étapes de ce travail, Isabelle Laboulais pour ses conseils précieux, Isabelle Surun pour l’envoi des matériaux importants ainsi que Denis Eckert, Maurizio Gribaudi, Bertrand Dumenieu et Julien Perret pour leur aide à démêler d’épineux problèmes terminologiques de la cartographie historique française.
La « Deuxième expédition du Kamchatka » a été officiellement désignée ainsi au moment de son organisation au début des années 1730 pour la distinguer de la première expédition de Bering (1725-1730). Au xxe siècle, elle a reçu d’autres nominations, plus chargées idéologiquement : la « Grande Expédition sibérienne » ou la « Grande Expédition du Nord ». Nous avons opté pour la dénomination historique.

2 Outre les travaux référés dans le texte, citons Aleksandrovskaâ, 1989 ; Bahrušin, 1955 ; Belkovec, 1989 ; Vozgrin, 1975 ; Grinev, 2009 ; Paseckij, 1981, 1982 ; Stepanov, 1966 ; Taranovič, 1933 ; Širina, 1983 ; Birket-Smith, 1947 ; Black, 1983 ; Fischer, 1979 ; Spiridonova (dir.), 1996 ; Breitfuss, 1939 ; etc.

3 Cette problématique ainsi que beaucoup d’autres relatives à l’essor de la cartographie moderne sont développées dans une série de monographies récentes. Voir Laboulais-Lesage (dir.), 2004 ; Blais et Laboulais (dir.), 2006 ; Besse, Blais et Surun, 2010 ; La Géographie à l’époque des Lumières, 2015 ; Surun, 2018.

4 Bagrow, 2005, p. 414 ; Berg, 1946 ; Gusarova, 2013, p. 129 ; Efimov, 1950, p. 200 ; Efimov, 1971, p. 249 ; Kalmykov, 2012 ; Müller, 2006, p. 648-649, 657. Parmi les études récentes ayant mis à plat ces accusations, voir : Bogdanov et al., 2012 ; Golubinskij, 2019 ; Gouzévitch D. et Gouzévitch I., 2014 ; Èrensfel’d Ulla, 2009, p. 254-256 ; Rjeoutski V., Gouzévitch D. (dir.), 2019, p. 222.

5 Titre porté par les chefs cosaques élus à la tête d’unités militaires ou de villages.

6 Polevoj, 1975, p. 32.

7 Voir sur lui : Goldenberg, 1985.

8 Witsen, 1992, 1705, 2010.

9 Bagrow, 2005, p. 388-389 ; Ger’e, 1870, p. 336-337, 377-378, 384 ; Polevoj, 1975, p. 19, 25.

10 Lev Berg y voyait à juste titre une influence anglaise (Berg, 1946, p. 9-10).

11 Čekurov, 1976, p. 71.

12 Polevoj, 1975, p. 26.

13 Efimov (éd.), 1964.

14 Sur les premières cartes de l’est de la Russie et la cartographie de la mer Caspienne, voir : Appleby, 2001, p. 193.

15 Sur cette expédition, voir Kolčinskij, 2003 ; Kopaneva, 2016 ; Novlânskaâ, 1970.

16 Premier musée russe fondé par Pierre Ier en 1715 à Saint-Pétersbourg, sous l’inspiration des cabinets de curiosité qu’il avait visité lors de sa première tournée à l’étranger, la Grande Ambassade, en 1696-1697.

17 La publication intégrale en allemand de cinq premiers volumes, voir Messerschmidt, 1962-1977.

18 Cité d’après Čekurov, 1976, p. 72-73

19 S’agissant des événements ayant lieu en Russie, les dates sont données selon deux calendriers séparés par une barre (/) : julien, qui fut utilisé en Russie, et grégorien, utilisé alors en Europe occidentale. À la période étudiée, la différence entre les deux était de 11 jours.

20 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, 1e izd. Saint-Pétersbourg, 1830, n° 6023.

21 Il s’agit des terres prétendument découvertes par le marin grec du service espagnol, Juan de Fuca en 1592, et de l’amiral espagnol Bartolomeo de Fonte qui aurait navigué du Pérou vers le Nord en 1640. Leur nature douteuse n’a pas été questionnée durant cette époque : Andreev, p. 118-119 ; Efimov, 1950, p. 164. Curieusement, c’est Delisle qui a rendu publique en France la relation du voyage de l’amiral de Fonte qui n’était, en réalité qu’une lettre apocryphe publiée en 1708 à Londres dans le Monthly miscellany or memoirs for the curious et dont on attribue la paternité à l’éditeur du périodique, James Petiver. Voir Lagarde, 1989, p. 33.

22 Il s’agit des cartes de Gastaldi, B. Zaltieri (1566) et Ortelius (1570) : Bolhovitinov et al., 1997, p. 13.

23 Cité dans Čekurov, 1976, p. 72. Voir aussi Laboulais, 2006, p. 99.

24 Polnoe sobranie zakonov Rossijskoj imperii, 1e izd. Saint-Pétersbourg, 1830, n° 4649.

25 Polevoj, 1975, p. 26-32 ; Bolhovitinov et al., 1997, p. 53-57.

26 Magidovič, 1967, p. 342. L’analyse des rapports de Gvozdev : Goldenberg, 1985.

27 Il existe une version de cette carte datée de 1733.

28 Chabin, 2013, p. 100.

29 Sur les doutes de Delisle, voir : Efimov (dir.), 1964, n 78, p. 52 ; Fischer, 1979, p. 136.

30 Lebedev, 1950, p. 98 ; Efimov, 1950, p. 164. Dans (Stepanov, 1968), cette carte a été ignorée. Dans Komkov et al., 1977, p. 63, elle est caractérisée comme « très imparfaite ». Pour un avis positif : Andreev, 1965, p. 69.

31 Lebedev, 1950, p. 98.

32 Divin, 1953, p. 75-76, 80 ; Polevoj, 1975, p. 31.

33 Efimov (dir.), 1964, n° 104-106, p. 70-72 ; Magidovič, 1967, p. 347-348 ; Čekurov, 1976, p. 73.

34 Sur Steller et son œuvre, voir Kolčinskij, 1997.

35 Sur la maladie et le décès de Louis Delisle de La Croyère, voir Lebedev, 1951, p. 343, 462 ; Berg, 1946, p. 284 ; Kalmykov, 2012 ; Müller, 1996, p. 104 ; Müller, 2006, p. 657.

36 Waxel affirmait en avoir entendu parler lors d’un conseil, le 4 mai (st.anc.) 1741, dans la baie d’Avacha, le jour de sa sortie en mer, mais il ne comprit pas son essence. Plus tard, il écrivit : « Dans cette carte je trouve autant de vérité que dans l’actualité de la terre mythique de Yezdo. Il serait […] plus honnête d’enquêter d’abord sur de telles terres inconnues avant d’informer largement les navigateurs de [leur] découverte […]. Par la faute de cette carte, près de la moitié de notre équipe est morte en vain ». Vaksel’, 1940, p. 56. – En réalité, les marins ont été informés quelques jours avant la sortie en mer, ce qui ne change pas grande chose sur le fond.

37 Voir Efimov (dir.), 1964, p. 52 ; Gusarova, 2013, p. 129 ; Gusarova, 2016, p. 341-342 ; Postnikov, 1985, p. 20 ; Fel’, 1960, p. 76.

38 Kuntzel-Witt, 2008, p. 158.

39 Andreev, 1965, p. 69, avec la référence à Golder, 1914, p. 183-184, 212-213.

40 « Delisle en 1747 [...] oublia la mort récente de Bering et sa participation à celle-ci » : Fel’, 1960, p. 176.

41 « Les indications de cet ignorant et de cet ivrogne, qui, en fait, n’étaient pas dénués d’intention malveillante, étaient, selon toute probabilité, obligatoires pour Bering » : Divin, 1953, p. 128.

42 Paradoxalement, cette position avait beaucoup de soutiens dans l’historiographie russe et soviétique. Voir, Efimov (dir.), 1964 ; Efimov, 1950 ; Efimov, 1971 ; Berg, 1946, p. 128-129 ; Bogdanov et al., 2012, p. 91 ; Gluškov, 2007 ; Gusarova, 2013 ; Gusarova, 2016 ; Divin, 1953 ; Divin, 1952 ; Kalmykov, 2012 Kuntzel-Witt, 2008 ; Lebedev, 1950 ; Postnikov, 1985. Pour l’analyse de cette situation : Gouzévitch D., Gouzévitch I., 2014.

43 Broc, 1969, p. 146.

44 Verdier, 2015, p. 101.

45 Buache épousa la fille de Guillaume Delisle. Sur le « système de Buache », voir Laboulais-Lesage, 2004b ; Laboulais, 2006 ; Lagarde, 1989.

46 Verdier, 2015, p. 101.

47 Laboulais-Lesage, 2004a, p. 8.

48 Baûk, 2018, p. 297-299. Sur les activités astronomiques et cartographiques en Russie, voir Appeleby, 2001, p. 195-196.

49 Isnard, 1915, p. 39-45.

50 Krasnikova, 2016 ; Atlas, 1964, n° 71-72, p. 48-49 ; Berg, 1946, p. 172-173.

51 Divin, 1971, p. 173 ; Efimov, 1958, p. 84.

52 Delisle, Buache, 1752.

53 Pour la polémique autour de la Relation de l’amiral da Fonte et des travaux de Delisle et de Buache qui y renvoyaient : Laboulais, 2006, p. 99 ; Verdier, 2015, p. 116. Efimov accuse Delisle d’une malveillance préméditée visant à diminuer les découvertes russes au profit des découvertes espagnoles et portugaises (Efimov, 1971, p. 248-255).

54 Lihomanov (dir.), 2010, p. 24 ; Buache, 1755.

55 Lagarde, 1989 ; Verdier, 2015, et autres.

56 Ryčalovskij, 2007, p. 238-239.

57 Sur le rôle de Müller dans l’exploration de la Sibérie, voir Vermeuler, 2019.

58 Müller, 1753, 1754.

59 Lihomanov (dir.), 2010, p. 24 ; Buache, 1755.

60 Rychalovskij, 2007, p. 237-238.

61 Édition contemporaine : Müller, 1996. Paradoxalement, Müller ne disposait non plus de toutes les informations lorsqu’il rédigeait son mémoire pourtant commandé par son administration. Voir Grenader, 1964, p. 103.

62 Müller, 1758 (1) ; [Müller, 1761] ; [Müller, 1766].

63 Lihomanov (dir.), 2010, p. 25-27 ; Müller, 1758 (2).

64 Kuntzel-Witt, 2008, p. 161.

65 Divin, 1971, p. 226-255.

66 Andreev, 1965, p. 118-137.

67 Gluškov, 2007, p. 312.

68 Maslennikov, 1986.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. – Joseph-Nicolas Delisle, carte préparée pour la Deuxième expédition du Kamchatka, 1731-1733. Fragment
Crédits Atlas geografičeskih otkrytij v Sibiri i v severo-zapadnoj Amerike xvii – xviii vv. / Pod red. A. V. Efimova. M. Nauka, 1964. n° 78
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/10078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Titre Fig. 2.– J. N. Delisle, F. Buache, Carte des Nouvelles Découvertes au Nord de la Mer du Sud, Tant à l’Est de la Siberie et du Kamchatka, Qu’à l’Ouest de la Nouvelle France, 1752
Crédits Gallica / Bnf : https://gallica.bnf.fr/​ark :/12148/btv1b531222925
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/10078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Fig. 3. – Carte générale de la Deuxième expédition du Kamchatka. 1742. Fragment
Crédits Atlas geografičeskih otkrytij v Sibiri i v severo-zapadnoj Amerike XVII – XVIII vv. / Pod red. A. V. Efimova. M. Nauka, 1964. n° 93
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/10078/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 329k
Titre Fig. 4.– G. F. Miller, Nouvelle Carte des Découvertes faites par des Vaisseaux Russiens aux côtes inconnues de l’Amérique Septentrionale avec les pais adjacents, 1758
Crédits https://britishlibrary.georeferencer.com/​maps/​fa0e6560-7686-409e-b1bb-69bc01d74a69/​
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/10078/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irina Gouzévitch, « La carte controversée du Pacifique pour la Deuxième expédition du Kamchatka (1733-1743) : blanchir les allégories de la carte ou poursuivre une gloire fuyante »Artefact, 14 | 2021, 209-243.

Référence électronique

Irina Gouzévitch, « La carte controversée du Pacifique pour la Deuxième expédition du Kamchatka (1733-1743) : blanchir les allégories de la carte ou poursuivre une gloire fuyante »Artefact [En ligne], 14 | 2021, mis en ligne le 07 octobre 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/10078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.10078

Haut de page

Auteur

Irina Gouzévitch

Irina Gouzévitch est docteur en histoire des techniques (Université Paris 8), habilitée à diriger les recherches en histoire (Université de Paris), rattachée au Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS (Paris). Ses domaines de recherche sont les échanges interculturels Russie-Europe occidentale, les techniques et les empires, la circulation des connaissances scientifiques et techniques en Europe aux xviiie-xixe siècles, l’enseignement technique, les réseaux de sociabilité, la mobilité des experts, les questions identitaires.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search