Navigation – Plan du site

AccueilNuméros8Comptes rendus de lecturesStéphane Blond, Liliane Hilaire-P...

Comptes rendus de lectures

Stéphane Blond, Liliane Hilaire-Pérez et Michèle Virol (dir.), Mobilités d’ingénieurs en Europe, xve-xviiie siècle

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 252 p.
Thomas Morel
p. 355-358

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, qui fait suite à une conférence organisée en 2016 au Centre Alexandre-Koyré (Paris), se rattache au champ de recherche ouvert par les travaux d’Hélène Vérin sur la réduction en art, en réunissant des historiens modernistes, historiens de l’architecture, des techniques et des sciences. Un hommage en forme de biographie et de bibliographie, situé en préambule, illustre la cohérence d’un parcours intellectuel tout en rappelant les pistes de recherches qu’elle a pu ouvrir et que cet ouvrage s’efforce d’explorer.

2L’introduction proprement dite esquisse ces pistes en soulignant la nécessité d’un volume collectif sur la mobilité des ingénieurs. Le terme est ici entendu en un sens très large qui dépasse largement la seule mobilité géographique : dans bien des cas, il s’agit d’études de trajectoires sociales, de carrières, voire de l’évolution du statut social de groupes entiers d’individus. Il devient ainsi possible de comparer les profils et d’étudier les multiples incarnations qu’a pu prendre, au fil des siècles, la catégorie d’ingénieur. Loin de se restreindre à « la figure du génie d’exception » (p. 11), l’effort porte au contraire sur la mise en évidence de structures générales, en particulier l’influence croissante des états modernes.

3La variété des situations, et dans une certaine mesure celle des méthodes, constitue le point fort de l’ouvrage. Les chapitres successifs décrivent les parcours d’ingénieurs des mines, militaires artilleurs ou castramétrateurs, de membres des grands corps d’État comme les Ponts et Chaussées ou de la Marine. La diversité géographique permet une réflexion sur les conditions politiques dans lesquelles l’ingénieur évolue : le lecteur est ainsi amené en Italie, aux Pays-Bas espagnols, dans le midi de la France de Louis XIV ou dans l’Espagne de Philippe II. Tout au plus pourrait-on regretter que le monde germanique et la Scandinavie ne soient que ponctuellement évoqués.

4Gilles Grivaud signe une étude sur Giulio Savorgnan, capo di guerra responsable de fortifications en Méditerranée orientale. Son expérience n’est cependant pas celle du conflit militaire mais de l’étude de traités spécialisés, des rapports administratifs qu’il rédige en temps de paix et surtout de correspondances fournies entretenues avec sa nombreuse fratrie. L’unique fortification dont il conçut les plans, celle de Nicosie, suit ainsi un tracé géométrique parfait. Le plan est toutefois moins spectaculaire que la réalisation, pour laquelle Giulio arrive à tenir non seulement les délais, mais également les coûts. On y découvre ainsi un ingénieur porté sur les sciences exactes, en contact avec N. Tartaglia, dont la production littéraire et technique est tout entière dirigée vers la pratique des fortifications vénitiennes.

5Le second chapitre est une étude sur la formation de l’ingénieur Jean Errard. En l’absence de sources concluantes, Frédéric Métin choisit de rédiger une biographie probable, « de proposer des pistes plausibles » (p. 59) en replaçant ses œuvres de jeunesse dans le contexte intellectuel de la fortification géométrique du xvie siècle. Ce chapitre emprunte largement à l’imposant travail de thèse de l’auteur. La mobilité de l’ingénieur est ici à prendre à la fois au sens strict, puisque Errard se déplace au gré des embauches, et au sens figuré, puisqu’il emprunte intellectuellement à de multiples traditions pour proposer sa propre interprétation du tracé des fortifications. Philippe Bragard reprend également les points saillants de sa thèse de doctorat sur les ingénieurs des Pays-Bas espagnols du xvie au xviiie siècle. Institutions de formations et activités des ingénieurs sont esquissées pour faire ressortir des points communs sur une longue période, sans tenter de masquer les lacunes historiographiques, en particulier concernant l’histoire sociale de ce milieu.

6Chandra Mukerji revisite au prisme de la question de la mobilité son ouvrage majeur sur le Canal du Midi. Les notions d’intelligence collective et d’insuffisance des savoirs de chaque individu font ressortir les multiples échanges entre ingénieurs et travailleurs temporaires. David Plouviez propose un chapitre sur J.-D. Chevillard, ingénieur de la Marine du xviiie siècle affecté sur un chantier privé de Saint-Malo. En écho avec le chapitre précédent, il propose une réflexion stimulante et à vrai dire paradoxale sur la mobilité des ingénieurs et ses limites dues à la spécialisation croissante. En dépit de l’expertise dont les ingénieurs-constructeurs se prévalent, et d’une évidente proximité géographique, la correspondance de Chevillard donne à voir tout ce qui sépare les ports civils de leurs équivalents militaires. Dans un texte consacré aux missions de renseignements, Irina Gouzévitch étudie le parcours de José et Castro Betancourt. Boursiers du gouvernement espagnol en contact étroit avec l’ambassade, ils saisissent l’opportunité d’un voyage dans les ports bretons en 1788 pour observer une poulierie – elle-même résultat d’une opération d’espionnage français en Angleterre – et l’installation de ces nouvelles poulies sur un vaisseau expérimental.

7Le chapitre de Stéphane Blond sur le règlement de l’École royale des Ponts et Chaussées de 1775 montre en quoi les dynamiques de formations et de carrières témoignent d’une philosophie politique particulière, celle de « techniciens du territoire » français (p. 162). Il est à rapprocher des chapitres de Sébastien Pautet sur les étudiants de l’École du génie de Mézières et d’Isabelle Laboulais sur la construction d’une culture professionnelle au sein des ingénieurs des mines. Entre prescriptions officielles et apprentissage de dispositions spécifiques à un corps, ces trois contributions montrent la constitution progressive des grands corps au service de l’État français. Devenir ingénieur, c’est ainsi apprendre une nouvelle manière d’être, chez les ingénieurs-administrateurs de Mézières, ou de voir – le coup d’œil de l’ingénieur des mines.

8Le chapitre de Brice Cossart sur les écoles d’artilleurs dans l’Espagne du xvie siècle, lui aussi basé sur un travail de thèse, est très riche. Il étudie le changement d’échelle nécessaire pour former en masse des artilleurs pour la Monarchie catholique. Ces écoles d’artilleurs, atypiques par leur exceptionnelle précocité, s’accompagnent de la publication de manuels et plus généralement de « la diffusion d’une culture mathématique renaissante à l’aube des grandes transformations scientifiques du xviie siècle » (p. 187). Au contraire de l’ingénieur, l’artilleur devient un technicien modeste, qui doit presque par nature être « déplaçable » et interchangeable.

9Au-delà de leurs contenus propres, un mérite commun aux divers chapitres est d’offrir un panorama large des enjeux actuels de la recherche dans ce domaine. Les contributions oscillent d’ailleurs, dans des proportions relativement équilibrées, entre l’étude d’un individu particulier – qu’il soit jugé représentatif de ses pairs ou au contraire exceptionnel – et celle d’un corps entier sur une période donnée. La riche bibliographie commentée contenue dans les notes de bas de page sert de porte d’entrée vers les différents domaines d’activité des ingénieurs de l’époque moderne. Étudier ces personnages au quotidien, et non seulement dans les situations ou travaux exceptionnels, se révèle méthodologiquement fécond en révélant une problématique complexe à traiter. Il s’agit du rapport souvent ambigu que l’ingénieur entretient avec le monde de la pratique, cherchant à concilier une distinction nécessaire et une revendication d’efficacité technique. Les trajectoires de ces ingénieurs sont révélatrices d’une familiarité croissante avec des savoirs savants, en particulier mathématiques, dont les limites se font pourtant rapidement sentir dans l’exercice concret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Morel, « Stéphane Blond, Liliane Hilaire-Pérez et Michèle Virol (dir.), Mobilités d’ingénieurs en Europe, xve-xviiie siècle »Artefact, 8 | 2018, 355-358.

Référence électronique

Thomas Morel, « Stéphane Blond, Liliane Hilaire-Pérez et Michèle Virol (dir.), Mobilités d’ingénieurs en Europe, xve-xviiie siècle »Artefact [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 21 juin 2019, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/2507 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.2507

Haut de page

Auteur

Thomas Morel

COMUE ESPE Lille Nord de France - LML

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search