Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes rendusExpositionsLa sphère, représentation du ciel...

Comptes rendus
Expositions

La sphère, représentation du ciel et de la terre : une histoire pluridisciplinaire

L’exposition Le monde en sphères, Bibliothèque nationale de France/site François Mitterrand
Catherine Cardinal
p. 201-205

Texte intégral

1Fondée sur l’histoire des représentations sphériques du ciel et de la terre, la thématique de l’exposition est élargie à de nombreux domaines propices à des réflexions variées et illustrés par des œuvres très diverses. Sciences, techniques, archéologie, philosophie, arts concourent à disséquer l’histoire de la vision sphérique du monde depuis 2 500 ans. L’évolution du globe comme image de l’univers terrestre et céleste est mise en lien non seulement avec les découvertes scientifiques qui la sous-tendent mais aussi, par exemple, avec la curiosité scientifique, la pédagogie, le symbolisme, l’imprimerie, la numismatique.

Un rassemblement inédit de pièces rares

  • 1 Exposition présentée au Louvre Abu Dhabi au printemps 2018, puis à la BnF du 16 avril au 21 juille (...)

2L’exposition révèle la richesse des collections françaises dans le domaine des sciences et des techniques1. Plusieurs pièces mises en valeur, le temps de la manifestation, trouvent la place historique qu’elles n’ont ordinairement pas dans leur lieu de conservation.

  • 2 Destombes, 1968, III, p. 73-81.

3Seulement une dizaine de globes islamiques antérieurs au xve siècle, montrant les étoiles et constellations décrites par Ptolémée, est connue. Notons que le musée du Louvre conserve un globe céleste persan daté de 1144/1445, considéré comme le troisième plus ancien globe de cette série (MAO 824), et un globe iranien daté vers 1310/1315 (MAO 825). Quant au musée national de la Renaissance, il possède le plus ancien grand globe céleste occidental conservé, daté de 1502, mesurant 69 cm de diamètre ; en métal gravé, il présente le positionnement de 750 étoiles (inv. E. Cl. 3218)2.

  • 3 La plupart de ces pièces ont une notice détaillée dans le catalogue de l’exposition, Hofmann, Naro (...)

4L’importance des collections du département des Cartes et Plans de la BnF, dans le domaine de la cosmologie et des mathématiques, est mise en évidence par la présence de nombreuses œuvres. Remarquons le globe céleste attribué à Ibn Said al-Sahli, actif en Espagne, au xisiècle, le globe terrestre dit « Globe vert » peint sur papier, daté vers 1506, attribué à Martin Waldseemüller. Parmi les pièces les plus spectaculaires de la BnF, figurent la sphère armillaire mouvante montée sur un trépied en bois doré, réalisée entre 1709 et 1718 par l’horloger du roi Jérôme Martinot (Fig. XIV et XV, cahier couleur), et le monumental globe de parquet ayant servi à l’éducation de Louis de France, daté 1786-1788 caractérisé par un globe terrestre qui s’ouvre pour découvrir, à son revers, la voûte céleste et un globe géologique en relief (Fig. XVI, cahier couleur)3.

  • 4 Le globe de Reinhold, daté 1588, offre des analogies avec un autre globe mécanique céleste conserv (...)
  • 5 Rappelons le catalogue de l’exposition, réunissant une quarantaine de globes et de sphères armilla (...)

5Complétant cette réunion d’objets exceptionnels, dans laquelle on remarque aussi le globe mécanique de John Reinhold4, conservé au Musée des arts et métiers (inv. 7491), apparaît la sphère céleste en argent gravé, datée du iie siècle avant J.-C., issue de la collection Kugel (Fig. XVII, cahier couleur), considérée comme la plus ancienne connue5.

Un parcours chronologique diversement documenté

  • 6 Il est à noter que le catalogue de l’exposition, divisé en cinq grandes parties chronologiques, re (...)

6Les origines de l’image sphérique du monde céleste et de l’univers terrestre sont d’abord précisées6. Elles remontent aux recherches de Pythagore au vie siècle avant J.-C., suivies par celles de Platon et Aristote. Ce modèle matérialisé par des sphères concentriques, portant les étoiles et les planètes, tournant autour de la sphère terrestre immobile, est perfectionné par Ptolémée au iie siècle. Une suite de manuscrits enluminés témoigne ici des recherches d’Aristote et des travaux du cosmographe, notamment une copie de son Almageste datée vers 1170-1200. Une deuxième étape fait ressortir la transmission de la conception antique au monde arabo-musulman puis, à partir du xie siècle, à l’Occident. Dans ce contexte, l’exposition des rares globes du Louvre et de la BnF, fabriqués selon les données de l’Almageste, prennent tout leur sens. Au xve siècle, les voyages d’exploration permettant de préciser la géographie de la terre, les premiers globes terrestres sont réalisés. Le « Globe vert » est le premier conservé à représenter le Nouveau Monde.

7Sous la Renaissance, l’héliocentrisme formulé par Copernic remet en question la représentation géocentrique de l’univers. Les sphères armillaires, qu’elles soient géocentrées ou héliocentrées, et les globes terrestres sont produits en nombre croissant durant le xviisiècle, notamment à la demande des curieux ou des érudits. Les paires de globes, l’un terrestre et l’autre céleste, imprimés sur papier, fabriqués dans des formats de 10 à 70 cm, sont à la mode. Les fabricants hollandais comme les familles Hondius, Blaeu et van Langren acquièrent une renommée dans cette spécialité comme le démontre une abondante série de globes regroupés pour l’occasion.

  • 7 Musée du domaine départemental du château, Sceaux, inv. 88.24.1 ; musée national des châteaux de V (...)

8Au xviiie siècle, la production de globes à l’usage des amateurs de science se développe à Paris. Ceux du savant abbé Nollet, comme la paire réalisée vers 1728-1730 appartenant à la BnF, sont représentatifs de cette vogue répandue dans les salons. Les globes et les sphères armillaires deviennent des objets indispensables à l’éducation. Trois portraits ont été réunis pour témoigner de cet usage : le premier, par François de Troy, daté de 1705, représente La Leçon d’astronomie de la duchesse du Maine au château de Sceaux ; le deuxième, par Louis Tocqué, daté de 1739, montre le dauphin Louis de France dans son cabinet de travail ; le troisième, par Anne-Louis Girodet-Trioson, daté 1803, dit La leçon de géographie, réunit dans un tête-à-tête studieux le docteur Trioson et son fils Benoît7.

  • 8 À compléter par Hofmann, Lecoq, Netchine, Pelletier et al., 1995.
  • 9 BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, Camée 308.
  • 10 Musée des beaux-arts de Rouen, inv. 1907, 1,125.

9Les aspects symboliques du globe ne manquent pas d’être soulignés8. Image de la puissance des empereurs romains et des rois, il figure sur maints supports, médailles, pièces de monnaie, gravures, peintures, etc. Le camée dit le « Triomphe de Licinius » montrant l’empereur sur son quadrige, tenant un globe céleste et une lance, en train d’écraser ses ennemis est une représentation éloquente de cet attribut9. Allégorie de la vanité, le globe est souvent associé aux figures de la Fortune, du Temps et de la Mort. La nature morte attribuée à Jan Davidz de Heem réunissant un crâne, une montre, des partitions éparpillées et un violon abandonné auprès d’un globe, avec la formule Vanitas vanitatum et omnia vanitas inscrite sur la carte qui pend sur le mur, offre le parfait exemple d’un memento-mori10.

10À l’époque contemporaine, les sphères armillaires sont abandonnées au profit des planétaires. En revanche, outils indispensables de la pédagogie, les globes terrestres se répandent, dans des dimensions et des techniques variées. S’appuyant sur l’actualité scientifique, la section finale évoque combien la terre est minuscule et fragile, bien loin de son image conçue au centre d’un univers clos par les savants de l’Antiquité.

  • 11 Hofmann, Richard, 2012 et Richard, 2006.

11La paire de globes gigantesques offerte à Louis XIV en 1683 par le cardinal d’Estrées, réalisés à Paris sous la direction du moine vénitien Vicenzo Coronelli, enrichit assurément l’exposition qui fait écho à leur présentation dans le hall Ouest de la BnF11.

Haut de page

Sources et bibliographie

Cardinal Catherine, Vingtain Dominique (dir.), Trésors d’horlogerie. Le Temps et sa mesure du Moyen Âge à la Renaissance, RMG/Palais des papes, Avignon, 1998.

Destombes Marcel, « Un globe céleste inédit de l’année 1502 », Actes du xie congrès international d’histoire des sciences, Ossolineum, collection des travaux de l’Académie internationale d’histoire des sciences, Wroclaw, 1968, p. 73-81.

Hofmann Catherine, Lecoq Danielle, Netchine Ève, Pelletier Monique, Le globe et son image, BnF Éditions, Paris, 1995.

Hofmann Catherine, Richard Hélène (dir.), Les Globes de Louis XIV. Étude artistique, historique et matérielle, BnF Éditions, Paris, 2012.

Hofmann Catherine, Nawrocki François (dir.), Le monde en sphères, BnF Éditions, Paris, 2019.

Kugel Alexis, Sphères. L’art des mécaniques célestes, J. Kugel, Paris, 2002.

Richard Hélène, Les Globes de Coronelli, BnF Éditions/Seuil, Paris, 2006.

Turner Anthony, Mathematical Instruments in the Collections of the Bibliothèque nationale de France, BnF Éditions/Brepols, Paris, 2018.

Haut de page

Notes

1 Exposition présentée au Louvre Abu Dhabi au printemps 2018, puis à la BnF du 16 avril au 21 juillet 2019. Les commissaires en sont Catherine Hofmann (BnF, département des Cartes et Plans), François Narowcki (bibliothèque Sainte-Geneviève), Jean-Yves Sarrazin (†, BnF).

2 Destombes, 1968, III, p. 73-81.

3 La plupart de ces pièces ont une notice détaillée dans le catalogue de l’exposition, Hofmann, Narowcki, 2019. L’album édité en parallèle est un utile complément. Se référer aussi à Turner, 2018, p. 81-109.

4 Le globe de Reinhold, daté 1588, offre des analogies avec un autre globe mécanique céleste conservé au Musée des arts et métiers, réalisé en 1582-1583 par Jost Burgi (inv. 7490). Voir leur description détaillée dans Cardinal, Vingtain, 1998, p. 74-76.

5 Rappelons le catalogue de l’exposition, réunissant une quarantaine de globes et de sphères armillaires, par Kugel, 2002. A propos de ce globe, voir p. 22-27.

6 Il est à noter que le catalogue de l’exposition, divisé en cinq grandes parties chronologiques, reprend le plan rigoureux et clair de la présentation muséographique. L’ouvrage fait judicieusement alterner des essais, des descriptions d’« œuvres phares » et des focus.

7 Musée du domaine départemental du château, Sceaux, inv. 88.24.1 ; musée national des châteaux de Versailles et Trianon, MV 3789 (copie) ; Montargis, musée Girodet, inv. 005.1.1

8 À compléter par Hofmann, Lecoq, Netchine, Pelletier et al., 1995.

9 BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, Camée 308.

10 Musée des beaux-arts de Rouen, inv. 1907, 1,125.

11 Hofmann, Richard, 2012 et Richard, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Cardinal, « La sphère, représentation du ciel et de la terre : une histoire pluridisciplinaire »Artefact, 10 | 2019, 201-205.

Référence électronique

Catherine Cardinal, « La sphère, représentation du ciel et de la terre : une histoire pluridisciplinaire »Artefact [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 06 août 2020, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/artefact/4227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.4227

Haut de page

Auteur

Catherine Cardinal

Université Clermont-Auvergne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search