Navigation – Plan du site

AccueilNuméros10Comptes rendusLecturesGérard Le Bouëdec et Christophe C...

Comptes rendus
Lectures

Gérard Le Bouëdec et Christophe Cérino, Lorient, ville portuaire. Une nouvelle histoire des origines à nos jours

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017
Sébastien Martin
p. 244-248
Référence(s) :

Gérard Le Bouëdec et Christophe Cérino, Lorient, ville portuaire. Une nouvelle histoire des origines à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, 398 p.

Texte intégral

1Dans la typologie urbaine, il est des villes qui occupent une place à part : Lorient est de celles-là. La cité bretonne est en effet une ville portuaire où, comme ailleurs sur le littoral, la présence de l’élément marin et l’ouverture au monde qu’autorise l’océan produisent une urbanité fort différente de celle des villes « terriennes ». Lorient doit en outre son existence à la volonté de l’État monarchique de se doter, au xviie siècle, d’infrastructures portuaires nécessaires à la puissance sur mer, et la ville partage conséquemment avec Rochefort la singularité de procéder du port alors que l’inverse est le plus souvent la règle. Lorient est pour ainsi dire une ville nouvelle improbable – pour reprendre le mot des auteurs – car rien ne prédestinait vraiment la rive droite de la rivière Scorff à accueillir un ensemble urbain tel que celui qui naît rapidement à l’ombre du chantier naval initial. En 1666, le choix du site breton est à replacer dans le puissant mouvement d’appropriation du littoral que relance alors la monarchie française selon une triple logique économique, politique et militaire. Logique économique tout d’abord, car Lorient répond à la nécessité de doter le royaume d’infrastructures destinées à soutenir la politique commerciale inspirée du mercantilisme que doit mettre en œuvre la toute jeune Compagnie des Indes créée en 1664. Logique politique ensuite : comme à Rochefort et au Havre, il est évident que l’entreprise vise à s’assurer de la fidélité d’une province dont l’attachement à la couronne passe par une imposante présence quel qu’en soit le prix à payer. Ici, l’investissement de la lande de Faouëdic par le roi déclenche d’ailleurs un contentieux avec les Rohan-Guémené dont le règlement n’interviendra qu’en 1783 comme le soulignent les auteurs. Enfin, logique militaire, parce que la création de ce chantier de construction navale constitue l’une des facettes du rattrapage décrété par Colbert pour doter la France d’une marine de guerre permanente à la hauteur des ambitions du Roi Soleil. Au regard des deux derniers points, l’État doit naturellement disposer d’arsenaux et de ports militaires à sa main. Ainsi naît Lorient.

2Christophe Cérino et Gérard Le Bouëdec convient donc le lecteur à une histoire urbaine courte, mais qui n’en est pas moins très dense et originale comme en témoigne le plan de l’ouvrage articulé autour de la triple trajectoire de la ville : Lorient, port et ville de la Compagnie des Indes (1re partie : Le port et la ville de la Compagnie des Indes ; 2e partie : De l’âge d’or lorientais à la fin d’un monde) ; Lorient, port arsenal et ville de la Marine (3e partie : Lorient, quatrième port arsenal français ; 4e partie : Du modèle portuaire idéal à la destruction de Lorient) ; Lorient, port modèle de résilience et ville bretonne (5e partie : Reconstruction et nouvelles dynamiques portuaires ; 6e partie : Le temps des reconversions). Ce choix, qui a le mérite de ne pas enfermer le propos dans une approche régionaliste et dans une perspective strictement monographique cantonnée à la conjoncture des activités portuaires et à l’évolution du paradigme des transports maritimes, n’offre pas pour autant une histoire à parts égales entre le port et la ville, celle-ci étant envisagée pour elle-même de manière finalement assez ponctuelle ; déséquilibre d’autant plus regrettable que les développements en question sont des plus suggestifs, spécialement au sujet de la mono activité si caractéristique d’une ville arsenal même s’il s’agit ici d’une infrastructure à vocation commerciale. Envisager Lorient comme un organisme vivant – une ville-port-entreprise – permet par exemple de lire la précocité des logiques préindustrielles si caractéristiques des mobilisations navales de l’époque moderne, comme les inévitables tensions avec les structures de l’Ancien Régime qu’implique la société organique à laquelle donne naissance l’organisation du travail au sein d’un tel cadre. Comme le soulignent les auteurs, une fois la Compagnie des Indes remplacée par la Marine, la situation ne change guère à l’époque contemporaine, si ce n’est qu’ici le rapport initial entre ville et travail portuaire se prolonge dans les luttes sociales et forge, à partir du xixe siècle, la conscience politique de Lorient la républicaine, le passage de la gauche radicale à la gauche socialiste n’impliquant pas la disparition de toute conscience ouvrière. Bien au contraire. Sur ce point, la belle iconographie proposée par les auteurs a toute sa pertinence car elle donne à voir en chair les Lorientais et les Lorientaises, encore que ces dernières soient largement sous-représentées – y compris sur les clichés de la Grande Guerre – par rapport à leur place réelle dans l’histoire. Cette iconographie traduit néanmoins de belle manière les trois registres de représentations qui font l’identité actuelle de la ville port : exotisme de l’Inde, haute technicité de la Navale, innovation urbaine des édiles d’aujourd’hui.

3L’un des apports de l’ouvrage est évidemment d’offrir, trente ans après la première histoire de Lorient parue en 1988, une connaissance renouvelée, faisant écho aux problématiques actuelles, et solidement étayée par les travaux menés à l’université de Bretagne-Sud – mais pas seulement – dont fait état l’ample bibliographie proposée à la fin du volume (plus de 400 références dont 120 pour Gérard Le Bouëdec). Si de nombreux aspects de l’histoire lorientaise – la culture matérielle, la spacialisation des activités portuaires, l’industrie de la pêche, le traumatisme de l’empochement – en profitent pleinement, on pourra regretter que certains n’aient pas été davantage investis par les auteurs. Pensons à l’interculturalité, aux circulations, ou aux dynamiques sociales. Ainsi le « gigantesque accélérateur de destin » qu’est Lorient au xviiie siècle reste-t-il encore à questionner au-delà de l’élite négociante et d’une poignée d’agents de la Compagnie des Indes, dont la prospérité ne saurait soutenir la généralisation à toute la population lorientaise. Il reste donc encore beaucoup à apprendre sur Lorient, et les sujets d’étude ne manquent pas pour qui voudrait s’en saisir.

4Derrière une présentation en apparence classique, l’ouvrage interroge en réalité le concept de ville portuaire avec toutes les difficultés que cela implique, spécialement lorsqu’il s’agit de cerner la trajectoire d’une entité née ex nihilo de la volonté d’un État monarchique engagé dans un processus marqué de territorialisation de la souveraineté. Plus qu’un fil conducteur, l’État occupe à Lorient une place de choix. Chacun pourra le comprendre dès les premières pages de l’ouvrage : il est ici le principal agent du développement portuaire et des dynamiques urbaines, reléguant les négoces et les acteurs traditionnels de la ville loin derrière. Dans cette perspective, les auteurs insistent avec raison sur la « libération », en 1993, de l’emprise urbaine longtemps occupée par la base sous-marine de Kéroman. L’évènement signe d’une certaine manière la fin d’un État hégémonique, même si la place toujours aujourd’hui prépondérante de Naval Group (ex-DCNS) et de la base aéronavale perpétue une certaine tradition en la matière et ne plaide pas vraiment en faveur d’une disparition totale de la mono activité militaro-industrielle, quoi qu’en disent les auteurs. Si la pêche a bien pris le relais, les retombées sont loin d’être de la même envergure et les perspectives sombres d’un Brexit dur rappellent combien cette activité est aussi incertaine, sans compter que la raréfaction des ressources halieutiques fragilise déjà le secteur depuis plusieurs décennies. Comme une hirondelle ne fait pas le printemps, le nautisme et les activités touristiques qui lui sont liées, à travers la cité de la mer et l’escale de croisières, ne suffisent pas non plus à combler le vide laissé par la restructuration de la construction navale militaire et le reformatage du modèle de défense français.

5Penser la profondeur historique n’est jamais facile. Afin de mieux mettre en relief leurs propres observations, les auteurs auraient pu se saisir plus franchement du paradigme – encore neuf en sciences humaines et sociales – de résilience, comme des nouveaux questionnements qui émergent vigoureusement en histoire maritime avec l’étude de la morphologie urbaine, de la citadinité, des infrastructures portuaires, des relations des sociétés à l’environnement ; thématiques pourtant sous-jacentes à presque tous les chapitres de l’ouvrage. Lire la création d’un pôle de course au large sur l’ancienne emprise militaire de Kéroman à travers le concept de résilience aurait par exemple permis de ne pas s’en tenir à la seule description paysagère et administrative de l’opération, en intégrant le jeu des acteurs, les stratégies, et des phénomènes comme l’appropriation du projet par les habitants, élément ô combien déterminant de la reconquête réussie d’un water-front comme celui-ci. À bien des égards, un pas de côté – même si les contraintes éditoriales d’un tel ouvrage rendent l’exercice difficile – vers d’autres sites portuaires concernés par des problématiques similaires de réappropriation spatiale aurait permis de mieux mettre en valeur la singularité de la voie lorientaise et ses limites. Car si Lorient offre un exemple supplémentaire de la fertilité du rapport à l’eau dans la recomposition urbaine, la ville est contrainte comme tant d’autres d’intégrer les effets du phénomène de submersion marine. Le sujet mérite assurément l’attention d’autant qu’il est actuellement au cœur d’un large éventail de travaux en sciences humaines. Avec la dernière partie, consacrée au « temps des reconversions et des défis », confirmation est néanmoins faite que les premières années du xxie siècle offrent désormais matière à une histoire hypercontemporaine qui contribue indiscutablement à donner une profondeur de champ à tout objet historique observé sur la longue durée. Christophe Cérino et Gérard Le Bouëdec soulignent à cette occasion encore une fois combien l’État – même lorsque son départ est synonyme de déclassement – reste à Lorient un acteur de poids en qualité de propriétaire foncier et de pourvoyeur de fonds publics. À cette occasion, pourquoi ne pas insister davantage sur le rôle joué par Jean-Yves Le Drian, d’abord maire de Lorient et président de Lorient Agglomération, puis président du Conseil régional de Bretagne, et enfin ministre d’État ? Après tout n’est-il pas un Lorientais lui aussi ? Les auteurs l’évoquent avec une pudeur – dont on ne sait si elle est feinte ou non – qui ne rend pas assez compte du fait que l’homme a été un acteur essentiel de la transformation de la ville port au tournant du xxie siècle. Il a su lancer l’émancipation de Lorient du modèle économique étatique en agissant sur les deux leviers que sont la pêche et le nautisme, ce dernier secteur se révélant particulièrement porteur en termes d’image.

6Au final, cet ouvrage tient autant de la classique monographie urbaine que d’une nouvelle histoire – appellation revendiquée par les auteurs – et son plus grand mérite est évidemment d’éclairer le caractère complexe et protéiforme des villes portuaires, là où la maritimité confère une forme de singularité aux trajectoires individuelles et collectives. Alors, la mer matrice de l’urbanité ? Sans doute faudra-t-il bien d’autres synthèses aussi fouillées que celle-ci pour trancher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Martin, « Gérard Le Bouëdec et Christophe Cérino, Lorient, ville portuaire. Une nouvelle histoire des origines à nos jours »Artefact, 10 | 2019, 244-248.

Référence électronique

Sébastien Martin, « Gérard Le Bouëdec et Christophe Cérino, Lorient, ville portuaire. Une nouvelle histoire des origines à nos jours »Artefact [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 06 août 2020, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/4353 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.4353

Haut de page

Auteur

Sébastien Martin

Université du Littoral Côte d’Opale, Centre de recherche en histoire atlantique et littorale

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search