Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Collections techniques et patrimo...Actualités des collectionsL’éventail. Matières d’excellenceLe musée de la Nacre et de la Tab...

Collections techniques et patrimoines
Actualités des collections
L’éventail. Matières d’excellence

Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, un conservatoire du savoir-faire

Catherine Cardinal
p. 315-317

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements s’adressent à Véronique Portier, responsable du musée, Céline Louvet, Georgina Le (...)

1La ville de Méru (Oise) trouve une expression de son passé technique et de son originalité économique dans un musée consacré à l’histoire de la tabletterie. Cette activité, débutée dans la seconde moitié du xvie siècle, se développe considérablement jusque dans les années 1920. Le musée la met en lumière non seulement à travers la présentation de collections permanentes et d’expositions, mais aussi par des démonstrations faites sur des machines provenant des anciens ateliers1.

2Comme la plupart des « écomusées », l’idée du musée est née dans le milieu des fabricants qui ont souhaité, dès les années 1960, garder des traces d’une production qui réunit plus de 10 000 personnes vers 1910. Le projet s’affermit alors que la fermeture de la dernière usine, en 1972, accentuait la nécessité de prendre des mesures de sauvegarde. L’Écomusée des pays de l’Oise, créé à Beauvais en 1978, apporta son soutien en réunissant les premières archives orales et photographiques, tandis que diverses associations, comme celle des Amis du Musée, formée en 1986, récupéraient du matériel. Dans la dernière décennie du xxe siècle, avec des financements des collectivités locales, le musée est créé dans une usine datant de 1857 pour ses parties les plus anciennes. Caractéristique des industries du Nord, avec ses murs en brique et ses verrières, elle est inscrite à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1994 (ill. 16).

Figure 16 - Vue du musée de la Nacre et de la Tabletterie (Méru) aménagé dans une usine édifiée dans la seconde moitié du xixe siècle

Figure 16 - Vue du musée de la Nacre et de la Tabletterie (Méru) aménagé dans une usine édifiée dans la seconde moitié du xixe siècle

Daniel Lengaigne

  • 2 51 Rue Roger Salengro, 60110 Méru, site [http://musee-nacre.com/].
  • 3 Sur la tabletterie à Méru, Laurence Bonnet, La nacre. La tabletterie, le bouton, l’éventail, Méru, (...)

3Ouvert en 1999, le musée2 occupe le bâtiment central qui accueillait une centaine d’ouvriers et qui, aujourd’hui, restitue une évocation de leur travail, nonobstant le bruit assourdissant et la poussière étouffante auxquels ils étaient soumis dix heures par jour. Une machine à vapeur (ill. 17) fonctionne pour permettre l’activité de l’atelier des boutonniers qui ouvre, au rez-de-chaussée, le parcours muséographique. Reconstitué comme à l’origine, il témoigne de la principale production de Méru entre les années 1880 et 1920, la boutonnerie de nacre, qui lui valut d’être désignée comme la « capitale mondiale de la nacre3 » (ill. 18).

Figure 17 - Machine à vapeur, Albaret, 1902, actionnant les machines de l’atelier

Figure 17 - Machine à vapeur, Albaret, 1902, actionnant les machines de l’atelier

Aujourd’hui, elle fonctionne avec de l’air comprimé.

Daniel Lengaigne

Figure 18 - Atelier des boutonniers, au rez-de-chaussée du musée

Figure 18 - Atelier des boutonniers, au rez-de-chaussée du musée

Catherine Cardinal

4La réussite du musée est d’immerger le public dans la fabrication des boutons, en lui montrant ses phases successives (la taille, le meulage, le perçage, le polissage, la gravure, la teinture) et en le conduisant finalement devant le bureau du contremaître qui pesait et payait le travail de la journée avant d’expédier les lots dans le bourg où l’encartage des boutons était fait par les femmes (ill. 19). La division du travail, la précision des gestes coordonnés de poste en poste, les procédés de mécanisation sont rendus visibles, ainsi que le souhaitaient les concepteurs.

Figure 19 - Boutons en nacre gravés

Figure 19 - Boutons en nacre gravés

Collection du musée de la Nacre et de la Tabletterie

Daniel Lengaigne

5Une autre spécialité a fait la gloire de la localité, celle des dominos. Le musée l’évoque dans un autre atelier où un dominotier offre de suivre les opérations de leur fabrication, de la préparation de l’os de bœuf ou de l’ébène jusqu’au perçage et au mouchetage.

6Entraînés au premier étage, les visiteurs découvrent le raffinement des objets fabriqués par les tabletiers dans des matières naturelles dures, nacre, os, bois, corne, écaille, ivoire. Sont exposés des éventails, des pommeaux de cannes, des jumelles de théâtre, des carnets de bal, des jeux d’échecs et de dominos, des couverts de table, des brosses de toilette. Des documents d’archives, des bornes multimédias, des machines et outils accompagnent la présentation des pièces.

7Labellisé « musée de France », le musée de la Nacre et de la Tabletterie bénéficie depuis 2010 de salles aménagées dans une aile de l’usine, raccordée par une passerelle, afin de compléter ses offres d’expositions, d’activité pédagogiques et de conférences.

L’exposition L’éventail. Matières d’excellence

8Le musée proposait jusqu’en août 2016, une exposition consacrée à une troisième spécialité de Méru et de ses environs, depuis le xviiie siècle : la fabrication des montures d’éventails principalement en nacre, en corne et en bois.

9Les commissaires, Georgina Letourmy-Bordier, historienne de l’art, et Sylvain Le Guen, éventailliste, ont privilégié comme thématique « l’usage des matières et leur variété » et tenté de mettre en lumière les innovations techniques qui marquent l’histoire de cet accessoire de luxe. S’appuyant sur de nouvelles recherches dans les archives et leur connaissance des objets, ils ont réalisé une exposition séduisante par l’élégance et la préciosité des pièces et contribuant à une meilleure connaissance des procédés de fabrication. Les vitrines furent aménagées pour montrer la mise en œuvre des différentes matières utilisées (bois, os, corne, ivoire, écaille, nacre) et permettre l’observation des techniques de décoration des brins et des panaches, telles le découpage, le reperçage, la gravure, la ciselure, l’incrustation, la dorure, la teinture (ill. 20). Comme les éventails choisis le prouvent, les innovations sont nombreuses au xixe siècle : utilisation de matières nouvelles, mise au point d’« éventails à nécessaires », d’éventails à ouverture automatique. D’exceptionnelles pièces signées témoignent des inventions techniques de plusieurs tabletiers de l’Oise récompensés dans les expositions internationales. Citons Louis-Isidore Bastard (1829-1884), propriétaire d’un brevet pour « une sculpture par application dans la fabrication des panaches d’éventails », Jules Vaillant (1836-1900), sculpteur sur ivoire, Georges Bastard (1881-1939), le « rénovateur de l’éventail », spécialiste du travail de la nacre et de la corne. Une centaine d’œuvres, sorties de collections privées, firent apprécier la créativité artistique des éventaillistes, inséparable de la dextérité technique qui la rend possible.

Figure 20 - Scénographie de l’exposition « L’éventail. Matières d’excellence »

Figure 20 - Scénographie de l’exposition « L’éventail. Matières d’excellence »

Catherine Cardinal

  • 4 Georgina Letourmy-Bordier, Sylvain Le Guen, L’éventail. Matières d’excellence : la nature sublimée (...)

10La pertinence de l’exposition et son attrait ont permis à ses commissaires d’obtenir suffisamment de prêts pour renouveler trois fois le choix des pièces entre septembre 2015 et août 2016 (ill. 21). Gageons qu’une telle manifestation favorisera le développement du musée en attirant les donateurs et les visiteurs. Dans l’avancement de la recherche sur l’histoire de l’éventail, elle marque une étape en se focalisant sur la fabrication de sa monture et non sur la décoration de ses feuilles qui retient généralement l’attention des chercheurs. Le catalogue restera un ouvrage de référence, offrant des études inédites en plus d’une abondante illustration4.

Figure 21 - Vitrine présentant un éventail brisé en corne repercée, peinte et dorée, vers 1820, et une corne de bovidé

Figure 21 - Vitrine présentant un éventail brisé en corne repercée, peinte et dorée, vers 1820, et une corne de bovidé

Catherine Cardinal

Haut de page

Notes

1 Mes remerciements s’adressent à Véronique Portier, responsable du musée, Céline Louvet, Georgina Letourmy-Bordier, Sylvain Le Guen pour leur aimable accueil et leurs précieuses informations.

2 51 Rue Roger Salengro, 60110 Méru, site [http://musee-nacre.com/].

3 Sur la tabletterie à Méru, Laurence Bonnet, La nacre. La tabletterie, le bouton, l’éventail, Méru, Édition District des Sablons, 1998. Plus généralement, sur les boutons, on rappellera la très riche exposition Déboutonner la mode, présentée au musée des Arts décoratifs (Paris), 10 février-19 juillet 2015 (commissaire : Véronique Belloir, historienne de la mode, chargée des collections xxe siècle au Palais Galliera), présentation en ligne sur [http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/actualites/expositions-terminees/mode-et-textile/deboutonner-la-mode].

4 Georgina Letourmy-Bordier, Sylvain Le Guen, L’éventail. Matières d’excellence : la nature sublimée par les mains de l’artisan [catalogue d’exposition], Villeneuve-les-Sablons, Communauté de communes des Sablons, 2015.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 16 - Vue du musée de la Nacre et de la Tabletterie (Méru) aménagé dans une usine édifiée dans la seconde moitié du xixe siècle
Crédits Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-1.png
Fichier image/png, 943k
Titre Figure 17 - Machine à vapeur, Albaret, 1902, actionnant les machines de l’atelier
Légende Aujourd’hui, elle fonctionne avec de l’air comprimé.
Crédits Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-2.png
Fichier image/png, 931k
Titre Figure 18 - Atelier des boutonniers, au rez-de-chaussée du musée
Crédits Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-3.png
Fichier image/png, 783k
Titre Figure 19 - Boutons en nacre gravés
Légende Collection du musée de la Nacre et de la Tabletterie
Crédits Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-4.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Figure 20 - Scénographie de l’exposition « L’éventail. Matières d’excellence »
Crédits Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-5.png
Fichier image/png, 819k
Titre Figure 21 - Vitrine présentant un éventail brisé en corne repercée, peinte et dorée, vers 1820, et une corne de bovidé
Crédits Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/516/img-6.png
Fichier image/png, 556k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Cardinal, « Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, un conservatoire du savoir-faire »Artefact, 4 | 2016, 315-317.

Référence électronique

Catherine Cardinal, « Le musée de la Nacre et de la Tabletterie, un conservatoire du savoir-faire »Artefact [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/516 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.516

Haut de page

Auteur

Catherine Cardinal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search