Navigation – Plan du site
Collections techniques et patrimoines
Actualités des collections
L’éventail. Matières d’excellence

Tabletiers-éventaillistes dans la région de Méru au xixe siècle

Georgina Letourmy-Bordier
p. 325-335

Texte intégral

  • 2 Eugène-Oscar Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industrie (...)

1« C’est dans la découpure de la nacre, de l’ivoire et de l’écaille, que les habiles artisans de l’Oise se distinguent par la beauté des dessins, la finesse des détails, l’élégance de la sculpture des fleurs et des ornements2. » En cette fin du xixe siècle, l’éloge de Lami n’est que le reflet d’une réalité familière à ses contemporains. Nombre d’habitants de cette riche région agricole sont alors tabletiers. Ils exercent leurs talents dans de multiples spécialités comme la brosserie, les coffrets à jeux, les boutons ou encore les montures d’éventails. Accessoire de mode indispensable aux élégantes, l’éventail est le fleuron de cet artisanat. Il est le fruit de plusieurs savoir-faire dont celui du tabletier-éventailliste. Son travail, à la fois laborieux et délicat, demeure peu connu. Il est cependant fondamental, conférant à l’objet son architecture et sa mécanique. Sans monture, il n’est pas d’éventail.

2Immédiatement attiré par le volume et le décor de la feuille, bien souvent, l’œil néglige la monture. Révélateurs de cet oubli, peu de travaux ont été menés à propos des brins et de leurs artisans. Quasiment aucun, serait-on tenté d’écrire. Comment l’expliquer ? Certainement par la difficulté que représente l’absence de signatures sur les montures. Observée au xviiie siècle, cette pratique perdure au siècle suivant, à de rares exceptions près. Ainsi, les brins ne peuvent pas être attribués à un artisan ou même reliés à un marchand. Les datations, comme les provenances, restent par conséquent évasives. Cependant, grâce aux écrits de quelques critiques et auteurs, soucieux de faire connaître et reconnaître leur talent, le nom des plus illustres artisans exerçant au xixe siècle est parvenu jusqu’à nous. L’Oise est leur berceau. Des villages du Déluge en passant par Méru, Sainte-Geneviève ou encore Andeville, tous ont acquis la maîtrise de leur art auprès des hommes de la région, paysans devenus artisans, parfois artistes.

Les tabletiers-éventaillistes

  • 3 Thierry Depaulis, Daniel Crépin, Georgina Letourmy, « Les tabletiers et les éventaillistes à Paris (...)
  • 4 Nous remercions François Keen pour cette information communiquée lors de sa conférence au musée de (...)
  • 5 Jean-Jacques Arnoux (dir.), Le travail universel, revue complète des œuvres de l’art et de l’indust (...)
  • 6 École française, éventail plié, vers 1730-1740. Feuille en papier, encre, gouache, dorure. Monture (...)

3Qu’ils soient de bois, d’ivoire ou de nacre, les brins sont façonnés, sculptés et rehaussés avant de recevoir la feuille dans l’atelier de l’éventailliste. Au xviiie comme au xixe siècle, cet artisanat est partagé entre la capitale et les terres isariennes. Sous l’Ancien Régime, nombre de tabletiers exercent à Paris, dans les quartiers accueillant traditionnellement les artisans de l’éventail, aux alentours des rues Saint-Denis et Saint-Martin3. Une soixantaine d’entre eux, spécialisés dans la préparation des « bois » ou brins d’éventails, rejoint la communauté des éventaillistes de la capitale en août 1776. Simultanément, et depuis le xviiie siècle4, ils trouvent de nombreux auxiliaires dans les villages aux alentours de Méru notamment, où de modestes ouvriers réalisent les préparations initiales que sont le débitage et le façonnage des matières premières. De la matière brute aux brins sculptés, se succèdent devant l’établi le débiteur, le façonneur, le polisseur, le découpeur, le graveur et enfin le sculpteur. Suivant les finitions recherchées, peuvent encore intervenir un vernisseur, un pailleteur ou un bijoutier : « Chaque ouvrier a sa spécialité, [il] apporte ainsi une bien plus grande habileté au perfectionnement de son travail. Une monture ne passe pas dans moins de huit mains5. » La multiplicité des artisans intervenant aux différentes étapes de fabrication des montures se révèle peu propice à la reconnaissance d’un seul d’entre eux. Cependant, l’observation et la comparaison de certains éventails et objets permettent d’opérer quelques rapprochements. L’emploi de techniques particulières, ou de décors spécifiques, peut offrir des parallèles édifiants. Il en est ainsi pour un éventail, datant de la première moitié du xviiie siècle, conservé dans les collections du Musée des arts décoratifs à Paris6. La monture en ivoire présente sur chaque brin une petite composition gravée, associée à une légende. La phrase « Jay perdu ma liberté » se trouve par exemple unie à l’image d’un oiseau dans une cage. Les caractères de la gravure, comme ce jeu si particulier entre le texte et l’image, mettent en évidence une indéniable concordance avec l’œuvre du sculpteur sur ivoire Mariaval le Jeune actif à Rouen, puis à Paris, dans la première moitié du xviiie siècle. Sans pouvoir lui attribuer la réalisation de ces brins, il est certain que des décors similaires gravés dans l’ivoire, pour des boîtes de jeu de quadrille notamment, portent son nom. Un tel exemple n’est malheureusement pas fréquent.

  • 7 Natalis Rondot, « Objets de parure, de fantaisie, et de goût », dans Exposition universelle de 1851 (...)

4Durant la première moitié du xixe siècle, sans abandonner les tâches laborieuses qui leur étaient jusqu’alors confiées, les artisans de l’Oise s’exercent à la gravure et à la sculpture7 et développent une habileté nouvelle. Issus du monde paysan, ces ouvriers ont délaissé les champs pour l’établi, trouvant dans cette occupation complémentaire une certaine aisance matérielle. Des familles entières se consacrent à l’exécution des montures d’éventails : hommes, femmes et enfants travaillent ensemble, dans des espaces réduits, sur des établis dressés près de baies vitrées pour bénéficier le plus longtemps possible de la lumière du jour. Progressivement, des villages entiers saisissent l’opportunité qu’offre l’expansion de cet artisanat et se déterminent en faveur d’un savoir-faire spécifique. Ainsi, Hermes regroupe les débiteurs tandis qu’Andeville accueille graveurs et sculpteurs.

  • 8 Ibid, p. 81.
  • 9 « Entre 1842 et 1868, vingt-quatre brevets d’invention sont déposés pour des perfectionnements tech (...)
  • 10 De manière récurrente dans les écrits des contemporains, les éventails chinois sont en effet cités (...)
  • 11 S. Blondel, Histoire des éventails chez tous les peuples et à toutes les époques, op. cit, p. 297.

5La seconde évolution majeure est liée aux contraintes de rentabilité. Durant la première moitié du xixe siècle, la pauvreté des moyens mis en œuvre ne permet pas de répondre à la croissance naissante du commerce de l’éventail et aux exigences nouvelles des boutiques parisiennes. Dès les années 1850, de substantiels progrès techniques sont rendus nécessaires. Jusqu’alors, nombre d’auteurs soulignent d’ailleurs le caractère rudimentaire de l’outillage. La lecture des Travaux de la Commission française sur l’industrie des nations édités en 1851 se révèle instructive. Le rapporteur évoque « tous ces paysans qui ne savent rien du dessin, gravent et sculptent avec hardiesse. Au moyen de petites scies qu’ils font eux-mêmes avec des ressorts de montre, ils font des dentelles fines et variées8 ». Nécessité faisant loi, progressivement, des machines sont introduites dans les ateliers, telles que la scie circulaire, le tour à graver, la « décoreuse » ou encore la raboteuse. Parallèlement, soucieux d’offrir à leur artisanat les moyens d’un large succès, plusieurs ouvriers mettent au point de nouveaux procédés mécaniques ou techniques9. En développant une machine à découper, Alphonse Baude (actif entre 1859 et 1867) s’illustre ainsi parmi les grands bienfaiteurs du métier. Tabletier dans le village de Sainte-Geneviève, il met au point un procédé de reperçage à jour appelé également « grillage mécanique ». Son invention, aujourd’hui disparue, permettait de tailler l’ivoire pour l’affiner jusqu’à n’en conserver que des fils. L’idée première est de rivaliser avec la finesse des décors des brins d’éventails importés de Chine10 (illustration 1). Sa technique permet également de croiser les fils de matière, lui offrant alors un effet moiré à l’imitation de la soie. La mécanisation permet d’ailleurs une véritable avancée, le procédé étant applicable à l’os, connu pour sa grande friabilité. Selon l’historien de l’éventail Spire Blondel, cet outil exceptionnel est adopté par « tous les fabricants de l’Oise11 » à la fin du xixe siècle.

Ill. 1. – Éventail de type brisé, Chine, xixe siècle

Ill. 1. – Éventail de type brisé, Chine, xixe siècle

Ivoire repercé et gravé, h. t. 21,5 cm, coll. part.

Cliché Daniel Lengaigne

  • 12 E.-O. Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels…, op (...)

6L’émulation gagne d’autres contemporains comme Frédéric Meyer qui s’intéresse à un matériau au succès croissant, la nacre. Tandis que les artisans travaillent les nacres blanches, burgau ou goldfish aux reflets d’Orient, dont l’introduction est qualifiée de véritable « révolution dans l’éventaillerie de luxe12 », il met au point des teintures à l’aniline permettant de les colorer. Cette formidable avancée est complétée quelques années plus tard par le travail de Latude-Maille qui permet de proposer les couleurs de l’arc-en-ciel. La matière n’est plus seulement naturelle, elle prend des teintes inattendues, chatoyantes et lumineuses comme le jaune, le violet, le vert, le bleu ou encore rouge.

7Grâce à leurs inventions, Baude, Meyer ou Latude-Maille font figure de pionniers. Ils procurent aux tabletiers des techniques innovantes propices à l’expansion de leur métier, et participent à la mise en valeur d’un artisanat dont ils revendiquent la maîtrise. À l’occasion des expositions universelles, d’autres artisans vont se glisser dans le sillage de ces techniciens, et se voir révéler comme artistes.

Les maîtres de la sculpture en éventails

  • 13 Vaillant père est signalé comme fabricant de bois d’éventails en bois des îles à Méru, dans l’Annua (...)
  • 14 Selon Anatole Devarenne, il est un des élèves de Louis-Isidore Bastard ; Anatole Devarenne, « Les é (...)
  • 15 É. Petit, Étude, souvenirs et considérations sur la fabrication de l’éventail, op. cit., p. 30.
  • 16 Exposition universelle de 1867 à Paris. Catalogue officiel des exposants récompensés par le jury in (...)
  • 17 Eugène Lami est un familier de la famille d’Orléans dont il réalise les portraits. Il a laissé son (...)
  • 18 L’éventail présente une feuille peinte d’un départ en carrosse avec, en arrière-plan, le château d’ (...)

8L’un des premiers artisans à bénéficier de cette renommée exceptionnelle est certainement Jules Vaillant (1836-1900). Né dans le petit village de Mouy, il est issu d’une lignée de tabletiers13. Nous savons peu de chose de lui avant l’Exposition universelle de 1855 où, alors âgé de dix-neuf ans, il doit affronter une terrible déconvenue14. Au regard du seul éventail qu’il présente, le jury le tance : « Jeune homme, apprenez à dessiner15 ! » Ce revers souligne à la fois la reconnaissance de son indéniable savoir-faire technique, tout en pointant de réelles lacunes. Quelques années plus tard cependant, son talent et son travail lui permettent d’être remarqué par les plus importants éventaillistes parisiens. En 1867, il figure ainsi comme sculpteur chez Duvelleroy16. Devenu « fabricant d’éventail », il reçoit de nombreuses commandes et collabore avec les artistes les plus prestigieux comme Gustave Lasellaz (1848-1910), ou avec Eugène Lami (1800-1890)17. En 1886, pour l’éventailliste Rodien, et avec Lami qui se voit confier l’exécution de la feuille, il sculpte les brins de l‘éventail célébrant le mariage d’Amélie d’Orléans et de l’héritier du Portugal18, futur Charles Ier.

  • 19 Une exceptionnelle opération de démontage a pu être réalisée dans les réserves du musée de la Mode (...)

9À l’image des peintres, Vaillant signe ses montures et grave ses initiales dans la matière (illustrations 2 et 3). Il est certainement un des premiers à le faire. Parfois, il appose son nom intégralement, accompagné de la date et du lieu d’exécution de la sculpture, mais toujours de manière très discrète : de telles inscriptions n’étant visibles qu’à l’occasion du démontage de la rivure19 ! Dans le monde de la tabletterie pour éventails, il est cependant l’un des pionniers de cette pratique, ouvrant la voie à des artisans dont le talent s’épanouit durant la seconde moitié du xixe siècle.

Ill. 2. – Éventail plié, France, vers 1890

Ill. 2. – Éventail plié, France, vers 1890

Monture en nacre blanche sculptée et gravée, portant les initiales de Jules Vaillant sur la gorge et les panaches, feuille en dentelle, h. t. 30 cm, musée de la Nacre et de la Tabletterie (inv. 2004.10.1).

Cliché Daniel Lengaigne

Ill. 3. – Éventail plié, France, vers 1890

Ill. 3. – Éventail plié, France, vers 1890

Monture en nacre blanche sculptée et gravée, portant les initiales de Jules Vaillant sur la gorge et les panaches, feuille en dentelle, h. t. 30 cm, musée de la Nacre et de la Tabletterie (inv. 2004.10.1).

Cliché Daniel Lengaigne

  • 20 Antony Valabrègue, « Exposition universelle de 1889. L’éventail moderne », Revue des arts décoratif (...)
  • 21 Hélène Alexander, Alexandre, fan-maker to the courts of Europe, Greenwich, The Fan Museum, 2012.
  • 22 Pierre Ickowicz, Philipe Malgouyres (dir.), Ivoires du musée du Louvre 1480-1850, une collection in (...)
  • 23 Anatole Devarenne, « Les éventails et les éventaillistes à Andeville », Le Journal de Méru, 1904, n (...)
  • 24 Le château de Fresneaux-Montchevreuil, éventail, vers 1871, feuille en papier peint à la gouache si (...)
  • 25 Bastard-Lanoy, brevet d’invention de quinze ans, « Sculpture par application dans la fabrication de (...)
  • 26 Le panache est le brin extérieur qui permet de maintenir aussi bien la feuille que la monture. Au n (...)

10En 1889, différents articles d’Antony Valabrègue (1844-1900), dans la Revue des arts décoratifs, éclairent cette place nouvelle reconnue aux artisans des « bois ». Son panorama, intitulé « L’éventail moderne », inclut bien évidemment les peintres, en relevant les plus importantes mains qui font la réputation de cette « industrie élégante et légère ». Il cite Louis Hamon (1821-1874), Eugène Lami (1800-1890) ou John Lewis Brown (1829-1890), illustre son propos de dessins de feuilles mais n’omet pas les montures. Parmi les talents qu’il distingue, celui de Louis-Honoré Henneguy (actif de 1875 à 1911) est particulièrement mis à l’honneur. Un profil de panache de sa main est ainsi représenté, comme le dessin d’une gorge d’éventail. Il n’hésite d’ailleurs pas à le qualifier « d’artiste », révélant qu’il a notamment été distingué par une médaille de troisième classe en 1884 : « M. Henneguy, dont le nom a été prononcé comme celui d’un des maîtres de la sculpture en éventail, se plaît aussi à exécuter des œuvres d’art en ivoire, bustes et statuettes20. » Il suit en cela les maîtres qui l’ont formé, dont Hippolyte Verry, « tabletier-sculpteur » à Méru et Paris, et Augustin Moreau dit Moreau-Vauthier (1831-1893). Dans le sillage de sa récompense reçue lors de l’Exposition de 1900, Henneguy ouvre sa propre boutique au 31 boulevard de Bonne-Nouvelle. Il y reçoit des clients prestigieux, collabore avec les artistes en vue comme Georges Clairin (1843-1919) et répond aux commandes des éventaillistes dont le plus fameux, Alexandre, fournisseur des cours européennes21. En 1903, sa participation à l’exposition du Palais Galliera Les maîtres de l’ivoire, Ivoiriers de Dieppe et de Paris sonne comme une ultime consécration22. À cette occasion, ses œuvres sont d’ailleurs exposées aux côtés de celles de Jules Vaillant. Comme lui, Henneguy est issu des ateliers de l’Oise. Il est d’ailleurs passé dans celui d’un important tabletier dédié à l’éventail, Louis-Isidore Bastard (1829-1884), plus connu sous le nom de Bastard-Lanoy. Selon Anatole Devarenne, avec Louis-Isidore commence « la grande période de l’éventail. Ses dessins sont plus heureux que ceux de ses prédécesseurs ». Il « fait de l’éventail une véritable pièce d’orfèvrerie, par la richesse de la matière d’abord, ensuite par la décoration délicate […] et la modération avec laquelle les ors sont employés23 ». Rares sont cependant les montures sur lesquelles il appose son nom. L’une d’elles est conservée dans les collections du Fan Museum de Londres24. Pour cette composition très recherchée et dédiée à « Isabelle », il répond sans nul doute à une commande. Datée de 1871, la monture en nacre blanche, sans rehauts de couleurs ou applications de feuilles d’or, porte la signature de « Bastard-Lanoy » gravée dans le volume d’un nuage. Sculpteur accompli, il participe également au mouvement de perfectionnement technique de son artisanat. En avril 1859, Louis-Isidore Bastard dépose ainsi un brevet pour une durée de quinze ans visant à protéger son invention, la « sculpture par application25 ». Le principe innovant permet de distinguer le façonnage de la sculpture, les motifs étant taillés indépendamment des brins avant d’être appliqués par collage. Ce procédé réduit de façon majeure la perte de matière, et accroît en même temps la rentabilité des artisans. Un accident, une cassure ou une maladresse ne conduisent plus à la destruction de la totalité du brin ou du panache26.

11Innovants et maîtres de leur artisanat, les tabletiers-éventaillistes de l’Oise conquièrent au cours du xixe siècle la place qu’ils convoitaient aux côtés des peintres et des éventaillistes. La présence de leurs signatures, gravées dans la nacre, l’ivoire ou l’écaille, apparaît révélatrice de l’équilibre qui tend à s’établir entre montures et feuilles. Progressivement les « bois » de l’éventail acquièrent la noblesse qui leur était jusqu’alors refusée. Progressivement, l’objet de mode devient objet d’art, l’artisan rejoint l’artiste.

Georges Bastard, « rénovateur de l’éventail »

  • 27 En ligne directe, le premier tabletier identifié est Lucien Bastard (1734-1770) ; né à Esches (Oise (...)
  • 28 Anatole Devarenne, « Les éventails et les éventaillistes à Andeville », Le Journal de Méru, n° 34, (...)

12Emblématique de la vigueur des ouvriers de l’Oise, la distinction de la famille Bastard au cours des siècles témoigne de l’ambition de ces dynasties vouées à la tabletterie pour l’éventail. Le premier représentant à s’être illustré est Louis-Isidore que nous venons de mentionner. Il est un des grands artisans de cette reconnaissance, traçant la voie de son cousin issu de germain, Georges Bastard (1881-1939). Héritier d’une longue lignée de tabletiers implantée dans l’Oise et à Paris27, il fait ses premiers pas à Andeville, son village natal, en rejoignant l’atelier de son père Elphège (1860-1917) et de son grand-père Édouard (1829-1898). Comme nombre d’artisans en cette fin du xixe siècle, leur talent s’exerce dans la reproduction des décors du xviiie siècle qui demeurent leurs indéfectibles modèles. Tous deux avaient suscité les mots dithyrambiques d’un de leurs contemporains, Anatole Devarenne (1880-1954). Artiste lui-même, mais aussi Andevillien, il n’hésite pas à écrire que le premier est « plus qu’un éventailliste. Le nom d’orfèvre n’est pas trop pour lui. M. Bastard est un ciseleur de nacre » ; tandis qu’il qualifie le second de « maître de la gravure28 ».

  • 29 Georgina Letourmy-Bordier, « Le panthéon des tabletiers », dans G. Letourmy-Bordier, S. Le Guen (di (...)
  • 30 Édouard Conte, « Georges Bastard », Le carnet des artistes, art moderne, art ancien, arts appliqués(...)
  • 31 René Chavance, « Georges Bastard », Art et décoration, juillet 1927, p. 9.

13Décelant vraisemblablement ce talent qui caractérise les hommes de la famille, père et grand-père envoient le jeune garçon suivre les enseignements de l’École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris. Sa formation achevée, très vite, Georges Bastard participe à de grands événements. Âgé de 27 ans, il figure ainsi aux côtés du sculpteur-éventailliste Alfred Jorel (1860-1927) lors de l’exposition organisée au Palais Galliera en 190829. Déjà, sa main se libère de l’enseignement de ses pairs pour insuffler un esprit nouveau à l’éventail. Le dialogue subtil des matières, comme la pureté des lignes, signent ses œuvres et suscitent l’enthousiasme. Corne et nacre s’unissent, la « matière est […] asservie au langage de l’artiste et magnifiée, glorifiée par lui » (illustration 4). Il sculpte, modèle et joue avec la matière, l’atout principal de ses créations. Sous ses doigts, la répétition servile de décors d’un autre âge cède à l’influence des courants à la mode comme le japonisme. En 1917, cette inspiration inédite conduit Auguste Conte à le qualifier de « rénovateur de l’éventail30 ». Dix ans plus tard, René Chavance (1879-1961) suit cette analyse : « Ses premiers éventails, ses premières boîtes, ses premières montures de brosses s’ornent de fleurs, de feuillages et d’insectes. Mais déjà on perçoit un souci de sobriété, un sens de l’équilibre fort rare en ce temps-là31 ».

Ill. 4. – Georges Bastard, Loïe Fuller, vers 1910

Ill. 4. – Georges Bastard, Loïe Fuller, vers 1910

Corne repercée et nacre gravée, signé « G. Bastard », h. t. 20 cm, coll. Maryse Volet (inv. C. 440).

Cliché Daniel Lengaigne

14« Rénovateur de l’éventail », Georges Bastard l’est certainement. Exceptionnels sont en effet les artisans qui, comme lui, ont compris la nécessité d’abandonner les modèles du passé. La répétition des décors dans le goût du xviiie siècle, qui a fait les grandes heures de la tabletterie de l’Oise, va en effet la conduire à sa perte. En 1889 déjà, Antony Valabrègue s’inquiète de la faiblesse créative des tabletiers-éventaillistes. Il écrit : « la supériorité industrielle se mesure avant tout par des créations originales ; il serait oiseux de se borner à des copies, même quand ces reproductions seraient rigoureusement admirables ». Plus tard dans son article qu’il intitule « Une industrie qui se meurt, la monture d’éventail », Henri Clouzot s’élève contre cette absence d’innovation. Selon lui, elle engendre la désaffection des éventaillistes, et des femmes, envers les montures aux sculptures raffinées. Le savoir-faire des artisans n’est pas en cause, leur maîtrise technique est indéniable, mais la copie de modèles anciens n’est plus en vogue. Dès la fin du xixe siècle, le succès des éventails de plumes ou de dentelles consacre les montures simples, bien souvent dénuées de motifs ou rehauts. La mode change entraînant le déclin d’une industrie d’art qui a fait la gloire des villages de Méru, Sainte-Geneviève ou d’Andeville.

  • 32 Georges Bastard, « Épis d’orge », 1911, éventail brisé, corne et nacre, h. t. 21,4 cm, musée d’Orsa (...)

15A contrario Georges Bastard a compris la nécessité de s’affranchir des maîtres de l’Ancien Régime. Sous ses doigts, l’éventail devenu œuvre d’art rejoint les collections réunies par le musée du Luxembourg qui acquiert « Les épis d’orge32 ». Dans son entourage gravitent de nombreux artistes comme Lucien Gaillard (1861-1942), René Lalique (1860-1945) ou Edgar Brandt (1880-1960). Familier du sculpteur Charles Despiau (1874-1960) ou du peintre Jean-Louis Forain (1852-1931), il s’épanouit à la frontière de l’art et de l’artisanat. Alors qu’il prend la présidence de la section des Arts précieux de la chambre syndicale des artistes décorateurs modernes, il est d’ailleurs désigné comme « artiste-décorateur ». Quelques années plus tard, Georges Bastard prend la direction de l’École des arts décoratifs de Limoges avant d’être nommé à la tête des prestigieux ateliers de Sèvres. Il renoue ainsi avec l’histoire, nombre de peintres en éventails ayant en effet rejoint la manufacture au xviiie siècle.

Conclusion

16En faisant appel aux tabletiers-éventaillistes de la région de Méru au xixe siècle, les grands éventaillistes parisiens confient l’exécution des montures aux ouvriers les plus réputés d’Europe. Longtemps cette suprématie, acquise année après année, ne leur est pas contestée. Des salons élégants de la haute société aux marchés sud-américains, les « bois » d’éventails de l’Oise sont appréciés et recherchés. Au fil du temps, les tabletiers bénéficient de la reconnaissance de leurs pairs. Paysans devenus ouvriers, puis artistes pour certains d’entre eux, ils font la force et la renommée de cette région pendant plus d’un siècle. Abandonnant l’anonymat d’un métier partagé entre plusieurs spécialités, quelques hommes se distinguent durant la seconde moitié du xixe siècle, mais la plupart des montures restent encore aujourd’hui anonymes. Acteurs de ce second âge d’or de l’éventail en France, Isidore Bastard-Lanoy, Jules Vaillant, Louis-Honoré Henneguy ou Georges Bastard témoignent de l’excellence de leur savoir-faire comme de l’exigence de leurs talents à l’origine de cette ascension.

17Le raffinement des sculptures dans le goût du xviiie siècle qui a fait la réputation de leurs ateliers est un atout que le temps mue en handicap. L’incapacité à renouveler les décors, ou à s’inspirer des courants artistiques en vogue, conduit nombre d’entre eux vers la difficulté. Au début du xxe siècle, l’éventail ne demande plus de nobles matières ni de riches décors. Supplantée par les dentelles ou les plumes aux volumes majestueux, la monture disparaît entre les mains des femmes. Simultanément, des matières innovantes font leur apparition comme la galalithe, et plus tard le rhodoïd, tandis que le goût exotique met à la mode les importations des pays du Soleil Levant. Dans les pas de Georges Bastard, quelques tabletiers-éventaillistes saisissent l’impérieuse nécessité du renouvellement de l’éventail, non plus accessoire de mode mais objet d’art.

Haut de page

Notes

2 Eugène-Oscar Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels, t. IV, Paris, Librairie des dictionnaires, 1884, p. 1000.

3 Thierry Depaulis, Daniel Crépin, Georgina Letourmy, « Les tabletiers et les éventaillistes à Paris au xviiie siècle avant la Révolution », Le Vieux-Papier, n° 395 et n° 396, 2010.

4 Nous remercions François Keen pour cette information communiquée lors de sa conférence au musée de la Nacre et de la Tabletterie, le 5 mars 2016.

5 Jean-Jacques Arnoux (dir.), Le travail universel, revue complète des œuvres de l’art et de l’industrie exposées à Paris en 1855, t. 2, Paris, aux bureaux de « La patrie », 1856, p. 509.

6 École française, éventail plié, vers 1730-1740. Feuille en papier, encre, gouache, dorure. Monture en ivoire, et nacre, H. t. 29,2 cm, H. f. 17 cm, Paris, musée des Arts décoratifs (inv. 21704) ; Georgina Letourmy-Bordier, José de Los Llanos, Le siècle d’or de l’éventail : du Roi-Soleil à Marie-Antoinette, Dijon, Faton, 2013, p. 125.

7 Natalis Rondot, « Objets de parure, de fantaisie, et de goût », dans Exposition universelle de 1851. Travaux de la commission française sur l’industrie des nations publiés par ordre de l’Empereur, t. VII, Paris, Imprimerie impériale, 1856, p. 79.

8 Ibid, p. 81.

9 « Entre 1842 et 1868, vingt-quatre brevets d’invention sont déposés pour des perfectionnements techniques aux machines », d’après Maryse Volet, « Innovations et créativité, de l’insolite au brevet », in Georgina Letourmy-Bordier, Sylvain Le Guen (dir.), L’éventail. Matières d’excellence : la nature sublimée par les mains de l’artisan, Méru, Musée de la Nacre et la Tabletterie, 2015, p. 100.

10 De manière récurrente dans les écrits des contemporains, les éventails chinois sont en effet cités comme étant les exemples à copier. Ils constituent des modèles tant par le raffinement des détails que par la finesse du travail de l’ivoire. Voir notamment Édouard Petit, Étude, souvenirs et considérations sur la fabrication de l’éventail, Versailles, Beau imprimeur, 1859, p. 26 et 31 ; ou Spire Blondel, Histoire des éventails chez tous les peuples et à toutes les époques, Paris, Renouard, 1875, p. 297.

11 S. Blondel, Histoire des éventails chez tous les peuples et à toutes les époques, op. cit, p. 297.

12 E.-O. Lami, Dictionnaire encyclopédique et biographique de l’industrie et des arts industriels…, op. cit., t. 6, 1886, p. 734.

13 Vaillant père est signalé comme fabricant de bois d’éventails en bois des îles à Méru, dans l’Annuaire Almanach du commerce, de l’industrie, Paris, Firmin-Didot, 1862, p. 2172.

14 Selon Anatole Devarenne, il est un des élèves de Louis-Isidore Bastard ; Anatole Devarenne, « Les éventails et les éventaillistes à Andeville », Le Journal de Méru, n° 33, 1904.

15 É. Petit, Étude, souvenirs et considérations sur la fabrication de l’éventail, op. cit., p. 30.

16 Exposition universelle de 1867 à Paris. Catalogue officiel des exposants récompensés par le jury international, Paris, E. Dentu, 1867, p. 86.

17 Eugène Lami est un familier de la famille d’Orléans dont il réalise les portraits. Il a laissé son nom sur quelques éventails, certains répertoriés par P. A. Lemoisne dont un éventail pour le mariage du comte de Vogüe en 1882, ou un éventail pour la baronne de Rothschild en 1871 ; Paul-André Lemoisne, L’œuvre d’Eugène Lami […]. Essai de catalogue raisonné, Paris, H. Champion, 1914 ; et id., Eugène Lami (1800-1890), Paris, Goupil et Cie éditeurs, 1912, p. 180 et 191.

18 L’éventail présente une feuille peinte d’un départ en carrosse avec, en arrière-plan, le château d’Eu. La monture est sculptée des armes de France et des Bragance et porte la date « mai 1886 ». Les panaches sont ornés de pierres précieuses (localisation actuelle inconnue) ; La revue des arts décoratifs, 10e année, 1889-1890, pl. 24 (non paginée, entre les p. 24 et 25).

19 Une exceptionnelle opération de démontage a pu être réalisée dans les réserves du musée de la Mode de la Ville de Paris, Palais Galliera, sur l’éventail dénommé « Les Océanides » (inv. 66.44.14). La rivure dévissée a laissé apparaître l’inscription suivante, brin après brin : « » Jules », « Vaillant », « Sculpt. », « Andeville/Oise » et « Sculpt. » 1891). Nous tenons à remercier Mlle Marie-Laure Gutton, responsable du département Accessoires du musée de la Mode de la Ville de Paris.

20 Antony Valabrègue, « Exposition universelle de 1889. L’éventail moderne », Revue des arts décoratifs, p. 386.

21 Hélène Alexander, Alexandre, fan-maker to the courts of Europe, Greenwich, The Fan Museum, 2012.

22 Pierre Ickowicz, Philipe Malgouyres (dir.), Ivoires du musée du Louvre 1480-1850, une collection inédite, Dieppe-Paris, Château-Musée de Dieppe-Somogy, 2005.

23 Anatole Devarenne, « Les éventails et les éventaillistes à Andeville », Le Journal de Méru, 1904, n° 33.

24 Le château de Fresneaux-Montchevreuil, éventail, vers 1871, feuille en papier peint à la gouache signée et datée « A. Chaignon 71 », monture en nacre blanche sculptée, gravée et burgautée, datée 1871, signée Bastard-Lanoy, H. t. 27,5 cm, H. f. 14 cm, coll. The Fan Museum (inv. Alexander 1442). Je remercie vivement M. Philippe Choppin de Janvry pour m’avoir fourni cette indentification.

25 Bastard-Lanoy, brevet d’invention de quinze ans, « Sculpture par application dans la fabrication des panaches d’éventails », INPI, dépôt n° 40801, 2 avril 1859 (dossier 1BB40801).

26 Le panache est le brin extérieur qui permet de maintenir aussi bien la feuille que la monture. Au nombre de deux, ils protègent l’éventail lorsqu’il est fermé.

27 En ligne directe, le premier tabletier identifié est Lucien Bastard (1734-1770) ; né à Esches (Oise) et mort à Andeville, il est répertorié comme tabletier, marchand d’éventail et éventailliste.

28 Anatole Devarenne, « Les éventails et les éventaillistes à Andeville », Le Journal de Méru, n° 34, 1904.

29 Georgina Letourmy-Bordier, « Le panthéon des tabletiers », dans G. Letourmy-Bordier, S. Le Guen (dir.), L’éventail. Matières d’excellence…, op. cit., p. 124-129.

30 Édouard Conte, « Georges Bastard », Le carnet des artistes, art moderne, art ancien, arts appliqués, 1917, p. 17.

31 René Chavance, « Georges Bastard », Art et décoration, juillet 1927, p. 9.

32 Georges Bastard, « Épis d’orge », 1911, éventail brisé, corne et nacre, h. t. 21,4 cm, musée d’Orsay (inv. DO 77.3).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Ill. 1. – Éventail de type brisé, Chine, xixe siècle
Légende Ivoire repercé et gravé, h. t. 21,5 cm, coll. part.
Crédits Cliché Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/519/img-1.png
Fichier image/png, 533k
Titre Ill. 2. – Éventail plié, France, vers 1890
Légende Monture en nacre blanche sculptée et gravée, portant les initiales de Jules Vaillant sur la gorge et les panaches, feuille en dentelle, h. t. 30 cm, musée de la Nacre et de la Tabletterie (inv. 2004.10.1).
Crédits Cliché Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/519/img-2.png
Fichier image/png, 695k
Titre Ill. 3. – Éventail plié, France, vers 1890
Légende Monture en nacre blanche sculptée et gravée, portant les initiales de Jules Vaillant sur la gorge et les panaches, feuille en dentelle, h. t. 30 cm, musée de la Nacre et de la Tabletterie (inv. 2004.10.1).
Crédits Cliché Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/519/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Ill. 4. – Georges Bastard, Loïe Fuller, vers 1910
Légende Corne repercée et nacre gravée, signé « G. Bastard », h. t. 20 cm, coll. Maryse Volet (inv. C. 440).
Crédits Cliché Daniel Lengaigne
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/519/img-4.png
Fichier image/png, 656k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgina Letourmy-Bordier, « Tabletiers-éventaillistes dans la région de Méru au xixe siècle », Artefact, 4 | 2016, 325-335.

Référence électronique

Georgina Letourmy-Bordier, « Tabletiers-éventaillistes dans la région de Méru au xixe siècle », Artefact [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/artefact/519

Haut de page

Auteur

Georgina Letourmy-Bordier

Docteur en histoire de l’art, Georgina Letourmy-Bordier a soutenu en 2006 la première thèse consacrée en France à la feuille d’éventail. En 2013, elle a présenté l’exposition Le siècle d’or de l’éventail. Du Roi-Soleil à Marie-Antoinette, au musée Cognacq-Jay à Paris, et en 2015, L’éventail. Matières d’excellence : la nature sublimée par les mains de l’artisan au musée de la Nacre et de la Tabletterie de Méru (Oise). Elle publie régulièrement des recherches sur cet objet d’art.

Haut de page

Droits d’auteur

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires de Rennes
  • OpenEdition Journals