Navigation – Plan du site

AccueilNuméros4Comptes rendus de lectureKarel Davids, Bert De Munck (dir....

Comptes rendus de lecture

Karel Davids, Bert De Munck (dir.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities

Ashgate, Farnham, 2014
Michael Bycroft
p. 407-410
Référence(s) :

Karel Davids, Bert De Munck (dir.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities, Ashgate, Farnham, 2014, 438 p.

Texte intégral

1Quel rôle a joué l’encadrement réglementaire dans l’innovation technique en Europe entre le début du xve et la fin du xviiie siècle ? Telle est la question principale posée par Karel Davids et Bert De Munck et par les quatorze autres contributeurs de cet ouvrage riche et bien conçu. Comme son titre l’indique, les articles portent surtout sur les règlements créés et contrôlés par des institutions urbaines, et principalement par le monde des guildes. Cependant la nouveauté de cet ouvrage réside dans la volonté « d’aller au-delà des guildes » (move beyond the guilds).

2Le livre commence par une « introduction » qui constitue bien plus qu’un simple résumé des thématiques abordées et du contenu des chapitres. Karel Davids et Bert De Munck rappellent que certains sociologues et économistes ont valorisé le rôle des villes modernes dans des études aux titres évocateurs comme celui d’Edward Glaser : Triumph of the City : How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier and Happier (2011). Les qualités généralement attribuées aux villes sont à la fois idéologiques, géographiques et institutionnelles. Ces études mettent en lumière les valeurs de tolérance et de diversité des villes qui leur permettent d’attirer les meilleurs techniciens étrangers et de laisser une libre expression aux talents de tous les citadins. Leur densité humaine et matérielle serait propice aux rencontres inattendues et aux collaborations fructueuses. Le tout serait soutenu par des lois assurant aux inventeurs la qualité de leurs réalisations et la rentabilité sur plusieurs années de leurs recherches.

3Qu’en disent les historiens de l’Europe préindustrielle ? Davids et Munck soulignent que si les villes n’ont pas été opposées à l’innovation, comme on le croyait il y a quelques décennies, il n’existe pas néanmoins d’explication systématique de l’innovation en milieu urbain. Il y a bien sûr des théories générales sur le sujet, comme celle de Larry Epstein (le système d’apprentissage au sein des guildes a favorisé l’innovation), d’Ulrich Pfister (certaines guildes ont favorisé les économies de main-d’œuvre car cela était dans l’intérêt des puissants entrepreneurs à leur tête) ou de Sheilagh Ogilvie (les guildes servaient surtout à distribuer et monopoliser des ressources précieuses comme le travail et les matières primaires).

  • 1 « While starting with models, we end up with the thickness of history ».

4Mais ces théories ont donné lieu à la mise en évidence de contre-exemples, d’évolutions et de variations régionales spécifiques, ainsi qu’à des approches plus nuancées. Ainsi l’innovation n’est pas absente des espaces contrôlés par des régimes oligarchiques ou plus libéraux, des petites guildes ou des grandes, des villes possédant des guildes puissantes ou de celles où elles sont placées sous la domination des élites locales, des villes autonomes ou des villes sous tutelle étatique. Comme l’écrivent Davids et De Munck : « Après les apports des modèles théoriques vient l’exploration de l’épaisseur de l’histoire1. »

5Explorons donc la richesse des quatorze études qui suivent l’introduction de ce livre. Leur ordre est organisé de manière chronologique et géographique. Le livre débute avec sept chapitres sur l’Italie centrés sur le xve et le xvie siècle. Le chapitre de Corine Maitte donne le ton du livre. Elle y présente l’innovation en milieu artisanal autour du cas de la verrerie, une comparaison entre deux corps d’artisans (à Venise et à Altare), et un résumé des règles auxquelles ces artisans étaient soumis (il s’agit surtout de règles encadrant la mobilité des ouvriers). On y trouve des conclusions nuancées et inattendues. Par exemple, si la mobilité a favorisé l’innovation, celle-ci a moins résulté de l’offre par les autorités urbaines de privilèges pour les artisans étrangers que d’une demande des artisans eux-mêmes ; elle a assez peu reposé également sur l’obligation faite aux artisans étrangers de transmettre leurs techniques aux ouvriers locaux (les verriers ont eu tendance à ignorer ou rejeter ces obligations).

6Passons en revue les autres chapitres sur la péninsule italienne. Francesco Ammannati montre que les règlements des ouvriers de laine en Florence n’ont pas nui à leur capacité à améliorer leur manière de produire de la laine et de proposer de produits nouveaux aux consommateurs. Edoardo Demo constate que l’industrie de la soie à Vicence, contrairement à celle à Venise, a évolué sans l’appui d’une guilde, en partie parce qu’une guilde puissante n’était pas dans l’intérêt des nobles vincentines qui investissaient des sommes importantes dans la commerce de la soie. Alberto Grandi réunit deux thématiques des chapitres précédents – la migration et l’imitation – et conclut que la pratique de l’imitation – il s’agit ici de la fabrication du savon avec des matières de moindre qualité que celles employées à Venise – a nui à la diffusion de l’industrie du savon dans des villes au Nord de l’Italie. Enfin Andrea Caracausi montre que les études de cas peuvent soutenir des théories générales et non pas seulement les démanteler : selon Caracausi, le cas des textiles de Padoue s’accorde bien avec les théories d’Ogilvie et de Pfister mais pas avec celle d’Epstein.

7Après l’Italie, les Pays-Bas. Jan De Meester nous rappelle pourquoi les historiens se sont tant intéressés aux guildes, en particulier pour l’histoire du travail et l’histoire sociale : à Amsterdam, à la fin du xviie siècle, au moins 70 % des hommes employés dans la ville faisaient partie d’une guilde. Cela suggère qu’il fallait une main d’œuvre abondante, qu’elle soit ou non habile, afin de subvenir aux besoins ordinaires de l’espace urbain. C’est parce que les guildes visaient d’abord à y répondre et non à susciter des innovations extraordinaires, que la ville d’Anvers a accordé une citoyenneté gratuite à presque 20 % de ses nouveaux citoyens au xvie siècle.

8Les chapitres suivants permettent d’envisager, après l’accès aux villes, celui de l’accès aux guildes. Dans un tableau de quinze pages, Davids et De Munck donnent un aperçu d’une importante base de données compilant les frais d’enregistrement pour l’apprentissage et pour l’admission à la maîtrise imposés par un large éventail de guildes aux Pays-Bas entre 1450 et 1800. Ces données mettent en évidence que les guildes ont utilisé ces frais pour payer leurs dettes et former de nouveaux apprentis, mais qu’elles n’avaient pas pour finalité d’exclure les étrangers ni de contrôler le rapport entre le nombre d’apprentis et celui des maîtres. Yanneke Tump tire une conclusion similaire de son étude des guildes des tonneliers à Haarlem et Rotterdam. Ces guildes ont rarement changé leur frais d’entrée ; dans ce domaine au moins elles ont choisi de suivre le marché du travail au lieu de le manipuler. Pourtant les tonneliers étaient soucieux de leur monopole sur la fabrication des tonneaux, comme Raoul De Kerf le montre dans son chapitre sur la guilde d’Anvers. Quand ce monopole fut menacé à la fin du xviie siècle, les règles d’apprentissage ont servi à protéger ce monopole et non pas à obliger les apprentis à honorer leurs contrats avec leurs maîtres.

9Les trois autres chapitres sur les Pays-Bas traitent plus directement de l’innovation. Annelies De Bie décrit comment la guilde des tailleurs de diamants à Anvers a géré l’introduction du diamant taillé « à la mode rose », c’est-à-dire en forme de rose avec douze facettes. La guilde a vite assimilé cette innovation mais en a mal géré les conséquences, dont a résulté une forte hausse du chômage en son sein. Dries Lyna nous apprend comment une nouvelle forme d’apprentissage a aidé les artisans à gérer le goût des nouveautés qui ont pénétré les Pays-Bas au xviiie siècle. Durant le troisième quart du siècle, l’Académie royale des beaux-arts d’Anvers, établie en 1663, a connu un grand succès auprès de toutes sortes d’artisans, lesquels assistaient à des leçons de dessin pour mieux concevoir des produits à l’allure novatrice. Le chapitre de Claartje Rasterhoff sort du cadre général de l’ouvrage en abordant l’innovation esthétique et intellectuelle, à travers les tableaux et les livres provenant d’ateliers hollandais. Rasterhoff explique la distribution géographique de ces ateliers en fonction de la population des villes, de la présence d’activités complémentaires (comme le commerce à Amsterdam) et des spécialités propre à chaque ville (comme les livres universitaires à Leyde).

10Les deux derniers chapitres reviennent au cas de l’Italie en quittant le monde des guildes. Alida Clemente explique comment les rois de Naples ont introduit la manufacture de la porcelaine à pâte dure dans la capitale de leur royaume. Les rois ont fourni les investissements nécessaires pour initier ce projet dans une ville abritant un important marché de luxe et une concentration de main-d’œuvre et de marchands étrangers. Enfin Daniele Andreozzi examine la tentative de l’Empereur Charles VI de transformer la ville de Trieste en centre de la manufacture et du commerce maritime. Andreozzi met l’accent sur les marchands de Trieste qui ont profité du soutien de Vienne tout en adaptant les politiques de l’État central aux exigences de la vie complexe de la ville.

11Quel est le bilan de ces études nombreuses et variées ? Quelles leçons peut-on tirer de « l’épaisseur de l’histoire » ? Davids et De Munck consacrent la deuxième partie de leur introduction à ces questions. Il en résulte un questionnement subtil sur le rôle des guildes dans l’innovation. Ils soutiennent qu’il n’était pas négligeable mais que les guildes ont souvent agi de manière indirecte ou involontaire pour plusieurs raisons : parce qu’elles dépendaient de rapports plus ou moins harmonieux avec les autres institutions urbaines mais aussi de phénomènes plus larges comme la croissance des États ou les fluctuations du marché du travail ; enfin parce que d’autres lieux ou institutions ont soutenu l’innovation dans les villes européennes, tels que les académies, les manufactures impériales, les ateliers illégaux comme ceux des diamantaires et des tonneliers d’Anvers, en particulier dans les villes où la production artisanale était dominée non par des guildes mais par des nobles-marchands. Si on ne peut guère comprendre l’innovation sans les guildes, on ne la comprend pas non plus sans replacer celles-ci dans l’écosystème urbain.

12Si cet ouvrage collectif voyage au-delà des guildes, il suit néanmoins les pistes ouvertes par l’historiographie de celles-ci. D’une part, les études se focalisent sur une forme d’invention qui leur sont traditionnellement associées, c’est-à-dire celles qui concernent les produits finis et les processus par lesquels ces produits sont fabriqués. Mais on ne trouve pas mention d’autres dimensions telles que les innovations dans les domaines du crédit, du financement, de la vente et de la distribution, des sciences politiques et naturelles, ni des innovations techniques concernant le contrôle de qualité, étant donné la centralité (soulignée plusieurs fois dans ce livre) de cette question dans les règlements corporatifs.

13D’autre part, l’ouvrage met l’accent sur les institutions comme source d’innovation urbaine, alors que la géographie et l’idéologie sont tout aussi centrales dans les théories des défenseurs des villes modernes. Dans le cadre des études proposées dans ce livre, la « géographie » d’une ville semble se limiter surtout à sa population et à la variété des institutions qui s’y trouvent. Peu de chose est dit de l’architecture interne des villes, des distances et des problématiques de transports pour les hommes et pour les biens à différentes échelles. La tolérance religieuse ou le mercantilisme en tant qu’idéologies n’interviennent que peu dans l’ouvrage.

14Enfin, bien que les études comparent des villes d’Italie avec celles du Pays-Bas, elles ne mettent pas en avant de connexions concrètes entre les villes de ces deux pays. Plusieurs chapitres traitent de la migration comme un problème administratif, seul celui de Corine Maitte suit de près la migration d’artisans d’un pays à un autre.

15Chercher véritablement à envisager l’innovation au-delà des guildes nécessite non seulement d’explorer les pistes qui sont liées à leur relation mais aussi celles qui les ignorent. Ce livre se borne à envisager les premières, mais il a le mérite de nous guider vers de nouvelles perspectives.

Haut de page

Notes

1 « While starting with models, we end up with the thickness of history ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Bycroft, « Karel Davids, Bert De Munck (dir.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities »Artefact, 4 | 2016, 407-410.

Référence électronique

Michael Bycroft, « Karel Davids, Bert De Munck (dir.), Innovation and Creativity in Late Medieval and Early Modern European Cities »Artefact [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 01 octobre 2016, consulté le 16 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/542 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.542

Haut de page

Auteur

Michael Bycroft

University of Warwick

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search