Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences

Paris, La Découverte, 2016
Stéphane Lembré
p. 414-417
Référence(s) :

François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte, 2016, 434 p.

Texte intégral

1La publication augmentée d’une postface inédite du livre de François Jarrige, initialement paru en 2014, donne l’occasion d’en rendre compte. Cet essai rappelle la parole de « vaincus de l’histoire », restitue sur une trame chronologique les « critiques oubliées des mutations techniques de l’ère industrielle » (p. 11).

2L’ère industrielle inaugure un rapport nouveau aux artefacts techniques : un « grand basculement » fait du changement technique le moteur de l’histoire. À l’ère préindustrielle, la technique reste indissociable des croyances et le changement technique n’est pas considéré comme un levier de changement social. La mécanisation et l’inventivité technique sont anciennes, et la confiance de plus en plus grande « dans la capacité humaine à s’extraire des contingences naturelles grâce au pouvoir des techniques » (p. 33) s’exprime des xvie et xviie siècles à nos jours. Ce n’est pas la mécanisation qui provoque les résistances, mais la place nouvelle de la technique comme force de changement social qui transforme les rapports sociaux, les environnements naturels et les représentations sociales et culturelles.

3Le processus complexe de l’industrialisation, à partir de la fin du xviiie siècle, est un premier moment, spectaculaire, de surgissement des technocritiques par le phénomène des bris de machines, ces conflits et protestations collectives violentes suscités par l’usage de nouveaux procédés techniques de production. Dans diverses régions d’Europe, contre le récit triomphant de l’industrialisation, les machines « mettent donc du temps à s’imposer ». Ce phénomène n’oppose pas simplement ouvriers et fabricants – ces derniers étant parfois réticents à la mécanisation –, sous l’effet des « incertitudes technologiques » et des « bricolages ordinaires » (p. 48) qui se caractérisent par des rythmes propres aux secteurs et groupes professionnels. De ces oppositions populaires, il faudrait donc induire l’existence de tentatives de négociation pour la préservation de modes de vie et de qualifications établies. Les technologies « flexibles et souples » sont préférées aux machines nouvelles de la grande industrie (p. 54). Malgré la rareté des témoignages, l’analyse s’étend au monde paysan, concerné sans doute plus tardivement par les contestations des machines.

4La notion de « risque » émerge avec l’avènement de l’ère industrielle (chapitre 3). La pénibilité et la dangerosité sont accrues par les machines. La sensibilité à cette situation est contrastée. Les chemins de fer, symboles de puissance et de modernité mais aussi agents de perturbation des repères temporels et spatiaux, suscitent des oppositions loin d’être l’apanage d’esprits conservateurs. Dans les milieux scientifiques comme parmi les populations rurales, chez les propriétaires fonciers comme pour les romantiques hostiles à la modernité, les tensions autour du chemin de fer sont fréquentes et entretenues par des accidents dramatiques. Les critiques s’affaiblissent à partir du milieu du siècle. Si les rejets violents disparaissent, des œuvres continuent à nourrir la critique de l’industrialisation, en recourant souvent aux ressources de la fiction. Elles renvoient à l’évolution des sensibilités à l’égard de la nature : la démonstration des « limites et impasses du développement technologique » se distingue de « la vision d’une technique au service du bonheur humain grâce à l’exploitation de la nature » (p. 93).

5Les machines deviennent un objet de débats dans lesquels interviennent théoriciens et praticiens (chapitre 4). L’assimilation des techniques et du progrès suscite de multiples réactions : la métaphore du monstre, appliquée aux machines, en est une bonne illustration. L’économie politique britannique se saisit de la question des machines, comme l’a montré Maxine Berg, tandis que se fixent peu à peu les termes. La notion de machine gagne en clarté et la technologie, d’abord définie au xviiie siècle comme la « science qui enseigne le traitement des produits naturels ou la connaissance des métiers », s’intègre ensuite dans une « conception industrialisatrice, rationalisatrice et productiviste [qui] s’est imposée lentement » (p. 108). La place croissante des ingénieurs s’appuie sur la maîtrise des machines au moment où les radicaux et socialistes s’affirment comme des penseurs critiques des techniques. Beaucoup investissent les machines d’une croyance dans le progrès qui doit mettre celles-ci au service des conquêtes démocratiques et sociales.

6L’« âge des machines », titre de la deuxième partie du livre, se manifeste d’abord par la puissance des imaginaires du progrès technique (chapitre 5). De nombreuses études montrent combien le discours du progrès par la technique relève d’une vision évolutionniste et progressiste de l’histoire, de l’identification croissante du progrès technique au progrès social et moral, et de la dissociation entre les changements techniques et leurs effets, ces derniers ne remettant pas en cause de tels changements (p. 124). Ainsi, les expositions et fêtes industrielles forment le théâtre de l’invasion des machines dans les espaces sociaux, et plus largement d’une célébration de la technique. À la suite de David Edgerton, l’auteur fait le lien entre cette exaltation des machines et le triomphe des nationalismes à l’« âge des extrêmes ». La technique devient « le destin du monde » et doit dépasser toute limite.

7Si les voix discordantes peinent à se faire entendre, F. Jarrige tente de relire la « Belle Époque des techniques » en identifiant la persistance des doutes et de la contestation de l’exaltation du progrès technique (chapitre 6). La lecture politique est ici fort suggestive. L’essor des lois et des dispositifs destinés à solutionner la « question sociale » inclut les techniques, de même que les nébuleuses réformatrices s’abstiennent de toute remise en cause du machinisme et privilégient l’intérêt pour les conditions sociales de son utilisation. Du côté du mouvement ouvrier, l’enjeu consiste à mettre les machines au service du prolétariat plutôt que de les critiquer. L’analyse de la technique par Marx n’envisageait-elle pas celle-ci comme un facteur décisif de transformation sociale et de progrès (p. 155) ? L’histoire complexe selon les secteurs professionnels des négociations et accommodements avec la technique reste difficile à documenter, à la différence d’un « pessimisme culturel » à l’égard de la modernité qui atteint l’industrie et les techniques et qu’incarnent William Morris, Max Weber ou Thorstein Veblen dans des contextes différents.

8Le chapitre suivant, « Machines impérialistes », mobilise des travaux novateurs qui dévoilent la diversité des situations. F. Jarrige prend acte du dépassement de l’ancien modèle diffusionniste, selon lequel les techniques avaient simplement été transférées de l’Europe vers les périphéries, au profit d’une attention portée à « la pluralité des échanges et aux hybrides incessants nés des rencontres coloniales » (p. 179). Les rythmes de l’industrialisation sont très contrastés, mais les résultats sont dans l’ensemble très négatifs pour les colonies. Les réseaux ferrés sont ici synonymes d’exploitation, d’exactions et de misère, et leur développement reste limité. On notera le regard porté sur Gandhi, envisagé comme un emblème de l’ambivalence du rapport à la technique.

9La Grande Guerre produit une rupture dans les représentations des techniques et de la science (chapitre 8). Les interprétations se font plus pessimistes. C’est pourtant alors que s’accélère l’adoption de techniques de contrôle du temps et de l’espace, ou rationalisation : les réactions contre le machinisme sont d’abord peu nombreuses, mais la crise des années 1930 les intensifie, dans une perspective économique et selon une lecture morale dénonçant la « civilisation des machines ». Le rejet de la société technicienne s’exprime dans les films de Fritz Lang ou Charlie Chaplin, tandis que les sciences humaines naissantes s’emparent de cette question. La Seconde Guerre mondiale clôt cet âge ; paradoxalement, cette guerre éminemment industrielle « contribue à renforcer une exaltation unilatérale de la technique comme instrument de paix, de liberté et de lutte contre la barbarie » (p. 224).

10Modernisations et catastrophes sont les deux faces d’une dynamique retracée dans la troisième partie. Après 1945, l’élan modernisateur assimile plus que jamais les techniques au développement (chapitre 9). Le modèle de développement porté par des États et des institutions alimente la foi dans les bienfaits de la technique. Pourtant, les inquiétudes sont fortes : avec Lewis Mumford, Jacques Ellul, Günther Anders, Hannah Arendt ou Gilbert Simondon, des œuvres importantes sont conçues, qui analysent sévèrement le règne de la technique. Le nucléaire vient reconfigurer les rapports entre technique et société : s’il nourrit des critiques multiples, il contribue aussi à les marginaliser sous couvert d’intérêt national et d’impératif de progrès. De manière plus sourde, le monde agricole est gagné par une modernisation qui ne suscite que localement des résistances collectives aux projets techniques. Le dogme productiviste et ses effets amplifient les critiques des mutations techniques de l’appareil de production et des réactions souvent confidentielles, mais de nature à réviser le discours unanimiste sur « l’âge d’or » des « Trente Glorieuses ».

11La visibilité et la portée des critiques sont bien plus grandes à la fin des années 1960 et dans les années 1980 (chapitre 10). La jonction entre des traditions intellectuelles distinctes conduit à identifier « les menaces et apories des techniques contemporaines » (p. 267) et à faire émerger les préoccupations environnementales quant aux « technosciences ». La politisation des choix technoscientifiques sous l’impulsion de mouvements écologistes et alternatifs s’épuise toutefois face à l’affirmation de l’ère néolibérale dans les années 1980. Celle-ci triomphe en même temps qu’une nouvelle utopie technologique : l’informatique. Les technologies de l’information et de la communication bouleversent les technologies industrielles (chapitre 11). Au déferlement d’objets, d’écrans et de gadgets s’ajoute un appareil idéologique puissant, qui fait l’objet quasi immédiatement d’analyses critiques. Le spectre du chômage technologique réapparaît et, plus largement, les relations entre nouvelles technologies, travail et emploi sont un objet central pour les économistes et les sociologues (p. 300). Loin d’un outil neutre, ses opposants voient dans l’informatique un outil de contrôle et de surveillance : cette informatisation du monde, toujours en cours, a des répercussions dans tous les domaines.

12La conscience plus aiguë des risques encourage les contestations (chapitre 12). Les sciences de l’environnement connaissent un essor mondial et appellent à réagir pour encadrer les grands systèmes techniques et les produits industriels. L’insistance sur le risque et les appels à la « démocratie technique » ne vont pas sans ambiguïté quand une activité intense est déployée pour faire accepter les produits et les techniques « en construisant l’illusion du dialogue et de la concertation » (p. 330). F. Jarrige s’inquiète de la modestie des répercussions politiques et sociales des multiples travaux consacrés à l’omniprésence technologique. Il relève aussi les mobilisations et les conflits sociaux destinés à freiner, localement, de grands projets technoscientifiques portés par des alliances entre capitalisme industriel, science et politique. Sa postface confirme le constat de « course à l’abîme du fatalisme technologique » (p. 352), que la démarche suivie dans ce livre contribue à historiciser.

13Ni récit d’un mouvement linéaire et ascendant, ni description d’une parfaite similarité entre des contestations très différentes selon les époques et irréductibles à tout archaïsme, cet essai tire les fils de contestations polymorphes mais toujours porteuses de sens, quel que soit leur retentissement. Sa force réside dans la mise en relation d’actions et de discours disséminés dans le temps et dans l’espace. L’histoire politique des techniques ainsi proposée ambitionne d’« offrir des voies pour renouveler la critique sociale et décoloniser nos imaginaires » (p. 347).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lembré, « François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences », Artefact, 4 | 2016, 414-417.

Référence électronique

Stéphane Lembré, « François Jarrige, Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences », Artefact [En ligne], 4 | 2016, mis en ligne le 07 juillet 2017, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/artefact/549

Haut de page

Auteur

Stéphane Lembré

Université Lille Nord de France – ESPE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires de Rennes
  • OpenEdition Journals