Navigation – Plan du site
Collections et patrimoines techniques
Actualités des collections

La collection de la Worshipful Company of Clockmakers

Un musée d’horlogerie au sein du Science Museum à Londres
Catherine Cardinal
p. 185-189

Texte intégral

1Entre 1873 et 2014, la collection appartenant à la corporation des horlogers de Londres fut présentée à la Guildhall Library. L’impossibilité d’accepter les conditions financières d’hébergement formulées par la City laissait envisager sa fermeture lorsqu’un concours de circonstances permit son transfert au Science Museum. Depuis octobre 2015, le Clockmakers’ Museum est établi dans une vaste galerie du deuxième étage de ce musée où le public peut découvrir un ensemble de plusieurs centaines d’horloges et de montres témoignant de l’activité des maîtres-horlogers londoniens et, de façon générale, de l’évolution de l’horlogerie mécanique à partir du xvie siècle (figure 42).

Figure 42 - Vue générale du Clockmakers’ Museum, situé dans une galerie du deuxième étage du Science Museum (Londres)

Figure 42 - Vue générale du Clockmakers’ Museum, situé dans une galerie du deuxième étage du Science Museum (Londres)

Au premier plan, on peut voir la montre marine H5 de John Harrison.

Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »

2Si la collection est particulièrement intéressante grâce à ses pièces réalisées par d’illustres horlogers, l’histoire de son développement pendant deux siècles, dans le cadre d’une corporation d’horlogers, jusqu’à devenir un musée à part entière, retient tout autant l’intérêt.

D’un projet de bibliothèque à la création d’une collection d’objets en 1816

  • 1 La Worshipful Company of Clockmakers fut fondée en 1631 par le roi Charles Ier. Elle était dirigée (...)
  • 2  « […] it is expedient that this Company should possess, and from time to time, procure such Books, (...)
  • 3  Cité par Sir George White (panneau du musée). George White, The Clockmakers of London, Londres, Cl (...)

3L’idée de constituer une collection de pièces d’horlogerie fut précédée par la décision de créer une bibliothèque d’horlogerie. En novembre 1813, la Court of Assistants1 mit en place un comité chargé d’acquérir des ouvrages sur la théorie et la pratique de l’horlogerie2. Sous l’impulsion de Benjamin-Louis Vulliamy (1780-1854), horloger du roi, une riche bibliothèque, notamment composée de livres rares, prit forme. Vuilliamy ayant enchéri, en décembre 1814, avec succès à la vente Alexander Cumming pour le compte de la corporation, le projet de former une collection d’objets fut amorcé. Les membres du comité affichèrent, en juin 1816, leur volonté: « with a view to trace the progresss of the art of Clock and Watchmaking from the earliest period of its practice, they have been desirous of procuring in order to form a series embracing the most distant dates possible3 ».

  • 4 G. White, The Clockmakers of London, op. cit., p. 38.
  • 5Ibid.

4Un an plus tard, pour loger les livres et les montres, Vulliamy acheta d’occasion un meuble de la maison Gillows of London, un « mahogany bureau and bookcase… all of fine solid wood », encore conservé et visible dans le musée4 (figure 43). En 1819, le comité dressait un bilan des acquisitions : 110 livres, 48 montres et mouvements de montres, 12 manuscrits et le régulateur de Cumming utilisé en 1773 pour l’expédition au pôle nord du capitaine Philipp5.

Figure 43 - Armoire-bibliothèque achetée en 1817 pour contenir les livres et les pièces d’horlogerie rassemblés par la Worshipful Company of Clockmakers

Figure 43 - Armoire-bibliothèque achetée en 1817 pour contenir les livres et les pièces d’horlogerie rassemblés par la Worshipful Company of Clockmakers

Photo Catherine Cardinal

La présentation de la collection à la Guildhall Library

  • 6  À ce sujet, S. E. Atkins, Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers…, op. cit., p. 191 (...)

5Après la mort de Vulliamy et de George Atkins (1767-1855), autre fervent défenseur du projet, l’avenir de la bibliothèque et du musée fut incertain pendant une vingtaine d’années. La Compagnie était en effet confrontée au problème récurrent, faute de moyens financiers, de ne pas posséder son propre lieu de réunion et de conservation6 ; à cette époque, elle se réunissait et conservait ses divers biens à la London Tavern. En décembre 1871, Samuel Elliott Atkins (1807-1898), continuant d’œuvrer comme son père, suggéra un dépôt dans le Guildhall en cours d’achèvement. Il s’adressa à John Grant, membre Senior de la Cour des assistants et seul survivant du Comité fondé en 1813 :

  • 7  Cité ibid., p. 204.

« The more immediate object… is upon the subject of our Library and Museum, which in former years occupied so much of your attention, but which, as you are aware, has now become almost a dead letter… You are doubtless aware that the Corporation of London is building a magnificent Library and Museum… and my proposition is to open negociations for their reception by the Corporation7. »

6L’idée fut approuvée ; en 1873, les livres, archives, pièces d’horlogerie étaient déposés dans la bibliothèque et le musée nouvellement aménagés par la City de Londres. Désormais ouverte au public, la collection suscita un intérêt accru dont témoignent les achats et les dons qui se succédèrent durant la fin du xixe siècle et le xxe siècle.

  • 8  Cecil Clutton, George Daniels, Clocks and Watches. The collection of the Worshipful Company of Clo (...)

7En 1976, la collection fut installée dans le nouveau bâtiment de la Guildhall Library. Une meilleure appréciation de sa richesse et de son étendue tant chronologique que géographique était permise par le catalogue publié, un an auparavant, par deux Masters de la compagnie, Cecil Clutton (1973) et George Daniels (1980)8. Le soin apporté à sa conservation aboutit à un réaménagement en 2001. Treize ans plus tard, son établissement était remis en cause en raison du coût des locaux. Une nouvelle phase de son histoire commençait.

Le transfert du Clockmakers’ Museum au Science Museum

  • 9  Ma reconnaissance s’adresse à Sir George White, conservateur du musée, qui a bien voulu me donner (...)

8Depuis la fin de l’année 2015, la collection patiemment formée pendant deux siècles par les horlogers de Londres se déploie dans un espace vaste et lumineux du Science Museum. Pour trois décennies, le Clockmakers’ Museum y est accueilli, sans frais, comme une entité indépendante9. La facilité de son accès laisse penser qu’un grand nombre de visiteurs vont le découvrir et, en même temps, prendre conscience du long cheminement technique de l’horlogerie entre la Renaissance et l’époque contemporaine. Les acquisitions récentes continuent de refléter les perfectionnements ultimes et les complications possibles de l’horlogerie mécanique, de la « haute horlogerie » comme on peut l’entendre nommer dans les milieux professionnels.

9Le public est invité à suivre le parcours de vingt-trois sections, correspondant à autant de vitrines. La thématique, exposée dans des textes clairs et concis, met en valeur l’histoire de la Compagnie, les étapes historiques de l’horlogerie anglaise, les maîtres qui l’ont perfectionnée, les transformations économiques qui l’ont marquée. Les montres, mouvements, horloges de table, pendules, chronomètres de marine sont accompagnés de documents variés, dessins, gravures, peintures, pièces d’archives (figure 44). Entre les vitrines, sont exposés des régulateurs de parquet comme celui utilisé par John Harrison (1693-1776), daté de 1728, et des portraits d’horlogers fameux comme celui de George Graham (1675?-1751). La collection compte aujourd’hui plus de 1 000 montres, 80 horloges, 25 chronomètres de marine.

Figure 44 - Vue de la vitrine V, présentant l’horlogerie à Londres avant la création de la Compagnie

Figure 44 - Vue de la vitrine V, présentant l’horlogerie à Londres avant la création de la Compagnie

Photo Catherine Cardinal

Les choix de la collection

  • 10  La Compagnie acquit, en 1891, la H5 en même temps qu’un ensemble de dessins et notes de l’horloger (...)

10Depuis David Ramsay (ca 1590-ca 1654), premier Master de la Compagnie, jusqu’à George Daniels (1926-2011), renommé pour ses montres à complications, tous les horlogers anglais qui ont contribué au perfectionnement de la mécanique horlogère sont représentés (figures 45 et 46). On peut ainsi remarquer les montres et l’horloge de parquet d’Edward East (ca 1610-ca 1693), horloger de Charles Ier, plusieurs montres et une horloge de parquet de Thomas Tompion (1638-1713), le « père de l’horlogerie anglaise » (figure 47), des montres de précision témoignant des recherches de George Graham, Daniel Quare (1648?-1714), Thomas Mudge (1715-1794), John Arnold (1736-1799). Celles de John Harrison, utilisées dans la détermination des longitudes à l’aide d’une horloge, sont représentées par sa montre marine datée de 1770, la H5, expérimentée par le roi George III, quasiment identique à la H4 qui lui permit de concourir, en 1761, pour le prix de 20 000 livres offert par le Parlement10 (figure 48).

Figure 45 - Montre en forme d’étoile

Figure 45 - Montre en forme d’étoile

Mouvement signé « David Ramsay Scotus me fecit », vers 1630. Le boîtier en argent gravé de scènes bibliques est signé par Gérard de Heck, établi à Blois. Museum, n° 7.

Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »

Figure 46 - Montre-bracelet réalisée par George Daniels (1926-2011) avec échappement co-axial

Figure 46 - Montre-bracelet réalisée par George Daniels (1926-2011) avec échappement co-axial

Elle fait partie d’une série de 50 pièces réalisées pour le Millenium à partir d’ébauches de la maison Omega. Museum n° 1255.

Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »

Figure 47 - Montres et mouvements de montres signés par Thomas Tompion (1638-1713), datés entre 1671 et 1711

Figure 47 - Montres et mouvements de montres signés par Thomas Tompion (1638-1713), datés entre 1671 et 1711

Museum n° 39 (1), 47 (2), 48 (3), 52 (4), 53 (5), 84 (6), 130 (7)

Photo Catherine Cardinal

Figure 48 - Montre « H5 » faite par John Harrison (1693-1776), 1770

Figure 48 - Montre « H5 » faite par John Harrison (1693-1776), 1770

Il s’agit de la dernière montre marine de l’horloger ; les quatre autres pièces sont conservées au National Maritime Museum, à Greenwich. Museum n° 598.

Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »

11Quelques montres françaises retiennent l’attention comme celles signées par Jean Hubert, Jacques Goullons, David Margotin, actifs au xviie siècle. Les innovations des horlogers parisiens sont évoquées par des pièces de Julien Le Roy (1686-1759), Jean-Antoine Lépine (1720-1814) et Abraham-Louis Breguet (1747-1823).

12Les choix de la collection révèlent avec évidence une approche technique de l’horlogerie. Le but défini par ses créateurs de conserver les meilleurs exemples de l’art horloger fut, en effet, scrupuleusement respecté. Il est encore poursuivi avec rigueur comme le prouvent les dernières acquisitions, en particulier les montres de George Daniels.

  • 11  L’auteure remercie pour sa collaboration The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, Lond (...)

13Placé au cœur des activités de la Worshipful Company of Clockmakers, le Clockmakers’ Museum est un exemple unique de musée créé, enrichi, géré par des hommes de métier. Leur volonté de l’ouvrir au public dès les années 1870 et leur opiniâtreté à continuer de le rendre accessible doivent être saluées11. Son installation au Science Museum est une opportunité qui permet de le faire connaître auprès d’un public élargi. Pour le grand musée qui l’accueille, la collection de la Worshipful Company of Clockmakers, présentée comme une section indépendante, dotée de sa propre muséographie, offre un apport considérable. En représentant l’horlogerie mécanique des temps modernes et ses récents développements, elle complète de manière fondamentale la section voisine Measuring time où cadrans solaires, horloges d’édifice, pendules électriques, montres à quartz, horloges à césium rappellent aux visiteurs les étapes de la conquête du temps de l’Antiquité à l’époque contemporaine.

Haut de page

Notes

1 La Worshipful Company of Clockmakers fut fondée en 1631 par le roi Charles Ier. Elle était dirigée par la Court of Assistants, composée d’un maître (Master), de trois gardes (Wardens) et d’au moins dix assistants. L’ouvrage de Samuel Elliott Atkins, membre éminent de la Company, et de William Henry Overall, bibliothécaire de la Corporation of the City of London, publié en 1881, réunit une somme d’informations détaillées et de pièces d’archives sur les statuts, le fonctionnement et les membres de la corporation sous le titre Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers of the City of London.

2  « […] it is expedient that this Company should possess, and from time to time, procure such Books, Pamphlets and Tracts as have been written and published respecting or appertaining to the subject of the Art placed under the government of this Company », 2 novembre 1816, cité in S. E. Atkins, Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers of the City of London, op. cit., p. 204.

3  Cité par Sir George White (panneau du musée). George White, The Clockmakers of London, Londres, Clockmakers Company, 1998, p. 37-38.

4 G. White, The Clockmakers of London, op. cit., p. 38.

5Ibid.

6  À ce sujet, S. E. Atkins, Some Account of the Worshipful Company of Clockmakers…, op. cit., p. 191-196.

7  Cité ibid., p. 204.

8  Cecil Clutton, George Daniels, Clocks and Watches. The collection of the Worshipful Company of Clockmakers, Londres, Sotheby Parke Bernet Publications, 1975.

9  Ma reconnaissance s’adresse à Sir George White, conservateur du musée, qui a bien voulu me donner de précieuses informations. C’est une rencontre de George White avec le directeur du Science Museum, suivie d’une visite de la collection, qui est à l’origine de son transfert. De nombreux horlogers apportèrent leur concours à l’installation du musée où fut repris l’aménagement réalisé en 2001 par Martin Shirley.

10  La Compagnie acquit, en 1891, la H5 en même temps qu’un ensemble de dessins et notes de l’horloger, G. White, The Clockmakers of London, op. cit., note 2, p. 40.

11  L’auteure remercie pour sa collaboration The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London qui a notamment aimablement fourni des photographies.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 42 - Vue générale du Clockmakers’ Museum, situé dans une galerie du deuxième étage du Science Museum (Londres)
Légende Au premier plan, on peut voir la montre marine H5 de John Harrison.
Crédits Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Figure 43 - Armoire-bibliothèque achetée en 1817 pour contenir les livres et les pièces d’horlogerie rassemblés par la Worshipful Company of Clockmakers
Crédits Photo Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 44 - Vue de la vitrine V, présentant l’horlogerie à Londres avant la création de la Compagnie
Crédits Photo Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Figure 45 - Montre en forme d’étoile
Légende Mouvement signé « David Ramsay Scotus me fecit », vers 1630. Le boîtier en argent gravé de scènes bibliques est signé par Gérard de Heck, établi à Blois. Museum, n° 7.
Crédits Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Figure 46 - Montre-bracelet réalisée par George Daniels (1926-2011) avec échappement co-axial
Légende Elle fait partie d’une série de 50 pièces réalisées pour le Millenium à partir d’ébauches de la maison Omega. Museum n° 1255.
Crédits Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 47 - Montres et mouvements de montres signés par Thomas Tompion (1638-1713), datés entre 1671 et 1711
Légende Museum n° 39 (1), 47 (2), 48 (3), 52 (4), 53 (5), 84 (6), 130 (7)
Crédits Photo Catherine Cardinal
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 48 - Montre « H5 » faite par John Harrison (1693-1776), 1770
Légende Il s’agit de la dernière montre marine de l’horloger ; les quatre autres pièces sont conservées au National Maritime Museum, à Greenwich. Museum n° 598.
Crédits Photo aimablement fournie par « The Museum of the Worshipful Company of Clockmakers, London »
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/717/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Cardinal, « La collection de la Worshipful Company of Clockmakers », Artefact, 5 | 2017, 185-189.

Référence électronique

Catherine Cardinal, « La collection de la Worshipful Company of Clockmakers », Artefact [En ligne], 5 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017, consulté le 19 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/artefact/717

Haut de page

Auteur

Catherine Cardinal

Catherine Cardinal est professeur d’histoire de l’art à l’université Clermont-Auvergne et membre du Centre d’histoire « Espaces & Cultures » (CHEC). Sous sa direction, ont été publiés Les peintres aux prises avec le décor (Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2015) et, avec Laurence Riviale, Décors de peintres. Invention et savoir-faire, xvie-xxie siècle (Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Artefact. Techniques, histoire et sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Presses universitaires de Rennes
  • OpenEdition Journals