Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS 01VariaLe geste et la couleur

Varia

Le geste et la couleur

Leroi-Gourhan, l’anthropologie des techniques et les pratiques de colorisation
Arnaud Dubois
p. 177-192

Résumés

Cet article vise à introduire le volet technique de l’anthropologie de la couleur que l’on peut formuler des travaux d’André Leroi-Gourhan. À partir de l’étude des idées que l’auteur développe dans Évolution et techniques (1943 et 1945), nous verrons que, pour Leroi-Gourhan, la couleur n’est ni un phénomène, ni une sensation psychophysiologique. La couleur est d’abord une matière qui se fabrique et qui s’inscrit à l’intérieur de différentes «  techniques de fabrication  » que produisent les sociétés. Leroi-Gourhan inscrit l’ethnographie de la couleur à l’intérieur de la culture matérielle et, par ce geste, déplace l’anthropologie de la couleur de l’anthropologie cognitive vers l’anthropologie des techniques. Nous montrerons que ce déplacement produit une bifurcation épistémologique à l’intérieur du champ de l’ethnographie de la couleur.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le calandrage est une technique de fabrication de feuilles, de plaques ou de films par laminage d’u (...)
  • 2 Il est difficile de nommer le travail plastique sur lequel j’ai enquêté. L’artiste ne veut pas que (...)

1En enquêtant sur les usages de la couleur dans l’art contemporain, on observe des pratiques que les débats théoriques de l’esthétique ont négligées. Ceux-ci réduisent en effet trop souvent la pratique de la couleur en art à une pratique restreinte de la peinture. Entre autres, un des artefacts étudiés – une immense pergola (8 500 m2) à l’échelle de son espace d’exposition, fabriquée avec du plastique transparent coloré, tendu sur des cercles métalliques et soutenu par de fins poteaux de section carrée – n’avait rien à voir avec un tableau accroché sur un mur, ni même avec une pratique étendue de la peinture. La matière couleur utilisée pour cette pièce était un film PVC translucide, fabriqué par calandrage1, qui se déclinait en quatre teintes (orange, jaune, vert et bleu). L’œuvre2 allait être démolie à la fin de son exposition. L’artiste affirmait depuis plus de quarante ans que son travail devait être vu comme une sortie du régime pictural de la couleur. Il revendiquait aussi que l’intentionnalité de sa pratique de la couleur ne résidait pas dans le choix des teintes. Il s’opposait vivement, enfin, à toute fonction psychologique de la couleur.

  • 3 On peut citer comme l’une des trop rares ressources de ce genre d’approche un article original de C (...)

2L’anthropologie de la couleur ne fournit pas vraiment elle non plus des outils pour expliquer ce qu’il se fait, sur le terrain, avec la couleur. Les ethnographies de la couleur s’intéressent en grande majorité aux catégories du langage qui structurent les perceptions. Ces études, par ailleurs fort nombreuses, réduisent presque systématiquement la couleur d’abord et avant tout à une sensation visuelle psychophysiologique. Une ethnographie des pratiques de colorisation de choses diverses catégorisées comme objet d’art contemporain ne peut pas se réduire seulement à une étude sémantique, en une sorte d’ethno-linguistique du langage de la couleur en art contemporain. Enquêter sur les catégories de la perception des couleurs de l’artiste, ou des spectateurs qui regardaient cette œuvre, n’aurait rien dit non plus des multiples actions distribuées dans cette installation multicolore. Les couleurs avaient été faites et la méthode ethnographique permettait de comprendre la part respective de chaque acteur dans la production de l’artefact de couleur observé3.

  • 4 Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découver (...)

3Tant d’un point de vue méthodologique que théorique, ni l’anthropologie «  traditionnelle  » de la couleur ni l’esthétique «  moderne  » des couleurs de l’art n’aident à penser les données ethnographiques produites sur le terrain de l’art contemporain. Pour cadrer les pratiques de mise en couleurs observées sur le terrain, on peut se tourner vers l’anthropologie des techniques, mais on y trouve très peu d’enquêtes qui s’attachent à décrire précisément une pratique de colorisation. La «  technologie culturelle  » permet certes de développer une pensée réflexive sur les pratiques de l’art contemporain en général, mais il leur manque un cadre spécifique à l’étude de la couleur, qui permette de rendre compte des couleurs dans la logique qui est la leur4. C’est dans ce contexte que l’on peut relire le travail de Leroi-Gourhan, car on y trouve des ressources utiles à une recherche sur la couleur.

  • 5 André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), Paris, Albin Michel, 19 (...)
  • 6 André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. Milieu et techniques (1945), Paris, Albin Michel, 197 (...)
  • 7 Pierre Lemonnier, Elements for an anthropology of technology, Ann Arbor, University of Michigan, Mu (...)
  • 8 Leroi-Gourhan développe dans les deux volumes de son ouvrage, Le geste et la parole (1964, p. 159, (...)

4Dans L’homme et la matière, au chapitre «  Les techniques de fabrication  », André Leroi-Gourhan consacre un texte aux Couleurs et teintures5. Dans Milieu et techniques, au chapitre «  Les techniques d’acquisition  », il aborde la question de l’extraction de l’ocre6. Pour Pierre Lemonnier, «  les deux volumes d’Évolution et techniques de Leroi-Gourhan – L’homme et la matière et Milieu et techniques – contiennent des données qui restent cruciales pour une anthropologie des systèmes techniques, d’un point de vue à la fois théorique et méthodologique7  ». Une lecture, par l’entrée couleur, d’Évolution et techniques, n’a pourtant pas, à ma connaissance, était faite. Les questions relatives à l’étude anthropologique des couleurs traversent pourtant ses écrits8.

5Cet article tente de dégager les trois principaux points relatifs à la couleur que l’on trouve dans Évolution et techniques et qui permettent de formuler ce que l’on peut appeler une anthropologie des techniques de la couleur. D’abord, Leroi-Gourhan définit la couleur en tant que matière. Ensuite, il développe les questions de l’acquisition de la matière colorante et celles de la fabrication de la couleur. Enfin, en introduisant l’idée de l’expansion des propriétés des matières colorées et colorantes, il propose une critique des documents chromatiques. En passant de l’étude des catégories de l’esprit à un travail sur le geste et l’action, Leroi-Gourhan déplace l’ethnographie de la perception à la production.

  • 9 Dans leurs travaux (en langue anglaise), Barbara Saunders et Diana Young appellent à une «  re-maté (...)

6Le cadre méthodologique et les outils analytiques que Leroi-Gourhan développe semblent particulièrement pertinents pour un projet contemporain d’anthropologie de la couleur9. Par les décentrements successifs qu’il propose, Leroi-Gourhan inscrit en effet programmatiquement l’ethnographie de la couleur à l’intérieur de la «  technologie culturelle  ». Nous montrerons que ce décentrement de l’anthropologie de la couleur – de l’anthropologie cognitive vers l’anthropologie des techniques – peut être considéré comme une bifurcation épistémologique.

Ethnographie de la couleur  : Mauss et Leroi-Gourhan, héritage et correction

  • 10 Il est diplômé en ethnologie en 1936.
  • 11 On trouve ces remarques dans le Manuel d’ethnographie (publié pour la première fois en 1947), qui e (...)

7André Leroi-Gourhan a été l’élève de Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie de Paris où il suivit, au milieu des années 1930, les cours d’instruction d’ethnographie descriptive10. Dans Évolution et techniques, il semble ainsi reprendre, en les déployant considérablement, deux remarques de l’enseignement de Mauss11  :

  • 12 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie (1947), Paris, Payot, 2002, p. 66.

«  Recueillir des échantillons de terre  ; pour que l’argile reste humide, l’envelopper de chiffons humides et de taffetas gommé. Nom indigène, nom scientifique de la terre  ; point d’extraction  ; préparation, mélanges. Il y a des mines d’argiles. Toute l’Amérique du Sud possède un mythe du kaolin12.  »

  • 13 Ibid., p. 140.

[Puis] «  on étudiera tous les matériaux de teinture, de peinture et de dessin  : craie, charbon, ocre… Prendre un échantillon de la matière première à ses différents moments d’utilisation. Quels sont les mélanges de couleurs réalisés, à l’aide de quels composants  ? Répéter le même travail sur les vernis et les gommes, en notant le nom indigène. Comment la peinture est-elle fixée13  ?  »

  • 14 Mauss faisait de l’«  armchair anthropology  »  ; ce sont ses élèves successifs qui testeront sur l (...)
  • 15 Nathan Schlanger défend en effet l’idée que Leroi-Gourhan cherche, avec Évolution et techniques, à (...)
  • 16 Pour le poids de cette tradition en anthropologie de la couleur, Barbara Saunders, The Empire in em (...)

8Dans leur contexte d’énonciation, ces recommandations sont prescriptives14. Le jeune Leroi-Gourhan – il n’a que 25 ans en 1936 – semble s’être emparé de ces assertions méthodologiques pour en dégager toutes les implications et donner une nouvelle orientation à l’ethnographie de la couleur. Car, si Leroi-Gourhan accepte et prolonge la méthode descriptive, technique et matérielle de son professeur, en revanche il ne reprend pas à son compte les conceptions plus théoriques sur la couleur que développe Mauss dans d’autres parties de son manuel15. Leroi-Gourhan va alors «  corriger  » son professeur, selon l’expression de Nathan Schlanger, en développant une pensée autre que celle des cadres conceptuels dominants en Europe16, assujettis à une approche psychophysiologique de la couleur.

  • 17 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie (1947), op. cit., p. 128.
  • 18 Pseudonyme de l’écrivain et critique d’art anglo-saxonne Violette Paget (1856-1935).
  • 19 Vernon Lee, «  Problèmes et méthodes de l’esthétique empirique  », Journal de psychologie normale e (...)
  • 20 Pour cette question analysée dans un cadre anthropologique, se reporter à Carlo Severi, «  Warburg (...)
  • 21 Pseudonyme de l’essayiste et critique d’art suisse Georges de Traz (1881-1980).
  • 22 «  Le mot valeur indique ce que valent une couleur, une nuance, un ton, une teinte, mesurées sur l’ (...)
  • 23 Pour cette question, Jacqueline Lichtenstein, La couleur éloquente, rhétorique et peinture à l’âge (...)
  • 24 Il commence ainsi son article par un lieu commun en opposant peintre et physicien et en citant Eugè (...)

9Dans l’introduction au chapitre consacré à l’Esthétique, Mauss écrit en effet qu’«  il conviendra d’étudier chaque art d’abord au point de vue psychophysiologique, au point de vue de la sensation des couleurs17  ». Mauss renvoie pour cette question au numéro spécial du Journal de psychologie normale et pathologique de 1926 consacré à la psychologie de l’art. La revue s’ouvre sur un article de Vernon Lee18, «  Problèmes et méthodes de l’esthétique empirique  », où l’auteur note que cette discipline «  étudie les phénomènes […] se rattachant à une contemplation perceptuelle  », dans lequel la couleur est pensée comme l’un des «  éléments perçus par la vue19  ». Du point de vue analytique, son argumentaire général s’insère à l’intérieur des théories allemandes de l’empathie visuelle et de la psychologie de la forme20. Un autre article de la revue aborde aussi la question de la couleur, «  De la valeur en peinture  », de François Fosca21, où l’auteur discute l’ouvrage Du dessin et de la couleur de l’artiste français Félix Bracquemond et fait sienne sa définition de la valeur chromatique dans un sens pictural22. C’est ici la question du coloris tel qu’il se pose dans la tradition occidentale de la peinture23 que discute Fosca, actualisée par des questionnements modernes24.

  • 25 Il intéressant de noter qu’Ignace Meyerson, le secrétaire du Journal de psychologie normale et path (...)
  • 26 Simon Schaffer, From physics to anthropology and back again, Cambridge, Prickly Pear Press, 1994.
  • 27 Éric Alliez, L’œil-cerveau, nouvelles histoires de la peinture moderne, Paris, Vrin, 2007  ; John G (...)

10En se référant explicitement à ce numéro de la Revue de psychologie25, Mauss reproduit alors la perspective disciplinaire qu’a fixée W. H. R. Rivers en 1898, lors de l’expédition anthropologique de l’université de Cambridge dans le détroit de Torres26 et les débats internes aux théories modernes de l’art27. Il semble pris à l’intérieur d’un ethnocentrisme puissant pour l’anthropologie de la couleur, qui reconduit à la fois une conception dépendante du savoir des sciences modernes de la couleur et une réduction des questions matérielles aux débats picturaux européens. C’est sur ce point théorique que Leroi-Gourhan corrige Mauss. Pour lui, la couleur n’est pas réductible à un phénomène et à une sensation psychophysiologique. La couleur est aussi une matière qui se fabrique et qui s’inscrit dans des techniques de fabrication.

Qu’est-ce qu’une ethnographie des techniques de colorisation  ?

11Le programme de l’ethnographie de la couleur que formule Leroi-Gourhan s’inscrit de façon générale à l’intérieur des cadres méthodologiques et des idées théoriques qui structurent Évolution et techniques  : les moyens d’actions sur la matière, le déterminisme technique qui définit les notions de tendance et de degrés du fait, et les différentes notions de milieu (extérieur, intérieur, technique). C’est dans ce cadre général qu’il développe son analyse des couleurs  : définition de la couleur en tant que matière, observation de l’acquisition de la matière colorante et de la fabrication de la couleur et introduction de l’expansion des propriétés des matières colorées et colorantes. L’ethnographie des techniques de la couleur que pose Leroi-Gourhan déplace les questions relatives à l’étude des couleurs de la perception à la production et à la consommation.

La couleur comme matière

  • 28 Définition du Grand Robert de la langue française.

12L’un des apports majeurs et décisifs de Leroi-Gourhan aux études sur la couleur est d’abord une question de terminologie et de vocabulaire. Il propose une définition efficiente de la couleur en tant que matière. Il la définit comme un agglutinant, soit «  une substance qui possède la propriété de coller ensemble, d’unir (deux ou plusieurs choses) de manière à former une masse compacte, une chose unique28  ». Définir la couleur comme un agglutinant renvoie donc aux capacités qu’ont les couleurs d’adhérer, de coller, de s’agglomérer et de s’assembler à des corps divers, suivant en cela la logique de la grille de lecture qu’il emploie pour l’ensemble des artefacts.

  • 29 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 161-162.

13Cette définition de la couleur comme matière n’est pas donnée de façon isolée. Elle est en relation avec l’ensemble des catégories que crée Leroi-Gourhan pour classer les techniques «  sans s’arrêter ni à la nature chimique des matières ni à la personnalité individuelle de la technique […], mais selon les propriétés physiques des corps au moment de leur traitement29  ». La couleur en tant qu’agglutinant se tient ainsi à l’intérieur de la famille des solides plastiques avec les plastiques de faible cohésion et les plastiques propres. La famille des solides plastiques se tient entre celle des solides semi-plastique (métaux, fonderie, moulage et forge) et celle des solides souples (écorce, peau, filature, couture, tissus, vannerie, tissage). Trois caractéristiques sont communes à tous les solides plastiques  :

  1. Ils peuvent tous passer d’un état presque fluide à un état solide ou consolidé.

  2. Ils exigent tous pour leurs manipulations des objets aux propriétés communes  : des récipients.

  3. On peut leur imposer, en état de traitement, une forme permanente par un effort considérablement plus faible que celui qu’exige la plasticité des métaux.

14Dans cette typologie générale, Leroi-Gourhan range ensuite les solides plastiques en trois groupes  :

  1. Ceux qui sont et restent pulvérulents (comme la terre), qu’il nomme les plastiques de faible cohésion.

  2. Ceux qui, par délayage, deviennent pâteux et par cuisson passent à l’état stable (comme les argiles), qu’il nomme les solides plastiques propres.

  3. Ceux qui, par délayage, deviennent semi fluides et durcissent par dessiccation, qu’il nomme les agglutinants, le taxon dans lequel est placée la couleur.

15L’agglutinant se caractérise, lui aussi, par trois capacités  :

  • lors du délayage, de devenir semi fluide.

  • lors de l’application, de se fixer sur le corps qui le reçoit.

  • lors de la dessiccation, de durcir.

  • 30 Les données relatives à une pratique d’agglutination des couleurs recueillies sur mon terrain s’ins (...)

16La couleur en suivant cette taxinomie se caractérise donc par sa plasticité et son agglutination. La couleur considérée en tant que matière existe alors dans une chaîne, un réseau de relations nécessaires à son usage. Relations entre la matière colorante «  brute  » et un liant pour fabriquer une substance colorante  : la peinture, la teinture, l’encre… Relations entre cette substance et le corps sur lequel elle vient se fixer  : la peau, les objets, les murs, les tissus, les papiers… Et, bien sûr, les relations entre les acteurs qui produisent la couleur et les états successifs de la couleur. Définir la couleur, c’est alors enquêter sur ses modes de matérialisation et décrire à qui ou à quoi elle s’agglutine et comment elle est agglutinée30.

  • 31 Sophie A. de Beaune, «  La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan. Introduction (...)
  • 32 Ibid., p. 200.

17C’est dans le texte L’homme et la nature, publié une dizaine d’années avant la publication de L’homme et la matière, que l’on trouve une première occurrence de la notion d’agglutination et une définition de l’agglutinant sous la plume de Leroi-Gourhan31. «  C’est le phénomène d’agglutination qui distingue radicalement les solides plastiques des autres plastiques.  » Puis, un peu plus loin, «  les agglutinants forment la transition entre les solides plastiques et les fluides. Leur plasticité est telle, en état de traitement, qu’ils s’insinuent dans les irrégularités de la surface du solide sur lequel on les dépose au point de faire, en apparence, corps avec lui.  » Il remarque enfin que «  les enduits et peintures entrent, par leur traitement, dans les agglutinants.  » Comme le remarque Sophie A. de Beaune, «  sa typologie est déjà en place en 193632  ». C’est le degré de raffinement des catégories que Leroi-Gourhan va développer dans les deux tomes d’Évolution et techniques. Dans L’homme et la nature, les agglutinants occupent un court paragraphe et la couleur n’apparaît pas en tant que catégorie classificatoire. Dans L’homme et la matière, les agglutinants, comme le reste d’ailleurs, sont développés. Ils deviennent un chapitre de l’ouvrage et chaque matière classée comme agglutinant (couleur, teinture, colle, gomme, crépi et émail) a droit à un paragraphe. Leroi-Gourhan reprend donc ses données et les enrichit, mais il ne modifie pas la structure générale de la classification  : les agglutinants restent la dernière classe des solides plastiques. En revanche, la catégorie peinture (non explicitée en 1936) n’apparaît plus et est remplacée par Couleurs et teintures avec de nombreux développements.

  • 33 Le processus de patrimonialisation de ces artefacts semble permettre à de plus en plus d’objets eth (...)

18Mais l’auteur remarque qu’«  il n’existe pas encore de formulaire des agglutinants  » et que ceux-ci sont «  souvent mal connus  ». Soixante ans après cette remarque, il est significatif qu’elle soit toujours valide pour beaucoup d’artefacts extra-européens  : les matériaux utilisés dans la composition d’une couleur et les techniques mises en œuvre pour fabriquer un objet coloré restent largement inconnus pour les artefacts conservés dans les musées ethnographiques33.

L’acquisition et la fabrication de la couleur

19Après avoir défini la couleur en tant que matière, Leroi-Gourhan poursuit son analyse et s’intéresse à l’acquisition de la substance colorante et à la fabrication de la couleur comme acte technique propre à chaque collectif, mais aussi traversé par un «  déterminisme  » propre au travail des matériaux chromatiques. C’est donc la capacité sociale d’acquérir plusieurs substances colorantes, les connaissances techniques de leurs mises en relation selon la chose à colorer et les réactions des substances colorantes selon leur contexte d’usage, qui définiront en grande partie la richesse des gammes colorées de chaque groupe.

  • 34 Pour une documentation exhaustive relative aux différents colorants naturels utilisés avant la chim (...)

20Avant la révolution chimique des colorants de synthèse au xixe siècle, les sources d’extraction d’une substance colorante sont le minéral, le végétal et l’animal34. Il faut savoir extraire de son milieu les pierres, les terres, les bois, les plantes, les fruits, les racines ou encore les éléments corporels susceptibles de devenir des substances colorantes. Par les relations qui s’établissent entre les humains et leur milieu pour acquérir, transformer et fabriquer la couleur, Leroi-Gourhan ouvre le champ de la technologie et de la culture matérielle à l’étude des relations entre l’homme et la nature  :

  • 35 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 228-229.

«  La palette de teinture des Kamakan et Botokudo du Brésil qui passent pour de vrais sauvages et anthropophages comporte pour la seule matière végétale le noir (Genipa americana L.), le rouge (graines de Bixa orellana L.), le jaune (bois de Broussonethia tinctorial K.), le violet (feuilles de Tinta capichaba), le bleu-vert (fruit de Genipapo). Plusieurs de ces substances colorantes des Américains du Sud ont été utilisées par nous (bois de campêche, rocou, curcuma, bois de Panama). Lorsqu’on ajoute à cette liste la séparation de la pulpe toxique du manioc, le caoutchouc, le curare, le peyotl, l’ipécacuana, la quinine, la coca, toutes substances que nous leur avons empruntées, lorsqu’on voit le maïs, la pomme de terre, le tabac, l’arachide, le cacao, le maté parmi les végétaux dont ils ont perfectionné l’usage avant de nous les donner, on entrevoit que la culture matérielle n’est pas tout entière dans les acquisitions mécaniques35.  »

  • 36 André-Georges Haudricourt et Louis Hedin, L’homme et les plantes cultivées (1943), Paris, Métaillé, (...)
  • 37 André-Georges Haudricourt, «  Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui (...)

21Cette remarque générale sur la technique, pensée ici à partir d’un travail sur la matière colorante et colorée, rejoint le programme d’André-Georges Haudricourt, lui aussi ancien élève de Marcel Mauss. L’homme et les plantes cultivées, publié la même année que L’homme et la matière, «  présentait pour la première fois en France les fondements de l’ethnobotanique36  ». Mais c’est dans Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui que l’on trouve de façon synthétique l’enjeu de cette nouvelle approche anthropologique des techniques. Elle s’attache à étudier «  les rapports entre l’homme et la nature et les relations interhumaines37  ». Il poursuit  :

«  vis-à-vis du monde végétal et animal, à partir du néolithique, l’homme n’est plus seulement un prédateur et un consommateur, désormais il assiste, il protège, il coexiste longuement avec les espèces qu’il a domestiquées. De nouveaux rapports se sont établis, d’un type amical, et qui ne sont pas sans rappeler ceux que les hommes entretiennent entre eux à l’intérieur d’un groupe.  »

22En 1968, Haudricourt étend cette approche également aux minéraux  :

  • 38 André-Georges Haudricourt, «  Ethnominéralogie  », dans Jean Poirier (éd.), Ethnologie générale, Pa (...)

«  à côté de l’ethnobotanique et de l’ethnozoologie, il faut placer l’ethnominéralogie qui comprend la relation de l’homme avec le monde minéral […] et toutes les conséquences que cela a sur la vie sociale38.  »

  • 39 Si l’ethnobotanique et l’ethnozoologie sont maintenant bien connues, l’ethnominéralogie reste confi (...)
  • 40 Philippe Descola, La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie Achuar, Paris, Édition (...)

23Faire une enquête sur l’acquisition des substances colorantes et colorées nécessaires à la fabrication de la couleur permet donc de déployer tout un réseau d’interactions complexes entre les humains et les non-humains, où sont imbriqués des usages domestiqués et sauvages de la nature qui sont pris à l’intérieur de trajectoires multiples de relations entre ethnobotanique, ethnozoologie et ethnominéralogie39. Ce que Philippe Descola nomme la socialisation de la nature40.

24La fabrication de la couleur est, pour Leroi-Gourhan, la mise en œuvre de moyens élémentaires d’actions sur la «  matière-couleur  » acquise. L’exemple qu’il convoque est celui des poudres minérales, notamment l’ocre, qu’il faut broyer à la mollette (parfois même chauffer ou griller pour en changer la couleur), puis délayer à l’eau et à l’huile et enfin appliquer sur un corps ou un artefact. La fabrication de la couleur participe donc d’une série d’actions dans lesquelles interagissent des moyens d’actions, des techniques de fabrication, des outils et des matières.

  • 41 C’est même sur la base de la «  tendance à trancher  » qu’il bâtit toute sa réflexion sur la contin (...)
  • 42 François Sigaut, «  De la technologie à l’évolution, l’œuvre de Pitt Rivers (1827-1900)  », Gradhiv (...)

25Leroi-Gourhan répertorie bien le broyage comme l’une des modalités générales d’action sur la matière en le classant à l’intérieur des percussions. Pour fabriquer une poudre colorante inorganique, le moyen d’action élémentaire sur la couleur est la percussion oblique posée diffuse utilisée aussi pour broyer des graines. Mais Leroi-Gourhan ne développe pas ce moyen d’action, il l’organise surtout. Nous ne trouvons donc pas d’analyse détaillée des actions relatives à ce type de percussions, ni d’exemple des instruments utilisés pour délayer une couleur, l’appliquer ou la conserver. Ni les mouvements du corps qui broie et qui pile, ni ceux de la main qui manipule les états successifs de la couleur, ni les formes des instruments de la couleur ou les formes des récipients ne sont explicitées dans L’homme et la matière. C’est l’une des lacunes de cette anthropologie des techniques de la couleur. En suivant François Sigaut qui signale que Leroi-Gourhan «  manque d’intérêt pour les outils non tranchants41  » et que, de façon générale, «  les études des outils de broyage restent très négligées42  », l’étude des moyens d’actions sur la couleur reste un champ de recherche à explorer.

  • 43 Claude Lévi-Strauss écrit  : «  … nous avons lui et moi essayé de faire à peu près la même chose…   (...)

26Leroi-Gourhan ne développe pas une approche simplement matérielle et technologique d’une anthropologie des techniques de la couleur. Les questions de l’acquisition et de la fabrication ne sont pas que des questions d’économie et d’efficacité technique. Elles sont d’abord une méthode de recherche qui met «  à l’abri […] d’une sorte de verbiage sociologique ou sémiotique qui croit possible de parler de la symbolique ou de la fonction significative de tels ou tels objets matériels sans s’être d’abord assuré de ce qu’ils sont en eux-mêmes et comment ils ont été fabriqués43  ». Les questions d’acquisition et de production de la couleur permettent ensuite d’interroger les constructions sociales des actes techniques, ce que Lemonnier (1992) appelle les représentations sociales des systèmes techniques.

  • 44 Ibid., p. 204.
  • 45 Les mots soulignés sont des expressions de Leroi-Gourhan que reprend Lévi-Strauss.

27«  Si Leroi-Gourhan est allé de l’étude des techniques jusqu’à élaborer toute une mythologie […], je faisais de mon côté la démarche inverse, j’étais obligé de m’improviser apprenti astronome, apprenti botaniste, apprenti zoologiste et d’aller vers ces “faits-objets” qui sont unis aux “faits-idées” par toute une série continue d’intermédiaires44  », a fait remarquer Claude Lévi-Strauss45. Dans Le cru et le cuit, il narre un mythe qui illustre bien ces passages de l’idée à l’objet et de l’objet à l’idée dans une pratique de coloration, et les liens entre acte technique d’acquisition et de fabrication des couleurs et systèmes de représentations sociales  :

  • 46 Claude Lévi-Strauss, Le cru et le cuit, Mythologiques I, Paris, Plon, 1964, p. 327-328.

«  Les Tukuna racontent que les instruments de musique rituels étaient jadis peints uniformément en rouge. Une divinité ordonna au héros civilisateur d’utiliser plutôt “l’argile de toutes les couleurs” qu’on trouvait non loin d’un cours d’eau, mais sans la toucher avec ses mains. Il devait la recueillir dans l’intérieur de sa sarbacane, en enfonçant celle-ci dans la terre à plusieurs reprises, jusqu’à ce qu’il ait prélevé des échantillons de toutes les variétés. Après quoi il lui faudrait extraire les couleurs, en ramonant la sarbacane avec une baguette et s’en servir pour peindre. C’est l’aspect de cette peinture, précise-t-on, qui est la cause principale du tabou frappant les instruments, dont la vue est interdite aux femmes46.  »

  • 47 Pour une perspective contemporaine de cette notion et sa portée analytique, se reporter à Ludovic C (...)
  • 48 Leroi-Gourhan aimait à dire que «  pénétrer dans le domaine technologique suppose une formation de (...)

28Les questions de l’acquisition – cette argile-ci, proche de ce cours d’eau et qui présente plusieurs variétés de couleurs, et de la fabrication  ; la collecter et l’extraire sans la toucher avant de l’utiliser sur un objet bien précis – participent bien de tout un réseau de relations techniques, esthétiques et sociales. Étudier la chaîne opératoire des couleurs47, depuis l’identification de la matière en passant par son acquisition et sa fabrication, permet alors de suivre la construction sociale de la couleur48.

L’extension des propriétés des matières colorantes et colorées

29Le troisième point que développe Leroi-Gourhan dans cette anthropologie des techniques de la couleur est le plus original de sa classification. Si les questions de matérialité, d’acquisition et de fabrication de la couleur sont fondamentales pour le développement d’une méthode ethnographique rigoureuse, la notion d’extension des propriétés est un outil conceptuel qui a des implications théoriques qui s’étendent au-delà de l’anthropologie des techniques. À partir d’une remarque sur des données américaines, il crée la notion d’extension des propriétés et étend la portée analytique de son approche de la couleur aux questions muséologiques de classifications des artefacts. Son ethnographie des techniques de la couleur l’amène alors à un débat interdisciplinaire aux frontières de l’anthropologie, de l’histoire de l’art et de l’archéologie.

  • 49 Sophie A. de Beaune, «  La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan…  », op. cit.(...)
  • 50 Pour aller plus loin dans le contexte du musée de l’Homme, Christine Laurière, Paul Rivet, le savan (...)
  • 51 Anatole Lewitsky (1903-1942) a été le premier responsable du département de Technologie générale et (...)
  • 52 Philippe Soulier, «  André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées (Japon, avril 1937-ma (...)
  • 53 Joseph Hackin (1886-1941) a été le secrétaire d’Émile Guimet avant de devenir conservateur du musée (...)
  • 54 Jean Buhot (1885-1952) était professeur d’art chinois et japonais à l’École du Louvre (où Arlette L (...)
  • 55 André Leroi-Gourhan, «  L’ethnologie et la muséographie  », Revue de synthèse, t. XI, 1, février 19 (...)
  • 56 Pour cette question rapportée au contexte étroit de la couleur, voir notamment Andrew Jones, «  A b (...)
  • 57 Ph. Soulier, «  André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées…  », op. cit., p. 72.
  • 58 Pour l’histoire du département de Technologie comparée et de la Salle des arts et techniques, Franç (...)

30Au moment de la rédaction d’Évolution et techniques, Leroi-Gourhan est avant tout un homme de musée. Les données présentées dans l’ouvrage sont en effet produites principalement à partir d’une recherche sur des collections muséales. Toute sa classification est construite «  à partir de 40 000 fiches techniques49  » qu’il tire de cette enquête minutieuse. «  De 1932 à 1935, il fait en effet partie de la bande d’étudiants bénévoles qui s’attaque à la réorganisation du vieux musée d’Ethnographie du Trocadéro et à la constitution du nouveau musée de l’Homme50. […] Il apprend le classement des objets avec Georges-Henri Rivière et Anatole Lewitsky51 et il organise, en 1934, une exposition sur les Eskimos  » dans trois vitrines de l’Entrée Passy52. Au cours de ces mêmes années, Leroi-Gourhan acquiert aussi une «  expérience muséale avec le musée des Arts asiatiques-musée Guimet au côté de Joseph Hackin53 et Jean Buhot54  ». En 1936, il rédige une note sur Ethnologie et muséographie où, tout en pointant les divergences d’approches entre ethnographe et conservateur, il rappelle les liens qui les unissent par l’objet  : «  la Muséographie tend à faire du Musée plus qu’un instrument de travail occasionnel  : un centre d’élaboration systématique55.  » C’est dans cette note qu’il explicite aussi la définition de l’objet de musée comme témoin matériel dans une définition proche des questions contemporaines relatives à la biographie des objets56. En mars 1937, il embarque pour un terrain de deux années au Japon, au cours duquel il deviendra «  collecteur d’objets  » pour Guimet et le Trocadéro et connaîtra un «  conflit intérieur quant aux limites et rapports entre catégories d’objets57  »  : objet d’art pour Guimet et objet ethnographique pour le MET. En 1943, il est responsable de l’exposition Terres, bronzes, jades  ; pour une nouvelle présentation des collections chinoises, au musée Cernuschi. Après la guerre, Leroi-Gourhan revient au musée de l’Homme et prend la direction du département de Technologie comparée. Il décide d’ailleurs de rouvrir la Salle des arts et techniques en reprenant quelques grands domaines représentatifs des classifications d’Évolution et techniques  : les moyens d’actions sur la matière, le traitement du bois et des solides souples, les arts du feu, les techniques d’acquisition et les techniques de consommation58.

  • 59 Philippe Soulier, «  André Leroi-Gourhan, de la muséographie à l’ethnologie (1934-1946)  », dans J. (...)
  • 60 Ces questions sont abordées notamment dans André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole. La mémoire e (...)

31Le musée, dans l’anthropologie des techniques de Leroi-Gourhan, est donc quelque chose de central. Du début des années 1930 à la fin des années 1950, il est «  passé d’une simple tâche de rangement à accomplir à la formalisation codifiée d’un principe d’analyse extensive, véritable outil conceptuel59  ». Ce travail lui permet alors, dans une visée comparatiste, d’interroger la pratique classificatoire des artefacts et d’enrichir les observations ethnographiques. La notion d’extension des propriétés des matières colorantes et colorées est directement liée à la classification générale d’Évolution et techniques qui «  groupe les aspects techniques selon les propriétés des corps au moment de leur traitement  ». Pour mettre en séries des artefacts en suivant la logique de la couleur, on doit donc s’intéresser aux propriétés des matières colorantes et colorées dans le processus de fabrication des objets. Ce n’est pas l’objet fini qui intéresse Leroi-Gourhan. Il ne s’arrête pas dans cet ouvrage aux questions stylistiques et iconologiques60. Ce sont les conventions techniques qui sont au cœur de l’analyse des objets de couleur et de leur ordonnancement. Leroi-Gourhan introduit cet outil analytique par une remarque sur une pratique de colorisation américaine  :

  • 61 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 228.

«  Il apparaît un détail qui mériterait d’attirer l’attention des américanistes  : l’alumine et le chrome, base de nombreuses glaçures céramiques, sont aussi l’élément essentiel des mordants tinctoriaux. Le fait que des terres colorées pour la poterie soient propres à fixer les colorants végétaux des tissus ne pouvait être exploité avec profit que par des groupes bien introduits dans l’art du potier. Nos connaissances ne sont pas encore assez dégagées pour que l’ethnologie prenne un nouveau visage, mais on peut pressentir un état de la science où les rapports techniques ne seront plus dans une énumération fondée sur la forme ou l’usage des produits  : métallurgie, poterie, tissage, etc., mais dans les conventions techniques  : extension des propriétés du levier, du volant, des terres, des sucs végétaux, etc. Coordonnant les deux systèmes, on aboutira à des groupements moins décevants que ceux qu’on a fondés sur la morphologie la plus superficielle61.  »

  • 62 Pierre Lemonnier, «  Une anthropologie – et non une encyclopédie – des techniques  », dans Hommages (...)
  • 63 Dominique Cardon, Le monde des teintures naturelles, Paris, Belin, 2003, p. 37-38.
  • 64 André Leroi-Gourhan, «  Notes sur les rapports de la technologie et de la sociologie  », L’Année so (...)
  • 65 Pour reprendre l’expression de Clifford Geertz dans «  La description dense. Vers une théorie inter (...)

32La notion d’extension des propriétés est ainsi en relation avec les notions de tendance et de fait, car «  loin d’être un manuel Roret, Évolution et techniques est un recueil d’exemples illustrant [ces] notions clefs62  ». La tendance est ici la nécessité de fixer les teintures organiques d’origine végétale aux tissus organiques, eux aussi d’origines végétales (par exemple, teindre en indigo un tissu en coton). C’est une loi de la production des couleurs végétales teintes  : si le teinturier ne met pas un mordant avec le colorant et les fibres, la couleur ne peut pas s’agglutiner au tissu. Cette tendance a donné naissance, dans l’environnement matériel américain63, à un fait  : celui du mordançage du coton par l’argile naturellement riche en alun naturel, utilisé aussi pour coloriser la poterie. Les objets conservés au musée de l’Homme deviennent pour Leroi-Gourhan des «  témoins  » qui lui permettent de faire la critique des documents techniques qu’il appelle de ses vœux  : «  la classification d’Évolution et techniques avait pour moi un sens bien déterminé  : orienter la systématique des techniques par la critique des documents64 », écrit-il en 1949 dans L’Année sociologique. Pour Leroi-Gourhan, cette critique ne peut se faire que sur «  la compréhension interne  » des objets. Mais il prend bien soin d’ajouter qu’«  il est aussi difficile de décrire un objet qu’un animal [car] cela suppose une terminologie immense et précise  ». Qu’en est-il de la compréhension interne des couleurs d’un artefact  ? La description dense65 des couleurs d’un objet permet-elle de faire la critique des documents chromatiques  ? En s’attachant à penser une mise en série d’artefacts de couleurs dans la logique qui est la leur, Leroi-Gourhan nous invite à dépasser le paradigme morphologiste centré sur la forme, le dessin et l’ornementation. Qu’est-ce que pourrait donc être une morphologie de la couleur qui suivrait la raison des pratiques de colorisation  ? Quelles nouvelles mises en relations des artefacts cela induirait-il  ?

33Pour la couleur, ce travail séduisant d’une autre morphologie reste largement programmatique. Il n’y a pas de section Couleurs dans les vitrines de la Salle des arts et techniques du musée de l’Homme et, à ma connaissance, le département de Technologie comparée n’a pas produit de travaux comparatistes sur les techniques de colorisation. Malgré cette lacune, il propose un cadre théorique et une méthode d’observation qui ouvre des perspectives d’enquête fécondes sur les collections d’objets et leurs modes d’exposition et de classification.

 

34Le programme de l’anthropologie de la couleur que l’on dégage à partir du point de vue de l’anthropologie des techniques, plutôt que de celui de l’anthropologie cognitive qui a dominé la discipline jusqu’ici, semble proposer une approche des couleurs résolument pragmatique. Leroi-Gourhan concentre ses analyses sur les actions hétérogènes à l’œuvre dans une pratique de mise en couleur et dégage, par cette méthode, les réseaux d’interactions entre agents multiples incorporés dans ce que l’on serait tenté d’appeler, en conclusion de cette analyse, un acte de couleur. D’une catégorie prise au singulier, «  La couleur  », Leroi-Gourhan nous invite à la reprendre au pluriel. En effet, la méthode ethnographique qu’il propose, qui consiste à suivre et à dégager la chaîne opératoire des couleurs, permet de décrire les agents multiples mobilisés dans une pratique de colorisation.

35Mon ethnographie des pratiques de colorisation dans l’art contemporain est, en cela, une première étape vers l’élaboration d’un programme de recherche plus vaste. En travaillant simultanément sur les collections d’un musée d’art moderne et des pratiques artistiques contemporaines, j’ai testé empiriquement la portée heuristique de la méthode que propose Leroi-Gourhan. Si l’ethnographie de la couleur se cherche un nouveau visage pour s’intégrer dans les débats contemporains de l’anthropologie, l’introduction du travail de Leroi-Gourhan semble, à cet égard, fort pertinente pour dépasser la vision univoque de ce qu’est la couleur, qui, trop souvent, enferme l’anthropologie de la couleur à l’intérieur de catégories ethnocentrées la réduisant à la discrimination de la teinte. La perspective qui s’ouvre d’opérer une bifurcation méthodologique et théorique de l’anthropologie de la couleur reste pour l’heure à l’état d’ébauche. C’est par la multiplication des enquêtes qui s’attacheront à produire des données rigoureuses sur les processus techniques des couleurs et les représentations sociales qui y sont attachées, que cette nouvelle anthropologie de la couleur pourra être formulée.

Haut de page

Notes

1 Le calandrage est une technique de fabrication de feuilles, de plaques ou de films par laminage d’une matière entre plusieurs cylindres parallèles, constituant la machine appelée calandre. Cette technique s’applique pour le caoutchouc (notamment depuis le masticator, la machine de Thomas Hancock inventée dans les années 1820), le papier et le PVC.

2 Il est difficile de nommer le travail plastique sur lequel j’ai enquêté. L’artiste ne veut pas que l’on appelle cela une installation et lui préfère les termes de «  travail in situ, travail éphémère, travail situé, dispositif, mise en espace  » (Daniel Buren, Le Monde, 23 mai 2012).

3 On peut citer comme l’une des trop rares ressources de ce genre d’approche un article original de Charles Goodwin, «  The blackness of black : color categories as situated practice  », dans Lauren Resnick, Roger Säljö, Clotilde Pontecorvo, Barbara Burge (éd.), Discourse, tools and reasoning: essays on situated cognition, Berlin, Springer Verlag, 1997, p. 111-140.

4 Bruno Latour, Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des Modernes, Paris, La Découverte, 2012.

5 André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), Paris, Albin Michel, 1971, p. 226-231.

6 André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. Milieu et techniques (1945), Paris, Albin Michel, 1973, p. 132 et 138-139.

7 Pierre Lemonnier, Elements for an anthropology of technology, Ann Arbor, University of Michigan, Museum of anthropology, Anthropological Papers, 88, 1992, p. 82.

8 Leroi-Gourhan développe dans les deux volumes de son ouvrage, Le geste et la parole (1964, p. 159, 165, 245-249, 262  ; 1965  ; p. 210, 212, 218-219, 224, 229) une approche esthétique et plus cognitive de la couleur qu’il conviendrait aussi de dégager pour penser l’anthropologie générale de la couleur que l’on peut formuler à partir de ces travaux. Dans ces textes des années 1960, il fait en effet de la pratique et des usages de l’ocre l’un des actes au fondement du processus d’hominisation (1964, p. 165), au côté des collections de «  curios  » et des pratiques de sépultures. Cet article n’aborde volontairement pas cette approche de la couleur et se concentre exclusivement sur la période des années 1930 à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ce sont en effet ces textes technologiques, plus «  ethnographiques  » et «  muséographiques  », qui sont particulièrement pertinents à penser dans la perspective anthropologique qui est la mienne. Je ne fais donc pas référence aux travaux archéologiques sur l’art préhistorique et ceux en paléoanthropologie qu’il développe à partir des années 1950, car ce qui m’intéresse dans cet article, c’est de dégager un cadre méthodologique pour mener des enquêtes ethnographiques sur la couleur centrées sur les pratiques plutôt que sur les perceptions, les catégories linguistiques ou les représentations symboliques en usage dans la discipline.

9 Dans leurs travaux (en langue anglaise), Barbara Saunders et Diana Young appellent à une «  re-matérialisation  » de l’anthropologie de la couleur. Leroi-Gourhan, dont l’ouvrage Évolution et techniques n’est pas traduit en anglais, n’est à aucun moment convoqué. Son travail fournirait pourtant à ces recherches un cadre méthodologique et théorique pertinent. Voir Barbara Saunders et Jaap Van Brakel, Theories, technologies, instrumentalities of color : anthropological and historiographic perspectives, Lanham, University Press of America, 2002  ; Barbara Saunders, «  Towards a new topology of color  », dans R. Mc Laury, G. V. Paramei, D. Dedrick (éd.), Anthropology of color, interdisciplinary multilevel modeling, Amsterdam, John Benjamins Publishing Company, 2007  ; Barbara Saunders, The Empire in empiricism: the polemics of color, dans H. Kuklick (éd.), A new history of anthropology, Oxford-Malden, Blackwell, 2008, p. 128-142  ; Diana Young, «  The material value of colour  ; the estate agent’s tale  », dans Home Cultures, Oxford, Berg, vol 1, n° 1, 2004, p. 5-22  ; Diana Young, «  The colours of things  », dans P. Spyer, C. Tilley, S. -Kuechler, W. Keane (éd.), The handbook of material culture, Londres, Sage Publications, 2006, p. 173-185  ; Diana Young, «  Mutable things : colours as material practice in the north west of South Australia  », Journal of the Royal anthropological Institute, 2011, p. 356-371.

10 Il est diplômé en ethnologie en 1936.

11 On trouve ces remarques dans le Manuel d’ethnographie (publié pour la première fois en 1947), qui est la retranscription de son cours d’Instructions d’ethnographie descriptive qu’il donne à l’Institut d’ethnologie de Paris entre 1929 et 1939.

12 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie (1947), Paris, Payot, 2002, p. 66.

13 Ibid., p. 140.

14 Mauss faisait de l’«  armchair anthropology  »  ; ce sont ses élèves successifs qui testeront sur le terrain les assertions professées à Paris.

15 Nathan Schlanger défend en effet l’idée que Leroi-Gourhan cherche, avec Évolution et techniques, à se «  démarquer de Mauss, dont il est à la fois l’héritier et le correcteur  »  ; Nathan Schlanger, «  Une technologie engagée, Marcel Mauss et l’étude des techniques dans les sciences sociales  », dans Marcel Mauss, Techniques, technologie et civilisation, Paris, Presses universitaires de France, 2012, p. 45.

16 Pour le poids de cette tradition en anthropologie de la couleur, Barbara Saunders, The Empire in empiricism : the polemics of color, op. cit.  ; Lorraine Daston et Peter Galison, Objectivité (2007), Dijon, Les Presses du Réel, 2012, p. 318-326  ; Arnaud Dubois, La vie chromatique des objets. Approche anthropologique des couleurs de l’art contemporain, thèse d’anthropologie sociale et ethnologie de l’EHESS soutenue en 2014.

17 Marcel Mauss, Manuel d’ethnographie (1947), op. cit., p. 128.

18 Pseudonyme de l’écrivain et critique d’art anglo-saxonne Violette Paget (1856-1935).

19 Vernon Lee, «  Problèmes et méthodes de l’esthétique empirique  », Journal de psychologie normale et pathologique, janvier-mars 1926, p. 2 et 4.

20 Pour cette question analysée dans un cadre anthropologique, se reporter à Carlo Severi, «  Warburg anthropologue ou le déchiffrement d’une utopie. De la biologie des images à l’anthropologie de la mémoire  », L’Homme, 2003/1, n° 165, p. 77-128.

21 Pseudonyme de l’essayiste et critique d’art suisse Georges de Traz (1881-1980).

22 «  Le mot valeur indique ce que valent une couleur, une nuance, un ton, une teinte, mesurées sur l’échelle graduée entre le blanc et le noir, limites extrêmes de la lumière  », dans Félix Bracquemond, Du dessin et de la couleur, Paris, Charpentier Éditeur, 1883, p. 109.

23 Pour cette question, Jacqueline Lichtenstein, La couleur éloquente, rhétorique et peinture à l’âge classique, Paris, Flammarion, 1989, et Bernard Teyssèdre, Roger de Piles et les débats sur le coloris au siècle de Louis XIV, Paris, La bibliothèque des arts, 1965.

24 Il commence ainsi son article par un lieu commun en opposant peintre et physicien et en citant Eugène Chevreul, Ogden Rood et Thomas Young.

25 Il intéressant de noter qu’Ignace Meyerson, le secrétaire du Journal de psychologie normale et pathologique, organisera un colloque sur la couleur à l’École pratique des hautes études en 1954. Bien que l’approche de la psychologie historique de Meyerson ne soit pas celle de la psychologie expérimentale de Rivers, ces travaux sur la couleur restent tout de même inscrits dans des questions de psychologie et non dans des questions de technologie, comme le défend Leroi-Gourhan dans Évolution et techniques.

26 Simon Schaffer, From physics to anthropology and back again, Cambridge, Prickly Pear Press, 1994.

27 Éric Alliez, L’œil-cerveau, nouvelles histoires de la peinture moderne, Paris, Vrin, 2007  ; John Gage, La couleur dans l’art (2006), Londres, Thames & Hudson, 2009  ; George Roque, Art et science de la couleur (1997), Paris, Gallimard, 2009.

28 Définition du Grand Robert de la langue française.

29 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 161-162.

30 Les données relatives à une pratique d’agglutination des couleurs recueillies sur mon terrain s’inscrivent à l’intérieur de techniques industrielles complexes et fortement protégées. Par exemple, la couleur de l’architecture sur laquelle j’ai enquêté est d’abord une synthèse de molécules colorantes produites dans un laboratoire d’industrie chimique et matérialisée sous la forme d’une pâte pigmentaire (agglutination 1). Celle-ci est ensuite achetée par un industriel du textile. Le laboratoire couleur de cette industrie agglutine cette pâte de couleur à de la plasticine, un type de liant, pour fabriquer une matière couleur utilisable sur la chaîne de production textile. Les agents font varier la viscosité et la teinte des couleurs à l’aide d’un système informatique complexe qui leur fournit un formulaire quantitatif des mélanges à effectuer (agglutination 2). Après avoir produit la couleur, d’autres agents l’agglutinent, par enduisage, à différents tissus composites qui font varier la résistance, la texture ou encore l’apparence de la couleur (agglutination 3).

31 Sophie A. de Beaune, «  La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan. Introduction à son article “L’homme et la nature” paru dans l’Encyclopédie française en 1936  », Documents pour l’histoire des techniques, n° 20, 2e sem. 2011, p. 197-223.

32 Ibid., p. 200.

33 Le processus de patrimonialisation de ces artefacts semble permettre à de plus en plus d’objets ethnographiques d’être considérés à l’intérieur des normes internationales de conservation-restauration des musées d’art. Nous pouvons donc espérer que la connaissance matérielle de ces artefacts s’en trouvera augmentée. La collaboration récente entre le British Museum et le musée du quai Branly sur l’identification des substances tinctoriales de leurs collections de textiles andins est à cet égard révélatrice de cette nouvelle approche.

34 Pour une documentation exhaustive relative aux différents colorants naturels utilisés avant la chimie de synthèse, on pourra se référer aux travaux de Dominique Cardon.

35 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 228-229.

36 André-Georges Haudricourt et Louis Hedin, L’homme et les plantes cultivées (1943), Paris, Métaillé, 1987, p. 7.

37 André-Georges Haudricourt, «  Domestication des animaux, culture des plantes et traitement d’autrui  », L’Homme, n° 2(1), 1962, p. 277. 

38 André-Georges Haudricourt, «  Ethnominéralogie  », dans Jean Poirier (éd.), Ethnologie générale, Paris, Gallimard, 1968, p. 167-171.

39 Si l’ethnobotanique et l’ethnozoologie sont maintenant bien connues, l’ethnominéralogie reste confidentielle. Pourtant Leroi-Gourhan notait dans Milieu et techniques (op. cit., p. 132)  : «  La recherche et l’extraction des substances d’origine minérale devraient former un des plus longs chapitres de l’histoire des techniques. […] Malheureusement, on sait peu de choses du point de vue qui nous intéresse.  »

40 Philippe Descola, La nature domestique. Symbolisme et praxis dans l’écologie Achuar, Paris, Édition de la MSH, 1986.

41 C’est même sur la base de la «  tendance à trancher  » qu’il bâtit toute sa réflexion sur la continuité technique des phases de l’humanité.

42 François Sigaut, «  De la technologie à l’évolution, l’œuvre de Pitt Rivers (1827-1900)  », Gradhiva, n° 8, 1990, p. 30. Il y a, en archéologie préhistorique le travail de Sophie A. de Beaune qui tente de rattraper ce retard mais pas dans une perspective couleur  ; Sophie A. de Beaune, Archéologie du geste, broyer, moudre, piler, des premiers chasseurs aux premiers agriculteurs, Paris, CNRS Édition, 2000.

43 Claude Lévi-Strauss écrit  : «  … nous avons lui et moi essayé de faire à peu près la même chose…  », dans André Leroi-Gourhan ou les voies de l’homme, actes du colloque du CNRS, Paris, Albin Michel, 1987, p. 205. On peut cependant regretter que les travaux de tradition structuraliste s’intéressent, dans les objets, plus souvent à la question des représentations au détriment de celle des pratiques.

44 Ibid., p. 204.

45 Les mots soulignés sont des expressions de Leroi-Gourhan que reprend Lévi-Strauss.

46 Claude Lévi-Strauss, Le cru et le cuit, Mythologiques I, Paris, Plon, 1964, p. 327-328.

47 Pour une perspective contemporaine de cette notion et sa portée analytique, se reporter à Ludovic Coupaye, Growing artefacts, displaying relationships, yams, art and technology amongst the Nyamikum Abelam of Papua New Guinea, Oxford, Berghahn Books, 2013.

48 Leroi-Gourhan aimait à dire que «  pénétrer dans le domaine technologique suppose une formation de technicien  ». J’ai mené, de 2003 à 2009, un travail plastique centré sur la couleur dans lequel j’ai produit des pièces qui mettaient en œuvre de nombreuses techniques de couleurs.

49 Sophie A. de Beaune, «  La genèse de la technologie comparée chez André Leroi-Gourhan…  », op. cit., p. 201.

50 Pour aller plus loin dans le contexte du musée de l’Homme, Christine Laurière, Paul Rivet, le savant et le politique, Paris, MNHN, 2008, p. 341-426, et Nina Gorgus, Le magicien des vitrines  : le muséologue Georges Henri Rivière, Paris, MSH, 2003.

51 Anatole Lewitsky (1903-1942) a été le premier responsable du département de Technologie générale et comparée du musée de l’Homme de 1939 à 1941.

52 Philippe Soulier, «  André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées (Japon, avril 1937-mars 1939)  », Techniques et culture, n° 57, 2011/2, p. 62-63.

53 Joseph Hackin (1886-1941) a été le secrétaire d’Émile Guimet avant de devenir conservateur du musée Guimet à partir de 1913.

54 Jean Buhot (1885-1952) était professeur d’art chinois et japonais à l’École du Louvre (où Arlette Leroi-Gourhan, la femme d’André, était élève) et travaillait au musée Guimet.

55 André Leroi-Gourhan, «  L’ethnologie et la muséographie  », Revue de synthèse, t. XI, 1, février 1936, p. 28.

56 Pour cette question rapportée au contexte étroit de la couleur, voir notamment Andrew Jones, «  A biography of colour : colour, material histories and personhood in the Early Bronze Age of Britain and Ireland  », dans Andrew Jones, Gavin MacGregor (éd.), Colouring the Past, Oxford, Berg, 2002, p. 159-174.

57 Ph. Soulier, «  André Leroi-Gourhan, collecteur d’objets pour les musées…  », op. cit., p. 72.

58 Pour l’histoire du département de Technologie comparée et de la Salle des arts et techniques, Françoise Cousin, «  Le département de technologie comparée du musée de l’Homme et Hélène Balfet  », dans F. Cousin et C. Pelras (dir.), Matières, manières et sociétés  : hommage à Hélène Balfet, Aix-en-Provence, Université de Provence, 2010, p. 51-53, et Fabrice Grognet, «  Les deux «  vies  » de la salle des Arts et Techniques  », ibid., p. 55-63. Ce département n’existe plus, ni au musée du quai du Branly, ni dans le projet de réorganisation du nouveau musée de l’Homme. En revanche, un laboratoire d’analyse a été créé au quai Branly, ce qui est un apport non négligeable pour l’étude technique des artefacts. Mais c’est là un projet à vocation technique d’analyse et de conservation préventive et non pas, comme le département de Technologie comparée du musée de l’Homme, un projet conceptuel d’approche anthropologique totale.

59 Philippe Soulier, «  André Leroi-Gourhan, de la muséographie à l’ethnologie (1934-1946)  », dans J. Christophe, D.-M. Boëll, R. Meyran (dir.), Du folklore à l’ethnologie, Paris, MSH, 2009, p. 214.

60 Ces questions sont abordées notamment dans André Leroi-Gourhan, Le geste et la parole. La mémoire et les rythmes (1965), Paris, Albin Michel, 2004, p. 224, où il développe une pensée esthétique de la couleur en tant que «  figuralisme plastique  » non graphique.

61 A. Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière (1943), op. cit., p. 228.

62 Pierre Lemonnier, «  Une anthropologie – et non une encyclopédie – des techniques  », dans Hommages à André Leroi-Gourhan. Leçons et images d’un patron, Terrain, n° 7, 1986, p. 75.

63 Dominique Cardon, Le monde des teintures naturelles, Paris, Belin, 2003, p. 37-38.

64 André Leroi-Gourhan, «  Notes sur les rapports de la technologie et de la sociologie  », L’Année sociologique, 1949, 3° série, t. II, p. 766.

65 Pour reprendre l’expression de Clifford Geertz dans «  La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture  », Enquête, n° 6, 1998, p. 73-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Dubois, « Le geste et la couleur »Artefact, HS 01 | 2015, 177-192.

Référence électronique

Arnaud Dubois, « Le geste et la couleur »Artefact [En ligne], HS 01 | 2015, mis en ligne le 28 avril 2021, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7439

Haut de page

Auteur

Arnaud Dubois

Anthropologue, docteur de l’EHESS (2014) et diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (2008), Arnaud Dubois travaille sur les pratiques de colorisation dans l’art contemporain et la construction des savoirs chromatiques modernes. Il a été boursier du département de la recherche du musée du quai Branly en 2013-2014. Il est à ce jour l’auteur de plusieurs articles scientifiques en cours de publication, dont «  Comment avez-vous choisi vos couleurs  ? Je leur dis, j’ai jamais choisi. Ethnographie d’une pratique de colorisation dans l’art contemporain  » (2015), «  Extension of the propreties of nature and development of material culture : Indigenous American uses of the coloured soils and dyes juices  » (2015) et «  Couleurs de l’arc-en-ciel et anthropologie  : du laboratoire au terrain  » (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search