Navigation – Plan du site

AccueilNumérosHS 01DocumentsFrançois Sigaut, la technologie e...

Documents

François Sigaut, la technologie et la politique du patrimoine ethnologique

Noël Barbe
p. 113-130

Résumés

En 1987, François Sigaut, répondant à une commande, écrit un Rapport au Conseil du Patrimoine ethnologique sur le thème « culture technique ». Le conseil du Patrimoine ethnologique, comme la mission qui l’accompagne, sont installés au ministère de la Culture au début des années 1980. Cette installation peut être lue comme une opportunité partagée entre une politique et une discipline. La discipline, l’ethnologie de la France, manque à ce moment-là de lieux propres et son objet, le « proche », fait par ailleurs discuter sa légitimité scientifique. La politique, installée à la direction du Patrimoine du ministère, entend réguler des activités patrimoniales amateures qui alors foisonnent. François Sigaut est nommé membre du conseil du Patrimoine ethnologique à l’occasion de son renouvellement de 1984.
Prenant ce Rapport comme une contribution à la définition de ce que serait une bonne situation cognitive selon son auteur, il nous semble qu’il entre en tension avec certaines des positions et intentions qui ont conduit à une politique du patrimoine ethnologique. De plus, F. Sigaut s’y montre critique sur les ressources cognitives de l’ethnologie et parfois sa faible portée heuristique s’agissant de technologie. Ces tensions, parce qu’elles portent sur ce qui fonde une discipline (un objet, un programme, une division du travail, des conditions de validation, un cadastrage…) sont essentielles et F. Sigaut y reviendra dans sa volonté et ses essais de construire la technologie comme science sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Sigaut, Rapport au Conseil du Patrimoine ethnologique sur le thème « culture technique », (...)

« […] Décrire un tire-bouchon est une tâche qui relève pleinement de l’anthropologie. »
François Sigaut1

  • 2 Journal officiel, 19 avril 1980.

1L’histoire des politiques patrimoniales publiques nationales est, en 1978, marquée par la décision du conseil des ministres du 9 août d’instituer une direction du Patrimoine au sein du ministère de la Culture, regroupant les Monuments historiques, l’Inventaire général et l’Archéologie. C’est en son sein que la mission du Patrimoine ethnologique [désormais MPE] est créée, le 15 avril 1980, accompagnée d’un conseil du Patrimoine ethnologique [désormais CPE]. Selon l’article 2 de l’arrêté du 15 avril 19802, le rôle de la mission est circonscrit au secrétariat du conseil et de sa commission permanente. Le CPE, son nom l’indique, se voit confier le rôle de conseiller le ministre de la Culture sur la connaissance, la préservation et la mise en valeur du patrimoine ethnologique, ainsi que sur les éléments d’une politique du patrimoine ethnologique, en particulier s’agissant de recherche. Pour ce faire, il donne des avis sur des projets scientifiques et culturels « à dimension ethnologique » qui sollicitent un soutien financier du ministère, et il est consulté sur les actions de protection et de conservation des « biens ethnologiques ». Il peut l’être aussi « sur toute action propre à encourager la formation de spécialistes et, plus généralement, des personnes désireuses d’agir en faveur du patrimoine ethnologique ». Enfin, il propose des « actions de sensibilisation, de diffusion et d’information ».

  • 3 François Sigaut, « L’apprentissage vu par les ethnologues. Un stéréotype », dans Denis Chevallier ( (...)

2François Sigaut est nommé membre dudit CPE à l’occasion de son renouvellement en 1984. Ses membres sont distribués en différentes catégories, de droit (ministère de la Culture, ministère de la Recherche, etc.), désignés par le CNRS et par l’Éducation nationale, personnalités « choisies pour leurs compétences » par le ministre de la Culture et enfin « membres d’associations ou organismes culturels ayant une activité dans le domaine du patrimoine ethnologique ». François Sigaut entre dans ce dernier ensemble avec Jean Hurstel, directeur du Centre d’animation culturelle de Freyming-Merlebach, Jean-Yves Vieillard, conservateur du musée de Rennes, et Pierre du Pontavice, directeur de la Fédération des parcs naturels régionaux. À côté de son statut de maître--assistant à l’EHESS, c’est son implication au sein de l’association internationale des musées d’agriculture qui est mise en avant ; il en est le secrétaire depuis 1981. En novembre 1987, répondant à une demande qui lui a été faite3, il signe ce Rapport au Conseil du Patrimoine ethnologique sur le thème « culture technique ».

  • 4 On peut penser qu’il a participé à son intérêt pour la transmission des savoirs et à certaines situ (...)

3Pourtant, il nous semble tout d’abord que les conditions de ce que serait une bonne situation cognitive selon ce Rapport – mis en relation avec des textes antérieurs et postérieurs de son auteur – entrent en tension avec celles que l’on a pu repérer dans les intentions qui ont conduit à l’installation de la MPE et du CPE. Ensuite, si François Sigaut a participé aux travaux du CPE et l’a accompagné lors de certains de ses travaux sur les savoir-faire et les techniques4, pointant la place qu’ils tenaient, ses relations sur ces sujets avec l’ethnologie n’en sont pas moins critiques. Ce seront ces deux points que nous aborderons ici.

Situations cognitives du patrimoine ethnologique

  • 5 Pierre Nora, « La ruée vers le passé », Magazine littéraire, hors-série, La passion des idées, 1996 (...)
  • 6 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, 20 (...)

4CPE et MPE peuvent et doivent être lus comme des instruments de l’action publique en matière de patrimoine. Certains auteurs, de Pierre Nora à Herman Lebovics5, par exemple, s’entendent sur la nécessité d’effectuer un cadrage politique de l’analyse de cette création. Ils invitent donc à les lire comme un appareil étatique de contrôle. Enfourchement et politisation scientifique d’un rapport au passé porté par les associations extrêmement nombreuses de défense du patrimoine, ou de culture et de loisirs pour le premier. Volonté de contrôle des mouvements régionalistes dans le cadre de l’État-Nation pour le second. Changeant de focale, c’est plutôt au niveau des pratiques et des opérations par lesquelles sont gouvernés les hommes et les choses que la spécificité de la MPE et du CPE peut être lue, faisant référence au renversement opéré par la notion de gouvernementalité de Michel Foucault6, bref la mission du Patrimoine ethnologique comme « ensemble pratique ».

  • 7 Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier et al. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences (...)

5Éprouver cette hypothèse de la mission du Patrimoine ethnologique comme ensemble pratique de régulation des pratiques patrimoniales suppose de s’intéresser aux particularités de sa configuration, « le patrimoine ethnologique » ne prenant sens que dans celle-ci. Contrairement à d’autres missions ou départements ministériels7, le rôle qui semble lui être attribué n’est ni de prospective ni d’évaluation de l’action publique ; il ne semble pas non plus s’épuiser dans une volonté caméralisatrice de l’ethnologie ou dans un processus de mobilisation de la discipline pour participer à la planification de l’action publique, comme ce fut le cas des sciences sociales dans les premières années d’existence du ministère de la Culture.

  • 8 Redjem Benzaïd, L’ethnologie de la France. Besoins et projets, Paris, La Documentation française, 1 (...)
  • 9 Ibid., p. 39.
  • 10 Claude Rouot, « Quelles filières pour les métiers du patrimoine ? La politique de formation de la m (...)
  • 11 Il est alors titulaire de la chaire de sociographie de l’Asie du Sud-Est du Collège de France. Le g (...)
  • 12 La liste comporte 20 noms, parmi lesquels suggestion est faite de déterminer 12 titulaires et 8 sup (...)
  • 13 Michel Valière, « Des ethnologues régionaux. Synthèse des bilans établis par les ethnologues région (...)

6À côté de cette indécision de positionnement, l’autre particularité de cette institutionnalisation d’une volonté de contrôle réside dans le fait que la MPE ne dispose en propre d’aucun point d’appui législatif. Elle illustrerait ainsi, dans le domaine patrimonial, un régime d’action fondé sur la normalisation disciplinaire, établissant une délimitation entre des manières légitimes et illégitimes de faire, de travailler sur du patrimoine dit ethnologique : ethnologie amateur ou « sauvage » versus professionnelle, ethnologie du soi versus regard objectivant. Bref, les bons moyens de traitement de l’objet patrimonial ethnologique dans une position d’intermédiation plus que de réglementation, position en débat tout au long de l’histoire de la MPE. Parmi ces modes d’action sur l’action des autres, puisqu’il s’agit tour à tour de la chevaucher, de la contrôler ou de la structurer en propre, l’un d’entre eux paraît alors comme prégnant, la politique de formation. Le 28 décembre 1978, Jean-Philippe Lecat, alors ministre de la Culture, avait confié à Redjem Benzaïd, inspecteur général des finances, la présidence d’un groupe d’experts chargé « d’étudier le contenu d’une politique nationale du patrimoine ethnologique dans les domaines de la recherche et de la formation, de l’action culturelle, de la conservation et de la diffusion8 ». Installé le 15 janvier 1979, le groupe de travail rend ses conclusions en octobre 1980. L’application de l’anthropologie à la question patrimoniale comme circulation de ses savoirs vers un public non spécialiste ou amateur y est omniprésente. Carence en matière d’enseignement, absence d’instruments pédagogiques sont pointées. La sensibilisation qui s’adresse « au grand public9 » et la formation à destination des responsables directs du patrimoine, des enseignants et animateurs, des agents locaux, sont posées comme l’un des préalables, avec la recherche, d’une politique d’ensemble. En 1981, est créé un groupe de travail « Formation » au sein du CPE « pour répondre à des questions ainsi formulées : qui former ? quoi enseigner ? qui enseignera ?10 ». Lucien Bernot en est l’« animateur »11 et, parmi ses propositions finales, figure la mise en place d’un « Comité permanent “formation” » pour lequel François Sigaut est proposé12. Des cycles de formation sont mis en place par la MPE et l’Institut du patrimoine comme, en 1987-1988, « Ethnologie de la France et patrimoine » entre Toulouse, Grenoble et Rennes. En 1988, dans une synthèse des bilans de leurs actions établis par les « ethnologues régionaux », une partie consacrée à la politique de formation, largement développée, indique combien celle-ci est prégnante à côté, mais de pair avec des opérations de « structuration » du milieu associatif et des institutions13. Pastoralisme et prosélytisme comme cadrage en quelque sorte.

7C’est une autre situation cognitive pour la technologie – comprise comme une branche des sciences sociales qui prend les techniques comme objet – que François Sigaut esquisse dans son Rapport. Elle a pour traits ce que doivent être les producteurs de savoirs, les relations entre ces derniers, les ressources de l’interprétation et de l’explication, la question du « sens commun », les rapports entre disciplines et la question des héritages théoriques.

Producteurs de savoirs

  • 14 Jacques Rancière, Le maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, (...)
  • 15 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 30.
  • 16 Ibid.
  • 17 Ibid., p. 31.

8En relation avec ce contexte et s’agissant de politique des savoirs – soit la distribution de leurs éléments selon les capacités attribuées aux uns et aux autres14 –, le Rapport au Conseil du Patrimoine ethnologique sur le thème « culture technique » comporte une partie consacrée aux rapports entre patrimoine et culture technique, dans laquelle François Sigaut entend proposer des « suggestions concrètes […] en matière de sauvegarde et valorisation du patrimoine ethnologique15 ». Pour ce faire et pour cette partie-là, il va se livrer à une définition de la culture technique, distinguant un sens anthropologique, c’est-à-dire l’ensemble des savoirs matériellement efficaces mis en œuvre dans une profession, d’« une connaissance cultivée des techniques en général16 ». Le geste de sauvegarde de savoirs techniques, leur mise en patrimoine les font passer d’un univers réel de pensée d’un groupe professionnel à un ensemble sauvegardé. Promus, ils le sont au prix d’un passage dans le domaine de la connaissance cultivée. « Les cultures techniques réelles sont liées aux groupes locaux où elles sont produites […] nous ne pouvons les extraire de leurs conditions d’existence, et encore moins les reproduire17. » C’est cette connaissance cultivée que F. Sigaut nomme « culture technique » et qu’il caractérise tout à la fois par une érudition technographique et une expérience d’activité matérielle. La seconde en tant qu’expérience réfléchie de la matière est fondatrice et ses praticiens peuvent contribuer à l’ethnologie comme, par exemple, les amateurs de plaisance à l’ethnologie maritime. L’érudition technographique est indispensable, écrit-il, sous peine de sombrer dans l’incohérence à laquelle seuls deux points de vue peuvent à ses yeux échapper : celui du praticien d’un côté, celui de l’ethnologue ou de l’historien de l’autre. Seules ces deux positions seraient légitimes et permettraient la construction de savoirs, les autres conduisant à la nostalgie ou à l’idéologie. C’est sans doute là tout à la fois une parenté et une distance avec la position définie par le rapport Benzaïd. Une distance parce qu’ici les termes « ethnologue » ou « historien » ne semblent pas nécessairement renvoyer à une disqualification de l’amateur.

  • 18 Stanley Fisch, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Prair (...)
  • 19 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 11.
  • 20 Au sens de John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010.

9Dans le corps du Rapport, évoquant le domaine de la recherche sur les activités navales, il pointe les atouts dont jouit ce secteur qu’il décrit comme modèle par la coopération entre disciplines mais aussi entre acteurs de statuts différents par rapport à la recherche, par l’appui d’un public nombreux et compétent. Un public, des universitaires, du personnel muséal, des collectionneurs, des érudits, mais aussi des informateurs forment ainsi ce milieu, on pourrait dire une communauté d’interprétation18. L’existence « de « découverte[s] sensationnelle[s] » en ce domaine témoigne de connaissances partagées, d’un « accord sur l’inventaire de ce qui est connu et de ce qui ne l’est pas, et sur l’état des questions19 ». Si F. Sigaut ne détaille pas là la division des tâches et des attentions qu’il pointe avec ses différentes catégories de « publics »20, plus tard, s’agissant des rapports entre histoire et techniques et revenant sur la question des amateurs, il leur donne un rôle actif dans l’élaboration du savoir et non le seul à être formés.

  • 21 François Sigaut, « Les techniques et l’histoire. D’où vient l’incompatibilité ? », dans Sophie A. d (...)

« […] Nonobstant quelques exceptions illustres (Maurice Daumas, Bertrand Gille…), l’histoire des techniques est presque tout entière le fait d’amateurs, dont Lefebvre des Noëttes et J. Sruytte, anciens militaires, nous offrent un modèle tout à fait classique. Cette histoire d’amateurs a en effet un long et riche passé qui mériterait d’être mieux connu. Mais elle a aussi un avenir. Les « jeunes retraités » sont de plus en plus nombreux à s’y mettre, soit pour mieux comprendre l’histoire de leur métier, soit parce qu’ils y trouvent un nouveau terrain pour leur savoir-faire (soit les deux). C’est une évolution qui est très positive à condition que les historiens universitaires acceptent, de leur côté, d’élargir la conception traditionnelle qu’ils se font de l’histoire. […] L’amateurisme, par exemple, est habituellement condamné sans nuances. C’est oublier que pendant plus de deux siècles, les “amateurs” ont vu plus juste que les “savants” qui les snobaient, et que même aujourd’hui le professionnalisme académique a aussi ses mauvais côtés (conformisme, esprit de corps, etc.)21. »

  • 22 François Sigaut, « Les raisons de la technologie », inédit, 2008.
  • 23 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 2.
  • 24 François Sigaut, « Les techniques américaines », inédit, 2008.

10Il tend ainsi à qualifier différemment la situation cognitive dans le cadre de compréhension qui est le sien – la fondation ou la reconnaissance de la technologie comme science humaine –, la peuplant de praticiens des techniques, d’érudits technographes, d’historiens et d’ethnologues, qu’ils soient ou non académiques. Restent les questions de nostalgie et d’idéologie qui, peut-être, rapprochent la position de F. Sigaut de celle du groupe Benzaïd, mais il est difficile d’en trouver des définitions, sinon de constater qu’il l’associe à des « mythes » et des « malentendus22 », à des « valeurs douteuses23 » que l’on peut opposer à une « conception globale » enracinée dans la pratique24.

  • 25 Noël Barbe, « Actions patrimoniales », Les Nouvelles de l’archéologie, 2003, p. 5-7.
  • 26 CPE, 24 juin 1985.
  • 27 François Sigaut, « Les musées d’agriculture dans le monde et en France », Techniques et culture, n° (...)

11La question d’une articulation entre recherche ethnologique et, par extension, entre sciences sociales et action patrimoniale25 traverse la MPE et le CPE, parce que cette mission est installée dans un département qui administre le patrimoine, parce que l’ethnologie s’y qualifie via la question patrimoniale et parce qu’elle a été parfois au cœur de l’action des conseillers à l’ethnologie dans les directions régionales des Affaires culturelles. En 1982, Jack Lang fait entrer de nouvelles personnalités qualifiées dans une visée de composition entre recherche et action culturelle. Il n’est pas inintéressant que, de ce point de vue, au CPE du 24 juin 1985, rebondissant sur la remarque d’un participant s’interrogeant « sur le fait que l’on ait envisagé jusqu’ici le problème du statut des ethnologues des collectivités uniquement en fonction de leur statut de chercheur », F. Sigaut l’approuve et fait remarquer que « l’ethnologie est la seule discipline dont l’enseignement ne s’intéresse qu’à la fonction de chercheur, en gommant les autres rôles que peut remplir un scientifique26 ». Plus tard, écrivant sur les associations nationale et internationale des musées d’agriculture : « C’est en participant à de telles associations que les chercheurs et les universitaires ont aujourd‘hui, me semble-t-il, la possibilité de sortir utilement de cette fameuse tour d’ivoire qu’on leur reproche tant27. »

Irréduction des savoirs

  • 28 Ainsi, les néo-ruraux et le jardinage dans le Couserans ariégeois ou la saliculture en Bretagne. Vo (...)
  • 29 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 19.
  • 30 Ibid., p. 21, n. 6.
  • 31 Ibid.
  • 32 Ibid.
  • 33 François Sigaut, « La technologie de l’agriculture. Terrain de rencontre entre agronomes et ethnolo (...)

12La première des caractéristiques d’une situation cognitive serait donc, pour François Sigaut, un nouveau réglage des rapports entre praticiens, amateurs et monde académique dans la composition d’une communauté d’interprétation. Elle est à mettre en rapport avec une seconde, une sorte de traitement égalitaire des savoirs. Cherchant les conditions particulièrement heuristiques en matière d’approche des savoirs, il donne les situations de confrontation – celle où les partenaires sont dans l’obligation d’expliciter leurs caractéristiques culturelles spécifiques28 – comme une voie « royale29 » pour la recherche. Prenant le cas qui lui paraît le plus avancé de ce point de vue, celui de l’agriculture, il plaide pour l’irréduction des savoirs paysans à une simple dimension empirique – même si elle importe –, « c’est-à-dire sans contenu conceptuel30 », une telle réduction allant de pair avec le recouvrement d’un savoir – paysan – par un autre – scientifique. « […] Les scientifiques sont alors tout disposés à leur […] fournir [un contenu conceptuel], sous la forme d’“explications” en termes physiques ou biologiques31 », ainsi de la position de Geneviève Delbos et Paul Jorion définissant le savoir procédural comme « a-théorique » ou de certains des travaux sur les pratiques fromagères. Loin de permettre de comprendre les savoirs à l’origine des pratiques, une telle approche « leur en substitue d’autres32 ». On retrouve là en creux la dissociation que fait F. Sigaut entre développement des sciences et développement des techniques, affirmant le caractère rationnel de l’activité technique et définissant la technologie comme une épistémologie33.

  • 34 Ibid., p. 105-106. On peut faire le parallèle avec André-Georges Haudricourt répondant à Mariel-J. (...)

« On a trop facilement tendance aujourd’hui […] à réduire les techniques au rang de sciences appliquées […]. La manivelle, l’étrier, la charrue, la faux sont des outils parfaitement rationnels, qui résultent chacun d’un long processus d’inventions cumulées, mais la science n’a été pour rien, et même ne pouvait être pour rien dans leur élaboration. […] C’est un postulat de base de la technologie qu’il y a un cheminement aussi rigoureux, cohérent et rationnel de la pensée technique d’invention en invention, que celui de la pensée scientifique de découverte en découverte34. »

  • 35 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 16.

13Parmi les travaux cités en exemple, se trouvent ceux de Nicourt et Filippi, publiés dans Techniques et culture, préconisant une approche en deux temps : une observation et une analyse des activités que l’on soumet ensuite aux personnes observées « pour recueillir auprès d’elles leur propre analyse ». « Voie très intéressante pour accéder aux savoirs », continue F. Sigaut, et « qui pourrait permettre de sortir des banalités habituelles » parmi lesquelles les termes « étique » et « émique »35.

Registres explicatifs

14Une troisième caractéristique consisterait en un autre réglage des rapports entre compréhension et explication, débat récurrent et répétitif en sciences sociales. Dans son Rapport, F. Sigaut s’insère dans le débat entre deux versions alors débattues de l’anthropologie : l’une interprétative, l’autre explicative, ce qui revient à prendre position sur l’objet légitime de cette discipline et ses modèles d’intelligibilité. Pour cela, il convoque à la fois Nigel Barley et Dan Sperber. Le premier écrivant ses échecs, dans une posture de démythification de l’ethnologue sur le terrain, décrit une incompétence complète des Dowayo du Cameroun en matière de relation à la nature et de gestion de leurs ressources, tournés essentiellement qu’ils sont vers un système symbolique porté par la circoncision :

  • 36 Nigel Barley, Un anthropologue en déroute, Paris, Payot, 1992, p. 141. Ce livre a reçu au sein de l (...)

« La vérité, c’est que les Dowayo en savent moins que moi sur les animaux de la savane africaine. Tout au plus sont-ils capables de faire la distinction entre la trace des roues d’une moto et les empreintes des hommes […]. Ils sont incapables de reconnaître un oiseau ou un arbre avec certitude […]. Ils ont exterminé presque tout le gibier en le piégeant sans discernement36. »

  • 37 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6-7.
  • 38 F. Sigaut, « Postface », dans André-Georges Haudricourt, Des gestes aux techniques. Essai sur les t (...)

15Si le but de l’ethnologie est « d’élucider la vision du monde et d’eux-mêmes qu’ont les gens eux-mêmes » – une version donc interprétative –, ce serait alors elle qui serait la condition d’une attention de l’ethnologue pour les techniques, attention qui alors courrait le risque d’être parfois extrêmement réduite. Le partage des activités entre celles qui seraient techniques et celles qui ne le seraient pas revêt un « caractère idéologique »37. Ailleurs, revendiquant et reprenant la question de l’implicite, telle que Haudricourt l’a utilisée, suivant l’exemple de la grammaire connue de tous les locuteurs d’une langue mais jamais explicitée, il inclut dans l’implicite des cultures « la plupart des activités techniques38 ».

  • 39 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6-7.

16Le risque de minoration de l’objet « technique » semble faire pencher F. Sigaut vers une anthropologie explicative, s’associant à une posture de critique de l’interprétation. « […] Cette conception revient à admettre que l’idéologie ou le symbolique “expliquent” les comportements réels, et ce qui est pour le moins critiquable, et de plus en plus critiqué39. »

17Dans Le savoir des anthropologues, le second auteur convoqué par Sigaut, Dan Sperber, plaide pour une autonomisation entre une ethnographie à vocation interprétative et une anthropologie à vocation explicative, l’une science de l’expérience humaine, l’autre science des causalités.

  • 40 Dan Sperber, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 1982, p. 47.

« L’anthropologie a pour tâche d’expliquer les représentations culturelles, c’est-à-dire de décrire les facteurs qui déterminent la sélection de certaines représentations et leur partage par un groupe social. L’ethnographe a pour tâche, non point unique mais principale, de rendre intelligible l’expérience d’êtres humains telle que leur appartenance à un groupe social contribue à la déterminer40. »

  • 41 François Sigaut, « La formule de Mauss », Techniques et culture [En ligne], n° 40, 2003, p. 2, mis (...)

18François Sigaut s’appuie sur cette critique, semble la rejouer et se positionner du côté d’une science explicative où la technique ne peut être réduite à la vision, parfois minorante, qu’en ont les groupes sociaux qui la pratiquent, et doit être réinterprétée par l’anthropologue dans des réseaux de causalité… dans lesquels l’idéologie ou le symbolique peuvent être réinsérés. Faut-il y voir là un enfermement dans une seule conception nomologique des sciences sociales ? Loin d’entrer pleinement dans ce débat complexe, il nous faut rapidement souligner que F. Sigaut plaidera plus tard pour un autre ajustement des rapports entre intentionnalité et causalité tels que le xixe siècle, renvoyant l’intentionnalité « aux choses de l’esprit41 », les avait instaurés.

  • 42 Ibid., p. 2-5.

« D’autres encore introduiront la distinction entre explication et interprétation. Expliquer un fait, c’est le rapporter à des causes matérielles comme cherchent à le faire les sciences de la matière. L’interpréter, c’est découvrir le sens qu’il a pour un sujet. […] Et comme les sciences sociales se sont elles-mêmes construites sur le modèle des sciences de la nature, on peut se demander si l’interprétation n’est pas un principe résiduel, dont le domaine d’application est voué à se réduire jusqu’à peut-être disparaître tout à fait. […] Je ne suis pas de cette opinion, bien que je croie qu’il ne faille pas la sous-estimer. […] Croire qu’on peut se contenter de les interpréter, c’est croire qu’on peut séparer l’intention de son objet, de ses moyens, de ses déterminations. C’est, en somme, réduire l’intentionnel à l’irrationnel, c’est-à-dire à l’arbitraire, au symbolique, pour ne pas dire au fantasme42. »

19À son positionnement du côté d’une version explicative de l’anthropologie dans son rapport au CPE fait écho une nouvelle discussion seize années plus tard. Elle se fait sans minimiser la question de l’interprétation :

  • 43 Ibid., p. 5.

« Ce qui est indéniable, c’est que dans la mesure où elle s’est voulue une discipline entièrement interprétative, l’anthropologie dite postmoderne (je me demande bien pourquoi) s’est enfermée dans une impasse. Car les activités humaines ne sont pas seulement intentionnelles, elles sont aussi et d’abord matérielles, le plus souvent même elles sont intentionnellement matérielles43. »

  • 44 Simone Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, Paris, Gallimard, (...)

20Autrement dit, dans un double renversement, on ne peut dissocier les aspects matériels et intentionnels de l’action humaine parce qu’elle est les deux à la fois, et que la mise en route d’une intention requiert le matériel sous peine de la réduire à l’irrationnel. C’est au bout du compte ce qui peut fonder la possibilité de la technologie comme science humaine. Dans son introduction aux textes d’André-Georges Haudricourt rassemblés dans le volume La technologie science humaine, il cite Simone Weil, elle-même citant, de façon un peu inexacte d’ailleurs, Marx dans Le 18 Brumaire de L. Bonaparte : « Les hommes font leur propre histoire, mais dans des conditions déterminées44. »

« Sens commun »

21Ce triple réglage – celui de la légitimité des producteurs de savoir, des rapports entre savoirs et des registres explicatifs – ne nécessite pas de disqualifier le « sens commun ». Dans Homo faber. Documents d’un débat oublié, 1907-1941, F. Sigaut écrit sur Émile Meyerson, intéressé qu’il dit être par sa « réhabilitation du sens commun ». Ce dernier, plus tard critiqué par Gaston Bachelard et Jean Piaget, défend la continuité entre connaissance commune et connaissance scientifique :

  • 45 Émile Meyerson, Identité et réalité, Paris, Vrin, 1951, p. 143.

« Il devient évident qu’en formant ces concepts des objets extérieurs selon le système du sens commun, notre entendement n’a pas suivi d’autres règles que celles que nous lui avons reconnues en scrutant les procédés de la science45. »

  • 46 F. Sigaut, Homo faber…, op. cit., p 46.
  • 47 Ibid., p. 148.

22François Sigaut définit alors le sens commun comme étant « la culture des anthropologues », c’est-à-dire « l’ensemble des connaissances qui vont de soi dans un groupe social donné à un moment donné de son histoire46 ». Il y revient dans Comment Homo devint faber, introduisant la question de l’expérience : « […] ce que je propose d’appeler le sens commun : l’ensemble innombrable des expériences ordinaires que nous partageons avec nos semblables, et qui nous permettent de nous entendre avec eux sans mot dire sur une foule de choses, qui font l’ordinaire notre vie commune. » En quelque sorte l’implicite d’un commun. Il y a ajouté les conventions et les fictions qui ont autant de force que les expériences véritables parce qu’elles sont partagées et reconnues pour ce qu’elles sont. Sous sa plume, la question des croyances fausses, de l’erreur au mensonge, ne relève pas de la gravité : « Ce qu’on peut […] répondre [aux contempteurs du sens commun], c’est que l’erreur n’est que le revers nécessaire de la médaille47. »

Disciplines

  • 48 Il y revient dans D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, op. cit.
  • 49 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 16.
  • 50 Outre le rapport déjà cité, on pourra se reporter à propos de cette démarche de recherche à Blandin (...)

23Le cinquième réglage que propose F. Sigaut pour l’étude des savoirs et savoir-faire est la collaboration entre disciplines, jugeant à travers la lecture des rapports de recherche à la MPE que l’ethnologie réduite à ses moyens n’a pas de problématique satisfaisante. Il souligne en particulier la grande banalité du traitement de l’apprentissage qui y est à l’œuvre48. Parmi « les ressources de l’interdisciplinarité49 », c’est tout d’abord la psychologie culturelle qui est citée, dont l’objet est « de rendre compte des savoirs et de leur acquisition sans les dissocier de leur contexte culturel ». La difficulté du rapport avec les ethnologues serait alors la question de l’échelle. F. Sigaut reprenant, encore une fois, la métaphore du langage, oppose l’image du phonéticien qui étudierait les sons d’une langue sans que personne ne puisse lui donner le sens que ces sons véhiculent. Il renvoie là aux travaux de Blandine Bril, membre du laboratoire de psychologie de l’EHESS et auteur, en 1986, d’un rapport de recherche pour la MPE, Gestualité et identité culturelle, dont l’objet est l’analyse des gestes de percussion chez différents artisans de Normandie. Chacun de ces gestes ayant été filmé, le travail porte sur la posture et le mouvement entendu comme le déplacement dans l’espace de segments corporels. Pour l’analyse, le mouvement est réduit à un ensemble de coordonnées de points spatiaux50.

24Les autres disciplines sont l’ergonomie et la psychologie du travail. L’ergonomie – qui a découvert André Leroi--Gourhan – a pour intérêt d’avoir un point de vue sur les différentes tâches réalisées par un opérateur, là où l’ethnologie a une approche plutôt en terme de filière, suivant les états successifs de la matière en cours de transformation.

  • 51 F. Sigaut, « La technologie de l’agriculture… », op. cit., p. 105.

25Dans cette économie des disciplines, si l’on suit ce que F. Sigaut écrivait un peu plus de dix ans plus tôt, c’est bien l’élaboration d’une discipline autonome qui est visée : « […] la technologie est par elle-même une discipline fondamentale et, à ce titre, elle n’a nul besoin d’alibi sociologique ou autre51. »

Régler les héritages

  • 52 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 13.

26Enfin le sixième réglage opéré par François Sigaut est celui des héritages théoriques. Pour exemple, il pense nécessaire une réévaluation de l’œuvre d’André Leroi--Gourhan qui « a sur les recherches technologiques l’effet paralysant de tous les dogmatismes » et qu’il est nécessaire de soumettre « à une critique approfondie ». La remarque est d’autant plus intéressante que, comme il le souligne, la tâche peut apparaître comme « presque sacrilège52 ».

Les attentions pour la technologie

27On le sait, François Sigaut appelait de ses vœux une technologie science humaine, convoquant régulièrement la citation de Marcel Mauss sur sa minoration dans le concert des sciences humaines. Ainsi, et pour exemple :

  • 53 François Sigaut, « La technologie de l’agriculture. Terrain de rencontre entre agronomes et ethnolo (...)

« “Pour bien parler des techniques, il faut d’abord les connaître. Or il est une science qui les concerne, celle qu’on appelle la technologie, et qui n’a pas, en France, la place à laquelle elle a droit.” Trente ans plus tard cette constatation de Marcel Mauss n’a rien perdu de son actualité. La technologie est toujours le parent pauvre des sciences humaines53. »

  • 54 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 1.

28Dans son Rapport, en introduction, François Sigaut souligne que, si l’un des appels d’offres de la MPE est consacré à la question de la culture technique – celui qu’il nomme « techniques menacées » et dont le nom est « Savoir-faire et techniques menacés » –, place est donnée à la technologie dans un grand nombre d’opérations de recherches que la MPE a conduites, 22 % d’entre elles selon son mode de calcul, « proportion relativement élevée et qui paraît largement supérieure au poids relatif donné à ce thème dans le milieu ethnologique en général54 ».

29Sans doute, comme lui-même le remarque, ce comptage, parce qu’il ne prend en compte que les intitulés des opérations, est incertain et sujet à corrections. Mais il faut souligner que les comptages effectués par la MPE elle-même, ou le CPE, varient au fil des documents. Par exemple, entre 1982 et 1984, 102 opérations financées par la MPE en matière de recherche sont décomptées, parmi lesquelles 27 portent sur « Fait industriel et savoirs techniques ». Un autre document indique, en mars 1984, s’agissant du fait industriel 24, un autre encore 23. Une autre modalité, à côté de cette approche comptable, pour mesurer l’importance de ce thème de la culture technique, consiste à suivre la façon dont il apparaît dans différents documents qui jalonnent l’histoire de la MPE.

  • 55 Dans son Rapport, François Sigaut note l’existence de ce « Groupe de recherches ethnotechnologiques (...)

30La question d’une approche ethnologique de la technologie, à laquelle on peut agréger la question des savoirs naturalistes comme F. Sigaut le fait lui-même, est présente dans les réflexions préalables à la création de la MPE. Le 15 janvier 1979, l’un des sous-groupes travaillant à ce qui deviendra le rapport Benzaïd note que les ethnosciences sont au nombre des « urgences » à prendre en compte. Le 30 janvier 1979, se tient une réunion d’un autre sous-groupe nommé « Inventaire, recherche et formation », dans laquelle Jocelyn de Noblet présente une communication portant sur la réappropriation du phénomène industriel. Il indique l’existence d’un groupe informel « ethno-technologie » au ministère de l’Industrie. Livrant ses réflexions sur la création et la muséographie des objets industriels, il pointe le faible nombre des musées techniques qui de plus ne mettent pas l’accent sur l’intérêt technologique des objets55.

31En 1981-1982, est lancé l’appel d’offres de recherches « Fait industriel et savoirs techniques ». L’accent est alors mis sur l’importance de l’étude du fait technique pour comprendre le monde industriel. La démarche ethnologique, parce qu’elle permettrait d’accéder à des témoignages portant sur l’apprentissage sur le tas, se voit inscrite parmi les ressources d’une histoire des techniques.

  • 56 Texte de l’appel d’offres 1980-1981-1982-1984, « Fait industriel et savoirs techniques ».

« L’industrie, dont la naissance et le développement sont trop souvent confondus avec l’histoire de la ville, relève avant tout de l’histoire des techniques et de ce que l’on nomme – surtout dans un souci de conservation – l’archéologie industrielle. Elle est en fait susceptible d’intéresser les ethnologues autant que les artisanats et l’agriculture et d’une manière générale les techniques traditionnelles qui les ont toujours retenus. Privilégier les recherches sur le fait industriel considéré sous ses aspects ethnologiques, aura pour effet de ranimer l’étude d’activités matérielles et techniques trop négligées – à l’exception de l’architecture – par rapport aux aspects verbaux, symboliques, artistiques et rituels des cultures locales. Cette impulsion nouvelle devra bénéficier à toutes les branches de la technologie et, en particulier, conduire à l’étude systématique de techniques en voie d’extinction ou jamais étudiées56. »

  • 57 En mars 1982, les rapporteurs du conseil sur les réponses à l’appel d’offres sont Philippe Jessu, c (...)

32Différents thèmes de recherche sont suggérés aux éventuels répondants : l’habitat, la formation et la reproduction du milieu humain, la culture ouvrière, la culture technique, la transmission des savoirs techniques qui dépendent de la science mais aussi de la culture des ouvriers, les représentations symboliques et esthétiques liées aux savoirs techniques57.

33Dans une note à Jacques Sallois, directeur de cabinet de Jack Lang, le 28 janvier 1982, R. Benzaïd met en avant l’avantage que représente la politique des appels d’offres de recherche dans un contexte d’hétérogénéité des projets présentés à la MPE, orientant les chercheurs « vers des domaines peu étudiés » comme la famille et la parenté, l’ethnologie en milieu urbain, les savoirs naturalistes populaires et « Fait industriel et savoirs techniques ». Pour ce dernier, il indique que ce « domaine inclut les savoir-faire et leur transmission, l’organisation du travail, les formes de vie matérielle et sociale et les différentes cultures ouvrières ».

  • 58 Sur Gérard Althabe et la MPE, Alain Morel, « Un conseiller critique, un chercheur exigeant, un homm (...)

34En 1981, l’heure est au changement de majorités présidentielle et parlementaire et, en 1982, à l’inflexion de certaines thématiques de recherche. L’entrée au CPE de Gérard Althabe est évoquée dans une note du 29 janvier 1982 circulant entre la MPE et le cabinet de Jack Lang, le caractérisant comme « chargé d’un séminaire sur l’ethnologie urbaine58 ». Jack Lang lui-même intervenant devant le CPE, le 29 mars 1982, met en avant deux thèmes de recherche : la vie au sein des communautés urbaines, d’une part, les savoir-faire techniques et la culture ouvrière, de l’autre.

  • 59 CPE, 29 mars 1982.

« Il existe une culture du travail qui doit être pleinement reconnue et sur laquelle l’effort du ministère portera à présent : une connaissance dynamique du Patrimoine technologique et industriel doit s’inscrire au-delà de la collection d’objets techniques obsolescents, dans un projet de nature en effet largement culturelle lié au domaine social et économique ; comment ignorer que notre culture repose sur nos savoirs, très souvent techniques, sur notre façon de les comprendre et de les intégrer à notre vie quotidienne59. »

  • 60 CPE, Sous-groupe « Formation », 25 juin 1981.

35La politisation d’une approche de la culture technique se fait via son inscription sociale et un lieu d’exercice privilégié, le travail ouvrier. L’étude des techniques est aussi à l’ordre du jour de la politique de formation qu’il s’agit de déployer et dont on a vu l’importance. Des projets de programmes reprennent certaines des entrées du Manuel d’ethnographie de Marcel Mauss : économie, religion, sociologie, droit, linguistique, esthétique et technologie, précisant à titre d’exemples quelques entrées empiriques pour cette dernière : « du ramassage et stockage des châtaignes à l’échoppe du forgeron en passant par les cuisines régionales et l’habitat (A. Leroi--Gourhan)60 ».

  • 61 Commission permanente du CPE, 14 octo--bre 1985.

36Dans les archives de la MPE, le geste d’archiver ou d’user du Rapport l’a placé dans une chemise titrée « Patrimoine industriel ». En 1987, l’appel d’offres sur les savoir-faire et les techniques menacés est lancé, qui prend place de façon plus globale dans le « Plan patrimoine » du ministère de la Culture, dans lequel « le patrimoine industriel fera l’objet d’une réflexion en profondeur, à laquelle l’ethnologie doit être associée61 ». La même année, dans le cadre de ce plan, et après avis du CPE, la direction du Patrimoine soutient onze opérations d’étude, de mise en valeur, voire de conservation de techniques et de savoir-faire liés à des productions artisanales ou industrielles. Accent est mis sur des situations de renouvellements technologiques afin de faire apparaître les modes de formation et de recomposition des savoir-faire. Des descriptions précises et systématiques de chaînes opératoires sont demandées. La question de la transmission est présentée comme centrale dans la réflexion et comme une condition sine qua non de soutien des projets.

  • 62 « Plan patrimoine 1987. Savoir-faire et techniques menacés », Terrain, n° 9, 1987, p. 136.

37Ce programme sur les savoir-faire et techniques menacés est présenté sous trois aspects : collecte de tours de main, réflexion sur les institutions de formation, relance de produits régionaux62. Mais Denis Chevallier et Isac Chiva constatent qu’il n’y a pas de recettes simples pour archiver des techniques, au risque de décevoir des membres de la direction du Patrimoine, et – double renversement d’objet et de focale scientifique – qu’il importe de comprendre les conditions historiques, sociales et économiques de la transmission :

  • 63 Denis Chevallier et Isac Chiva, « L’introuvable objet de la transmission », dans D. Chevallier (dir (...)

« On voit ainsi que la connaissance et l’analyse des modes de transmission des techniques est la clé d’une politique de sauvegarde des savoir-faire, aussi bien dans un but immédiat (indispensable transmission des métiers d’art, constitution de systèmes experts…) qu’en vue de constituer l’indispensable mémoire des techniques dont nulle société ne saurait se passer. […] Des moyens doivent être trouvés pour inciter les détenteurs de savoir-faire rares à les perpétuer. Une telle politique passe par une combinaison de démarches complémentaires, depuis la recherche des conditions sociales et culturelles des modalités de transmission des savoirs techniques jusqu’à la valorisation des métiers et des produits pour lesquels tout montre qu’un intérêt intellectuel et une demande économique se manifestent à nouveau63. »


38Ce n’est plus sur un objet matériel lisible à travers une typologie des formes, mais sur « un contexte » social et culturel que doit agir une politique de conservation, contexte que l’ethnologie est habilitée à décrire et analyser et que les acteurs de la MPE transforment en positionnement au sein de l’appareil patrimonial.

  • 64 Au même stage, intervient A.-G. Haudricourt retrouvé – par François Sigaut ? – en train d’herborise (...)

39En 1989, le programme « Savoir-faire et techniques menacés » est encore décliné parmi les priorités affichées par la MPE et François Sigaut fait partie des experts l’évaluant. Il intervient aussi au stage de formation « Ethnotechnologie et patrimoine », organisé à Aix-en-Provence, du 6 au 9 juin 1989, sur les sources pour l’histoire de l’agriculture64, aux journées d’étude « Savoir faire et pouvoir transmettre » de Royaumont, en janvier 1990, sur la question de l’apprentissage.

  • 65 Noël Barbe, « Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale », Terrain, n° 60, 2013, p. 148-163. (...)

40Rappelons que la MPE naît d’une opportunité partagée entre une politique et une discipline, une politique de régulation des activités patrimoniales amateures, une discipline qui manque de lieux propres où s’installer65. S’agissant des techniques, la MPE revendique l’inflexion qu’elle a autorisée par sa pratique des appels d’offres de recherche thématisés. Que ce soit dans une note à la Commission des finances du Sénat :

  • 66 Projet de loi de finances pour 1985, ministère de la Culture, Questionnaire de la Commission des fi (...)

« Les travaux d’ethnologie portant sur les systèmes techniques et les cultures du travail ayant connu, après l’essor consécutif aux travaux de A. Leroi--Gourhan, un relatif déclin, le Conseil du Patrimoine ethnologique a aidé 27 projets de recherches dans ce domaine, avec l’aide de collectivités locales qui se préoccupent de la sauvegarde de leur patrimoine industriel66. »

41Ou dans des publications, ainsi de l’ouvrage issu de rencontres de Royaumont :

  • 67 D. Chevallier et I. Chiva, « L’introuvable objet de la transmission », op. cit., p. 1, n. 1.

« La bibliographie que nous avons rassemblée à la fin de cet ouvrage regroupe un nombre important de travaux d’ethnologues. Pour le domaine français, la situation est en train de changer du fait de l’ensemble des travaux aidés par la mission du patrimoine ethnologique qui, dès 1980-81, a lancé des programmes de recherche consacrés aux techniques et aux savoir-faire67. »

  • 68 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6.

42Ce que d’une certaine manière dit François Sigaut, autrement, lorsqu’il pointe l’impact possible des mesures administratives ou politiques : la formation initiale des chercheurs et l’organisation scientifique du travail68.

43Réflexions préalables à sa création, appels d’offres ou documents administratifs, la question d’une approche ethnologique des techniques fait trace dans les archives de la MPE. Le Rapport de François Sigaut fait écho à la question de la sauvegarde et à celle de la transmission. Pointant des situations d’urgence comme en recense le programme sur les savoir-faire, il met en avant la nécessité, pour l’ethnologue, de repérer les bonnes et mauvaises raisons de la disparition d’une activité. Si la disparition n’a pas de causes économiques, un processus de sauvegarde peut être enclenché. Réussi, il deviendra un processus d’innovation comme un autre. Si la disparition a des raisons économiques, alors la sauvegarde ne peut porter que sur l’ossature, les savoirs procéduraux. Cette entreprise de sauvegarde n’a alors de sens que si elle contribue à la connaissance et au partage de la culture technique, entendue ici au sens de culture cultivée.

  • 69 D’où la connexion qu’il prône avec la psychologie culturelle, voir supra.
  • 70 François Sigaut, « Revenir à une géographie des techniques », dans Jean-Luc Jamard, Anie Montigny, (...)

44S’agissant de la transmission et plus particulièrement de l’apprentissage, F. Sigaut pointe dans les rapports qu’il a consultés deux travers des approches des ethnologues. Le premier réside en l’accumulation de descriptions et récits d’apprentissage qui se ressemblent, sans aucune avancée en matière théorique ou de synthèse. Le second est une évacuation rapide de la question de la transmission des savoirs quand, comme le font G. Delbos et P. Jorion, ils concluent qu’il n’y a pas de transmission de savoir mais transmission du travail. Autrement dit, une critique de l’absence de conclusions et une critique des conclusions. Cette critique sera plus tard poursuivie lors de son intervention à Royaumont, où il dit s’être aperçu de ce caractère stéréotypé et sans portée lors de la rédaction du Rapport. Ce stéréotype de l’apprentissage par les ethnologues s’épuise en deux figures, l’autonomie ouvrière et l’opposition à la situation scolaire. Dans la première, les savoirs nécessaires à la production, élaborés et transmis au cours de celle-ci, sont la propriété des producteurs, alors points de passage obligés pour les transmettre. Dans la seconde, l’apprentissage est décrit trait par trait comme l’envers de la transmission scolaire. François Sigaut condamne une conception chosiste ou réifiée des savoirs, lorsque leur transmission est considérée comme celle d’une chose en soi et qui aurait une existence en-dehors de l’individu, en quelque sorte désocialisée69. Une même conception est à l’œuvre dans son analyse des transferts de techniques : « on ne peut pas transporter les habiletés séparément des hommes qui les possèdent et des groupes sociaux qui sont nécessaires à leur (re)production70. »

 

  • 71 Pour reprendre le terme de Jean-Michel Berthelot dans le livre qu’il a dirigé, Épistémologie des sc (...)
  • 72 Inédit.
  • 73 Dont il souligne le caractère structurant pour les groupes sociaux, ce que nous avons laissé de côt (...)

45Conditions de légitimité des acteurs élaborant des savoirs, modalités des rapports entre ces derniers, validité des registres explicatifs, relations entre science et sens commun, économie des disciplines et revisite des héritages, autant de sujets abordés dans ce Rapport et qui viennent peupler la scène épistémologique de François Sigaut71. En mars 1989, il écrit un projet pour une direction d’études à l’EHESS : « Technique et société »72. Comme dans son Rapport, il revient sur les acteurs intéressés par la culture technique, il entend revisiter les héritages, il plaide pour l’interdisciplinarité et l’identification de situations d’enquête favorables à l’explicitation des savoirs73 et défend l’idée du patrimoine comme tout à la fois documentation pour la recherche et système de valeurs pour une société. Autant dire que ce Rapport n’est pas de circonstance, il prend place dans la réflexion de son auteur.

  • 74 F. Sigaut, « Les techniques et l’histoire. D’où vient l’incompatibilité ? », op. cit., p. 258 et 25 (...)

46Critique en 1987 sur les ressources cognitives de l’ethnologie et parfois sa faible portée heuristique s’agissant de technologie, il considère, en 2010, examinant les possibilités qu’offrent les sciences sociales pour le développement de la technologie, que les ethnologues, en s’académisant, ont « désappris » à s’intéresser aux choses matérielles. Restent alors les archéologues qui n’ont d’autres choix, comme ils sont obligés aussi de travailler avec d’autres spécialistes74. Une nouvelle économie disciplinaire en somme.

Haut de page

Notes

1 François Sigaut, Rapport au Conseil du Patrimoine ethnologique sur le thème « culture technique », 1987, p. 7.

2 Journal officiel, 19 avril 1980.

3 François Sigaut, « L’apprentissage vu par les ethnologues. Un stéréotype », dans Denis Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, p. 33.

4 On peut penser qu’il a participé à son intérêt pour la transmission des savoirs et à certaines situations heuristiques.

5 Pierre Nora, « La ruée vers le passé », Magazine littéraire, hors-série, La passion des idées, 1996, p. 68-70 ; Herman Lebovics, « On the origins of the Mission du patrimoine ethnologique », Ethnologies comparées, n° 8, 2005 [en ligne], disponible sur http://alor.univ-montp3.fr/cerce/revue.htm, consulté le 23 juillet 2007.

6 Michel Foucault, Sécurité, territoire, population. Cours au Collège de France, 1977-1978, Paris, 2004, Seuil/Gallimard.

7 Philippe Bezes, Michel Chauvière, Jacques Chevallier et al. (dir.), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, La Découverte, 2005.

8 Redjem Benzaïd, L’ethnologie de la France. Besoins et projets, Paris, La Documentation française, 1980, p. 5.

9 Ibid., p. 39.

10 Claude Rouot, « Quelles filières pour les métiers du patrimoine ? La politique de formation de la mission du patrimoine ethnologique », Bulletin de l’Association française des anthropologues, n° 35, 1989, p. 25-30.

11 Il est alors titulaire de la chaire de sociographie de l’Asie du Sud-Est du Collège de France. Le groupe est composé de Jean Chapelot, maître--assistant à l’EHESS et collaborateur de la DGRST, de M. Francillon, chargé de mission au CNRS, d’Émile Leynaud, inspecteur général de l’environnement et ancien directeur du Parc naturel des Cévennes, de Raymonde Moulin en sa qualité de membre de la commission de recherche pédagogique de l’Institut pédagogique national.

12 La liste comporte 20 noms, parmi lesquels suggestion est faite de déterminer 12 titulaires et 8 suppléants, CPE, Sous-groupe formation, Rapport terminal, annexe 1. Le document n’est pas daté, mais il renvoie à quatre séances de travail du sous-groupe entre février et juin 1981.

13 Michel Valière, « Des ethnologues régionaux. Synthèse des bilans établis par les ethnologues régionaux, pour le Conseil du Patrimoine ethnologique du 17 décembre 1987 », Terrain, n° 11, 1988, p. 138-141.

14 Jacques Rancière, Le maître ignorant. Cinq leçons sur l’émancipation intellectuelle, Paris, Fayard, 2004 (1987), p. 15-16.

15 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 30.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 31.

18 Stanley Fisch, Quand lire c’est faire. L’autorité des communautés interprétatives, Paris, Les Prairies ordinaires, 2007. Plus tard, F. Sigaut se dira admiratif de l’expression de Louis Weber, « communauté d’entendement », Homo faber. Documents d’un débat oublié, 1907-1941, inédit, p. 17. Tous les inédits cités dans ce texte sont disponibles sur http://www.francois-sigaut.com.

19 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 11.

20 Au sens de John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, 2010.

21 François Sigaut, « Les techniques et l’histoire. D’où vient l’incompatibilité ? », dans Sophie A. de Beaune (dir.), Écrire le passé, la fabrique de la préhistoire et de l’histoire à travers les siècles, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 251-260.

22 François Sigaut, « Les raisons de la technologie », inédit, 2008.

23 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 2.

24 François Sigaut, « Les techniques américaines », inédit, 2008.

25 Noël Barbe, « Actions patrimoniales », Les Nouvelles de l’archéologie, 2003, p. 5-7.

26 CPE, 24 juin 1985.

27 François Sigaut, « Les musées d’agriculture dans le monde et en France », Techniques et culture, n° 3, 1984, p. 133.

28 Ainsi, les néo-ruraux et le jardinage dans le Couserans ariégeois ou la saliculture en Bretagne. Voir, cités par François Sigaut, Anne Luxereau, « À quelle mode vais-je planter mes choux ? », Terrain, n° 6, 1986, p. 47-56 ; Geneviève Delbos et Paul Jorion, La transmission des savoirs, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1984, p. 218.

29 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 19.

30 Ibid., p. 21, n. 6.

31 Ibid.

32 Ibid.

33 François Sigaut, « La technologie de l’agriculture. Terrain de rencontre entre agronomes et ethnologues », Études rurales, n° 59, 1975, p. 105.

34 Ibid., p. 105-106. On peut faire le parallèle avec André-Georges Haudricourt répondant à Mariel-J. Brunhes Delamarre dans La Pensée, « On pourrait croire en première approximation que c’est la science qui engendre la technique, que celle-ci n’est que l’application des connaissances scientifiques à la vie pratique. Il est indéniable que le succès et la précision des techniques actuelles sont à mettre en rapport avec le progrès des connaissances scientifiques, mais ce serait une vue tout à fait inexacte de l’histoire humaine que de penser qu’il en fut toujours ainsi, car la technique est plus ancienne que la science et leur développement est loin d’être parallèle », A.- G. Haudricourt et M.-J. Brunhes Delamarre, « André-G. Haudricourt ethnologue : Recherche et méthode. Un dialogue avec Mariel J. Brunhes Delamarre », La Pensée, n° 171, 1973, p. 15-16.

35 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 16.

36 Nigel Barley, Un anthropologue en déroute, Paris, Payot, 1992, p. 141. Ce livre a reçu au sein de la profession un accueil contrasté ; voir, par exemple, le compte rendu qu’en fait Georges Guille-Escuret dans L‘Homme, n° 135, 1995, p. 139-141.

37 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6-7.

38 F. Sigaut, « Postface », dans André-Georges Haudricourt, Des gestes aux techniques. Essai sur les techniques dans les sociétés pré-machiniques, présenté et commenté par Jean-François Bert, Paris/Versailles, Éditions de la Maison des sciences de l’homme/Éditions Quae, 2010 p. 217-224. La citation est extraite du tapuscrit, p. 2. Cette question est reprise dans François Sigaut, Comment Homo devint faber. Comment l’outil fit l’homme, Paris, CNRS Éditions, 2012, p. 148-149.

39 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6-7.

40 Dan Sperber, Le savoir des anthropologues, Paris, Hermann, 1982, p. 47.

41 François Sigaut, « La formule de Mauss », Techniques et culture [En ligne], n° 40, 2003, p. 2, mis en ligne le 07 juin 2006, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://tc.revues.org/1538.

42 Ibid., p. 2-5.

43 Ibid., p. 5.

44 Simone Weil, Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale, Paris, Gallimard, 1955, p. 23, et cité par François Sigaut, « Préface. Haudricourt et la technologie », dans A.-G. Haudricourt, La technologie science humaine. Recherches d’histoire et d’ethnologie des techniques, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1987, p. 30.

45 Émile Meyerson, Identité et réalité, Paris, Vrin, 1951, p. 143.

46 F. Sigaut, Homo faber…, op. cit., p 46.

47 Ibid., p. 148.

48 Il y revient dans D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, op. cit.

49 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 16.

50 Outre le rapport déjà cité, on pourra se reporter à propos de cette démarche de recherche à Blandine Bril, « Description du geste technique : quelles méthodes ? », Techniques et culture, n° 3, 1984, p. 81-96 ; « Retour sur “Description du geste technique” », Techniques et culture, n° 54-55, 2010, p. 242-244. Dans ce dernier article, en matière de collaboration entre disciplines, B. Bril cite la psychologie du comportement, la biomécanique et la physiologie du mouvement. On se reportera aussi à Blandine Bril, « Apprentissage et culture », dans D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, op. cit., p. 15-21.

51 F. Sigaut, « La technologie de l’agriculture… », op. cit., p. 105.

52 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 13.

53 François Sigaut, « La technologie de l’agriculture. Terrain de rencontre entre agronomes et ethnologues », Études rurales, n° 59, 1975, p. 103. La citation de Mauss est dans « Les techniques et la technologie », Journal de psychologie morale et pathologique, 48, n° spécial « Le travail et les techniques », p. 71-78.

54 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 1.

55 Dans son Rapport, François Sigaut note l’existence de ce « Groupe de recherches ethnotechnologiques », actif de 1976-1977 à 1981-1982, fondé sur le paradoxe de la faiblesse contemporaine de la culture technique dans un monde plus que jamais techniquement construit, publiant en 1981 un Manifeste pour le développement de la culture technique, préfacé par André Leroi--Gourhan ; il est édité par le Centre de recherche sur la culture. En 1985, Jocelyn de Noblet codirige avec Bruno Latour le n° 14 de la revue Culture technique, Les « Vues » de l’Esprit.

56 Texte de l’appel d’offres 1980-1981-1982-1984, « Fait industriel et savoirs techniques ».

57 En mars 1982, les rapporteurs du conseil sur les réponses à l’appel d’offres sont Philippe Jessu, conservateur du musée d’histoire et d’ethno-graphie régionales de Lille, Jean Métral, maître--assistant à l’université Lyon II, Jacques -Vallerant, conservateur à l’écomusée du Nord-Dauphiné et chargé de conférence à l’EHESS.

58 Sur Gérard Althabe et la MPE, Alain Morel, « Un conseiller critique, un chercheur exigeant, un homme chaleureux », Journal des anthropologues [En ligne], n° 102-103, 2005, mis en ligne le 1er décembre 2006, consulté le 29 décembre 2014. URL : http://jda.revues.org/1409.

59 CPE, 29 mars 1982.

60 CPE, Sous-groupe « Formation », 25 juin 1981.

61 Commission permanente du CPE, 14 octo--bre 1985.

62 « Plan patrimoine 1987. Savoir-faire et techniques menacés », Terrain, n° 9, 1987, p. 136.

63 Denis Chevallier et Isac Chiva, « L’introuvable objet de la transmission », dans D. Chevallier (dir.), Savoir faire et pouvoir transmettre, op. cit., p. 10-11.

64 Au même stage, intervient A.-G. Haudricourt retrouvé – par François Sigaut ? – en train d’herboriser à l’heure de sa conférence.

65 Noël Barbe, « Isac Chiva, ethnologie et politique patrimoniale », Terrain, n° 60, 2013, p. 148-163. En 1984, le changement de nom du CPE en Conseil national de la recherche ethnologique est discuté.

66 Projet de loi de finances pour 1985, ministère de la Culture, Questionnaire de la Commission des finances du Sénat, Question n° 8.

67 D. Chevallier et I. Chiva, « L’introuvable objet de la transmission », op. cit., p. 1, n. 1.

68 F. Sigaut, Rapport…, op. cit., p. 6.

69 D’où la connexion qu’il prône avec la psychologie culturelle, voir supra.

70 François Sigaut, « Revenir à une géographie des techniques », dans Jean-Luc Jamard, Anie Montigny, François-René Picon, Dans le sillage des techniques. Hommage à Robert Cresswell, Paris, L’Harmattan, 1999, p. 526.

71 Pour reprendre le terme de Jean-Michel Berthelot dans le livre qu’il a dirigé, Épistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 2001, p. 248.

72 Inédit.

73 Dont il souligne le caractère structurant pour les groupes sociaux, ce que nous avons laissé de côté dans ce texte.

74 F. Sigaut, « Les techniques et l’histoire. D’où vient l’incompatibilité ? », op. cit., p. 258 et 259.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noël Barbe, « François Sigaut, la technologie et la politique du patrimoine ethnologique »Artefact, HS 01 | 2015, 113-130.

Référence électronique

Noël Barbe, « François Sigaut, la technologie et la politique du patrimoine ethnologique »Artefact [En ligne], HS 01 | 2015, mis en ligne le 29 avril 2021, consulté le 10 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7533 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7533

Haut de page

Auteur

Noël Barbe

Noël Barbe est ethnologue, chercheur à l’Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain et conseiller pour l’ethnologie à la direction régionale des Affaires culturelles de Franche-Comté. Ses travaux portent sur l’histoire des savoirs anthropologiques, l’anthropologie des politiques et de l’action patrimoniales, ainsi que de l’activité artistique. Derniers ouvrages parus : Les mondes de Beauquier (dir.), Besançon, Éditions du Sekoya, 2014 ; L’immigration aux frontières du patrimoine (dir. avec Marina Chauliac), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2014 ; Marxisme et sciences sociales (revue Le Portique, n° 32, 2013) ; Courbet, peinture et politique (dir. avec Hervé Touboul), Besançon, Éditions du Sekoya, 2013 ; Penser le concret (dir. avec Jean-François Bert), Paris, Créaphis, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search