Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendus de lectureJacques Rohault, Traité de physiq...

Comptes rendus de lecture

Jacques Rohault, Traité de physique, édition par Simone Mazauric

Paris, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques (Collection CTHS Sciences n° 12), 2014
Mihnea Dobre
Traduction de Delphine Bellis
p. 231-234
Référence(s) :

Jacques Rohault, Traité de physique, édition par Simone Mazauric, Paris, Édition du Comité des travaux historiques et scientifiques (Collection CTHS Sciences n° 12), 2014, 830 p.

Texte intégral

11671, Jacques Rohault décida de publier ses célèbres conférences de physique. Il en résulta le Traité de Physique, un ouvrage qui connut une réception particulière en Europe. La publication par les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques est une reproduction de grande qualité de l’édition originale de 1671. Il s’agit d’une reproduction photographique, ce qui fait que la pagination est conservée. La seule addition à l’original est la préface de Simone Mazauric. Nous reviendrons un peu plus loin sur la préface et la reproduction du texte de Rohault. Mais nous souhaiterions, pour commencer, formuler quelques remarques sur le contexte général dans lequel s’inscrit l’ouvrage célèbre de Rohault.

2Jacques Rohault fut l’un des plus importants Cartésiens de son temps. Il acquit sa notoriété en réalisant des expériences (notamment avec des aimants ou des pompes à air) devant un large public ; il donnait des conférences à l’académie Montmor et, plus tard, lors de ses mercredis parisiens. Dans ce cadre, il expliquait des problèmes de philosophie naturelle selon les principes de Descartes. Au début des années 1660, il devint le gendre de Claude Clerselier, avec lequel il s’efforça de diffuser le cartésianisme. Quand il publia son Traité de physique, les positions de Rohault n’étaient pas nouvelles. Au contraire, il les exposait depuis une dizaine d’années lors de conférences publiques. En outre, comme nous l’avons appris avec la publication récente de la Physique nouvelle (1667), ces positions n’ont pas beaucoup évolué. Ceci est important à souligner, d’autant que l’on trouve des idées semblables dans un manuscrit de la bibliothèque Sainte-Geneviève, écrit par un certain M. F. en 1660-1661, dans la Physique nouvelle (1667) que nous venons de mentionner et que l’on date de 1667 parce que cette année est inscrite sur la page de titre, et dans le Traité de physique de 1671 (des sections ont certes été ajoutées au Traité, mais ce qui constitue le cœur de la philosophie naturelle de Rohault, tout comme ses principales activités expérimentales, ne semble pas avoir connu de changements pendant cette période). Il semble que Rohault ait repoussé la publication de ses positions pendant au moins une dizaine d’années. Les positions de Rohault ont bien évidemment connu une certaine diffusion. Des philosophes parisiens, des savants étrangers comme Oldenburg ou Huygens et même un large public venaient écouter les conférences très populaires de Rohault.

  • 1 Trevor McClaughlin, « Was there an empirical movement in mid-seventeenth Century France? Experiment (...)
  • 2 Sophie Roux, « Was there a Cartesian experimentalism in 1660s France? », dans Mihnea Dobre et Tammy (...)
  • 3 Mihnea Dobre, « Rohault’s Cartesian physics », ibid., p. 203-226.
  • 4 Michael Hoskin, « “Mining all within”: Clarke’s notes to Rohault’s Traité de Physique », The Tomist(...)
  • 5 Volkmar Schüler, « Samuel Clarke’s annotations in Jacques Rohault’s Traité de Physique, and how the (...)

3Étant donné que des expériences venaient à l’appui de ces conférences, certains chercheurs se sont à juste titre demandé s’il existait un mouvement expérimental en France autour de 16501. Plus récemment, Sophie Roux a tenté d’apporter une nouvelle réponse à cette question en distinguant deux types de pratiques expérimentales dans les académies parisiennes des années 1660, à savoir un expérimentalisme plutôt rudimentaire, représenté par Rohault, et ce que l’on a pu appeler l’« expérimentalisme radical » de savants français qui étaient davantage influencés par leurs homologues anglais2. Comme nous l’avons montré ailleurs, indépendamment de ce qui se passait dans les académies dans les années 1660 et si l’on met à part les différences relevées par Sophie Roux, il convient de comparer la philosophie naturelle de Rohault avec les autres ouvrages expérimentaux de la fin des années 16503. Ceci est important dans la mesure où cela permet d’expliquer la réception favorable que connut le traité de Rohault et ce dans un contexte qui pourrait surprendre, à savoir celui de l’Angleterre de la fin du xviie siècle et du début du xviiie siècle. Le célèbre Newtonien Samuel Clarke entreprit ainsi de traduire le texte de Rohault en latin et ajouta ses annotations à la traduction. Michael Hoskin a étudié les différences existant entre les éditions qui présentaient divers ensembles de notes4. Plus récemment, Volkmar Schüler a examiné les divers principes sur lesquels s’appuient les positions cartésiennes de Rohault en lien étroit avec les annotations newtoniennes de Samuel Clarke5. Ces commentaires devinrent de plus en plus newtoniens au fil des années (la première édition par Clarke date de 1697 et la dernière édition dans laquelle Samuel Clarke modifia ses annotations fut la première version anglaise du texte, publiée en 1723, dont la traduction est due au frère de Samuel Clarke, John Clarke). Hoskin a noté que, dans les premières versions de ces notes, Clarke utilisait Robert Boyle soit pour réfuter certains des arguments de Rohault, soit pour actualiser ses expériences. Pour l’historien des sciences, cette réception anglaise de Rohault est déconcertante. Pourquoi un Newtonien s’efforcerait-il de promouvoir l’ouvrage d’un philosophe naturel cartésien ? Bien que nous puissions être tenté d’apporter une réponse à cette question, nous ne pourrions le faire de façon détaillée dans les limites de cette recension. Nous nous concentrerons donc sur l’édition de l’ouvrage en question, tout en invitant le lecteur à explorer davantage son contexte.

  • 6 Trevor McClaughlin, « Descartes, experiments, and a first generation Cartesian, Jacques Rohault », (...)

4Cette nouvelle édition est une élégante réimpression du texte original. Les trois illustrations scientifiques qui sont reproduites sur la couverture de l’ouvrage s’accordent bien avec la renommée que Rohault a acquise en réalisant des expériences lors de ses conférences publiques. Comme nous l’avons indiqué au début, il faut saluer la qualité du travail accompli par l’éditeur qui fournit au lecteur une reproduction de grande qualité du texte du xviie siècle. L’ouvrage est introduit par une préface de trente pages de Simone Mazauric et deux pages de bibliographie. Les remarques introductives de S. Mazauric seront particulièrement utiles au lecteur qui n’est pas familier de l’œuvre de Rohault. Le point fort de cette introduction est d’apporter des éléments de réponse à la question : « quel cartésianisme chez Rohault ? » (p. xxxv). Bien évidemment, on pourrait pousser l’interrogation plus loin et demander : « mais qu’est-ce que le cartésianisme après tout ? ». Afin d’anticiper un tel détour, Simone Mazauric construit son analyse à partir de cette perspective ouverte qui veut que « ce que Descartes appelle sa “philosophie” ne doit donc pas être considéré comme un système clos, achevé, auquel il serait impossible de rien ajouter sous peine de le trahir, bien au contraire » (p. xxx). Rohault est présenté comme œuvrant au développement du système de Descartes et il excellait précisément à trouver des explications mécaniques : « la physique de Rohault est résolument une physique mécaniste, un mécanisme largement inspiré de celui de Descartes » (p. xv). On aurait apprécié trouver dans la préface une discussion portant sur la postérité du texte de Rohault, telle que nous l’avons retracée plus haut. Néanmoins, Simone Mazauric offre une bonne analyse du cartésianisme de Rohault. La seule critique que l’on pourrait formuler porte sur le fait qu’une partie des études très utiles – et elles ne sont pas si nombreuses – sur Rohault n’est pas mentionnée dans cette analyse. Nous nous sommes efforcé de remédier à cela dans le paragraphe précédent. Nous voudrions attirer l’attention sur quelques erreurs (mineures) qui apparaissent dans la préface, telles que le nom du traducteur en anglais – qui n’était pas Samuel Clarke, mais son frère John (p. vii) – ou la date erronée de la mort de Rohault – le 26-27 décembre 1672 et non le 26 décembre 1671 (p. xxxiv). En ce qui regarde la bibliographie, on ne comprend pas très bien si la mention du Traité de physique de Rohault fait référence au texte reproduit par cette édition (et dans ce cas il conviendrait de corriger l’année de publication) ou à la seconde édition française qui date en effet de 1672 (p. xxxvii). Une autre correction qu’il faudrait apporter concerne la référence à l’article de McClaughlin publié en 2000 car, en l’état actuel, seul est mentionné le volume dans lequel McClaughlin a publié son article6.

5Dans la mesure où cette édition est destinée à devenir l’édition moderne de référence de l’ouvrage de Rohault publié en 1671, il aurait été appréciable de disposer d’outils utiles à tout chercheur. Un index, en particulier des noms, comme cela a été fait dans le cas de l’édition récente de la Physique nouvelle 1667 (2009), aurait été crucial. Il serait par exemple appréciable de pouvoir vérifier rapidement si Rohault fait plus souvent référence à Galilée dans son texte « officiel » que dans le manuscrit « non officiel » et plus ancien. En outre, la conservation de la pagination originale rend la navigation dans le texte quelque peu difficile. Et ceci même si l’on consulte la table des matières qui avait été publiée dans l’édition originale, étant donné que cette édition comportait deux volumes et que la numérotation recommençait à zéro dans la deuxième section du Traité. On trouve donc deux pages 1 dans la présente édition. Enfin la préface de Rohault qui a été l’objet de tant de discussions reste non paginée…

6Pour conclure, le grand mérite de cette nouvelle publication du texte de Rohault par les Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques est moins de rendre le texte accessible au public – tout lecteur intéressé peut en effet trouver sur internet des éditions numériques de très bonne qualité du texte de 1671 – que d’attirer l’attention du public sur un des plus importants Cartésiens du xviie siècle. À la suite de la publication de la Physique nouvelle (1667), la philosophie naturelle de Rohault requérait un nouvel examen et, à présent, son œuvre se retrouve, comme il se doit, sur le devant de la scène. Dans sa préface, Simone Mazauric argumente, à raison, en faveur d’une remise en question d’une histoire fondée sur « la logique d’une histoire des découvertes » (p. xii). Nous ne pouvons que soutenir ce propos et accorder que Rohault fournit un cas qui invite à un renouvellement de nos histoires de la philosophie et des sciences et des techniques. Nous espérons que la présente édition encouragera davantage de chercheurs à étudier la philosophie naturelle de Rohault.

Haut de page

Notes

1 Trevor McClaughlin, « Was there an empirical movement in mid-seventeenth Century France? Experiments in Jacques Rohault’s Traité de physique », Revue d’histoire des sciences, 1996, 49 (4), p. 459-481.

2 Sophie Roux, « Was there a Cartesian experimentalism in 1660s France? », dans Mihnea Dobre et Tammy Nyden (éd.), Cartesian empiricisms, Dordrecht, Springer, Studies in history and philosophy of science, 2013, p. 47-88.

3 Mihnea Dobre, « Rohault’s Cartesian physics », ibid., p. 203-226.

4 Michael Hoskin, « “Mining all within”: Clarke’s notes to Rohault’s Traité de Physique », The Tomist, 1961, 24, p. 353-363.

5 Volkmar Schüler, « Samuel Clarke’s annotations in Jacques Rohault’s Traité de Physique, and how they contributed to popularising Newton’s physics », dans Wolfgang Lefèvre (éd.), Between Leibniz, Newton and Kant  : philosophy and science in the 18th century, Boston, Kluwer Academic Publishers, 2001, p. 95-110.

6 Trevor McClaughlin, « Descartes, experiments, and a first generation Cartesian, Jacques Rohault », dans Stephen Gaukroger, John Schuster et John Sutton (éd.) Descartes’ natural philosophy, Londres, Routledge, 2000, p. 330-346.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mihnea Dobre, « Jacques Rohault, Traité de physique, édition par Simone Mazauric »Artefact, 3 | 2016, 231-234.

Référence électronique

Mihnea Dobre, « Jacques Rohault, Traité de physique, édition par Simone Mazauric »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7929 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7929

Haut de page

Auteur

Mihnea Dobre

Université de Bucarest

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search