Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendus de lecturePierre-Yves Lacour, La République...

Comptes rendus de lecture

Pierre-Yves Lacour, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804)

Paris, Muséum d’histoire naturelle, 2014
Hélène Blais
p. 243-246
Référence(s) :

Pierre-Yves Lacour, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804), Paris, Muséum d’histoire naturelle, 2014, 614 p.

Texte intégral

  • 1 Emma C. Spary, Le jardin d’utopie : l’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révoluti (...)

1Sous la Révolution, la nature fut pensée comme un modèle d’ordre politique. Comme l’a bien montré Emma Spary dans Le jardin d’utopie1, sa contemplation fut associée à un projet politique d’éducation morale du citoyen nouveau. Se plaçant du point de vue de l’histoire des savoirs, Pierre-Yves Lacour s’intéresse dans cet ouvrage au traitement réservé aux collections naturalistes pendant la période révolutionnaire : circulations, confiscations et centralisation parisienne sont au cœur des problématiques qui structurent cette histoire des collections d’histoire naturelle.

2L’ouvrage est divisé en trois grandes parties qui suivent l’ordre logique des confiscations et de leurs conséquences sur la réorganisation du champ de l’histoire naturelle pendant la période révolutionnaire. La première revient sur les confiscations orchestrées à l’échelle européenne, en analysant finement le processus : organisation des saisies, discours de justification et pratiques. La seconde est consacrée à la centralisation parisienne, notamment au rôle-clé joué par le Muséum pour faire de Paris une capitale universelle de l’histoire naturelle. La dernière traite de l’activité révolutionnaire en province, notamment dans les Écoles centrales qui sont au centre de l’organisation de collections d’histoire naturelles entre 1795 et 1802. À ces parties font écho deux « contrepoints » originaux qui constituent des articles à part entière, éclairant d’une autre manière le contexte culturel et social de l’histoire naturelle. Le premier porte sur des objets à la lisière de l’histoire naturelle, ce qu’on appelle les « exotica », artefacts humains rangés dans le règne de la nature en raison de leur matériau, dont le Muséum ne sait pas bien que faire. Le deuxième porte sur le commerce des « naturalia », les objets naturels qui circulent et se vendent hors des sphères institutionnelles, mettant en question la valeur marchande de ces objets.

3L’auteur interroge la formation des collections naturalistes dans une perspective d’histoire sociale et politique, dans la lignée des travaux menés sur les cabinets de curiosité au xviiie siècle. Le contexte révolutionnaire et la période des confiscations permettent d’interroger la notion-même de « collections » dont le mode de constitution est tout à fait spécifique de la période.

4Après avoir décrit la chronologie fine des modalités politiques de saisie, qui changent notamment avec Bonaparte et l’extension du domaine possible à l’Europe septentrionale et à l’Italie, Pierre-Yves Lacour souligne l’enchevêtrement des discours de justification qui accompagnent le principe politique de la confiscation : tribut dû par le vaincu, argumentation physiocratique sur l’utilité agricole et l’acclimatation des plantes et choix d’une démocratisation de l’accès aux richesses sont autant d’éléments qui viennent légitimer les saisies. L’auteur souligne d’ailleurs que, si les saisies artistiques ont provoqué des réactions vives en France comme à l’étranger, les confiscations d’objets naturels suscitent beaucoup moins d’émotion, sans doute parce que ces derniers ne sont pas considérés comme partie intégrante du patrimoine. Le chapitre sur les pratiques de confiscations qui décrit tous les « menus gestes répétés » dans le transport, l’inventaire, l’emballage des objets et des plantes offre une histoire matérielle tout à fait bienvenue.

5La deuxième partie se déroule à Paris, au Muséum et dans son jardin, pris ici comme des lieux essentiels de la capitalisation du savoir sous la Révolution. Paris est considérée comme une ville-monde qui organise les flux d’objets naturels et les concentre, exemple abouti du centre de calcul latourien. La centralité du Muséum, la professionnalisation du métier de naturaliste et le programme panoptique du Jardin et des collections sont illustrés par de nombreux exemples qui viennent compléter l’historiographie déjà riche du Muséum. Sans céder au discours convenu sur les ruptures et les nouveautés, l’auteur s’applique à montrer les continuités avec l’Ancien Régime. Ainsi, par exemple, la démocratisation proclamée sous la Révolution ne doit pas faire oublier que l’ouverture au public était déjà une possibilité (tout en restant une faveur) sous l’Ancien Régime. La question de l’acclimatation, objet de plusieurs développements, puisqu’elle fonde en partie les statuts du Muséum en 1793, a également été mise en pratique dans la ferme royale de Rambouillet, avec les tentatives de naturalisation des mérinos.

  • 2 Julien Touchet, Botanique et colonisation en Guyane française, 1720-1848. Le jardin des Danaïdes, [ (...)

6La troisième partie, « la province naturaliste au miroir de Paris », offre un contrepoint heureux à l’analyse de cette centralité parisienne et témoigne du dépouillement de fonds d’archives originaux, notamment dans le traitement de certains exemples locaux. L’auteur montre ainsi que, si les processus politiques sont comparables, les résultats ne sont pas identiques : ainsi en est-il de l’histoire des cabinets de curiosité qui, en province, sont plus nombreux après qu’avant la Révolution (même si leur structure interne a évolué, puisque les artificialia qu’on y trouve ne sont plus des objets exotiques, mais prioritairement des objets antiques). En parallèle de l’histoire des cabinets de particuliers, se dresse celle des Écoles centrales : la place qui est consacrée à l’histoire naturelle est rendue palpable par les biographies des professeurs d’histoire naturelle, par l’histoire de la création de cabinets d’histoire naturelle et de jardins botaniques dans ces écoles. P.-Y. Lacour montre que la constitution des collections à l’échelle départementale résulte d’une autre logique que celle qui guide les collections parisiennes. Elle se fait par des herborisations entreprises par les professeurs et leurs élèves, mais aussi par les envois massifs du Muséum. Le modèle diffusionniste n’impose pourtant pas de normalisation ou d’ordre de classement spécifique, puisque les jardins comme les cabinets des Écoles centrales suivent des règles de classement ou de présentation très hétérogènes et apparemment peu influencées par les normes parisiennes. Les dernières pages sont consacrées à la question de l’exotisme et de l’acclimatation, à travers l’étude des jardins d’acclimatation qui sont les lieux où l’on pratique concrètement des recherches sur ces questions. On en trouve dans les villes portuaires, dans les colonies, mais aussi dans les jardins botaniques départementaux. L’auteur développe notamment l’exemple du jardin de Cayenne, reprenant les travaux de Julien Touchet2. L’immense bibliographie consacrée à cette question du voyage des plantes n’a pu bien sûr être utilisée : les bornes chronologiques de cette enquête, déjà très importante, empêchent de dresser une histoire complète de cette question de l’acclimatation ou même de la collection de plantes exotiques, puisque c’est vraiment dans la période suivante que ces initiatives ponctuelles vont prendre une nouvelle dimension avec la recherche d’une économie de substitution liée à la fin de l’esclavage.

7En conclusion, l’auteur souligne la fragilité de ces collections naturalistes provinciales qui disparaissent largement dès 1802, avec la suppression des Écoles centrales. Le paysage de l’histoire naturelle redevient alors assez semblable à ce qu’il était avant la Révolution. À l’échelle nationale, c’est aussi d’une certaine manière ce que Pierre-Yves Lacour tend à montrer pour l’histoire naturelle qui ne subit pas de révolution scientifique, même s’il s’accorde ici avec la majorité des historiens des savoirs qui ont tout de même souligné des changements importants dans le régime de production scientifique, que certains ont analysé pour d’autres champs savants : une institutionnalisation, une professionnalisation et une spécialisation disciplinaire importante marquent l’entrée dans le xixe siècle pour beaucoup de savoirs.

8Ce livre, issu d’une thèse de doctorat, privilégie une écriture très académique qui déploie les exemples et les preuves avec un souci constant du détail dont les nombreux tableaux statistiques et les cartes insérées dans le texte sont l’une des manifestations. Le choix est d’exposer la démarche de l’enquête et de repérage des sources avec autant d’attention que les résultats. Sans doute aurait-il été possible de resserrer certains passages pour la publication, en mettant en valeur les enjeux des questions soulevées qui parfois se dissolvent dans le détail de la démonstration. Cependant, la mise en page extrêmement soignée et le choix des illustrations en couleurs témoignent d’une qualité d’édition exceptionnelle qui compense largement l’aridité de certains développements.

9Il faut souligner donc ici le travail des Publications scientifiques du Muséum qui offrent à l’histoire des sciences un lieu tout à faire remarquable d’édition, donnant à l’illustration toute la place qui lui revient, ce qui permet d’envisager une diffusion auprès d’un public éclairé. Ajoutons que les spécialistes et les étudiants trouveront sur le site des Publications des documents additionnels, un « matériel de l’enquête », donnant des informations précieuses sur les cabinets particuliers où les professeurs d’histoire naturelle enseignaient, témoignant de la richesse des fonds explorés et des possibilités de recherches ultérieures. En somme, cet ouvrage est aussi riche dans ses démonstrations que pour les perspectives qu’il ouvre et constitue de ce point de vue une lecture incontournable pour les historiens des savoirs.

Haut de page

Notes

1 Emma C. Spary, Le jardin d’utopie : l’histoire naturelle en France de l’Ancien Régime à la Révolution, Paris, Muséum national d’histoire naturelle-CTHS, 2005.

2 Julien Touchet, Botanique et colonisation en Guyane française, 1720-1848. Le jardin des Danaïdes, [Matoury (Guyane], Ibis rouge éd., 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hélène Blais, « Pierre-Yves Lacour, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804) »Artefact, 3 | 2016, 243-246.

Référence électronique

Hélène Blais, « Pierre-Yves Lacour, La République naturaliste. Collections d’histoire naturelle et Révolution française (1789-1804) »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7975

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search