Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendus de lectureAndré Poupart de Neuflize et Géra...

Comptes rendus de lecture

André Poupart de Neuflize et Gérard Gayot, L’entrepreneur et l’historien. Deux regards sur l’industrialisation dans le textile (xviiie-xixe siècle)

Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013
Stéphane Lembré
p. 247-249
Référence(s) :

André Poupart de Neuflize, Gérard Gayot, L’entrepreneur et l’historien. Deux regards sur l’industrialisation dans le textile (xviiie-xixe siècle), textes présentés et édités par Corine Maitte, Matthieu de Oliveira et Didier Terrier, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2013, 260 p.

Texte intégral

1Pour qui a eu la chance d’entendre Gérard Gayot parler de Poupart de Neuflize et des manufactures de draps de Sedan comme pour quiconque s’intéresse aussi bien à ce monde industriel et négociant qu’à l’épistémologie de l’histoire, l’initiative de ce livre est à saluer. Réunir les textes de ces deux hommes, symboliquement associés comme auteurs d’un même ouvrage, après que l’historien a si longuement frayé avec l’entrepreneur : l’hommage est à la mesure des sources exceptionnelles sur cette dynastie industrielle et négociante qui sont ici publiées. Cet hommage a d’autant plus de prix qu’il est surtout une invitation à la réflexion. Corine Maitte et Didier Terrier, dès la présentation des textes réunis, soulignent l’intérêt qui consiste à « faciliter l’élucidation [du] travail d’écriture [de Gérard Gayot] en rendant matériellement possible la proximité entre ses écrits et ceux de ses manufacturiers sedanais, de ceux avec lesquels il a entretenu une longue complicité, certes, mais en s’efforçant toujours de les tenir à bonne distance » (p. 30).

2La relation entre les historiens et « leurs » sources, envisagée par un cas précis, constitue le fil directeur. Le livre se compose de deux parties. Dans la première, sont repris plusieurs articles de Gérard Gayot, qui fournissent autant de lectures et d’entrées dans les textes de Poupart de Neuflize (principalement) et de ses descendants, lesquels composent la seconde partie. Ainsi se trouve réalisé le projet d’édition des deux textes, les Notes rassemblées et écrites par Jean Abraham André Poupart, baron de Neuflize en 1836, et le Travail sur la fabrication des draps, que Gérard Gayot n’a pas eu le temps de publier intégralement comme il l’envisageait, édités avec un appareil critique complété par Matthieu de Oliveira.

3Les quatre articles de G. Gayot, publiés à différents moments de sa recherche (de 1979 à 2007), rappellent l’histoire des deux textes et le rôle décisif de « mécène d’archives » (p. 36) joué par Jean-Louis de Neuflize, héritier direct d’une lignée de manufacturiers et de banquiers protestants, dont la confiance jamais démentie a permis, dès 1969, au jeune historien de compléter son exploration des archives de la Banque de Neuflize.

4Le premier de ces écrits privés, rédigé par André II Poupart de Neuflize au soir de sa vie et complété par ses filles et deux autres auteurs ultérieurement, est l’histoire d’une famille dont l’aventure commence véritablement en 1712, lorsque André Poupart (premier du nom) est reçu maître dans le corps de la draperie de Sedan. Grâce à un grand sens du commerce, à la fabrication et à la commercialisation de draps de très haute qualité, l’enrichissement et l’ascension sociale des représentants successifs de la dynastie (André, Abraham puis André II) sont rapides. Des privilèges royaux leur sont accordés en 1775 pour vingt-cinq ans : ils sont décisifs pour accroître la puissance de leur empire industriel. En 1769, par lettres patentes (reproduites p. 115-117), les Poupart de Neuflize accèdent à la noblesse, juste récompense à en croire André qui insiste sur l’explication fondamentale de cette réussite : « ils firent leurs les trois vertus de travail, d’ordre et d’économie » (p. 49).

5Le second texte, improprement intitulé Travail sur la fabrication des draps, constitue surtout un plaidoyer d’André II Poupart de Neuflize pour expliquer et justifier sa faillite retentissante de 1830, en s’appuyant sur l’industrie lainière dont il détaille les caractéristiques et les promesses en lien avec les ressources et les marchés en Europe. L’industriel et le négociant doivent disposer de connaissances qui leur permettront de prendre les bonnes décisions. G. Gayot l’avait bien vu, en notant que « se constitue, au long du xviiie siècle, un savoir manufacturier dont la transmission est assurée par la cohésion des milieux protestants et la continuité garantie par le choix du conjoint. Un savoir empirique fait de techniques de négoce, de « bon mariage », de « bons et solides emplois » de l’argent, de « crédit » qui consiste à n’en point avoir, de combat contre l’intolérance et de fidélité religieuse. » (p. 67). On lit ainsi dans ce texte, vraisemblablement conçu entre 1830 et 1835 à l’intention de son fils, « une plaidoirie enthousiaste pour l’esprit d’entreprise » (p. 97), alors même que l’auteur a perdu l’essentiel de sa fortune et que la suite de l’histoire familiale s’écrit dans la banque et non plus dans l’industrie et le négoce de la laine. Dans l’histoire de la famille, déjà, l’auteur principal rendait compte de ces « coups » qui firent la fortune des Poupart de Neuflize : ainsi de la « spéculation lucrative » réussie en 1774, en anticipant les besoins de draps noirs occasionnés par la mort de Louis XV (p. 119-120). Lui-même avait tenté, trois décennies avant d’écrire cette histoire, un « coup industriel inédit dans la famille » (p. 85) : l’utilisation de la force hydraulique pour inaugurer, en 1807, un établissement où l’usage des machines vient seconder, voire supplanter le travail à la main, conformément au souhait de l’empereur lors de son passage à Sedan en 1803 (p. 153). Son échec le laisse dans un grand désarroi où l’écriture intervient comme une forme de thérapie. André n’a d’ailleurs pas tout à fait abdiqué, comme le souligne sa lettre à Charles Dupin, également reproduite, où il plaide pour la réhabilitation commerciale (p. 243-245).

6Ces deux regards sur l’industrialisation, qui ont, par exemple, contribué aux débats sur la proto-industrialisation à la fin des années 1970 et au début des années 1980 (cf. article de 1979 dans la Revue du Nord, reproduit p. 47-67), correspondent aussi à deux écritures. Bien sûr, « les témoignages et leur mise en écriture sont des recompositions du monde », comme l’écrivent les éditeurs (p. 24) ; mais les écrits successifs de l’historien sont eux-mêmes des recompositions, sans cesse remises sur le métier, d’un monde industriel et négociant où règne cet esprit du capitalisme dont les traits se dessinent peu à peu. Dans le second écrit, d’emblée, André Poupart de Neuflize fixe l’enjeu : « Comment donc faire pour réussir ? La réponse est facile ; les exemples et l’expérience du passé sont là pour la dicter » (p. 187). Intelligence du passé au service des générations à venir : les termes et la méthode ont changé, assurément, mais les finalités sont-elles si différentes ? Désireux d’inventer l’avenir en reconstituant le passé, il contribue précocement à « sauver la mémoire de l’industrie » (p. 69), tout en assumant d’avoir été à la fois l’un des protagonistes de l’aventure industrielle et, à son corps défendant, l’un de ses fossoyeurs par les choix trop risqués, les « chimères » que dénoncent d’ailleurs ses filles lorsqu’elles complètent son récit (p. 171 et suiv.). Bien sûr, d’autres sources sont indispensables, dont l’historien n’a pas manqué de faire bon usage, par exemple, pour expliquer cette « longue insolence des tondeurs de draps » et, par là, mieux apprécier ces écrits privés. Reste que, si l’édition des deux documents est aussi intéressante, c’est, comme Gérard Gayot le notait en 1979, parce que « le livre de famille des Poupart de Neuflize, manufacturiers à Sedan de 1712 à 1826, éclaire remarquablement certains facteurs de l’ascension de ces capitaines d’industrie lainière française du xviiisiècle » (p. 48).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Lembré, « André Poupart de Neuflize et Gérard Gayot, L’entrepreneur et l’historien. Deux regards sur l’industrialisation dans le textile (xviiie-xixe siècle) »Artefact, 3 | 2016, 247-249.

Référence électronique

Stéphane Lembré, « André Poupart de Neuflize et Gérard Gayot, L’entrepreneur et l’historien. Deux regards sur l’industrialisation dans le textile (xviiie-xixe siècle) »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7988

Haut de page

Auteur

Stéphane Lembré

ESPE Lille Nord de France – CREHS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search