Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendus de lectureAnthony Turner, Globes, lunettes ...

Comptes rendus de lecture

Anthony Turner, Globes, lunettes et graphomètres. Alexandre de La Rochefoucauld et les sciences

Paris, Les Éditions de l’Amandier (Collection La bibliothèque fantôme), 2014
Jean-François Gauvin
p. 250-252
Référence(s) :

Anthony Turner, Globes, lunettes et graphomètres. Alexandre de La Rochefoucauld et les sciences, Paris, Les Éditions de l’Amandier (Collection La bibliothèque fantôme), 2014, 137 p.

Texte intégral

1Contrairement à ses deux cousins, Louis Alexandre de La Rochefoucauld (1743-1792) et François Alexandre Frédéric de La Rochefoucauld-Liancourt (1747-1827), tous deux membres de l’Académie des sciences de Paris, Alexandre, cinquième duc de La Rochefoucauld (1690-1762), s’intéressa à la science par divertissement, curiosité et surtout pour les affaires du domaine familial. Formé par les Jésuites du collège de Clermont à Paris, il reçut les bases scientifiques généralement associées à la cour et aux noblesses de robe et d’épée : hydrographie, mathématiques, navigation et astronomie, le tout jumelé au dessin, à l’écriture, à la danse, à l’escrime et au maniement du mousquet. À la suite d’une brève carrière militaire, il hérita du titre ducal en 1728. Au cours des seize années suivantes, il remplit diligemment, en vertu de son rang, ses obligations envers le roi Louis XV. Toutefois, les intrigues de la cour le rattrapèrent et le forcèrent à l’exil en ses terres de La Roche-Guyon en 1744.

2C’est principalement de ce duché-pairie qu’il est question dans cet ouvrage hybride, qui peut se classer entre un catalogue d’exposition (Un rêve de lumières au château de La Roche-Guyon, exposition présentée au château même en 2014) et une monographie consacrée à l’histoire des sciences au xviiie siècle. Anthony Turner, expert en instrumentation scientifique, y dresse un portrait vivant de la vie scientifique en périphérie de Paris, qu’il décrit de manière originale à travers la culture matérielle de la philosophie naturelle.

3L’auteur examine en premier lieu une paire de globes terrestre et céleste confectionnés par l’abbé Jean-Antoine Nollet (1700-1770), un des plus importants savants fabricants d’instruments scientifiques et vulgarisateurs des sciences au xviiie siècle. Cet achat, effectué en 1733 par le trésorier du duc, au montant de 335 livres et 40 sols, inclut les globes « et autres ouvrages par luy [Nollet] fait et fourny à Monseigneur », très probablement un thermomètre étalon de Réaumur et un baromètre (p. 11 et 40). La description détaillée des globes, dont les piètements en bois sculptés s’apparentaient aux boiseries de la bibliothèque du château, offre à A. Turner l’occasion de survoler la carrière de l’abbé Nollet, mais aussi de présenter quelques-unes des plus importantes acquisitions faites pour la bibliothèque. Sur les quelque 2 700 volumes qui s’y trouvaient, environ 8 % se rapportaient aux sciences toutes catégories confondues. On y découvre, par exemple, qu’Alexandre de La Rochefoucauld fut parmi les premiers quatre mille souscripteurs de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert et qu’il recevait les volumes des Histoire et Mémoires de l’Académie des sciences de Paris. A. Turner donne en annexe une liste des ouvrages uniquement consacrés aux sciences exactes, presque tous publiés ou traduits en français, où l’on trouve les œuvres des contemporains réputés tels que Nollet, Franklin, Musschenbroek, ‘s Gravesande, Ozanam, Clairaut, Voltaire, etc.

4En phase avec la description des grands travaux d’embellissement et de modernisation du château, Anthony Turner discute du rôle des mathématiques et des instruments d’arpentage nécessaires pour dresser les cartes du domaine de La Roche-Guyon, un exercice essentiel, étant donnée l’importance des revenus tirés des terres ducales. On découvre, dans les comptes de La Roche-Guyon, entre autres, un étui et des instruments de mathématiques fabriqués par Nicolas Jacques Baradelle (payés 41 livres tournois en 1732), un graphomètre commandé à Claude Langlois (payé 150 livres tournois en 1738), de même qu’un pantographe et d’autres instruments fabriqués aussi par Langlois (payés plus de 180 livres tournois en 1744). Serait-ce l’effet des conseils prodigués dans les ouvrages de Jacques Ozanam sur la manière de « lever les cartes » ? Quoi qu’il en soit, ces instruments, confectionnés par des artisans experts de renom, montrent à quel point le duc de La Rochefoucauld était à la fine pointe de la technologie. Une de ses plus grandes extravagances en matière d’instrumentation scientifique demeure cependant les 600 livres tournois payées en 1751 « au R[évérend] P[ère] Noel Bénédictin, et ce pour un Microscope par Luy fourni à Monseigneur » (p. 54). Il s’agit certainement d’un de ces fameux microscopes développés
par Nicolas Noël et le duc de Chaulnes, dont le luxe et la magnificence étaient suffisamment remarquables pour qu’un exemplaire en fût présenté au roi en 1750.

5Il est intéressant de noter que La Rochefoucauld s’intéressa aussi à l’astronomie. En 1736, il fit installer « une grande lunette » – un télescope. En 1741, Claude Langlois, encore lui, lui confectionna un cadran solaire et méridien qui, aussitôt arrivé de Paris, fut monté sur la grande terrasse du château. Un tel instrument permettait au duc de connaître l’heure avec une assez bonne précision, une information qu’il pouvait ensuite transposer à l’horloge de parquet qu’il acquit en 1743 des frères Jean et Jacques Charost. Muni de ces trois instruments, il pouvait dès lors effectuer un grand nombre d’observations astronomiques. Il possédait tout ce qu’il fallait pour « s’instruire en s’amusant », y compris un cabinet de physique et de chimie, dont on négligea malheureusement de décrire les contenus lors de la rédaction de l’inventaire de 1786. C’est un héritage scientifique non négligeable qu’il légua à ses deux filles et à ses petits-fils.

6Quoiqu’il fût, selon Denis Diderot, un « des plus honnêtes hommes du royaume », le cinquième duc de La Rochefoucauld ne resta jamais qu’un amateur des sciences, un honnête homme « un peu philosophe », selon la terminologie de l’époque. Antony Turner nous fait découvrir l’univers social, culturel et scientifique d’un riche et influent aristocrate de l’Ancien régime par l’entremise des instruments scientifiques acquis et utilisés au château de La Roche-Guyon durant la première moitié du xviiie siècle. L’ouvrage entremêle la vie civile et de cour du duc aux activités des principaux acteurs de la scène scientifique française, savants, fabricants d’instruments scientifiques, simples artisans ou vulgarisateurs des sciences. Autant pour le grand public que dans le cadre d’un cours universitaire portant sur la période des Lumières, cet ouvrage pertinent vaut la peine d’être consulté et analysé pour sa rigueur intellectuelle et l’originalité de sa présentation. Il démontre la grande importance que la science et sa matérialité jouèrent au sein de l’univers social des hautes sphères aristocratiques de la France des Lumières.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gauvin, « Anthony Turner, Globes, lunettes et graphomètres. Alexandre de La Rochefoucauld et les sciences »Artefact, 3 | 2016, 250-252.

Référence électronique

Jean-François Gauvin, « Anthony Turner, Globes, lunettes et graphomètres. Alexandre de La Rochefoucauld et les sciences »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 03 mai 2021, consulté le 28 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/7999 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.7999

Haut de page

Auteur

Jean-François Gauvin

Université Harvard

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search