Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Comptes rendus de lectureChristian Borde et Christian Pfis...

Comptes rendus de lecture

Christian Borde et Christian Pfister (éd.), Histoire navale – Histoire maritime. Mélanges offerts à Patrick Villiers

Paris, SPM, 2012
Sylviane Llinares
p. 253-255
Référence(s) :

Christian Borde et Christian Pfister (éd.), Histoire navale – Histoire maritime. Mélanges offerts à Patrick Villiers, Paris, SPM, 2012, 205 p.

Texte intégral

1Les Mélanges sont une tradition bien ancrée dans le monde universitaire des historiens. Ceux offerts au professeur Patrick Villiers par ses collègues de l’université du Littoral-Côte d’Opale entraîneront le lecteur sur les océans parcourus par de singuliers personnages qui font écho aux recherches que Patrick Villiers consacra tout au long de sa carrière à l’histoire de la marine du xviiie siècle et à celle des corsaires des temps modernes. L’ouvrage comprend vingt contributions qui proviennent majoritairement de spécialistes du monde maritime. Christian Borde et Christian Pfister, en charge de réunir les textes, ont structuré l’ensemble en quatre grandes parties consacrées aux équipages et états-majors de la Marine, avant-pays et arrière-pays maritimes et, enfin, au monde colonial. L’avant-propos donne le ton : « il y a du corsaire chez Patrick Villiers » !

2Comment rendre compte de la richesse des contributions de ces mélanges ? En observant, comme il se doit, les choix des contributeurs qui saluent ainsi la passion des archives de Patrick Villiers, cette grande félicité de la recherche en histoire, qui lui fit étudier la flotte de Louis XVI protectrice du commerce colonial français. Rappelons qu’il a soutenu deux thèses : une thèse d’État, à la Sorbonne, en 1990, sous la direction de Jean-Claude Perrot, portait le titre de Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI ; elle reçut la médaille de l’Académie de marine, tout comme sa première thèse, celle de troisième cycle, soutenue en 1975. Rendre hommage et surprendre un chercheur qui connaît si bien son sujet n’est pas chose aisée. Un chercheur aguerri qui a su lier tous les champs du maritime, depuis l’économie, la guerre, le commerce, les techniques, les hommes, en passant du local au global. De quoi aussi assurer la renommée de l’histoire maritime à la « française » qu’il a portée au sein de la Société française d’histoire maritime et qui s’est structurée désormais depuis une dizaine d’années avec le réseau du GIS d’histoire maritime. Le format imposait aux auteurs la concision en quelques pages.

3Les mélanges peuvent se lire comme autant d’escales dans le temps d’un journal de navigation depuis la Méditerranée jusqu’aux Iles du Vent. C’est ainsi que l’on découvrira un autre Ryuter, ci-gît dans le cimetière de la Valette-du-Var, sous la plume de Gilbert Buti, et une dynastie de marins provençaux très mobiles qui sont associés aux temps forts de la vie maritime de la fin du xviie au début du xixesiècle. La guerre d’Amérique est à l’honneur dans l’ouvrage. Le témoignage de La Pérouse sur la bataille des Saintes d’avril 1782 est présenté par Philippe Henrat. De Grasse au retour de sa captivité obtint la réunion d’un conseil de guerre qui se tint à Lorient. Il entendait régler ses comptes avec les officiers qui, accusait-il, ne l’avait pas soutenu. La Pérouse avait rédigé un mémoire pour réfuter les accusations, mémoire qui ne fut pas retenu par le conseil. L’achat par les Archives nationales, en 2003, chez Christie’s, du brouillon du mémoire a levé le mystère et confirmé que celui-ci n’avait rien à se reprocher. Un document précieux, qui en dit long sur les circonstances du déclenchement de ce combat, deux heures de retard dans la décision et la transmission d’un ordre, deux heures qui auraient peut-être changé le cours des événements. Étienne Taillemite évoque le marquis de Bouillé, gouverneur général des Iles du Vent aux Antilles, qui a rédigé des mémoires couvrant toute la période de la guerre d’Amérique, de 1777 à 1783. Là encore, la source de ces mémoires inédits est précieuse, privée et confiée par les descendants pour une édition future. Le témoignage du gouverneur est intéressant, très sévère sur certains points, mais suffisamment juste sur les officiers généraux de la Marine de Louis XVI, dénonçant une gérontocratie fatiguée et louant fort heureusement une nouvelle génération courageuse, intelligente et audacieuse. Ensuite, nous passons, comme les matelots de l’époque sur le Jason, un vaisseau de 64 canons, qui fit campagne de mars 1780 à avril 1782, les « si peu étudiés » de l’histoire navale, se désole André Zysberg. En effet, les sources sont ingrates pour les approcher, il s’agit des rôles d’équipages dont on imagine l’épaisseur du registre : 662 hommes inscrits sur le rôle du Jason. L’ordinateur, la base de données, et voilà rendu possible le suivi des hommes. Au terme d’une campagne de vingt-cinq mois, l’effectif est passé à 565 hommes. On aura compris que le fameux ratio de dix hommes par canon est tout théorique. Des équipages de papier donc en théorie, des équipages instables dans la pratique et la réalité de la guerre sur mer, qui fondent avant même l’appareillage du vaisseau.

4Les corsaires parcourent tout l’ouvrage. Le nommé Osgod Clapa en Mer du Nord au xie siècle, brigand des mers, tout autant pirate que corsaire, entrepreneur de guerre et pilleur, dont les activités sont restituées par Alban Gautier. Avec Jean Bart vu par ses contemporains entre 1691 et 1694, Christian Pfister nous entraîne à Dunkerque, enfiévrée par l’activité corsaire et le butin des prises. Michel Vergé-Franceschi a pu rappeler, avec le talent du prosopographe qu’on lui connaît, qui était Jean Bart, ses origines, son anoblissement et sa légende, dont la descendance ne fut pas à la hauteur de l’aïeul au cours du xviiie siècle.

5Le monde colonial, espace de prédation pour la course, termine ces mélanges. C’est à Saint-Domingue que Philippe Hrodej plante le drapeau de la flibuste sur la Tortue en présentant son gouverneur, Tarin de Cussy, nommé en 1684. Toutefois, il s’agit là de comprendre un épisode complexe dans lequel l’innocence est ravagée. Histoire de mœurs tragique, cabale, contrebande, le gouverneur a bien du mal à gouverner sous ces climats tropicaux où les barrières morales n’ont pas totalement cédé, dès lors que la population locale prend fait et cause pour la très jeune victime. Raymonde Litalien raconte la mise en valeur d’une épave dans l’est du Québec, « lieu historique national de la bataille de la Ristigouche ». Il s’agit du lieu où s’est échouée la frégate corsaire le Machault, construite à Bayonne en 1757 et sabordée en Nouvelle-France en 1760. Celle-ci fut localisée en 1967 et fouillée intensivement de 1969 à 1972. Plus de neuf mille artefacts ont été sortis de l’eau, éclairant bien des aspects des pratiques de la construction navale de l’époque, ainsi que l’armement des navires et les conditions de vie des équipages. Le chapitre colonial se clôt par le portrait des officiers de marine qui se sont trouvés aux Antilles entre 1793 et 1801. Des hommes « nouveaux » qu’Anne Pérotin-Dumont avait mis en base de données, soit cent vingt individus venus le temps d’une mission particulière ou d’un combat au large de ces îles. Force est de constater que ces patriotes, issus majoritairement des ports ponantais, recrutés en l’an II pour la plupart, connaissent bien les Iles du Vent où ils ont fait leur apprentissage sur des navires de commerce, ceux-là même qui faisaient la traite et amplifiaient sa croissance et qui portent le décret de l’abolition de l’esclavage aux îles.

6Pas de marines sans matières premières, sans réseau d’approvisionnement, sans réseaux de renseignement, sans arrière-pays, sans ports et accès fluviaux. La troisième partie rassemble huit textes qui présentent divers facettes du commerce maritime. Le plongeur d’Ostie au iiie siècle que Joëlle Napoli identifie sur le relief de la Ny Carlsberg Glyptothek. Les urinatores secourent et renflouent les navires échouées sur les bancs de sable à l’entrée du port romain. On découvrira les lampes naviformes du monde gréco-romain qui posent des problèmes d’interprétation avec Jean-Louis Podvin. David Plouviez montre comment le bassin de la Loire fut essentiel à la Marine de guerre française au xviiiesiècle et comment celle-ci y imposa son empreinte avec des infrastructures et un maillage de l’espace en relais et entrepôts sur le fleuve et ses affluents. Les Papers Benjamin Franklin permettent à Gérard Le Bouëdec et Audrey Guillouard de présenter le réseau des agents américains dans les ports français entre 1777 et 1783. Ces agents du Congrès ont fait des choix d’implantation en privilégiant Dunkerque, Lorient, Nantes et Bordeaux, ce qui traduit leur bonne connaissance des profils et des capacités des ports français. La liquidation de prises, la mobilisation des matières premières, des produits manufacturés et des hinterlands, la commercialisation des blés, ont eu un effet positif pour les ports français durant la guerre. Pour les Américains, cela fut décisif dans les années qui précèdent le grand déploiement de l’alliance militaire française en 1779. D’autres textes rappellent que Patrick Villiers a dirigé des thèses, celle de Jean-Pierre Robichon, par exemple, qui souligne le rôle des îles de Saint-Marcouf durant la Révolution et l’Empire pour la protection du cabotage au large du Havre. Avec Yves Lecœur, l’eau-de-vie circule sur la Loire, à travers les archives d’un négociant en épicerie orléanais.

7Au total, ces mélanges, malgré le volume réduit des textes, offrent une belle palette qui compose le tableau d’une marine des Lumières, un peu à la manière de Vernet ou d’Ozanne, sans rien cacher et, comme disait Diderot, « un beau point de vue ». Elle témoigne pour la postérité du chemin parcouru dans la connaissance de l’histoire maritime et donnera au lecteur pour son plus grand bonheur le gout des embruns et du grand large.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylviane Llinares, « Christian Borde et Christian Pfister (éd.), Histoire navale – Histoire maritime. Mélanges offerts à Patrick Villiers »Artefact, 3 | 2016, 253-255.

Référence électronique

Sylviane Llinares, « Christian Borde et Christian Pfister (éd.), Histoire navale – Histoire maritime. Mélanges offerts à Patrick Villiers »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 03 mars 2021, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8009 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8009

Haut de page

Auteur

Sylviane Llinares

Université de Bretagne-Sud, CERHIO-Lorient CNRS UMR 6258

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search