Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3HommagesFrançois Caron (1931-2014)

Hommages

François Caron (1931-2014)

Muriel Le Roux et Michèle Merger
p. 7-9

Texte intégral

1Le professeur François Caron est décédé le 14 décembre dernier, aussi la revue Artefact souhaite-t-elle lui rendre hommage en évoquant davantage son action en faveur de l’histoire des sciences et des techniques, de l’innovation et des entreprises. Si sa carrière académique fut brillante, il fut aussi et surtout l’un des principaux artisans de l’essor de ces thématiques en France.

2Né à Hazebrouck (Nord) en 1931, François Caron fut étudiant à la Sorbonne, à l’École libre des sciences politiques, dont il fut diplômé en 1953, agrégé en 1956, et enfin docteur d’État en 1969, à la suite de quoi il fut élu professeur. Il occupa successivement les chaires d’histoire économique des universités de Dijon et de la Sorbonne, après avoir été attaché de recherche au CNRS et assistant à l’université de Nanterre. Il assuma les différentes charges administratives universitaires inhérentes au métier de professeur tout en s’impliquant également dans la gestion du CNRS : il en fut membre du conseil scientifique et dirigea, de 1987 à 1990, l’Institut d’histoire moderne et contemporaine, alors l’un des laboratoires propres du Centre.

3Sa thèse sur la Compagnie des chemins de fer du Nord, dirigée par Ernest Labrousse puis, à partir de 1965, par François Crouzet, devait influencer son activité de chercheur, réfléchissant aux interactions qui caractérisent et animent une organisation industrielle. Ayant assumé différentes responsabilités administratives (nous renvoyons ici à l’hommage publié par Rails et Histoire), son action scientifique prit un tour particulier et devait influencer l’évolution de l’histoire économique en France. Il créa tout d’abord, en 1981, le Centre de recherche en histoire de l’innovation, puis, avec la collaboration de ses collègues de l’EHESS, du CNAM et de Paris VIII, le DEA d’histoire des techniques en 1988, arrimant ces questions aux problématiques de l’histoire totale. Cette formation fut pendant un temps le lieu de rencontres improbables auparavant, où se croisèrent des historiens, des ingénieurs, des archéologues, des anthropologues, des gestionnaires, des conservateurs, des spécialistes du monde rural et des villes.

4En tant que Président de l’AFHE (Association française d’histoire économique) de 1984 à 1987, il renforça l’identité de l’histoire économique et s’impliqua, à mesure que ses recherches ou celles de ses élèves progressaient, dans la création de différentes structures associatives, ministérielles, entrepreneuriales, afin de permettre aux jeunes chercheurs d’investir ces champs encore peu systématiquement explorés qu’étaient la science, la technique, l’innovation et l’entreprise. Mais, enseignant également à l’École nationale des chartes, la protection de ces fonds d’archives originaux – au mieux oubliés, au pire menacés – le souciait énormément car sans archives, point d’histoire. Tout cela explique la vitalité de son engagement. Il participa à la création de l’Association pour l’histoire de l’électricité en France (1981), à la fondation de l’Institut pour l’histoire de l’aluminium (1986), du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (CHEFF) et de l’Association pour l’histoire des chemins de fer (aujourd’hui Rails et Histoire) (1987), de l’Institut pour l’histoire de l’industrie (IDHI) et de l’Association Georges Pompidou (1989), de l’Association pour l’histoire des caisses d’épargne et du Comité pour l’histoire de la Poste (1995). Retrouvant ses deux collègues, Henri Morsel et Patrick Fridenson, quasiment à chaque fois, ce trio proposait pour le plus grand bonheur de leurs élèves des directions de recherche et des analyses critiques complémentaires permettant l’approche aussi exhaustive que possible des questions que posaient ces thèmes d’études. On doit à leur souci commun du patrimoine que des recherches aient eu lieu, même si certaines seraient à nouveau impossibles aujourd’hui. Ajoutons que, sur une idée de Patrick Fridenson, une collégialité très élargie cette fois puisque, outre de nombreux historiens, elle incluait aussi des collègues des sciences de gestion, prit la forme, en 1992, d’Entreprises et Histoire, attestant de la vitalité du courant initié au cours de la décennie précédente.

5Revenons au contenu de son œuvre. Sa thèse de doctorat d’État fut remarquée par son approche originale qui reposait sur l’étude des interactions entre les prix, les coûts et la politique tarifaire de la Compagnie des chemins de fer du Nord, analysant avec précision les crises des transports dues à la fois au ralentissement des investissements (lui-même provoqué par une hausse des prix) et aux distorsions entre, d’une part, les services et les technologies spécifiques à la traction à vapeur et, d’autre part, à la gestion du trafic. Il a ainsi rompu avec l’historiographie traditionnelle qui décrivait les progrès techniques sans considérer le contexte qui les avait vu naître, en restituant à la technologie sa juste place dans les processus de changement observés. Il a en outre souligné l’importante action de l’État, en précisant combien son rôle fut déterminant pour le développement économique des espaces étudiés – le Nord.

6L’histoire économique, celle des entreprises, des techniques et des réseaux allaient constituer la trame de fond de ses nombreux travaux ultérieurs, proposant des sujets originaux à ses nombreux élèves. Croisant les faits économiques avec les analyses systémiques initiées par Bertrand Gille, il porta une grande attention aux exceptions, aux dysfonctionnements, évoquant l’instabilité des systèmes techniques qui, analysés sur la longue durée et replacés dans leurs milieux sociaux, évoluent sans discontinuité. Il soulignait ainsi le caractère continu du cheminement technique. L’analyse au sein de cette solidarité technique de faits remarquables lui permit de discerner des périodes au cours desquelles la rupture produite par une invention modelant la société qui en est à l’origine, place pour un temps l’innovation au cœur de l’approche historique. Il put démontrer en s’appuyant sur de nombreux exemples que l’innovation est une adaptation qui, par tâtonnements successifs, répond à la demande sociale, sans omettre de souligner la réversibilité du processus.

7Le dernier ouvrage qu’il nous laisse, La dynamique de l’innovation. Changement technique et changement social (xvie-xxe siècle) (Paris, Gallimard, 2010), reprend l’ensemble des faits qu’il a étudiés pour offrir une synthèse sur le temps long des processus de changements techniques. Cet ouvrage explique comment la technique est devenue l’élément structurant de notre quotidien, quel que soit le lieu où nous nous trouvons.

8Avant tout historien, François Caron plaçait l’homme (artisan, ouvrier, entrepreneur, inventeur, savant, chercheur, ingénieur, consommateur) au cœur de ses réflexions, analysant leurs savoirs spécifiques afin d’expliquer et de rendre intelligibles les processus qui ont conduit à notre société aujourd’hui normée par les technologies de l’information.

9Ainsi avec d’autres, dont les collègues des Sciences studies dont il commentait régulièrement les travaux, François Caron a largement contribué au renouvellement des cadres conceptuels qui traversent l’histoire des sciences, des techniques, de l’innovation et des entreprises, replaçant ces objets d’étude non seulement au cœur de notre discipline, mais aussi et surtout au cœur des enseignements dispensés dans les cursus SHS de l’enseignement supérieur français.

10Homme de convictions à n’en pas douter, libéral (au sens politique) mais pas idéologue, François Caron était un homme bienveillant qui sut accueillir au CRHI des chercheurs venus d’horizons politiques et sociaux différents, ayant des objets de recherche très variés pour la plus grande richesse des débats. Car ce qu’il aimait n’était-ce pas justement ces discussions pour affiner nos analyses ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muriel Le Roux et Michèle Merger, « François Caron (1931-2014) »Artefact, 3 | 2016, 7-9.

Référence électronique

Muriel Le Roux et Michèle Merger, « François Caron (1931-2014) »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 04 mai 2021, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8174

Haut de page

Auteurs

Muriel Le Roux

CNRS, IHMC-ENS-Paris 1, Comité pour l’histoire de La Poste

Articles du même auteur

Michèle Merger

CNRS et Rails et Histoire

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search