Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Le XXe siècle du TechniqueL’apprentissage artisanal dans l’...

Le XXe siècle du Technique

L’apprentissage artisanal dans l’enseignement professionnel : enjeu des relations État-artisanat du milieu des années 1950 à 1971

Craft apprenticeship within vocational education : the issues at stake in State-Artisanat relationships from the mid -1950s to 1971
Cédric Perrin
p. 67-81

Résumés

En France, l’artisanat, avec ses chambres de métiers et ses entreprises, contribue à l’enseignement professionnel à travers l’apprentissage. Après 1945, l’État privilégie la voie scolaire pour développer l’enseignement technique alors que l’artisanat veut y préserver son rôle. L’apprentissage apparaît comme un enjeu des relations État-artisanat. Après avoir mesuré la contribution de l’apprentissage artisanal à l’enseignement professionnel, cet article décrit les paradoxes du dialogue entre l’État et l’artisanat à propos de l’apprentissage du milieu des années 1950 à 1971.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Vincent Troger, « L’histoire de l’enseignement technique : entre les entreprises et l’État, la rech (...)
  • 2 Les entreprises nationalisées après la Libération ont leurs centres d’apprentissage organisés sur l (...)
  • 3 Voir notamment Bernard Charlot, Madeleine Figeat, Histoire de la formation des ouvriers de 1789 à 1 (...)

1Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’enseignement professionnel en France présente une très grande hétérogénéité. « Né de père inconnu », selon l’expression de Vincent Troger, il reste marqué par la diversité de ses origines1. Il met en jeu de nombreux acteurs et se décline dans de nombreuses filières : écoles municipales, écoles d’entreprise2, centres d’apprentissage (futurs collèges d’enseignement technique puis lycées professionnels)3. L’artisanat est l’un de ses acteurs et l’apprentissage artisanal une de ses filières. C’est un apprentissage en entreprise qui repose sur l’acquisition de savoir-faire professionnels précis, complétée par des cours professionnels (ceux prévus par la loi Astier de 1919), et dont l’accomplissement est certifié par un examen de fin d’apprentissage artisanal (EFAA). Il se distingue donc de l’enseignement professionnel scolaire.

  • 4 Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple (1911-2011), Ren (...)

2L’apprentissage représente un enjeu pour l’artisanat, bien que diversement appréhendé par les artisans eux-mêmes. On entendra par « artisan » un petit producteur de bien ou de service et par « artisanat » l’ensemble de leurs entreprises. Les chambres de métiers sont les institutions qui le représentent. Dès leur fondation en 1925, l’organisation de l’apprentissage dans l’artisanat est l’une de leurs missions. Mais elles ont montré ensuite peu d’empressement à s’engager dans la délivrance du diplôme du CAP, dans lequel elles voient une formation trop abstraite et éloignée des besoins immédiats des entreprises et, de surcroît, concurrente de la leur4.

  • 5 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 4 juin 1953. Le secrétaire d’État à l’Enseignement tech (...)
  • 6 Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes, Paris, La Dispute, 2002. 
  • 7 Gilles Moreau, « Les nouvelles frontières de l’apprentissage (étude en pays de la Loire) », Revue f (...)

3En 1950, le secrétaire d’État à l’Enseignement technique installe une commission consultative de l’apprentissage artisanal afin d’adapter celui-ci au nouveau contexte de l’après-guerre. Puis, en 1953, il approuve le règlement général de l’apprentissage artisanal5. L’artisanat, à travers les chambres de métiers, espère alors que l’examen de fin d’apprentissage artisanal soit reconnu comme un équivalent du CAP, ce que l’État refuse. Cette demande et la réponse qu’elle reçoit font écho aux nombreuses controverses qui marquent alors l’enseignement professionnel (formation scolaire ou en entreprise, place du diplôme…6) et qui opposent notamment les « verticalistes » (qui défendent l’autonomie de l’enseignement technique) et les partisans d’une unification, notamment au sein de la commission consultative où l’équivalence du CAP et de l’EFAA est âprement débattue. En refusant l’équivalence, l’État exprime son choix de privilégier la scolarisation de l’apprentissage autour du diplôme du CAP. Cependant, en 1956, une commission de l’artisanat est établie au sein du Plan avec un groupe de travail sur l’apprentissage. Le dialogue n’est donc pas a priori totalement fermé. Mais, en 1971, la réforme de l’apprentissage met fin aux cours professionnels artisanaux en faisant de l’apprentissage une filière éducative à part entière7 et referme la séquence ouverte en 1953.

  • 8 Lucie Tanguy a utilisé d’autres archives du Plan de la même période dans « La mise en équivalence d (...)

4C’est à cette séquence que cette étude s’intéressera à partir du dépouillement des archives de la commission de l’artisanat et, plus spécifiquement, de son groupe de travail apprentissage, pour les IIIe, IVe et Ve plans (qui couvrent une période allant de 1956 à 1970), qui n’ont (à ma connaissance) pas encore été mobilisées par les travaux portant sur l’histoire de l’enseignement professionnel et de l’apprentissage8. Cette chronologie soulève plusieurs interrogations. Pourquoi ce groupe de travail sur l’apprentissage artisanal a-t-il été créé ? À quoi sert-il ? Qu’est-ce que l’État en attend ? Qu’est-ce que, de leur côté, les chambres de métiers en attendent ? Plus globalement, enfin, qu’est-ce qui est en jeu dans le dialogue entre l’État et les artisans au sujet de l’apprentissage ?

Le contexte institutionnel : quelle place pour l’artisanat ?

  • 9 Sur cette évolution et les débats au sein de l’État, Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. (...)

5Le refus de 1953 reflète une déqualification plus globale de l’artisanat aux yeux de l’État au début des années 1950 au regard de ses propres objectifs économiques. L’ambition de moderniser l’économie française avec une référence quasi obsessionnelle à la productivité conduit ce dernier à privilégier les grandes organisations et à se détourner des PME et des artisans, rompant ainsi avec le paradigme socio-politique de la IIIe République9. La crise poujadiste est la manifestation la plus connue de ce divorce. Néanmoins, l’État commence à infléchir sa politique artisanale à la fin des années 1950, notamment en intégrant l’artisanat dans les structures du Plan.

La commission de l’artisanat et son groupe apprentissage

  • 10 Polytechnicien, directeur général de la SNCF en 1946, député gaulliste des Vosges, M. Lemaire a été (...)
  • 11 Archives nationales [ensuite AN], 80AJ/328, compte-rendu de la réunion du 15 mars 1965. 
  • 12 G. Moreau, « Apprentissage : une singulière métamorphose », op. cit. 
  • 13 AN, 80AJ/24. 

6La commission de l’artisanat du Commissariat général au Plan (CGP) est créée au printemps 1956 à l’initiative du secrétaire d’État à l’Industrie, Maurice Lemaire10. L’apprentissage n’apparaît pas comme l’une des motivations de cette création, mais il figure d’emblée parmi les sujets majeurs qu’elle aborde. Un de ses cinq groupes de travail lui est dédié11. À l’inverse, la commission de l’Éducation nationale délaisse totalement ce terrain12. Le rapport annuel du CGP de 1958 indique ainsi que l’artisanat « apporte également à l’industrie une contribution importante en main-d’œuvre qualifiée13 ».

  • 14 AN, 80AJ/108. 

7En 1956, le groupe de travail apprentissage comprend cinq membres : trois artisans, un représentant de la direction de l’Enseignement technique et un non précisé14. Les « artisans » sont en réalité des cadres administratifs des chambres de métiers. En 1961, par exemple, le rapporteur du groupe apprentissage est M. Joyau, secrétaire général administratif de la Chambre de métiers de la Loire-Atlantique. Il n’est dès lors pas surprenant que la commission reprenne souvent les propositions des chambres de métiers.

  • 15 L. Tanguy, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans… », op.  (...)

8Le monde artisanal participe désormais à la réflexion sur les orientations économiques et sociales, il se familiarise avec les concepts macroéconomiques et devient un partenaire des politiques publiques15. Sa représentation va ainsi faciliter une certaine convergence entre l’État et l’artisanat, notamment sur la question de la formation professionnelle où les positions de départ sont assez éloignées au milieu des années 1950.

Les institutions de l’enseignement professionnel : la voie scolaire et ses faiblesses au milieu des années 1950

  • 16 OCDE, Pathways and participation in vocational and technical education and training, Paris, OCDE, 1 (...)
  • 17 Benoît Bouyx, « Examinations in a centralised, school-based training system », dans Assessing and c (...)

9L’OCDE distingue les pays où la formation passe très majoritairement par la voie académique (ceux du Commonwealth) et ceux qui ont développé un enseignement professionnel (Europe continentale)16. Dans ces derniers, l’artisanat reste un acteur important pour son rôle dans l’apprentissage, notamment en Allemagne, au Danemark ou en France. Deux voies se distinguent. La Suisse, l’Autriche ou l’Allemagne ont adopté un système dual fondé sur l’alternance entre entreprises et salles de classe, dans lequel les organisations professionnelles jouent un rôle majeur. En France, en Suède ou en Italie, la formation passe davantage par l’école, sous la direction de l’État, et l’apprentissage est davantage confiné aux métiers dits traditionnels (France) ou destiné à ceux qui ont quitté tôt le système scolaire (Italie)17.

  • 18 V. Troger, « L’histoire de l’enseignement technique… », op. cit., p. 599. 
  • 19 Ibid. 

10Cette typologie recoupe bien les forces et les faiblesses de l’enseignement professionnel scolaire français qui s’est construit en écho aux besoins spécifiques de certaines industries. La formation aux métiers du travail des métaux et de l’électricité en a constitué le fer de lance18. La voie scolaire couvre bien ces derniers, moins bien les autres et notamment les métiers dits traditionnels ou artisanaux. En 1954, soit au moment où les chambres de métiers ont tenté de faire reconnaître l’EFAA, les garçons qui apprennent les métiers de la mécanique et de l’électricité constituent près de la moitié des effectifs des établissements sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale19. Les autres spécialités se retrouvent reléguées au second plan. C’est vrai notamment du textile et du bâtiment, mais aussi des métiers de l’alimentation ou de services comme la coiffure. Or, ce sont des métiers où l’artisanat est encore très présent.

11Au milieu des années 1950, l’enseignement technique scolaire présente donc de forts déséquilibres. Il est très développé dans les métiers des métaux, de la mécanique ou de l’électricité, qui demandent un investissement particulier en machines, mais il est encore lacunaire pour d’autres où l’apprentissage se fait donc encore hors de l’école, en entreprise.

La contribution de l’apprentissage artisanal à l’enseignement professionnel

12Ces lacunes de l’enseignement technique et professionnel scolaire sont une clé pour comprendre pourquoi l’État continue de dialoguer avec l’artisanat après avoir refusé de reconnaître l’EFAA, et quelle est la raison d’être du groupe apprentissage de la commission de l’artisanat du Plan notamment. Le tableau de l’apprentissage artisanal dans cette période doit être examiné à cette aune. Est-il complémentaire de la formation professionnelle scolaire ? Que représente-t-il par rapport à l’ensemble de l’enseignement professionnel ?

Un développement qui ne dure pas

  • 20 AN, 80AJ/108, M. Jeudon, président de l’APCM, La productivité dans l’artisanat, 20 mars 1956 ; « Pr (...)
  • 21 AN, 80AJ/108, rapport du groupe de travail « formation professionnelle ». 

13Au cœur des années 1950, le nombre d’apprentis dans l’artisanat est stable et les dirigeants des chambres de métiers se félicitent de former la moitié des apprentis sous contrat, soit autant que les centres d’apprentissage20. Une enquête de février 1961 montre qu’ils sont même en dessous de la réalité : parmi les jeunes en formation, 47,5 % sont élèves d’un établissement, 38 % en apprentissage dans les entreprises de l’artisanat et enfin 14,5 % dans d’autres entreprises, soit 72 % des apprentis dans des entreprises artisanales21. L’apprentissage artisanal entame une forte croissance jusqu’en 1966 (fig. 1). Il est alors à son apogée avec 213 000 apprentis en formation dans des entreprises artisanales.

  • 22 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 30. 
  • 23 Gérés directement ou conjointement avec un autre organisme ; Bruno Magliulo, Les chambres de métier (...)

14Mais cette croissance appelle deux remarques. Premièrement, le nombre d’« apprentis scolarisés » augmente beaucoup plus vite dans le même temps. En 1967, les CET comptent, eux, 546 000 élèves22. Donc, si l’apprentissage artisanal se développe en valeurs absolues, à l’inverse, sa contribution à la formation professionnelle des jeunes diminue. Deuxièmement, la croissance retombe après 1966 et la baisse se poursuit après 1970. En 1983, les CFA gérés par les chambres de métiers n’ont plus que 145 000 apprentis23.

Fig. 1 : nombre d’apprentis dans l’artisanat (1956-1970)

Fig. 1 : nombre d’apprentis dans l’artisanat (1956-1970)

Source : CGP

  • 24 AN, 80AJ/187, IVe plan, note H. Duval. 
  • 25 C’est l’un des points de la réforme Berthoin du 6 janvier 1959 ; elle ne s’applique qu’aux enfants (...)

15La commission de l’artisanat a partiellement anticipé cette évolution dès 1964 pour trois raisons24 : la courbe des naissances décalée de 14 ans (c’est-à-dire le terme de la scolarisation obligatoire) qui va dans ce sens ; l’incitation à poursuivre des études plutôt qu’à entreprendre une formation manuelle ; la croissance du nombre des collèges et lycées techniques qui tarit le vivier des apprentis en entreprise. De plus, la réforme de l’âge de la scolarité obligatoire (terme porté à 16 ans) doit amplifier cette tendance25. Cependant, alors que la commission prévoit un décrochage net et brutal en 1966, mais de courte durée, la décrue est finalement lente et progressive et, surtout, elle dure une vingtaine d’années, jusque dans les années 1980. Ce n’est pas un épisode transitoire. Le nombre d’apprentis qui augmentait régulièrement jusqu’en 1966 diminue ensuite constamment.

Tableau 1 : Répartition des apprentis de l’artisanat par secteurs d’activité en 1970

Secteurs

en milliers

En % de la population active du secteur

En % des apprentis de l’artisanat

Alimentation

41,2

11,6

22,5

Bâtiment

38,8

7,8

21,2

Réparation

34,8

12,3

19,0

Services

23,2

13,1

12,7

Divers

6,1

5,6

3,3

Métaux

5,5

5,6

3,0

Bois

4,1

6,9

2,2

Imprimerie, papier

3,4

7,7

1,9

Textiles

3,3

4,4

1,8

Autres productions

0,9

3,7

0,5

Cuir

0,6

2,3

0,3

Matériaux de construction

0,6

2,3

0,3

Verre, chimie

0,3

3,9

0,2

Transport

0,1

0,4

0,1

Total

182,9

8,8

100

Source : D. Chiarisoli, J.-P. Crapeau, « Le secteur des métiers en 1970 », op. cit., et calculs de l’auteur

Tableau 2 : Nombre d’apprenties dans l’artisanat, 1958-1967 (en milliers)

années

1958

1959

1960

1961

1962

1963

1964

1965

1966

1967

apprenties

20,1

20,2

21,5

23

23,5

25,5

26

27

28

26

Une contribution dépendante des structures de l’artisanat

16La contribution de l’artisanat à l’enseignement professionnel dépend fortement de ses propres structures. Ainsi, les secteurs forts de l’artisanat sont ceux qui participent le plus à la formation d’apprentis.

  • 26 D. Chiarisoli, J.-P. Crapeau, « Le secteur des métiers en 1970 », Économie et statistique, 55, 1974 (...)
  • 27 Henri Mourier, « Essai de statistiques artisanales », Annales de droit économique, 4, 1953, p. 73. 
  • 28 C’est-à-dire l’ensemble de ceux qui travaillent dans l’artisanat, apprentis, ouvriers et artisans c (...)

17À l’échelle nationale, quatre secteurs d’activités dominent très nettement : l’alimentation, le bâtiment, la réparation et les services (tableau 1), qui concentrent 75,4 % des apprentis en formation dans l’artisanat26. Les autres groupes de métiers en représentent chacun moins de 3 %. Alors que ces quatre secteurs forment chacun entre 20 et 40 000 apprentis, certains en emploient moins de 1 000 dans l’ensemble du pays. Dans le travail du bois, du cuir et surtout des textiles, le nombre d’appren--tis s’est effondré puisque ces secteurs en employaient respectivement 9 877, 4 708 et 28 150 en 194427. En 1970, les apprentis forment 8,8 % de la population active de l’artisanat (10,3 % en 1967)28. Leur part est supérieure à la moyenne dans trois secteurs : l’alimentation, les services et la réparation.

  • 29 C. Perrin, Entre glorification et abandon…, op. cit. 
  • 30 AN, 80AJ/328, Ve plan. 

18Les secteurs d’activité qui forment le plus d’apprentis sont les plus importants de l’artisanat. Le bâtiment devient le premier secteur de l’artisanat après la guerre ; c’est le seul qui a continué à se développer durant la crise que traverse l’artisanat dans les années 1950-196029. Il représente avec l’alimentation l’un des piliers de l’artisanat. En 1970, ils regroupent près de la moitié des entreprises artisanales. Avec les services et la réparation, ils en concentrent 72,4 %. Leur contribution à l’apprentissage s’avère donc légèrement supérieure à leur poids dans l’artisanat. Parmi les services, par exemple, l’apprentissage est très développé dans la coiffure : en 1965, les apprentis y sont aussi nombreux que les artisans eux-mêmes (55 000)30.

19À l’inverse, les métiers qui forment peu d’apprentis sont ceux où les artisans sont moins nombreux. Une partie est en déclin. Il faut mettre à part les transports où le nombre extrêmement faible d’apprentis paraît devoir être relié à leur âge (14-17 ans) qui ne leur permet pas encore de disposer du permis de conduire. S’agissant du textile ou du cuir, les très faibles contingents d’apprentis reflètent les difficultés de ces secteurs. Jusqu’au milieu du xxe siècle, la confection représentait l’un des trois principaux secteurs de l’artisanat. Elle a fortement décliné depuis. Ces entreprises n’ont pas une activité suffisante ou sont économiquement trop fragiles pour supporter l’embauche d’un apprenti.

  • 31 C. Perrin, « L’artisanat au féminin. Les artisanes en France au xxe siècle », Histoire et sociétés, (...)
  • 32 AN, 80AJ/108, note de la commission de l’artisanat, 16 août 1962 ; rapport de la même commission su (...)
  • 33 AN, 80AJ/328, Vplan. 
  • 34 K. Thelen, « Skill formation and training », op. cit., p. 560. 
  • 35 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 127. 

20Les structures de l’artisanat pèsent aussi fortement sur la répartition par genre des apprentis. L’artisanat est très masculin : 80 % des artisans sont des hommes31. De même, peu d’apprentis sont des filles. Leur nombre augmente (tableau 2), mais moins vite que celui des garçons et, en conséquence, leur proportion diminue de 14,6 % à 12,7 % entre 1958 et 196632. Les artisanes sont surtout présentes dans la confection (où elles sont même majoritaires) et la coiffure. Ce sont aussi ces métiers qui prennent le plus de jeunes filles en apprentissage33. Le déclin de l’artisanat de la confection fait que ce sont surtout la coiffure et les services qui progressent et il explique la plus lente croissance de l’apprentissage féminin. Ces différences genrées ne sont cependant ni spécifiques à l’artisanat, ni à la France. Kathleen Thelen parle de stéréotype de genre34. En Allemagne ou au Japon, l’apprentissage peine à former une proportion significative de jeunes femmes. Selon Gilles Moreau, « le monde apprenti » est « un univers masculin »35. Il l’est donc de longue date.

Le dialogue État-artisanat et ses paradoxes

21À partir de ce tableau, comment la commission de l’artisanat envisage-t-elle la question de l’apprentissage ? Que préconise-t-elle ? Est-elle suivie par l’État dans ses conclusions ? Quelques préoccupations majeures émergent de ses travaux : le versement de primes aux maîtres d’apprentissage, le développement de l’apprentissage artisanal et la formation et le diplôme. Sur ces sujets, la commission se montre très souvent proche des chambres de métiers.

Les primes aux maîtres d’apprentissage

22Malgré les réticences que l’État (plus particulièrement ici le ministère de l’Éducation nationale et sa direction de l’enseignement technique) manifeste au milieu des années 1950 à l’égard de l’apprentissage en entreprise artisanale, il finance des dispositifs de soutien à celui-ci, notamment des primes aux maîtres d’apprentissage. En 1960, le ministère de l’Éducation nationale verse à 606 artisans des primes de 125 francs. Dans le bâtiment, le Comité central de coordination de l’artisanat (CCCA) verse une aide supplémentaire quand les apprentis sont assidus aux cours. Le ministère de l’Industrie verse aussi une petite prime aux maîtres des apprentis primés lors des concours qu’il organise depuis 1951. Très peu d’artisans sont concernés et le montant de la prime varie selon le classement de l’apprenti.

  • 36 AN, 80AJ/187, IVe plan. 

23La commission de l’artisanat veut développer ces primes : « le service rendu à la Nation en formant des apprentis mérite d’être aidé36 ». Elle estime que les enfants placés en apprentissage sont souvent « inadaptés à la vie sociale » et que le maître doit les éduquer et non seulement leur apprendre son métier. Le nombre de maîtres d’apprentissage bénéficiaires devrait être porté à 25 000 à l’horizon 1965, ce qui représenterait un coût de 11,5 millions de francs, avec une prime de 500 francs par apprenti formé. Il doit s’agir d’une prime à la réussite, versée en cas de succès à la fin de la période d’apprentissage. Cette modalité est explicitement perçue comme une « invitation à refuser les candidats trop faibles ».

24L’évolution suit en partie l’objectif. En 1962, la gestion de ces primes est transférée au ministère de l’Industrie et leur nombre grimpe à 3 400 puis à 7 900 en 1965 (pour un coût de 3,9 millions de francs) et à 12 000 en 1967 (pour 6 millions de francs). Leur montant est également réévalué à 350 puis 500 francs. La progression est nette, mais le résultat atteint se situe néanmoins en-deçà des demandes de la commission. Les bénéficiaires restent peu nombreux. Le montant de la prime paraît peu incitatif. Enfin, la priorité est là aussi donnée aux apprentis de la mécanique et de l’électricité, reproduisant en cela des schémas anciens de l’enseignement technique sans réellement tenir compte des spécificités de l’artisanat.

  • 37 Proposition de loi 2896 sur la formation professionnelle dans l’artisanat et AN, 80AJ/108, rapport (...)
  • 38 La proposition estime que la formation d’un apprenti dans un centre public coûterait 350 000 francs (...)

25En 1957, avec un groupe de vingt-cinq députés MRP, Pierre Pflimlin a proposé d’aller plus loin37. Il prévoit de considérer les apprentis sous contrat comme des élèves des établissements scolaires et d’indemniser les maîtres d’apprentissage, au moins une partie d’entre eux (sa proposition concernerait 15 000 artisans), avec l’argument que cette indemnité ne représenterait que 10 % de ce que l’État devrait débourser s’il devait former l’apprenti lui-même dans un établissement public. Autrement dit, pour le député MRP, l’État a intérêt à soutenir l’apprentissage artisanal car celui-ci lui permet de réaliser une économie conséquente sur le budget de l’Éducation nationale. D’après les conditions d’application et les coûts estimés pour cette indemnisation, si l’État devait assumer lui-même la formation de ces apprentis, il devrait alors dépenser au moins 46 milliards de francs par an38. Sa proposition n’est pas votée, mais, premièrement, elle montre que la voie de l’apprentissage artisanal bénéficie de l’intérêt et du soutien d’une partie du personnel politique et, deuxièmement, elle met en lumière les enjeux financiers de l’enseignement professionnel, notamment pour les dépenses publiques.

Développer le nombre d’apprentis pour suivre le « modèle allemand » ?

  • 39 Bulletin des Chambres de métiers de France, 2, mars 1965. 
  • 40 L’exemple des artisans de la région de Limoges qui se sont précocement dotés également d’une Chambr (...)
  • 41 Pour un regard sur ce modèle, Jean-François Eck, « L’introduction de la collégialité dans le droit (...)
  • 42 Jean Jeudon, La productivité dans l’artisanat, conférence du 20 mars 1956. 
  • 43 K. Thelen, « Skill formation and training », op. cit., p. 564 ; Vincent Troger, « Du modèle alleman (...)
  • 44 K. Thelen, « Skill formation and training », op cit., p. 573. 

26Alors que l’État développe l’offre scolaire de formation technique, la commission de l’artisanat envisage de développer l’apprentissage artisanal. Au milieu des années 1960, elle estime, tout comme l’Assemblée permanente des chambres de métiers (APCM), qu’il pourrait y avoir 300 000 apprentis en formation dans l’artisanat, soit le double de ce qu’il est effectivement au même moment. Cette estimation s’appuie notamment sur une comparaison avec la situation en Allemagne qui compte, en 1964, 707 000 artisans et 429 000 apprentis, soit un ratio beaucoup plus fort qu’en France39. La référence à l’Allemagne est forte et récurrente chez les dirigeants de l’artisanat français dans les débats qui accompagnent l’organisation puis les mutations tant de l’artisanat que de l’apprentissage. Il existe, aux yeux d’une partie des commentateurs français tout du moins, un modèle allemand qu’il faudrait suivre. Il faut rappeler que les chambres de métiers ont été fondées en s’inspirant grandement, mais pas uniquement, de leurs homologues allemandes40. En Allemagne, la loi du 26 juillet 1897 crée les chambres de métiers et elle fait de l’organisation de l’apprentissage une de leurs principales prérogatives. Elle a été appliquée en Alsace et en Moselle et ces trois départements conservent leurs chambres de métiers après 1918, avant que ces institutions ne soient généralisées dans l’ensemble du pays en 1925. La référence à l’Allemagne reste ensuite omniprésente dans les débats français, y compris après la Seconde Guerre mondiale. S’agissant de l’apprentissage, la voie de la formation en alternance est l’un des aspects d’un « modèle allemand » dont l’influence se retrouve aussi dans d’autres pays européens41. Dans une conférence prononcée en 1956, Jean Jeudon, président de l’APCM, en vante les mérites, notamment pour le rôle qu’y tiennent les chambres de métiers42. L’une des caractéristiques de l’enseignement professionnel allemand (depuis la fin du xixe siècle) est effectivement que les employeurs, à travers les organisations professionnelles, jouent un grand rôle dans le pilotage du système alors qu’en France, comme en Suède et en Italie, la coordination passe davantage par l’État43. Au Danemark, les organisations artisanales ont également un rôle institutionnel important dans la gestion de la formation professionnelle, depuis la loi sur l’apprentissage de 188944.

  • 45 Jean Mallasigne, « L’artisanat dans la planification française », Droit social, 5, 1964, p. 261 ; J (...)
  • 46 On trouvera une relecture de ce mythe dans Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âg (...)
  • 47 AN, 80AJ/187, la formation des professionnels qualifiés, APCM, juin 1965. 
  • 48 Ibid., note sur la formation professionnelle de l’artisanat, 29 janvier 1965. 
  • 49 Enquête citée dans le rapport de la commission de l’artisanat de juillet 1957. 

27Malgré son développement, l’apprentissage artisanal en France apparaît donc beaucoup moins développé qu’il ne pourrait l’être en comparaison d’autres pays européens, particulièrement de l’Allemagne. On touche là à un des paradoxes de la question car, si les chambres de métiers accordent une grande importance à l’apprentissage, c’est beaucoup moins vrai des artisans eux-mêmes. Pour les chambres de métiers, l’apprentissage est un sujet très important, dont elles ont la charge depuis leur création en 1925. Elles collectent la taxe d’apprentissage. L’apprentissage représente entre 50 et 60 % de leur budget45. Le rapport général du CGP de 1958 présente l’apprentissage comme « un des soucis majeurs de l’artisanat français ». Cette position conduit à surestimer l’importance de l’apprentissage dans l’artisanat. Les artisans eux-mêmes sont beaucoup moins impliqués. Les apprentis sont peu nombreux par rapport au nombre d’artisans. Ils représentent un apport de main-d’œuvre secondaire (tableau 1). La réalité est loin du mythe du maître artisan avec compagnons et apprentis46. Selon l’APCM, en 1965, environ 20 % des artisans forment un apprenti, dont un quart en forme même plusieurs47. Une note du Service de l’artisanat donne un chiffre équivalent puisque, selon elle, le nombre d’apprentis par rapport au total des artisans est de 22 % en 1963 ; avec des différences géographiques marquées puisque ce rapport varie de 6 % à 48 % selon les départements48. Une enquête réalisée auprès des artisans du département de la Sarthe fait apparaître que la majorité de ceux qui ont formé des apprentis dans les dix dernières années y ont renoncé, dont plus d’un quart depuis plus de cinq ans, ce qui semble indiquer un choix durable, voire définitif49. La même enquête révèle que la moitié des maîtres sont de jeunes artisans, installés depuis moins de cinq ans ; les plus âgés ne veulent plus assumer cette charge.

  • 50 AN, 80AJ/108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1957. 
  • 51 Je tiens à remercier les artisans et anciens apprentis qui m’ont ouvert leurs archives personnelles (...)
  • 52 Daniel Bertaux, Isabelle Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France : how it lives and why it surv (...)

28Plusieurs raisons sont avancées pour expliquer les réticences des artisans à prendre des apprentis. Les artisans sarthois, par exemple, évoquent les charges financières et les tracasseries administratives et fiscales. Le statut d’artisan fiscal hérité des années 1920 agit comme un frein. En effet, il ne permet d’avoir qu’un seul apprenti ; un artisan ne peut commencer à en former un nouveau que si le premier est déjà en troisième année de formation. S’il ne remplit pas ces conditions, il perd le statut d’artisan fiscal et les facilités qui y sont liées. D’après les chambres de métiers, le coût financier d’un apprenti (au milieu des années 1950) est de 5 000 francs par an s’il n’est pas rémunéré, de 105 000 francs s’il est nourri-logé mais pas rémunéré, de 70 000 à 250 000 francs (selon les conventions en vigueur dans chaque métier) s’il est rémunéré, et enfin de 170 000 à 350 000 francs s’il est rémunéré et nourri-logé50. Toutefois, les règles de rémunération des apprentis sont souvent beaucoup plus floues. Dans les contrats d’apprentissage, se retrouve fréquemment la formule « selon travail effectué »51. En outre, cette approche tend à ne considérer l’apprenti que sous le rapport du coût et néglige sa participation à la production et au chiffre d’affaires. Les sociologues Daniel et Isabelle Bertaux proposent une autre explication dans leur étude de la boulangerie des années 1960 : la mécanisation diminue la part des opérations manuelles et, avec elles, le besoin d’apprentis52.

La question du diplôme : EFAA ou CAP ?

  • 53 AN, 80AJ/328, Ve plan. 

29Dans les années 1960, avec l’ouverture du Marché commun, les représentants syndicaux des artisans craignent de voir se développer une concurrence d’artisans étrangers qui viendraient travailler, voire s’installer, en France. La commission soulève le problème de la coordination et demande une reconnaissance mutuelle des diplômes et des titres de qualification53. Mais, pour l’heure, ce problème se pose surtout à l’échelle nationale.

  • 54 Guy Brucy, « Penser historiquement le CAP », dans G. Brucy et al. (dir.), Le CAP. Un diplôme du peu (...)
  • 55 Sur l’organisation de l’EFAA, Marc Suteau, « Un non-diplôme : l’examen de fin d’apprentissage artis (...)
  • 56 G. Moreau, « Apprentissage : une singulière… », op. cit. 
  • 57 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 32 ; Marie-Christine Combes, « La loi de 1971 sur l’appr (...)

30Les chambres de métiers défendent leur formation et leur examen : l’EFAA. C’est une ligne de fracture entre elles et l’État. Dès l’entre-deux-guerres, elles rechignent à présenter les apprentis au CAP. L’EFAA est l’application de la loi du 20 mars 1928 qui impose le contrat d’apprentissage écrit et signé et un examen de fin d’apprentissage, et de la loi dite Walter-Paulin du 10 mars 1937 qui en confie la responsabilité aux chambres de métiers pour l’artisanat et fonde véritablement l’apprentissage artisanal. Dès lors, celles-ci veulent imposer l’EFAA comme un équivalent dans l’artisanat du CAP pour le commerce et l’industrie54, tout particulièrement au sein de la Commission consultative à l’apprentissage artisanal créée en 1950 par le secrétaire d’État à l’Enseignement technique, André Morice, député radical-socialiste de Nantes, et qui rassemble des représentants des chambres de métiers, de la Direction de l’Enseignement technique et du ministère de l’Industrie. En 1953, l’État édite le règlement général de l’apprentissage artisanal en juin, puis celui des CAP en octobre, mais sans établir d’équivalence55. La circulaire du 16 mai 1961 crée les centres de formation d’apprentis (CFA) pour remplacer les cours professionnels de la loi Astier de 191956. Le même texte augmente sensiblement le nombre d’heures de cours, alors que les apprentis de l’artisanat n’en reçoivent encore que trois à quatre par semaine (il serait prématuré de parler pour cette période de formation par alternance, comme en Allemagne où le temps passé en classe est plus conséquent). Enfin, le CAP devient la seule référence. La disparition de l’EFAA est acquise avec la réforme de l’apprentissage de 1971, dont il est purement et simplement exclu. Le choix qui est fait est donc de faire rentrer l’apprentissage dans la dynamique de scolarisation57.

  • 58 L’Éducation nationale, 17 janvier 1946, cité par V. Troger, « L’histoire de l’enseignement techniqu (...)

31Sans revenir ici sur le détail d’une évolution et de débats déjà connus, la défense de l’EFAA va à l’encontre de la progressive scolarisation de l’apprentissage professionnel. L’apprentissage auprès d’un artisan ne délivre qu’une formation pratique à un métier qui n’est pas équivalente à l’« éducation globale » reçue à l’école. Ce sont deux conceptions de l’enseignement technique qui s’opposent ainsi. La Direction de l’Enseignement technique privilégie l’enseignement technique dans l’école au nom de « la formation méthodique et complète de l’Homme, du travailleur et du citoyen ». Roger Gal, professeur à l’ENSET et militant du Groupe français d’éducation nouvelle, défend l’idée que l’enseignement technique doit promouvoir « un véritable humanisme technique »58. La réforme Berthoin de 1959 unifie et intègre l’enseignement technique dans l’enseignement secondaire avec, d’une part, les lycées techniques et, d’autre part, les collèges d’enseignement technique (futurs lycées professionnels). Les réformes de l’apprentissage de 1961 et 1971 s’inscrivent dans cette lignée.

  • 59 L. Tanguy, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans… », op.  (...)

32Par ailleurs, dans les années 1960, le CGP et sa commission de la main-d’œuvre élaborent une nomenclature des niveaux de qualification avec en toile de fond l’objectif d’une économie plus productive qui requiert une élévation du niveau de formation59. La notion même de formation naît à cette occasion afin de trouver une convergence entre les diplômes de l’Éducation nationale et les besoins en termes de qualification des entreprises. Elle établit une relation entre les niveaux de formation et d’emploi. Dans la nomenclature élaborée à cette occasion, le niveau V est celui des ouvriers qualifiés et correspond à la détention d’un CAP. Déjà, les conventions collectives signées en 1936 (notamment dans la métallurgie), puis la grille de classification salariale Parodi de 1945 (du nom du ministre du Travail) distinguent les ouvriers professionnels des ouvriers spécialisés par la détention du CAP. Cette évolution valorise donc la détention du CAP.

  • 60 Jean Mallasigne, « L’artisanat : vestige du passé – utilité économique – nécessité sociale », Droit (...)
  • 61 Dans la boulangerie, par exemple, voir D. Bertaux, I. Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France.. (...)
  • 62 Guy Brucy, « L’apprentissage ou… les apprentissages ? », Revue française de pédagogie, 183, 2013, p (...)
  • 63 « Problèmes actuels de l’artisanat bisontin », op. cit., p. 149. 

33Enfin, les chambres de métiers apparaissent assez isolées dans leur défense de l’EFAA. Cette question du diplôme montre une autre divergence entre elles et les artisans. La promotion du diplôme se retrouve chez les artisans eux-mêmes ; la part de ceux qui en détiennent un, dont le CAP, croît dans les années 1960. En Indre-et-Loire, par exemple, elle serait passée d’un quart à un tiers dans la première moitié des années 196060. De plus, les artisans poussent leurs enfants à faire des études et à obtenir des diplômes et non pas à faire un apprentissage dans l’artisanat pour reprendre l’atelier familial61. De ce point de vue, il faut se défaire du lieu commun sur les « artisans de père en fils ». À la veille de sa suppression, l’EFAA apparaît comme un examen moribond. Les artisans interrogés dans le cadre de cette recherche ne se souviennent pas de l’EFAA, alors qu’à l’inverse, ils se souviennent très bien du CAP, des cours du soir, et qu’ils ressortent leur contrat d’apprentissage et leur médaille du CAP. Dans les années 1960, le contrat d’apprentissage, enregistré auprès de la Chambre de métiers (qui en fournit d’ailleurs le modèle), prévoit toujours que l’apprenti doit se présenter à l’EFAA, mais, en réalité, celui-ci passe plutôt le CAP. Guy Brucy a analysé une enquête de 1963 des ministères de l’Éducation nationale et du Travail : sur 71 secteurs d’activités (regroupant 866 métiers artisanaux), le CAP l’emporte dans 61 secteurs, tandis que l’EFAA ne concerne plus que des activités traditionnelles comme la chapellerie ou le charronnage62. D’ailleurs, deux chambres de métiers, dont celle du Doubs, ont pris acte de cette évolution et font passer le CAP plutôt que l’EFAA dès 196063.

 

34Cette séquence du dialogue entre l’État et les artisans, au sujet de l’apprentissage, paraît donc très significative pour au moins trois grandes raisons. Premièrement, elle montre comment chacun des acteurs concernés (État, chambres de métiers, artisans) joue sa partition en ayant autre chose en vue que ce qui est au centre de la discussion. Pour les chambres de métiers notamment, l’apprentissage est un dossier majeur, bien plus que pour les artisans eux-mêmes, et c’est leur propre légitimité qui est en jeu dans le débat sur le devenir de l’apprentissage en entreprise. La question se retrouve donc en quelque sorte instrumentalisée. Deuxièmement, malgré ses réticences, l’État ne peut pas totalement se passer de l’apprentissage artisanal, du fait des faiblesses de l’enseignement technique scolaire. Et, troisièmement, l’État fait entrer l’apprentissage dans la voie de la scolarisation, ce qui est acté par la loi de 1971 qui reconnaît la place de l’apprentissage et met fin définitivement à l’EFAA.

  • 64 Guy Brucy, Vincent Troger, « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scola (...)
  • 65 Note de la DARIC, citée par Prisca Kergoat, « Une redéfinition des politiques de formation. Le cas (...)

35Enfin, il convient de remettre ces débats en perspective. La période considérée s’insère dans ce que Guy Brucy et Vincent Troger ont dénommé la « parenthèse scolaire64 ». Après une longue période de promotion de l’enseignement professionnel par et dans l’école, les années 1980 marquent le début d’un renouveau de la formation en alternance et de l’apprentissage. La loi de 1987 a considérablement étendu le champ de l’apprentissage. L’implication des grandes entreprises a grandi, mais près de 90 % des entreprises formatrices sont toujours de petites entreprises (de moins de 50 salariés)65.

Haut de page

Notes

1 Vincent Troger, « L’histoire de l’enseignement technique : entre les entreprises et l’État, la recherche d’une identité », Histoire, économie et société, 1989, 4, p. 594 ; voir également Stéphane Lembré, L’école des producteurs. Aux origines de l’enseignement technique en France (1800-1940), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. 

2 Les entreprises nationalisées après la Libération ont leurs centres d’apprentissage organisés sur le modèle de l’enseignement technique public ; voir la contribution de Nicolas Hatzfeld et Emmanuel Quenson dans le présent dossier. 

3 Voir notamment Bernard Charlot, Madeleine Figeat, Histoire de la formation des ouvriers de 1789 à 1985, Paris, Minerve, 1985 ; Guy Brucy, Histoire des diplômes de l’enseignement technique et professionnel (1880-1965) : l’État, l’école, les entreprises et la certification des compétences, Paris, Belin, 1998 ; Gérard Bodé, L’enseignement technique de la Révolution à nos jours, Paris, Economica, 2002 ; Gérard Bodé et Philippe Marchand, Formation professionnelle et apprentissage (xviiie-xxe siècles), Paris, INRP/Revue du Nord, 2003 ; Gilles Moreau, Le monde apprenti, Paris, La Dispute, 2003 ; Gilles Moreau, « Apprentissage : une singulière métamorphose », Formation emploi, 101, 2008, p. 119-133. 

4 Guy Brucy, Fabienne Maillard et Gilles Moreau (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple (1911-2011), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013. 

5 Bulletin officiel de l’Éducation nationale, 4 juin 1953. Le secrétaire d’État à l’Enseignement technique est André Morice en 1950, puis Jean Masson en 1953, tous deux radicaux-socialistes. 

6 Gilles Moreau (dir.), Les patrons, l’État et la formation des jeunes, Paris, La Dispute, 2002. 

7 Gilles Moreau, « Les nouvelles frontières de l’apprentissage (étude en pays de la Loire) », Revue française de pédagogie, 131, 2000, p. 65 ; Jacques Amos, « La question de l’alternance en France », Panorama, 1, 2001, p. 16 ; Marc Suteau, « Les artisans et le CAP : une conversion tardive (1945-2000) », Revue française de pédagogie, 180, 2012, p. 43-52. 

8 Lucie Tanguy a utilisé d’autres archives du Plan de la même période dans « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans (1962-1970) », Revue française de sociologie, 43, 4, 2002, p. 685-709. 

9 Sur cette évolution et les débats au sein de l’État, Cédric Perrin, Entre glorification et abandon. L’État et les artisans en France, Paris, CHEFF, 2007. 

10 Polytechnicien, directeur général de la SNCF en 1946, député gaulliste des Vosges, M. Lemaire a été plusieurs fois ministre au cours de la IVe République ; le détail de cette création dans C. Perrin, Entre glorification et abandon. op. cit. 

11 Archives nationales [ensuite AN], 80AJ/328, compte-rendu de la réunion du 15 mars 1965. 

12 G. Moreau, « Apprentissage : une singulière métamorphose », op. cit. 

13 AN, 80AJ/24. 

14 AN, 80AJ/108. 

15 L. Tanguy, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans… », op. cit., p. 690. 

16 OCDE, Pathways and participation in vocational and technical education and training, Paris, OCDE, 1998. 

17 Benoît Bouyx, « Examinations in a centralised, school-based training system », dans Assessing and certifying occupational skills and competences in vocational education and training, Paris, OCDE, 1996 ; Kathleen Thelen, « Skill formation and training », dans Geoffrey Jones, Jonathan Zeitlin (éd.), The Oxford handbook of business history, Oxford, Oxford university Press, 2007, p. 563. 

18 V. Troger, « L’histoire de l’enseignement technique… », op. cit., p. 599. 

19 Ibid. 

20 AN, 80AJ/108, M. Jeudon, président de l’APCM, La productivité dans l’artisanat, 20 mars 1956 ; « Problèmes actuels de l’artisanat bisontin », actes du colloque sur l’artisanat (Besançon, 10-12 juin 1960), Cahiers d’études comtoises, 3, Annales littéraires de l’université de Besançon, 45, 1961, p. 142. 

21 AN, 80AJ/108, rapport du groupe de travail « formation professionnelle ». 

22 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 30. 

23 Gérés directement ou conjointement avec un autre organisme ; Bruno Magliulo, Les chambres de métiers, Paris, PUF, Que sais-je ?, 1985, p. 90. 

24 AN, 80AJ/187, IVe plan, note H. Duval. 

25 C’est l’un des points de la réforme Berthoin du 6 janvier 1959 ; elle ne s’applique qu’aux enfants de plus de 6 ans en 1959 et ne concerne donc tous les enfants qu’au milieu de la décennie suivante. 

26 D. Chiarisoli, J.-P. Crapeau, « Le secteur des métiers en 1970 », Économie et statistique, 55, 1974, p. 61. 

27 Henri Mourier, « Essai de statistiques artisanales », Annales de droit économique, 4, 1953, p. 73. 

28 C’est-à-dire l’ensemble de ceux qui travaillent dans l’artisanat, apprentis, ouvriers et artisans compris ; D. Chiarisoli, J.-P. Crapeau, « Le secteur des métiers en 1970 », op. cit., p. 61. 

29 C. Perrin, Entre glorification et abandon…, op. cit. 

30 AN, 80AJ/328, Ve plan. 

31 C. Perrin, « L’artisanat au féminin. Les artisanes en France au xxe siècle », Histoire et sociétés, 16, 2005, p. 114. 

32 AN, 80AJ/108, note de la commission de l’artisanat, 16 août 1962 ; rapport de la même commission sur l’exécution du IVPlan en 1965. 

33 AN, 80AJ/328, Vplan. 

34 K. Thelen, « Skill formation and training », op. cit., p. 560. 

35 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 127. 

36 AN, 80AJ/187, IVe plan. 

37 Proposition de loi 2896 sur la formation professionnelle dans l’artisanat et AN, 80AJ/108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1957. Sur Pierre Pflimlin, le MRP et les artisans, C. Perrin, Entre glorification et abandon…, op. cit. 

38 La proposition estime que la formation d’un apprenti dans un centre public coûterait 350 000 francs et il y a 132 000 apprentis à la même date. 

39 Bulletin des Chambres de métiers de France, 2, mars 1965. 

40 L’exemple des artisans de la région de Limoges qui se sont précocement dotés également d’une Chambre de métiers, qui revendique d’ailleurs le titre de « première Chambre de métiers de France », doit être mentionné ; Pascal Plas, « La Chambre de métiers de la Haute-Vienne, “première Chambre de métiers de France” », dans Clotilde Druelle-Korn (dir.), Les corps intermédiaires économiques. Entre l’État et le marché, Limoges, PULIM, 2011, p. 103-122. 

41 Pour un regard sur ce modèle, Jean-François Eck, « L’introduction de la collégialité dans le droit français des sociétés : à la recherche d’une influence allemande », dans Olivier Dard, Hervé Joly, Philippe Verheyde (dir.), Les entreprises françaises, l’Occupation et le second xxe siècle, Metz, CRULH, 2011. Hors de France, voir, par exemple, Angel de la Fuente, El mito alemán, Barcelona, Instituto de análisis económico (CSIC), octobre 2012. 

42 Jean Jeudon, La productivité dans l’artisanat, conférence du 20 mars 1956. 

43 K. Thelen, « Skill formation and training », op. cit., p. 564 ; Vincent Troger, « Du modèle allemand à la scolarisation à plein temps des apprentissages : le tournant des années 1940-1950 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40, n° 3, 1993, p. 490-502. 

44 K. Thelen, « Skill formation and training », op cit., p. 573. 

45 Jean Mallasigne, « L’artisanat dans la planification française », Droit social, 5, 1964, p. 261 ; J. Jeudon, La productivité dans l’artisanat, op. cit. 

46 On trouvera une relecture de ce mythe dans Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Toulouse, Éditions Méridiennes, 2009. 

47 AN, 80AJ/187, la formation des professionnels qualifiés, APCM, juin 1965. 

48 Ibid., note sur la formation professionnelle de l’artisanat, 29 janvier 1965. 

49 Enquête citée dans le rapport de la commission de l’artisanat de juillet 1957. 

50 AN, 80AJ/108, rapport de la commission de l’artisanat, juillet 1957. 

51 Je tiens à remercier les artisans et anciens apprentis qui m’ont ouvert leurs archives personnelles. 

52 Daniel Bertaux, Isabelle Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France : how it lives and why it survives », dans Frank Bechhofer, Brian Elliott (éd.), The petite bourgeoisie. Comparative studies of the uneasy stratum, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 1981, p. 171. 

53 AN, 80AJ/328, Ve plan. 

54 Guy Brucy, « Penser historiquement le CAP », dans G. Brucy et al. (dir.), Le CAP. Un diplôme du peuple…, op. cit., p. 40. 

55 Sur l’organisation de l’EFAA, Marc Suteau, « Un non-diplôme : l’examen de fin d’apprentissage artisanal », dans Matthias Millet, Gilles Moreau (dir.), La société des diplômes, Paris, La Dispute, 2011. 

56 G. Moreau, « Apprentissage : une singulière… », op. cit. 

57 G. Moreau, Le monde apprenti, op. cit., p. 32 ; Marie-Christine Combes, « La loi de 1971 sur l’apprentissage : une institutionnalisation de l’apprentissage », Formation-Emploi, 15, 1986, p. 18. 

58 L’Éducation nationale, 17 janvier 1946, cité par V. Troger, « L’histoire de l’enseignement technique… », op. cit., p. 605. Sur l’ENSET, Florent Le Bot, Virgine Albe, Gérard Bodé, Guy Brucy et Élisabeth Chatel (dir.), L’ENS Cachan, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2013.

59 L. Tanguy, « La mise en équivalence de la formation avec l’emploi dans les IVe et Ve Plans… », op. cit., p. 696. 

60 Jean Mallasigne, « L’artisanat : vestige du passé – utilité économique – nécessité sociale », Droit social, 12, 1966, p. 614. 

61 Dans la boulangerie, par exemple, voir D. Bertaux, I. Bertaux-Wiame, « Artisanal bakery in France.. », op. cit. 

62 Guy Brucy, « L’apprentissage ou… les apprentissages ? », Revue française de pédagogie, 183, 2013, p. 15-25. 

63 « Problèmes actuels de l’artisanat bisontin », op. cit., p. 149. 

64 Guy Brucy, Vincent Troger, « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scolaire ? », Revue française de pédagogie, 131, 2000, p. 9-21. 

65 Note de la DARIC, citée par Prisca Kergoat, « Une redéfinition des politiques de formation. Le cas de l’apprentissage dans les grandes entreprises », Formation emploi, 99, 2007, p. 13-26. 

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : nombre d’apprentis dans l’artisanat (1956-1970)
Crédits Source : CGP
URL http://journals.openedition.org/artefact/docannexe/image/8409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Perrin, « L’apprentissage artisanal dans l’enseignement professionnel : enjeu des relations État-artisanat du milieu des années 1950 à 1971 »Artefact, 3 | 2016, 67-81.

Référence électronique

Cédric Perrin, « L’apprentissage artisanal dans l’enseignement professionnel : enjeu des relations État-artisanat du milieu des années 1950 à 1971 »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 06 mai 2021, consulté le 02 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8409

Haut de page

Auteur

Cédric Perrin

Cédric Perrin est professeur agrégé et docteur en histoire ; il enseigne au lycée Grandmont (Tours) et à l’université d’Évry. Parmi ses publications récentes : Les mille peaux du capitalisme, L’homme et la société, 193/194 et 195/196, 2014-2015 (dir. avec Olivier Dard, Claude Didry et Florent Le Bot). Contact : cp2002@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search