Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Le XXe siècle du TechniqueLa formation professionnelle des ...

Le XXe siècle du Technique

La formation professionnelle des agents des postes et télécommunications au Cameroun français (1951-1959)

Profesionnal training for Post and Telegraph agents in French Cameroun (1951-1959)
Yves Barthélémy Zoa Ateba
p. 97-113

Résumés

Au Cameroun français, l’administration a privilégié l’enseignement général au détriment de l’enseignement technique professionnel. Ainsi, le personnel qualifié manquait dans des services comme les postes et télécommunications, avec des conséquences sur le chiffre d’affaires et les recettes. En 1951, sont créés les centres d’instruction professionnelle qui ont formé des agents des postes et télécommunications jusqu’à l’indépendance du territoire en 1960. L’intensification des infrastructures gérées par ce personnel a eu des impacts importants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Emmanuel Tchumtchoua, De la JEUCAFRA à l’UPC : l’éclosion du nationalisme camerounais, Yaoundé, Édi (...)
  • 2 Mamadou Seck, Philippe Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun : l’histoir (...)

1Le 14 juillet 1884, le Cameroun devient un protectorat allemand par la signature du traité germano-duala1. L’Allemagne administre ce territoire qu’elle perd en 1916, pendant la Première Guerre mondiale, au profit de la France et de l’Angleterre. En 1919, le Cameroun devient un territoire placé sous mandat de la Société des nations (SDN), administré par la France dans sa partie orientale et l’Angleterre dans sa partie occidentale. La tutelle de l’Organisation des nations unies (ONU) confirme ce partage en 19462.

  • 3 Patrice Pelpel et Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan, 2001, p (...)
  • 4 David Crook, Nicole Tartéra, Jean-Noël Luc, « L’éducation collective des jeunes enfants en Grande-B (...)
  • 5 Ibid., p. 32. 
  • 6 Voir le site www.angleterre.org.uk (consulté le 10 juin 2015). 
  • 7 Ibid. 
  • 8 Philippe Gaillard, Le Cameroun, t. 1, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 158. 

2Au xixe siècle et au début du xxe, en France, le système scolaire est défini par ordres : l’ordre du primaire, l’ordre du secondaire et l’ordre du technique. Certains pensent qu’il ne s’agit pas d’un vrai système éducatif, mais plutôt de réseaux d’établissements juxtaposés. Les lois Ferry du 16 juin 1881 et du 28 mars 1882 rendent l’école obligatoire, laïque et gratuite pour les enfants des deux sexes de 6 à 13 ans. Pour ce qui est de l’enseignement technique, il est confié au ministère du Commerce en 1892 et évolue grâce à la loi Astier du 25 juillet 1919 qui crée des établissements spécialisés3. C’est ce système éducatif que la France va appliquer partiellement dans ses colonies. Quant au système éducatif britannique, selon David Crook, il semble assez ambigu et imprécis. Contrairement au système français, la terminologie des institutions chargées de l’éducation a souvent été sujette à des changements, des confusions et des controverses4. En 1870, l’Education Act instaure l’éducation élémentaire obligatoire pour tous, de 5 à 10 ans5. En ce qui concerne l’enseignement secondaire, il est consolidé par le Grammar school Act de 1840 et l’Endowment schools Act de 1869 du gouvernement central, qui le rend gratuit. Au xxe siècle, l’Education Act de 1944 rend obligatoire l’éducation secondaire jusqu’à l’âge de 15 ans6. Il met en place un système tripartite et sélectif, avec des Grammar schools au cursus classique, des Technical schools et des Secondary modern schools au cursus technique spécialisé7. Dans la partie orientale du Cameroun, encore appelée Cameroun français, l’autorité coloniale a privilégié un système éducatif fondé sur l’enseignement primaire général au détriment de l’enseignement technique et professionnel. Elle introduit l’école publique et réglemente l’enseignement privé en le subventionnant, à condition que le français soit la seule langue utilisée8.

  • 9 Engelbert Mveng, Histoire du Cameroun, t. 2, Yaoundé, CEPER, 1985, p. 150-151. 
  • 10 Jacques-Philippe Tsala Tsala, « L’enseignement technique au Cameroun : le parent pauvre du système  (...)
  • 11 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 149-150. 

3Ainsi, avant la Seconde Guerre mondiale, l’enseignement au Cameroun est un enseignement de masse, tandis qu’au Sénégal et au Nigeria, existent déjà des universitaires formés en France et en Angleterre9. Dès 1921, la puissance mandataire crée la toute première école primaire supérieure de Yaoundé10 qui constitue le vivier en personnel d’appui dans tous les secteurs de l’administration coloniale. À partir de la classe de sixième, elle forme les futurs auxiliaires d’administration pour les besoins immédiats de cette administration et des entreprises11. Ce n’est qu’en 1945 que l’administration française oriente ses écoles vers l’enseignement technique et professionnel, domaine sur lequel peu d’études ont été menées. Il en est de même du secteur des postes et télécommunications.

4Le développement du Cameroun a été un peu lent et difficile dans des services spécialisés comme les postes et télécommunications qui peinaient à réaliser des chiffres d’affaires et des recettes soutenus. L’explication plausible serait la carence importante en personnel qualifié. Consciente tardivement, à tort ou à raison, de cet état de choses, l’administration coloniale crée, en août 1951, les centres d’instruction professionnelle de Yaoundé et de Douala, les deux premières écoles de formation professionnelle des agents des postes et télécommunications du Cameroun français. Ces écoles vont mener à bien leurs activités jusqu’au 31 décembre 1959, veille de l’indépendance du territoire.

5Cette initiative importante suscite quelques interrogations. Dans quelles circonstances sont créés les centres d’instruction professionnelle de Yaoundé et de Douala ? Quelle était la politique coloniale de l’enseignement en vigueur ? Comment recrutait-on les candidats et comment étaient organisées ces écoles spécialisées ? Ont-elles exercé des influences notables sur le développement économique du territoire ? Quels sont les obstacles rencontrés et quelles mesures préventives ont été prises par l’administration métropolitaine ? Toutes ces questions constituent les articulations autour desquelles sera bâtie notre réflexion. Pour réaliser ce travail, les sources utilisées proviennent essentiellement des Archives nationales de Yaoundé et de l’Institut national de la statistique du Cameroun, notamment des textes réglementaires, des rapports, des notes de service, des circulaires, des courriers, etc. Des ouvrages et mémoires portant sur l’histoire du Cameroun et de l’Afrique ont également été exploités.

Contexte de création des centres d’instruction professionnelle au Cameroun français

6On ne saurait parler des centres d’instruction professionnelle sans faire un état des lieux des investissements européens sur le plan éducatif et dans les infrastructures des postes et télécommunications. La mise en place des centres d’instruction professionnelle s’est effectuée dans un contexte où le personnel qualifié était quasi inexistant. Dans un premier temps, l’administration des postes et télécommunications a diversifié ses sources de recrutement, puis s’est finalement résolue à créer les centres d’instruction professionnelle à Yaoundé et à Douala pour dynamiser ce secteur névralgique.

Développement de l’éducation, des infrastructures postales et des télécommunications au Cameroun colonial

  • 12 Marie-France Lange, « Naissance de l’école en Afrique subsaharienne », Éducation, Société, Pour, n° (...)

7Selon Marie-France Lange, « l’école coloniale se construit selon des schémas différents, en fonction de l’identité du colonisateur (allemand, anglais, belge, espagnol, français, portugais)12 ». Ce point de vue pertinent permet de mieux comprendre les approches systémiques de l’éducation coloniale à évoquer ici.

  • 13 Adalbert Owona, La naissance du Cameroun, 1884-1914, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 83. 
  • 14 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 88. 
  • 15 Victor J. Ngoh, Cameroun, 1884-1985 : cent ans d’histoire, Yaoundé, CEPER, 1990, p. 53. 
  • 16 Jean-Yves Martin, « Différenciation sociale et disparités régionales : le développement de l’éducat (...)
  • 17 A. Owona, La naissance du Cameroun…, op. cit., p. 87. 

8Une brève rétrospective permet de dire qu’au Cameroun allemand, l’enseignement reçu par les jeunes Camerounais dans les écoles du gouvernement local et dans celles des missions catholiques ou protestantes est organisé par l’ordonnance du 25 avril 1910. Ce texte organique place toutes les écoles sous la direction générale et le contrôle du gouverneur. Seules la langue allemande et la langue indigène en usage dans la localité sont utilisées dans ces écoles dont la fréquentation est obligatoire13. Toujours en 1910, le gouvernement crée deux écoles professionnelles : l’école d’agriculture de Victoria, qui est la toute première du pays, et le centre artisanal de Buéa, comportant les sections d’ébénisterie et de tapisserie14. Les candidats doivent avoir étudié au préalable dans une mission ou une école officielle et s’engagent à servir l’administration pendant cinq ans au terme de leur formation15. Malgré trente ans de présence, la langue allemande est très peu parlée par rapport au Pidgin english ou Neger english ou encore « l’anglais nègre »16. Le gouverneur Karl Ebermaïer l’observe dans sa circulaire du 1er mai 1913 en faisant une comparaison avec les colonies françaises, espagnoles et portugaises où seule la langue de la métropole est imposée17. Il n’y a donc pas de structure de formation adaptée pour le personnel des postes et télécommunications qui apprend sur le tas.

  • 18 Paulin Houtondji, Les savoirs endogènes : pistes pour une recherche, Dakar, CODESRIA, 1994, p. 10. 
  • 19 Sophie Lewandowski, « Les savoirs locaux au Burkina Faso », Ethnologie française, n° 37, 2007, p. 6 (...)
  • 20 M. Seck, P. Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun : la vie de la nation, (...)
  • 21 Vincent Ngoula Ngoula, « La géographie des postes et télécommunications du Cameroun », mémoire de m (...)

9À propos des savoirs locaux dans le monde et en Afrique en particulier, il n’est pas aisé de les définir précisément. Des auteurs comme Paulin Houtondji parlent de savoirs endogènes, savoirs traditionnels ou encore savoirs paysans, qui sont souvent confrontés aux savoirs scientifiques ou savoirs scientifico-techniques des Occidentaux18. Il est judicieux de dire qu’ils peuvent être considérés comme des savoirs non scolaires et non scripturaux, couvrant des domaines variés19. Ceci veut dire que leur transmission est souvent orale et ils constitueraient des préalables à tout investissement. On peut citer, par exemple, la botanique, la pharmacopée, l’agriculture, l’élevage, la chasse, la pêche, l’histoire, la langue, la littérature orale, la construction, la morale (savoir-être), etc. Au Cameroun précolonial, l’introduction des systèmes éducatifs européens ou « école moderne » par les missionnaires a profondément modifié la notion traditionnelle de l’éducation ou « savoir initiatique » au milieu du xixe siècle20. Ceci s’est perpétué pendant la colonisation lorsque les Allemands et, plus tard, les Français et les Anglais ont dressé les cartes des zones propices à leurs investissements, notamment au Sud-Cameroun dans l’agro-industrie, les infrastructures de communication, l’habitat, l’éducation, le commerce, tout en tenant compte des savoirs locaux. Vincent Ngoula Ngoula l’a illustré dans son mémoire avec les cartes des postes et télécommunications, du protectorat à la période du mandat et du début de la tutelle jusqu’en 1960. En effet, on y observe la répartition des infrastructures des réseaux télégraphiques, radiotélégraphiques et téléphoniques exclusivement au Sud-Cameroun de l’époque allemande à la fin du mandat21. Les conditions idoines de l’habitat, ajoutées aux mentalités locales réceptives, peuvent expliquer cette préférence du colonisateur pour cette partie du territoire.

  • 22 Yves Barthélémy Zoa Ateba, « La société des télécommunications internationales du Cameroun (INTELCA (...)
  • 23 Florent Etoga Eily, Sur les chemins du développement. Essai d’histoire des faits économiques et soc (...)
  • 24 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 13-14. 
  • 25 Après le départ des Allemands, le plan de partage franco-britannique du 4 mars 1916 est élaboré et (...)
  • 26 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 55. 
  • 27 M. Seck, P. Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun…, op. cit., t. 4, p. 1 (...)
  • 28 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 53-56. 

10Sur le plan infrastructurel, la télégraphie optique ou aérienne est introduite au Cameroun par les Allemands en 189022. Plus tard, en 1912, arrive la télégraphie sans fil ou radiotélégraphie. En août 1914, début de la Première Guerre mondiale, le réseau est d’environ 1 390 km de lignes, avec vingt-cinq bureaux de poste et de télégraphie et une station radiotélégraphique23. Quant à la téléphonie, le réseau allemand comporte deux cents postes et seulement 82 km de lignes24. Lorsque la France prend possession du Cameroun français conformément au plan de partage de mars 1916, elle continue l’extension des réseaux télégraphique, téléphonique et radiotélégraphique25. Exceptée la radiotélégraphie déjà existante pendant le mandat, l’extension de la télégraphie et de la téléphonie n’est effective au Nord-Cameroun que pendant la tutelle, particulièrement à Ngaoundéré, Garoua et Maroua26. En décembre 1959, le réseau télégraphique atteint 2 677 km de lignes avec cent seize établissements. De même, le réseau radiotélégraphique disposait de trente-sept stations radiotélégraphiques réparties sur tout le territoire27. Le service téléphonique, quant à lui, a 49 centraux urbains, 3 560 postes et environ 1 500 km de lignes28. Mais comment recrutait-on le personnel des postes et télécommunications au Cameroun français ?

Le mode de recrutement des agents des postes et télécommunications avant 1951

  • 29 Ibid., p. 17. 
  • 30 Rapport annuel 1924 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1925, p. 83. Il fau (...)
  • 31 Jean-Yves Martin, « L’école et les sociétés traditionnelles au Cameroun septentrional », Cahiers de (...)
  • 32 Arrêté du 29 mai 1937 créant à Douala une école professionnelle, dans Rapport annuel 1937 du Camero (...)

11Depuis 1916, l’administration des postes et télécommunications recrute son personnel sans véritable sélection. Une infime partie est européenne, tandis que la majorité est indigène. On distingue des agents européens détachés de l’administration métropolitaine, régis par le décret du 29 décembre 1917, et des agents locaux, régis par l’arrêté du 16 septembre 192529. S’étant aperçu de son inefficacité, elle décide, à partir de 1924, de recruter le personnel exclusivement à l’école supérieure de Yaoundé30 qui comporte une sous-section Poste, peu performante, puis également dans d’autres écoles, comme les écoles de Garoua, Ngaoundéré et Banyo, créées en 191831, l’école de Maroua, créée en 1919, ou l’école professionnelle de Douala, créée le 29 mai 193732. Malgré cela, l’administration des postes et télécommunications manque régulièrement de personnel qualifié. Elle initie donc un ensemble de mesures pour le renforcer.

  • 33 Rapport annuel 1929 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1930, p. 50. 

12Entre 1923 et 1927, ces difficultés de recrutement n’ont pas permis de remplacer trois agents européens partis en 1923. Mais, de 1927 à 1930, le recrutement s’est renforcé en quantité et la crise semble définitivement résolue si l’on s’en tient à l’effectif total de 162 agents. En effet, à partir de 1928, l’administration coloniale promet l’élévation des soldes et l’attribution de certains postes de responsabilité aux indigènes, postes jadis occupés exclusivement par les Européens. Elle se tourne également vers des candidats sans qualification, peu compétitifs33. Le personnel technique continue de manquer, notamment les receveurs, les contrôleurs, les commis, les mécaniciens et les surveillants. En fait, il ne s’agit pas pour la France de transmettre à ses colonies une éducation de qualité, il n’est question que d’une éducation au rabais.

  • 34 Rapport annuel 1930 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1931, p. 57. 
  • 35 V. Ngoula « La géographie des postes… », op. cit., p. 40. 
  • 36 Arrêté du 6 février 1932 créant l’emploi d’ouvrier d’équipe permanent des lignes télégraphiques, da (...)
  • 37 Rapport annuel 1924 du Cameroun français…, op. cit., p. 83.
  • 38 Rapport annuel 1928 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1929, p. 49. 

13De 1930 à 1950, les postes et télécommunications camerounaises passent de 22434 à 600 agents environ. Cette augmentation est plus rapide qu’au Cameroun britannique dont les effectifs sont seulement de 126 personnes35, ce qui traduit la faiblesse des investissements dans ce territoire. Le recrutement s’est donc amélioré, notamment avec l’instauration du poste d’ouvrier d’équipe permanent36, mais il reste confronté à d’importants problèmes. L’insuffisance de qualification ne permet pas, par exemple, le développement de branches comme le service des articles d’argent37. La médiocrité des rémunérations et l’absence d’un parcours professionnel détournent les jeunes des postes et télécommunications, même ceux qui sont sortis de l’école supérieure de Yaoundé38, et suscite d’autres difficultés parmi les agents recrutés dont certains sont incarcérés pour des faits de malhonnêteté ou de malversations.

La création des centres d’instruction professionnelle de Yaoundé et de Douala

  • 39 Rapport annuel 1929 du Cameroun français…, op. cit., p. 50. 
  • 40 Décisions n° 499/1 et 528/1 des 18 et 27 septembre 1951 relatives à la création des centres d’instr (...)
  • 41 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952 portant création au service des postes et télécommunications de cent (...)
  • 42 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 168-169. 
  • 43 Ali A. Mazrui, Christophe Wondji (dir.), Histoire générale de l’Afrique. L’Afrique depuis 1935, t.  (...)

14Jusqu’en 1950, les agents admis dans le cadre commun des postes et télécommunications proviennent plus de l’école supérieure de Yaoundé et de l’école professionnelle de Douala. Ils sont munis d’un certificat d’études primaires et élémentaires et n’occupent que l’échelon subalterne. La diversité et la complexité des tâches sont un obstacle pour ces agents qui n’ont quasiment pas de préparation professionnelle39. Ceci est d’autant plus préoccupant que l’administration des postes et télécommunications les forme sur le tas, avec, pour conséquence, des pertes de temps et d’argent. Ces problèmes récurrents poussent l’administration des postes et télécommunications à ouvrir des écoles spécialisées. Les 18 et 27 septembre 1951, Paul Dausseur, directeur des postes et télécommunications du Cameroun français, décide la création des centres d’instruction professionnelle à Yaoundé et à Douala40. Le 3 avril 1952, André Soucadaux, Haut-commissaire de la République française au Cameroun, confirme cette création41. En clair, l’ouverture de ces écoles professionnelles s’inscrit dans la mouvance des réformes des politiques éducatives coloniales issues de la Conférence de Brazzaville de 194442 dont les résolutions majeures sont la suppression du code de l’indigénat et la préparation des populations des colonies à disposer d’elles-mêmes43.

  • 44 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. II, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 
  • 45 Il est important de remarquer que les investissements massifs, consentis par la France dans ses col (...)

15Les raisons de la création des centres d’instruction professionnelle sont de deux ordres : la non-qualification des agents locaux des postes et télécommunications et le projet d’amélioration de la qualité de service de ce secteur. Ces centres doivent donner aux stagiaires une instruction professionnelle et générale et achever la formation de l’ensemble du personnel des postes et télécommunications44. Les réorganisations progressives de la direction des postes et télécommunications, du statut des agents du service, ainsi que des mesures d’augmentation de leurs salaires visent le même objectif45.

  • 46 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. VII et art. IX, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 
  • 47 Ibid., art. VII, p. 519. 
  • 48 Ibid., art. IX, p. 519-520. 
  • 49 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. IX, JOCF, 16 avril 1952, p. 519-520.

16La direction des postes et télécommunications est l’organe tutélaire qui assure en premier le fonctionnement des centres d’instruction professionnelle. Ainsi, c’est Paul Dausseur, directeur des postes et télécommunications depuis 1950, qui doit veiller au bon déroulement des activités de ces écoles. Il est appuyé dans ses fonctions par le président de la commission de surveillance et celui de la commission des corrections46. Ces deux commissions qui fonctionnent dans chacun des centres d’instruction professionnelle, sont nommées par le directeur des postes et télécommunications. La commission de surveillance assure la discipline des épreuves en général. Son président est un fonctionnaire du cadre général des postes et télécommunications et ses deux membres sont un fonctionnaire ou agent du cadre général ou du cadre supérieur des postes et télécommunications et un agent du cadre commun des postes et télécommunications47. Quant à la commission des corrections, présidée par le délégué du directeur des postes et télécommunications, elle comprend quatre autres membres : deux fonctionnaires du cadre général et deux agents du cadre commun des postes et télécommunications48. Elle est chargée de la correction des épreuves, de l’établissement de la moyenne générale des points obtenus par les candidats et de leur classement. Enfin, elle transmet la liste des admis au directeur des postes et télécommunications qui l’homologue par décision49.

  • 50 Rapport annuel 1952 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1953, p. 168 ; voir inf (...)
  • 51 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. IV, alinéas a et b, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 
  • 52 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955 fixant les modalités et programmes des concours directs ou profe (...)
  • 53 Rapport de présentation n° 1188/P. de Maxime Jourdain, secrétaire général du Haut-commissariat du C (...)
  • 54 Rapport de présentation n° 1187/P. de Maxime Jourdain, secrétaire général du Haut-commissariat du C (...)

17En décembre 1952, les bâtiments des centres d’instruction professionnelle sont construits sur des sites aménagés à Yaoundé et à Douala. Ceci a été possible grâce aux ressources financières des budgets locaux et des crédits du plan d’équipement50. Les stagiaires des centres d’instruction professionnelle sont recrutés par voie de concours directs ou professionnels. Les concours directs concernent les candidats externes qui sollicitent un emploi à la direction des postes et télécommunications du territoire ; quant aux concours professionnels, ils intéressent les candidats déjà en service à la direction des postes et télécommunications et qui souhaitent accéder à un grade supérieur51. À partir de 1954, on distingue déjà au moins quatre niveaux de formation des agents des postes et télécommunications : les agents des cadres généraux prévus exclusivement pour les Européens, les agents supérieurs A, les agents supérieurs B et les agents locaux52. Les candidats recrutés sur concours sont titulaires d’un baccalauréat ou d’un diplôme technique équivalent pour le cadre supérieur A, du brevet d’études, du brevet d’études du premier cycle ou d’un diplôme technique équivalent pour le cadre supérieur B53 et du certificat d’études primaires pour le cadre local54.

Contenus et déroulement des cours

  • 55 Rapport annuel 1951 du Cameroun français…, op. cit., p. 143. 
  • 56 Arrêté n° 974 du 21 février 1953 chargeant M. de Pellegars-Malhortie (Léon) de l’intérim de M. Daus (...)

18Qu’enseigne-t-on à ces agents et comment se déroulent les cours ? Il est important de dire que les enseignements dispensés dans les centres d’instruction professionnelle sont calqués sur le modèle français. De fait, les cours visent à donner des connaissances de qualité aux apprenants pour qu’ils puissent être pratiques sur le terrain55. Certains équipements postaux et de télécommunications sont très complexes, raison pour laquelle la formation est rude et méticuleuse. Les cours sont adaptés au niveau d’étude comme cela se passe en France. Au quatrième trimestre 1951, les enseignements sont dispensés à titre bénévole par des fonctionnaires du cadre général et des agents africains du cadre commun local. On peut citer en exemple le Français Léon de Pellegars-Malhortie ; ingénieur principal de première classe du cadre général des transmissions d’outre-mer, il a exercé en tant qu’instructeur dans les centres d’instruction professionnelle et a assuré l’intérim de Paul -Dausseur en congé administratif à partir du 24 février 195356.

  • 57 Rapport de présentation n° 1188/P. de M. Jourdain, op. cit., p. 1. 
  • 58 Rapport de présentation n° 1187/P. de M. Jourdain, op. cit., p. 2-3. 

19Le cadre général est la branche administrative du service des postes et télécommunications dont les fonctionnaires sont appelés inspecteurs-rédacteurs57. Il ne concerne que les fonctionnaires européens. Quant au cadre commun local, c’est la branche de l’exploitation dont les fonctionnaires, exclusivement africains, sont appelés agents d’exploitation, aide-vérificateurs, agents d’installation et chefs d’équipe58 et ne sont pas hautement spécialisés.

  • 59 Rapport annuel 1951 du Cameroun français…, op. cit., p. 143. 
  • 60 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955 fixant les modalités et programmes des concours directs ou profe (...)

20Les enseignements portent sur le domaine théorique ou instruction générale et le domaine pratique ou instruction technique59. Sur le plan théorique, sont enseignés le français (composition française, orthographe, dictée et questions, langue française), les mathématiques (arithmétique, algèbre et géométrie), la mécanique, la physique et la chimie, l’histoire, la géographie, le droit, l’anglais, l’allemand, l’espagnol, etc. Sur le plan pratique, les enseignements dispensés concernent les services postaux, les services financiers (les articles d’argent, les chèques postaux, les recouvrements et envois contre-remboursement, la caisse d’épargne postale), les services télégraphiques et téléphoniques, la comptabilité, les appareils (notions d’électricité,
sources de courant, appareils et installations électriques, lignes télégraphiques et téléphoniques, appareils et installations téléphoniques), l’électricité générale, etc.60.

  • 61 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955…, JOCF, 25 février 1956, p. 349. 
  • 62 Ibid., p. 346. 
  • 63 Ibid., p. 349-350 ; voir. t. 1 à 4 du Cours de contrôleur stagiaire des PTT
  • 64 A. Mazrui, C. Wondji (Dir.), Histoire générale de l’Afrique…, op. cit., t. 8, p. 238. 
  • 65 Voir infra la création des liaisons postales et télégraphiques, radiotélégraphiques, téléphoniques (...)
  • 66 Les stagiaires concernés proviennent, pour la plupart, des centres d’instruction professionnelle ; (...)
  • 67 Ibid.

21Par exemple, pour les cours théoriques et spécialisés d’un élève du cadre général, on utilise respectivement certains programmes des classes de première et de terminale et les tomes 1, 2 et 3 du Cours de contrôleur stagiaire édité par l’administration métropolitaine des postes et télécommunications61. Pour ceux dispensés dans les cadres supérieurs A ou B, on utilise certains programmes du premier cycle de l’enseignement secondaire et le Manuel à l’usage du personnel d’exploitation débutant des bureaux mixtes, édité par le ministère des Postes, télégraphes et téléphones français et le service des postes et télécommunications du Cameroun français62. Toutefois, il est important de mettre en évidence l’évolution des contenus des programmes en lien avec les projets du secteur des postes et télécommunications. De fait, pour le secteur postal et télégraphique, des notions de franchise postale, télégramme mandat, poste aérienne, caisse d’épargne ou encore radiotélégramme et service mobile maritime sont progressivement introduites dans les enseignements. De même, les notions ayant trait à la radioélectricité, au magnétisme, à l’électrostatique, aux commutateurs, à la radiotéléphonie sont également enseignées63. Ainsi, le personnel technique formé peut désormais mieux gérer les infrastructures spécialisées mises sur pied et réparties sur le territoire dès 1953. Sous la pression de l’Organisation des nations unies, des États-Unis et de l’Union des républiques socialistes soviétiques, la France, dépassée par sa défaite à Dien Bien Phu, par la guerre d’Algérie en 1954 et par la lutte nationaliste engagée par l’union des populations du Cameroun en mai 195564, décide d’accélérer l’indépendance du Cameroun. C’est ainsi qu’elle continue la densification des réseaux postaux et des télécommunications de 1956 jusqu’à la fin de 195965. Parallèlement, une délibération de l’assemblée territoriale du Cameroun de mai 1956 autorise la participation du territoire à la création, en 1957, de l’école supérieure des postes et télécommunications de l’Afrique noire, basée à Rufisque au Sénégal66. À partir de 1958, une vingtaine de stagiaires camerounais y sont envoyés annuellement pour se perfectionner67.

  • 68 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952…, art. VI et VII, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 
  • 69 Ibid., art. VIII, p. 519. 
  • 70 Voir supra les missions dévolues à la commission des corrections.
  • 71 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952…, art. X et XI, JOCF, 16 avril 1952, p. 520. 

22L’organisation des examens au sein des centres d’instruction professionnelle est très rigoureuse. En effet, les sujets, d’instruction générale et d’ordre professionnel, sont préparés par le directeur des postes et télécommunications qui les signe par délégation du Haut-commissaire. Ces sujets portent sur les matières citées plus haut et enseignées dans les centres. Le directeur des postes et télécommunications les adresse ensuite au président de la commission de surveillance des centres de Yaoundé et Douala68. Dès l’ouverture de la première session d’examen, les compositions sont anonymées. À la dernière séance, le président de la commission de surveillance remet au directeur des postes et télécommunications un pli fermé contenant le procès-verbal des opérations de la commission, l’enveloppe avec les noms des candidats et les enveloppes renfermant les compositions des candidats69. Les plis contenant les compositions sont transmis au président de la commission des corrections qui assure la dernière partie des examens70. Sur la liste de classement, ne figurent que les noms des candidats ayant une note d’au moins 10 sur 20, toute note inférieure à 5 étant éliminatoire. En outre, les candidats ayant une note d’au moins 12 sur 20, avec les notes des épreuves professionnelles d’au moins 7 sur 20, reçoivent le certificat des postes et télécommunications71.

Les implications des centres d’instruction professionnelle

23La création des centres d’instruction professionnelle a des implications notables dans l’amélioration de la qualité du personnel, des conditions de travail et de vie, des infrastructures et équipements des postes et télécommunications et le développement de l’activité économique.

La croissance des effectifs du personnel

24Grâce à l’ouverture des centres d’instruction et de formation professionnelle de Yaoundé et de Douala, l’effectif des stagiaires a considérablement augmenté si l’on s’en tient à ceux d’avant 1951. Ainsi, 134 stagiaires sont admis tous les ans au concours des cadres communs des postes et télécommunications dès 1951. Le personnel, qui était d’environ 640 membres en 1951, atteint 1 073 en 1954. En effet, ces futurs agents des postes et télécommunications sont d’un apport considérable dans ce secteur. Cette initiative suscite un grand enthousiasme parmi les employés titulaires dont le nombre va croissant.

Tableau 1 : Répartition du personnel du service des postes et télécommunications de 1951 à 1957

Catégorie d’agent des postes et télécommunications

1951

1952

1954

1955

1956

1957

Cadres généraux, cadres supérieurs et cadres locaux

451

547

540

540

509

498

Contractuels, auxiliaires d’administration, journaliers et manœuvres

189

134

533

560

567

853

Total

640

681

1 073

1 100

1 076

1 351

Sources : d’après les rapports annuels 1951 à 1957 du Cameroun français et Vincent Ngoula Ngoula, « La géographie des postes et télécommunications du Cameroun », mémoire de DES (maîtrise), université de Yaoundé, juin 1978, p. 40. 

  • 72 Rapport annuel 1957 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1958, p. 191. 
  • 73 Arrêté n° 1119 du 11 février 1955 constituant débiteur envers le budget local un receveur des poste (...)
  • 74 Arrêté n° 5227 du 3 août 1955 constituant débiteur envers le territoire un commis des postes et tél (...)
  • 75 Arrêté n° 5255 du 4 août 1955 constituant débiteur envers le territoire un inspecteur adjoint des p (...)
  • 76 Arrêté n° 5857 du 6 septembre 1955 constituant débiteur envers le budget territorial du Cameroun un (...)

25Ces mesures visent à donner des emplois de responsabilité aux jeunes agents formés pour une meilleure collaboration avec l’administration coloniale. C’est ainsi qu’entre 1954 et 1957, des fonctionnaires des postes et télécommunications occupent déjà des postes de receveur à Ebolowa notamment, de chef de la comptabilité téléphonique ou encore d’agent comptable de la caisse d’épargne72. Les effectifs, de 1 351 personnes, sont répartis entre les cadres généraux, les cadres supérieurs, les cadres locaux, les contractuels, les employés auxiliaires d’administration, les journaliers et les manœuvres. Le parcours professionnel atypique de certains anciens élèves, nommés à des postes de responsabilité dans différentes régions du Cameroun, mérite d’être évoqué. Ils ont été convaincus soit d’erreur de gestion, soit de malversation au cours de l’année 1955. On peut citer, en premier lieu, Toto Samé, receveur de deuxième classe des postes et télécommunications et ancien gérant du bureau principal de Kribi, qui a été constitué débiteur envers le budget local de la somme de 4 099 900 francs CFA par l’arrêté n° 1119 du 11 février 195573. Autre exemple : Joseph Dikobe, commis hors classe des postes et télécommunications et ancien gérant du bureau de Bagangté, est débiteur envers le budget territorial de la somme de 794 000 francs CFA depuis le 17 juin 1955, ce qui est confirmé par l’arrêté n° 5227 du 3 août 195574. En outre, Edmond Brandely, inspecteur adjoint de deuxième classe des postes et télécommunications et receveur du bureau de Garoua, est également reconnu débiteur envers le budget territorial de la somme de 44 076 francs CFA pour la période allant du 15 août 1954 au 14 janvier 1955, comme établi par l’arrêté n° 5255 du 4 août 195575. Enfin, Jean Mbougoum Nsocka, commis adjoint de deuxième classe des postes et télécommunications, ancien gérant du bureau d’Akonolinga, est constitué débiteur envers le budget territorial du Cameroun de la somme de 285 000 francs CFA depuis le 11 août 1955 par l’arrêté n° 5857 du 6 septembre 195576.

Tableau 2 : Répartition des indemnités de gérance et de responsabilité des postes et télécommunications en 1951 (en FCFA)

Catégorie d’agent

Établissements de plein exercice et centres

Bureaux secondaires, auxiliaires, agences postales

Receveurs et gérants

Classe exceptionnelle : 48 000

Hors classe : 42 000

Première classe : 33 000

Deuxième classe : 25 000

Troisième classe : 18 000

Quatrième classe : 12 000

Première échelon : 7 200

Deuxième échelon : 6 600

Troisième échelon : 6 000

Quatrième échelon : 5 400

Cinquième échelon : 4 800

Source : ANY, 1AC 5488, Postes et télécommunications, personnel, indemnités, 1951.

  • 77 Rapport annuel 1957 du Cameroun français…, op. cit., p. 191. 
  • 78 Il est à noter que seul le personnel européen, qui était de cent membres, constituait les fonctionn (...)

26En 1957, au Cameroun, une conjoncture budgétaire difficile conduit provisoirement à comprimer les effectifs. C’est ainsi que, sur les 1 351 employés des postes et télécommunications, quinze fonctionnaires européens du cadre général sont remis à la disposition du ministère de la France d’Outre-mer77. En 1959, les postes et télécommunications au Cameroun comptent environ 1 500 employés78 dont certains ont été formés à l’école supérieure des postes et télécommunications de Rufisque. On remarque donc une évolution perceptible de la formation des agents des postes et télécommunications au Cameroun français.

Évolution des conditions de travail et de vie des employés des postes et télécommunications

27L’investissement dans la formation professionnelle, au Cameroun, s’est accompagné de mesures de revalorisation des carrières. Ceci a eu pour but de susciter des candidatures à ces emplois jusque-là peu attractifs. En effet, bien avant les années 1950, l’administration des postes et télécommunications a souvent fait face à des revendications du personnel indigène pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie. Cette situation n’encourageait pas les candidats au recrutement dans les postes et télécommunications.

  • 79 ANY, 1AC 5488, Postes et télécommunications, personnel, indemnités, 1951, circulaire n° 3 du 16 mai (...)

28En 1951, l’autorité coloniale fixe de nouveaux taux d’indemnités spéciales au service des postes et télécommunications79. Ainsi, à partir du 1er juin 1951, ces indemnités de gérance et responsabilité sont mensuellement attribuées aux receveurs et aux gérants des recettes postales. Par ailleurs, on assiste à l’ouverture d’un centre de colis postaux ou de caisse d’épargne ou d’un magasin.

  • 80 ANY, 1AC 8344, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953. 
  • 81 Rapport de présentation n° 1188/P. de M. Jourdain…, op. cit., p. 3. 
  • 82 ANY, 1AC 8345, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953. 
  • 83 ANY, 1AC 8345, Postes et télécommunications…, op. cit., art. II, p. 2-3. 

29En 1953, deux nouveaux arrêtés portent sur le statut des cadres des postes et télécommunications. Le texte sur le statut particulier des cadres supérieurs du service des postes et télécommunications prévoit une hiérarchie nouvelle en créant le cadre supérieur A et B des postes et télécommunications, branche administrative dont les fonctionnaires sont des secrétaires-rédacteurs80. Ils viennent renforcer les tâches des inspecteurs-rédacteurs du cadre général81. Le second arrêté fixant le statut particulier du cadre local du service des postes et télécommunications prévoit l’accès à des grades supérieurs avec bonification d’ancienneté82. Par exemple, les agents d’exploitation, les aides-vérificateurs, les agents d’installation et les chefs d’équipe peuvent désormais devenir des fonctionnaires de deuxième classe, de première classe, principaux et de classe exceptionnelle, avec des échelons allant de 1 à 4 et des indices de 100 à 36083. Un effort a été aussi fait sur les infrastructures, les équipements et le déploiement économique.

Développement des infrastructures, des équipements et de l’activité économique

30La formation professionnelle des agents à travers les centres d’instruction spécialisée de Douala et de Yaoundé, en vue de l’amélioration du service des postes et télécommunications au Cameroun français, a considérablement contribué au développement des infrastructures et des équipements.

  • 84 Arrêté n° 6226 du 15 décembre 1953 portant ouverture d’une liaison radiotéléphonique entre les loca (...)
  • 85 ANY, 1AC 7318, Téléphone (Douala-Nkongsamba), 1954. 
  • 86 Rapport annuel 1955 du Cameroun français…, op. cit., p. 136-137. 
  • 87 ANY, 1AC 7329, Radiotéléphone (Douala-Paris), 1954. 
  • 88 Arrêté n° 8441 du 7 décembre 1955 portant ouverture d’une liaison radiotéléphonique dans les relati (...)
  • 89 Arrêté n° 5065 du 24 juillet 1955 portant ouverture de la station radioélectrique de Fort-Foureau, (...)
  • 90 Arrêté n° 5947 du 1er décembre 1955 portant ouverture des stations radioélectriques de Yagoua et Mo (...)

31Le 15 décembre 1953, Maxime Jourdain, secrétaire général du Cameroun français, crée une liaison radiotéléphonique entre Douala et Ebolowa84. En juin 1954, l’administration des postes et télécommunications engage la construction de la ligne téléphonique entre Douala et Nkongsamba pour un montant d’environ 40 millions de francs CFA85. Prévue pour des communications interurbaines directes ou en transit avec les abonnés de Yaoundé, elle est entièrement construite le long de la voie ferrée à la fin de l’année 195586. Le 1er novembre 1954, une liaison radiotéléphonique est réalisée entre Douala et Paris87. Le 7 décembre 1955, une autre liaison radiotéléphonique est créée, cette fois entre le Cameroun et l’Afrique équatoriale française88. À l’extrême nord du territoire, une station radioélectrique est ouverte à Fort-Foureau au trafic télégraphique officiel et privé dans tous les régimes, le 1er août 195589 ; de même, le 1er septembre 1955, deux stations radio--électriques sont ouvertes à Yagoua et à Mora au trafic télégraphique officiel et privé dans tous les régimes90.

  • 91 ANY, 1AC 3769, Yabassi (Cameroun), PTT, construction, 1955. 
  • 92 Décision n° 875 du 3 octobre 1955 portant transfert des services généraux de la direction des poste (...)

32En 1955, l’assemblée territoriale du Cameroun obtient la construction d’un bureau des postes et télécommunications à Yabassi, dans la région du littoral et chef-lieu du département du Nkam91. Les services généraux de la direction des postes et télécommunications situés à Douala sont transférés à Yaoundé à compter du 10 octobre 195592. Ces ouvertures de lignes et de bureaux nécessitaient un personnel formé et la création des centres répondaient à ce besoin.

  • 93 Rapport annuel 1955 du Cameroun français…, op. cit., p. 137. 

33Au 31 décembre 1955, les crédits issus du fonds d’investissement pour le développement économique et social du premier plan quadriennal des postes et télécommunications atteignent 345 millions de francs CFA. À la même date, 244 millions sont déjà engagés pour le second plan quadriennal93, ce qui prouve que le budget des postes et télécommunications a connu une amélioration substantielle.

  • 94 Rapport annuel 1954 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1955, p. 135. 

34Enfin, ces réalisations ont favorisé le développement économique du territoire en désenclavant certaines localités du Cameroun français. En effet, l’accroissement du personnel, des infrastructures et des équipements des postes et télécommunications ont stimulé l’activité économique, notamment l’augmentation des taxes et impôts, le développement du commerce et la diversification de l’emploi. Par exemple, le rapport annuel de 1954 souligne que la liaison radiotéléphonique Douala-Paris, opérationnelle depuis novembre 1954, est appréciée du public pour ses nouvelles facilités ; ses liaisons, s’étendant en Europe, sont très utilisées par les commerçants et les hommes d’affaires de Douala pour leurs activités94.

Une avancée limitée 

  • 95 Rapport annuel 1952 du Cameroun français…, op. cit., p. 169. 
  • 96 Voir supra l’attribution des postes de responsabilité aux agents indigènes des PTT. 

35Malgré les implications susmentionnées, il faut relever quelques difficultés qui n’ont pas permis à ces centres d’avancer assez rapidement. Ces difficultés sont de plusieurs ordres. En premier lieu, on peut relever la rareté des enseignants et l’absence d’enseignants hautement spécialisés95. En effet, l’administration des postes et télécommunications a souvent eu du mal à importer le personnel européen qualifié, ce qui fait qu’elle utilisait les fonctionnaires des cadres supérieurs A et B déjà en place pour assurer les cours dans les centres. Ceci était inquiétant pour la qualité de la formation puisque les cadres supérieurs B, titulaires du brevet d’étude, enseignaient les stagiaires du même cadre qu’eux et ceux du cadre local. On peut également évoquer la pénurie constante de stagiaires causée par des revendications régulières des employés locaux formés concernant certains postes de fonction et les rémunérations. Ceux-ci se plaignaient que, malgré les mêmes qualifications que les employés européens, ils n’étaient pas payés à la même hauteur et ne bénéficiaient pas des mêmes postes de responsabilité. Cette discrimination est récurrente jusqu’en 195796. En outre, les irrégularités des cours, le non-respect de leur calendrier (trois sessions annuelles des mois d’avril, août et décembre) et l’incohérence des programmes établis sont la cause d’une insuffisance de cadres et de la faiblesse des résultats obtenus au Cameroun français.

  • 97 ANY, 1AC 8381, Télécommunications, développement, Commission d’étude des plans de modernisation et (...)
  • 98 Daniel Abwa, Commissaires et Hauts-commissaires de la France au Cameroun. Ces hommes qui ont façonn (...)
  • 99 ANY, 1AC 8381, Télécommunications, développement, Commission d’étude des plans de modernisation et (...)

36Par contre, d’après les conclusions de la Commission d’étude des plans de modernisation et d’équipement des territoires d’outre-mer, le bilan est nettement meilleur en Afrique occidentale française et en Afrique équatoriale française. De fait, les effectifs du personnel des postes et télécommunications d’Afrique occidentale française et d’Afrique équatoriale française sont respectivement de 3 200 et 531 personnes en 1946, et de 3 658 et 623 personnes en 195297. Cette évolution du personnel traduit clairement qu’il y a eu plus d’investissements dans ces territoires par rapport au Cameroun français. L’une des explications plausibles est le statut international du Cameroun qui ne laissait pas les coudées franches à la France. En effet, la situation du Cameroun placé sous la tutelle de l’ONU était telle que les puissances tutélaires, France et Angleterre, ne devaient pas le gérer comme leurs différentes colonies d’Afrique. La France souhaitait rattacher le territoire à l’Afrique équatoriale française, mais cela n’était pas possible parce que les accords de tutelle l’obligeaient à l’administrer comme partie intégrante d’elle-même98. En d’autres termes, le Cameroun français était assimilé à la France et assujetti à ses lois. Donc, la France ne pouvait amorcer son développement sans tenir compte de celui du territoire. Ceci n’était pas à son goût, raison pour laquelle elle n’a pas autorisé de gros investissements dans le secteur des postes et télécommunications en général. Les faibles budgets, parfois alloués au fonctionnement desdits centres au vu de l’importance de leurs activités99, ont fortement limité leur déploiement, d’où l’écart considérable observé entre les personnels des territoires d’Afrique occidentale française-Afrique équatoriale française et le Cameroun. Enfin, on relève le confinement des lieux de formations exclusivement à Yaoundé et à Douala, alors qu’on aurait pu les étendre au Cameroun entier pour recruter davantage de candidats.

 

37Des centres d’instruction professionnelle ont été créés au Cameroun français pour pallier le déficit en personnel qualifié du service des postes et télécommunications. Seulement, il a fallu attendre 1951, soit neuf ans avant l’indépendance du territoire, pour mettre sur pied ces écoles spécialisées. C’est à partir des promotions de cette période, recrutées et affectées à la direction des postes et télécommunications, que l’on observe un regain d’efficacité de ce secteur névralgique. De même, les stagiaires camerounais, formés à l’école supérieure des postes et télécommunications de Rufisque entre 1958 et 1959, ont renforcé le personnel local existant. De plus en plus, des mesures ont été prises pour améliorer les conditions de travail et de vie des fonctionnaires des postes et télécommunications, de même qu’une responsabilisation progressive à des postes importants a assurément eu un attrait sur de jeunes indigènes candidats à ce service spécialisé. Un fait est certain : l’administration coloniale a constaté la nécessité de ces centres d’instruction professionnelle qui lui ont permis de densifier son réseau postal et des télécommunications. Celui-ci, à son tour, a favorisé la croissance économique du territoire jusqu’à son indépendance, au grand bonheur du colonisateur.

Haut de page

Notes

1 Emmanuel Tchumtchoua, De la JEUCAFRA à l’UPC : l’éclosion du nationalisme camerounais, Yaoundé, Éditions Clé, 2006, p. 16. 

2 Mamadou Seck, Philippe Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun : l’histoire et l’État, Dakar, NEA, 1981, t. 2, p. 47. 

3 Patrice Pelpel et Vincent Troger, Histoire de l’enseignement technique, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 5 ; Guy Brucy et Vincent Troger, « Un siècle de formation professionnelle en France : la parenthèse scolaire ? », Revue française de pédagogie, n° 131, 2000, p. 12. 

4 David Crook, Nicole Tartéra, Jean-Noël Luc, « L’éducation collective des jeunes enfants en Grande-Bretagne : une perspective historique », Histoire de l’éducation, n° 82, 1999, p. 23. 

5 Ibid., p. 32. 

6 Voir le site www.angleterre.org.uk (consulté le 10 juin 2015). 

7 Ibid. 

8 Philippe Gaillard, Le Cameroun, t. 1, Paris, L’Harmattan, 1989, p. 158. 

9 Engelbert Mveng, Histoire du Cameroun, t. 2, Yaoundé, CEPER, 1985, p. 150-151. 

10 Jacques-Philippe Tsala Tsala, « L’enseignement technique au Cameroun : le parent pauvre du système ? », Carrefours de l’éducation, n° 18, 2004, p. 179 ; arrêté du 25 juillet 1921 organisant l’enseignement officiel dans les territoires du Cameroun, Journal officiel du Cameroun français (ensuite JOCF), 15 août 1921, p. 171-175. 

11 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 149-150. 

12 Marie-France Lange, « Naissance de l’école en Afrique subsaharienne », Éducation, Société, Pour, n° 165, 2000, p. 55. 

13 Adalbert Owona, La naissance du Cameroun, 1884-1914, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 83. 

14 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 88. 

15 Victor J. Ngoh, Cameroun, 1884-1985 : cent ans d’histoire, Yaoundé, CEPER, 1990, p. 53. 

16 Jean-Yves Martin, « Différenciation sociale et disparités régionales : le développement de l’éducation au Cameroun », dans Gabriel Carron et Ta Ngoc Châu (dir.), Disparités régionales dans le domaine de l’éducation : diagnostic et politiques de réduction, Paris, UNESCO, 1981, p. 42. 

17 A. Owona, La naissance du Cameroun…, op. cit., p. 87. 

18 Paulin Houtondji, Les savoirs endogènes : pistes pour une recherche, Dakar, CODESRIA, 1994, p. 10. 

19 Sophie Lewandowski, « Les savoirs locaux au Burkina Faso », Ethnologie française, n° 37, 2007, p. 606. 

20 M. Seck, P. Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun : la vie de la nation, op. cit., t. 4, p. 4. 

21 Vincent Ngoula Ngoula, « La géographie des postes et télécommunications du Cameroun », mémoire de maîtrise de géographie, Université de Yaoundé, juin 1978, p. 28-29. 

22 Yves Barthélémy Zoa Ateba, « La société des télécommunications internationales du Cameroun (INTELCAM) : essai d’analyse historique (1972-1998) », mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Yaoundé 1, juillet 2006, p. 10. 

23 Florent Etoga Eily, Sur les chemins du développement. Essai d’histoire des faits économiques et sociaux du Cameroun, Yaoundé, CEPMAE, 1971, p. 281. 

24 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 13-14. 

25 Après le départ des Allemands, le plan de partage franco-britannique du 4 mars 1916 est élaboré et confère les quatre cinquièmes du territoire camerounais à la France tandis que l’Angleterre se contente d’un cinquième. Il est confirmé à la conférence de Versailles du 28 juin 1919 et le Cameroun est placé sous mandat franco-britannique ; M. Seck, P. Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun…, op. cit., t. 2, p. 56-57. 

26 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 55. 

27 M. Seck, P. Touzard (dir.), L’encyclopédie de la république unie du Cameroun…, op. cit., t. 4, p. 171. 

28 V. Ngoula, « La géographie des postes… », op. cit., p. 53-56. 

29 Ibid., p. 17. 

30 Rapport annuel 1924 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1925, p. 83. Il faut préciser que l’école supérieure se fait en trois ans. Les deux premières années sont consacrées uniquement à l’enseignement général ; il est complété en troisième année par des cours spéciaux et les élèves sont répartis en trois sections selon leurs aptitudes professionnelles manifestées pendant les deux premières années : la section enseignement, la section générale (administration) et la section technique (postes, infirmerie et monitorat agricole) ; arrêté du 25 juillet 1921, JOCF, 15 août 1921, p. 173. 

31 Jean-Yves Martin, « L’école et les sociétés traditionnelles au Cameroun septentrional », Cahiers de l’ORSTOM, série sciences humaines, vol. 8, n° 3, 1971, p. 310. 

32 Arrêté du 29 mai 1937 créant à Douala une école professionnelle, dans Rapport annuel 1937 du Cameroun sous mandat français, Paris, Larose Éditeurs, 1938, p. 208-213. 

33 Rapport annuel 1929 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1930, p. 50. 

34 Rapport annuel 1930 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1931, p. 57. 

35 V. Ngoula « La géographie des postes… », op. cit., p. 40. 

36 Arrêté du 6 février 1932 créant l’emploi d’ouvrier d’équipe permanent des lignes télégraphiques, dans Rapport annuel 1932 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1933, p. 215. 

37 Rapport annuel 1924 du Cameroun français…, op. cit., p. 83.

38 Rapport annuel 1928 du Cameroun sous mandat français, Paris, Impr. gén. Lahure, 1929, p. 49. 

39 Rapport annuel 1929 du Cameroun français…, op. cit., p. 50. 

40 Décisions n° 499/1 et 528/1 des 18 et 27 septembre 1951 relatives à la création des centres d’instruction professionnelles des postes et télécommunications à Yaoundé et Douala. 

41 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952 portant création au service des postes et télécommunications de centres d’instruction professionnelle et fixant les modalités de fonctionnement de ces centres, JOCF, 16 avril 1952, p. 518-519. 

42 E. Mveng, Histoire du Cameroun…, op. cit., p. 168-169. 

43 Ali A. Mazrui, Christophe Wondji (dir.), Histoire générale de l’Afrique. L’Afrique depuis 1935, t. 8, Paris, UNESCO (Collection UNESCO), 1998, p. 92-93. 

44 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. II, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 

45 Il est important de remarquer que les investissements massifs, consentis par la France dans ses colonies ou territoires sous sa tutelle, avaient pour objectif principal leur exploitation à outrance. 

46 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. VII et art. IX, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 

47 Ibid., art. VII, p. 519. 

48 Ibid., art. IX, p. 519-520. 

49 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. IX, JOCF, 16 avril 1952, p. 519-520.

50 Rapport annuel 1952 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1953, p. 168 ; voir infra le plan quadriennal des PTT, p. 7. 

51 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952, art. IV, alinéas a et b, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 

52 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955 fixant les modalités et programmes des concours directs ou professionnels pour l’accès aux différents emplois du cadre supérieur des postes et télécommunications du Cameroun, JOCF, 25 février 1956. 

53 Rapport de présentation n° 1188/P. de Maxime Jourdain, secrétaire général du Haut-commissariat du Cameroun français à l’assemblée territoriale, le 8 septembre 1953, p. 3. Archives nationales de Yaoundé (ANY), 1AC 8344, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953. 

54 Rapport de présentation n° 1187/P. de Maxime Jourdain, secrétaire général du Haut-commissariat du Cameroun français à l’assemblée territoriale, le 8 septembre 1953, p. 2. ANY, 1AC 8345, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953.

55 Rapport annuel 1951 du Cameroun français…, op. cit., p. 143. 

56 Arrêté n° 974 du 21 février 1953 chargeant M. de Pellegars-Malhortie (Léon) de l’intérim de M. Dausseur (Paul), directeur des postes et télécommunications, JOCF, 4 mars 1953, p. 347. Né le 24 octobre 1921 à Tourville-en-Auge (Calvados, France), Léon de Pellegars Malhortie s’est engagé dans la France libre en septembre 1941 et a atteint le grade d’ingénieur d’artillerie navale ; il est décédé le 22 juillet 2009 à Surville (Calvados, France) ; site www.francaislibres.net (consulté le 10 juin 2015). 

57 Rapport de présentation n° 1188/P. de M. Jourdain, op. cit., p. 1. 

58 Rapport de présentation n° 1187/P. de M. Jourdain, op. cit., p. 2-3. 

59 Rapport annuel 1951 du Cameroun français…, op. cit., p. 143. 

60 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955 fixant les modalités et programmes des concours directs ou professionnels pour l’accès aux différents emplois du cadre supérieur des postes et télécommunications, JOCF, du 25 février 1956, p. 349-350 ; t. 1, 2, 3 et 4 du Cours de contrôleur stagiaire édité en 1951 par l’Administration métropolitaine des PTT. 

61 Arrêté n° 8924 du 23 décembre 1955…, JOCF, 25 février 1956, p. 349. 

62 Ibid., p. 346. 

63 Ibid., p. 349-350 ; voir. t. 1 à 4 du Cours de contrôleur stagiaire des PTT

64 A. Mazrui, C. Wondji (Dir.), Histoire générale de l’Afrique…, op. cit., t. 8, p. 238. 

65 Voir infra la création des liaisons postales et télégraphiques, radiotélégraphiques, téléphoniques et radiotéléphoniques au Nord-Cameroun. 

66 Les stagiaires concernés proviennent, pour la plupart, des centres d’instruction professionnelle ; ANY, 1AC 8995, affaires soumises à l’Assemblée législative du Cameroun (ATCAM), affaire n° 95/56, rapport de présentation, participation du territoire à la création d’une école supérieure des postes et télécommunications à Rufisque (Sénégal), 1956. 

67 Ibid.

68 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952…, art. VI et VII, JOCF, 16 avril 1952, p. 519. 

69 Ibid., art. VIII, p. 519. 

70 Voir supra les missions dévolues à la commission des corrections.

71 Arrêté n° 1934 du 3 avril 1952…, art. X et XI, JOCF, 16 avril 1952, p. 520. 

72 Rapport annuel 1957 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1958, p. 191. 

73 Arrêté n° 1119 du 11 février 1955 constituant débiteur envers le budget local un receveur des postes et télécommunications, JOCF, 23 février 1955, p. 318. 

74 Arrêté n° 5227 du 3 août 1955 constituant débiteur envers le territoire un commis des postes et télécommunications, JOCF, 24 août 1955, p. 1282. 

75 Arrêté n° 5255 du 4 août 1955 constituant débiteur envers le territoire un inspecteur adjoint des postes et télécommunications, JOCF, 24 août 1955, p. 1282. 

76 Arrêté n° 5857 du 6 septembre 1955 constituant débiteur envers le budget territorial du Cameroun un commis adjoint de deuxième classe des postes et télécommunications, JOCF, 28 septembre 1955, p. 1495. 

77 Rapport annuel 1957 du Cameroun français…, op. cit., p. 191. 

78 Il est à noter que seul le personnel européen, qui était de cent membres, constituait les fonctionnaires du cadre général. Quant au personnel local, il était réparti dans les autres catégories de fonctions telles que présentées dans le tableau 2. 

79 ANY, 1AC 5488, Postes et télécommunications, personnel, indemnités, 1951, circulaire n° 3 du 16 mai 1951. 

80 ANY, 1AC 8344, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953. 

81 Rapport de présentation n° 1188/P. de M. Jourdain…, op. cit., p. 3. 

82 ANY, 1AC 8345, Postes et télécommunications, (Service), fonctionnaires, statut, 1953. 

83 ANY, 1AC 8345, Postes et télécommunications…, op. cit., art. II, p. 2-3. 

84 Arrêté n° 6226 du 15 décembre 1953 portant ouverture d’une liaison radiotéléphonique entre les localités de Douala et Ebolowa, JOCF, 30 décembre 1953, p. 2183-2184. 

85 ANY, 1AC 7318, Téléphone (Douala-Nkongsamba), 1954. 

86 Rapport annuel 1955 du Cameroun français…, op. cit., p. 136-137. 

87 ANY, 1AC 7329, Radiotéléphone (Douala-Paris), 1954. 

88 Arrêté n° 8441 du 7 décembre 1955 portant ouverture d’une liaison radiotéléphonique dans les relations avec l’Afrique équatoriale, JOCF, 21 décembre 1955, p. 1931. 

89 Arrêté n° 5065 du 24 juillet 1955 portant ouverture de la station radioélectrique de Fort-Foureau, JOCF, 17 août 1955, p. 1227. 

90 Arrêté n° 5947 du 1er décembre 1955 portant ouverture des stations radioélectriques de Yagoua et Mora, JOCF, 28 septembre 1955, p. 1495. 

91 ANY, 1AC 3769, Yabassi (Cameroun), PTT, construction, 1955. 

92 Décision n° 875 du 3 octobre 1955 portant transfert des services généraux de la direction des postes et télécommunications à Yaoundé, JOCF, 26 octobre 1955, p. 1635. 

93 Rapport annuel 1955 du Cameroun français…, op. cit., p. 137. 

94 Rapport annuel 1954 du Cameroun sous tutelle française, Paris, Impr. Chaix, 1955, p. 135. 

95 Rapport annuel 1952 du Cameroun français…, op. cit., p. 169. 

96 Voir supra l’attribution des postes de responsabilité aux agents indigènes des PTT. 

97 ANY, 1AC 8381, Télécommunications, développement, Commission d’étude des plans de modernisation et d’équipement des territoires d’outre-mer (plan quadriennal 1954-1957), chapitre 9 : Les télécommunications, 30 avril 1954, p. 1-2. 

98 Daniel Abwa, Commissaires et Hauts-commissaires de la France au Cameroun. Ces hommes qui ont façonné politiquement le Cameroun, Yaoundé, PUY PUCAC, 1998, p. 29. 

99 ANY, 1AC 8381, Télécommunications, développement, Commission d’étude des plans de modernisation et d’équipement des territoires d’outre-mer (plan quadriennal 1954-1957), chapitre 9 : Les télécommunications, 30 avril 1954, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Barthélémy Zoa Ateba, « La formation professionnelle des agents des postes et télécommunications au Cameroun français (1951-1959) »Artefact, 3 | 2016, 97-113.

Référence électronique

Yves Barthélémy Zoa Ateba, « La formation professionnelle des agents des postes et télécommunications au Cameroun français (1951-1959) »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 06 mai 2021, consulté le 31 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8464

Haut de page

Auteur

Yves Barthélémy Zoa Ateba

Yves Barthélémy Zoa Ateba, enseignant à l’université de Douala, FLSH (BP 3132, Douala, Cameroun), travaille sur l’histoire des télécommunications, celle des crises économiques, l’histoire des entreprises et la mondialisation. Il a récemment publié « Huawei et ZTE : expansion de deux grands opérateurs chinois des télécommunications au Cameroun », dans Olivier Mbabia et François Wassouni (dir.), La présence chinoise en Afrique francophone, Paris, Monde global Éditions nouvelles, 2015. Contact : zoaateba@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search