Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Le XXe siècle du TechniqueLes nouvelles formes de technosci...

Le XXe siècle du Technique

Les nouvelles formes de technoscience universitaire comme produit de la R&D industrielle ?

L’exemple du transfert CNET-ENS Cachan
The new forms of academic techno-science as outcome of the industrial Research and Development. An example of transfer
Michel Atten
p. 131-146

Résumés

Cet article retrace sur le long terme des pratiques de recherche en électronique et télécommunications en France dans le second xxe siècle : de l’apprentissage de la R&D des années d’après-guerre à la technoscience du début du xxie siècle en passant par l’émergence de disciplines nouvelles (optique non linéaire, composants organiques). Si les cadres varient – d’un organisme public de recherche ministériel à un institut fédératif de recherche d’une grande école, ENS Cachan -, une continuité s’affirme d’une recherche technologique appuyée sur les sciences de la nature.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 À ne pas confondre avec le Centre national de l’enseignement technique, aujourd’hui disparu ; Guy B (...)

1L’Institut d’Alembert (IDA) est, à son lancement en 2002, une structure associant de façon souple des laboratoires de physique fondamentale, de physique appliquée, de chimie et de biologie d’une école normale supérieure, l’ENS Cachan. Tant par la démarche – multidisciplinarité, fonctionnement par projets, capacité à déposer des brevets et à promouvoir des innovations – que par les moyens – biocapteurs, technologie polymère pour composants, équipements sophistiqués, caractérisation de matériaux, de composants et systèmes –, cet institut s’appuie sur des pratiques de la technoscience qui renvoient peu ou prou à celles d’un laboratoire d’électronique et de télécommunications, le laboratoire dit de Bagneux du Centre national d’études des télécommunications (CNET), qui fut un centre de référence dans la seconde moitié du xxe siècle1. En ce début du xxie siècle où la réussite technologique semble se mesurer à l’aune de start-up rapidement introduites en bourse, nous nous proposons de retracer sur le long terme la construction des pratiques de recherche qui conduisent à l’émergence de disciplines nouvelles et de montrer le changement de cadre de la R&D sur le temps long (un demi-siècle). Dans une première partie, sera explicitée la réorganisation de la recherche (au sens large, scientifique et appliquée comme l’on disait alors), une R&D qui, en France, se développe davantage dans de grands organismes publics de recherche (OPR) que dans les universités et/ou les industries. On est alors dans une période qui découvre rapidement que la recherche technique passe de façon croissante par la recherche scientifique, des liens toujours plus étroits et complexes que l’on finit par appeler technoscience. Dans un deuxième temps, nous verrons que les contraintes (on ne peut pas tout faire, tout explorer) liées entre autres à la situation nouvelle des années 1970 (avec, notamment, les chocs pétroliers) conduisent à des choix qui passent également par des hommes, des équipes et des savoirs et savoir-faire accumulés. Enfin, les poussées néolibérales qui triomphent dans les années 1980 conduisent à faire exploser les équilibres antérieurs (privatisation, fin de la R&D de certains OPR au profit d’une nouvelle organisation de la recherche), ce qui constitue notre troisième et dernière partie.

L’essor de la R&D en électronique en France après la Seconde Guerre mondiale (1945-1970)

Apprentissage de la recherche et/ou de la Recherche-Développement

  • 2 Amy Dahan, Dominique Pestre, Les sciences pour la guerre, 1940-1960, Paris, Éditions de l’EHESS, 20 (...)
  • 3 Parmi une littérature abondante, Michel Atten, « La construction du CNET », dans Michel Atten (dir. (...)

2Pour ce qui est du développement des sciences et des techniques, on sait que les décennies qui suivent la Seconde Guerre mondiale sont déterminées principalement par la Guerre froide qui, au niveau international, se joue notamment à travers des technologies et des savoirs de pointe comme l’électronique ou les satellites. Au centre du gouvernement des sciences américaines se trouve une alliance des mondes militaire, académique et industriel, financée massivement par les trois armes (Army, Navy et Air Force)2. Vraie pour les superpuissances, États-Unis et Union soviétique, cette situation l’est beaucoup moins pour l’Europe. Ainsi, en France, la recherche est organisée dans les années 1940-1950 à travers de grands organismes publics de recherche (OPR) – CNRS, CEA, INRA, INH-INSERM, CNET –, créés au sein de divers ministères. Mais, à la différence de la situation étatsunienne, les rapprochements entre mondes différents semblent difficiles, notamment au sein du Centre national d’électronique et de télécommunications (CNET) qui regroupe des laboratoires issus des ministères militaires (les trois armes) et civils (PTT, Colonies, Information). Très rapidement, une partition de fait s’établit entre un CNET-SG, Service général plus ou moins dominé et financé par les militaires, et un CNET-SRCT, Service de recherche et du contrôle technique relevant des PTT. Cette dichotomie ne s’affaiblit que dans les années 1950 avec la résurgence de certains laboratoires militaires propres et la « réunification » du CNET sous la houlette de Pierre Marzin et rattaché au ministre des PTT3.

  • 4 CSF, Compagnie générale de télégraphie sans fil, dont un des mentors à l’époque n’est autre que Mau (...)
  • 5 Outre l’échec de l’intégration, au sein d’un centre dominé par des ingénieurs, de deux chercheurs u (...)
  • 6 Mise à part l’existence d’un petit Service d’études et de recherche technique (SERT), il n’y a pas (...)
  • 7 Au triptyque classique (centre de R&D, industriel et opérateur), il conviendrait d’ajouter un certa (...)

3Une seconde coopération est tout aussi difficile à mettre en place, celle qui doit lier recherche scientifique (ou fondamentale ou de base) et recherche technique (ou appliquée ou développement), ce que l’on baptise R&D depuis l’essor au début du xxe siècle des grands laboratoires de Bell ou de General Electric aux États-Unis. Le jeune CNET en fait l’expérience à la fin des années 1940 à travers un composant, le tube à ondes progressives (TOP), nécessaire pour les micro-ondes : celui qui est développé par deux jeunes physiciens, Georges Goudet et André Blanc-Lapierre, issus du laboratoire d’Yves Rocard (ENS) et recrutés au CNET-SG en 1945, est écarté au profit du prototype fabriqué par la CSF dans le cadre du développement des faisceaux hertziens, mis au point par le CNET-SRCT et la CSF4. Cet épisode marquant5 souligne l’inexpérience et la difficulté à situer la place de la science dans un centre public tel que le CNET6 : jusqu’où aller dans les recherches de pointe, dans des domaines faisant appel de plus en plus à la science ? Doivent-elles être poursuivies au point de donner lieu à dépôt de brevet ? Où s’arrêter dans le processus de démonstration de faisabilité avant de trouver un industriel prêt à acquérir une licence ? L’exercice est souvent difficile : il faut allier coopération et concurrence entre trois acteurs, voire plus7. L’épisode du TOP laisserait-il supposer que les ingénieurs système ont choisi de limiter au sein du CNET la part des études proprement scientifiques ? Il n’en est rien. Ce propos peut être illustré à travers trois épisodes – le transistor dans les années 1950, le laser dans les années 1960, l’optique non linéaire dans les années 1970-1980 –, déterminants pour cerner le milieu et le cadre dans lesquels naît l’ingénierie moléculaire des composants organiques.

Le « transistron » dans les années 1950 : bidouillage technique, manœuvre industrielle et recherche théorique

  • 8 La filiale française de la multinationale d’origine étatsunienne Westinghouse, avait embauché ces d (...)
  • 9 La société d’économie mixte SOTELEC regroupe la Direction générale des télécommunications (DGT), le (...)

4Les premières études de semi-conducteurs sont faites au CNET, en 1946, sur des détecteurs en germanium et silicium récupérés dans les surplus de guerre allemands et américains. Et, dès 1947, un marché d’études du CNET-SRCT permet à un laboratoire Westinghouse de la région parisienne de fabriquer, sur financement CNET, des diodes au germanium sous la direction de deux physiciens allemands « récupérés », Welker et Mataré8. Mais les diodes produites sont jugées de qualité médiocre, le marché est interrompu et un laboratoire est monté, en 1950, au sein du département Transmission du CNET-SRCT, sous la direction d’un autre physicien allemand, Immanuel Franke, en contournant le Comité consultatif des télécommunications de l’Union. Une nouvelle collaboration du SRCT avec le laboratoire de l’ENS (Yves Rocard) est surtout l’occasion pour le directeur du CNET-SRCT, Pierre Marzin, de gagner du poids en popularisant le « transistron », une dénomination « nationale » de l’effet transistor mis en évidence par trois chercheurs américains, Bardeen, Brittain et Shockley, et révélé au monde en 1948. Des transistrons à pointe vont être introduits dans certains équipements de transmission, un « transistron triode type PTT 601 », que le CNET promeut au sein du consortium industriel Sotelec9, ce qui lui permet, entre autres, de souligner aux yeux de la DGT le souci de l’exploitation chez les chercheurs. Mais, c’est surtout l’occasion pour le CNET unifié en 1954 de développer des recherches approfondies sur le germanium et bientôt sur d’autres matériaux semi-conducteurs, par l’embauche d’ingénieurs-spécialistes contractuels (purification, cristallogenèse du germanium, analyse chimique, etc.), par l’installation de laboratoires de recherche modernes grâce au savoir-faire et aux compétences de deux ingénieurs « allemands », Immanuel Franke et Otto Deutschbein, et, enfin, par la création d’une petite équipe de recherche tournée vers des préoccupations théoriques à l’initiative d’un tout jeune ingénieur des télécommunications désireux de faire de la science, Maurice Bernard.

  • 10 PCM (Physique, Chimie, Métallurgie), le grand laboratoire de recherche amont dirigé alors par Imman (...)
  • 11 Pour ce paragraphe, voir les articles de Christian Licoppe, « Les premières années des recherches s (...)

5Malgré la pénurie chronique en personnel scientifique et technique, c’est, à la fin des années 1950, une centaine de personnes qui, au CNET, se consacre aux recherches sur les transistors, avec un groupe qui s’initie à la physique de pointe et les autres groupes-développement apprenant les techniques et façons de faire concernant les matériaux nouveaux (Ge, Si, etc.). Comme indice de la prise en compte du contexte de la recherche avancée, on peut suivre les missions et les voyages internationaux effectués par les chercheurs de PCM10 : ils sont européens, surtout en direction de l’Allemagne, à l’exception notoire de ceux de Maurice Bernard, déjà tourné vers les États-Unis. Ce dernier apprend la physique de l’état solide en dehors du CNET, en fréquentant les jeunes maîtres universitaires français de l’époque, particulièrement Pierre Aigrain et ses premiers élèves, Claude Dugas, Benoît à la Guillaume, etc., ainsi que les laboratoires et les séminaires de l’ENS Ulm et de Paris VI, université où il soutient sa thèse de doctorat en 195811.

Le tournant « laser » de 1960 : une réactivité nouvelle et/ou l’affirmation d’une démarche clairement scientifique ?

  • 12 Pour la suite, nos sources sont principalement les rapports d’activité du CNET et/ou du laboratoire (...)
  • 13 Rapport d’activité du CNET pour 1960, département PCM, p. 3. 
  • 14 Le CNET vient d’annoncer la mise en fonctionnement du premier ordinateur transistorisé réalisé en F (...)
  • 15 Voir note 10. On abandonne les recherches de base sur le silicium à PCM au moment même où la start- (...)

6Plusieurs décisions de l’année 1960 témoignent d’une réactivité croissante et montrent donc que le CNET participe désormais pour certains domaines au peloton de tête des recherches mondiales12. Au mois de mai, il est décidé « d’orienter les travaux vers des résultats les plus originaux possibles applicables aux développements de pièces détachées nouvelles de l’électronique et notamment celles utilisables […] dans les dispositifs de connexion13 ». Cette demande correspond aux choix effectués vers l’élaboration de commutateurs électroniques développés à Lannion (Côtes d’Armor), le nouveau centre ouvert la même année par le CNET14. En septembre, une autre note préconise « l’arrêt des études des matériaux silicium et germanium en vue de mettre en fonctionnement immédiat un labo spécialisé dans l’électroluminescence15 ».Un coup d’œil sur les missions et voyages en donne la clef : cette année-là, les responsables de groupes au sein de PCM se rendent tous aux États-Unis : Maurice Bernard visite les laboratoires de Bell, General Electric, IBM, GTE, Texas Instruments, RCA et le Lincoln Lab ; il est suivi par Otto Deutschbein qui visite six sites en octobre, et par Jacques Lantieri qui en visite trois en novembre. Avec, dans tous ces laboratoires, une effervescence autour des masers optiques ou lasers qui viennent d’être annoncés. Et le rapport d’activité de 1960 du département PCM confirme le changement vers la physique des lasers : « la recherche de base sur les matériaux semi-conducteurs, qui a constitué durant huit ans l’activité essentielle du département, a été réduite à quelques travaux occupant six personnes environ sur un effectif de 117. »

  • 16 « Possibilités des lasers à semi-conducteurs », Écho des recherches, n° 41, 1962, p. 24-27, note te (...)
  • 17 Rappelons que la DGRST est créée en 1959 et la DRME en 1961 ; voir, entre autres, Alain Chatriot, V (...)
  • 18 Alain Bertho, « Le CNET dans le système de recherche public », dans François du Castel, Françoise L (...)

7C’est le début d’une décennie riche en recherches sur les lasers. D’abord, on apprend à reproduire : les premiers à fonctionner au CNET sont des lasers à rubis et à néon-hélium, en 1960 et 1961. Puis on innove : poursuivant leurs travaux théoriques en physique des solides, Maurice Bernard et Georges Duraffourg publient une note remarquée sur la possibilité de lasers à semi-conducteurs en 1962, quasi simultanément avec un célèbre article américain16. Très rapidement, les travaux sur d’autres matériaux semi-conducteurs (AsGa, etc.) s’intensifient : préparation, purification, cristallogenèse des matériaux, contrôle et mesures, propriétés optiques et électriques, études spectroscopiques, etc. Autre changement notable, un certain nombre de ces recherches sont financées par la Délégation générale à la recherche scientifique et technique (DGRST) et/ou la toute jeune Direction des recherches et moyens d’essais (DRME)17. Pourtant, tant en interne au CNET qu’au niveau de l’insertion du CNET dans la recherche nationale, la Recherche-Développement ne semble pas être considérée comme étant du ressort des organismes de l’État. Dans les instances de pilotage, la tendance des années 1960 paraît être, premièrement, que l’État finance massivement (comme aux États-Unis ou en Grande-Bretagne) la Recherche-Développement réalisée dans les laboratoires industriels et, deuxièmement, que, mises à part la santé et l’Éducation nationale, l’État n’a pas à se faire « chercheur »18. En interne au CNET, les ingénieurs des télécommunications et la nouvelle direction scientifique du CNET, créée en 1968, considèrent que le rôle du CNET n’est pas de faire de la recherche scientifique ou de la recherche de base, à quelques exceptions près. Cela se traduit par un fort développement des « recherches techniques de base » développées à Lannion depuis le début des années 1960, un centre dont les effectifs croissent à un rythme nettement plus rapide que celui du département PCM à Issy-les-Moulineaux.

  • 19 ESE, École supérieure d’électricité ; ISEP, Institut supérieur d’électronique de Paris ; CNAM, Cons (...)
  • 20 Rappelons que ces recherches laser n’atteindront le stade de réelles applications qu’avec les fibre (...)

8Cela contribue certainement à raidir le positionnement de Maurice Bernard. Il veut faire de la science. Il introduit la mécanique quantique dans les publications du CNET ; prenant alors pour modèle les laboratoires Bell, il recrute par l’intermédiaire des cours qu’il donne dans différentes écoles (Polytechnique, ENST, ESE, ISEP, CNAM19) et pousse ses jeunes recrues à soutenir des thèses de doctorat d’État en physique (huit dans la seconde moitié des années 1960 pour sa seule petite équipe). Les applications des lasers sont peu présentes dans les recherches de son groupe. En revanche, la réalisation des autres fonctions nécessaires aux futures communications optiques (modulateur, détecteur, composants électro-optiques, etc.) (pure spéculation à cette époque ?) est rapidement envisagée sous la forme très exploratoire d’étude de matériaux nouveaux produisant des effets non-linéaires (la présentation faite à un colloque DGRST en 1963 conduit à lancer, en 1964,
une étude confiée à Jean Jerphagnon). De façon significative, c’est un autre groupe du département (Otto Deutschbein et Charles Pautrat) qui produit le premier laser à fonctionnement continu et à température ambiante, en 1966, ouvrant le champ des applications à court terme20.

9Ainsi, à la fin des années 1960, on peut considérer que le CNET a acquis des compétences solides tant en terme de recherches scientifiques qu’en développement et que leur pondération est très variable selon les domaines technoscientifiques, les compétences des équipes, les initiatives individuelles, parfois grâce à une aide extérieure (DGRST, DRME, OTAN), des activités dont le financement se règle au coup par coup dans le bureau de Pierre Marzin. On constate une « gestion » des équilibres de la recherche inexistante jusqu’à l’émergence tardive, à la tout fin des années 1960, d’une direction scientifique, encore essentiellement consultative pour quelque temps.

Un nouveau domaine de recherche-développement dans un centre profondément transformé

Modernisation de l’opérateur et réforme des centres de recherche (1970-1980)

  • 21 Les effets du mouvement social extrêmement profond de mai 1968 conduisent un temps à l’occupation d (...)
  • 22 Commencée en 1970, la modernisation du réseau téléphonique français, jusqu’alors très peu développé (...)
  • 23 Marie Carpenter, La bataille des Télécoms. Vers une France numérique, Paris, Economica, 2011. 

10Les années 1970 sont particulièrement bouleversées tant au niveau du réseau téléphonique des PTT qu’au niveau de la recherche21. L’opérateur DGT obtient enfin les moyens financiers de sa modernisation, notamment par la création de sociétés de financement privées qui permettent de lancer des emprunts sur le marché international des capitaux. Le plan d’équipement massif lancé par le nouveau directeur général, Gérard Théry, s’appuie dans un premier temps sur des technologies électroniques classiques, avant d’introduire, à la fin des années 1970, des équipements numériques développés à partir des travaux du CNET et du constructeur Alcatel22. Le changement est radical en termes financiers, la DGT passant d’une direction des PTT, quelque peu corsetée, au statut de premier investisseur de France. Côté recherche, le CNET qui passe en 1970 d’un statut de centre de recherche national interministériel à celui de centre de R&D intégré à l’opérateur DGT, est profondément réorganisé en 1975 par la nouvelle équipe : la gestion des travaux de R&D interne et des marchés d’études contractés auprès des industriels est scindée en deux directions séparées, pilotées par une Direction des affaires industrielles et internationales23.

11Changements aussi pour le département PCM devenu la division Physique, Électronique et Composants (PEC), qui déménage à Bagneux en 1969 et dont Maurice Bernard prend la direction. Sa reconnaissance croissante dans les milieux académiques – au début des années 1970, il est membre d’instances dirigeantes au CNRS, à la DGRST, à l’École polytechnique – lui permet de contribuer à la transformation de « son » laboratoire de Bagneux en un laboratoire associé au CNRS (LA 250), doté d’un comité scientifique. Rejoignant en 1975 le nouveau directeur général, Gérard Théry, d’abord au sein de la DAII, puis à la direction du CNET, en 1978, M. Bernard remanie profondément le Centre de recherche lui-même, avec la création de plusieurs centres, séparant à Paris et à Lannion les recherches scientifiques et fondamentales appliquées et le développement davantage tourné vers les besoins de l’exploitation, et avec la création de « comités de programmes » dont la tâche principale est de déterminer les technologies « critiques »pour le futur.

  • 24 Rapport d’activité de Bagneux, 1981-1982, p. 5. Après le départ de Jerphagnon qui prend la directio (...)

12À Bagneux, les changements organisationnels vont être quasi annuels durant les années 1970, brassant les équipes « préparation et matériaux », « chimie et dispositifs électroniques » avec celles des études et recherches, pour arriver à la fin de la décennie à deux groupements : Recherches physiques et matériaux, confié à J. Jerphagnon, et Optique appliquée et microélectronique, dirigée par Jean-Pierre Noblanc, deux ingénieurs contractuels parmi les premiers recrutés par Maurice Bernard. J. Jerphagnon, dont la thèse en 1967 et les travaux qui suivent portent sur l’optique non linéaire, élargit ses responsabilités, dès 1972, ce qui conduit son élève, Daniel Chemla, de retour d’un stage de neuf mois à Stanford, à élargir la piste de l’optique non linéaire aux matériaux organiques (cette année-là (1972), quelque cent cinquante poudres sont testées). Dirigeant alors un groupe fourni (quinze personnes), D. Chemla est nommé adjoint au chef du département PEC en 1978-1979, ce qui semble signer la reconnaissance de l’essor du programme d’ingénierie moléculaire des composés organiques. Ainsi, le rapport du CNET de 1978 annonce que « l’auto-investissement dans le domaine optique non linéaire vient d’atteindre le stade où il engendre l’apparition de l’innovation ». Ce pronostic va se révéler dans les années 1980 quelque peu prématuré à plusieurs titres. Certes, le début de la décennie laisse percer un certain enthousiasme : si les nouveaux matériaux organiques n’ont pas encore « permis leur essai dans des dispositifs paramétriques, il apparaît que cette perspective est maintenant toute proche », assure Noblanc à l’été 198224. Deux nouveaux matériaux, « MAP et POM, sont étudiés pour réaliser des dispositifs paramétriques », poursuit Chemla, ce qui conforte la jeune génération, Jean-Louis Oudar, Joseph Zyss, etc., à approfondir la compréhension des interactions moléculaires… sous forme de thèses poursuivies à la fin des années 1970.

De la création de nouveaux matériaux d’optique non linéaire à la réalisation de composants ?

  • 25 Avec l’élection du président François Mitterrand, de nouvelles équipes s’installent à la DGT (sous (...)
  • 26 L’essentiel du laboratoire de Bagneux devient une unité mixte LA 250 CNET-CNRS en 1975, dotée d’un (...)
  • 27 Il n’est pas sûr, avec le recul, que beaucoup de ces développements aient été transférés à des indu (...)

13La nouvelle direction du CNET, nommée en 198125, conduit une réorientation des objectifs du CNET, notamment par la création des projets-CNET – visant à fédérer recherches amonts et développements autour d’une application à relativement court terme –, ce qui a des incidences directes sur le laboratoire de Bagneux. Les études de matériaux destinés aux composants optiques sont élargies aux travaux d’élaboration de circuits ; l’activité « lasers à semi-conducteurs et optique intégrée » devient centrale et se développe en coordination avec les laboratoires de Lannion spécialisés dans l’amélioration et la diversification des fibres optiques. De plus, le laboratoire de Bagneux, de mieux en mieux équipé et doté d’instruments lourds (installations d’épitaxie diverses, photogravure ionique, etc.), devient également l’implantation parisienne du CNRS pour les semi-conducteurs III-V26. Globalement, Bagneux croît régulièrement, de 219 personnes en 1982 à 265 en 1991. C’est le début d’une décennie de réalisation de composants micro-optoélectroniques intégrés, revendiqués au meilleur niveau international et dont les prototypes permettent aux « équipes systèmes » de développer les futurs réseaux et systèmes tout optique27. Ainsi, progressivement, les diverses fonctions – émission, détection, modulation-démodulation, paramétrage – nécessaires pour la réalisation de réseau tout optique sont obtenues par des dispositifs créés à partir des… composés semiconducteurs III-V.

  • 28 Il semble difficile, en l’état de nos sources, de déterminer précisément le sens de cet épisode qui (...)
  • 29 Ces appellations NPP, NPAN, MAP, POM, désignent des composés dont le nom savant et précis a l’allur (...)
  • 30 Reconnaissance visible, entre autres, par le fait que J. Zyss reçoit en 1986 le Prix IBM de physiqu (...)
  • 31 Voir les articles dans diverses revues (La Recherche, Sciences et avenir) et dans la presse nationa (...)

14Et les organiques, l’ingénierie moléculaire ? C’est assez rapidement à Joseph Zyss qu’est confiée, après le départ définitif de Daniel Chemla en 198228, la direction d’un petit groupe de recherche sur les propriétés diélectriques et optiques des organiques, groupe qui devient un département (Électronique quantique et moléculaire) en 1988. Avec une solide formation à la recherche, fruit d’une tradition scientifique cette fois bien établie à Bagneux, une équipe de huit chercheurs et ingénieurs permanents et de quatre à six thésards mène une activité prospère et soutenue durant les années 1990 ; ce département conduit à la création de nouveaux matériaux NPP, puis NPAN, dont les propriétés d’optique non linéaire sont bien supérieures à celles des MAP et POM antérieurs29. De plus, avec des succès « industriels » tels les transferts industriels des nouveaux NPP/NPAN à la société Quartz et Silice, une insertion dans des projets européens, ESPRIT et RACE, une reconnaissance de la communauté scientifique30, la piste des organiques semble très prometteuse, portée, qui plus est, par la vague enthousiaste des « visionnaires » qui annoncent pour bientôt des ordinateurs et réseaux tout optique31 ! Le lancement par J. Zyss d’une nouvelle activité centrée sur les composants à base de polymères pour l’optoélectronique va dans le même sens. Pourtant, au milieu des années 1990, cette activité peine à déboucher sur des dispositifs et composants concrets pour les télécommunications. Peut-être cette piste a-t-elle souffert, malgré un soutien indéniable, d’être développée précisément dans un cadre, les Télécommunications… et en « concurrence » avec une autre filière, la micro-optoélectronique des composées III-V, pour lesquels l’accumulation des savoirs remonte à l’avant Seconde Guerre mondiale ? Ou peut-être le magnifique raisonnement consistant à définir en premier l’effet à produire puis à construire molécule par molécule le matériau qui le produira était-il encore difficile à traduire en dispositif ? Ou l’écart séparant la fabrication d’un matériau de son utilisation dans des systèmes réels est-il supérieur au temps imparti ?

De la R&D des OPR à la technoscience dans le monde académique

Une simultanéité improbable : privatisation de France Télécom et modification du paysage de la recherche universitaire

  • 32 Vers une économie européenne dynamique – Livre vert sur le développement du marché commun des servi (...)
  • 33 APAST, Pierre-Noël Favennec, Gérard Poulain (dir.), Science, technologie et territoire, Paris, Lavo (...)

15L’explosion du système Bell aux États-Unis, poussée par les think tanks néoconservateurs proches de Ronald Reagan, devient effective en 1984. Elle a des effets assez rapides dans le reste du monde : privatisation de British Telecom par Margaret Thatcher, livre vert préconisant la déréglementation dans les télécommunications édicté par la Commission européenne en 198732. En France, un premier pas est franchi avec la loi de 1991 cassant les PTT en deux entités, France Télécom et La Poste. La privatisation à terme de l’opérateur de télécommunications France Télécom ne semble guère faire de doute avec des conséquences prévisibles au niveau de la recherche. Le CNET, qui compte bon nombre de laboratoires associés au CNRS dans la recherche de base (en particulier au sein du laboratoire de Bagneux, mais aussi à Lannion, Grenoble ou Paris), doit évoluer ; des projets pour sauver les compétences d’avant-garde, tel le « pôle de recherches optiques en Bretagne », sont rejetés par la direction de l’opérateur, avec le consentement de fait des pouvoirs publics, des syndicats et du corps des ingénieurs des télécommunications. Le processus qui s’enclenche dans les années 1990, finira par l’intégration des laboratoires techniques et applicatifs du CNET au sein d’un nouveau technocentre de l’opérateur privatisé et la relative dispersion des équipes de recherches scientifiques et technologiques de pointe33.

  • 34 Le Monde, 15 octobre 1992. Pour la recherche, J. Perrin, directeur de l’ESIEE-Marne-la-Vallée, assu (...)
  • 35 Concernant le nombre d’élèves, les grandes écoles françaises sont alors dans un rapport de 1 à 10 f (...)
  • 36 Pour cette partie et concernant Cachan, Fl. Le Bot et al. (dir.), L’ENS Cachan…, op. cit., et notam (...)
  • 37 Citons, entre autres, le Groupe de recherche sur le risque, l’information, la décision (GRID) en 19 (...)

16Une autre modification importante de la R&D développée jusqu’alors dans les organismes publics de recherche (OPR) tient à l’évolution de l’enseignement supérieur. À la fin des années 1980, une prise de conscience de l’inadaptation du système de l’enseignement supérieur et de la recherche se fait jour. D’une part, la recherche est effectuée dans les universités et les OPR sans toujours beaucoup de liens entre eux ; d’autre part, le système des grandes écoles – avec de petits contingents d’élèves, offrant des cursus spécialisés, avec peu ou pas de recherche interne – est appréhendé de façon croissante comme élitiste, insuffisant pour faire face à une demande croissante de personnel hautement qualifié, et risque d’être gênant pour le pays, notamment dans un contexte de marché unique européen prévu pour 1993. Des initiatives encore isolées en 1987-1988 conduisent, au début des années 1990, à une effervescence de regroupements, à la constitution de réseaux d’écoles – la Conférence des grandes écoles en compte cinquante-trois en 1992 – incluant pour la plupart des relais internationaux. Et le problème est particulièrement épineux quant à l’activité de recherche dans les Écoles si on compte qu’il faut une dizaine d’années pour qu’une équipe bien soutenue atteigne le niveau international34. Des changements s’amorcent dans les grandes écoles, mais on est encore loin des grandes universités techniques allemandes ou américaines, surtout en regard de ce qui s’installe comme la norme dominante : la capacité des universités à déposer des brevets, doublée de la question fortement controversée des brevets portant sur des connaissances de plus en plus amont depuis le Bayh-Dole Act étatsunien de 198035. Ces questions vont être au cœur de l’évolution de l’École nationale supérieure d’enseignement technique (ENSET) en devenant École normale supérieure (ENS) de Cachan en 1985, un établissement à caractère scientifique, culturel et professionnel délivrant, à partir de 199236, DEA et doctorat dans un nombre croissant de disciplines, en collaboration le plus souvent au départ avec des universités et/ou des écoles d’ingénieurs. Nettement engagée par Yves Malier, directeur entre 1988 et 199437, la démarche est systématisée par ses successeurs, à commencer par Bernard Decomps, directeur de 1994 à 2000, tant en sciences sociales qu’en sciences de la nature.

  • 38 La conviction raisonnée du directeur s’appuie également sur des souvenirs précis : la possibilité o (...)
  • 39 Sur les bons conseils de J. Friedel, voir note 26 et l’entretien de J. Zyss avec l’auteur, 12 févri (...)
  • 40 Entretien d’Isabelle Ledoux-Rak avec l’auteur, 4 avril 2012. 
  • 41 Entre autres, voir le rapport Théry sur les autoroutes de l’information ou le rapport Lombard-Kahn (...)
  • 42 Entretien de M. Feneyrol avec l’auteur, 13 janvier 2014. Une aubaine dans un contexte de grande inq (...)
  • 43 Un des transferts d’équipe réussi sur Paris, qui ne semble pas avoir son équivalent pour Lannion ; (...)

17Même si la vocation de l’ENS Cachan reste avant tout à cette époque de former de futurs professeurs, de les préparer à l’agrégation, cette école vise dorénavant à faire de ses élèves des enseignants-chercheurs, voire de futurs créateurs de start-up. Cela passe par la constitution de laboratoires sur place, qu’ils soient propres à l’école ou associés, et la mise sur pied de structures d’aide à l’entrepreneuriat38. Bien sûr, des départements avaient déjà établi des laboratoires, depuis 1975, en mécanique, en électricité, en production automatisée, en biologie appliquée…, mais leurs moyens étaient limités. Cette fois, B. Decomps cherche, pour certaines disciplines (physique, biologie), à attirer des équipes ou des individus prêts à bâtir à Cachan des laboratoires de pointe et lance, une fois les moyens acquis, des appels à recrutement à partir de 1994. Dans le cadre d’une prospection large et systématique, il fait, en 1996, des propositions concrètes au responsable de l’équipe optoélectronique-polymère du CNET-Bagneux, J. Zyss39. L’équipe de ce dernier avait bien vu la demande de Cachan, en 1994, mais pensait alors que répondre à cet appel était prématuré40. Pourtant, en ce milieu des années 1990, la situation quant à l’avenir de ce type de recherche au CNET est l’objet de nombreuses réflexions, discussions et rapports41. En 1996, la déréglementation venue d’outre-Atlantique devient effective en Europe et la perspective d’une privatisation à court terme de France Télécom (avec l’ouverture à la concurrence totale de 1998) accélère les négociations entre Cachan et la direction du CNET, dont le directeur, M. Feneyrol, se réjouit de pouvoir transférer une telle équipe dans des conditions respectant la transmission des savoirs et savoir-faire42. Ainsi, outre J. Zyss et son adjointe I. Ledoux-Rak, dont le corps des ingénieurs des télécommunications favorise le détachement comme professeurs des universités, France Télécom s’engage en plus à assurer pour un temps (quatre ans) le transfert de trois ingénieurs-chercheurs, le financement d’équipements et notamment celui de la construction d’une salle blanche sur le site de Cachan permettant à l’équipe de poursuivre la réalisation de dispositifs optonanoélectroniques à base de polymères43.

Le LPQM de Cachan ou la synthèse de cultures scientifiques hétérogènes

18Les fusions-acquisitions d’entreprises présentent systématiquement des questions de coopération d’équipes et d’intégration de culture d’entreprises différentes, un élément souvent considéré comme expliquant que la « mayonnaise » ne prend pas. Comment l’intégration d’une équipe d’un grand laboratoire public, assez fortement orienté vers la R&D (avec toutes les nuances que nous avons essayé de traduire), se fait-elle au sein d’une grande École publique relevant de l’Éducation nationale ?

  • 44 Le LPQM est un laboratoire mixte CNRS-ENS Cachan. 

19L’avantage immédiatement ressenti est que le cadre universitaire du nouveau laboratoire de photonique quantique et moléculaire (LPQM) permet une plus grande liberté de choix de ses thèmes de recherche et de montage de projets-contrats en France et avec des laboratoires étrangers, américains, européens, coréens, israéliens, etc. Mais les inconvénients immédiats ne sont pas négligeables pour les membres d’une équipe habitués au confort d’un grand centre de recherche bien doté et bien équipé ; ils découvrent, du moins est-ce leur souvenir, une école encore gérée un peu comme un « super lycée » tant pour les questions de personnel administratif, les dates de fermeture – plusieurs semaines par an –, pesant ainsi sur la crédibilité de l’institution face à des partenaires internationaux, que pour la bibliothèque dont les accès en ligne aux revues scientifiques sont encore très limités. De même pour les charges d’enseignement qui sont évidemment plus lourdes que précédemment (quelques interventions dans des masters), mais qui ouvrent des possibilités de recrutement intéressantes. Des ajustements sont nécessaires et non dépourvus de conflits car les modes de fonctionnement d’un laboratoire investi depuis le début des années 1990 dans des travaux fondamentaux, y compris théoriques (les aspects quantiques et tensoriels en physique et chimie pour la photonique), et ceux d’un département de physique essentiellement tourné vers la préparation à l’agrégation ne sont pas de même nature. Mais ce sont surtout les différences de modalités de recrutement qui frappent la nouvelle équipe44 : habituée à choisir directement parmi les candidats, une fois la décision administrative arrêtée, son acculturation au mode de gestion du CNRS-CNU – le choix est effectué au sein des procédures internes à ces organismes – s’avère difficile, laissant souvent peu de latitude aux directeurs de laboratoire, d’autant plus qu’au bout de quelques années, l’intégration au sein du CNRS de nombreux chercheurs et ingénieurs issus de l’ensemble du CNET Bagneux (et cela bien au-delà de la petite équipe travaillant sur les matériaux organiques) est perçue par les chercheurs CNRS comme se faisant au détriment des postes offerts à l’avancement.

La création de l’Institut d’Alembert : une volonté de multidisciplinarité

  • 45 Les instituts fédératifs de recherche (IFR) émergent, souvent à l’initiative du CNRS, à la fin des (...)
  • 46 AFP, 1er octobre 2001. 

20Enfin, c’est par un nouveau déploiement, selon des logiques de rapprochement autres, que les savoirs et savoir-faire quantiques, la maîtrise des polymères, de leur capacité à des utilisations toujours plus diverses, mais aussi les acquis du laboratoire de Bagneux (recherches théoriques et développement applicatifs, pratique des tests, des mesures et évaluations, adaptation aux usages, salle blanche, etc.) rencontrent les besoins d’équipes aussi diverses que des chimistes, des physiciens, des biologistes, mais aussi les préoccupations interdisciplinaires croissantes des décideurs de la politique de la recherche ou les rêves des acteurs de la Vallée scientifique et technologique de la Bièvre ou de certains élus du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine. C’est ainsi que va naître un nouvel organisme fédératif de recherche, l’Institut d’Alembert (IDA) de l’ENS Cachan45. Annoncé publiquement par le directeur du LPQM, J. Zyss, lors d’un colloque scientifique, le 1er octobre 200146, il est construit par ce dernier à l’incitation de la directrice de l’ENS Cachan, Claire Dupas (2000-2008), elle-même physicienne, et fortement soutenu par la direction du CNRS. Il est conçu comme une institution multidisciplinaire liant quatre laboratoires mixtes ENS Cachan-CNRS et, pour deux d’entre eux, d’autres établissements (Université Paris XI et CNAM). Deux laboratoires ont été créés par B. Decomps : le LPQM et le laboratoire de biologie et pharmacologie appliquée (LBPA), les deux autres (le laboratoire de photophysique et photochimie supramoléculaires et macromoléculaires – PPSM – et Systèmes et applications des technologies de l’information et de l’énergie – SATIE) étant déjà implantés à Cachan depuis plusieurs années. Cette structure souple permet de faire collaborer les équipes à travers des projets (regroupant au moins deux entités) appuyés sur des plates-formes dotées de compétences humaines et de moyens techniques lourds et de pointe (technologie photonique polymère avec sa salle blanche, imagerie biophotonique, équipements de test de systèmes et composants de télécommunications, plate-forme de RMN, etc.). Cet institut a établi, dès sa création, des liens forts avec l’université de Yale, celle de Berkeley (États-Unis) et l’Institut franco-japonais LIMMS à Tokyo. Il permet la mise en commun d’équipements, pour la plupart lourds et coûteux, mais également des compétences pédagogiques avec la création, en 2006, d’un master européen Erasmus Mundus Monabiphot (Molecular nano- bio- photonics for telecommunications and biotechnologies), en collaboration avec l’université Complutense de Madrid et l’université et l’Institut polytechnique de Wroclaw, sous la responsabilité d’I. Ledoux-Rak. Enfin, témoignant du changement d’époque en regard des années 1980 et des préoccupations internationales autant qu’interdisciplinaires des responsables nationaux de la recherche, la dimension internationale se développe avec, notamment, la création en 2008 du laboratoire européen associé (LEA) NaBi, faisant coopérer étroitement des équipes du CNRS (IDA, ENS Paris et l’Institut Fresnel de Marseille) et l’Institut Weizmann (Israël).

 

21Ainsi, comme le disait, en 1995, le directeur Bernard Decomps à propos de l’ENS Cachan dans son contexte national, « il faut reconnaître que l’objectif national ancien a vécu ». Cela est vrai de cette école qui, destinée à former des professeurs pour l’enseignement technique, était dépourvue de laboratoires de recherche propres ; mais c’est vrai également d’une certaine forme d’organisation de la recherche, tels les grands centres nationaux de recherche et développement comme le CNET ou les laboratoires Bell aux États-Unis. Visible à travers l’exemple présenté, le groupe de recherche « optique non linéaire et matériaux organiques » du CNET a, dans les années 1980-1990, les moyens humains et en équipements de faire une recherche de qualité qui lui permet d’être reconnu et d’échanger avec les lieux les plus avancés de ce type de recherche en France (des laboratoires de Thomson-Csf, du CEA-Saclay, de l’École supérieure de physique et de chimie industrielles de la ville de Paris ou de l’Institut de physique et de chimie du solide de Strasbourg). Parmi ses atouts, on relève les échanges internationaux nombreux et l’expertise d’un service des brevets interne au CNET. Mais peut-être le domaine des télécommunications est-il, du point de vue des futurs utilisateurs de ces matériaux et techniques (en particulier dans des équipements divers et variés pour la santé, par exemple), celui qui a eu les moyens de soutenir un temps cette équipe, mais ne constitue pas celui des utilisations les plus pertinentes.

  • 47 Des contacts informels sont toutefois établis entre l’IDA, J. Zyss et l’Institut fédératif en scien (...)

22L’objectif ancien a vécu, certes, et Bernard Decomps poursuivait : « sans avoir été complètement remplacé par un autre objectif qui serait à la fois central et mobilisateur, capable d’articuler les unes aux autres ses différentes activités [de l’École] ». Presque vingt ans après, on peut dire que ses regrets sont presque obsolètes : l’École (mais elle n’est pas la seule) s’est transformée en reprenant les attributs des grands centres de R&D du xxe siècle (des équipes de recherche mixte, de haut niveau, en mesure de poser des brevets et de susciter des applications industrielles, etc.), tout en respectant ses objectifs d’éducation et de formation. Qui plus est, comme l’exemple de l’IDA le montre, elle est capable de développer des projets communs avec des équipes européennes, chinoises, indiennes, sud-coréennes, etc. Toutefois, si une entité comme l’IDA articule différentes activités de l’École (physique, chimie, biologie, pharmacologie, etc.), force est de constater qu’à la différence des grandes universités américaines, les interactions se limitent aux sciences de la nature, les liens avec les sciences humaines et sociales (bien présentes à l’École) étant plus difficiles à établir47. De telles synergies sembleraient pourtant éminemment souhaitables pour des technosciences suscitant autant d’interrogations et d’inquiétudes que les nano- et bio- (techno)sciences.

Haut de page

Notes

1 À ne pas confondre avec le Centre national de l’enseignement technique, aujourd’hui disparu ; Guy Brucy, « Le Centre national de l’enseignement technique. Du pôle de référence à “la coquille vide” », dans Florent Le Bot, Virginie Albe, Gérard Bodé, Guy Brucy, Élisabeth Chatel (dir.), L’ENS Cachan. Le siècle d’une grand école pour les sciences, les techniques, la société, Rennes, PUR, 2013, p. 85-102. 

2 Amy Dahan, Dominique Pestre, Les sciences pour la guerre, 1940-1960, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004. 

3 Parmi une littérature abondante, Michel Atten, « La construction du CNET », dans Michel Atten (dir.), Histoire, recherche, télécommunications. Des recherches au CNET, 1940-1965, Paris, Réseaux, 1996, en ligne : http://www.persee.fr/issue/reso_0984-5372_1996_hos_14_1

4 CSF, Compagnie générale de télégraphie sans fil, dont un des mentors à l’époque n’est autre que Maurice Ponte ; voir François Jacq, Michel Atten, « À propos de la division Tubes et Hyperfréquences du CNET » (Interview de Georges Goudet), p. 73-86, et l’article de François Jacq, « À propos des hyperfréquences : la division Tubes et Hyperfréquence du CNET (1945-1955) », p. 87-121, dans M. Atten (dir.), Histoire, recherche, télécommunications…, op. cit. 

5 Outre l’échec de l’intégration, au sein d’un centre dominé par des ingénieurs, de deux chercheurs universitaires (ils quitteront rapidement le CNET), cet épisode restera dans les mémoires pendant très longtemps. 

6 Mise à part l’existence d’un petit Service d’études et de recherche technique (SERT), il n’y a pas de recherche au sein des PTT dans la première moitié du xxe siècle, comme en témoigne le nombre d’ingénieurs des PTT (tous polytechniciens) ayant un doctorat et qui, en 1945, se compte sur les doigts d’une seule main. 

7 Au triptyque classique (centre de R&D, industriel et opérateur), il conviendrait d’ajouter un certain nombre d’acteurs : d’autres organismes de recherche (CNRS, CEA, etc.), des décideurs politiques (aux niveaux national et local), des acteurs administratifs (les postiers – Direction générale des Postes – et les télécommunicants de la DGT, au sein des PTT, par exemple), etc. 

8 La filiale française de la multinationale d’origine étatsunienne Westinghouse, avait embauché ces deux physiciens sur sollicitation des autorités françaises. 

9 La société d’économie mixte SOTELEC regroupe la Direction générale des télécommunications (DGT), le CNET-SRCT et quatre fabricants français d’équipements de transmission. 

10 PCM (Physique, Chimie, Métallurgie), le grand laboratoire de recherche amont dirigé alors par Immanuel Franke. 

11 Pour ce paragraphe, voir les articles de Christian Licoppe, « Les premières années des recherches sur les semi-conducteurs et les « transistrons » au CNET (1946-1956) », p. 123-146, et de Maurice Bernard, « Le CNET et les semi-conducteurs, du début des années 1950 au milieu des années 1960 », p. 147-160, dans M. Atten (dir.), Histoire, recherche, télécommunications…, op. cit. 

12 Pour la suite, nos sources sont principalement les rapports d’activité du CNET et/ou du laboratoire de Bagneux (de 1957 à 1997), des documents de l’IDA et des entretiens menés par l’auteur avec, entre autres, Maurice Bernard, Bernard Decomps, Michel Feneyrol, Isabelle Ledoux-Rak, Jean-Claude Tolédano, Joseph Zyss. Qu’ils soient vivement remerciés. 

13 Rapport d’activité du CNET pour 1960, département PCM, p. 3. 

14 Le CNET vient d’annoncer la mise en fonctionnement du premier ordinateur transistorisé réalisé en France, Antinéa, qui va servir de support aux développements de la commutation électronique à Lannion. 

15 Voir note 10. On abandonne les recherches de base sur le silicium à PCM au moment même où la start-up étatsunienne Fairchild réalise l’intégration de transistors sur un même support silicium ; Christophe Lécuyer, David C. Brock, Makers of the microchip : a documentary history of Fairchild semiconductor, Cambridge, MIT Press, 2010. 

16 « Possibilités des lasers à semi-conducteurs », Écho des recherches, n° 41, 1962, p. 24-27, note technique interne datée du 12 juillet 1962 ; Georges Duraffourg est le premier thésard de Maurice Bernard. 

17 Rappelons que la DGRST est créée en 1959 et la DRME en 1961 ; voir, entre autres, Alain Chatriot, Vincent Duclert (dir.), Le gouvernement de la recherche, Paris, La Découverte, 2006, et Dominique Pestre (dir.), Deux siècles d’histoire de l’armement en France, Paris, CNRS Éditions, 2005. 

18 Alain Bertho, « Le CNET dans le système de recherche public », dans François du Castel, Françoise Lavallard, Jean-Paul Bloch, Philippe Bata (éd.), CNET. 1944-1974, Paris, CRCT, 1990, p. 247-281. 

19 ESE, École supérieure d’électricité ; ISEP, Institut supérieur d’électronique de Paris ; CNAM, Conservatoire national des arts et métiers. Il s’agit d’une pratique qui s’inspire également de celle du groupe Rocard. 

20 Rappelons que ces recherches laser n’atteindront le stade de réelles applications qu’avec les fibres optiques qui n’émergent qu’au début des années 1970. 

21 Les effets du mouvement social extrêmement profond de mai 1968 conduisent un temps à l’occupation du centre à Issy-les-Moulineaux par le personnel, dont quelques ingénieurs du corps (un événement pour un corps quelque peu caporalisé). Mais les effets en seront de courte durée, bientôt restructurés par les conflits – aigus au sein des ingénieurs et des chercheurs – autour de la réforme du CNET de 1974-1979. 

22 Commencée en 1970, la modernisation du réseau téléphonique français, jusqu’alors très peu développé et techniquement obsolète, est accélérée par le nouveau président Valéry Giscard d’Estaing, élu en 1974. 

23 Marie Carpenter, La bataille des Télécoms. Vers une France numérique, Paris, Economica, 2011. 

24 Rapport d’activité de Bagneux, 1981-1982, p. 5. Après le départ de Jerphagnon qui prend la direction de la nouvelle entité Lannion B, J.-P. Noblanc devient directeur du centre de Bagneux en 1979. 

25 Avec l’élection du président François Mitterrand, de nouvelles équipes s’installent à la DGT (sous la direction de Jacques Dondoux) et au CNET (avec une direction tandem Jean-Pierre Poitevin-François du Castel, solution habile pour éviter de confier la direction à une personnalité connue pour ses engagements aux côtés du Parti communiste). 

26 L’essentiel du laboratoire de Bagneux devient une unité mixte LA 250 CNET-CNRS en 1975, dotée d’un comité scientifique présidé par l’académicien Jacques Friedel. 

27 Il n’est pas sûr, avec le recul, que beaucoup de ces développements aient été transférés à des industriels et insérés massivement dans les réseaux. 

28 Il semble difficile, en l’état de nos sources, de déterminer précisément le sens de cet épisode qui voit partir un jeune physicien prometteur pour les États-Unis, où il poursuivra une brillante carrière qui le conduira des Bell Laboratories, en 1980, à Berkeley et à l’Académie des sciences américaine (NAS). Indéniablement, les conditions matérielles et symboliques offertes par les laboratoires Bell sont meilleures que celles du CNET et rappellent que la force de la science étatsunienne est due aussi à sa capacité à attirer les meilleurs éléments de nombreux pays du monde. 

29 Ces appellations NPP, NPAN, MAP, POM, désignent des composés dont le nom savant et précis a l’allure d’une formule chimique imprononçable et non mémorisable. 

30 Reconnaissance visible, entre autres, par le fait que J. Zyss reçoit en 1986 le Prix IBM de physique, décerné par la Société française de physique, et sa collègue, I. Ledoux-Rak, celui de physique-chimie de la Société française de chimie en 1988. 

31 Voir les articles dans diverses revues (La Recherche, Sciences et avenir) et dans la presse nationale : Les affaires, 10 février 1990, « un ordinateur optique […] est chose possible dans un futur rapproché », annonce le directeur des Bell Labs’ W. Nincke, ou encore Le Monde du 22 octobre 1990. 

32 Vers une économie européenne dynamique – Livre vert sur le développement du marché commun des services et équipements des télécommunications, COM (87) 290 final, 30 juin 1987. 

33 APAST, Pierre-Noël Favennec, Gérard Poulain (dir.), Science, technologie et territoire, Paris, Lavoisier, 2008, p. 104-105. Signalons que le même mouvement aux États-Unis n’aboutit finalement pas aux mêmes conclusions ; Robert Buderi, Engines of tomorrow, New York, Touchstone, 2000. 

34 Le Monde, 15 octobre 1992. Pour la recherche, J. Perrin, directeur de l’ESIEE-Marne-la-Vallée, assure en 1992 que, pour exister, un établissement d’enseignement supérieur doit « produire » 200 à 300 thésards par an, ce qui est rare en France. 

35 Concernant le nombre d’élèves, les grandes écoles françaises sont alors dans un rapport de 1 à 10 face aux universités américaines, Le Monde, 15 octobre 1992, p. 7. Pour les brevets, voir, par exemple, Dominique Pestre, Science, argent et politique, Paris, INRA Éditions, 2003, p. 97-105. 

36 Pour cette partie et concernant Cachan, Fl. Le Bot et al. (dir.), L’ENS Cachan…, op. cit., et notamment p. 79. 

37 Citons, entre autres, le Groupe de recherche sur le risque, l’information, la décision (GRID) en 1988, le laboratoire de mathématiques et modélisation (LAMM) en 1989, le Groupe de didactique des sciences et techniques (GDSTC) en 1991, le département Langues étrangères, communication et sciences de l’ingénieur (pour linguistes) en 1993, etc. Florent Le Bot, « Quelle place pour l’ENET-ENSET-ENPET-ENS Cachan ? (1891/1912-2012 /2018) », dans Fl. Le Bot et al. (dir.), L’ENS Cachan…, op. cit., p. 80-81. 

38 La conviction raisonnée du directeur s’appuie également sur des souvenirs précis : la possibilité offerte aux élèves par la rue d’Ulm de sa jeunesse de rencontrer directement sur place les chercheurs, en dehors des cours, un élément déterminant pour sa carrière de physicien ; entretien de B. Decomps avec l’auteur, 5 juin 2012. 

39 Sur les bons conseils de J. Friedel, voir note 26 et l’entretien de J. Zyss avec l’auteur, 12 février 2014. 

40 Entretien d’Isabelle Ledoux-Rak avec l’auteur, 4 avril 2012. 

41 Entre autres, voir le rapport Théry sur les autoroutes de l’information ou le rapport Lombard-Kahn commandé en 1996 par le ministre François Fillon, Le Monde, 26 février 1997. 

42 Entretien de M. Feneyrol avec l’auteur, 13 janvier 2014. Une aubaine dans un contexte de grande inquiétude poussant les équipes de recherche à la grève ; voir, par exemple, Le Monde, 26 février 1997 et 15 mars 1997. 

43 Un des transferts d’équipe réussi sur Paris, qui ne semble pas avoir son équivalent pour Lannion ; voir les textes de Philippe Dupuis et André Guivarc’h (p. 136-141) et de George M. Stéphan (p. 104-107), dans APAST, P.-N. Favennec, G. Poulain (dir.), Science, technologie et territoire, op. cit. 

44 Le LPQM est un laboratoire mixte CNRS-ENS Cachan. 

45 Les instituts fédératifs de recherche (IFR) émergent, souvent à l’initiative du CNRS, à la fin des années 1980, pour construire des ponts entre laboratoires de sciences théoriques et appliquées de diverses disciplines (physique, chimie, biologie, sciences médicales, etc.) ; ils concernent donc surtout les sciences dures. On en compte une trentaine en 1995, Le Monde, 20 avril 1995, p. 18. 

46 AFP, 1er octobre 2001. 

47 Des contacts informels sont toutefois établis entre l’IDA, J. Zyss et l’Institut fédératif en sciences sociales (If2S), créé et dirigé par Olivier Wieviorka, témoignage de Florent Le Bot, 6 avril 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Atten, « Les nouvelles formes de technoscience universitaire comme produit de la R&D industrielle ? »Artefact, 3 | 2016, 131-146.

Référence électronique

Michel Atten, « Les nouvelles formes de technoscience universitaire comme produit de la R&D industrielle ? »Artefact [En ligne], 3 | 2015, mis en ligne le 06 mai 2021, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8553

Haut de page

Auteur

Michel Atten

Michel Atten est historien des sciences et des techniques, ingénieur (h) au CNET et chercheur au LATTS (laboratoire Techniques, territoires et sociétés), UMR 8134, CNRS et École nationale des ponts et chaussées, Marne-la-Vallée. Il a été responsable des archives et du patrimoine historique du groupe France Télécom/Orange de 2000 à 2007. Il a récemment publié : « Ce que les bases de données font à la vie privée : l’émergence d’un problème public dans l’Amérique des années 1960 », Réseaux, n° 178-179/2, 2013, p. 21-53. Contact : m.atten@orange.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search