Navigation – Plan du site

AccueilNuméros2Comptes rendus de lectureAnne Lafont (dir.), 1740, Un abré...

Comptes rendus de lecture

Anne Lafont (dir.), 1740, Un abrégé du Monde. Savoirs et collections autour de Dezallier d’Argenville

Paris/Lyon, INHA/Fage, 2012
Michèle Virol
p. 223-225
Référence(s) :

Anne Lafont (dir.), 1740, Un abrégé du Monde. Savoirs et collections autour de Dezallier d’Argenville, Paris/Lyon, INHA/Fage, 2012, 298 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a été publié parallèlement à l’exposition présentée à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris du 4 mai au 27 juillet 2012, sous la direction d’Anne Lafont, conseillère scientifique à l’INHA. Il ne se présente pas comme un catalogue d’exposition mais comme un abécédaire de vingt-sept articles illustrés rédigés par vingt spécialistes. Le nœud focal de cet ouvrage est un naturaliste, historien de l’art et collectionneur français, Dezallier d’Argenville (1685-1765) et une décennie considérée comme charnière, les années 1740.

2L’originalité de cet ouvrage est triple. Il tente de relier des études sur des démarches caractéristiques de la culture du xviiie siècle, jusqu’ici séparées, telles l’histoire naturelle, les planches de l’Encyclopédie, la critique des Salons ou la conceptualisation de l’art, afin de « donner à voir et à lire un ensemble de facettes de cette période expérimentale où s’élaborent les mises en ordre de savoirs » (p. 7), et ainsi de relier expérimentation et conceptualisation des arts et des savoirs. D’autre part, il choisit une décennie, les années 1740, comme exceptionnelle dans son foisonnement de productions exploratoires et antérieures aux grands moments validés par les historiens comme des jalons représentatifs du cheminement de la pensée occidentale, à l’exemple de la publication de l’Encyclopédie, de l’ouverture de musées, de la reconnaissance d’une histoire de l’art ou de l’affirmation d’une critique d’art. Un personnage singulier, considéré comme exemplaire de cette décennie, est le fil conducteur. Enfin, l’ouvrage, outre l’introduction d’Anne Lafont, éclairante sur les arguments qui sous-tendent l’exposition et le livre, reprend par son plan alphabétique le modèle classificateur de cette époque, en valorisant des entrées qui sont autant de jalons de la démarche intellectuelle de cette première moitié du xviiie siècle. La forme rejoint le fond.

3Les deux premières entrées, « Abrégé » et « Amateur », nous font pénétrer de plein pied dans le sujet. Gaëtane Maës et Chiara Savettieri ont rédigé ces articles donnant un sens au titre de ce livre Abrégé du monde, tout en reprenant une publication de Dezallier, Abrégé de la vie des plus fameux peintres (1745-1752). Dezallier illustre bien les deux sens du mot au xviiie siècle, le meilleur d’une vie et d’un sujet ou le condensé de ce que représente un cabinet de curiosités du monde entier : un abrégé pour le monde.

4Antoine-Joseph Dezallier d’Argenville se présente comme un amateur, figure forte de la période présentée par Charlotte Guichard comme participant activement à la théorisation et à la reconfiguration des savoirs artistiques. Dezallier était membre de l’Académie des Arcades à Rome et associé libre de l’Académie royale des sciences de Montpellier et de la Royal Society de Londres. Il emploie le langage du goût, pour allier érudition et plaisir, il crée des taxinomies nouvelles fondées sur une familiarisation tactile, visuelle et sensuelle avec les objets qu’il étudie, sa pratique artistique du dessin étant associée à son activité de publication des savoirs. Issu d’une famille de libraires parisiens, formé à la peinture, à la gravure et à l’architecture, il mène tout à la fois une carrière de juriste, d’homme de lettres et de savant. Familier des marchands comme Edme-François Gersaint, il est à l’articulation des académies, du marché de l’art, de nouvelles sociabilités qui, centrées sur le goût, ont fait bouger temporairement des barrières sociales.

5Le souci de classification et d’ordonnancement manifesté par Dezallier dans sa propre collection et dans son Histoire naturelle est repris dans les articles (Cabinet, École, Fossile, Numérotation, Quartz, Système, Vie, Zoomorphose). Lui qui a écrit six cents entrées différentes, qu’il signait de la lettre K, pour l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, est bien un homme représentatif d’une volonté de mise en ordre des savoirs après les avoir observés, décrits et associés. Il propose des classements systématiques des espèces suivant les règnes minéral, végétal et animal, des peintres (Écoles d’Italie, de Flandre et de France), et l’arrangement d’un cabinet curieux dont il classe les pièces d’art par espèce (peintures, dessins et estampes) et par genre (natures des sujets représentés), comme le présente Marie-Pauline Martin dans l’article Système.

6Les lieux propres à l’élaboration et aux expositions des résultats des travaux scientifiques de classification sont aussi présentés dans l’abécédaire (Cabinet, Jardin, Kiosque, Laboratoire, Parterre, Table), ainsi que les moyens utilisés (Dessin, Illustration, Ornement, Plume, Vernis), des styles particuliers (grotesque, rocaille). Ainsi apparaissent les points forts des publications de Dezallier Théorie et pratique du Jardinage (1709) ou L’Histoire naturelle (1757), ouvrages plusieurs fois réédités et accompagnés de magnifiques planches qui ont bénéficié, pour leur gravure, dans le cas des planches de L’Histoire naturelle, de la générosité de vingt-deux mécènes amateurs sollicités par une souscription.

7La conchyliologie, la lithologie sont très importantes pour Dezallier, comme l’indique le titre complet de son Histoire naturelle éclaircie dans deux de ses parties principales, la lithologie et la conchyliologie (1757). L’abécédaire n’accueille pas cependant de développements spécifiques sur ces deux branches de l’histoire naturelle. Ils sont disséminés dans plusieurs articles, par exemple, pour les coquilles dont l’importance est bien soulignée dans l’article « Ornement » et « Illustration » de Jessica Priebe. Ce choix, vraisemblablement délibéré, conduit à des répétitions notamment pour l’affiche de la vente d’Edme-François Gersaint ou les publications de Dezallier. De même, certaines illustrations sont redondantes : Augustin de Saint-Aubin, d’après Gabriel de Saint-Aubin, frontispice de Pierre Rémy, 1766, p. 40, puis p. 171, alors que p. 43, le frontispice de 1757 est présenté sous un autre angle ; le frontispice de Pierre-Quentin Chedel d’après François Boucher p. 114, puis p. 127, même s’il est coloré ; la planche 7 de Jean-Baptiste Cortonne, Le cabinet de Joseph Bonnier de la Mosson, est reproduite entière p. 28 et un détail p. 181. Un index qui fait cruellement défaut aurait permis de restreindre les redites.

8Cet ouvrage est néanmoins très intéressant parce qu’il témoigne d’un nouveau champ de recherche qui vise à relier des domaines jusque-là séparés, celui d’une démarche scientifique et celui du goût. L’ouvrage associe également, comme son objet d’étude, pour le plus grand plaisir du lecteur, recherche scientifique et présentation esthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Virol, « Anne Lafont (dir.), 1740, Un abrégé du Monde. Savoirs et collections autour de Dezallier d’Argenville »Artefact, 2 | 2014, 223-225.

Référence électronique

Michèle Virol, « Anne Lafont (dir.), 1740, Un abrégé du Monde. Savoirs et collections autour de Dezallier d’Argenville »Artefact [En ligne], 2 | 2014, mis en ligne le 11 mai 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/8744 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.8744

Haut de page

Auteur

Michèle Virol

GRHIS Normandie Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search