Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6Comptes rendus de lecturePatrice Bret et Gérard Pajonk (di...

Comptes rendus de lecture

Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli

Paris, Éditions du CTHS, coll. CTHS Sciences 13, 2014
Amandine Gabriac
p. 211-213
Référence(s) :

Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli, Paris, Éditions du CTHS, coll. CTHS Sciences 13, 2014, 136 p.

Texte intégral

1Avec deux parties distinctes et treize communications, cet ouvrage se propose d’étudier les mécanismes de gloire, d’oubli mais aussi de réhabilitation des inventeurs et savants du xviiie au xxie siècle. Ces actes proviennent d’une partie du 134e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, intitulé « Célèbres ou obscurs : hommes et femmes dans leurs territoires et leurs histoires », qui s’est tenu à Bordeaux du 20 au 24 avril 2009. En phase avec le titre de ce congrès, cette publication s’intéresse aux différents niveaux scalaires entrant en considération dans l’étude de trajectoires individuelles et collectives. Comment un savant devient-il célèbre ? Quels critères permettent sa renommée ou sa réhabilitation ? Pourquoi certaines figures n’ont-elles jamais accédé à la célébrité ? C’est à l’ensemble de ces questions que l’ouvrage tente d’apporter des réponses. Entre approche intime et personnelle, horizon institutionnel mais aussi parcours isolés et portraits d’ensemble, cet ouvrage questionne l’écriture de l’histoire, ses perspectives et ses sources. Si d’un point de vue historiographique, cet ouvrage s’inscrit dans les études menées depuis deux décennies autour des dictionnaires, prosopographies et éclairages biographiques apportés à des études d’ordres divers, il offre également des perspectives différentes pour l’histoire des sciences et des techniques. Cette contribution à la réflexion autour des récits de vie, en abordant un ensemble de champs vastes, une chronologie conséquente et des études de sources et de cas précis, fournit une synthèse simple, agréable et pertinente.

2L’avant-propos problématise l’ensemble des articles présentés en interrogeant les critères « scientifiques et extrascientifiques » (époque, institution, communauté) qui œuvrent dans la redécouverte ou la réhabilitation dans l’histoire des sciences et des techniques. L’introduction, « L’enquête biographique pour les études sur les sciences », menée par Anne Collinot, apporte un point de vue d’ensemble quant à l’usage et aux apports de cette enquête. Si cette introduction est relativement détachée du reste des études, ne les mentionnant jamais, elle offre l’intérêt de contextualiser le propos, les hypothèses et intentions des auteurs réunis autour de cette problématique. Ces deux premiers temps de lecture ciblent les objectifs de ce livre : interroger le biographique, en comprendre les atouts et les limites. L’intérêt de ces actes se porte effectivement sur les facteurs d’héroïsation mais aussi sur la place faite aux inconnus, à l’extraordinaire comme à la banalité dans l’écriture des trajectoires de vie.

3Deux parties scindent ensuite les études : d’une part les « figures individuelles » qui font la part belle à des trajectoires inédites, des réhabilitations mais aussi des constructions d’investigations biographiques, d’autre part les « identités collectives ». Cette seconde partie aborde sous un angle plus global des milieux constitués, des écoles ou encore l’apport de méthodologies comme la constitution du Dictionnaire des présidents de la Société française de chimie pour réécrire et éclairer l’histoire des sciences et des techniques. D’ailleurs, dans cette étude, en revenant sur les conditions d’élaboration des notices du dictionnaire, l’auteure, Danielle Fauque, ouvre des perspectives sur les relectures, les croisements et la possibilité de dépasser le dictionnaire biographique au profit d’un portrait de groupe bien différent. En interrogeant également les réseaux de connaissances, de sociabilité, de travail, ou encore d’intérêts, toutes les études œuvrent à une recontextualisation des figures étudiées.

4S’il semble difficile de synthétiser l’ensemble de ces treize études, il est cependant important de préciser l’étendue des champs abordés par leurs auteurs. En effet, entre musique, cosmogonie, pisciculture, mathématiques, agronomie, sociologie, astronomie, chimie, mais aussi sociétés savantes ou encore ingénieurs d’État, s’offre un panorama de confrontations intéressantes entre différents champs scientifiques, approches historiques et personnalités. Ces champs hétéroclites, cette mosaïque d’études, la multiplicité des sources abordées et les choix dans l’enquête apportent tous des éléments, produisent du sens et témoignent de ces parcours individuels et institutionnels. L’apport de sources nouvelles, parfois jusqu’alors négligées comme les notices nécrologiques abordées par Nathalie Montel pour les ingénieurs d’État au xixe siècle est à saluer dans la constitution de ces sujets. En effet, dans cette étude, elle montre, en contexte, ce qui motive, influence et oriente la rédaction de ces notices et le discours tenu.

5Les angles choisis et les sources étudiées dans ces articles apportent des informations complémentaires, parfois secondaires qui, pourtant, participent pleinement de la réalisation de ces portraits. Les différentes méthodologies d’approche comme les mécanismes circonstanciés de gloire et d’oubli mis en avant dans l’étude de Loïc Casson sur le savant Charles Janet (1849-1932) ou la biographie croisée de trois astronomes lorrains par Fabien Knittel illustrent également différentes stratégies de recherche et les rouages de réussite, de gloire, d’échec partiel ou total.

6Si pour certains la gloire vient à titre posthume par une réhabilitation d’historiens contemporains portant un regard rétrospectif sur leurs travaux, pour d’autres cela vient de sociabilités mais aussi de situations politiques, historiques ou scientifiques plus ou moins favorables ou contraintes. C’est le cas par exemple pour l’étude menée par Suzanne Débarbat sur les femmes agronomes en France (xixe-xxie siècle) qui s’attache à montrer les évolutions, mais aussi les obstacles scolaires, académiques, institutionnels voire familiaux qui engendrent la faible représentation des figures féminines dans l’astronomie française.

7L’étude des réseaux mais aussi des profils formant certains des cercles étudiés apparaît comme un des éléments de compréhension important. Par exemple, l’article de Christiane Demeulenaere-Douyère, « Entre obscurité individuelle et gloire collective : une société d’inventeurs sous la révolution », œuvre à la compréhension de la constitution et du fonctionnement d’un groupe sociabilisé. L’article souligne le rôle de la Société libre des inventions et découvertes (fondée en août 1790) et de ses outils. En offrant, entre autres, un service aux ambitions des inventeurs autant qu’une défense de leurs intérêts moraux et économiques, cette société œuvre en faveur de la reconnaissance des inventeurs et de leurs droits. Sans jamais citer de noms, cette étude s’intéresse à l’expérience du collectif, aux inventeurs, à leurs revendications et leurs rôles dans la protection de leurs avantages.

8En face, une étude comme celle de Renaud d’Enfert, « Une élite mathématicienne à la marge : les inspecteurs généraux des mathématiques (1945-1973) », montre à la fois le profil de cette élite constituée, et aussi les conditions institutionnelles, historiques et sociétales qui participent de la perte d’autorité d’un tel groupe. L’intérêt porté à la contextualisation institutionnelle ouvre également des perspectives enrichissantes. Cette emprise institutionnelle qu’elle soit volontaire (comme le cas d’Émile Belot (1857-1944) étudié par Volny Fages, souhaitant dépasser sa condition d’amateur en cosmogonie), profitable, comme pour Félix Savart ou pour l’agronome lorrain Mathieu de Dombasle, ou critiquée comme dans le cas des deux pêcheurs vosgiens, de la pisciculture et de la science appliquée (1840-1880), est un prisme de lecture essentiel de ces trajectoires. La question de ce rôle majeur tenu par l’institution et celle de la reconnaissance des pairs dans le succès ou les difficultés de ces trajectoires contribuent pleinement à la compréhension de ces différents portraits. L’inscription contextualisée dans les débats d’idées contemporains et les facteurs de légitimité apportés par les institutions et les démarches individuelles apportent là encore des éclairages importants.

9Ainsi, en résumé, deux axes principaux et inextricables sous-tendent la conception de cet ouvrage : d’une part, les apports, les éclairages, les limites et les avantages d’un biographique contextualisé et mis en perspective, d’autre part, l’institution comme facteur d’intégration ou de mise à la marge de ces figures oubliées, retrouvées ou réhabilitées. L’apport de cette mosaïque d’études portant sur presque quatre siècles permet de montrer les permanences et les mutations des facteurs de gloire et d’oubli. Si on peut regretter l’absence d’une conclusion globale et ouverte pour cette étude, chacun des éléments participe de la compréhension des déterminations historiques, sociales, personnelles, économiques et sociétales de la renommée et de l’oubli.

10Instructif et plaisant, l’ouvrage confronte des univers, des figures, des trajectoires et des environnements différents. S’il semble difficile d’en percevoir une synthèse, chacune des études apporte des éléments de réponse. L’échantillon étudié d’acteurs et de témoins de leur temps, de progrès techniques mais aussi de débats d’idées dresse un panorama et des problématiques intéressantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Gabriac, « Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli »Artefact, 6 | -1, 211-213.

Référence électronique

Amandine Gabriac, « Patrice Bret et Gérard Pajonk (dir.), Savants et inventeurs entre la gloire et l’oubli »Artefact [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 31 mai 2018, consulté le 09 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/artefact/908 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.908

Haut de page

Auteur

Amandine Gabriac

Université Paris Diderot

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Artefact, Techniques, histoire et sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search