Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Comptes-rendus de lectureRaphaël Morera. L’Assèchement des...

Comptes-rendus de lecture

Raphaël Morera. L’Assèchement des marais en France au xviie siècle

Rennes, PUR, 2011
Michèle Virol
p. 262-264
Référence(s) :

Raphaël Morera. L’Assèchement des marais en France au xviie siècle. Rennes, PUR, 2011, 265 p. (préface d’Hervé Drévillon)

Texte intégral

1Une thèse de doctorat soutenue à Paris I en 2008, sous la direction de Paul Benoît, est à l’origine de cet ouvrage, version claire, synthétique et convaincante d’une démonstration rondement menée qui conduit le lecteur du constat des quatre édits d’Henri IV de 1599 et de 1607 au détail des montages financiers des entrepreneurs des travaux d’assèchement français au xviie siècle.

2La France suit-elle ses voisins, Pays-Bas, Italie du Nord, Angleterre, Nord de l’Allemagne qui drainent les espaces humides pour gagner des surfaces arables ou des pâturages, répondant à une pression démographique ou facilitant la défense militaire, dans ce que Raphaël Morera nomme une dynamique européenne ? Pour répondre à cette question, l’auteur étudie neuf marais (Petit-Poitou, Tonnay-Charente, Lesparre-Médoc, Bordeaux, Capestang, Arles, Sarliève, Sacy-le-Grand et Marais-Vernier), en croisant des sources nombreuses. Il montre dans un premier chapitre qu’avant l’encadrement royal ces espaces étaient exploités, avaient parfois fait l’objet de drainage et de travaux sophistiqués (marais du Petit-Poitou, d’Arles), étaient source de revenus, mais que les conflits et rivalités locales empêchaient la concertation et l’application de décisions collectives. La décision royale d’encadrement de ces travaux aurait occulté aux yeux des historiens le rôle majeur de l’« aristocratie ministérielle et financière dans les travaux de bonification » puisqu’elle a mobilisé les moyens nécessaires à la « fièvre dessiccative » et participé à l’élaboration et aux ajustements du système de gestion qui, depuis Sully, a orienté et protégé leurs investissements. La démonstration menée grâce au dépouillement d’archives notariales et à l’élaboration minutieuse de biographies de ces investisseurs, membres de l’association créée en 1605 est convaincante. La politique du ministre protestant a été poursuivie par le cardinal de Richelieu puis le cardinal Mazarin avec les mêmes objectifs, mais des moyens différents (chapitres ii et iii). La reconstitution des participants à cette vaste entreprise de dessiccation dévoile des investisseurs d’Amsterdam issus des élites commerçantes originaires d’Anvers et de sa région, mais aussi la participation de l’aristocratie française protégée par la surintendance des bâtiments où officie l’intendant Jean de Fourcy qui associe son beau-frère le marquis d’Effiat. L’ingénieur hollandais Humphrey Bradley qui semble être le premier bénéficiaire des édits n’est, de fait, que le technicien qui assure la réussite de l’entreprise grâce à ses compétences. Sous la protection des deux cardinaux au pouvoir, l’intérêt pour les dessèchements des marais est toujours aussi vif mais la première association d’investisseurs est progressivement remplacée par des hommes d’affaires comme le hollandais Jean Hoeufft et l’allemand Barthélémy Hervart, banquiers et commissionnaires des armées de France, dont les intérêts familiaux couvrent l’économie européenne. Les profits attendus des assèchements seraient, pour les cardinaux, un moyen de rembourser les dettes dues à ces financiers qui ne gèrent pas eux-mêmes directement les opérations mais les confient à un ingénieur compétent, le hollandais, Jean Van Ens (marais d’Arles) et à un noble de Mantoue, issu d’une famille passionnée par les techniques, Octavio de Strada. Ce dernier s’installe à Clermont et dirige les travaux du lac de Sarliève mais aussi ceux du Poitou. Il devient le premier directeur, renouvelé annuellement, chargé de tenir les comptes et de veiller à la bonne gestion des fonds investis, fonction prévue par les statuts de la société du Petit-Poitou de 1646.

3Les études précédentes sur ce sujet, notamment celle de Jean Mesnard Pascal et les Roannez (1965) qui a montré l’intérêt de Blaise Pascal et de l’entourage du duc de Roannez pour ces investissements qui visaient une mise en valeur des marais de Vix-Maillezais à partir de 1654 et celle plus récente de Yannis Suire (2006) qui a repris le dossier et démontré le rôle des investisseurs français sont infléchies par l’étude de nouvelles sources retrouvées par l’auteur dans les papiers de la succession Hoeufft aux archives d’Utrecht. Ce sont deux cahiers de compte de la société du Petit-Poitou pour les années 1649-1652 écrits par Strada qui révèlent que l’entreprise a été entièrement financée par Jean Hoeufft par le jeu de prêts consentis aux Poitevins et autres Français. L’assèchement des marais est donc une opération financière intéressante pour l’homme d’affaires, les intérêts des prêts venant s’ajouter aux bénéfices de l’investissement agricole assurés par le travail de paysans flamands que les investisseurs ont fait venir pour exploiter les métairies des marais asséchés et par l’importation de Hollande d’une partie du bétail bovin.

4Le chapitre 4 intitulé « Prendre possession de la terre », permet d’entrer dans les difficiles négociations qui furent nécessaires pour que les seigneurs, propriétaires éminents des terres qui devaient être asséchées acceptent de les laisser moyennant le paiement de cens, de droits de mutation et souvent la restitution d’une partie des terres asséchées. Le règlement des conflits entre usagers et investisseurs a été fréquemment obtenu par application des décisions du conseil du roi et l’envoi de commissaires dépêchés pour une fonction et une période strictement définies, ce que Raphael Morera qualifie de « manifestation de la croissance du pouvoir centralisé ». Il retient l’intervention efficace de la monarchie pour arbitrer des querelles certes préexistantes mais attisées par les conflits liés aux assèchements notamment dans les marais d’Arles où gouverneur, intendant et archevêque se sont employés, au nom du roi, à trouver un accord et préserver les droits de l’ingénieur van Ens. La monarchie a donné un cadre juridique à ces opérations en respectant les droits des seigneurs qui n’ont pas été un obstacle à la mise en valeur et en n’entravant pas l’appropriation par les élites urbaines des marais suburbains (Bordeaux et Arles).

5Enfin, le dernier chapitre analyse les raisons de la constance des investisseurs. Les livres de compte révèlent que la mise en valeur de ces nouvelles terres agricoles est rentable grâce à l’élevage et à la céréaliculture dont les productions alimentent le marché français mais aussi hollandais ou espagnol. Les revenus des métairies ont largement couvert les investissements et les frais d’entretien, puisque aucune nouveauté technique hydraulique mécanique onéreuse n’a été introduite. Le modèle des réseaux hydrauliques hiérarchisés et le creusement de fossés de ceinture connu depuis l’Antiquité sont repris pour la première mise en valeur, et quand l’aménagement est ancien, c’est la continuité qui est choisie. Comme en Hollande et en Angleterre, le profit est à la source de ces travaux.

6Cette recherche, à la croisée de l’histoire des techniques, de l’environnement et de l’histoire politique met en lumière la mise en valeur par des entrepreneurs privés de ces espaces humides, îlots d’un territoire en cours d’aménagement sans que la volonté royale soit clairement explicite sur ce point. Les entrepreneurs avaient une mission protégée par le cadre juridique royal et leurs intérêts servaient les besoins financiers immédiats de la monarchie.

7Un regret peut être toutefois formulé à propos de ce livre, celui de la limite chronologique de l’étude : les quatre premiers chapitres ne traitent que de la première moitié du xviie siècle et seul le cinquième fournit des informations sur la rentabilité jusqu’à la fin du siècle. Si l’auteur critique les conclusions des ouvrages antérieurs sur le changement sociologique des investisseurs autour des années 1654 pour le marais poitevin, il attise la curiosité du lecteur. Par exemple, que devient la gestion des marais français sous le règne de Louis XIV, donc au xviie siècle, notamment pour les six marais conservant leurs équipements hydrauliques ?

8Il reste que ce travail de qualité bénéficie du recours aux sources néerlandaises auxquelles l’auteur a pu accéder grâce à l’acquisition de cette langue, effort dont il faut le féliciter car ces sources ont heureusement modifié l’approche française du sujet. L’accès à des archives comptables, même si elles ne fournissent pas toutes les informations souhaitées, a permis à l’auteur d’apporter des conclusions neuves sur le sujet. Il serait très intéressant que l’auteur publie sa découverte, les deux cahiers d’octavo de Strada.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Virol, « Raphaël Morera. L’Assèchement des marais en France au xviie siècle »Artefact, 1 | 2014, 262-264.

Référence électronique

Michèle Virol, « Raphaël Morera. L’Assèchement des marais en France au xviie siècle »Artefact [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/artefact/9529 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.9529

Haut de page

Auteur

Michèle Virol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search