Navigation – Plan du site

AccueilNuméros1Comptes-rendus de lectureRenaud d’Enfert et Virginie Fonte...

Comptes-rendus de lecture

Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.). Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècles

Paris, Hermann, Histoire des sciences, 2011
Sébastien Pautet
p. 268-273
Référence(s) :

Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.). Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècles. Paris, Hermann, Histoire des sciences, 2011, 196 p.

Texte intégral

1L’ouvrage Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècles rédigé sous la direction de Renaud d’Enfert (Institut français d’éducation, ENS de Lyon) et Virginie Fonteneau (Université Paris Sud 11) fait suite au congrès de la Société française d’histoire des sciences et des techniques qui s’est tenu à Paris en septembre 2008. Réunissant dix-neuf historien-ne-s de l’enseignement technique et de l’enseignement scientifique, ce travail collaboratif propose une approche de l’histoire de l’enseignement à travers les acteurs, individuels ou collectifs, qui ont contribué, par leurs initiatives ou leur itinéraire, à influencer l’enseignement scientifique et technique de l’époque moderne et contemporaine.

  • 1 Voir à ce propos René TATON (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie sièc (...)

2Les douze contributions ainsi rassemblées épousent un champ large d’analyse, tant par les disciplines abordées (du dessin technique aux mathématiques, en passant par l’agronomie) que par les institutions scolaires étudiées (des cours privés parisiens d’Ancien Régime à la Sorbonne de l’entre-deux-guerres et les universités de technologie actuelles, en passant par l’école de dessin de Tours au xixe siècle). Les coordinateurs de l’ouvrage ont également choisi, avec raison, d’étendre la période étudiée jusqu’au xviie siècle, moment où commence à se formaliser l’enseignement scientifique et technique en France1 et ainsi ne pas se limiter aux seuls xixe et xxe siècles.

3Derrière le titre de l’ouvrage se cache un double enjeu historiographique. D’abord l’ambition de ce travail collectif est de « montrer la fécondité de l’approche biographique » (p. 9), que Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau jugent encore trop peu exploitée. Plus qu’un choix d’objet, il s’agit d’un choix méthodologique et heuristique visant à mettre en évidence le rôle joué par les acteurs de l’enseignement (individus, groupes d’acteurs, acteurs collectifs) selon leurs diverses fonctions (savants, professeurs, administrateurs, hommes politiques, mécènes) et les échelles de leur action (établissements, réseau d’établissements, villes, pays). Pour Fabien Knittel, « l’échelle micro, la pensée par cas facilite indéniablement la compréhension croisée des développements institutionnels et des pratiques d’enseignement, révélant le poids fondamental de l’acteur dans l’histoire de l’enseignement technique » (p. 57).

  • 2 Jean-Marc Besse, « Approches spatiales dans l’histoire des sciences et des arts », in Espace géogra (...)
  • 3 Gérard Bodé, Philippe Savoie (dir.), L’Offre locale d’enseignement. Les formations techniques et in (...)

4Ce jeu d’échelle souligne le second enjeu historiographique de cette entreprise : proposer, à travers l’étude des acteurs, une histoire de la « géographie des savoirs » (Jean-Marc Besse2). En insistant sur la pluralité des « Espaces de l’enseignement scientifique et technique », tant pas leur localisation que par leur échelle, les douze articles visent en particulier ainsi, à remettre en question le centralisme dominant de l’historiographie pour réévaluer les rapports entre Paris et la province dans l’histoire de l’enseignement technique et scientifique en France (dans la ligne des travaux de Gérard Bodé et Philippe Savoie sur L’Offre locale d’enseignement3).

5L’ouvrage propose ainsi une histoire contextuelle, où le poids des acteurs et des échelles est déterminant pour saisir l’évolution des institutions ou des disciplines d’enseignement. Tout en affirmant que « les disciplines scientifiques se déploient, non pas de façon abstraite, mais dans des espaces et des contextes bien déterminés […] et avec des enseignants et des élèves bien réels » (p. 11), les auteurs visent autant à questionner la tension entre conjecture nationale – donc générale – et spécificité locale – donc particulière. Pour Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau, l’histoire des établissements et de leurs pratiques dépendent le plus souvent « autant, sinon plus, des acteurs locaux que de la norme nationale » (p. 11).

6Deux parties divisent l’ouvrage, chacune faisant succéder chronologiquement des articles allant de l’Ancien Régime à la fin du xxe siècle. La première partie, « Desseins et initiatives » (pp. 13-106), est consacrée à des individus qui, par leur action, ont contribué à créer, organiser, transformer une institution d’enseignement ou faire évoluer une discipline. La seconde partie, « Itinéraires et stratégies » (p. 107-186), présente les trajectoires professionnelles des acteurs de l’enseignement scientifique et technique en mettant en avant les logiques personnelles, scientifiques ou institutionnelles qui les structurent.

7Au sein de la première partie consacrée aux « Desseins et initiatives », les deux premiers articles s’intéressent au rôle joué sous l’Ancien régime par deux types d’acteurs très différents. Pascale Mormiche (Université de Cergy-Pontoise) propose d’abord une étude des préceptorats princiers au xviie siècle (p. 15-30). Elle montre le rôle joué par les princes de Condé dans la promotion d’un enseignement savant (mathématiques, science expérimentale) dont les vertus sont autant intellectuelles que sociales. L’étude des lieux d’enseignement (cours privés parisiens, collèges, académie) et du rôle différencié des princes (rôle d’arbitre ou d’expert pour le grand dauphin héritier du trône, rôle de promoteurs de l’utilité pratique et intellectuelle de la science pour les princes de Condé éloignés du pouvoir) permet d’appréhender le passage d’un savoir académique à un savoir scolaire, tout en mettant en évidence la manière dont la science contribue au prestige social de l’une des plus importantes familles du royaume.

8Liliane Alfonsi (Université Paris Sud 11) adopte une autre démarche. Se concentrant sur les seules écoles des Gardes de la Marine, cette spécialiste d’Étienne Bézout (1730-1783) montre comment la personnalité et le parcours de ce réformateur devenu académicien et examinateur desdites écoles expliquent les évolutions et les spécificités de l’enseignement qui y a été dispensé au xviiie siècle (p. 31-44). En insistant sur les résistances qu’il a dû affronter, Liliane Alfonsi souligne l’attachement de Bézout à un haut niveau mathématique, sa réflexion constante sur l’organisation des études, son rôle de producteur de savoirs articulé à celui de diffuseur par le biais de son cours de mathématiques réédité jusqu’au début du xxe siècle. Elle démontre avec justesse le rôle déterminant de cet homme dans la construction d’un enseignement technique et scientifique moderne au sein des écoles de marine française, dont les effets se font sentir tout au long du xixe siècle.

9Mathieu de Dombasle (1777-1843) est un autre acteur majeur de l’enseignement technique en France (p. 45-60). Fabien Knittel (Université de Franche-Comté) présente le parcours de ce personnage qui, inscrivant son action dans un contexte culturel, scientifique et technique favorable (le début du xixe siècle hérite de l’agronomie des Lumières, de l’agriculture nouvelle initiée par Duhamel du Monceau et de la physiocratie), a mis en place l’Institut de Roville-devant-Bayon, première institution pérenne d’enseignement agricole en France. Autant continuateur qu’innovateur, notamment en termes d’innovations pédagogiques, Mathieu de Dombasle est un exemple éclairant d’acteur déterminant dans l’émergence d’un enseignement technique et rural de première importance. Fabien Knittel estime que l’étude biographique de Mathieu de Dombasle permet de « restituer les dynamiques interindividuelles et de comprendre les choix spécifiques d’un acteur au sein des multiples contextes dans lesquels il évolue », en particulier la société rurale du xixe siècle (p. 57).

10L’article de Christian Gérini (Université du Sud Toulon Var) consacré à Joseph-Diez Gergonne (1771-1859) quitte les institutions scolaires stricto sensu pour s’intéresser à « un acteur engagé dans l’évolution des mathématiques et de leur enseignement au début du xixe siècle » (p. 61-74). Car « l’espace de l’enseignement scientifique et technique » est aussi celui des revues et des périodiques savants. En s’intéressant aux Annales de mathématiques pures et appliquées créées par Joseph-Diez Gergonne (périodique mensuel édité de 1810 à 1832), l’article met en évidence la manière dont l’homme et sa revue ont accompagné le mouvement de spécialisation disciplinaire qui s’est opéré dans les premières décennies du xixe siècle. Christian Gérini montre que les Annales ont aussi été un puissant vecteur d’échanges, de rencontre et de reconnaissance entre mathématiciens, enseignants et non-enseignants (autodidactes, militaires, élèves, académiciens), à cette période charnière. Il montre également que la revue a été un support de transmission déterminant pour Gergonne, homme de réseaux et d’influence, afin de promouvoir ses vues sur la science et son enseignement, ainsi que ses convictions politiques.

11La première partie s’achève avec deux études qui font un bond dans le temps. D’abord, le cas de la création de l’INSA de Lyon en 1957, étudié par Marianne Chouteau, Joëlle Forest et Céline Nguyen (INSA de Lyon), illustre pour ces auteures l’intérêt qu’il y a à « favoriser une vision globale de l’histoire de l’enseignement scientifique et technique qui mêle acteurs et contexte d’action » et établit un constant va-et-vient entre le local et le national, le particulier et le général. Elles montrent en particulier que l’originalité de l’INSA (absence de concours d’entrée, philosophie de la formation basée sur la souplesse, l’orientation, et la promotion des aptitudes) est autant le produit d’un contexte politique particulier que le résultat de l’action d’un réseau d’hommes (en particulier Gaston Berger, René Billères, Henri Longchambon et Jean Capelle). Ces acteurs ont répondu avec leurs idées et leurs moyens aux contraintes qui leur étaient fixées tout en définissant un « modèle » INSA très singulier dans le paysage des établissements de formation des ingénieurs dans la France de la seconde moitié du xxe siècle.

12Enfin, Yves-Claude Lequin et Pierre Lamard, de l’Université de Belfort-Montbéliard, étudient les choix politiques et choix de sociétés opérés par des acteurs individuels ou collectifs (organismes d’État, entreprises, réseaux, etc.) dans la création des universités de technologie de Compiègne, Troyes et Belfort-Montbéliard entre 1972 et 1999. Il s’agit là encore d’un modèle d’établissement singulier dont l’article donne à voir dans le détail les étapes de la fabrication, en particulier en suivant successivement les évolutions dans la construction de ces trois établissements et leurs spécificités internes.

13La seconde partie, consacrée aux « Itinéraires et stratégies », s’ouvre d’abord avec l’itinéraire d’une famille au sein des écoles de dessin de Tours (1776-1826), celle des Rougeot-Raverot. Audrey Millet (Université Paris 8) montre que par le jeu des sociabilités, la création de l’école de dessin a permis à son fondateur Charles-Antoine Rougeot et à sa famille de dominer la scène artistique et culturelle locale au xviiie siècle. Toutefois cet enseignement du dessin technique appliqué aux objets manufacturés peine à s’adapter aux évolutions de la demande des artisans, des soyeux et des manufacturiers qui, au début du xixe siècle, ont besoin de dessinateurs spécialisés capables de participer techniquement à la réalisation des produits manufacturés au sein des fabriques. Cette évolution des besoins de l’enseignement technique va contribuer à faire perdre au xixe siècle la prééminence sociale qu’avait acquise la famille Rougeot-Raverot.

14L’échelle locale est aussi primordiale pour expliquer la carrière de Jean-Pierre-Louis Girardin (1803-1884). Ce savant, enseignant et vulgarisateur de la chimie fait toute sa carrière en province (Rouen, Lille, Clermont-Ferrand) en mettant à profit sa proximité avec les milieux industriels et les réseaux de sociabilités locaux. Ceux-ci lui permettent d’obtenir le soutien des autorités politiques et scientifiques locales pour la création d’une École préparatoire à l’enseignement supérieur des sciences et des lettres en 1854 à Rouen ou plus tard pour accéder au rectorat. Comme l’écrivent Anne Bidois (Université de Rouen) et François Soulard (Université de Nantes), « loin du tropisme parisien, il fut un acteur multiple » qui connut réussite académique et reconnaissance du grand public comme des milieux de l’industrie.

15Gérard Bodé (Institut Français d’Éducation, ENS Lyon) s’intéresse à l’influence d’Edmond Labbé (1868-1944), présenté à sa mort en 1944 comme le « créateur de l’enseignement technique français ». Gérard Bodé propose de suivre chronologiquement la carrière de cet acteur majeur, d’abord comme directeur de l’école nationale professionnelle d’Armentières (entre 1900 et 1908, Edmond Labbé développe alors l’enseignement technique dans le département du Nord et développe son réseau de sociabilité dans les milieux politiques locaux), puis comme inspecteur général de l’enseignement technique (entre 1908 et 1914, il milite pour une formation professionnelle scolarisée au sein du ministère du Commerce) et enfin comme directeur de l’enseignement technique (cette fonction au sein du ministère de l’Instruction publique lui permet de construire un « nouvel ordre d’enseignement » décisif dans l’histoire de l’enseignement technique fondé sur l’idée que « l’enseignement technique implique une culture »). À travers l’itinéraire d’Edmond Labbé, « cas typique de ces hommes de l’ombre pourtant placé dans une position stratégique pour la prise de décisions » écrit Gérard Bodé (p. 141), c’est bien « l’impact de certaines personnalités sur le développement et l’évolution du système d’éducation » (p. 141) qu’il s’agit de mettre en évidence, en parallèle des politiques officielles.

16C’est aussi dans la ligne des travaux de Gérard Bodé et Philippe Savoie sur la part des périphéries dans l’histoire de l’enseignement que s’inscrit l’étude de Laurent Rollet de Philippe Nabonnand (Université de Nancy, Laboratoire d’histoire des sciences et de philosophie) en abordant « le choix de l’Est » dans la carrière du mathématicien Gaston Floquet à Nancy. Ce jeune normalien marqué par la guerre de 1870 fait en effet le choix de faire toute sa carrière en Lorraine (où affluent les étudiants et enseignants d’Alsace et Moselle) : il devient doyen de l’université en 1905 et perçoit sa carrière comme une reconquête patriotique de l’Est. Pour les auteurs de l’article, son parcours professionnel présente une « extrême cohérence » (p. 145) loin d’un tropisme parisien non désiré et non vécu comme un échec ou une frustration. Bien au contraire, l’intérêt de l’article de Laurent Rollet et Philippe Nabonnand est de montrer que non seulement une vie savante locale et dynamique s’épanouit à Nancy, notamment autour des sciences aéronautiques, mais que l’histoire des savants au xixe siècle doit se défaire d’« une certaine histoire convenue et très centralisée » (p. 156) focalisant son attention sur les établissements parisiens. À l’image de Gaston Floquet, s’éloigner de cette conception centralisatrice permettrait de mettre en évidence les réseaux universitaires et les circulations d’idées, de techniques, de savoirs au sein des réseaux savants.

17Hélène Gispert (Université Paris Sud 11) s’intéresse à l’inverse à la Sorbonne pour remettre en question l’image « du retard et de l’immobilisme » (p. 161) qui lui est attachée dans l’historiographie pour l’entre-deux-guerres. Pour cela, elle choisit d’étudier les profils de carrières des professeurs de sciences mathématiques qui ont été largement renouvelés à la Faculté des sciences de Paris dans les années 1920 et 1930. Plusieurs vagues de nominations charrient des dynamiques de recherches différentes : la génération d’avant-guerre est attachée à l’analyse, la vague de l’après-guerre concentre ses travaux sur la mécanique des fluides tandis que la génération des années 1930 revient à l’analyse. La Sorbonne présente donc un profil varié et un certain dynamisme avec de nombreuses thèses soutenues. À l’inverse de l’article de Gérard Bodé, Hélène Gispert insiste sur l’importance pour les mathématiciens de l’entre-deux-guerres, dans leurs stratégies de carrière, de rejoindre les institutions parisiennes. Signe que les « trajectoires intellectuelles et institutionnelles » (p. 163) sont plurielles et mériteraient de faire l’objet d’une étude plus systématique sur les rapports entre institutions provinciales et parisiennes.

18Enfin, Pierre Savaton (Université de Caen Basse-Normandie) clôt cette partie en cherchant à montrer combien l’Association des Professeurs de Biologie-Géologie (APBG) de l’enseignement public a été un acteur incontournable de l’histoire de l’enseignement de sa discipline entre 1911 (date de la création de l’Union des naturalistes – UdN – de l’enseignement secondaire public) et les années 1970. En analysant non seulement les évolutions internes de l’association (notamment les rapports entre bureau national et bureaux régionaux), son rôle dans l’élaboration des plans d’études et programmes d’enseignement des sciences naturelles (les livres scolaires du secondaire sont notamment l’œuvre des membres de l’UdN/APBG), ainsi que dans le recrutement et la prise en charge de la formation initiale et continue des enseignants, Pierre Savaton insiste sur le rôle de cet acteur institutionnel particulier dans la construction de l’enseignement des sciences naturelles. Il démontre en particulier que cette action a été rendue possible par le militantisme pédagogique de l’association et ses liens étroits avec l’inspection générale et les réseaux et relais syndicaux et corporatifs, autrement dit par son inscription dans un large jeu d’acteurs institutionnels.

  • 4 Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône des mathématiques, Paris, EHESS, 201 (...)

19En faisant varier espaces, acteurs, institutions et époques, les contributeurs de l’ouvrage dirigé par Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau parviennent à relever les défis historiographiques qu’ils se sont fixés : démontrer l’intérêt de l’approche spatiale et biographique pour construire une histoire prenant en compte les multiples contextes et dynamiques qui expliquent l’émergences des disciplines, des innovations pédagogiques, la formalisation des enseignements ou leur diffusion. Si l’on peut regretter qu’aucune conclusion ne vienne clore l’ouvrage et proposer quelques éléments de synthèse, le lecteur trouvera à travers les douze contributions réunies une source de réflexion sur la place à accorder aux individus ou aux acteurs collectifs dans l’histoire de l’enseignement, dans la droite ligne d’un certain nombre de travaux biographiques et historiques récents (notamment la biographie d’Évariste Galois réalisée par Caroline Erhardt4). Jeux d’échelles et d’acteurs s’imposent comme autant d’objets déterminants que les historiens sont invités à prendre davantage en compte pour saisir ce que furent, concrètement, localement et dans leur diversité, les « espaces de l’enseignement scientifique et technique ».

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos René TATON (dir.), Enseignement et diffusion des sciences en France au xviiie siècle, Histoire de la pensée, Hermann, 1964.

2 Jean-Marc Besse, « Approches spatiales dans l’histoire des sciences et des arts », in Espace géographique, n° 3, 2010, p. 211-224.

3 Gérard Bodé, Philippe Savoie (dir.), L’Offre locale d’enseignement. Les formations techniques et intermédiaires, xixe-xxe siècles, numéro spécial de la revue Histoire de l’éducation, n° 66, mai 1995.

4 Caroline Ehrhardt, Évariste Galois. La fabrication d’une icône des mathématiques, Paris, EHESS, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Pautet, « Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.). Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècles »Artefact, 1 | 2014, 268-273.

Référence électronique

Sébastien Pautet, « Renaud d’Enfert et Virginie Fonteneau (dir.). Espaces de l’enseignement scientifique et technique. Acteurs, savoirs, institutions, xviie-xxe siècles »Artefact [En ligne], 1 | 2014, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 12 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/artefact/9545 ; DOI : https://doi.org/10.4000/artefact.9545

Haut de page

Auteur

Sébastien Pautet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search